Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19.21. Relating / L’Écosse en relatio...Par-delà le sang et la guerre : l...

1. Relating / L’Écosse en relation

Par-delà le sang et la guerre : les enjeux de la conceptualisation diplomatique de l’Alliance franco-écossaise au Moyen Âge

Clément GUÉZAIS

Résumés

L’histoire de l’amitié franco-écossaise est indissociable de ses origines et s’inscrit dans le contexte mouvementé de l’Europe de la fin du Moyen Âge. Esquissée à la fin du XIIIe siècle, la future Vieille Alliance connut une postérité multiséculaire. Entre sentimentalisme naïf et bilan critique, son héritage interroge et divise toujours. À rebours d’une certaine tradition historiographique, cette étude propose de dépasser les constats qui ont fait de l’Alliance une analyse réductrice en exagérant sa portée militaire. En revenant aux textes diplomatiques qui ont défini la Vieille Alliance, le dialogue entretenu par les pouvoirs en présence s’enrichit de sens et de modalités nouvelles, de facettes qui dépassent une ambition militaire par essence limitée. L’entreprise de rapprochement entre la France et l’Écosse n’avait pas pour fin la mise en œuvre d’une coopération militaire vouée à anéantir le pouvoir anglais sur les champs de batailles traditionnels. Présentée comme un instrument de paix, l’Alliance entre la France et l’Écosse liait des princes, mais aussi leurs peuples et leurs royaumes. Ce dispositif politique et hautement symbolique était susceptible de renforcer la légitimité mutuelle des alliés, mais aussi de promouvoir la justesse de leur cause devant Dieu et sur la scène internationale, face à un pouvoir anglais impie et intrusif.

Haut de page

Texte intégral

1En 1985, dans un petit ouvrage de synthèse traduit et diffusé dix ans plus tard en France, Gordon Donaldson évoqua les échanges commerciaux, culturels, économiques, linguistiques, intellectuels et même architecturaux qui avaient caractérisé les relations entre la France et l’Écosse au fil des siècles. La relation entre les deux pays est volontiers caractérisée par sa richesse, une richesse née de l’ancienneté des rapports et de leur diversité. Au moment de remonter aux origines de cette entente, cependant, les discours convergent invariablement. La « Vieille Alliance » avait d’abord été, essentiellement, un pacte stratégique tourné contre l’Angleterre (Donaldson 3).

2Dans le développement qui va suivre, nous allons commencer par nous pencher sur la question de l’historiographie de l’Alliance franco-écossaise afin de comprendre les implications d’une association souvent pensée sous l’angle militaire. Sans renier la justesse de cette approche, nous allons ensuite nous concentrer spécifiquement sur la nature et les résultats de la coopération militaire franco-écossaise à la fin du Moyen Âge et en tirer une conclusion assez simple : ce n’est pas dans la pratique de la guerre stricto sensu que les succès réels de l’Alliance peuvent être évalués. Pour sortir des sentiers battus, nous proposons de revenir à une matière à la fois évidente et négligée, celle des traités diplomatiques. Contrairement au renouvellement de l’Alliance signé en 1326, nous allons voir que le premier traité officiel de 1295, si souvent cité, constitue un modèle partiellement représentatif mais aussi potentiellement trompeur. En replaçant l’exercice diplomatique dans la pratique et la mise en scène du pouvoir royal, mais aussi en analysant la structure interne des traités, leur évolution et les thèmes qu’ils abordent, on est en mesure d’élargir les horizons de l’Alliance pour dégager des outils politiques et symboliques particulièrement opérants. Présentée comme un instrument de paix, l’Alliance met en scène la collaboration des princes, de leurs royaumes et de leurs sujets au service du bien commun. Exemple de vertu chrétienne, la construction du lien franco-écossais joue le rôle de filet de sécurité rassurant. Il surimpose aux questions géopolitiques les notions de permanence et de stabilité. Indirectement, les termes de l’Alliance participent à la condamnation politique et morale de l’Angleterre et visent à l’isoler sur la scène internationale. Outil au service de la légitimation des partenaires bien davantage que de la destruction de l’ennemi commun, l’Alliance disposait d’atouts qui méritent d’être soulignés, en dépassant les éléments factuels et mesurables favorisés par l’histoire militaire.

  • 1 The Adventures of Quentin Durward, dirigé par R. Thorpe et produit par P. S. Berman, MGM, 1955 ; Qu (...)

3La nature profondément belliqueuse de l’Alliance hante l’historiographie, forme la trame de fond prestigieuse et terrible d’une amitié indissociable de sa tradition mouvementée. Les premiers ouvrages consacrés à l’histoire de l’Alliance furent prompts à insister sur cet aspect, en l’enrichissant d’accents patriotiques. En France, Francisque Michel rappela, en première page de l’introduction de son ouvrage publié en 1862, Les Écossais en France et les Français en Écosse, que les alliés des Français méritaient d’être célébrés, eux qui si souvent « périrent en combattant pour notre cause » (Michel 1). En Écosse, l’enquête emblématique de William Forbes-Leith de 1830 portait le titre encore plus évocateur de The Scots Men-At-Arms and Life-Guards in France, From Their Formation Until their Final Dissolution, 1418-1830. Cette grande fresque tumultueuse consacrait l’étroite imbrication de la proximité franco-écossaise et des conflits. En littérature, le succès du roman Quentin Durward de Walter Scott, qui relate les aventures d’un archer écossais en France au XVe siècle, prolongea cette image du lien franco-écossais jusqu’au XXe siècle. Le roman fut réédité à plusieurs reprises, adapté en film en 1955 et en série en 19711.

  • 2 Discours prononcé Édimbourg le 23 juin 1942, Charles de Gaulle, Discours et Messages, 1940-1946, Pl (...)

4Les historiens de l’alliance militaire n’hésitèrent pas à embrasser des chronologies larges, susceptibles de prolonger leur propos jusqu’aux grands conflits du XXe siècle, en suivant le fil rouge de la guerre. Il est rare, encore de nos jours, de ne pas introduire tout propos relatif au souvenir de l’Alliance sans citer le discours prononcé par le général de Gaulle à Edimbourg en 1942. La Seconde Guerre Mondiale battait son plein, et l’ombre écrasante du conflit redonnait du relief à l’antique solidarité franco-écossaise : « Dans tous les combats où, pendant cinq siècles, le destin de la France était en jeu, il y avait toujours des hommes d’Écosse pour combattre aux côtés des hommes de France »2.

  • 3 Citons par exemple l’excellente étude de Brian Ditcham qui se penchait spécifiquement sur la périod (...)
  • 4 Par exemple Talbott, S., An alliance ended? Franco-Scottish commercial relations, 1560-1713, PhD, U (...)

5En 1989, Stephen Wood, dans un ouvrage intitulé The Auld Alliance, Scotland and France, The Military Connection from the Middle Ages to the Liberation, se plaçait encore dans cette tradition historiographique. D’autres travaux se sont consacrés, plus localement, à étudier la portée de l’Alliance sur les champs de bataille3. Plus récemment, les enquêtes portant sur l’Alliance franco-écossaise ont parfois cherché à l’appréhender sous des angles alternatifs, notamment au prisme de l’histoire économique ou culturelle4. La question militaire, si elle a peut-être perdu de son lustre au cours des dernières décennies, n’en demeure pas moins l’aspect le plus facile à mobiliser et l’argument le plus percutant dès qu’il est question d’évoquer l’Alliance en quelques mots.

  • 5 On retrouve une formule similaire côté anglo-saxon, sous la forme du « stand well with your neighbo (...)

