Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19.1RecensionsJustine Gonneaud, L’Androgyne dan...

Recensions

Justine Gonneaud, L’Androgyne dans la littérature britannique contemporaine : Métamorphoses d’une figure

Montpellier : Presses Universitaires de la Méditerranée, 2020. 330 p. ISBN : 978-2-36781-337-0. 24 €
Michelle RYAN
Référence(s) :

Justine Gonneaud, L’Androgyne dans la littérature britannique contemporaine : Métamorphoses d’une figure. Montpellier : Presses Universitaires de la Méditerranée, 2020. 330 p. ISBN : 978-2-36781-337-0. 24 €

Texte intégral

1À l’ère où le mouvement LGBTQI+ incite à des perceptions plurielles des corps et des identités sexués, cet ouvrage de Justine Gonneaud aborde de manière audacieuse et probante la binarité de la figure de l’androgyne et sa capacité à ouvrir de nouvelles perspectives identitaires dans la littérature britannique contemporaine, et ce à des fins éthiques. Justine Gonneaud ouvre son étude par une approche diachronique des définitions plurielles de l’androgyne dans la mythologie, la psychologie et la littérature. Cette esquisse kaléidoscopique présente les convergences et les divergences entre les figures de l’androgyne et le concept voisin de l’hermaphrodite à travers les siècles, pour s’acheminer vers la base conceptuelle de l’étude, à savoir la distinction entre les concepts de « sexe », de « genre » et de « sexualité », tels que Eve Sedgwick les définit.

2Le corpus est constitué de 5 ouvrages britanniques contemporains qui mettent en scène des crises identitaires par le biais des réécritures de la figure de l’androgyne : In Transit: A Heroi-Cyclic Novel (1969) de Brigid Brophy, The Passion of New Eve (1977) d’Angela Carter, Cock and Bull (1992) de Will Self, Dan Leno and the Limehouse Golem (1994) de Peter Ackroyd, et Written on the Body (1992) de Jeannette Winterson. L’ambition de Gonneaud est frappante dès la présentation de ce corpus de romans qui sont abordés sous l’angle de laboratoires littéraires. Le choix de Sedgwick comme point de départ théorique n’est pas anodin dans la mesure où le corpus théorique de Gonneaud est orienté principalement autour des théories des années 1980-1990 tout au long de son étude, comme si Gonneaud souhaitait proposer en miroir les tendances théoriques contemporaines aux romans du corpus.

3L’étude se décline en trois parties principales. La première partie, « La conjonction des opposés », sonde le potentiel conceptuel d’une binarité qui est à la fois exposée, explorée, explosée en multiplicité, et même déjouée par un recours au neutre. Cette première partie est divisé en trois sous-parties : « Anatomie du genre » ; « Le laboratoire du genre » ; et « l’androgyne et le neutre ». La deuxième partie, « La monstration » est divisée en trois sous-parties : « Montrer » ; « Le monstre et le monstrueux » et « Les figures paradoxales de la monstration ou les limites de la représentation ». Cette partie met en lumière les modes de questionnement liés au pictural, au détail, et aux modes d’exhibition de l’identité sexuée. Gonneaud étudie des formes de « théâtralité » qui permettent de « résorber l’abject » (28), tout en soulignant des jeux « d’illusion et de réalité » (135) qui troublent l’illusion référentielle de manière stratégique. La troisième partie de l’ouvrage aborde les aspects éthiques et politiques de ces expérimentations et la capacité de la figure de l’androgyne à repenser la relation entre l’individu et la communauté (28). Elle est composée de trois sous-parties : « Le désir et la poursuite du Tout » ; « Le motif de la rencontre » ; « L’androgyne au-delà du genre ».

4Au cours de l’ouvrage Gonneaud cherche à dégager les spécificités du « laboratoire » que propose chaque roman de son corpus. Les sous-parties permettent de rythmer le développement d’une réflexion dense, étoffée par des références qui viennent étayer des commentaires de textes fouillés. Au fur et à mesure des commentaires textuels, le lecteur a parfois l’impression de voir les concepts liés aux trois catégories de Sedgwick s’effriter devant ses yeux, et se perd progressivement dans les méandres de réflexions labyrinthiques spécifiques à la structure de chaque roman du corpus. C’est peut-être l’effet désiré dans la mesure où Gonneaud met en scène une forme de monstration conceptuelle qui fait écho à son objet d’étude, car cette tâche complexe, qui est de tracer les contours des mises en scène romanesques des crises identitaires, finit par faire éclater les catégories. L’androgyne se désagrège de l’intérieur au fur et à mesure d’une mise en crise des conventions romanesques, comme Gonneaud le souligne : « Le roman expérimental teste les limites de la reproduction d’une norme qui dégénère dans le texte, créant ainsi un monstre littéraire et linguistique » (171).

5Cet effet rappelle la mise en crise conceptuelle opérée par Angela Carter dans The Passion of New Eve, effet que Gonneaud semble mettre au service de la critique. Son insistance sur les paradoxes, sur les limites de la représentation, et sur ce qu’elle décrit comme étant un « noyau de résistance à la compréhension et l’expression » (185) constituent les points de force d’une étude qui ne cesse de mettre en avant le rôle du lecteur : « Dans Dan Leno, la quête herméneutique du lecteur reste un échec dans le sens où aucun indice n’a permis de conduire à une résolution conclusive » (135). De même, Gonneaud montre comment l’humour, le langage comique et des esthétiques ludiques peuvent interroger le lecteur.

6Lorsque nous arrivons à la fin de la lecture de l’ouvrage de Gonneaud, nous avons la curieuse impression de ne plus savoir ce que signifient les termes « androgyne » et « hermaphrodite ». Au fur et à mesure de la lecture, les termes se métamorphosent et perdent de la stabilité sémantique, ce qui est parfois étourdissant pour le lecteur. Finalement, c’est peut-être ce que Gonneaud essaie de montrer. Elle fait le tour de la figure de l’androgyne, sans la figer, sans donner une véritable définition, et cherche plutôt à explorer ses diverses manifestations dans des esthétiques romanesques à vocation éthique.

7En somme, Justine Gonneaud propose une étude engageante et ambitieuse qui souligne la capacité du roman contemporain à questionner le lecteur par une mise en scène autoréflexive d’une figure mythique. Ce sont des romans qui sondent et éclatent des catégories dans le même geste, donnant lieu à des paradoxes, et parfois à des questionnements sans issues. C’est cette dimension expérimentale que Gonneaud finit par mettre en valeur, étrangement en écho à l’éthique critique d’Angela Carter : « I am all for putting new wine in old bottles, especially if the pressure of the new wine makes the old bottles explode » (69).

Haut de page

Bibliographie

Carter, Angela. “Notes from the Front Line.” On Gender and Writing, edited Michelene Wandor London: Pandora Press, 1983. 69-77.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michelle RYAN, « Justine Gonneaud, L’Androgyne dans la littérature britannique contemporaine : Métamorphoses d’une figure »E-rea [En ligne], 19.1 | 2021, mis en ligne le 15 décembre 2021, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/erea/13190 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.13190

Haut de page

Auteur

Michelle RYAN

Université d’Angers, CIRPaLL, Angers, France

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search