Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19.2RecensionsAnne-Claire Faucquez et Linda Gar...

Recensions

Anne-Claire Faucquez et Linda Garbaye, dir. Citoyenneté et liberté dans l’empire britannique et les jeunes États-Unis

Tours : Presses Universitaires François-Rabelais, 2021. 300 p. ISBN : 978-2-86906-776-9. 21 €
Bertrand VAN RUYMBEKE
Référence(s) :

Anne-Claire Faucquez et Linda Garbaye, dir. Citoyenneté et liberté dans l’empire britannique et les jeunes États-Unis. Tours : Presses Universitaires François-Rabelais, 2021. 300 p. ISBN : 978-2-86906-776-9. 21 €

Texte intégral

1Citoyenneté et liberté dans l’empire britannique et les jeunes États-Unis est un ouvrage collectif coordonné par Anne-Claire Faucquez et Linda Garbaye, réunissant treize contributions organisées en trois parties. Après une solide introduction (pp.7-32) sur les notions abordées dans l’ouvrage, le positionnement de celui-ci dans l’historiographie, notamment française, et la présentation des essais, ce livre aborde, de manière assez exhaustive même si les essais, de par la nature de l’ouvrage, sont limités en nombre de signes, les multiples aspects du double thème de citoyenneté et de liberté. Différents lieux sont aussi couverts: l’Angleterre et ses colonies nord-américaines, puis les États, et enfin les États-Unis, également l’Irlande et la France, le tout d’une époque à l’autre, du début du XVIIe siècle aux années 1830. L’ouvrage présente aussi une bibliographie générale tout à fait bienvenue.

2Une première partie, intitulée « La citoyenneté à l’ère moderne », débute par l’Angleterre du XVIIe siècle avec l’essai de Sabrina Juillet (ch. 1) qui aborde la question fondatrice de la citoyenneté des post-nati, ces Écossais nés après l’accession de Jacques Ier au trône d’Angleterre et l’union des deux couronnes anglaise et écossaise en 1603. Suit le chapitre de Anna Lloyd-Hellier (ch. 2) qui traite des textes et de l’engagement politiques des quakers du XVIIe siècle pour plus de droits non seulement religieux mais civils. Toujours dans ce même siècle, Elodie Peyrol-Kleiber nous conduit à la Chesapeake (Virginie et Maryland) avec un essai sur les engagés (ch. 3), exclus de toute citoyenneté du moins le temps de leur engagement, et Anne-Claire Faucquez (ch. 4) nous porte au New York néerlandais puis anglais, notamment avec la question du statut particulier du freemanship.

3Dans une deuxième partie, « Le tournant révolutionnaire de la citoyenneté », la contribution d’Annie Léchenet (ch. 1) porte sur la Virginie révolutionnaire du milieu des années 1770 et plus spécifiquement sur le droit de vote, à qui l’accorder donc, aux propriétaires fonciers ou à ceux qui n’ont pas de propriétés mais paient des impôts ou bien à tous les chefs de famille. Une interrogation fondamentale qui alimente une correspondance entre Thomas Jefferson et Edmund Pendelton, président de convention constituante de l’État. Il est effectivement indispensable d’aborder cette question de la citoyenneté dans l’Amérique révolutionnaire, et la jeune république avant l’adoption de la constitution fédérale de 1787, par les constitutions des États. Puis, avec la naissance des États-Unis se posera la question de la naturalisation et donc de l’accession des migrants à la citoyenneté états-unienne comme prérogative des assemblées des États ou du gouvernement fédéral. Ironiquement, le combat qui avait opposé le Parlement aux colonies au cours de la révolution se trouvera relancé, cette fois-ci entre l’État fédéral et les États fédérés. Le chapitre de Linda Garbaye (ch. 3) porte sur le New Jersey révolutionnaire, le seul État qui a accordé, même si provisoirement et de manière implicite, le droit de vote aux femmes, avec le parcours très intéressant de la poétesse Annis Boudinot Stockton. Entre temps, dans un beau tissage, nous sommes revenus en Angleterre avec une contribution de Rémy Duthille (ch. 2) sur le discours des radicaux anglais des années 1770/80 et 1790 sur les droits des femmes, un discours pas si radical en fin de compte mais qui remet en lumière le concept de la représentation virtuelle. Un thème soulevé par l’Américain Daniel Dulany, dans le contexte de la crise du Stamp Act au milieu des années 1760, mais cette fois-ci appliqué aux femmes britanniques, soi-disant représentées, comme une grande partie de la population masculine, virtuellement au Parlement. L’essai qui suit, rédigé par Alice Lemer-Fleury (ch. 4), aborde également cette question de la représentation mais dans ce qui s’appelle désormais l’Amérique du Nord britannique dans la décennie post-révolutionnaire, soit le Canada et le transfert ou non des institutions représentatives des ex-Treize Colonies, avec l’arrivée de dizaines de milliers de loyalistes (opposés à l’indépendance des États-Unis) et la réorganisation administrative de ces territoires, notamment au Québec avec l’acte constitutionnel de 1791 et l’introduction d’assemblées législatives par des Britanniques. Ces derniers apparaissent désormais comme les défenseurs des libertés face au républicanisme états-unien immédiat, et plus lointain, français. Avec le chapitre de Carine Lounissi (ch. 5), nous passons en France pour étudier les Américains qui y sont installés dans les années 1790 et, dans un schéma inverse, abordons la question de la reconnaissance de la citoyenneté américaine à l’étranger, à travers trois moments, 1792, 1793 et après 1795. Une communauté étrangère peu connue et peu étudiée en-dehors des grandes figures telles, entre autres, Benjamin Franklin, Thomas Jefferson, Gouverneur Morris et James Monroe. Ce traitement des Américains en France varie selon les régimes, les ennemis intérieurs ou extérieurs du moment, mais outre ces revirements, ce qui ressort de cet essai est le flou qui entoure le statut de ces Américains et Anglais. Les premiers ne faisant-ils pas, en fait, partie des seconds…

