Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19.2RecensionsLe Journal de Gouverneur Morris p...

Recensions

Le Journal de Gouverneur Morris pendant la Révolution française. Tome III (avril 1791 – janvier 1793), texte traduit et annoté par Gérard Hugues

Genève : Droz, 2022, 496 p. ISBN : 978-2-600-06327-2. 39 €
Marc BELISSA
Référence(s) :

Le Journal de Gouverneur Morris pendant la Révolution française. Tome III (avril 1791 – janvier 1793), texte traduit et annoté par Gérard Hugues. Genève : Droz, 2022, 496 p. ISBN : 978-2-600-06327-2. 39 €

Texte intégral

1Le tome III du Journal de Gouverneur Morris édité par Gérard Hughes est le dernier de la série. Il couvre la période entre avril 1791 et le 5 janvier 1793, date à laquelle le nouveau ministre plénipotentiaire des États-Unis (nommé par Washington et confirmé par le Sénat en janvier 1792) arrête d’écrire car, écrit-il, « la situation est telle que poursuivre la rédaction de ce journal mettrait en péril de nombreuses personnes ». En réalité, Gouverneur Morris a de facto arrêté de noter les faits de sa vie de manière détaillée depuis la fin du mois d’août 1792 et la chute de la royauté. De septembre 1792 au 5 janvier, son journal ne comporte plus que quelques lignes par jour, devenant ainsi « insignifiant et inutile » selon ses mots.

2Pour éviter les répétitions, je ne reviendrai pas ici sur ce que j’ai déjà écrit dans la recension du tome II quant à l’établissement de cette édition, ni sur la forme du Journal, ni encore sur le réseau des connaissances de Gouverneur Morris ou sur ses affaires financières et sentimentales, mais j’insisterai sur son rôle d’acteur dans la coulisse de la crise révolutionnaire qui s’accentue entre avril 1791 et août 1792. En effet, dans cette période, Morris quitte en partie la position de spectateur et de commentateur qu’il avait adoptée depuis 1789 pour s’investir — sans succès — dans la défense de la monarchie. Gouverneur Morris réside la quasi-totalité du temps à Paris, sauf lors de deux voyages à Londres pour ses affaires du 29 mai au 2 juillet 1791, puis du 22 janvier au 3 mai 1792. Il est donc hors de France lors de la fuite du roi arrêté à Varennes mais il est aux premières loges pour constater — et déplorer — les conséquences de cette tentative.

3Gouverneur Morris est toujours aussi mordant à l’égard de la plupart des acteurs de la Révolution. Le tome III s’ouvre d’ailleurs sur la mort du « gredin » Mirabeau et se termine sur la correspondance de Morris au sujet du « pauvre » La Fayette. Pourtant sensible au sort de Louis XVI, Morris ne dédaigne pas de reproduire les pires ragots à son sujet. Ainsi, peu après l’arrestation du roi à Varennes, il reprend ce que le « jeune Montmorin » raconte au sujet du roi : il est « cruel et vil », « avait coutume d’embrocher des chats vivants et de les faire rôtir » (p. 92), il battait sa femme quand il était Dauphin et enfin « jusqu’à une période très récente, il déféquait dans sa main, au motif que c’est plus commode. » Il n’est donc pas étonnant « qu’un tel barbare soit renversé de son trône » !

4Trois personnages sont particulièrement présents dans ce tome III : c’est tout d’abord Brémond, l’agent d’affaire et d’influence de Morris, qui joue également un rôle de liaison avec certains Jacobins, c’est ensuite le député de la Guadeloupe De Curt, qui introduit la question des colonies dans le Journal, personnage qu’il rencontre (un peu trop souvent à son goût) chez sa maîtresse, et enfin le ministre des Affaires Étrangères (jusqu’en novembre 1791) Montmorin qui est l’un de ses plus proches amis à la Cour. Après sa démission, Montmorin reste, avec Malouet et Molleville, l’un des conseillers secrets du roi et c’est à ce titre qu’il joue les intermédiaires avec Morris qui tente de se faire entendre du roi — traité de « bon à rien » par Montmorin — et de la reine pour sauver la monarchie. En juillet 1792, Montmorin est accusé de faire partie du « comité autrichien », il est incarcéré après le 10 août et massacré le 2 septembre en prison.

5Morris est favorable à une politique qui laisserait l’Assemblée, les municipalités et les Jacobins s’entretuer pour que le roi et ses conseillers puissent ramasser les morceaux et apparaître comme un recours naturel. À ce titre, il propose en septembre 1791 une affaire qui consisterait à acheter des grains à l’étranger sous le couvert d’une entreprise privée (dont il serait un actionnaire) afin d’anticiper la prochaine mauvaise récolte et de placer le roi en sauveur nourricier. Il propose également une spéculation sur la fourniture de rations pour les marins du roi, affaire qui serait profitable en cas de guerre avec l’Angleterre.

6En avril 1791, Morris joue les intermédiaires entre les membres du département de Paris, auteurs d’une pétition favorable au roi, le triumvirat (Barnave et les frères Lameth) qui apparaît alors comme le noyau dirigeant des Jacobins et le Club de 89. Il cherche à constituer entre eux une alliance constitutionnelle « modérée » et conseille au roi de s’attacher la « populace » contre la montée de ceux qu’il appelle les « républicains » et les « démocrates ». C’est en effet au printemps 1791 et après la fuite du roi que se développe ce que les historiens ont appelé le « premier moment républicain », notamment dans les milieux cordeliers. Dans cette période de part et d’autre de la fuite du roi, l’idée d’un changement constitutionnel est de plus en plus présente dans le débat public. Thomas Paine — qui se prononce alors pour la République — s’en réjouit. Morris dit de lui qu’il est « bouffi de suffisance jusqu’aux yeux » et qu’il est « gonflé des immondices des révolutions » (p. 85).

