Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20.11. Creative WritingVI. Creative piecesSelf-translation as re-creation: ...

1. Creative Writing
VI. Creative pieces

Self-translation as re-creation: The incipit of a fantasy novel in French (original language) and English

Emma SCHÜTZ

Résumés

Dans cet incipit, le lectorat découvre les protagonistes de ce roman fantastique : sept personnes qui s’éveillent dans un paysage étranger. Ce premier chapitre est écrit du point de vue de Pascal, le plus terre-à-terre et réfléchi du groupe, quoiqu’il soit un peu impulsif. Grâce à – ou à cause de – ses intuitions, ses camarades s’aperçoivent que la situation est autrement plus dangereuse qu’ils ne l’avaient supposé…
Ce début annonce en partie les thèmes abordés dans ce premier tome de la trilogie Sublimes, intitulé La Chimère, ainsi que dans les volets suivants : consommation et consumérisme, réflexions autour du genre, relations de domination sociales, systémiques mais aussi personnelles.
Les ressorts des genres de littérature auxquels se rattache cette trilogie sont exploités. Ainsi, le fantastique permet l’utilisation du surnaturel comme métaphore de l’ascendant d’une classe aisée sur le reste de la population, l’aspect science-fiction présente un futur quelque peu dystopique, l’horreur-épouvante se fait miroir de la violence réelle et la ligne fantasy en filigrane confère malgré tout une notion d’espoir : les forces inflexibles pourront-elles se voir défaites par la ou le protagoniste ?

Haut de page

Texte intégral

Version française – Pascal

1Il allait falloir se lever. Non, pas tout de suite… Il était trop tôt… Encore quelques minutes de sommeil… Il essaya de ramener son oreiller sous sa tête. Rien ne vint. Ses doigts ne trouvaient que de l'humidité. Somnolent, il tâta le drap mouillé, surpris par sa texture rêche. Quant à sa couverture, elle manquait à l’appel. Il la chercha de la main, tenta de la tirer vers lui, et ne ramena qu'une poignée d'herbe spongieuse. De l'herbe, dans son lit ?

De l'herbe ? Dans son lit ?

Bien réveillé désormais, Pascal se redressa sur ses coudes. Le paysage qui s'offrait à ses yeux ne correspondait en rien à celui de sa chambre. Nulle couette ne le recouvrait. Un parterre gazonné lui servait de couche. Le brouillard épais trempait ses vêtements : le froid l'avait tiré du sommeil, et non son alarme matinale.

Où était-il ? Pourquoi se sentait-il aussi vaseux ? Quelle heure était-il ? Depuis quand portait-il son uniforme ? Un banc de nuages cachait le soleil, nourrissant une bruine glaciale des plus inhabituelles. La faible lueur grise conférait aux alentours une ambiance fantomatique digne d'un vieux film d'horreur. Afin de réchauffer ses membres glacés, Pascal se releva et se secoua. Sa chemise détrempée lui collait à la peau. Luttant contre l’éternuement qui lui chatouillait le nez, il fouilla ses poches en quête d’un mouchoir et n’en tira que du vide.

Peut-être rêvait-il encore ? Il se frotta les yeux, se pinça le bras, se claqua les joues. En vain : la douleur lui confirmait qu’il ne dormait pas, sans éclaircir la bizarrerie de sa situation. Quelque chose clochait. La couleur de l'herbe, pour commencer. Il avait beau essayer de se convaincre du contraire, elle détonnait. Elle était… blanche ? Grise ? Parfois, elle miroitait même d’or… Plus que tout, la qualité de l’air l’interloquait par sa pureté. Le silence ouateux l’étouffait de son étrangeté : la brume digérait le moindre son. Il se racla la gorge, intimidé. Le bruit se perdit, avalé par l’épaisse vapeur.

— Ohé ?

Seul l'écho lui répondit, hé-o, hé-o, sépulcral et lointain.

L'écho ? Ne venait-il pas de faire l'expérience de son absence ?

— Ohé ? réitéra-t-il. Y a quelqu'un ?

Il tendit l'oreille, prêt à relancer l'appel. Si d’autres personnes le rejoignaient… Les choses ne pourraient que s'arranger !

