Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19.21. Relating / L’Écosse en relatio...Avant-propos

Texte intégral

À la mémoire de nos amis Bernard Sellin et Christian Auer

1Porté par les unités de recherche HCTI (Université de Brest) et CRINI (Université de Nantes), ce dossier d’E-rea consacré à l’Écosse marque le vingtième anniversaire de la Société Française d’Etudes Écossaises, qui ne put être dignement célébré à Nantes en raison de la crise sanitaire liée au Covid-19. Les responsables de ce dossier y associent la mémoire de leurs amis scotticistes Christian Auer, professeur à l’Université de Strasbourg, disparu en octobre 2020, et Bernard Sellin, décédé en août 2021. Bernard était le trait d’union des équipes de Brest et de Nantes où il fut successivement professeur, et le maître d’œuvre du congrès inaugural de la Société Française d’Etudes Écossaises. Ce dossier lui rend un hommage appuyé.

2La thématique retenue, celle de la relation, témoigne également d’une volonté de rompre avec les discours clivants d’une actualité qui a, ces dernières années, essentiellement porté sur l’éventualité, puis les modalités, de la séparation institutionnelle et politique de l’Union Européenne et du Royaume-Uni. Sur le mode du contrepoint, ce dossier invite la communauté scotticiste à réinterroger l’histoire, la nature et le devenir des relations et affinités présentes, passées et futures entre l’Écosse et les nations voisines, le continent européen, et même au-delà.

3La contribution qui ouvre ce dossier s’inscrit dans le contexte contemporain d’union-désunion, et propose d’examiner la manière dont la relation Écosse-Angleterre informe l’idée même d’identité nationale. Cette dernière se construisant nécessairement dans la relation à l’Autre, l’éminent sociologue écossais David McCrone revient sur la part qu’a joué l’opposition à l’Angleterre dans le processus de redéfinition de l’identité et de la nation écossaises à travers l’histoire récente de l’Écosse. Le référendum de 2016 sur le Brexit a révélé comment le vote ‘Leave’ favorable à la sortie du Royaume-Uni de l’UE et la proclamation conjointe d’une identité anglaise distincte ont nourri, en Écosse, le regain d’intérêt pour la question identitaire et la mobilisation des Écossais en faveur du maintien – ‘Remain’ – du Royaume-Uni dans l’UE. La contribution de David McCrone analyse ainsi le vote écossais contre le Brexit comme étant l’affirmation d’une identité écossaise ‘institutionnelle’ (donc politique) plutôt que l’expression d’une identité ‘personnelle’ (donc culturelle).

4S’intéressant cette fois aux relations qu’a entretenues et entretient encore l’Écosse avec le continent, les contributions qui composent le premier volet de ce dossier se penchent sur les relations franco-écossaises à travers l’histoire politique et militaire, ainsi que sur les échanges culturels et artistiques entre l’Écosse et la France depuis le Moyen Age. Les contributeurs s’y penchent sur les modalités d’établissement d’une relation particulière dont la postérité s’étend au-delà de l’expiration des traités et qui trouve, après la chute de l’Ancien Régime en France, un étonnant regain à travers l’idéal républicain que partagent des deux nations.

5Clément Guézais rappelle ainsi combien la Vieille Alliance entre la France et l’Écosse, esquissée à la fin du XIIIe siècle, s’inscrivait dans le contexte déjà mouvementé de l’Europe à la fin du Moyen Age. A travers l’analyse des textes diplomatiques qui ont défini la Vieille Alliance, il démontre que l’entreprise de rapprochement entre la France et l’Écosse n’avait pas pour objectif la mise en œuvre d’une coopération militaire vouée à anéantir le pouvoir anglais sur les champs de batailles traditionnels. Au contraire, et au-delà de sa portée militaire qui fut souvent exagérée, l’Alliance entre la France et l’Écosse, présentée comme un instrument de paix, liait non seulement des princes mais aussi leurs peuples et leurs royaumes, faisant le ciment d’une relation durable et affranchie des contingences purement politiques de l’époque.

6Dans le même ordre d’idée, Thomas Brochard étudie la contribution d’Écossais aux livres d’amitié (alba amicorum) des années 1540 aux années 1720. Si les relations nouées par ces contributeurs écossais avec les possesseurs d’album sont difficiles à percer au niveau personnel dans le cadre strict de ces dédicaces, ces mêmes dédicaces témoignent toutefois d’une pleine intégration des Écossais aux activités estudiantines, professionnelles, ecclésiastiques, diplomatiques ou scientifiques françaises et soulignent de ce fait l’implication effective des Écossais au sein de ces différents milieux.

