Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20.1RecensionsCécile Coquet-Mokoko, Élisabeth G...

Recensions

Cécile Coquet-Mokoko, Élisabeth Gavoille, Jean-Jacques Tatin-Gourier, Mónica Zapata (dir.), Esclavages et antiesclavagismes. Réalités, discours, représentations

Paris : Kimé, 2021. 242 p. ISBN : 978-2-3807-2037-2. 29 €
Anne-Claire FAUCQUEZ
Référence(s) :

Cécile Coquet-Mokoko, Élisabeth Gavoille, Jean-Jacques Tatin-Gourier, Mónica Zapata (dir.), Esclavages et antiesclavagismes. Réalités, discours, représentations. Paris : Kimé, 2021. 242 p. ISBN : 978-2-3807-2037-2. 29 €

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif de 230 pages est le fruit d’un travail collaboratif qui fut initié lors de 3 journées de colloque qui eurent lieu en octobre 2018 à l’Université de Tours intitulé « Esclavages & antiesclavagismes : discours, récits, représentations ». Ces 18 contributeurs, spécialistes de littérature, d’histoire, des arts du spectacle et de l’image, d’études culturelles et d’études sur le genre se sont réunis autour du thème des libertés dans le cadre des commémorations du 170e anniversaire de l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises et du bicentenaire de la naissance de l’abolitionniste américain Frederick Douglass. C’est donc une perspective comparatiste que cet ouvrage nous propose entre différentes ères chronologiques et géographiques, allant de l’Antiquité aux colonies françaises et britanniques du XVIIIe siècle, jusqu’à la période contemporaine. Ce n’est pas tant les systèmes esclavagistes eux-mêmes que cet ouvrage nous propose d’étudier mais leurs formes de représentations : les discours employés pour les justifier ou les condamner, ainsi que leurs représentations contemporaines dans la fiction, le théâtre ou le cinéma et leurs répercussions dans les sociétés post-coloniales.

2Ce livre se divise en quatre grandes parties (nommées chapitres) à l’intérieur desquelles se trouvent 15 contributions. Le premier chapitre aborde la question de l’esclavage durant l’Antiquité romaine. Marine Miquel évoque l’esclavage pour dettes dans les écrits de Tite-Live et nous livre une réflexion passionnante sur les récits historiques comme genre oratoire. Reprenant l’image de Plutarque de l’historien comme « peintre d’actions » (p.29), les récits historiques communiquent chez le lecteur des émotions qui s’appuient sur son vécu. Ainsi, cette représentation du corps individuel entravé dans les écrits de Tite-Live sert-elle de métonymie de la « lutte collective de la plèbe » (p.32), l’esclavage pour dettes représentant le conflit patricio-plébéien de la fin du 1er siècle avant JC. Ida Gilda Mastrorosa examine ensuite l’influence des discours, montrant comment l’historien grec Denys d’Halicarnasse, dans ses Antiquités Romaines, participa au passage de la loi Fufia Canina, limitant le droit d’affranchir les esclaves.

3Le deuxième chapitre composé de 6 contributions examine les réalités historiques face aux discours produits au cours du XVIIIe siècle français et du XIXe siècle américain. Antoine Eche aborde la question du discours de manière originale par l’étude de la traduction d’une partie de l’œuvre de John Green (A New General Collection of Voyages and Travels) dans l’Histoire Générale des voyages de l’Abbé Prévost (1746-1759), montrant que la version française chercha à édulcorer le message abolitionniste qui apparaît comme moins virulent que dans sa version originale. Le texte d’Érick Noël questionne le statut juridique des quelques 20 000 « gens de couleur » présents sur le sol français à la veille de la Révolution. Si l’esclavage était interdit en métropole en vertu du principe du sol libre, des Africains étaient tenus en esclavage dans les grandes villes portuaires particulièrement au sud de la ligne La Rochelle-Lyon. Jean-Jacques Tatin-Gourier vient compléter le tableau de la France révolutionnaire par l’étude du journal Les Révolutions de Paris qui, entre 1791 et 1792, prit position pour l’abolition de l’esclavage contrairement aux autres journaux révolutionnaires. Éric Saunier propose une histoire des mentalités dans la ville portuaire du Havre depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle jusqu’en 1848, qui se voit divisée entre les négociants et armateurs comme Jacques-François Bégoüen de Meaux animés par leurs intérêts économiques et les défenseurs de l’abolition comme l’Abbé Dicquemare. Francesca Genesio se penche sur la figure du florentin Philip Mazzei, ami de Condorcet et de Jefferson, qui diffusa à la fois en France et aux États-Unis ses interrogations sur la naissance de la nation états-unienne où liberté et esclavage cohabitaient. La contribution de Gérard Hugues nous expose la théorie politique du sudiste John Calhoun, gouverneur de Caroline du Sud et ardent défenseur du système esclavagiste, exprimée dans Disquisition on the Government dans laquelle il met en avant l’idée d’une « majorité concurrente » contraire aux idéaux des Pères Fondateurs, d’une République hiérarchisée faite de factions où l’esclavage serait naturel.