6Une autre approche consensuelle consiste à s’entendre sur le fait que la fondation de l’Alliance correspondait à la signature du traité signé en 1295 par le roi d’Écosse, John Balliol, et le roi de France, Philippe Le Bel. Dans un climat de tensions croissantes avec l’Angleterre, la France (bientôt engagée dans la guerre de Cent Ans) et l’Écosse (qui traversait sa Première Guerre d’Indépendance) virent leurs intérêts converger. C’est l’occasion, comme souvent, d’utiliser une locution d’usage pour justifier l’Alliance : « l’ennemi de mon ennemi est mon ami » (Devine 15). L’expression n’est pas sans fondement, et, à sa manière, énonce un principe vérifiable5. À force de répétitions, on est toutefois en droit de se demander si ce raccourci n’a pas fini par éroder une matière souple, plus dense et complexe que la formule ne le laisse penser. Le dicton, qui donne l’impression de tout dire en condensant au maximum, ne peut pas se soustraire à une analyse plus approfondie. Thomas Devine, qui a récemment employé la formule, affine ensuite son propos, en faisant référence à deux idées importantes : il qualifie d’abord l’Alliance de dispositif « défensif », et attribue ensuite les vrais succès de l’Alliance à sa portée « diplomatique » (Devine 15). Se détourner, ou du moins élargir le propos au-delà de la simple dimension militaire ne relève pas de l’ajustement ou du détail. C’est dans ces domaines (l’aspect « défensif » pouvant embrasser des méthodes diverses) que l’Alliance fut la plus efficace. Mieux encore, on peut dire de ces effets qu’ils n’étaient pas seulement un corollaire ou une conséquence inattendue, un supplément aux affaires militaires. Contrairement à une idée très répandue, l’alliance franco-écossaise, y compris durant les derniers siècles d’un Moyen Âge caractérisés par l’ampleur du conflit avec l’Angleterre, n’avait peut-être pas été pensée comme un outil au service de la guerre conventionnelle. Dès 1295, on avait pu rendre conscience de certains obstacles, et envisager une approche plus prudente, qui limiterait les risques de se parjurer complètement en manquant à ses engagements.

7Un rapide bilan linéaire des aspects strictement militaires de l’Alliance permet de tirer quelques enseignements assez clairs. En 1295, l’aide française brilla par son absence. Le roi d’Écosse, John Balliol, livré à lui-même et vaincu par Edouard Ier, fut contraint à abdiquer. Après s’être consacré à l’étude de ces évènements, Michel Duchein livra un verdict tranché : cette alliance, qui n’avait duré que six mois, avait été un marché de dupes pour les Écossais (Duchein 31). Avançons dans le temps, en passant sur les échecs militaires accumulés par les rois de France durant la première phase de la guerre de Cent Ans. En 1346, Philippe VI fut battu par Édouard III à Crécy. David II d’Écosse, encouragé par l’allié français à passer à l’offensive, fut à son tour défait puis capturé durant la bataille de Neville’s Cross. Les Écossais avaient été imprudents ; selon Alastair Macdonald, ils auraient reçu de France des informations (erronées) affirmant que l’Angleterre était vidée de ses troupes, présentes en masse sur le continent (A Military History of Scotland 165). Dans la seconde moitié du XIVe siècle, Macdonald a étudié les manœuvres écossaises et en a tiré des leçons intéressantes. Loin de jouer le rôle de pions du roi de France, les Écossais prirent souvent la mesure de la situation chez leur allié pour lancer depuis leur royaume des attaques trop mesurées pour détourner le pouvoir anglais du front continental (Border Bloodshed 163-164). Difficile dans ces conditions de mobiliser l’image idéale (et souvent rêvée au Moyen Âge) d’une implacable tenaille se refermant sur l’Angleterre. Il n’était pas question, en Écosse, de faire office de paratonnerre manipulé à loisir par le pouvoir français pour attirer les foudres de l’Angleterre. En se tenant à la définition de l’Alliance comme pacte militaire, c’est dans les années 1380 que l’Alliance aurait pu (ou dû) atteindre son apogée selon MacDonald (The Apogee of the Auld Alliance 31-46). L’idée d’une double offensive fut sérieusement évoquée, mais elle ne se concrétisa pas. En 1385, une expédition française menée depuis l’Écosse aurait dû s’accompagner d’une attaque simultanée contre le sud de l’Angleterre. Cette seconde opération n’eut jamais lieu et la campagne franco-écossaise menée contre le nord de l’Angleterre fut, au mieux, décevante. Au quotidien, la collaboration militaire entre les alliés fut caractérisée, selon MacDonald, par les désaccords et la rancœur (Military History of Scotland 69). Après cette « apogée manquée », la signature du traité de Troyes en 1420 donna à l’Alliance un nouveau souffle. C’est un pouvoir français très affaibli qui fit appel aux Écossais, en renonçant au vieux modèle du double front pour se concentrer exclusivement sur le continent : acheminés par des navires espagnols, les alliés de Charles débarquèrent par milliers à la Rochelle. Après un succès initial à la bataille de Baugé en 1421, les Écossais furent battus à Cravant en 1423. Le gros de leurs forces fut surtout anéanti à Verneuil l’année suivante. Jusqu’à 6000 Écossais auraient perdu la vie au cours de cette bataille, la plus sanglante de la période (Jones 375-411). Le dernier grand chef de guerre écossais, John Stuart, périt en 1429 en tentant vainement de lever le siège d’Orléans au cours de la Journée des Harengs. Durant leur séjour français, les Écossais furent qualifiés, selon le chroniqueur écossais Walter Bower, d’ivrognes mangeurs de moutons à la cour de Charles (Bower 115), et certains auteurs continentaux, comme Thomas Basin, allèrent jusqu’à se réjouir de leur extermination à Verneuil (Basin 98-99). Ces hommes d’armes représentaient un nouveau danger et risquaient de se substituer aux Anglais dans le rôle d’envahisseurs étrangers. Nous allons revenir à cette idée, essentielle à la compréhension des enjeux réels de l’Alliance.

8On a déjà cité le discours du général de Gaulle. Au moment d’évoquer l’alliance franco-écossaise au Moyen Âge, difficile de ne pas mentionner celui prononcé en 1428 par Alain Chartier à la cour de Jacques Ier. C’est à Alain Chartier, poète et diplomate de renom, que l’on doit la description la plus visuelle et, à sa manière, la plus extrême de l’Alliance. Celle-ci n’aurait pas été signée sur du parchemin, mais scellée dans le sang des alliés durant leurs luttes communes (Chartier 213). Au sacrifice patriotique, au sang versé par les soldats sur le champ de bataille devait répondre une autre communion, celle des sangs royaux. La célébration d’un mariage entre la fille du roi d’Écosse et le dauphin Louis devait ainsi, dans les esprits, prolonger cette amitié forgée par les épreuves de la guerre. Avec ce contrat, le roi d’Écosse s’engageait (surtout) à livrer une nouvelle armée à Charles. Les négociations traînèrent en longueur. Quand Marguerite débarqua finalement en France en 1436, Charles avait revu l’ordre de ses priorités. La princesse n’amenait avec elle qu’une partie des troupes promises, lesquelles furent renvoyées sans ménagement (Cagny 220). Le mariage fut expédié et la jeune princesse mourut, sans enfants, à l’âge de 20 ans. On pourrait épiloguer, encore et toujours, sur le rôle prestigieux de la Garde Écossaise et sur les compagnies d’ordonnance qui continuèrent à servir les rois de France, notamment durant les guerres d’Italie. Il n’empêche que l’Alliance, au moment où elle semblait avoir été la plus vitale n’avait visiblement pas joué son rôle, ou pas assez bien. Au début du XVIe siècle, la dernière grande mise en œuvre de l’Alliance vit le roi d’Écosse Jacques IV trouver la mort à Flodden. En suivant peu ou prou le même fil évènementiel, la litanie des expéditions ratées et des débâcles militaires pouvait donner de l’Alliance une image pour le moins médiocre. Ce verdict amer, encadré par la chute de deux rois d’Écosse (en 1295 et en 1513) vient ainsi verrouiller l’approche que l’on peut avoir de l’Alliance au prisme de la politique militaire commune.