7Le projet de Morris est au contraire de remettre en cause une grande partie de ce que l’Assemblée constituante a voté et de ne garder que ce qui renforcerait le pouvoir royal. La fuite du roi ruine ce projet et Morris se fait prophète (il n’est pas le seul alors) en écrivant que c’est la « fin du régime monarchique en France » (p. 79, 25 juin). Pourtant, ce projet semble se réaliser dans un premier temps avec la répression du mouvement populaire lors du massacre du Champ de Mars, que Morris approuve très vivement — il écrit que la troupe a « enfin tiré sur la foule » et qu’il faudrait d’autres fusillades de plus grande ampleur pour calmer « les ardeurs de cette épouvantable populace » et en finir avec les mouvements de cette « engeance déguenillée » (p. 99). Morris approuve également la constitution du club des Feuillants, fer de lance de ce que certains historiens ont appelé la « réaction constitutionnelle » entre août et septembre 1791 quand la Constituante finissante fait voter, par exemple, à la grande satisfaction de De Curt et des colons, la suppression du décret du 8 mai 1791 accordant le droit de vote à une petite partie des « libres de couleur ». Morris s’intéresse aux rapports de la France avec ses colonies antillaises et approuve fort l’autonomie acquise par les colons, même s’il regrette que l’Assemblée garde la main sur leur commerce. Il prédit que Saint-Domingue deviendra indépendante (p. 182) mais il s’agit évidemment pour lui d’une indépendance « blanche » que beaucoup souhaitent alors. Morris réfléchit également aux possibilités de rembourser la dette américaine à la France en apportant des secours aux colons après l’insurrection des esclaves dans le Nord de Saint-Domingue du 26 août 1791.

8Morris est sollicité par le financier Laborde qui lui demande d’écrire un rapport au roi, détaillant une stratégie politique de rétablissement de l’autorité, ce qu’il refuse dans un premier temps, puis accepte sur les instances de Montmorin dans un second. Il rédige ainsi un projet inachevé de discours pour le roi à prononcer lors de son acceptation de la Constitution de 1791, mais Louis XVI ne suit pas ses conseils, suivant une « voie moyenne, qui ne sert à rien » comme le regrette Morris (p. 138).

9Concernant la montée des tensions européennes avec les princes possessionnés d’Alsace, avec l’Empire et avec l’Angleterre, Morris se contente de relayer les rumeurs. La mission de Talleyrand à Londres de janvier à mars 1792 pour y acheter la neutralité anglaise contre la cession de l’île de Tobago dans la guerre continentale qui s’annonce est présentée comme un échec assuré (p. 233). Elle réussit pourtant dans un premier temps.

10Morris reçoit ses lettres d’accréditation envoyées par Jefferson le 6 avril à Londres, c’est donc en ministre plénipotentiaire qu’il rentre à Paris un mois plus tard. Il est reçu officiellement par le roi le 3 juin dans un contexte où les relations avec les États-Unis sont le cadet des soucis de Louis XVI. L’entrevue est brève et Morris ne commente que la « faiblesse de caractère » du roi. Après sa nomination, Morris délaisse son journal et les entrées se font plus laconiques. Il essaie encore d’intriguer par le biais de Brémond (celui-ci cherche à se procurer la correspondance interne du club des Jacobins). Morris coécrit une adresse aux fédérés marseillais en soutien du roi.

11Après le 10 août, Morris songe à quitter la France mais il reste à son poste, d’abord pour aider ses amis en danger (il héberge sa maîtresse et le fils de celle-ci). Il rend compte des massacres de septembre mais ne donne guère de détails. Le laconisme des entrées s’accentue, témoin celle du vendredi 21 septembre 1792 : « Rien de nouveau aujourd’hui, hormis que la Convention s’est réunie et a déclaré que la France n’aurait point de roi. Le temps est mauvais. » Par la suite, ne figurent plus que de brèves mentions météorologiques…

12À noter deux problèmes dans les notes qui ont échappé aux relectures. À la page 141 (entrée du samedi 17 septembre 1791), le texte fait référence à un « projet de Manifeste des Princes » et la note 10 qui l’accompagne explique qu’il s’agit du projet du « Manifeste de Brunswick », ce qui est une erreur, car la référence renvoie très certainement à la déclaration de Pillnitz du 27 août ou alors à une réaction des Princes émigrés à cette déclaration. Par ailleurs, à la page 209 (6 décembre 1791), le Journal parle d’une « philippique contre le Chef des Républicains », dictée par Morris à son agent Brémond. La note 7 indique « Le chef des Républicains, dans la langue de Morris, ne peut être que Robespierre qui vient de rentrer à Paris… » Cette supposition me semble discutable, car Robespierre ne pouvait passer à cette date pour le « chef » de qui ou de quoi que ce soit (même s’il a été élu à la présidence tournante des Jacobins). Il est alors minoritaire dans le club et plutôt isolé. Par ailleurs, Robespierre ne peut être vu comme un « républicain » au sens où l’entend Morris puisqu’il n’a pas pris position pour le passage de la monarchie limitée à la forme républicaine du gouvernement. Ce « chef des Républicains » pourrait être Brissot mais sans certitude…

13Le tome III conclut cette importante publication d’une source originale de l’histoire de la Révolution française. On ne saurait trop féliciter ses éditeurs de nous avoir donné la possibilité de la lire intégralement en français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc BELISSA, « Le Journal de Gouverneur Morris pendant la Révolution française. Tome III (avril 1791 – janvier 1793), texte traduit et annoté par Gérard Hugues »E-rea [En ligne], 19.2 | 2022, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/erea/13278 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.13278

Haut de page

Auteur

Marc BELISSA

Université Paris Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search