— Oui-i-i, par ici-i-i, entendit-il.

Dans le brouillard, la provenance de la voix semblait se réverbérer, venir de partout à la fois et de nulle part en même temps. Existait-il des mirages auditifs ?

— Où ça ? lança-t-il. J'entends mal !

Il avança d'un pas, puis se ravisa. Son interlocuteur invisible se taisait.

— Ici !

Surpris, il se retourna d'un bond. Si près ? La voix lui avait paru plus lointaine… Pourtant, la brume s'ouvrait sur une pâle naïade blonde, aux cheveux recouverts de rosée, collés contre ses épaules. Des perles transparentes se nichaient au creux de ses cils et sa robe blanche s’alourdissait d’eau pour parfaire l’illusion mystique.

Le soulagement l’emporta vite : il reconnaissait la nouvelle venue, Gabrielle, une de ses camarades de classe, qui présentait aujourd'hui son aspect féminin. La fluidité de genre de son amie le surprenait toujours : parfois Gabrielle, souvent Gabriel, l'élève changeait de pronom au gré de l'identité qui s'imposait, en fonction des heures, des jours, et même des semaines.

Rasséréné par sa présence, il l'enserra dans une étreinte d'ours. D’abord inquiète, elle se détendit pour joindre son rire au sien.

— Ça va aller, Pascal, tu peux me reposer…, gloussa-t-elle.

Il s’exécuta, puis discerna derrière elle d'autres silhouettes. Il les identifia sans peine : Victor, son partenaire en histoire de l'architecture, arborait l'air ennuyé de celui qui ne veut pas montrer son inquiétude. Ses yeux bruns dardaient de-ci de-là sous sa frange décolorée. À sa suite, bras-dessus-dessous, surgirent deux autres étudiants que Pascal connaissait moins, Juliette et Tristan. La première, le visage auréolé d’un carré noir en bataille, levait haut son menton, tous ses muscles tendus, prête à se lancer dans un sprint ou une diatribe enflammée. Son compagnon tirait sur sa chemise, empêtré de ses longs membres fins. Il se résolut à passer la main à travers ses cheveux bruns, afin de protéger son regard clair de la luminosité. Enfin, l'air soupçonneux, arrivait Lucrèce, dont les flamboyantes bouclettes doublaient de volume sous l'effet de l'humidité.

— Tu sais ce qui se passe, toi ? lui lança-t-elle.

— Non…

— Un entraînement en simulation ? proposa Juliette.

Pascal s’apprêtait à contredire l’avis de la jeune femme quand Victor le prit de vitesse :

— Mais non, on est toujours briefés avant…

— Et si cette fois, c'était un entraînement surprise ? rétorqua-t-elle.

Avant qu'iels ne réagissent cependant, une autre voix se fit entendre :

— Euh, dites, je suis là aussi, hein…

La femme qui venait de parler, leur aînée d'une décennie, détonnait en effet quoique son visage parût familier à Pascal.

— Yolande ? Toi, ici ? demanda Juliette.

— Qui êtes-vous ? coupa Victor.

— Elle est paysagiste à l’Académie, expliqua Tristan. On bavarde souvent avec elle.

— Ah, commenta le premier. J’ai cru que c’était une prof…

La concernée, cachée sous sa chevelure châtain, se contenta de hausser les épaules.

— Euh… Vous avez vu ça ? reprit Victor, ignorant désormais la nouvelle venue.

Victor pointait quelque chose du doigt, de l'autre côté du ravin dont s'éloignait une Lucrèce prudente. Elle vérifia d'un regard que personne n'avait vu son fiasco quasi mortel, puis, satisfaite, se tourna dans la direction indiquée par le grand brun. Curieux, Pascal s'approcha du bord, attentif à la démarcation entre le sol et le vide. Le gouffre s'enfonçait jusque dans des profondeurs abyssales, les aspérités rocheuses disparaissaient dans une noirceur épaisse, rendue plus opaque par le brouillard descendant. De l'autre côté de l'à-pic siégeait une citadelle fortifiée, très différente des forteresses qu'étudiait Pascal. Pas de meurtrières ou de créneaux à l'européenne, pas de tours ottomanes, pas de colonnades ni de mosaïques. La pierre blanche, brute, veinée d'argent irisé, s'élevait en une myriade de dômes et de coupoles qui pointaient de l’intérieur de la muraille, surplombées d’une haute aiguille dressée vers le ciel. Un seul morceau de verre soufflé par un géant complétait le tableau, sans doute le toit d’une serre.