4La troisième partie de l’ouvrage, « Citoyenneté et liberté à l’épreuve des modes de participation », débute par un essai d’Isabelle Sicard (ch. 1) sur les femmes et le droit à la pétition au Massachusetts sur une période assez longue du XVIIe siècle à l’ère jacksonienne, soit les années 1830. Cet espace-temps permet de noter, entre autres, le repli et non l’avancée provoqué par la révolution, observé dans la constitution de l’État de 1780, par rapport à la période coloniale. L’essai suivant, par Augustin Habran (ch. 2), porte sur « l’Indien » sous la jeune république fédérale, de 1783 à 1830, avec le cas des autochtones du sud-est des États-Unis (cherokees, creeks, choctaws, chickasaws), largement métissés et perçus comme « civilisés » dans un discours officiel états-unien qui leur impose assez rapidement une assimilation via une restructuration plus ou moins volontaire (pragmatique est le terme utilisé par l’auteur) de leurs institutions qui culmine avec la rédaction de la constitution cherokee de 1827, le changement des tenues vestimentaires et des modes de vie. Dans le chapitre qui suit (3), rédigé par Anne-Catherine de Bouvier, retour aux îles Britanniques, en Irlande, de l’acte d’union de 1800 jusqu’à la réforme électorale de 1832 pour aborder la question du vote catholique et plus spécifiquement le long chemin vers l’acte d’émancipation catholique de 1829. Enfin, un dernier chapitre (4), écrit par Yohanna Alimi-Levy, dresse un éclairant constat comparatif entre la citoyenneté en France et aux États-Unis en 1830, soit pendant la révolution des Trois Glorieuses et l’Amérique jacksonienne, avec Tocqueville comme témoin des deux mondes et à travers le prisme du droit de vote. Cet essai montre comment les républiques française et américaine s’observent et que les avancées « démocratiques » de la seconde sont comparativement assez limitées.

5Citoyenneté et liberté dans l’Empire britannique et les jeunes États-Unis est un livre homogène, riche et complet qui aborde les questions conjointes de la citoyenneté et de la liberté dans toute une série de territoires de part d’autre de l’Atlantique et de périodes, en étudiant des cas somme toute différents des uns des autres. Le vaste et complexe thème de la citoyenneté est lié à l’histoire politique, institutionnelle, constitutionnelle, juridique, économique, culturelle, religieuse et migratoire, un nœud serré de problématiques que ce livre met bien en évidence. L’ouvrage met aussi bien en valeur la recherche récente française sur le monde anglo-américain dans toute sa variété et sa complexité d’une part et les liens de ce monde avec la France d’autre part. Alors que souvent le lecteur pioche dans les ouvrages collectifs, celui-ci se lit d’un bout à l’autre, les chapitres et les parties étant bien agencés et complémentaires. Une lecture d’ensemble permet ainsi d’appréhender l’évolution des formes de citoyenneté, tout comme celles et ceux qui en sont exclus, dans le monde anglophone et, dans une moindre mesure, en France, sur une longue période, de 1603 aux années 1830.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bertrand VAN RUYMBEKE, « Anne-Claire Faucquez et Linda Garbaye, dir. Citoyenneté et liberté dans l’empire britannique et les jeunes États-Unis »E-rea [En ligne], 19.2 | 2022, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 24 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/erea/14640 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.14640

Haut de page

Auteur

Bertrand VAN RUYMBEKE

Université Paris 8, Vincennes Saint-Denis

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search