9Cet angle, évènementiel et factuel, qui caractérise l’historiographie de la Vieille Alliance, s’est souvent vu renforcé par la nécessité de contrebalancer une perception diamétralement opposée. Dans le sillage de la rhétorique patriotique d’Alain Chartier, une approche sentimentale et naïve a pu contribuer à célébrer l’invincible amitié entre l’Écosse et la France (Ditcham 308). La notion « d’amitié », après pareil exposé, peut en effet laisser perplexe. Il ne s’agit pourtant pas d’une invention. Le mot est employé mais, comme d’autres concepts, c’est d’abord dans le contexte et le champ sémantique des traités diplomatiques qu’il fut mobilisé, qu’il doit être interrogé. Quant à l’échec « objectif » de l’Alliance, il relève davantage de la perception anachronique que l’on peut s’en faire que de l’incompétence des protagonistes. À la fin du Moyen Âge, les cadres théoriques et matériels qui soutenaient l’Alliance imposaient des limites et des risques importants. Les déconvenues étaient inévitables (The Apogee of the Auld Alliance 38). Les contemporains le savaient, et en prirent vraisemblablement acte. On a surévalué les capacités et les perspectives offertes par l’Alliance (détruire l’Angleterre), y compris au Moyen Âge. Mais les contemporains étaient, mieux que nous, au fait de la situation. En 1371, le renouvellement de l’Alliance fut signé après bien des tergiversations : on aurait voulu, côté français, signer un pacte plus ouvertement agressif à l’égard de l’Angleterre. Les Écossais s’y refusèrent. L’Alliance fut renouvelée, mais sous une forme plus mesurée, moins va-t-en-guerre (Border Bloodshed 164). Est-ce à dire qu’elle ne servait plus à rien ?

10Pour répondre à cette question, il faut revenir à un support constamment évoqué mais rarement exploré en profondeur. Face à une alliance dont on sait qu’elle avait été irrégulière dans ses formes et ses applications, exposée à des contextes changeants et manipulée par des acteurs confrontés à des priorités spécifiques, on se réfère pourtant commodément à l’Alliance comme à une « chose » concrète, officielle, définie. Mieux encore, l’Alliance semble revêtue de qualités spécifiques, à commencer par l’épithète de « vieille » qu’on lui accole fréquemment. La « Vieille Alliance » avait besoin de supports tangibles pour devenir ce « quelque chose » : la collaboration militaire, si complexe à mettre en œuvre et si problématique à gérer dans les faits ne suffisait pas à jouer ce rôle. Il est intéressant de noter que des échanges, notamment liés à la question militaire, avaient eu lieu avant la fin du XIIIe siècle. Dans son Histoire des Croisades, Guibert de Nogent mentionne par exemple les soldats écossais, descendus de leurs confins marécageux, et venus prêter main forte aux Français (Nogent 16). Cependant, même les historiens les plus enclins à soutenir la thèse de la « très vieille Alliance » (en s’appuyant sur le propos des chroniqueurs médiévaux ou sur ceux d’un historien du XVIe siècle, David Chambre, qui cite des documents douteux), s’accordent à faire coïncider le véritable début de l’Alliance avec le traité signé en 1295 (Moncrieff 2). C’est ce document qui devait jouer le rôle commode « d’acte de naissance » officiel de l’Alliance. Ce premier prototype (malheureux) fut ravivé en 1326 par la nouvelle dynastie inaugurée par Robert Ier et continua à être entretenu par la suite. C’est dans le traité de 1371 que l’Alliance arbora son badge d’ancienneté pour la première fois, en revendiquant le statut de confederacionum antiquarum (National Records of Scotland SP7/2). A l’exception de Louis XI, il n’est pas un roi de France ou d’Écosse qui n’ait procédé à un renouvellement de l’Alliance durant son règne. Il en alla ainsi jusqu’en 1560, date qui correspondrait, cette fois, à « l’acte de décès » de l’Alliance. Le traité d’Edimbourg constituerait ainsi le pendant logique du traité de 1295, encadrant de façon claire un objet qui le serait tout autant.

11Cette importance inavouée du corpus diplomatique nous ramène à la rhétorique d’Alain Chartier. Alors que la situation était critique, le diplomate se livra à un glissement notable, pour faire du lien franco-écossais une réalité qui transcendait l’acte signé à l’encre sur le parchemin, support désormais caduc. En suppliant le roi d’Ecosse de ne pas « se détourner de son ancien ami », Chartier exprimait aussi ses craintes quant aux aléas du jeu politique, redoutant de voir l’arrangement traditionnel bousculé au profit d’un rapprochement problématique de l’Écosse avec l’Angleterre. En faisant référence au « vieil ami », Chartier invoquait aussi la tradition diplomatique qui avait jusqu’ici uni les deux partenaires. Il insistait volontairement sur le poids d’un contrat officiel, public et reconnu : un engagement qu’il fallait honorer, et, pourquoi pas, transcender. Avant la guerre et le sang versé, c’est donc bien à l’écrit, sur le parchemin, que l’on avait donné un corps et des attributs à l’Alliance. La première réalité de l’Alliance, sa définition, sa mission, son Verbe sont donc consignés dans le corpus diplomatique. C’est à ce support, si fondamental et si aisément ignoré, que nous voulons revenir pour proposer une lecture alternative de certains des grands enjeux de la Vieille Alliance.

  • 6 En 1337, on envisagea d’envoyer en Écosse 1200 hommes d’armes, chevaliers et écuyers, et 20 000 fan (...)

12Dans les faits, ce n’est pas le domaine limité et incertain de la coopération militaire qui dota l’Alliance de son socle le plus fiable. Il ne faut pas (dans un excès inverse) renier l’importance centrale de cette facette. Elle fut soulignée, avec une conviction qui semble parfois sincère, par les cAuteur0000-00-00T00:00:00AontemporainAuteur inconnu2022-05-22T20:01:00s6. L’enjeu consistait à faire planer une menace et à exercer une pression constante sur l’Angleterre : une alliance purement symbolique et dénuée d’ambitions concrètes aurait perdu toute sa puissance suggestive, toute crédibilité. Nous allons cependant élargir notre perspective pour considérer l’éventail étendu de l’arsenal déployé par l’Alliance. Un arsenal rhétorique, symbolique et hautement idéologique qui peut être associé aux logiques d’affirmation des imaginaires nationaux et de l’appareil des États modernes, dont l’émergence sur la façade occidentale de l’Europe coïncide avec les derniers siècles du Moyen Âge (Genet 2-4).

