Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19.21. Relating / L’Écosse en relatio...La relation linguistique en Écoss...

Résumés

Cet article approche la relation linguistique en Écosse comme étant à la fois la relation interne au pays, interne au Royaume-Uni et internationale. Cette problématique est présentée autour de sept notions : la résistance écossaise à un monolinguisme hégémonique ; la naissance du multilinguisme ; de la relation à la compétition ; du plurilinguisme au multilinguisme ; la relation linguistique par la traduction ; langues et langages en relation culturelle ; enfin, scotticité et langues indigènes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Employer le terme « Scots » c’est parler franglais : à cet effet, rien ne nous interdit d’utiliser (...)
  • 2 Les Écossais soucieux de distinguer la langue écossaise de la langue anglaise et informés des origi (...)
  • 3 Voir mon article « Gaélie ou Highlands, mythes et réalité ». Triades, UBO, Brest, 2003. Et plus par (...)

1S’il faut comprendre ‘relation’ comme le contraire de séparation, on entendra ce concept de relation dans le sens de solidarité ou d’interdépendance. La relation linguistique se comprend alors comme un indispensable outil de communication orale et écrite impliquant tant les langues, qui résultent d'une convention sociale transmise par la société à l'individu, que les langages, ou systèmes de symboles, d’Écosse. La relation linguistique en Écosse, pour les Français, semble être un sujet tabou qui, à force d’être évité, mène à des confusions : il est navrant de constater que le mot « Scots » est souvent mal compris puisqu’il fait référence pour les uns à un dialecte de l’anglais, « Scottish English » (et l’expression « broad Scots » est déroutante pour beaucoup de scottophiles) ou, pour d’autres, à « Scots Gaelic ». Tous les enseignants d’anglais doivent sans cesse rappeler la distinction entre Angleterre, Grande-Bretagne et Royaume-Uni ; de même, les scotticistes doivent réexpliquer le fait du trilinguisme en Écosse : l’anglais, le gaélique, l’écossais1. Ces trois langues (ou clusters de dialectes) sont distinctes : l’anglais (anglo-saxon2) et l’écossais sont des langues affines issues du germanique occidental qui ont évolué séparément, comme le français et l’italien issus du latin ; le gaélique est une langue celtique émancipée du gaélique d’Irlande. Les langues celtiques et germaniques ne sont compatibles ni dans leur syntaxe, ni dans leur lexique. Chacune de ces langues véhicule une vision du monde qui lui est propre : les anglophones et les scottophones sont culturellement orientés vers le nord et les celtophones vers l’Est3. Au fil des générations, des mots gaéliques sont entrés dans l’écossais, voire l’anglais, et réciproquement ; mais depuis les années 1980 les linguistes gaëls enrichissent régulièrement leurs dictionnaires et bases de données lexicales de néologismes gaéliques pour remplacer les emprunts faits à l’anglais. La littérature écossaise moderne, suivant l’exemple de Walter Scott, est source de plaisirs linguistiques infinis dans la mesure où un texte dans l’une de ces trois langues peut receler des jeux de mots interlinguistiques, et Walter Scott ne s’en est pas privé, comme l’indique le titre même de son premier roman, Waverley. Cet article ambitionne d’être introductif à l’étude des trois langues indigènes d’Écosse, sans classement ni jugement de valeur, pour des études ultérieures qui approfondiraient ce champ encore insuffisamment exploré.

2Cette étude sur la relation linguistique appliquée à l’Écosse — vieux pays traversé par des mouvements de peuples depuis plus de dix mille ans s’il faut en croire les découvertes archéologiques dans le « Ness of Brodgar », Orcades — met à profit une approche diachronique qui favorise une meilleure appréhension de la place des langues dans l’histoire culturelle de l’Écosse : les contacts des armées romaines dès avant la fin du premier siècle de notre ère nous permettent par le biais de chroniqueurs, tels que Tacite, de savoir que, alors, l’Écosse était déjà un carrefour de langues préceltique, celtique, latine et, plus tard, germanique et scandinave. Ces langues, sous forme de multiples dialectes, se sont affrontées dans une lutte pour la suprématie. Ainsi l’évolution des langues en Écosse est-elle concomitante des conflits pour le pouvoir. La spontanéité de type darwinien affectant les langues n’a commencé à se corriger qu’au siècle dernier, lorsque les linguistes ont pris conscience de leur fragilité sur notre planète et y ont vu un trésor commun à l’humanité.

3Cette étude s’organise autour de sept notions : la ‘résistance écossaise à un monolinguisme hégémonique’ concerne la volonté de domination des langues germaniques arrivées dans l’archipel britannique à la suite de l’effondrement de l’Empire romain ; la ‘naissance du multilinguisme’ montre les conséquences de l’impossible fusion des langues celtiques (brittonique et goïdélique), germaniques (anglo-saxonnes, norroises) et romanes (latine, française) présentes sur le territoire national ; dans ‘De la relation à la compétition’ on observe le glissement vers une justification darwinienne de l’antagonisme ; ‘Du plurilinguisme au multilinguisme’ met en avant l’importance politique du rassemblement de dialectes en langue en opposant le gaélique et l’écossais ; ‘La relation linguistique par la traduction’ vise à indiquer le rôle de la traduction interne et externe dans les relations culturelles internationales ; ‘Langues et langages en relation culturelle’ attire l’attention sur les liens entre langues et langages, notamment dans le domaine des arts ; et ‘La scotticité et les langues indigènes’ présente un tout début de réponse aux statuts actuels respectifs du gaélique et de l’écossais.

1. Résistance à un monolinguisme hégémonique

4L’histoire de l’évolution des langues en Écosse depuis le temps des Pictes, que l’on peut provisoirement appeler préceltique, jusqu’au vingt-et-unième siècle, est un vaste débat qui ne sera pas abordé dans cet article introductif. Il faut garder en mémoire, cependant, qu’entre le cinquième et le neuvième siècle de notre ère, l’Écosse voit s’effacer les dialectes brittoniques et disparaitre ceux qui composent le picte tandis que s’affirment le gaélique venu d’Irlande, le norrois venu de Scandinavie, l’anglien venu du nord de la Germanie (l’actuel Schleswig-Holstein) et le latin venu avec la christianisation. Il s’ensuit que ces trois systèmes linguistiques différents ne cesseront d’être en compétition pour la suprématie. Le latin n’était pas une langue vernaculaire en Écosse mais liée à la religion catholique romaine : elle perd son influence dès le seizième siècle en grande partie à cause de la réforme calviniste sans être pour autant dépossédée de son aura ; mais elle a le renfort du français, langue romane, soutenu par les humanistes écossais. Le gaélique se voit cantonné dans la partie nord-ouest (Hautes-Terres et îles de l’ouest). Le nord-anglien (implanté dans les royaumes de Bernicie et de Deira fusionnés en 604 en Northumbrie) subit l’influence du norrois, notamment du Danelag (865-954), et doit lutter pour sa survie contre la propension hégémonique de la langue des Anglo-Saxons modifiée par le français après 1066.

5Le fait que le nord-anglien était une langue affine de l’anglais et du saxon, toutes étant des langues germaniques, a rendu le nord-anglien anglo-compatible ; le gaélique, au contraire, appartenant à un système linguistique fondamentalement incompatible avec les langues germaniques, ne pouvait qu’être en danger d’extermination pure et simple : l’union des couronnes de 1603 puis celle des parlements d’Écosse et d’Angleterre, en 1707, devaient conduire inéluctablement à l’extinction et du gaélique et de tous les dialectes de l’écossais. Contre toute attente, la situation actuelle de l’Écosse est celle du trilinguisme assumé politiquement. Et l’Écosse, à l’évidence, n’est pas devenue un creuset linguistique.

