Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20.1RecensionsÉmilie Mitran, Gouverneur Morris....

Recensions

Émilie Mitran, Gouverneur Morris. Traducteur de la Révolution française (1789-1793), avec une préface de Gérard Hugues

Rennes : Les Perséides, 2022. 242 p. ISBN : 978-2371250499. 22 €
Edmond DZIEMBOWSKI
Référence(s) :

Émilie Mitran, Gouverneur Morris. Traducteur de la Révolution française (1789-1793), avec une préface de Gérard Hugues. Rennes : Les Perséides, 2022. 242 p. ISBN : 978-2371250499. 22 €

Texte intégral

  • 1 Le texte a été récemment publié en français dans son intégralité : Le journal de Gouverneur Morris (...)

1Le témoignage de Gouverneur Morris semble s’apparenter à une minuscule goutte d’eau versée dans l’océan des Mémoires et des journaux intimes se rapportant à la Révolution française. L’excellente étude qu’Émilie Mitran a consacrée à l’homme politique et diplomate nord-américain démontre pourtant que ce document1, de même que la conduite de son auteur pendant les années qui virent la chute de l’Ancien Régime et de la monarchie, méritaient une attention soutenue.

2Pour les non spécialistes, Gouverneur Morris est un inconnu. Cet anonymat est d’abord le produit du mutisme des sources. Alors que l’Américain fréquenta plusieurs figures éminentes de l’époque révolutionnaire comme Germaine de Staël, Talleyrand ou La Fayette, ceux-ci ne le mentionnent jamais dans leurs écrits. « Par ces omissions », remarque Émilie Mitran, « Morris disparaît de la mémoire collective d’une histoire qui s’est écrite sans lui ». Négligée également par l’historiographie, sa carrière avait pourtant tout pour aiguiser la curiosité des chercheurs. Né en 1752, Morris fut à partir de 1778 délégué de l’État de New York au Congrès continental. En 1787, il fut l’un des participants les plus actifs à la Convention de Philadelphie qui élabora la constitution des États-Unis. On lui doit le préambule contenant la célèbre formule « We the people of the United States ». Parti en Europe dans l’intention de faire carrière dans la finance et le commerce, Morris arrive à Paris en février 1789. Le 1er mars, il consigne les premiers mots de son journal.

3Couvrant les quatre premières années de la Révolution, ce document nous met en présence d’un personnage qui, bien qu’ayant lui-même participé à une révolution, réprouve la tournure prise par les événements de France. « Le journal de Morris », souligne l’autrice, « démontre la complexité du processus de diffusion des idéaux républicains, entre conservatisme et modernité, universalisme et particularismes nationaux ». C’est aussi l’activité de ce même étranger qui se dévoile dans ce document. Morris passe progressivement de la position d’observateur des faits à celle d’acteur de la Contre-Révolution, jouant le rôle de « conseiller de l’ombre de Louis XVI ».

4De cette position hostile à la révolution de France de la part d’un protagoniste de celle d’Amérique découle l’enjeu fondamental de l’ouvrage d’Émilie Mitran, qui se présente comme une réappréciation du concept de « révolution atlantique » défendu dans les années 1950 par Robert Palmer et Jacques Godechot : « Ce livre s’inscrit […] dans une réflexion globale autour des valeurs républicaines dans l’espace atlantique et montre que la naissance, puis l’avènement du républicanisme aux États-Unis et en France, est plus marquée par les divergences sinon les dissidences, que l’harmonie ». L’étude nous aide à saisir la genèse de deux modèles républicains qui, quoique reposant en partie sur un substrat idéologique commun, n’en restent pas moins fondamentalement dissemblables.

5Le livre se divise en deux parties. Consacrée au « journal, gardien d’une expérience révolutionnaire », la première explore les multiples facettes de cette source. Les impressions de celui qui se présente comme un « piètre voyageur » ne cessent d’être alimentées par la comparaison, implicite ou explicite, avec son pays d’origine : « Se posant régulièrement comme “Américain”, en opposition aux Français, Morris met en exergue l’abîme, ou plutôt l’océan, séparant la culture française de la culture américaine ». Ce fossé culturel, comme le montre la seconde partie, constitue une des clefs explicatives du regard que porte Morris sur la vie politique française. Ce sentiment d’appartenir à un peuple foncièrement différent est-il cependant toujours sincère ? On peut se le demander devant les cris d’orfraie poussés contre la liberté des mœurs des Françaises et des Français tandis que dans d’autres pages, cet insatiable coureur de jupons déploie une imagination foisonnante pour rendre compte de ses ébats amoureux…