7Dans une progression toujours chronologique, Rémy Duthille se penche sur la participation de nombreux Écossais, dans les années 1790, aux célébrations de la Révolution française en Écosse et en France, notamment lors des banquets du 14 juillet organisés en Écosse et des fêtes internationales données par les Jacobins français dans des villes portuaires entre 1790 et 1792, ou à l’occasion de la réception d’accueil à Thomas Muir à son arrivée à Bordeaux en 1797. Sa contribution interroge la nature des liens que ces hommes, issus pour l’essentiel des élites, parvinrent à nouer avec les Français. Elle démontre que si ces banquets voulaient célébrer la paix et l’amitié entre l’Écosse et la France, ils étaient surtout l’occasion d’une idéalisation réciproque de la nation partenaire, souvent aux dépens de l’établissement de relations concrètes dans une perspective transnationale.

8Prolongeant la question de l’admiration réciproque entre les représentants des deux nations, la contribution que Marion Amblard consacre aux relations culturelles et artistiques entre la France et l’Écosse au XIXe siècle se penche sur l’engouement des critiques d’art et artistes français pour les travaux de leurs homologues écossais. Marion Amblard propose ici une analyse des influences thématiques et stylistiques qui ont contribué à tisser et consolider les liens entre les artistes français et écossais, témoins d’un échange fructueux et durable entre les deux communautés.

9Le second volet du dossier aborde justement la relation – à l’Autre et au Même – comme étant affaire de mots et d’images autant que d’actes et de traités, et se traduisant par une multiplicité d’expressions qui parcourent la littérature et les arts visuels, nécessitant de fait qu’une attention particulière soit portée aux modalités linguistiques et médiatiques de ces relations. Les contributions qui constituent ce second volet examinent alors la manière dont échanges (ou clivages) linguistiques, poèmes épistolaires, fictions, traductions et réseaux sociaux permettent de dire – donc de faire – et de mettre en scène, en mots et en images la multiplicité des rapports entre le soi et l’autre.

10Parce qu’il est d’autres rapports qu’internationaux, il convient en effet de s’interroger sur la nature et l’évolution des relations, coopérations et concurrences qui ont uni ou désuni les diverses communautés linguistiques qui composent la société écossaise. La question de la relation linguistique est au centre de l’article que consacre Jean Berton aux tensions et résistances entre monolinguisme, plurilinguisme et multilinguisme en Écosse. En s’attachant à retracer les rapports entre langue hégémonique et langues indigènes désormais minorées, Jean Berton veut inviter les (jeunes) chercheurs à explorer un champ encore trop peu abordé en France et à opérer une nécessaire réévaluation des rapports entre les langues parlées et écrites, apprises et désapprises au fil des siècles en Écosse. Il suggère que l’investigation de ces rapports serait susceptible d’éclairer à profit les débats autour de ‘l’identité écossaise’, lesquels sont particulièrement animés depuis la dévolution.

11Julie Gay, pour sa part, se penche sur la relation des espaces réels et fictionnels entre eux, et explore la polysémie fertile du terme anglais ‘relating’, signifiant à la fois le fait de connecter des éléments hétérogènes entre eux et celui de raconter. Le processus de ‘relation’ éclaire tout particulièrement la cohérence de l’art fictionnel stevensonien dans son aspect éminemment géopoétique. En effet, relater l’histoire d’un roman comme The Wrecker (1892) implique non seulement de connecter divers espaces entre eux en suivant la trajectoire chaotique des personnages à travers le globe, mais aussi de tisser des liens entre les différents genres associés à chacun des espaces explorés.

12Pour Stéphanie Noirard, cette même polysémie du terme ‘relating’ se prête particulièrement bien à la définition de la littérature de guerre, dans le sens où elle relève à la fois du témoignage et de l’esthétique. Ainsi, les poèmes, lettres et journaux des poètes écossais envoyés sur le front en Egypte, en Libye ou en Tunisie au cours de la Seconde Guerre mondiale révèlent un saisissant contraste avec les discours établis dans les champs de la géographie et de l’histoire. La contribution de Stéphanie Noirard étudie comment les poèmes de guerre écossais s’inscrivent dans un contre-discours artistique et historique, aussi bien par rapport à la traduction poétique de l’expérience du désert, qu’à travers les liens d’affinité noués avec les soldats allemands ou les civils d’Afrique du Nord.