  • 4 Voir : Richie, Pamela E., Mary of Guise in Scotland, 1548-1560: A Political Study. Edinburgh, Tuckw (...)
  • 5 Aujourd’hui, l’écossais issu du nord-anglien (nord-humbrien) est une langue anglaise, tandis que l’ (...)

6L’histoire conflictuelle de l’Écosse et de l’Angleterre montre que les Tudors avaient le projet d’établir la langue anglaise partout sur l’île de Grande-Bretagne, à la suite du statut imposé aux Gallois par les « Laws in Wales Act » de 1535 et 1542. C’était le fondement des arguments du régent Edward Seymour, duc de Somerset, pour marier Marie Stuart à Edward Tudor4. L’ambition anglaise, toute raisonnable qu’elle fût, se heurta au refus nationaliste écossais. Si l’intention d’imposer exclusivement le monolinguisme anglo-saxon5 en Grande-Bretagne est resté un échec, le multilinguisme britannique est une réalité incontestable : le fait de rencontrer en Écosse un grand nombre d’autochtones polyglottes contraint les scotticistes à faire montre de circonspection au sujet de la question des langues.

  • 6 Pour être clairs dans leurs propos, beaucoup d’Écossais précisent que les Anglais parlent le saxon (...)
  • 7 Les descendants des envahisseurs anglo-normands de l’Irlande ont cantonné les gaélophones dans une (...)
  • 8 Gaélie est la contraction de gaélophonie. Voir « Gaélie ou highlands, mythes et réalités », op. cit
  • 9 Au cours de la Journée d’Étude « Langues d’Écosse, langues en Écosse » en mars 2013 à l’Université (...)

7L’anglais littéraire et l’anglais6 britannique se parlent et se comprennent partout sur le territoire écossais, de même que les variants anglo-américain, anglo-commercial, « mid-atlantic »… Le gaélique est devenu langue officielle d’Écosse par une loi du parlement de Holyrood en avril 2005. Parce que les gaélophones ont été cantonnés pendant des siècles par les anglophones et les scottophones dans la zone des Hautes-Terres et des Hébrides, sous la dénomination de Gaeldom (Gàidhealtachd)7, ou Gaélie, en français, ce terme signifie les lieux où se parle le gaélique8. Mais les limites sont devenues changeantes : depuis que le parlement d’Écosse a été ré-institué en 1999, Édimbourg est devenu un lieu où se parle et s’écrit le gaélique, et à ce titre la capitale du pays doit être incluse dans la Gaélie. Le statut de la langue écossaise est complexe : contrairement au gaélique, qui s’est officiellement unifié en 2005, il n’y a pas d’écossais sur-dialectal et l’écossais reste fragmenté en dialectes, soit une douzaine9, en incluant « Ulster Scots » ; mais, sur ce point, il n’y a pas de consensus parmi les linguistes. Les disparités entre ces dialectes, du Shetlandais à l’écossais des Marches (Borders) sont telles qu’une fusion peut sembler hautement improbable.

  • 10 Un langage se comprend aussi comme un système de symboles quelconques, ou d'objets, institués comme (...)

8Le français, le norrois, le flamand ont laissé leurs influences inégales prospérer au fil des siècles. Il est prématuré de parler de celle du polonais, de l’arabe, de l’ourdou ou du chinois. Mais l’on sait que le romani est présent depuis des siècles et sa présence risque fort de s’effacer en même temps que ceux que l’on nomme en France les gens du voyage se sédentarisent. Il en va de même du sabir des « travellers », né du gaélique mais qui s’agrégeait des termes et expressions glanés sur les routes d’Écosse et intégrés au fil des générations : c’est, ou c’était, la langue des rétameurs (« tinkers ») nomades à l’intérieur du pays dont la fonction économique a disparu. La disparition du parler picte n’a laissé que très peu de traces dans la toponymie écossaise, mais il en reste le concept présent sous forme de langage10 inscrit sur les vestiges de pierres dressées, maintenant protégées…

2. Naissance du multilinguisme

9La cohabitation de ces langues et dialectes rend la carte linguistique de la nation complexe : il faut se contenter aujourd’hui d’affirmer que, officiellement, l’Écosse est une nation bilingue, et qu’elle est en réalité trilingue, à savoir : anglaise, gaélique, écossaise. Il est exact de dire que l’Écosse est peuplée d’anglophones, de scottophones, et de gaélophones… À Max Weinreich, le linguiste à qui l’on doit l’affirmation qu’une langue est un dialecte avec une armée et une marine (1945), on oppose cet aphorisme : une langue est un dialecte avec un drapeau. À ce jour, l’anglais d’Angleterre a son drapeau propre qui est la croix de saint Georges et le drapeau de l’Union Jack qu’elle partage avec l’Écosse, le pays de Galles et l’Ulster ; le gaélique d’Écosse a son drapeau qui est la croix de saint André mais qu’il partage avec l’écossais qui n’est pas encore une langue unifiée : c’est un sujet dont devra s’emparer le parlement de Holyrood s’il le juge pertinent. La question des langues en Écosse met en avant le conflit de cultures entre, d’une part, la britannicité qui implique la notion de compétition entre langues et dialectes et, d’autre part, la scotticité qui, par le presbytérianisme prêché par John Knox et ses disciples, remet en cause la notion de hiérarchie politique.

10Le schème de la compétition linguistique interne à l’Écosse se symbolise dans la succession de MacBeth — MacBheatha mac Fhionnlaigh (1040-1057) — à Malcolm III Canmore : MacBeth, gaélophone, avait réuni l’ensemble du territoire d’Écosse sous sa couronne. Après sa mort sur le champ de bataille (et celle de Lulach, peu de temps après), Malcolm, qui s’était exilé à la cour d’Édouard le Confesseur en Angleterre où il avait épousé Margaret, avec l’aide de Siward de Northumbrie a pris la couronne du royaume d’Écosse qui s’est alors ouvert aux influences anglaises et européennes sous l’impulsion révérée de la reine. La langue de la cour a changé en passant de MacBeth à Malcolm, mais celle du peuple restait multiple.

11Après Malcolm et Margaret et jusqu’à la guerre de Cent Ans, la plupart des monarques écossais ont été contraints de faire de longs séjours à la cour d’Angleterre avant de pouvoir régner en Écosse. Mais, si tout au long des douzième et treizième siècles la langue de la cour anglo-normande était le français, les rois d’Écosse étaient polyglottes, d’autant plus que nombre de barons normands francophones s’étaient installés en Écosse. L’antagonisme linguistique anglo-écossais a perdu de sa virulence à la suite de la défaite anglaise de la Guerre de Cent Ans lorsque la langue française a été bannie de l’Angleterre qui affirmait que sa langue était « Inglis », prononcé par les Saxons (du sud de l’Angleterre) « English ». L’appellation écossaise « Inglis » de la langue de l’Écosse scottophone a dû être changée en « Scottis Inglis », puis elle s’est singularisée en « Scottis » qui est devenue naturellement « Scots » par l’élision de la voyelle non accentuée. La fin de la guerre civile en Angleterre, marquée par le couronnement en 1485 d’Henri VII Tudor, correspond aux débuts de la période dite ‘anglais moderne’ installé avec la période de la Renaissance. Par réaction, la cour d’Écosse, sous Jacques III (1460-1488) et Jacques IV (1488-1513), a cultivé sa différence linguistique en célébrant ses Makars : John Barbour, William Dunbar, Robert Henryson... Jacques IV est connu pour être le dernier roi écossais ouvertement polyglotte, pratiquant l’écossais et le gaélique, sans oublier l’anglais que parlait sa femme, Margaret Tudor.