6À la fois « talisman de papier » et « manuscrit témoin », le journal de Morris met en scène un diariste aimant la spontanéité et la truculence. Le ton change lorsque les nuages commencent à s’amonceler sur la monarchie. Le républicain du Nouveau Monde ne cache plus sa crainte de voir les Français se défaire de leur souverain. En 1792, succédant à William Short, Morris est devenu ministre plénipotentiaire de la jeune république américaine. Dans les mois qui précèdent le 10 août 1792, désobéissant à son ministre Jefferson, qui lui conseille de se cantonner prudemment au rôle de spectateur, il s’engage résolument en faveur du roi. Devenu conseiller occulte de Louis XVI et de Marie-Antoinette, il prépare trois projets successifs de fuite de la famille royale. Après la chute de la monarchie, le journal change soudain de physionomie : « Morris semble soudainement pris d’un engourdissement narratif, gommant toute marque d’émotion dans son récit ». L’autocensure ne faisant que s’accuser au fil des mois, le journal a perdu sa raison d’être. Le 5 janvier 1793, « n’étant plus libre de confier le détail de son quotidien, [Morris] préfère par conséquent y mettre un terme ».

7Intitulée « Les leçons d’un architecte du républicanisme américain », la seconde partie nous éclaire sur les principes politiques de Morris. Son parcours de révolutionnaire aux États-Unis permet immédiatement de saisir les raisons qui l’ont porté à regarder avec hostilité la vie politique française avant et après 1789. Défenseur farouche de la liberté individuelle et nourrissant une aversion profonde pour toute forme de despotisme, l’Américain ne pouvait que condamner la monarchie absolue. Proche d’Alexander Hamilton, Morris ne peut également partager l’enthousiasme de certains Pères Fondateurs pour le processus révolutionnaire français. Comme le chef de file des fédéralistes, il est attaché au principe d’un exécutif puissant et à la prééminence d’une « aristocratie naturelle au service de la nation ». En bornant strictement la marge de manœuvre du monarque et en instituant un monocamérisme qui rappelle à Morris la constitution de Pennsylvanie qu’il exècre, les Constituants ont commis une erreur fatale. Enfin, ce républicain conservateur ne peut comprendre la fascination exercée par le philosophe de Genève sur les députés patriotes : « Loin de l’idéal démocratique égalitaire de Rousseau, Morris se rapproche davantage du républicanisme libéral de Montesquieu dans sa conception du gouvernement […] D’après les écrits de Morris, une démocratie égalitaire serait inévitablement porteuse de la menace d’une potentielle tyrannie de la majorité, voire de l’anarchie ».

8Le chapitre consacré à la vive critique par Morris « de l’esthétique politique française » est particulièrement stimulant. L’on y découvre un homme assez proche du théoricien britannique du conservatisme, Edmund Burke. Comme l’auteur des Reflections on the Revolution in France, Morris condamne l’abstraction philosophique d’où, selon lui, est sortie la radicalisation de la Révolution française. Facteur aggravant, cette propension aux systèmes abstraits est le fait d’une nation connue pour ses crises de passion violente. De ce constat découle le diagnostic très sévère pour la classe politique française et, au contraire, fort laudateur pour son équivalent d’outre-Atlantique. Écrivant à Washington en juillet 1789, Morris lui décrit une assemblée nationale composée de personnages « animés par un esprit romantique » et formant « toutes ces idées romantiques sur le gouvernement, dont heureusement en Amérique nous avons été sevrés, avant qu’il ne soit trop tard ». Dès les premières semaines du processus révolutionnaire, deux voies divergentes auraient été tracées. La patrie de Voltaire, des encyclopédistes et, last but not least, de la furia francese ne pouvait en aucun cas suivre l’exemple, empirique et pondéré, des ci-devant colonies britanniques.

Haut de page

Notes

1 Le texte a été récemment publié en français dans son intégralité : Le journal de Gouverneur Morris pendant la Révolution française [éd. Gérard Hugues (vols. 1 et 2), Gérard Hugues et Émilie Mitran (vol. 3)], Genève, Droz, 2018-2022, 3 vols.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Edmond DZIEMBOWSKI, « Émilie Mitran, Gouverneur Morris. Traducteur de la Révolution française (1789-1793), avec une préface de Gérard Hugues »E-rea [En ligne], 20.1 | 2022, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/erea/14875 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.14875

Haut de page

Auteur

Edmond DZIEMBOWSKI

Université de Bourgogne Franche-Comté, Centre Lucien Febvre

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search