13Spécialiste et traducteur du philosophe David Hume qui posait justement la théorie des relations au centre de sa pensée, Gilles Robel propose dans ‘Lost…and found in translation’ une approche originale et personnelle de sa pratique de la traduction. Cette contribution se penche sur l’œuvre de la romancière écossaise Jennie Erdal (1951-2020) et plus particulièrement sur son second roman, The Missing Shade of Blue (2012), dont le personnage principal est un Français qui se rend en Écosse pour traduire les Essais de David Hume. Jennie Erdal s’est ainsi inspirée de l’expérience de Gilles Robel, qui est aussi et désormais l’auteur d’une traduction française du roman. En examinant cette double mise en abyme du point de vue d’un praticien de la traduction, Gilles Robel explore les différents types de relations qui sont au cœur du roman et étudie la figure paradoxale du traducteur, ici placé au centre du récit, ‘metteur en mots’ et metteur en scène de la relation entre réalité et fiction, entre auteur et lecteur, et entre vie, littérature et philosophie.

14Egalement dans le champ de l’extrême contemporain, l’article de Marie-Odile Pittin-Hédon examine la contribution apportée par la trilogie apocalyptique de l’auteure écossaise Louise Welsh (A Lovely Way to Burn, 2014 ; Death is a Welcome Guest, 2015 ; No Dominion, 2017) au genre de l’‘apoca-littérature’ au XXIe siècle. Elle y démontre comment la trilogie emprunte les tropes principaux du genre pour souligner l’importance de la relation entre humains, entre passé et devenir, et entre l’humain et sa propre humanité dans un monde régi par le présentisme, où le lien avec le passé est rompu et où nulle une projection vers l’avenir n’est possible. La fin du temps y est traitée de manière spatiale, les trois romans privilégiant une esthétique de l’enfermement. Tandis que les personnages du dernier volume apparaissent comme des collectionneurs de fragments matériels du passé mais aussi de fragments politiques, Welsh utilise les codes du thriller pour caractériser, voire recréer, le lien rompu et interroger le nouvel ordre du monde dépeint dans les trois romans.

15Non sans lien avec ces mêmes questions de la Fin et de l’isolement contraint, la contribution de Camille Manfredi qui clôt le dossier est consacrée aux modalités de la relation épistolaire entre poètes et lecteurs au cours des deux années marquées par la pandémie de Covid-19. Camille Manfredi s’y penche sur la manière dont les poètes écossais ont traité et parfois éprouvé de façon très personnelle les effets inévitables de la pandémie : la maladie en soi, les effets du confinement, le cycle de déni-désarroi-désespoir, une perception nouvelle de la contingence de la vie humaine, de brefs instants de légèreté et d’espoir, et ce que Michel Foucault qualifiait d’‘exil en soi-même’. Elle examine ici le rôle joué par la technologie numérique et les réseaux sociaux dans l’établissement par les poètes de communautés connectées de lecteurs, spectateurs, ‘amis’ et ‘followers’, et de modes alternatifs de sociabilité par le biais d’une autre forme de contagion (émotionnelle, esthétique ou autre) en dehors ou à la marge des circuits commerciaux.

16Les contributions qui constituent ce dossier veulent donc, depuis une époque trop fréquemment caractérisée par la fracture et le conflit, proposer des approches multiples – sociologique, historique, linguistique, esthétique et (hyper)médiatique – de la question de la relation en Écosse, du Moyen Age à nos jours. Entre accords, discordances, expression de l’estime ou de la méfiance, proclamation de différences ou d’affinités, la relation à l’Autre et à soi en Écosse est fondatrice de bien plus que d’échanges commerciaux ou d’alliances politiques. Si la relation à l’Europe et à l’Angleterre est plus que jamais au cœur des débats qui animent la scène parlementaire écossaise (en témoignent la fréquence des références à la Vieille Alliance et le registre relationnel de la campagne contre le Brexit), ce dossier démontre qu’elle informe également les conditions mêmes dans lesquelles les acteurs de la scène culturelle écossaise entrent en dialogue – relate to – avec les espaces, le temps et les sociabilités dans lesquels ils et elles inscrivent leurs travaux. A l’heure où l’Écosse s’interroge à nouveau sur une possible sortie de l’Union en envisageant un nouveau référendum sur son indépendance et une éventuelle réentrée dans l’UE, ce dossier propose ainsi de penser la relation dans sa richesse et ses subtilités, loin des discours binaires qui dominent hélas souvent les débats sur la scène politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille MANFREDI, Annie THIEC et Pierre CARBONI, « Avant-propos »E-rea [En ligne], 19.2 | 2022, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/erea/13808 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.13808

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search