  • 11 John Brandane fut l’un des fondateurs du théâtre national d’Écosse au lendemain de la Première Guer (...)

12Jacques VI, fils de la polyglotte Mary Stewart, et instruit par l’humaniste et polyglotte George Buchanan, s’est détourné de la langue et de la culture gaéliques. Lors de la crise de l’échec de l’invasion espagnole avec la prétendue invincible armada, en 1588, quelques galions espagnols ont tenté d’échapper aux navires anglais en remontant la Mer du Nord pour regagner l’Atlantique. Ce sont les conséquences tragiques d’un galion espagnol qui parvient jusqu’à la baie de Tobermory (Mull) que choisit de mettre en scène John Brandane (1869-1947) dans The Spanish Galleon 11(1922) : ce lieu très éloigné et de Londres et d’Édimbourg devient le théâtre d’un antagonisme linguistique, écossais, gaélique et espagnol. La langue écossaise est personnifiée dans le personnage de Smollett, un marchand venu des Basses-Terres et agissant en sous-main pour la couronne ; la langue gaélique est personnifiée dans divers personnages natifs de Tobermory. Une brève scène montre la brutalité du marchand scottophone à l’égard des gaélophones. Cette tragédie en un acte sert aussi à condenser la violence de l’antagonisme entre gaélophones et anglo-scottophones au cours des générations qui ont précédé la Première Guerre mondiale.

3. De la relation à la compétition

  • 12 Voir de Jane Dawson : “” in British Consciousness and Identity: The Making of Britain, 1533–1707. p (...)

13Entre la Renaissance en Écosse, au seizième siècle, et la Renaissance écossaise de la première moitié du vingtième siècle, on relève quelques étapes majeures dans la relation tumultueuse du gaélique, de l’écossais et de l’anglais. La première étape est celle du vote en 1609 des « Statutes of Iona » visant à extirper la langue et la culture des Gaëls : parmi diverses contraintes, se trouve l’obligation d’envoyer les fils ainés des chefs de clans dans les Basses-Terres pour y être « instruits en anglais » — il est hautement probable que Jacques VI et I, installé sur le trône d’Angleterre, ne tenait pas à distinguer ‘anglais’ et ‘écossais’. On peut s’autoriser à voir en cela une forme de continuation de la pratique anglaise de séquestration des rois écossais au Moyen-Âge. C’est alors qu’émergea la notion de Gaélie (ou Gàidhealtachd, ou Gaeldom)12, c’est en quelque sorte une identification d’un territoire à conquérir (une province) par la double conversion au protestantisme et à l’anglais.

  • 13 Voir de J. Berton « Dépendance et attraction dans la poésie de Màiri MacPherson » dans Cahiers vict (...)

14La loi d’union de l’Écosse à l’Angleterre de 1707 garantissait le maintien de l’église d’Écosse mais en aucune sorte le catholicisme romain. Le pouvoir décida de former et d’envoyer des missionnaires pour convertir les gaélophones catholiques au calvinisme et à l’écossais ou l’anglais. Une arme redoutable était la Bible, dont la traduction en anglais était appelée la Version autorisée de 1611, qui prouvait que la langue anglaise était la langue de Dieu… Le soulèvement de 1745 et la défaite de 1746 ont permis d’amplifier la répression et le déplacement de population (Clearances). Les missionnaires dont la foi était sincère finirent par modifier leur stratégie de conversion, puisque les gaélophones étaient réfractaires à la langue anglaise : ils se mirent à prêcher en gaélique et la Bible fut traduite en gaélique, en 1767 pour le Nouveau Testament, en 1801 pour l’Ancien Testament. L’antagonisme politique, religieux et linguistique perdure, exacerbé par le schisme de l’Église d’Écosse en 1843, jusqu’à la fin du dix-neuvième siècle, ainsi qu’en témoigne la poétesse gaélophone Màiri Mhòr nan Oran (MacPherson) qui dénonce l’entreprise de culpabilisation13. Il faut voir là une raison supplémentaire pour que les habitants du « Gàidhealtachd » appellent ceux des Basses-Terres, « Gall », qui signifie les étrangers, en l’occurrence anglo-germanophones, et leur territoire « Galldachd ». La relation linguistique interne à l’Écosse et à la Grande-Bretagne est délétère car dans une lutte triangulaire le gaélique et l’écossais sont séparément aux prises avec l’anglais : tandis que David Hume et Adam Smith promeuvent la langue anglaise, Robert Burns devient le champion de l’écossais.

15Alors que les études postcoloniales prenaient leur essor, l’ouvrage de Michael Hechter, Internal Colonialism: The Celtic Fringe in British National Development, causa un scandale ne serait-ce parce que l’Écosse et l’Angleterre avaient signé une loi d’union en 1707. Vingt ans plus tard, le sujet n’est plus tabou comme en témoigne l’article de Iain Mackinnon dans Northern Scotland paru en 2017 : « Colonialism and the Highland Clearances ». La langue est un enjeu politique.

16Parce que l’instruction est un domaine réservé à l’Écosse inscrit dans l’acte d’union de 1707, Westminster n’a pas pu empêcher le gaélique et l’écossais de survivre jusqu’à la Première Guerre mondiale où il a gagné sur les champs de bataille le droit d’exister : les Écossais gaélophones, scottophones et anglophones ont combattu pour la Couronne britannique. Une des multiples conséquences de la Grande Guerre aura été la Renaissance écossaise à laquelle Hugh MacDiarmid a donné une impulsion reconnue. Et la renaissance de l’écossais suscite une tentative d’unification des dialectes en une langue dite de synthèse, le « Lallans », ou « Scots Leid ».

17Tout au long du vingtième siècle, loin de disparaitre d’Écosse, la langue anglaise non seulement se maintient, mais elle se fragmente : en plus de l’anglais dit ‘standard’ qui a eu l’avantage du développement de la radio (BBC), les linguistes ont identifié l’anglais d’Écosse, ou « Scottish Standard English » et l’anglais des Hautes-Terres ou « Highland English ». On observe qu’une langue, quelle que soit sa position, finit par se fragmenter, à l’instar du latin, qui du latin classique, au bas latin, au latin médiéval, au latin vulgaire a fait naitre les langues romanes… On observe que, si l’anglais dit standard a perdu son hégémonie dans les années 1970 au profit des parlers locaux et régionaux, tels que l’est-anglien ou le geordie, voire internationaux comme le « mid-Atlantic », le gaélique et l’écossais vivent, séparément et chacun à sa manière, une forme de réunification : le gaélique, à partir des années 1980 a instauré des normes, confirmées en 2005, pour instituer des diplômes nationaux ; l’écossais, après l’échec relatif du « Lallans » ne peut que respecter les variations dialectales tout en comptant sur l’effet du DSL, ou Dictionary of the Scots Language, dans ses rééditions réactualisées : l’objectif étant de suggérer, par l’ordre d’inscription des mots pour chaque entrée, la création d’un écossais standard, sinon de prestige, la notion d’écossais « classique » restant virtuelle.