13L’Alliance officielle visait à exercer une pression sur l’Angleterre. Elle revêtait une forme qui s’apparentait à un « pacte défensif », et ses plus grands succès furent d’ordre « diplomatiques ». Pour questionner ces notions, il faut repartir du début. Comment l’Alliance avait-elle été définie et mise en forme dans les traités qui la formalisèrent ? Quels concepts furent mobilisés, et comment furent-ils articulés sur ce support commun, dans cette sphère où la voix d’acteurs, distincts convergeait pour formuler un message à l’unisson ? Le premier élément phare est sans conteste celui de permanence, laquelle touche à d’autres enjeux fondamentaux, ceux de stabilité et de légitimité. Pour s’enraciner dans la durée, le traité de 1295 évoquait déjà les rapports ancestraux entre les deux alliés (Archives Nationales J677 n°1). Certains historiens y ont vu l’empreinte de la proximité entre Guillaume le Lion et Louis VII face au pouvoir angevin (en 1173), du mariage en 1239 de Marie de Coussy avec Alexandre II ou de celui d’Alexandre III avec Yolande de Dreux en 1285 (Mackie 75), mais ces éléments n’étaient pas cités dans le texte. À partir du traité de 1326 (qui reprenait la forme du traité de 1295 en gommant le nom déchu de Balliol et ses éléments les plus belliqueux), tous les traités de renouvellement de l’Alliance le firent au nom des accords jadis signés entre Robert Ier et Philippe IV (NR SP7/1, AN J. 677, N°. 3). Dans la tradition diplomatique de l’Alliance, le traité de Corbeil de 1326 devint la référence absolue, l’ancre jetée dans la rivière du temps.

  • 7 En 1298, Philippe IV, après avoir conclu une trêve avec Édouard, fit savoir à ce dernier qu’il voul (...)

14Les renouvellements de l’Alliance n’étaient jamais le fruit du hasard. Ils répondaient à des nécessités, mais il est intéressant de renvoyer dos à dos l’exemple malheureux et sur-représenté du traité de 1295 et celui de 1326. À leur façon, le contexte immédiat dans lequel furent signés ces traités éclaire nos questionnements. En 1295, bien davantage qu’un suicide politique pour le roi d’Écosse, il s’agissait de faire passer un message. Il semble avéré que le pouvoir de Balliol, largement épaulé par celui d’Édouard Ier (qui avait arbitré en faveur de son accession au trône durant la crise dynastique qui avait suivi la mort d’Alexandre III), était déjà très affaibli. Balliol faisait face à la défiance d’une partie de la noblesse écossaise, au premier rang desquels les Bruce, une famille rivale dans la course à la couronne, ainsi qu’aux demandes toujours plus excessives d’Édouard. Balliol, qui faisait davantage figure de vassal que d’égal face au roi d’Angleterre, était en fâcheuse posture. Alors que le pouvoir anglais se tournait contre la France, on saisit cette opportunité en Écosse pour réaliser une volte-face désespérée. Au lieu de contribuer à l’effort de guerre anglais en vue du grand conflit à venir, l’Écosse se rallia à l’ennemi français. La manœuvre coûta sa couronne à John Balliol, mais elle amorça une longue phase de luttes qui, in fine, vit un souverain écossais à la tête d’un royaume autonome restauré sur le trône (Nicholson 114). L’Alliance avec la France, dans ce contexte, avait été un défi jeté au visage du roi d’Angleterre, la prérogative manifeste d’un monarque capable d’exercer librement ses fonctions et de se liguer avec un autre royaume, qui le traitait, en retour, comme un authentique interlocuteur et comme un égal respecté. C’était un pari politique très risqué, mais aussi une manœuvre hautement symbolique, qui allait contre l’idée d’une Écosse confinée au rôle de province isolée et assimilable. Par la suite, alors que l’Écosse était effectivement sous domination anglaise, les rois de France continuèrent à insister pour que le roi d’Écosse soit intégré aux négociations avec l’Angleterre. La soumission du royaume n’avait pas (entièrement) remis en cause sa légitimité7.

15La France, puissance majeure de l’Occident chrétien, constituait un partenaire de choix. Côté français, la signature du traité de 1295 faisait suite à la signature (la veille) d’un accord similaire avec la Norvège, autre puissance traditionnellement associée à la sphère d’influence du roi d’Angleterre. Dans la perspective d’un conflit, les deux camps n’avaient pas négligé la question internationale. La constitution de réseaux d’alliance avec des puissances étrangères fut l’occasion de mener une première guerre d’influence, par procuration. Par le biais des traités franco-norvégiens et franco-écossais, on échafauda un seul et même grand plan d’invasion de l’Angleterre. Ce projet, parfaitement irréaliste dans ses proportions, ne fut jamais mis en œuvre. En cas de guerre ouverte (ce ne fut pas le cas en 1295), l’image d’ensemble évoquait une Angleterre solitaire, quasiment cernée par des ennemis fédérés autour du pouvoir français (Nicholson 114-115). Mise en scène fracassante d’un pouvoir royal qui se savait acculé en Écosse, ce traité permettait de mettre en lumière l’importance prêtée au soutien extérieur et à l’assentiment d’une communauté spirituelle et politique en apparence unie dans une même lutte. L’Alliance matérialisait un front, dont les éléments constitutifs se soutenaient même après leur chute. Le pari était réussi côté français, conforté dans sa supériorité par cette démonstration de force. Au ton belliqueux du traité de 1295 répondit une invasion tout aussi brutale de l’Écosse, qui paya le prix fort de son réalignement.

16Le traité de Corbeil signé en 1326 était bien différent. Il ne s’agissait plus d’un dangereux soulèvement contre l’autorité du roi d’Angleterre, mais d’un jalon important dans l’entreprise d’affirmation progressive du pouvoir de Robert Ier sur l’Écosse. Après des débuts très difficiles, Robert bénéficia des retombées de sa victoire retentissante à Bannockburn. L’année 1320 fut marquée par l’envoi d’une lettre au pape, la fameuse Declaration of Arbroath. En 1328 le traité d’Édimbourg-Northampton ratifié par le parlement d’Angleterre conforta Robert dans sa légitimité à régner sur un royaume autonome. Après la lettre au pape, la signature d’un traité d’alliance avec le roi de France s’inscrivait dans une même entreprise de légitimation et de reconnaissance à l’échelle internationale. Cette déclaration diplomatique confirmait (comme en 1295) la capacité des rois d’Écosse à faire entendre clairement leur voix et à défendre leur statut, en campant le rôle d’interlocuteurs du roi de France, leur ami et leur pair. Moins agressif que le traité de 1295, le traité de Corbeil traduisait aussi des réglages, des ajustements à l’œuvre dans l’équilibre des pouvoirs et dans la représentation symbolique des rapports entre les deux partenaires. Alors qu’elle gagnait en maturité, la dimension ouvertement militaire de l’Alliance était, contre toute attente, en recul.

17En vieillissant, et en conservant en même temps son attachement à certains principes fondamentaux, la puissance symbolique de l’Alliance s’accroissait. Quoique la transition entre le traité de 1295 et de 1326 soit particulièrement marquante, il ne faut pas s’y tromper : les renouvellements de l’Alliance, tout en revendiquant de manière obstinée une forme de continuité, évoluèrent subtilement. En 1371, quand l’Alliance commença à assumer pleinement son caractère ancien, du chemin avait été parcouru. Étudié par Philippe Contamine et Françoise Autrand, ce document se fait le véhicule, jusque dans sa forme, d’un message qui n’avait eu de cesse de gagner en clarté. Dans l’espace harmonieux et apaisé de la diplomatie, en dépit ou contre les tensions du réel, une image idéale s’épanouissait (Aux Origines de l’Europe moderne 42). Les clauses de l’Alliance se déclinent en respectant une forme de réciprocité méticuleuse. Les engagements qui lient la France et l’Écosse sont repris en inversant les termes, sous une forme qui évoque l’incantation, le rituel solennel.

