Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19.2RecensionsCatherine Kerbrat-Orecchioni. Nou...

Recensions

Catherine Kerbrat-Orecchioni. Nous et les autres animaux

Limoges : Éditions Lambert-Lucas, 2021, 624 p. ISBN : 978-2-35935-347-1. 36 €
Françoise BESSON
Référence(s) :

Catherine Kerbrat-Orecchioni. Nous et les autres animaux. Limoges : Éditions Lambert-Lucas, 2021, 624 p. ISBN : 978-2-35935-347-1. 36 €

Texte intégral

1L’ouvrage de Catherine Kerbrat-Orecchioni, Nous et les autres animaux, est un ouvrage de fond qui, en 624 pages, étudie le comportement humain à l’égard des autres animaux d’une manière novatrice en ce sens que cet ouvrage scientifique pluridisciplinaire, qui mêle approches théoriques, philosophiques, éthologiques et lexicales, est aussi un ouvrage de défense lucide et sensible du monde animal non-humain.

2L’ouvrage est construit selon une structure claire en trois parties, « Regards croisés sur la question animale », « Approches lexicale, argumentative et discursive » et « De l’éthique à la pratique ». Un avant-propos très fort commence par une phrase brève qui résume toute une société et son évolution, où l’auteur se dit « doublement autorisée à [s]’intéresser à la cause animale : d’abord en tant que femme et ensuite en tant que chercheuse ». Après deux épigraphes, de Théodore Adorno et Max Horkheimer dans La dialectique de la raison pour l’une et de Jean-Christophe Bailly dans Le parti des animaux pour l’autre, l’auteur montre dès la première phrase quelle a été la conception dominante dans nos sociétés depuis des siècles, où les hommes étant censés être rationnels au contraire des femmes à qui était réservé le côté sentimental, eux n’avaient pas à se préoccuper des animaux, solicitude que l’on laissait aux femmes, tout en considérant que les animaux compensaient chez elles un manque affectif. Cette entrée en matière souligne bien que femmes et animaux ont été liés durant des siècles dans un rejet par la société mâle dominante et un refus de toute tentative de compréhension. Partant de là, l’auteur se sert de ces préjugés et présupposés pour poser des questions d’ordre philosophique comme par exemple : ne peut-on « éprouver de sollicitude qu’envers les êtres rationnels » ? (9)

3Cet avant-propos rappelle aussi tous les auteurs masculins qui ont osé braver le courant général et assumer leur amour des animaux, comme Montaigne, Michelet, Pierre Loti ou Émile Zola, dont la citation d’un magnifique texte vient éclairer le propos, l’écrivain s’interrogeant sur les raisons de son bouleversement à la vue d’un chien perdu et de tout animal souffrant ; il y posait cette question fondamentale : « Pourquoi les bêtes sont-elles toutes de ma famille, comme les hommes, autant que les hommes ? » (10). C’est là le cœur du problème, et à travers cet avant-propos mêlant histoire, philosophie et littérature, c’est bien la question de l’appartenance à une même famille qui est soulignée. Intéressante aussi est la liste de toutes les disciplines qui ont été « affectées […] par l’irruption en leur sein de la question animale » (12). On y trouve aussi bien la théologie, la philosophie et l’éthique que les sciences économiques, politiques et juridiques, l’histoire et la géographie, ou encore la psychologie, la psychiatrie, et la critique littéraire et artistique. Liste intéressante en soi, et qui donne aussi à l’auteur l’occasion de remarquer la discipline absente : si elle évoque la zoosémiotique (étude du langage des animaux), elle constate que la linguistique, la « zoolinguistique », n’apparaît jamais. Et elle suggère que « certaines représentations du monde animal sont inscrites dans le système lexical, qui vont en partie déterminer son utilisation ». La grande originalité de cet ouvrage, c’est de faire d’une recherche scientifique très approfondie et très documentée, un éveil à la conscience de la relation entre humains et autres animaux. Après avoir évoqué toutes les disciplines scientifiques qui traitent de la question animale, elle rappelle la quasi-disparition des animaux de notre environnement et le nombre d’animaux abattus chaque minute dans le monde pour notre consommation (13). En dissociant les espèces, elle donne aux chiffres, qu’elle reprendra en fin d’ouvrage, encore plus de force.