18La mise à jour du gaélique dès les années Thatcher a impulsé un renversement de tendance qui s’est amplifié avec la réouverture du parlement : Farclair na Pàrlamaid (2001) et Dictionary for Local Government - Scottish Gaelic and English (2011) ont élargi le An Stòr-dàta Briathrachais (1993) du collège universitaire de UHI, Sabhal Mòr Ostaig (Skye). Et les nouveaux dictionnaires généralistes, tels que le The Gaelic-English Dictionary de Colin Mark (2003) et le double The Essential Gaelic-English Dictionary et The Essential English-Gaelic Dictionary (2001) d’Angus Watson ont rendu attractive la langue gaélique rénovée, sans ternir pour autant l’aura du dictionnaire d’Edward Dwelly de 1901, Illustrated Gaelic English Dictionary. Il faut aussi souligner que, au cours de ces deux dernières générations, les gaélophones ont fait montre d’un renouveau de confiance en soi, difficilement quantifiable mais tout à fait perceptible, notamment par les sociologues tels que David McCrone.

  • 14 « Il y a ce Français qui apprend le gaélique. » An t-eilean agus an cànan, p. 5. « Mais je pensais (...)

19Les dictionnaires établissent des relations intimes entre les lecteurs et la langue : jusqu’en 1979 les dictionnaires étaient vectoriels du gaélique vers l’anglais, mis à part le dictionnaire de Malcolm MacLennan (1925). Avec le dictionnaire de poche bilingue, gaélique-anglais et anglais-gaélique Abair (Glasgow, Mingulay Publications, 1979), suivi de celui de de The New English-Gaelic Dictionary de Derick Thomson en 1981, la parité linguistique semblait s’établir : Iain Crichton Smith a exprimé dans un poème sans titre, dont le premier vers est : « Tha am Frangach seo ag ionnsachadh na Gàidhlig. »14, l’inquiétude de voir la langue gaélique phagocytée par l’anglais, ou d’autres langues, dans des traductions. Avec la numérisation, les transferts du gaélique vers l’anglais et inversement se font assez facilement.

  • 15 Voir, de J. Berton, « Les anthologies et histoires littéraires de la Renaissance écossaise, un enje (...)
  • 16 Voir, de J. Berton : « La Gaélie, ou la face cachée de l’Écosse ? ». Armao, F. (dir.) Les nations c (...)

20En 1825, la société savante de Londres, Highland Society, publiait son Dictionarium Scoto-Celticum en deux volumes, qui associe le gaélique d’Écosse, l’anglais et le latin. La numérisation ne permettrait-elle pas aujourd’hui de composer un dictionnaire trilingue anglais, écossais, gaélique afin de sceller la cohabitation définitive des trois langues nationales d’Écosse ? Quoi qu’il en soit, les dictionnaires, les anthologies et les histoires littéraires qui se sont multipliées depuis 197915 traduisent les relations spontanées des Écossais avec leur culture et leur langue, à l’instar de deux ouvrages : The Companion to Scottish Culture, de David Daiches (1981) et The Companion to Gaelic Scotland, de D. Thomson (1982). D’ailleurs, le concept de livre (book) est basé sur l’étroite relation des pages d’un ensemble comme de la relation synchronique et diachronique manifeste dans le Book of Dean of Lismore du quinzième siècle, le Book of Deer du sixième siècle, et le An Leabhar Mòr, de 2002, sur la relation Écosse Irlande16.

4. Du plurilinguisme au multilinguisme

  • 17 Suite à la Déclaration universelle des droits de l'homme adoptée par l’Assemblée générale des Natio (...)

21Si le plurilinguisme est en règle générale le fait d’immigrants de la première génération parlant leur langue d’origine à la maison et la langue du pays d’accueil en société, selon la définition donnée par la Convention européenne des droits de l’Homme de 195017, le multilinguisme, en Écosse, s’est substitué au plurilinguisme avant la fin du vingtième siècle chez les locuteurs scottophones et gaélophones. En effet, aujourd’hui, l’anglais, l’écossais et le gaélique se parlent indifféremment et selon les circonstances au travail, à la maison, au ceilidh, au pub… et de ce fait l’Écosse peut affirmer qu’elle est un pays multilingue.

22La presse nationale écossaise, trop dépendante des pouvoirs londoniens, ne publie que quelques petits articles en langue indigène, hormis l’anglais ; mais la presse locale, selon les attentes de son lectorat, est plus généreuse en articles en gaélique ou en écossais. Cela donne vie et force, tout naturellement, à un style, voire un langage, journalistique qui participe à l’évolution de la langue gaélique ou écossaise.

  • 18 First published by the Scottish Certificate of Education Examination Board (SCEEB) in 1981 and revi (...)

23La régénération du gaélique au début des années 1980 a entrainé l’application de nouvelles règles d’orthographe. Et les auteurs ont commencé à produire des textes adaptés aux divers niveaux de compétence linguistique des enfants, de la maternelle au lycée. Ces règles ont été confirmées par la publication de « Gaelic Orthographic Conventions 2005 »18. À cette date, la déculpabilisation des gaélophones était entérinée : ainsi, le gaélique cessait officiellement d’être qualifiée de « plurilingue » et cette langue pouvait se placer dans le groupe « multilingue », avec ses niveaux divers, du plus élevé (littéraire) au plus bas (argot), avec ses variants locaux ou historiques, tels que le semi-gaélique, ou « half-way Gaelic », pratiqué et toléré pendant une génération où les apprenants élaboraient des phrases sur une structure gaélique ponctuées de mots anglais en attendant que les équivalents gaéliques entrent dans les dictionnaires et soient officiellement créés.

24Bien que la langue écossaise soit reconnue comme langue indigène de l’Écosse et langue régionale (ou de minorité, ou modime) d’Europe, elle demeure une langue vulnérable, selon l’UNESCO19. Aujourd’hui encore, il est prématuré de parler d’écossais standard, puisqu’aucun dialecte — que l’on définit comme un « ensemble de parlers qui présentent des particularités communes et dont les traits caractéristiques dominants sont sensibles aux usagers » — n’a pris le dessus sur les dix autres de la nation, et qu’aucune forme de langue déclarée officielle n’a été créée de la fusion de tous les dialectes. Aujourd’hui, un scottophone, par exemple engagé en politique, peut décider de s’exprimer dans son dialecte local et d’amender son expression pour se rapprocher d’une forme d’écossais ‘standard’ afin de mieux se faire comprendre d’un auditoire national.

  • 20 Voir de J. Berton « Survivre au naufrage de l’Iolaire sur l’Ile de la tristesse » dans Cyril Besson (...)

25La poésie écossaise, qui allie l’émotion et la réflexion, est vigoureuse depuis des temps immémoriaux en Écosse : les bardes gaëls remplissent leur fonction20 dans les groupes gaélophones et même au-delà, surtout quand cette poésie est chantée. Les makars scottophones, populaires depuis la Renaissance, ont montré leur vitalité en se faisant émules de Robert Burns. Peu après la réouverture du parlement, la tradition du makar a été ravivée et procure de la jouissance partagée dans l’une ou l’autre langue indigène de la nation. Les poètes de langue anglaise, depuis trois siècles, sont parfaitement intégrés à la culture écossaise et tiennent leur rôle en toute indépendance. La poésie en Écosse fait lien dans la société écossaise, qui ne craint pas de s’ouvrir au monde.

  • 21 Voir les ouvrages de Bill Findlay, A History of Scottish Theatre (1998), et de Ian Brown, The Edinb (...)

26Le théâtre d’Écosse, dont on découvre des textes en écossais du seizième siècle, a été submergé pendant des générations par le théâtre anglais, mais il a été réveillé par le théâtre irlandais à la fin du dix-neuvième siècle. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, le théâtre national21 a été institué en se concentrant dans un premier temps sur des thèmes écossais. Rapidement les pièces ont été jouées en langue anglaise, écossaise, et gaélique. À compter des années Thatcher, le théâtre écossais est devenu florissant dans les trois langues de la nation. Les festivals et le programme des saisons témoignent de la jubilation des publics dans le partage de la relation linguistique.