L'ensemble donnait l'impression d'un… gâteau de mariage trop élaboré ? Non, cette comparaison ne rendait pas justice à sa merveille architecturale. Même avec les méga-imprimantes 3D, Pascal n'aurait jamais imaginé une réalisation si fantasmagorique. La citadelle trônait sur une large colonne rocheuse au centre du précipice. Comment franchissait-on ces douves naturelles ?

Fasciné, Pascal entreprit de longer le bord de l'abîme, suivi par les six autres, tout aussi étonnées par cette invraisemblable forteresse. Le bastion planait au-dessus du précipice, son piédestal de pierre un défi à la gravité. Rien ne la reliait à la prairie. Fallait-il voler pour la rejoindre ? Cela semblait improbable…

Au moins, la brume commençait à se lever, ou plutôt à se baisser : elle rejoignait le gouffre, aspirée par les profondeurs. Le vide vertigineux s’effaçait sous cette nappe, protectrice sans être rassurante : le brouillard n'arrêtait pas la chute d'un être humain… Au mieux étoufferait-il ses hurlements de terreur.

Autour d'eux, l'horizon se dégageait : des kilomètres d'une prairie vallonnée ondoyaient d’or et d’argent sous les rayons d'un timide soleil. Pascal discerna enfin ce qu'il cherchait : le bandeau gris d’une route. Difficile de déterminer son origine ; néanmoins sa destination brillait par son évidence : le ravin. Le bout de la voie donnait sans transition sur le vide abyssal, ce qui confirmait l’existence d’une passerelle pour rejoindre la ville – et donc la civilisation. Iels pourraient y obtenir de l'aide, des informations sur leur localisation, un moyen de rentrer chez ielles !

Excité par la bonne nouvelle, Pascal se tourna vers ses collègues d'infortune :

— Regardez, si on rejoint la route, on trouvera peut-être des gens pour nous aider !

Le groupe ne répondit pas à ses aspirations : seuls Tristan et Juliette démontraient le même enthousiasme que lui. Lucrèce, Victor et même Gabrielle demeuraient circonspectes. Yolande, bras croisés, haussa les épaules. Elle comptait sur ielles pour régler le problème.

— C'est hors de question, dit Victor. On sait pas où on est, on sait pas si c’est une sim… En tant que stratège, je te l'affirme : la route, c’est toujours un piège.

Pascal fronça le nez. Victor et ses grands chevaux… Lucrèce le rejoignit :

— En tant que stratège, répéta-t-elle, je suis obligée de reconnaître que Victor n'a pas tort. Pas question de perdre des points à une mission parce qu'on a fait une erreur de débutantes, aussi près des examens !

L’athlète haussa les épaules. Ces deux prétentieux à la rivalité de pacotille manquaient d’expérience s’iels se considéraient en réalité virtuelle. Les simulations bluffaient le regard et les rendus météorologiques s'amélioraient ; pour autant, la technologie ne reproduisait pas si bien le goût de l'air, la moiteur de la brume, l'appel du gouffre. Et cette architecture improbable ? Cette végétation extraterrestre ? Non, il n'avait jamais rien vu de tel – et il se spécialisait en mondes virtuels ! Lui, au moins, n'essayait pas de se raccrocher à un espoir chimérique. Iels étaient perdues on ne sait où, voilà tout, et chaque aide serait la bienvenue !

D’irrégulières percussions métalliques se firent entendre au loin. Non… Si ! Oui, là-bas, entre les collines, tirée par deux chevaux, une… calèche ? Désuet, l’attelage confirma ses soupçons : la forteresse recelait des habitants ! Tendu de toile, un lourd coche s’avançait, tout droit sorti d’un film d’époque. Deux individus se tenaient à l’avant. Les équidés cheminaient d'un pas régulier, leurs sabots résonnant contre la pierre.

