Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20.1RecensionsLawrence Aje, Nathalie Dessens, N...

Recensions

Lawrence Aje, Nathalie Dessens, Nicolas Gachon, Anne Stefani (dir.), Regards croisés sur la (post-)racialité aux États-Unis

Toulouse : Presses Universitaires du Midi, 2021. 262 p. ISBN : 978-2-8107-0761-4. 20 €
Cécile COQUET-MOKOKO
Référence(s) :

Lawrence Aje, Nathalie Dessens, Nicolas Gachon, Anne Stefani (dir.), Regards croisés sur la (post-)racialité aux États-Unis. Toulouse : Presses Universitaires du Midi, 2021. 262 p. ISBN : 978-2-8107-0761-4. 20 €

Texte intégral

1Paru en plein milieu du dernier avatar des Guerres culturelles qui, depuis la fin des années 1960, opposent les conservateurs aux progressistes aux États-Unis, cet ouvrage collectif apporte la contribution de spécialistes français.es à la réflexion menée sur les concepts de race, d’ethnicité et de remédiation aux injustices sociales. Au moment même où plusieurs gouverneurs d’anciens États ségrégationnistes interdisent l’enseignement de la Critical Race Theory au nom d’un retour à la fierté nationale débarrassée de la « plainte victimaire », les parenthèses ornant, dès le titre, le préfixe du terme « post-racialité » soulignent bien la difficulté d’appréhender ce qui semble relever du vœu pieux ou de l’injonction à abandonner la lutte contre les discriminations, davantage que des réalités de la société étatsunienne contemporaine.

2L’introduction rappelle les termes d’un débat hautement sensible outre-Atlantique, donnant les références bibliographiques nécessaires et proposant des traductions alternatives de concepts souvent mal traduits tels qu’affirmative action (« politiques antidiscriminatoires », p. 19, ou « programmes de remédiation raciale », p. 23, sont effectivement bien préférables à l’oxymore « discrimination positive », qui apparaît néanmoins à l’occasion).

3La distinction cruciale entre race et ethnicité est illustrée de manière efficace par les deux excellentes contributions composant la première partie, intitulée « Visées théoriques et historiographiques », qui couvre les évolutions enregistrées depuis les années 1990. Yohann Le Moigne, s’appuyant sur un travail de terrain mené à Compton en Californie, analyse la genèse de la concurrence entre la minorité noire, jalouse des modestes acquis dus à sa position dominante à l’échelle politique locale, et la minorité mexicaine-américaine, qui peine à éviter d’être racisée en raison du stigmate assigné aux migrants pauvres durant toute l’histoire des États-Unis. L’adhésion aux stéréotypes étatsuniens justifiant l’assignation des Noirs au bas de l’échelle sociale, manifestée par les graffitis de gangs latino-américains, s’ajoute à un rejet préexistant des Noirs, issu de l’héritage colonial du Mexique et transmis aux générations nées aux États-Unis. Le prisme décolonial et les Whiteness Studies sont utilement mobilisés dans cette démonstration, comme ils pourraient l’être pour l’étude d’autres groupes d’immigrants non-protestants venus d’Europe méridionale ou orientale et du Moyen-Orient, pour qui l’obtention de la blanchité s’accompagna d’un apprentissage plus ou moins facile d’une hiérarchie raciale reposant sur la suprématie WASP dont ils étaient a priori exclus. Léna Loza s’attache, pour sa part, à faire émerger de la littérature scientifique sur l’immigration caribéenne les variations qui, au sein des mêmes nationalités, distinguent les Afro-Antillais, assignés à la racisation par leur phénotype et disposant d’une faible marge de manœuvre pour faire jouer en leur faveur une ethnicité caribéenne plutôt qu’africaine-américaine, des Antillais d’origine indienne, qui peuvent se rattacher à la catégorie raciale asiatique, globalement mieux perçue dans la hiérarchie étatsunienne, même s’ils ne sont pas locuteurs d’une langue du sous-continent indien. Ce panorama de l’historiographie fait espérer un travail intersectionnel pionnier sur les modalités d’intégration des différents groupes de migrants indo-caribéens aux États-Unis, étudiant leurs mises en valeur ou en retrait de leurs identités raciales, ethniques ou nationales dans leurs relations avec d’autres minorités ainsi qu’avec le groupe dominant WASP.