  • 8 En 1297, le Great Roll de John of Caen fut présenté à Édouard Ier d’Angleterre. Il contenait les ré (...)

18Le caractère ancestral de l’Alliance, déjà esquissé dans les premiers traités, n’était pas une qualité anodine. En se donnant la réplique, les pouvoirs français et écossais se confortaient dans l’idée de leur propre permanence. Bien vite, il apparut que l’Alliance était bien plus opérante comme dispositif défensif que comme arme tournée contre l’Angleterre. Elle permettait, à son niveau, de projeter l’image d’un ordre géopolitique dominé par les notions de stabilité et d’équilibre ; un ordre qu’il fallait protéger contre les fauteurs de troubles. Elle mettait en scène un système où les partenaires, dans la manifestation de leur mutuelle affection et au moyen d’un langage et d’un discours communs se renforçaient (Nabert 14). Dans ce double arrangement, chaque acteur se portait garant de son allié, de manière rétroactive. Un allié, même temporairement vaincu, pouvait donc continuer à exister, sans être condamné à l’effacement et à la soumission, tant que son partenaire continuerait à clamer et à défendre son droit. Il ne s’agit pas d’un soutien purement théorique, dont la valeur serait nulle. Au Moyen Âge, le meilleur outil de justification et de légitimation consistait à se référer à un ordre naturel, un ensemble de règles et de vérités dont Dieu était le garant, et dont la fermeté s’inscrivait dans le temps long. En suivant ce modèle, « ce qui a toujours été », ou ce « dont il n’est mémoire du contraire » bénéficie en quelque sorte d’un blanc-seing l’autorisant à se prolonger par voie de fait. Par son ancienneté constamment évoquée, l’Alliance fournissait un argument (parmi d’autres) qui allait en ce sens (Nabert 33). Si la question de la datation de l’Alliance peut paraître problématique aux historiens, c’est sans doute au moins en partie parce que cette interrogation n’avait pas lieu d’être : il suffisait à l’Alliance d’assumer haut et fort sa prestigieuse « vieillesse ». En 1389, Philippe de Mézières fournit un bon exemple de ce type de démarche dans Le Songe du Viel Pelerin. Il explique comment le roi de France, choisi par Dieu pour établir une paix généralisée, devait être en mesure de tisser et d’entretenir un réseau de relations internationales. En prenant l’exemple du sultan de Babylone, Mézières explique qu’il suffira de prétendre que l’on a retrouvé, dans quelque vieille chronique, la preuve que le sultan entretenait au temps jadis d’excellentes relations avec Charlemagne. À partir de ce précédent, la relation pourra être ravivée (Mézières 94). Le même type de raisonnement soutenait l’enquête commandée par Édouard Ier en 1291, lorsqu’il lança une opération visant à prouver, en fouillant les chroniques conservées dans les monastères du royaume, que l’Écosse avait autrefois été dominée par l’Angleterre8. Ces documents historiques étaient en mesure de fournir la base d’une revendication, d’une annexion. L’Alliance illustrait un même principe fondamental, en adoptant un angle diamétralement opposé, en fournissant un alibi. À la fin du Moyen Âge, si la bataille rangée pouvait encore faire office de jugement de Dieu, la force ne justifiait plus le droit, et la conquête d’un territoire voisin, a fortiori dans la sphère de la Chrétienté, devait reposer sur un argumentaire préétabli (Goldstein 68). Toute tentative d’invasion d’un royaume vénérable pouvait donc, désormais, être décrite comme un abus et une aberration, dans la mesure où elle perturbait l’ordre naturel des choses.

19Dans sa formulation, l’Alliance franco-écossaise contribuait à donner du relief à des idées qui, si elles semblent aller de soi aujourd’hui, n’étaient pas encore formellement établies. L’Alliance, en effet, ne faisait pas que réunir deux rois. Elle transcendait le temps des règnes, ces tronçons entrecoupés de jointures délicates, parfois fragilisés par des crises dynastiques. Les signataires s’engageaient comme leurs ancêtres l’avaient fait avant eux et comme leurs successeurs le feraient après eux. Ils n’étaient que des dépositaires temporaires, les relais d’un organisme plus vaste qu’eux, qui embrassait aussi l’ensemble de leurs sujets et tout le royaume. Pour s’en persuader, il suffit de reprendre le traité de 1371, dont la forme était déjà très aboutie. Le début du texte (ici dans sa version écossaise) mentionne d’abord le rôle joué par les princes, qui honorent les « amities alliances confederacions et bienveillances qui de treslong temps ont este contractez et maintenues ». Ainsi fixé dans une tradition, le propos s’élargit ensuite dans l’espace (on intègre le royaume et ses occupants) et le temps (en impliquant les héritiers) :

c’est assavoir, Que le Roy de France dessus dit, et ses hoirs et successeurs, Roys de France, et nous, noz hoirs et sucesseurs, Roys d’Escoce, les communautes et subgez des diz royaumes de France et d’Escoce sommes des maintnenant et serons, pour le temps a venir, par lien de union et amitie en bonne foy liez et obligiez ensemble, et doresenavant ferons, donrons, et procurerons amour, aide, conseil, et confort de tout, quanque nous purrons, comme loiaulx allies, les ungs aux autres.

20Les traités servaient à mettre en lumière des entités qui se côtoyaient de longue date, qui formaient ensemble un écosystème politique, fait de rouages complexes et irremplaçables : des Etats. L’effort de définition qui caractérisait l’engagement mutuel de la France et de l’Écosse relevait du rapport d’amitié, d’un amour manifesté publiquement par les princes et étendu, à travers eux, aux royaumes qu’ils représentent. Cet amour devenait ainsi le mode d’interaction « par défaut » ou « naturel » des deux interlocuteurs. Ce positionnement n’avait rien de naïf ou de sentimental, il s’intégrait à une stratégie de défense du royaume face aux menaces qui risquaient de l’engloutir.

  • 9 Le phénomène de construction et de définition de « l’ennemi naturel » a été largement traité. Thème (...)

21Dans leurs réseaux d’amitié ou d’hostilité, les royaumes trouvent leur place, à la manière d’un puzzle dont les pièces, polarisées, ne sont pas interchangeables. Les historiens ont souvent souligné le rôle fondamental joué par les rapports d’antagonisme, par la rivalité et de la confrontation entre les royaumes dans le développement de l’appareil des États modernes. La propagande et les imaginaires nationaux qui prirent leur essor sur la frange atlantique de l’Europe au cours des XIVe et XVe siècles se nourrissaient de ces phénomènes (Martin 443-444). À rebours de ces tensions, le rôle de l’amour ou de la relation amicale entre royaumes pouvait paraître anecdotique. Pour Colette Beaune, la perception de l’étranger relevait surtout du corollaire : elle est dominée par un fort sentiment de xénophobie, conséquence ou contrecoup prévisible de toute entreprise d’autocélébration patriotique (Beaune 17). L’Alliance franco-écossaise subissait aussi ces pressions, mais dans les textes diplomatiques, c’est le vocabulaire de la proximité et de l’amour qui prime. Ce n’est pas dans les traités diplomatiques franco-écossais que l’on fustigea le mieux l’Angleterre : les derniers siècles du Moyen Âge furent propices au développement d’une littérature politique et militante où l’on dénigrait l’ennemi anglais, parfois en des termes d’une rare violence9. Si la France et l’Écosse pouvaient s’appuyer sur la mise en scène de leur antagonisme avec l’Angleterre pour se caractériser et se positionner dans l’espace européen, l’officialisation de leur amour mutuel jouait un rôle très similaire, complémentaire. La France existe, se définit aussi bien dans son rapport d’opposition avec l’Angleterre que dans sa relation cordiale avec l’Écosse. On retrouve ici les pièces d’un ordre dominé par un impératif, celui d’équilibre. L’ensemble, drapé dans un manteau d’éternité, formait un système à la fois simple et cohérent.