Poussé par l'espoir, Pascal se mit à courir vers la route, son emportement assombri par une nouvelle inquiétude : et s'il n'arrivait pas à temps ? Si le pont ne restait pas ouvert pour eux ? Si les gens ne s'arrêtaient pas ? Il accéléra le pas : sa course devint sprint. Très vite, il bondissait à travers l'herbe mouillée.

— Pascal, non ! lui cria Gabrielle.

Il décida de l'ignorer.

Inspirer sur trois pas, expirer sur deux, un-deux-trois, un-deux, un-deux-trois, un-deux, ne pas se laisser essouffler, et puis éviter le point de côté, un-deux, un-deux-trois, un-deux. La distance le séparant de la route diminuait, le carrosse filait, l'intersection entre leurs directions se rapprochait. Il ne fallait pas ralentir, il y était presque ! Il obtiendrait de l'aide pour tout le monde, il leur prouverait qu’iels se trompaient : iels vivaient une aventure bien plus étrange qu’une sim !

La diligence freina tandis que Pascal parcourait les derniers mètres. Il s'arrêta afin de reprendre sa respiration, calmer son cœur, préparer ses mots. Derrière lui, coude à coude, Tristan et Juliette arrivaient à grandes foulées. Victor et une Yolande rouge d’effort surgissaient du haut d'une des petites collines, suivies par une Lucrèce méfiante. Il attendit que Gabrielle se montre, au pas, pour se tourner vers le véhicule. Que faisait-elle, enfin ?! Pourquoi ne le soutenait-elle pas ?

Le conducteur et son compagnon, vêtus d’uniformes militaires démodés, descendirent de voiture. Le tissu, trop manufacturé par rapport à la coupe surannée des habits, rappelait à Pascal des reproductions mal documentées d'atours historiques. Leurs armes, des baïonnettes, criaient en revanche de réalisme. L'un d'entre eux, le seul à porter un sabre au côté, se dirigea vers lui.

— Nom ? Origine ?

— Je-je sais pas, je suis perdu… Mes amies aussi – il leur indiqua les autres qui arrivaient – on cherchait de l'aide.

Le chef se tourna vers les six autres naufragées, puis fit signe à son acolyte d'approcher. Deux soldats sortirent de l'arrière du chariot. Tristan et Juliette avançaient désormais d’un pas tranquille, couvrant les derniers mètres. Yolande et Victor attendaient les retardataires.

Son interlocuteur tint un court aparté avec ses hommes, à dix pas de lui. Pascal tendit l'oreille, attentif au moindre signe de danger, et crut entendre le terme de « joueur ». De quoi parlaient-ils ? L'officier revint vers lui sans lui laisser l’occasion de grappiller la moindre information :

— Nous allons vous aider. Appelez vos amis.

La sourde inquiétude de Pascal se volatilisa. Il tourna le dos au capitaine, agita les bras vers ses camarades, cria de tout son souffle :

— Venez, venez, ils vont nous aider !

Tristan et Juliette le rejoignirent. Yolande et Victor se hâtèrent à leur tour, animés par ses encouragements.

— On est sauvé, venez !

Iels franchissaient les derniers mètres, quand Pascal sentit un mouvement vif de la part du militaire. Il n'y prêta pas attention.

La seconde d'après, il sentit une douleur insoutenable et déjà terminée.

Le ciel s'envola, le sol se précipita vers lui.

Était-ce son corps décapité, là-bas, qui s'écroulait ?

Haut de page

Bibliographie

English version – Pascal

He had to get up. No, not yet… It was too early… A few more minutes of sleep… He tried to grab his pillow but found nothing. His fingers were only met with humidity. Still sleepy, he felt the wet linen, puzzled by its coarse texture. His blanket had totally disappeared. At a loss, he searched for it and brought back a handful of wet grass. Grass, in his bed?

Grass? In his bed?

Now wide awake, Pascal propped himself up. The landscape in front of his eyes had nothing to do with his room. No quilt to cover him. A grassy bed in guise of his mattress. The heavy fog soaked his clothes, answering an unasked question: the cold had woken him up, not his alarm clock.