4Le troisième chapitre se concentre sur les représentations littéraires et cinématographiques de l’esclavage. Deux exemples de la littérature marocaine sont présentés par Mohammed Lehdahda et Mohammed Aït Rami : Le fils du prophète de Mohammed Ennaji (1999) revisite l’origine de la religion musulmane par le lien de parenté qui lit le prophète et son esclave Zayd alors que Mosaïques ternies d’Abdelkader Chatt (1932) nous plonge dans l’univers des « dadas », ces femmes domestiques du début du XXe siècle. L’étude conjointe de quatre romans écrits par deux femmes, Toni Morrison (Beloved et Paradise) et Maryse Condé (Moi, Tituba, sorcière … Noire de Salem et Heremakhonon) par Fanny Monbeig, ainsi que celle de la représentation du viol des femmes esclaves dans les films hollywoodiens par Emma Heishman, soulèvent le problème de l’invisibilisation des femmes esclaves dans l’histoire et du trauma qui semble impossible à dépasser. La dernière partie introduit l’étude de deux romans mauritaniens (Et le ciel a oublié de pleuvoir de Beyrouk, 1997 et Le réveil agité de Harouna-Rachid Ly, 2006) par Mamadou Kalidou Ba, mettant en exergue le lien indéfectible entre esclavage et féodalité dans la société mauritanienne. Lea Geler aborde la question de la reconnaissance des descendants de victimes de l’esclavage dans la pièce de théâtre argentine Calunga Andumba. Enfin, Jean-François Deluchey traite de la question fondamentale de l’esclavage moderne et des legs de l’esclavage colonial dans les sociétés contemporaines que sont la racialisation et les pratiques de domination exacerbées par la pandémie du COVID 19.

5La perspective comparatiste de cet ouvrage ne peut être que louée de par la grande variété des thèmes, des espaces géographiques et des ères temporelles abordés depuis l’Antiquité jusqu’à la période contemporaine, en Europe (à Rome, en France), aux États-Unis, en Argentine sans oublier l’Afrique (le Maroc et La Mauritanie). Les réalités historiques de l’esclavage nous présentent des cas variés comme l’esclavage pour dettes, la hiérarchisation des sociétés ou la question du droit réglementant le statut des gens de couleur ou leur émancipation. En outre, cet ouvrage se démarque par un travail remarquable sur les discours qui ont façonné ces réalités (par le biais de l’écriture de l’histoire, de la traduction, des discours esclavagistes et abolitionnistes) et leur circulation entre les continents. L’étude des représentations littéraires et cinématographiques contemporaines ajoute un niveau d’analyse indispensable, nous montrant comment l’art permet de mettre en lumière notre compréhension de l’histoire.

6Cependant, nous pourrons regretter quelques défauts de présentation : le titre de l’ouvrage sur la page de couverture qui n’est pas centré, le manque d’uniformisation des contributions ; certaines contenant des bibliographies d’autres non ; une scorie (« observes » au lieu de « observés » p.63). La structure de l’ouvrage et sa division en quatre grands chapitres inégaux ne nous a pas semblé convaincante. Si le premier chapitre sur l’esclavage antique et le deuxième sur les discours au XVIIIe et XIXe sont homogènes dans leur contenu, les contributions sur les romans mauritaniens et le théâtre argentin du quatrième chapitre auraient eu leur place au côté des contributions du troisième chapitre sur les représentations littéraires et cinématographiques, la dernière contribution sur les legs dans les sociétés contemporaines pouvant servir d’épilogue. Outre un défaut purement structurel de l’ouvrage, cette redistribution des contributions aurait peut-être permis une meilleure articulation entre les trois concepts clefs de l’ouvrage : réalité, discours et représentations. En effet, si chaque contribution s’attarde sur des cas concrets (qui sont parfois difficiles à appréhender pour des non spécialistes), nous aurions apprécié, sous la forme d’un épilogue ou d’une conclusion, une réflexion globale sur les enjeux de l’écriture de l’histoire, et le rôle de l’art et de la représentation artistique dans la mise en récit de l’histoire dans le but de construire, déconstruire et reconstruire une nouvelle mémoire collective de ce passé traumatique qui a marqué et continue de marquer les inconscients collectifs des trois continents européen, américain et africain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Claire FAUCQUEZ, « Cécile Coquet-Mokoko, Élisabeth Gavoille, Jean-Jacques Tatin-Gourier, Mónica Zapata (dir.), Esclavages et antiesclavagismes. Réalités, discours, représentations »E-rea [En ligne], 20.1 | 2022, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/erea/14978 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.14978

Haut de page

Auteur

Anne-Claire FAUCQUEZ

Université Paris 8

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search