22Comment expliquer le fait que l’Alliance ne se soit pas construite, dans le choix de ses formules, contre l’Angleterre ? La dimension ritualisée, presque magique, évoquée plus tôt, contribuait à un culte particulier, celui du pouvoir laïc, qui empruntait la grille de lecture morale du christianisme. C’est d’abord l’élan naturel des princes chrétiens à vouloir s’aider les uns les autres qui sert d’assise théorique à l’Alliance. Cette aide prend la forme d’un engagement mutuel, qui vise à promouvoir et à défendre la paix. La paix garantit la tranquillité et la prospérité des royaumes. Elle est décrite comme la fille, ou le don de Dieu (Offenstadt 35-36). Pour les rois, la défense de la paix localise l’exercice de leur autorité dans une sphère qui côtoie les vertus les plus nobles, les plus sacrées. Présentée comme un instrument de paix, l’Alliance récuse tout ce qui pourrait l’assimiler à une machine de guerre criminelle. Aux antipodes de cette idée, les textes diplomatiques justifient la mise en œuvre de ligues comme une nécessité, face à ceux qui ne respectent pas les règles édictées par Dieu. S’il faut s’employer à préserver la paix, c’est parce qu’au sein même de l’espace chrétien, des éléments perturbateurs remettent en cause l’ordre des choses. Les ambitions débordantes de certains royaumes sur leurs voisins, les ravages causés par la guerre que cela occasionne sont indirectement pointés du doigt. Les conflits engendrés font doublement offense à Dieu : ils voient d’abord le sang chrétien couler, sous les coups de leurs propres frères chrétiens. Ces guerres intestines sont aussi la cause de la ruine et de la destruction des royaumes, qu’ils affaiblissent. Ainsi mutilée, consumée par ses péchés, la communauté chrétienne se révèle incapable d’unir ses forces dans le seul combat digne de ce nom, celui qui devrait opposer les serviteurs de Dieu aux peuples infidèles qui se pressent aux lisières de leurs royaumes. La Declaration of Arbroath fournit un exemple éclatant de cet argumentaire (National Records of Scotland, SP13/7) :

Auteur0000-00-00T00:00:00ACela vous concerne tout particulièrement, Saint Père, puisque vous voyez la sauvagerie des païens s’acharner contre les Chrétiens […] et les frontières de la Chrétienté repoussées vers l’intérieur chaque jour. […] Ensuite s’élèvent les princes Chrétiens qui, au nom de motifs fallacieux, prétendent qu’ils ne peuvent porter assistance à la Terre Sainte, en raison des guerres qu’ils mènent contre leurs voisins. La seule vraie raison qui les en empêche réside dans l’avantage qu’ils trouvent à combattre des petits voisins, où la résistance est plus faible.Auteur inconnu2022-05-22T20:41:00

23Dans sa formulation, l’Alliance se présente donc comme une réponse, un remède. On pourrait parler, en reprenant une expression prêtée par le chroniqueur Walter Bower au pape Martin pour qualifier le rôle des Écossais dans la lutte contre les Anglais, « d’antidote » (Bower 121). Face au déséquilibre pathologique causé par l’Angleterre, l’Alliance cherchait à exprimer la réaction immunitaire spontanée et unanime de princes chrétiens conscients de leurs responsabilités. En faisant alliance, les rois de France et d’Écosse mettaient en scène leur propre autorité, et la nimbaient d’un halo sacré dont la portée religieuse était directement mise au service de la représentation de leur pouvoir temporel.

24Ce ne sont pas les textes de l’Alliance qui ont le plus durement éreinté l’Angleterre ; on peut cependant estimer que ces productions résonnaient avec un corpus plus large, où propagande nationale et diffamation de l’ennemi vont main dans la main. En rappelant l’ancienneté des liens qui unissent la France et l’Écosse, les traités réfutaient d’office toute prétention expansionniste de la part de l’Angleterre. Au nom de la préservation de la communauté chrétienne, ils rappelaient les priorités des princes, exerçant leur pouvoir avec sagesse et retenue. En ignorant ou en faisant entorse à tous ces principes, l’Angleterre est condamnée, renvoyée à une impiété criminelle. Peu importe que la puissance franco-écossaise ne soit pas de taille face au pouvoir anglais, ou que les rois de France et d’Écosse ne puissent pas vraiment être mis sur un pied d’égalité. Dans le corpus diplomatique de l’Alliance, la vraie force réside dans le message et dans l’addition des voix qui le portent. Ce qui prévaut touche au collectif, en opposition à une anomalie singulière et détestable.

  • 10 La première moitié de cette clause se présente comme il suit (côté français), avant d’être rigoureu (...)

25Cet aspect rassurant, cette mise en scène d’un ordre géopolitique irréfutable furent renforcés par l’ajout de nouvelles clauses dans les renouvellements de l’Alliance. Dans le traité de 1371, la France dut souscrire à une clause de non-intervention chez l’allié écossais. Dans le renouvellement de 1484, cette clause fut enrichie d’une réciproque10. On a vu comment les royaumes renforçaient leur visibilité et leur statut particulier dans un réseau polarisé, fait d’oppositions et de proximités. On a vu comment ces correspondances cherchaient à se présenter comme des réalités absolues, et comment l’Alliance cherchait à incarner le camp du bien, de l’ordre, de Dieu. Le premier objectif de l’Alliance consistait à définir pour distinguer, à circonscrire et à délimiter. La mise en œuvre d’un dispositif défensif visait avant tout à se prémunir de tout risque de confusion, de débordement, de dissolution. Ce que l’Alliance érige, ce sont des digues. Cette posture était très clairement dressée contre la menace anglaise ; mais la démarche, universelle, devait aussi s’appliquer aux alliés. En s’engageant à ne pas s’inviter, à ne pas participer de quelque façon que ce soit aux discussions et débats susceptibles d’intervenir entre les règnes, les partenaires confirmaient le rôle sécurisant de l’Alliance, en la désarmant de façon préventive. En concluant des alliances, la France et l’Écosse ne faisaient pas qu’accroitre leur puissance et leur influence, ou solidifier autour d’eux un réseau de témoins et de supports : l’allié était aussi une menace neutralisée, un risque prévenu. La clause de non-intervention traçait une ligne à ne pas franchir, aménageait une « distance de sécurité » au sein de laquelle les royaumes pouvaient s’épanouir en toute tranquillité.