Where was he? Why did his thoughts feel so muddy? What time was it? When had he donned his uniform? A gathering of clouds hid the sun and fed an icy and most uncommon drizzle. The subdued grey light gave the surroundings an eerie ambience, as if he were in an old horror movie. In an effort to warm himself, Pascal stood up and shook his limbs. His damp shirt stuck to his skin. Fighting an irresistible sneeze, he searched his pockets for a handkerchief and found only emptiness.

Perhaps he was still dreaming? He rubbed his eyes, pinched his arm, slapped his cheeks… to no avail: the pain confirmed that he wasn’t dreaming but still left him at a loss. Something was off. The colour of the grass, for one. Although he tried to convince himself of the opposite, it was jarring. The grass was… white? Grey? Sometimes it shone almost gold. More than anything, the air’s purity astounded him. The woolly silence smothered him with its weirdness, every noise digested by the mist. He cleared his throat, intimidated. The sound was swallowed by the dense haze.

– Hey?

Only his echo answered,
yee-hoo, yee-hoo, faraway and sepulchral.

Echo? Hadn’t he just experienced its absence?

– Hey? he tried again. Anyone there?

He strained his ears, ready to call once more. If other people gathered with him… All would be well!

– Yeees, heeere, he heard.

In the fog, the voice’s provenance seemed to reverberate, to come from everywhere and nowhere at the same time. Did auditive mirages exist?

– Where? he asked. I can’t hear very well!

He stepped forward and then thought better of it. His invisible interlocutor had fallen silent.

– Here!

Surprised, he swivelled around. So close? The voice had seemed so far away… And yet, the mist opened on a pale blond naiad with dewdrops shining in her soaked hair. Translucent pearls nestled in her lashes and water weighed down her white dress in an attempt to perfect the mystical illusion.

Relief washed over him: he knew the newcomer, Gabrielle, a classmate who presented her feminine side at the moment. His friend’s gender fluidity was always a surprise: sometimes Gabrielle, often Gabriel, the student changed pronouns to match the prevailing identity, for hours, days and even weeks at a time.

Reassured by her presence, he hugged her in a bear’s embrace. She relaxed at once and added her laugh to his.

– It’s okay, Pascal, you can put me down now, she giggled.

He complied and noticed other figures behind her, which he easily identified. There was Victor, his partner in History of Architecture, sporting a bored look to hide his uneasiness. His dark eyes darted to and fro under his discoloured fringe. Behind him came two other, less familiar scholars: Juliet and Tristram. The former, her face haloed by a short black bob, raised her chin high, every muscle tensed, ready for a sprint or perhaps a fervent diatribe. Her companion was pulling on his shirt, trying to untangle his long arms out of it. He brushed his brown hair out of his face with his fingers, so as to protect his light eyes from the glare. Finally, with an air of suspicion on her face, came Lucrece whose fiery curls had doubled in volume because of the humidity.

– Do
you know what’s happening? she called.

– No…

– A simulation training? suggested Juliet.

Pascal was on the verge of correcting her when Victor interjected:

– No way, we’re always briefed before them…

– What if this time it was a surprise training? she countered.

Before they could even react, another voice rose from the silence:

– Uhm, you do know I’m here too, right?

The woman who had just spoken, a decade older than them, stuck out like a sore thumb – although Pascal was sure he had already seen her.

– Yolanda? You, here? asked Juliet.

– Who are you? Victor cut in.

– She’s a gardener at the Academy, explained Tristram. We chat with her now and then.

– Oh – Victor’s face fell. I thought she was a tutor…

Half-hidden under her auburn hair, the newcomer shrugged.

– Uh… Can you see this?

Victor, now ignoring the newcomer, was pointing at something on the other side of the ravine. As a now careful Lucrece stepped back from it, she checked that no one had witnessed her near death fiasco. Reassured, she turned in the direction the young man had indicated. Curious, Pascal came nearer to the edge, cautious of the demarcation between solid ground and steep drop. The abyssal chasm swallowed the light, its rocky outcrops disappeared in the heavy darkness which somehow got even thicker with the descending fog. On the other side of the precipice soared a fortified citadel, although it differed singularly from the fortresses Pascal learned about at the Academy. No European loopholes or crenellations, no Ottoman towers, no colonnades nor mosaics. The white stone, raw and silver-veined, rose in a myriad of domes and rounded roofs that pointed from the wall’s inner side, all dwarfed by a tall needle aiming for the sky. A huge chunk of glass blown by a giant completed the picture, probably the roof of a greenhouse.