4La deuxième partie, intitulée « Croiser les regards et les disciplines », offre une cohérence moins évidente. La contribution de Véronique Jullien, centrée sur la mobilisation électorale des migrants noirs (étatsuniens ou non) dans le Harlem de l’entre-deux-guerres, présente clairement le positionnement de la presse pour faire du vote noir un enjeu local susceptible de servir de modèle, et celui des deux grands partis pour courtiser ces nouveaux électeurs en promouvant les solidarités de classe ou de race. Elle souligne que les habitants, en se choisissant un maire symbolique (Bill « Bojangles » Robinson), contestaient le manque de représentants élus découlant directement d’une réticence des législateurs de l’État à aligner le découpage des circonscriptions électorales (et non seulement judiciaires) de New York sur l’évolution démographique relevée dans les recensements de 1930 et 1940, ce redécoupage n’intervenant qu’en 1945. On aurait apprécié une comparaison avec une étude de cas plus récente, ou une conclusion montrant la persistance de certains de ces messages à l’endroit de l’électorat noir, dans un contexte où son vote fait de nouveau l’objet de soupçons et d’un activisme législatif et judiciaire des deux partis. Avec l’analyse par Grégory Benedetti du déclin de la mobilisation antiraciste dans le milieu du football américain depuis 2016 (date de naissance du mouvement Take a Knee lancé par Colin Kaepernick), on constate non seulement que les stars de la NFL ne veulent plus être des symboles de réussite individuelle masquant la réalité des discriminations structurelles (jusque dans leurs propres instances dirigeantes), mais aussi que la modalité de leur contestation a dicté le moyen d’invisibiliser celle-ci : l’hymne national étant sacré en vertu de la religion civique américaine, les sportifs souhaitant dénoncer l’écart entre les idéaux patriotiques et les violences policières sont depuis 2018 encouragés à rester au vestiaire pendant la cérémonie d’avant-match. Hélène Charlery traite également de ce qui est donné à voir ou non des mobilisations antiracistes, en examinant, au moyen de l’intermédialité, l’incrustation d’images d’archives du Mouvement des Droits Civiques par le biais du poste de télévision dans plusieurs films à grand public produits depuis Mississippi Burning (1988). Elle démontre la persistance d’un récit de conversion rassurant qui rachète les protagonistes blancs en même temps que le public, mais qui, depuis 2012, met davantage au centre l’expérience vécue par les protagonistes noir.es du Mouvement et leurs dilemmes ; il reste cependant à ne plus qualifier d’« histoire noire » ce chapitre de l’histoire étatsunienne. Les deux contributions suivantes, signées respectivement par Claire Anchordoqui et par Lionel Larré, rappellent la souveraineté des nations amérindiennes, qui les distingue des autres minorités et leur donne, depuis la présidence Obama, davantage de moyens de contester les inégalités structurelles dont elles souffrent, surtout dans le domaine de l’éducation, et d’éviter une appropriation de leur identité.

5On regrettera que la focalisation de la troisième partie sur la question des sources ait conduit Lionel Larré, dont le chapitre sur l’historiographie ouvre cette réflexion, à ne considérer que le binaire européen/amérindien en éludant l’existence d’Amérindiens noirs, pourtant dépositaires d’une tradition orale, et la racisation à l’œuvre dans la validation d’une citoyenneté tribale par le Blood Quantum, illustrée notamment par le cas des Black Cherokees. Dans son étude des livres de cuisine écrits par des Africaines-Américaines depuis 1880, Hélène Le Dantec-Lowry s’inscrit résolument dans l’histoire culturelle en montrant combien ces sources apparemment anodines sont investies d’une mission de préservation de mémoires familiales et de modèles de réussite sociale. Jean-Pierre Le Glaunec et Nathalie Dessens examinent tous deux le sort des monuments érigés à la gloire des Confédérés à la Nouvelle-Orléans, l’un pour souligner l’ambiguïté de la mémorialisation de Gayarré, historien chantre de la « Cause perdue », par un monument à la symbolique floue, et l’autre, dans la partie intitulée « Mémoires », pour souligner l’absence de violences lors du retrait des statues en 2017, expliquant la portée cathartique des deux années de débats houleux qui l’ont précédé par la décision des juges de réduire le conflit à une question de politique locale, et concluant sur l’opportunité d’une inscription pacifiée du passé esclavagiste dans l’espace urbain néo-orléanais lors du tricentenaire de la ville en 2018. Enfin, Simon Grivet décrit la mémorialisation des lynchages, portée depuis 2015 à Montgomery par l’association Equal Justice Initiative, pour sensibiliser un large public à la terreur vécue par les citoyens noirs à travers le Sud et offrir un lieu de mémoire à leurs descendant.es. Finalement, la perspective d’une réconciliation semble l’étape nécessaire pour surmonter les traumatismes entraînés par les politiques racistes aux États-Unis ; mais on conclura prudemment, comme l’ouvrage, que le mot « post-racial » en dit plus sur qui l’emploie que sur l’état de l’Union.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile COQUET-MOKOKO, « Lawrence Aje, Nathalie Dessens, Nicolas Gachon, Anne Stefani (dir.), Regards croisés sur la (post-)racialité aux États-Unis »E-rea [En ligne], 20.1 | 2022, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/erea/14904 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.14904

Haut de page

Auteur

Cécile COQUET-MOKOKO

Université Versailles Saint-Quentin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search