26Cette grande prudence permet de comprendre pourquoi la présence physique de l’allié, a fortiori sous la forme de troupes en armes, pouvait se révéler problématique. On touche à nouveau aux limites auxquelles la coopération militaire entre les alliés était vouée à se heurter. L’intervention écossaise dans les années 1420 est particulièrement évocatrice : aux yeux de la noblesse française déjà humiliée après la bataille d’Azincourt, le recours à des armées étrangères avait quelque chose de perturbant. Même refrain chez les propagandistes, y compris chez Alain Chartier qui, dans le Quadrilogue Invectif, invoque l’image de la ruche : que penser d’une colonie qui ferait appel aux abeilles d’une ruche voisine pour se protéger ? (Quadrilogue Invectif 51) En rupture totale avec l’imaginaire national français bourgeonnant, qui revendiquait une forme d’élection, de centralité et de supériorité à l’échelle du monde chrétien, pareil glissement était impensable. Il en allait de même en Écosse, royaume dont l’imaginaire national, bien illustré par le contenu de la Declaration of Arbroath, faisait de la défense des libertés du royaume sa priorité absolue. L’épisode de la Great Cause, durant lequel Édouard s’était immiscé dans les affaires royales écossaises était encore dans les esprits. En refusant de s’enfermer dans un tête-à-tête exclusif avec le pouvoir anglais, il n’était pas question pour l’Écosse, soucieuse de ses propres intérêts, de tomber de Charybde en Scylla. À leur manière, les succès limités de la facette purement militaire de l’Alliance nous renseignent sur ses véritables enjeux, sur ces limites qui ne devaient pas, ne pouvaient Auteur0000-00-00T00:00:00Apas être franchies.

27Ce que l’amitié franco-écossaise exprime, c’est une recherche d’équilibre et d’harmonie, une Auteur inconnu2022-05-22T20:45:00manière de cohabiter sans se déchirer sur l’échiquier européen qui se précisait au sortir du Moyen Âge. Il ne faut pas projeter sur cette relation, cette proximité si difficile à mettre en œuvre dans le contexte de l’époque, des attentes qu’y n’étaient pas les siennes. En dépit des mots d’Alain Chartier, prononcés en période de crise, l’Alliance ne visait pas à instaurer d’union stricte entre la France et l’Écosse. Au-delà de leurs intérêts communs, le dialogue et la récitation réciproque des clauses de l’Alliance visaient à renforcer, rituellement, la part de ses éléments constitutifs. Expansion, débordement, confusion, invasion : ces mots sont ceux que l’on associe à l’ennemi anglais, incapable de se tenir dans ses frontières. Face à ce phénomène, l’Alliance affirme et réaffirme ses préceptes rigides, fait office de contrepoids ; en son sein, les alliés se distinguent, se reconnaissent ; mais les amis se définissent aussi dans leur capacité à garder leurs distances, à ne pas devenir les uns pour les autres une nouvelle menace. En cela, l’Alliance assumait une forme de réalisme politique, ne nourrissait pas d’illusions. La vision d’une communauté politique un jour unie dans la paix de Dieu ne trompait personne. Déjà, au XIVe siècle, Nicolas Oresme la décrivait comme une chimère, une « fiction poétique ». D’après Oresme, ce « munde », « il le convient prendre tel comme il est », c’est à dire divisé en royaumes souvent rivaux (L'invention de la diplomatie 207). Oresme concevait cet ensemble comme un appareil dangereux et instable, dont la capacité à se maintenir sans voler en éclat devait reposer sur un jeu de forces contradictoires, capables (peut-être) de s’équilibrer pour atteindre le meilleur état possible, en forme de statu quo. En cela, l’Alliance pouvait à juste titre être perçue comme un instrument divin, conçu pour garantir (à son échelle) l’intégrité de cette nébuleuse européenne où les contours d’États en gestation se précisaient.

Haut de page

Bibliographie

Autrand, Françoise. « L’enfance de l’art diplomatique : La rédaction des documents diplomatiques en France XIVe-XVe siècles », dans L. Bély, (sous la direction de) L'invention de la diplomatie : Moyen Age - Temps modernes, PUF, Paris, 1998. p.207-224, p. 207.

Autrand, Françoise. « Aux Origines de l’Europe moderne : l’alliance France-Écosse au XIVe siècle », J. Laidlaw (ed.), The Auld Alliance : France and Scotland over 700 years. Edinburgh University, Edinburgh, 1999 p. 33-46.

Basin, Thomas. Histoire de Charles VII, Paris, éditée et traduite par Ch. Samarin professeur à l’école des Chartes, coll. les Classiques de l’Histoire de France au Moyen-âge, société d’édition les Belles Lettres, 1933.

Beaune, Colette. Naissance de la Nation France, Gallimard, Paris, 1985.

Bower, Walter. Scotichronicon, D. E. R. Watt (gen. ed.), Aberdeen University Press, 9 vols., 1987-1998, t. 8.

Chartier, Alain. Les Œuvres Latines d’Alain Chartier, édition critique éditée par P. Bourgain-Hemerick et le Centre National de la Recherche Scientifique, Paris, 1977.

Chartier, Alain. Le Quadrilogue Invectif, édité par E. Droz, H. Champion, Paris, 1923.

De Cagny, Perceval. Chroniques de Perceval de Cagny, publiée pour la première fois pour la société de l'histoire de France par H. Moranvillé, Paris, Librairie Renouard, 1902.

Devine, Thomas. « La nation écossaise s’est construite dans la lutte contre l’Angleterre », Entretien avec Sir Thomas M. Devine, L’histoire, n° 468, février 2020, p. 13-21.

Donaldson, Gordon. The Auld Alliance, The Franco-Scottish Connection, The Saltire Society and l’Institut Français d’Écosse, Tillicoultry, 1985 ; traduit et adapté en français par G. Dalleré et M. Duchein, La Vieille Alliance, histoire de l’amitié franco-écossaise, Paris, 1995.

Duchein, Michel. « Le Traité franco-écossais de 1295 dans son contexte international », dans J. Laidlaw (ed.), The Auld Alliance : France and Scotland over 700 Years, Edinburgh University Press, Edinburgh, 1999. p. 23-32.

Dumont, Jean (ed). Corps universel diplomatique du droit des gens ; contenant un recueil des traitez d'alliance, de paix, de trêve, de neutralité, de commerce, d’échange, de protection et de garantie... qui ont été faits en Europe, depuis le règne de l'empereur Charlemagne jusques à présent, édité par Mr J. Dumont, chez P. Brunel, R. et G. Wetstein, Amsterdam, 8 vols, 1726-1731, t. 1.

Forbes-Leith, William. The Scots Men-At-Arms and Life Guards in France From Their Formation Until Their Final Dissolution, 1418-1830, Edinburgh, 2 vols., 1882.

Froissart, Jean. Chroniques, publiées pour la Société de l’Histoire de France par Siméon Luce, Jules Renoir, Paris, 15 vols., 1869-1975, t. 10.

Genet, Jean-Philippe, Culture et idéologie dans la genèse de l'État moderne. Actes de la table ronde de Rome (15-17 octobre 1984), collection de l'École française de Rome, n°82, CID, Paris, 1985.

Goldstein, Roy James. The MAuteur0000-00-00T00:00:00Aatter of Scotland: Historical Narrative in Medieval Scotland, University of Nebraska Press, Lincoln, 1993.

Jones, Michael. “Auteur0000-00-00T00:00:00AThe Battle of Verneuil, 17 August 1424: Towards a History of Courage”, War in History, vol. 9, 2002, p. 375-411.

Krynen, Jacques. L'empire du roi, idées et croyances politiques en France, XIIIe-XVe siècle, Gallimard, 1993.

Macdonald, Alastair. “The Kingdom of Scotland at Wars”, A Military History of Scotland, ed. by E. M. Spiers, J. A. Crang and M. J. Strickland, Edinburgh University Press, 2012, p. 158-181.

Macdonald, Alastair., Border Bloodshed ; Scotland, England and France Auteur0000-00-00T00:00:00Aat War, 1369-1403, Tuckwell Press, East Linton, 2000, p. 163-164.

Macdonald, Alastair., “Auteur0000-00-00T00:00:00AAuteur0000-00-00T00:00:00AThe Apogee of the Auld Alliance and the Limits of Policy, 1369-1402”, Northern Scotland, vol. 20, May 2000, p. 31-46.