It all reminded him of… a too elaborate wedding cake? No, such a comparison was an affront to its architectural wonder. Even with a mega-3D-printer, Pascal could never have conjured such a phantasmagorical achievement. The citadel sat on a large rocky pillar, in the middle of the precipice. How could they cross this natural moat?

Fascinated, Pascal went along the abyss’ edge, followed by the six others, as astounded as he was by this unbelievable fortress. The bastion floated above the precipice, its stone pedestal a challenge against gravity. Nothing connected it to the prairie. Were wings needed to access it? That did seem a little unlikely…

At least, the mist was rising – or rather, descending: it flocked to the chasm, swallowed by the deep. The vertiginous emptiness disappeared under this protective yet far from reassuring shroud: although thick, fog would not stop a human being’s fall… It would, at best, smother their cries of terror.

Around them, the horizon cleared: miles of hilly meadows rippled with gold and silver under the rays of a timid sun. Pascal finally discerned what he was looking for: the grey ribbon of a road. Although its origin was hard to determine, its destination was nothing but obvious: the ravine. The end of the route met without transition with the abysmal emptiness, which in turn confirmed the existence of a drawbridge to the city – and thus, to civilisation. They could find help, there, information about their whereabouts, a way to go home!

Excited by the news, Pascal turned to his companions:

– Look, if we get to the road, we could find people to help us!

The group did not respond to his aspirations: only Tristram and Juliet shared his eagerness. Lucrece, Victor and even Gabrielle remained circumspect. Yolanda, arms crossed, just shrugged. She counted on them to resolve the situation.

– No way, said Victor. We’ve no idea where we are, we don’t know if it’s a Sim… As I’m a strategist, heed my words: the road is always a trap.

Pascal wrinkled his nose. Victor and his high horses… And Lucrece, who
had to add her pinch of salt:

– As I’m a strategist, she parroted, I
have to admit that Victor’s not wrong. I’m not losing any points on a mission this near to the exams, just because we made a beginner’s mistake!

The athlete shrugged. These two pretentious kids were either blinded by their gimcrack rivalry or lacked experience if they believed they were in a virtual reality setting. The simulations could deceive one’s eyesight and the meteorological renderings improved at a fast rate; however, the technology did not replicate this well the aroma of the air, the moistness of the mist or the call of the chasm. And what about this unusual architecture? This alien vegetation? No, he had never seen anything like it – and
he specialized in virtual worlds! At least, he did not try to hold on to a chimeric hope. They were lost in the middle of nowhere and any help would be welcome!

Out of the blue, Pascal heard irregular percussive noises in the distance. No… Yes! Over there, between the hills, pulled by two horses, a… carriage? Outdated, the vehicle confirmed his suspicions: the fortress was indeed inhabited! Covered in burlap, straight out of a period movie, a heavy coach rolled their way. Two men sat in the front. The horses advanced at a steady pace, their hooves clinking against the stone.

Hope engulfed Pascal and he broke into a run, his exaltation darkened by a new fear: what if he did not arrive in time? What if the drawbridge closed before they could cross it? What if the people did not wait for them? He accelerated his pace, his run became sprint. Soon he was bounding over the wet grass.

– Pascal, no! called Gabrielle.

He decided to ignore her.

Breathe in on three strides and breathe out on two, one-two-three, one-two, one-two-three, one-two, avoid getting winded and quell the side stitch, one-two-three, one-two, one-two-three, one-two. The distance between him and the road dwindled, the carriage dashed by, the intersection between their directions neared by the second. He could not slow down, he was almost there! He would get help for everyone, he would show them that they were wrong: they were experiencing something much weirder than a Sim!

The coach came to a halt whilst Pascal flew over the last metres. He stopped to catch his breath, calm his heart, gather his words. Behind him, with great strides, came Tristram and Juliet, shoulder to shoulder. Victor and a very red Yolanda, exhausted by the effort, appeared at the top of one of the little hills, followed by a leery Lucrece. He waited for Gabrielle to show herself, strolling down at a leisurely pace, before turning to the vehicle. What was her deal?! Why did she not support him?