4Dans la première partie, les « regards croisés sur la question animale » passent par l’éthologie, la politique ou la photographie de la vie sauvage. Encore y apparaissent les grands auteurs classiques, qui ont fait entendre leur voix en évoquant la sensibilité animale, comme La Fontaine, Voltaire ou Fontenelle. Les deux premiers chapitres sont centrés sur la « césure », avec des « approches philosophique et éthologique » pour le premier et une « approche zoosémiotique » pour le second. Passant par une analyse philosophique de la césure et de « l’idéologie rupturiste » (27), elle analyse le passage de la différence à la supériorité et de la supériorité à la domination, en passant par Kant auquel répond Boris Cyrulnik. Lévi-Strauss apporte son analyse « lumineuse » dans laquelle il rappelle comment « on commence par couper l’homme de la nature, et par le constituer en règne souverain » et comment l’homme occidental n’a pas compris qu’« en séparant radicalement l’humanité de l’animalité », il allait provoquer bien des drames humains (29-30). Il s’instaure à travers la réflexion de l’auteur, un dialogue et un débat entre les philosophes et les écrivains du passé et du présent. Mais c’est dans l’approche zoosémiotique et toute la question de la langue que l’auteur fait œuvre innovante. Partant du silence, le « silence des bêtes », d’Elizabeth de Fontenay mais aussi le « silence du monde [qui] bruit de voix animales » de Florence Burgat (85), l’auteur aborde la communication et le langage animal. Du lexique préexistant et des « taxinomies de cris d’animaux » (90), à leur traduction par des auteurs, comme Carl Safina, qui ose « parfois se livrer à un véritable travail de traduction » (90), elle montre l’évolution de la compréhension animale par l’homme, à travers une volonté d’entrer dans le langage de l’animal. C’est une analyse passionnante qui est offerte au lecteur, éclairée par de nombreuses et riches notes qui offrent une mine d’informations. Passant par la littérature, l’anatomie, la physiologie, la génétique ou la psycho-socio-éthologie, à travers l’ouvrage d’Yves Christen L’animal est-il une personne ?, elle termine ce chapitre sur l’« embarrassante question de la hiérarchie des espèces » et souligne qu’il s’agit en fait d’une question cruciale car « admettre son existence, c’est faire en sorte que les innombrables sévices que nous faisons subir aux animaux cessent ipso facto d’être des crimes » (137). Et on en arrive à l’enjeu éthique et juridique important de la question. Mais malgré la gravité du sujet et la richesse de la réflexion et de l’approche philosophique et théorique, Catherine Kerbrat-Orecchioni n’hésite pas, pour frapper son lecteur et en même temps apporter une note faussement légère, à terminer son chapitre sur une citation de Pierre Desproges (138).

5Le troisième chapitre est consacré à « Umwelt et point de vue animal ». Partant de la notion d’Umwelt élaborée au dix-neuvième siècle par Von Uexküll, l’auteur s’interroge sur la façon d’accéder à l’Umwelt des animaux et montre que cette notion remet en question l’anthropomorphisme (148). Le point de vue animal est ensuite étudié à travers un « détour par la littérature » (151). L’auteur y étudie les animaux des fables et des romans naturalistes modernes puis analyse la « mise en discours du point de vue animal » (162) avant de passer non seulement au point de vue animal mais à la cause animale en littérature (174). Elle aborde ensuite le point de vue animal en histoire et la zoohistoire (191). Elle souligne le côté salutaire de l’entreprise de « ‘décentrement’ du discours historique, qui fait de l’animal un véritable acteur ». Elle termine cette partie avec Marguerite Yourcenar et Svetlana Alexievitch faisant dire « à une rescapée de la ‘sale guerre’ d’Afghanistan » que « les animaux, les oiseaux, les poissons ont aussi, comme tout ce qui vit, une histoire » (195).