27La fiction a pris un essor international avec Walter Scott et ses émules : il a instauré le genre littéraire du roman historique qui lui a permis de mettre en avant son pays. Bien que non gaélophone, il a su pimenter ses récits, notamment par l’onomastique, de détails empruntés au gaélique. Mais sa maîtrise de l’écossais a favorisé son art d’inonder ses récits en anglais de jeux de mots, de scènes réalistes, voire de longs textes insérés en écossais. Quand on sait que « waverley » a un double sens (‘hésiter’ en anglais et en écossais ; ‘faire de grands voyages’ en écossais) dont le héros est la victime innocente, on comprend pourquoi la gare ferroviaire centrale d’Édimbourg a été appelée « Waverley ». Avec le développement du genre policier, les auteurs écossais font feu de toute langue et tout dialecte d’Écosse. Andrew Grieg, dans Romanno Bridge (2008), est parvenu à faire circuler ses personnages dans tout le territoire d’Écosse, ainsi que dans ses prolongements outremer, en les mettant en contact avec les langues et dialectes de la nation. Lin Anderson fait de même avec ses propres personnages, notamment dans Paths of the Dead (2014). Le roman écossais a fluidifié la circulation de la relation linguistique en Écosse.

28L’Empire britannique dans son immensité a permis aux colons écossais, volontaires ou exilés, de faire circuler la culture écossaise. Le gaélique d’Écosse (émancipé du gaélique d’Irlande, ou Erse), a essaimé en Nouvelle-Zélande et en Nouvelle-Écosse (Cap Breton) où il est encore parlé. De même, l’écossais s’est implanté non seulement en Ulster mais aussi dans diverses provinces canadiennes. La culture écossaise survit dans des zones inattendues où, tradition oblige, l’on fête toujours et encore le Burns’ Night Supper sans omettre de réciter l’Ode au haggis de Burns. Certains pays du Commonwealth abritent encore des échos des langues nationales d’Écosse qui conservent des relations avec le pays d’origine, ce qui permet de compléter la notion d’anglophonie par celles de gaélophonie et de scottophonie, comme on peut le constater en Nouvelle-Zélande.

5. La relation linguistique par la traduction

  • 22 Voir de Marie-Hélène Catherine Torres, « Parlons du traducteur : rôle et profil », Traduire, 227 |  (...)

29Donner l’accès à une culture étrangère ne peut se faire que par la traduction ; concernant l’Écosse soit il s’agit de permettre à un scottophone ou à un anglophone d’accéder à la culture des gaélophones, ou réciproquement, soit il s’agit de permettre à un francophone d’accéder à la culture des gaélophones ou des scottophones ou des anglophones. Autrement dit, soit le lecteur a une connaissance du contexte du texte source, soit il n’en a pas. Si l’acte de traduction déclenche le phénomène de la déterritorialisation du texte qui doit être accessible aux lecteurs francophones, le degré d’exotisation22 est grandement variable.

  • 23 May, Peter, La trilogie écossaise, éditions du Rouergue, Rodez, 2014. Traducteur : Jean-René Dastug (...)

30Peter May a publié trois romans entre 2011 et 2012, The Blackhouse, The Lewis Man, The Chessmen, dont l’action se situe dans l’île de Lewis, un lieu dépaysant à plus d’un titre tant pour les anglophones que pour les scottophones. Les romans en version française doivent mettre en avant le caractère spécifique de l’île, et pour que le lecteur francophone partage la force de séduction des textes, le traducteur doit veiller à ce que le texte en français ne perde rien de ce que livre la version originale. Ce traducteur est un passeur responsable de la qualité de la relation entre l’auteur et le lecteur. Mais cette relation peut être trahie par l’intervention de l’éditeur aux intérêts tout autres que ceux de la communication littéraire et culturelle. Ainsi, les trois romans de May ont été réédités en un seul volume sous le titre The Lewis Trilogy traduit par La trilogie écossaise, vraisemblablement pour des raisons commerciales23 : les Lewisiens peuvent s’estimer lésés. Dans quelle mesure le texte du roman peut-il être déterritorialisé puisque les paysages et le climat du nord-ouest de l’Écosse et les actions des personnages de Blackhouse sont très liés à la culture locale et à la géographie de l’action ? Ici, le phénomène d’exotisation ne peut s’appliquer au texte mais au lecteur, et le traducteur doit en tenir compte en s’assurant que ce lecteur francophone ne perde pas sa relation avec le texte par un déficit de description ou de précision explicite dans les dialogues.

31Le lecteur s’approprie la culture que développe l’auteur, la partage mais sans la phagocyter puisque la version originale n’est pas affectée par la traduction. Le lecteur doit pénétrer la culture du texte afin d’en tirer profit pour lui-même. Il doit pouvoir par le résultat de la traduction accéder à cette culture exotique et s’en nourrir pour son plaisir et son développement personnel. C’est là que résidait toute l’ambition de l’helléniste traducteur de l’Iliade et de l’Odyssée en gaélique ; il en est de même pour le groupe de traducteurs de la Bible à la fin du dix-huitième siècle. Inversement, la traduction de textes en gaélique ou en écossais vers une autre langue ne saurait leur faire prendre le risque de dilution si les choix du traducteur ne sont pas biaisés par ses intentions ou son déficit de compétence : le gaélique, tout comme l’écossais, est sujet à des variations de niveau de langue, et un texte en gaélique ou en écossais ‘standard’ ne peut être traduit qu’en français standard. Derick McClure est bien connu pour avoir traduit des pièces de Molière en dorique, la variété du nord-est (Aberdeen) de l’écossais : l’intensité du plaisir des spectateurs est un gage de la justesse de la traduction.

  • 24 Jean Berton, « Translating Scottish Literary Texts: A Linguistic Clover-Leaf » J. Corbett (dir), Gl (...)
  • 25 En 2013, a été publié simultanément, pour des raisons commerciales, en versions anglaise, écossaise (...)

32La relation inter-linguistique à l’intérieur d’un texte est un reflet recherché par l’auteur des relations culturelles dépendantes de ces langues. Dans un texte de Walter Scott, la juxtaposition de langues est une gageure pour le traducteur ; il en va de même pour les textes littéraires actuels où des personnages s’expriment spontanément en anglais, en écossais ou en gaélique. Il n’est pas possible de réserver le français standard pour les parties du texte en anglais et du français d’un niveau inférieur (argotique, patoisant, local) pour l’écossais et le gaélique. Et le traducteur doit se faire fort de capter et de transmettre l’intention de l’auteur en même temps que l’intention du texte. Enfin, il faut garder en mémoire que l’objet de l’article, « Translating Scottish Literary Texts: A Linguistic Clover-Leaf »24, est de tenter d’élaborer une stratégie de traduction qui ne rompe pas la relation (en matière de délectation linguistique) entre l’auteur et le lecteur25.

6. Langues et langages en relation culturelle

33Alistair Moffat présente dans un ouvrage, The Great Tapestry of Scotland, 2013, l’immense tapisserie composée de 155 panneaux réalisés par des Écossaises volontaires et bénévoles et rassemblés. Cette œuvre d’art originale qui raconte l’histoire et la culture de l’Écosse tableau par tableau, est maintenant exposée à Galashiels. Chaque panneau est organisé autour d’une image centrale : portrait, paysage ou nature morte. On note des apports complémentaires d’images et de textes, sous forme de phylactères, insérés soit dans l’image principale soit dans le cadre. Langues et langages — tout système de signes permettant la communication — servent à exprimer la relation culturelle propre à édifier les spectateurs.