Mackie, John Duncan, Auteur0000-00-00T00:00:00AA History of Scotland, London, Penguin Books, 1964.

Martin, Hervé. Mentalités Médiévales XIe-XVe siècle, Nouvelle Clio, 2eme édition corrigée, PUF, 2 vols., Paris, 1998, t. 2.

De Mézières, Philippe. Le songe du vieil pelerin, edited by G. W. Coopland, Cambridge U. P., Cambridge, 1969, t. 2.

Michel, Francisque, Les Écossais en France et les Français en Auteur0000-00-00T00:00:00AÉcosse,Trubner & cie, 2 vols., Londres, 1862, t. 1.

Moncrieff, Thomas, Memoirs Concerning the Ancient Alliance Between the French and Scots, and the Privileges of the Scots in France, W. Cheyne, Edinburgh, 1751 (first edition), reprinted for J. Wylie & Co, Glasgow, 1819.

Nabert, Nathalie. Les réseaux d’alliance en diplomatie aux XIVe et XVe siècles, étude de sémantique, Champion, Paris, 1999.

Nicholson, Auteur0000-00-00T00:00:00ARanaldAuteur inconnu2022-05-22T20:46:00, “The Franco-Scottish and Franco-Norwegian Treaties of 1295”, Scottish Historical Review, vol. 38, n° 125, part 2, 1959, p. 114-132.

De Nogent, Guibert. Histoire des Croisades, J. L. Brière, Paris, 1825.

Offenstadt, Nicolas. Faire la paix au Moyen Âge : discours et gestes de paix pendant la Guerre de Cent Ans, Odile Jacob, 2007, Paris.

Petit, Joseph. Essai de restitution des plus anciens mémoriaux de la Chambre des Comptes de Paris, Paris, 1899.

Wood, Stephen. The Auld Alliance, Scotland and France, The Military Connection from the Middle Ages to the Liberation, Mainstream Publishing, Edinburgh, 1989.

Haut de page

Notes

1 The Adventures of Quentin Durward, dirigé par R. Thorpe et produit par P. S. Berman, MGM, 1955 ; Quentin Durward, feuilleton télévisé franco-allemand en 7 épisodes, créé par Jacques Sommet, produit par Maintenon Films, première diffusion en 1972 sur l’ORTF.

2 Discours prononcé Édimbourg le 23 juin 1942, Charles de Gaulle, Discours et Messages, 1940-1946, Plon, Paris, 1970, t. 1.

3 Citons par exemple l’excellente étude de Brian Ditcham qui se penchait spécifiquement sur la période médiévale, Ditcham, B. G. H, The employment of foreign mercenary troops in the french royal armies 1415 – 1470, PhD, Edinburgh University, 1978.

4 Par exemple Talbott, S., An alliance ended? Franco-Scottish commercial relations, 1560-1713, PhD, University of St Andrews, 2011, Coombs, B,"Distantia Jungit," Scots Patronage of the Visual Arts in France, c.1445 – c.1545, PhD, University of Edinburgh, 2013.

5 On retrouve une formule similaire côté anglo-saxon, sous la forme du « stand well with your neighbour, but better with your neighbour’s neighbour » (Donaldson p. 3).

6 En 1337, on envisagea d’envoyer en Écosse 1200 hommes d’armes, chevaliers et écuyers, et 20 000 fantassins grâce à une flotte de 200 navires, accompagnés par 60 bateaux de pêche et 30 galères. À cela s’ajoutaient des provisions en grande quantité, du vin notamment, ainsi que de l’équipement militaire. Un inventaire impressionnant et détaillé relate tous ces détails (PETIT, 204-210).
Avant l’expédition de 1385, les Français auraient aussi été persuadés par les Écossais qu’ensemble ils seraient capables de « faire un grand trou en Angleterre » (Froissart 297-297).

7 En 1298, Philippe IV, après avoir conclu une trêve avec Édouard, fit savoir à ce dernier qu’il voulait que soient inclus dans la trêve « Jean Roy d’Escosse, et as Prelats, barons, Chevaliers et autres Nobles, communitez et Universitez des villes et as habitans du Royaume d’Escosse desquelle condition, ou estat, qu’ils soient, lesquels sont depiesa et les tenons pour nos Alliez et Aydans » (Dumont 305).

8 En 1297, le Great Roll de John of Caen fut présenté à Édouard Ier d’Angleterre. Il contenait les résultats d’enquêtes lancées en 1291 et ses conclusions furent envoyées dans une lettre au pape en 1301. Le Roll s’ouvre sur ces mots : « ces choses parmi d’autres furent trouvées dans des vieilles chroniques dans différents monastères d’Angleterre et d’Écosse, desquelles il découle clairement que depuis longtemps les rois d’Angleterre reçurent soumission, hommage, suzeraineté et seigneurie du royaume d’Écosse » (Goldstein 58-59).

9 Le phénomène de construction et de définition de « l’ennemi naturel » a été largement traité. Thème omniprésent dans les textes propagandistes, ingrédient essentiel de la construction nationale (affirmation du « soi » par rapport à un « autre » menaçant), il se retrouve chez Chartier, Mézières ou Jean de Montreuil. « Au dire des écrivains patriotes », précise Krynen, « l’ennemi n’est pas un agresseur ordinaire. Les Anglais sont convoiteux, perfides, cruels, violeurs, incendiaires et pilleurs. Ils ne désirent rien d’autre que de ‘gaster et destruire’ le royaume. Ces Anglais appartiennent à une race fatale aux mœurs les plus bestiales : ils sont ‘couez’, ‘bestes pleines de rage’, ‘tous nourris de cervoise’, ‘sanglans, meseaux, puants, pourris’. ‘Je les ai en telle abhomination et haine’, écrit Jean de Montreuil, ‘que j’aime ceulz qui les heent et hez ceulx qui les aiment’ » (Krynen 313).

10 La première moitié de cette clause se présente comme il suit (côté français), avant d’être rigoureusement répétée, cette fois en inversant les rôles pour s’appliquer à l’Écosse: « Sil avenoit que nous allions de vie a trespassement sans ligne procree de notre corps et que debat fust entre aucuns sur le droit de la succession de leritage de notre royaume de france, en ce cas le roy descoce ses hoirs ou successeurs dessus dis ne aideront a aucun diceulx […] Mais seront faicte a decision de ce debat par les prelatz et autres grans gens de notre royaume de France selon les loix droiz statutz dicelui. Et celon que la plus grant partie appointera pour roy ledit roy descoce ses hoirs et successeurs le prendront aussi pour roy et pour leur allye et confedere » (National Records of Scotland, SP7/19).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément GUÉZAIS, « Par-delà le sang et la guerre : les enjeux de la conceptualisation diplomatique de l’Alliance franco-écossaise au Moyen Âge »E-rea [En ligne], 19.2 | 2022, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/erea/13998 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.13998

Haut de page

Auteur

Clément GUÉZAIS

Université de Caen Normandie – University of St Andrews
clement.guezais@unicaen.fr
Clément Guézais est docteur en civilisation britannique et titulaire d’un PhD en histoire médiévale. Il a soutenu en 2021 une thèse intitulée Regards croisés sur l’alliance franco-écossaise : représentation de l’autre et construction identitaire, XIVe – XVe siècle. Ses travaux, menés entre l’université de Caen Normandie et l’université de St Andrews (Royaume-Uni), se concentrent sur les échanges entre la France et l’Écosse au prisme de l’histoire des représentations et dans le contexte de l’émergence des États modernes à la fin du Moyen Âge.

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search