6Dans la deuxième partie dédiée à l’approche lexicale, le premier chapitre concerne l’approche lexicale à proprement parler. L’auteur commence par évoquer le mot « animal », incluant ou excluant l’espèce humaine selon les définitions. Elle étudie ces définitions, en passant par les dictionnaires et par de nombreux auteurs. Elle montre comment la langue, en opposant l’homme à l’animal, ramène « l’infinie diversité des espèces animales à une opposition binaire » (205). Elle analyse le vocabulaire animalier en se demandant s’il existe deux lexiques distincts pour les hommes et les animaux. Dans le bilan, elle montre des « hommes bestialisés et des animaux chosifiés » (234). Le deuxième chapitre concerne l’approche argumentative : l’auteur montre « quelques types d’arguments récurrents dans le débat sur la question animale » avec nombre d’exemples et de cas de figure ; puis elle évoque des « procédés caractéristiques de l’argumentation polémique » (273) avant de passer « des procédés aux enjeux du discours polémique » (296), où elle évoque les types d’argumentation opposés sur la corrida par exemple. Puis elle choisit comme étude de cas le régime végétarien, incluant le texte d’une humoriste pour donner une sorte de « synthèse des échanges publiés à ce sujet sur la Toile » (311). Suit une analyse intéressante de ce texte et, au reproche que celui-ci est « mal écrit », elle répond par des extraits d’une fable de La Fontaine et d’un texte de Plutarque, « auxquels on ne peut certes pas faire ce reproche », dit-elle (324). N’hésitant jamais à mêler des textes radicalement différents, elle présente une analyse stimulante et belle. Tout est remarquablement argumenté, étayé, et les touches d’humour qui émaillent l’ouvrage donnent beaucoup de vie à l’écriture scientifique et analytique. Le dernier chapitre de cette partie, l’approche « macrodiscursive », présente une « petite cartographie des positionnements sur la question animale », passant par l’anti-animalisme et l’anti-spécisme, l’animalisme spéciste avec Elizabeth de Fontenay et l’animalisme antispéciste avec Peter Singer, avant de terminer par une mise au point terminologique et un bilan, présentant une approche descriptive et une approche normative.

7La troisième et dernière partie s’ouvre sur un chapitre dédié à « l’éthique animale comme “pathétique” », où l’auteur s’interroge : les animaux « peuvent-il souffrir ? » Elle y aborde la « martyrologie animale », « la jungle des abattoirs », « l’enfer de l’élevage industriel ». Analysant l’empathie, l’ « anempathie » et l’ « hymperempathie », elle s’interroge sur « l’énigme de l’indifférence envers la souffrance animale (‘zoo-anempathie’) » (403), l’ignorance volontaire, l’indifférence, le « spécisme affectif » (421) puis analyse l’hyperempathie et le thème du sacrifice, en passant par Brigitte Bardot, Milan Kundera, Olga Tokarkzuk, Edith Wharton ou Rosa Luxembourg. Tous les textes qui accompagnent l’argumentation, et la manière dont ils sont tissés entre eux rendent la lecture de cet ouvrage passionnante. Le deuxième chapitre s’intitule « Vers une pathétique pratique ». L’auteur y montre quelques cas particuliers comme l’expérimentation animale, la chasse de loisir, « la ‘corrida de mort’ ». Puis elle évoque les animaux d’élevage avec « des préconisations divergentes » (482). Y est abordée la question du bien-être animal (497), tandis que le bilan oppose « humanisme et barbarie » (511). Le dernier chapitre de la partie et de l’ouvrage résume le propos en alliant la théorie et la pratique : « De la question animale à la cause animale ». Y sont abordés le thème de la politisation de la question animale, le « champ de bataille politico-juridique » (534). Un état des lieux très utile sur l’ensemble de la planète vient compléter le chapitre (541). L’auteur y parle des poissons d’élevage et des poissons sauvages, des « deux faces de la ‘guerre sans merci’ contre l’animal » en passant par Derrida (544), de « l’homme exterminateur » (545) et du lien entre cause animale et cause environnementale (548). Elle termine sur une partie intitulée « Écrire sur les animaux, écrire pour les animaux » (558). Catherine Kerbrat-Orecchioni ne s’abrite pas derrière les textes et la théorie, elle s’implique dans une étude magistrale sur la question animale – « prendre parti sans parti pris » écrit-elle (572) – et cela montre sa démarche engagée menée avec l’objectivité de la chercheuse scientifique, qui prouve qu’argumentation scientifique et sensibilité ne s’opposent pas mais se complètent. Une belle conclusion intitulée « I have a dream » (573) résume la démarche de Catherine Kerbrat-Orecchioni dont le magnifique ouvrage est fondamental et aborde le thème de la question animale avec beaucoup d’objectivité, de rigueur mais aussi une grande originalité.

8Sa structure parfaite guide le lecteur/la lectrice en lui présentant toute la recherche et tous les débats qui alimentent la question animale. Le lecteur/la lectrice n’est pas enfermé.e dans une réflexion livresque purement théorique, mais il/elle est amené.e à se poser des questions fondamentales sur la cause animale et donc sur la relation à réinventer entre l’humain et les autres animaux, pour passer de la « césure », cette séparation entre les humains et les autres animaux, encore très enracinée dans nos sociétés, à la conscience que nous et les autres animaux vivons tous ensemble.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise BESSON, « Catherine Kerbrat-Orecchioni. Nous et les autres animaux »E-rea [En ligne], 19.2 | 2022, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/erea/14309 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.14309

Haut de page

Auteur

Françoise BESSON

Université Toulouse - Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search