  • 26 Jacques Leruez, L’Écosse, vieille nation, jeune état, Crozon, Editions Armeline, 2000.

34Dans les drapeaux et les emblèmes du Royaume-Uni se résume la culture de chaque nation. Les représentations servent à exprimer les variations des artistes qui usent de la satire : le Courrier international a repris une caricature, signée de Ferguson, de l’Union Jack peint sur un mur et dégradé par le temps que des artistes en kilt, donc manifestement écossais, sont en train de recouvrir d’un dessin du saltire ; cette caricature a été choisie pour la couverture de l’ouvrage de Jacques Leruez, L’Écosse, vieille nation, jeune État26. publié chez Armeline en 2000. Ce dessin satirique célèbre la réouverture du parlement d’Écosse, et bien qu’il n’y ait aucun dialogue entre les personnages ni aucun commentaire d’un narrateur, cette expression en langage artistique met en relation la pensée de l’artiste et celle des lecteurs. Les personnages sont tous vêtus d’un kilt sans tartan clairement défini mais qui peut s’interpréter comme un kilt moderne ou « commercial » monocolore. Les lecteurs sont libres de projeter sur ces kilts neutres le langage des tartans traditionnels traduit dans le langage des couleurs et des formats pris dans les lignes de la chaîne et celles de la trame entrecroisées à angle droit.

35Dans ce dessin de Ferguson, trois personnages en haut d’un échafaudage portent un T-shirt arborant le lion rampant des rois d’Écosse tandis que le personnage au premier plan est torse-nu : les T-shirts ou la peau servent de support pour une relation, ici politique, entre les lecteurs et l’artiste. Le langage des tatouages, hérités des Pictes dont les Romains ont fait mention, est à rapprocher de celui des pierres dressées et sculptées : ces hiéroglyphes représentatifs et conceptuels sont un langage livré à l’interprétation. En revanche les inscriptions en runes et en ogham sont des manifestations de langues germanique pour les runes et celtique pour l’ogham. Les runes, particulièrement, font actuellement l’objet de tatouages que le porteur est toujours prêt à expliciter. Ce mode d’écriture est à rapprocher des hiéroglyphes et aussi de toutes les formes de calligraphie, à l’instar des lettres de naturalité offertes en 1558 par Marie de Guise à tous les Français vivant en Écosse.

36La musique est un langage complexe dont la fonction est de porter loin des sentiments et des idées, voire des messages comme une cornemuse dont les harmonies deviennent des codes pour informer les guerriers. Ainsi, la musique des instruments et les paroles des chants, comme Flower of Scotland entonné avant ou pendant les matches, véhiculent non seulement des émotions et une histoire mais aussi une image de la nation réunie pour l’occasion.

  • 27 Voir de J. Berton, « Que voir de La Fenêtre de pennes de J.M. Barrie ? », Cahiers victoriens et édo (...)

37L’art permet des jeux d’intermédialité : J.M. Barrie, dans A Window in Thrums, transforme une fenêtre en cadre pour dépeindre avec les mots du village (en écossais de Kirriemuir) la vie quotidienne27. L’art, sous toutes ses formes, est un langage aussi puissant qu’une langue et en même temps aussi éphémère.

7. La scotticité et les langues indigènes

38Lorsqu’un chercheur francophone étudie la relation linguistique en Écosse, deux questions s’imposent à lui : pourquoi, alors que le nombre de locuteurs est minime, le gaélique bénéficie-t-il de tant de respect, ce qui le renforce dans son statut de langue ? Et pourquoi les scottophones n’arrivent-ils toujours pas à se mettre d’accord pour opérer la fusion de leurs dialectes en une seule langue ? Dans Being Scottish, sorte d’anthologie de témoignages réalisée par Tom Devine et Paddy Logue qui rassemble une centaine d’entretiens sur la notion de scotticité et d’identité écossaise, se trouvent quelques réponses qui appellent discussions et commentaires : pour éviter tout procès en hiérarchisation, les textes sont classés par ordre alphabétique patronymique.

39Helen Liddell (Devine, Logue 127-129) est présentée comme ancienne membre du parlement britannique (Westminster) et ‘Secretary of State for Scotland from January 2001’ : « For me, being Scottish is as much about the contradictions in our national character as about the individual qualities that bind us together and for which we are just renowned. For without those contradictions we would not be the people we are. » (Devine, Logue 127) La réponse est très politique et elle pourrait s’appliquer à la plupart des pays du monde. Cependant, Helen Liddell continue : « Our Celtic, Pictish, Norse and Saxon (sic) genes struggle within us, almost visibly at times, for supremacy. […] And the increasing ethnic diversity of twenty-first-century Scotland promises to enrich that blend still further. » (Devine, Logue 127) L’expression les « gènes Saxons » peut surprendre par son manque de précision : pourquoi « gène saxon » plutôt que « gènes anglais, ou angliens » ? Ce qui n’exclut pas la présence très vraisemblable de gènes saxons acquis par filiation d’un mariage mixte anglo-écossais, comme dans le cas de Kirsty Walker.

40Kirsty Walker (Devine, Logue 268-270) est présentée comme une jeune journaliste et voyageuse :

My mum is English and my dad’s from Glasgow, but went to a private school so it doesn’t count. I spoke the language of my parents rather than my peers, stupid in hindsight, but it hardly seemed like a choice at the time. Cries of ‘snob’ followed me round the village school and thence to the comprehensive. […] Tired of apologizing (about my accent), I decided it was easier to say I was English. Oddly, I then gained some respect. (Devine, Logue 268)

41Par son manque de recul critique, Kirsty Walker donne l’impression de ne pas avoir été instruite en histoire de l’Écosse et de tout ignorer de la culpabilisation imposée aux Écossais par les Anglais qui, depuis Hume et Smith au dix-huitième siècle, n’hésitaient pas à corriger les autochtones lorsqu’ils s’exprimaient en langue écossaise : dans les années 1990, le vent tournait.

42Billy Kay (Devine, Logue 111-113) est présenté comme un écrivain et homme de médias. Il fustige le manque d’enthousiasme de ses concitoyens en parodiant William Wallace constatant la désertion des troupes écossaises devant l’avancée de l’armée anglaise ‘I stand alane.’ : « I stand alane with the many hundreds of thousands who use Scots as their first language, yet see it given scant recognition from our major institutions. » (Devine, Logue 112) En fait, l’extrait suivant indique une des causes de rupture de la relation linguistique concernant l’écossais puisque les politiciens et les enseignants ne s’engagent pas dans leur totalité à transmettre la culture de la nation et, en l’occurrence, la langue écossaise :

However, as most MSPs and most Scots have not been educated in their own culture, ignorant attitudes abound, and the Scottish cringe is everywhere. I collect examples: the education convener in a Labour fiefdom who replied to the proposal that Scottish studies should be an integral part of his schools’ curriculum, ‘Oh, no, we live in a multicultural environment!’ Apparently, every culture was to be taught except the native one! A few years ago when I asked a Fife headmaster if Scottish literature was encouraged in his school, the reply left me almost speechless: ‘No, this is not a very Scottish area.’ (Devine, Logue 112)

43L'attitude des politiques et des enseignants a changé à la suite de l’arrivée du SNP au pouvoir exécutif en 2007, dans la mesure où le SNP a décidé de favoriser l’enseignement des langues nationales.