The driver and his companion got out of the carriage. They were dressed in old-fashioned military uniforms; the fabric, too manufactured for the clothes’ outmoded cut, reminded Pascal of poorly documented reproductions of historical attire. However the realism of their weapons, pointy bayonets, was not to be doubted. One of the soldiers, the only one to carry a sword at his side, came towards him.

– Name? Origin?

– I-I don’t know, I’m lost… My friends too – he pointed to the group – we were looking for help.

The chief turned to the other six castaways then called his lieutenant to his side. Two more uniformed men stepped out of the coach. Tristram and Juliet were advancing at a now tranquil pace, covering the last metres. Yolanda and Victor were waiting for the stragglers.

The captain kept a short aside with his men, ten feet from him. Pascal listened, wary of any sign of danger, and thought he heard the term “player”. What were they talking about? The officer came back before he could deduce or obtain any more information:

– We are going to help you. Call your friends.

Pascal’s muted anxiousness vanished. He turned his back to the captain, waved his arms to his colleagues and called at the top of his lungs:

– Come on, come on, they’re gonna help us!

Tristram and Juliet caught up with him. Yolanda and Victor sped up, riled by his cheers.

– We’re saved, come on!

They were hurdling over the last metres when Pascal felt a swift movement from the captain. He did not pay any attention to it.

The next second, he felt an overwhelming pain – and yet, it was already over.

The sky flew down, the ground rose up to meet him.

Was it truly his decapitated body he saw crumbling down over there?

Cohen, Bernard. “Traduttore... traditeur? Les mystères d'une formule rabâchée”. Archive Wikiwix. BibliObs (5 Jan. 2008). Web. 21 Feb. 2022.

Schmitt, Amandine. “Non, le masculin ne l'a pas toujours emporté sur le féminin”. BibliObs. BibliObs (20 Oct. 2017). Web. 21 Feb. 2022.

Schütz, Emma. “Le féminin l’emporte-t-il sur le masculin ?”. Medium. Medium (11 May 2021). Web. 11 May 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emma SCHÜTZ, « Self-translation as re-creation: The incipit of a fantasy novel in French (original language) and English »E-rea [En ligne], 20.1 | 2022, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/erea/15114 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.15114

Haut de page

Auteur

Emma SCHÜTZ

Writer and freelance editor
emma.schutz@orange.fr
Emma Schütz is a self-taught writer, who wields words and worlds and has been doing so ever since she discovered books. Born in 1993 in Italy, she grew up in London and Paris, in a polyglot family, where conversation switched from French to English or German. She studied Music and Literature (French, German, English).
Following 3 years in “classes préparatoires littéraires” and after completing a Masters in Cultural Mediation, she decided to embrace her first love, writing. She has launched a bi-weekly newsletter about writing, fiction and inclusivity (in fiction), L'Emmaginarium, and is currently working on a fantasy and science-fiction trilogy, Sublimes, whilst preparing for a doctorate in Creative Writing. She is a freelance editor for the German-speaking market for another publish-ing house, Editions Addictives.
Emma Schütz est une autrice autodidacte qui manie des mots et des mondes depuis sa découverte des livres. Née en 1993 en Italie, elle a grandi à Londres et à Paris dans une famille polyglotte, où la conversation passait du français à l’anglais ou à l’allemand. Elle a étudié la musique et la littérature (française, allemand et anglaise). Suite à ses trois années de « classes préparatoires littéraires », et après un Master de médiation culturelle, elle décide de se consacrer à son premier amour, l’écriture. Elle a lancé une newsletter bihebdomadaire sur l’écriture et l’inclusivité dans la fiction, intitulée L’Emmaginarium, et travaille actuellement sur une trilogie qui relève à la fois de la littérature fantastique et de la science-fiction, intitulée Sublimes, tout en se préparant à s’inscrire en doctorat d’écriture créative. Elle est éditrice freelance pour une autre maison d’édition, Éditions Addictives, qui cible le marché germanophone.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search