44Ronald Black (Raghnall MacilleDhuibh) (Devine, Logue 23-25), enseignant-chercheur du département d’études celtiques de l’université d’Édimbourg impliqué dans l’ouverture de cet enseignement aux étudiants étrangers, notamment pendant les « Summer Schools », et journaliste es qualités de « Gaelic editor », exprime la surprise des gaélophones de rencontrer des étrangers intéressés par le gaélique : « ‘New Gaels’ can turn out to have an American, Canadian, German or English accent when they speak English; sometimes I’ve known them for years before I hear them do that, and it comes as a nice surprise. » (Devine, Logue 24) Dans cet entretien Ronald Black fait preuve de militantisme :

One interesting thing about Scotland in 2002 is that more people buy Gaelic poetry (with translations) than English poetry. Gaelic is understood by only 1.4 per cent of the population (a big drop from equilibrium, 50 per cent, in the sixteenth century), so presumably 98.6 per cent of Scots think they can find their soul that way. (Devine, Logue 23)

45Black se place dans une perspective historique : « Languages are important. In a media-conscious age, they are media. They convey messages and symbols, not always welcome ones. Governments destroy languages by ‘education’ […] Scottish education is the worst in the world, because it destroyed Gaelic. » (Devine, Logue 24) Ses préconisations sur l’élévation du gaélique au rang de langue nationale au même titre que l’anglais seront entendues des partis politiques puisque cela sera fait en avril 2005. Mais son but de faire que tous les élèves apprennent quatre langues est particulièrement ambitieux, dans la mesure où tout le monde n’est pas linguiste. On constate, cependant, que le phénomène d’imprégnation par contact est bien présent en Écosse même si, par prudence ou timidité, il est rare de rencontrer un Écossais qui affirme maîtriser les trois langues indigènes de sa nation :

First, we need to declare Gaelic and English as national languages. They’re both ready for it. Then we must legislate for community languages: Scots, Urdu, Punjabi, Cantonese, Gaelic and so on. With hard work, Scots could become a third national language. The aim is for all Scottish children to study four languages during their school years, normally including both national languages, a community one and foreign one.
Then the language at the top of this piece will be
normal, and Scotland will be a normal European country. I yearn for that. (Devine, Logue 25)

46Ces extraits de Being Scottish soulignent la conscience qu’ont les Écossais du rôle primordial des langues de leur nation dans la relation culturelle interne et externe qui est un atout majeur pour l’Écosse, surtout après l’instauration du Brexit.

47L’ouvrage Being Scottish que livre Tom Devine permet aux lecteurs d’appréhender le concept de scotticité dans sa globalité, à savoir le vaste ensemble des caractères propres à la culture écossaise qui permet de commencer à trouver des réponses à la double question : qu’est-ce que l’Écosse et qu’est-ce qu’être écossais ? Les chercheurs français peuvent aujourd’hui fournir quelques réponses sur bien des points ; il est temps, cependant, que la question des langues de ce pays trilingue trouve des réponses élaborées. La présente contribution n’a d’autre ambition que de proposer une introduction à ce sujet particulièrement complexe qui requiert non seulement une bonne maîtrise de l’anglais, de l’écossais et du gaélique mais aussi une connaissance de l’histoire de chacune de ces langues et de leurs relations souvent tumultueuses.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme. Gaelic Orthographic Conventions 2005. Glasgow & Dalkeith, 2005.

Bechhofer, Frank and David, McCrone. “What makes a Gael? Identity, language and ancestry in the Scottish Gàidhealtachd,” Identities, 21:2, 113-133, 2014. DOI: 10.1080/1070289X.2014.878249)

Berton, Jean. Le gaélique d’Écosse. Cours complet pour débutants. Crozon, Editions Armeline, 2021, (Deuxième édition à paraître en 2022).

Berton, Jean. « Le réalisme linguistique dans Waverley. » Suhamy H. (dir.), Scott Walter (Sir), Waverley, Paris, Ellipses, 1998.

----. « Les ‘Poèmes à Eimhir’ de Sorley Maclean, cherchez la femme ! ». Morère, Pierre (dir.), Études écossaises N°5. Grenoble, ELLUG, 2000.

----. « L'étymologiquement correct dans Macbeth, ou la face cachée d’un roi mise en abyme. » Actes du Congrès, Correct/Incorrect, Metz, 2002. Metz, SAES, 2003, pp. 41-54.

----. « Gaélie ou Highlands, mythes et réalité ». Sellin, Bernard (dir.), Écosse des Highlands, mythes et réalité. Brest, Triades, UBO, 2003.

----. « Scottish Gaelic: An Age-Old Language in Modern Europe ». Leydier, Gilles (dir.) Scotland and Europe, Scotland in Europe. Cambridge Scholars Press, 2006.

----. « Dépendance et attraction dans la poésie de Màiri MacPherson ». Escuret, Annie (dir.) Cahiers victoriens et édouardiens, N° 67. Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2008.

----. « Les anthologies et histoires littéraires de la Renaissance écossaise, un enjeu d’identité. » dans Écosse : l’identité nationale en question, Nantes, CRINI, janvier 2009.

----. « Translating Scottish Literary Texts: A Linguistic Clover-Leaf ». Corbett, John (dir). Glasgow, IJLS, 2010.

----. « La Gaélie, ou la face cachée de l’Écosse ? ». Armao, F. (dir.) Les nations celtiques et le monde contemporain. Toulon, Babel collection "Civilisations" février 2014.

----. « Étude sur The Spanish Galleon, de John Brandane (1921), drame archétypal écossais plurilingue ». J. Berton, F. Corrons, A. Surbézy (dirs.) Traduction, plurilinguisme et langues en contact. Toulouse, PUM - « La main de Thôt », CETIM, juillet 2014.

----. « Intersémioticité et interethnicité dans le De Etruria Regali Libri Septem, de Thomas Dempster. » Keller-Privat, Isabelle et H. Goethals (dirs.) The Mediterranean and its Hinterlands / Le Pays en Profondeur. Toulouse, PUM, Caliban, 2017.

Cheveau, Loig. Dictionnaire de poche, Gàidhlig / Fraingis – français / gaélique écossais. Yoran, Fouenant, 2015.

Crichton Smith, Iain. An t-eilean agus an cànan. — ‘An cànan’, 6; Roinn nan Cànan Ceilteach; Oilthigh Ghlaschu, 1987.

Daiches, David (ed). A Companion to Scottish Culture. London, Edward Arnold, 1981.

Dawson, Jane. British Consciousness and Identity: The Making of Britain, 1533–1707. Cambridge UP, 1998.

Devine, Tom and Paddy Logue (eds). Being Scottish. Edinburgh, Polygon, 2002.

Hechter, Michael. Internal Colonialism: The Celtic Fringe in British National Development. London, Routledge, 1998.

McCrone, David. Understanding Scotland: The Sociology of a Stateless Nation. London, Routledge, 1992.

Mackinnon, Iain. “Colonialism and the Highland Clearances.” (Journal) Northern Scotland Volume 8, pp. 22-48, Edinburgh University Press, 2017.

Maclean, Malcolm, Theo Dorgan (eds). An Leabhar Mòr. Edinburgh, Canongate books, 2002.

Moffat, Alistair. Before Scotland: The Story of Scotland Before History. London. Thames & Hudson, 2005.

Moffat, Alistair. The Great Tapestry of Scotland. Edinburgh, Birlinn, 2013.

Robinson, Christine, et al (eds). Concise Scots Dictionary. Edinburgh University Press, 1999.

Robinson, Christine, Modren (sic) Scots Gramar. Edinburgh, Luath Press, 2012.

Thomson, Derick S. ed. The Companion to Gaelic Scotland. Oxford, Basil Blackwell, 1983.

Haut de page

Notes

1 Employer le terme « Scots » c’est parler franglais : à cet effet, rien ne nous interdit d’utiliser le mot, qui n’est pas un néologisme, « écossais ».

2 Les Écossais soucieux de distinguer la langue écossaise de la langue anglaise et informés des origines (fondamentalement nord-angliennes) de la langue écossaise n’hésitent pas à appeler « Sassenach » (mot gaélique) l’anglais d’Angleterre… Par ailleurs, en gaélique ‘un Anglais’ se dit « Sassun » (voir note 6).

3 Voir mon article « Gaélie ou Highlands, mythes et réalité ». Triades, UBO, Brest, 2003. Et plus particulièrement, de Colin Mark, The Gaelic-English Dictionary, London, Routledge, 2003, p. 688-691.

4 Voir : Richie, Pamela E., Mary of Guise in Scotland, 1548-1560: A Political Study. Edinburgh, Tuckwell Press, 2002, p. 21. Et de Jean Berton: “Aspects of the Wallace Syndrome of Dissenting” in Freedom as Resistance in Scotland, Jean Berton & Sabrina Juillet-Garzon eds. Calédonia, UBFC, 2022.

5 Aujourd’hui, l’écossais issu du nord-anglien (nord-humbrien) est une langue anglaise, tandis que l’anglais considéré comme standard est le résultat de l’amalgamation des anciens parlers angliens (nord et est), merciens et saxons, mais avec une dominante « saxonne » assumée.

6 Pour être clairs dans leurs propos, beaucoup d’Écossais précisent que les Anglais parlent le saxon — en gaélique la langue anglaise se dit « Beurla Shasannach » ; les nationalistes les plus déterminés appellent les Anglais « Sassenachs ».

7 Les descendants des envahisseurs anglo-normands de l’Irlande ont cantonné les gaélophones dans une zone appelée « Gaeltacht » (avec un ‘t’).

8 Gaélie est la contraction de gaélophonie. Voir « Gaélie ou highlands, mythes et réalités », op. cit.

9 Au cours de la Journée d’Étude « Langues d’Écosse, langues en Écosse » en mars 2013 à l’Université Toulouse II Le Mirail, organisée par le laboratoire CAS et la Société Française d’Étude Écossaises, Christine Robinson a listé les douze dialectes de la langue écossaise : 1) l’écossais des Shetland, ou shetlandais ; 2) l’écossais des Orcades ou orcadien ; 3) l’écossais du nord ; 4) l’écossais du nord-est, ou dorique ; 5) l’écossais de la vallée de la Tay ; 6) l’écossais des Hautes-Terres et des Hébrides ; —7) l’écossais du centre, qui se partage entre le centre est et le centre ouest.— ; 8) l’écossais du centre-est, dont Stirling, Édimbourg, Lothian ; 9) l’écossais du centre-ouest, dont Glasgow ; 10) l’écossais du sud-ouest ; 11) l’écossais des Marches (Borders) ; et 12) l’écossais d’Ulster.

10 Un langage se comprend aussi comme un système de symboles quelconques, ou d'objets, institués comme signes, permettant à des individus de communiquer entre eux.

11 John Brandane fut l’un des fondateurs du théâtre national d’Écosse au lendemain de la Première Guerre mondiale. Voir « Étude sur The Spanish Galleon, de John Brandane (1921), drame archétypal écossais plurilingue » dans J. Berton, F. Corrons, A. Surbézy (dirs.) Traduction, plurilinguisme et langues en contact, Toulouse, PUM - « La main de Thôt » CETIM, juillet 2014.

12 Voir de Jane Dawson : “” in British Consciousness and Identity: The Making of Britain, 1533–1707. p. 259–300.

13 Voir de J. Berton « Dépendance et attraction dans la poésie de Màiri MacPherson » dans Cahiers victoriens et édouardiens, N° 67, Presses universitaires de la Méditerranée, Montpellier, 2008. L’article est un travail réalisé sur des textes en gaélique, la langue de l’auteure.

14 « Il y a ce Français qui apprend le gaélique. » An t-eilean agus an cànan, p. 5. « Mais je pensais en mon for intérieur : / Il y en a assez que le gaélique s’efface devant le français. »

15 Voir, de J. Berton, « Les anthologies et histoires littéraires de la Renaissance écossaise, un enjeu d’identité. » dans Écosse : l’identité nationale en question, Nantes, CRINI, janvier 2009.

16 Voir, de J. Berton : « La Gaélie, ou la face cachée de l’Écosse ? ». Armao, F. (dir.) Les nations celtiques et le monde contemporain. Toulon, Babel collection "Civilisations" février 2014.

17 Suite à la Déclaration universelle des droits de l'homme adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies le 10 décembre 1948, la Convention européenne des droits de l’Homme de 1950 distingue multilinguisme et plurilinguisme : « Si le multilinguisme fait coexister plusieurs langues au sein d'une société, le plurilinguisme est le fait de parler plusieurs langues pour différentes activités ».

18 First published by the Scottish Certificate of Education Examination Board (SCEEB) in 1981 and revised by the Scottish Qualifications Authority (SQA) in 2005.) Glasgow & Dalkeith, 2005.)

19 https://www.gov.scot/policies/languages/scots/

20 Voir de J. Berton « Survivre au naufrage de l’Iolaire sur l’Ile de la tristesse » dans Cyril Besson (dir.) L’Écosse et la mer, Grenoble UGA éditions, Études Écossaises N° 19, 2017.

21 Voir les ouvrages de Bill Findlay, A History of Scottish Theatre (1998), et de Ian Brown, The Edinburgh Companion to Scottish Drama (2011).

22 Voir de Marie-Hélène Catherine Torres, « Parlons du traducteur : rôle et profil », Traduire, 227 | 2012, 53-61, §10. (https://journals.openedition.org/traduire/479) citée dans la thèse de Christelle Ferrere, non publiée, La voix des makars contemporains en Écosse : unisson, canon ou dissonance (2021).

23 May, Peter, La trilogie écossaise, éditions du Rouergue, Rodez, 2014. Traducteur : Jean-René Dastugue.

24 Jean Berton, « Translating Scottish Literary Texts: A Linguistic Clover-Leaf » J. Corbett (dir), Glasgow, IJLS, 2010.

25 En 2013, a été publié simultanément, pour des raisons commerciales, en versions anglaise, écossaise et gaélique, l’album Astérix chez les Pictes. Le texte et les images se complètent pour la compréhension du récit selon les règles du genre de la bande dessinée, et donnent à voir les possibilités du jeu de l’intermédialité.

26 Jacques Leruez, L’Écosse, vieille nation, jeune état, Crozon, Editions Armeline, 2000.

27 Voir de J. Berton, « Que voir de La Fenêtre de pennes de J.M. Barrie ? », Cahiers victoriens et édouardiens, N° 54, Gilles Leydier dir., 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean BERTON, « La relation linguistique en Écosse : multilinguisme et scotticité »E-rea [En ligne], 19.2 | 2022, mis en ligne le 12 juin 2022, consulté le 24 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/erea/14508 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.14508

Haut de page

Auteur

Jean BERTON

Université Toulouse – Jean Jaurès, Laboratoire CAS
jam.berton@wanadoo.fr
Jean Berton est professeur émérite en études écossaises à l’Université Toulouse – Jean Jaurès, docteur en études celtiques et en littérature écossaise. Il est aussi traducteur de la méthode (adaptée) d’apprentissage du gaélique (Armeline, 2021), et traducteur / compositeur d’une anthologie de poèmes écossais trilingues à paraitre. Sa recherche porte sur le rôle des langues indigènes d’Écosse en littérature.

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search