Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20.12. L’entre-deux : espaces, pratiq...Introduction

2. L’entre-deux : espaces, pratiques et représentations

Introduction

L’entre-deux : espaces, pratiques et représentations
James COHEN, Anouche DER SARKISSIAN et Cléa FORTUNÉ

Texte intégral

1Ni l’un, ni l’autre, ni tout à fait les deux à la fois, l’entre-deux se dérobe à toute définition. Il exprime une indétermination ontologique, une impossibilité à trancher mais, loin de caractériser un vide, il renvoie aux potentialités des interstices. Il se rapporte autant à un état de fait qu’à un passage en cours ou une transition en suspens.

2La fluidité et la polysémie de la notion, qui peut décrire un espace, un temps, un intervalle fixe ou en mouvement, des pratiques, des identités choisies ou assignées, des dynamiques ainsi que des régimes plus stables, offre un cadre particulièrement fécond de réflexion pour examiner les phénomènes de circulations migratoires.

3Saisi de manière large, le fait migratoire engage des processus à l'œuvre dans des territoires, des systèmes de représentations, des comportements, à l’échelle individuelle et collective, qui se déploient sur un mode souvent binaire. Les migrant.e.s quittent un lieu pour s’acheminer ailleurs ; l’immigré.e est incorporé.e dans le groupe dominant ou non ; par choix ou par défaut, les diasporiques entretiennent des rapports avec « ici » et « là-bas ». Notons, à cet égard, que les éléments de cette paire peuvent opérer de façon alternative, exclusive ou additive, ce que l’on pourrait résumer par la conjonction « et/ou » : l’un et l’autre séparément, successivement, simultanément, indissociablement, ou inconciliablement.

4L’idée de frontière qui s’impose presque immédiatement comme un corollaire naturel des migrations incarne, elle aussi, un horizon de préhension emblématique et éclairant de l’entre-deux. Les zones transfrontalières représentent une rupture et une continuité, un lieu où expire une souveraineté et où en commence une autre. Elles fonctionnent comme une limite et un hiatus entre deux É/états, deux langues, deux trajectoires nationales. Elles constituent également un sas de transition et de rencontres, marqué par d’intenses échanges humains, économiques, socio-culturels et politiques.

5Aujourd’hui, les frontières se renforcent à la faveur de murs qui s’érigent ou d’un appareillage administratif, technologique et militaire toujours plus performant. Pourtant, les mobilités transfrontalières et internationales se poursuivent et s’accentuent et, ce faisant, se complexifient, créant des situations intermédiaires, parfois inextricables, lourdes de conséquences sur les destins personnels.

6Comment les individus qui traversent ces espaces vivent-ils cette tension ? Quel est l’impact de ces entraves multidimensionnelles sur les territoires, les sociétés et les expériences individuelles ? De plus en plus de chercheurs issus de champs disciplinaires variés s’intéressent à ces zones ambiguës de démarcation et de transactions, où se projettent et achoppent tant d’histoires personnelles et de projets (inter)nationaux.

7De la décision de départ, jusqu’à l’installation dans la société d’accueil, les migrant.e.s recouvrent une autre forme d’« entre-deux ». Certaines expatriations sont contrariées et restent dans un état d’errance ou d’impasse. Les étapes post-migratoires et les stratégies d’adaptation peuvent également se lire comme un écartèlement perpétuel entre deux vies, celle d’avant et celle d’après, celle rêvée et celle concrétisée. Les expériences transnationales donnent lieu à des retours réels ou imaginaires vers le homeland. Par ailleurs, les immigré.e.s et leur descendance sont, bien souvent, renvoyé.e.s à la question, tendancieuse, de leur intégration ou non dans le tissu local de la région d’adoption. Ces va-et-vient physiques, politiques et symboliques entre la culture dite d’accueil et la terre d’origine sont producteurs d’espaces, de structures et d’identités hybrides, de répertoires singuliers d’actions collectives, de formes nouvelles d’expressions artistiques, culturelles et linguistiques.

8Comment aborder ces objets d’étude labiles par définition ? Quels regards les acteurs, les témoins et les chercheurs portent-ils sur ces métissages conscients ou inconscients, ces mouvements de balancier effectifs et métaphoriques ?

9À travers ce dossier, qui rassemble des articles, en français et en anglais, de chercheurs et chercheuses s’appuyant sur des approches pluridisciplinaires, nous entendons explorer ces questions qui sous-tendent la notion d’entre-deux, en faisant la lumière sur une série d’études de cas. Des exemples de « minorités », confrontées à la question de l’origine ethnique, raciale, nationale, culturelle et socio-économique à laquelle elles sont associées, sont investigués dans des contextes temporels et géopolitiques distincts. Si certains textes interrogent les pratiques, les représentations et les acteurs qui émergent et se développent dans les espaces frontaliers, diasporiques ou transnationaux, d’autres examinent l’impact des (auto-)identifications différenciatrices qui entretiennent l’idée d’une appartenance hybride ou incomplète.

10Quatre lignes directrices ont été privilégiées : (1) les espaces transfrontaliers et les pratiques particulières qui s’y exercent ; (2) les migrations et le rapport à l’intégration dans la région d’accueil ; (3) les rôles et la nature d’intermédiaires privés et publics qui créent des zones hybrides où se télescopent des enjeux disparates et parfois divergents ; (4) la place des chercheurs-observateurs qui étudient les populations de l’entre-deux qu’il s’agisse de groupes ethniques, racisés ou immigrés.

11Le premier volet du dossier s’intéresse aux espaces transfrontaliers. Il fait la lumière sur les pratiques qui se déploient à la frontière États-Unis/Mexique et États-Unis/Canada.

12La frontière États-Unis/Canada, longtemps connue comme étant la plus longue frontière non défendue au monde, a permis aux deux pays de tisser des liens, notamment à l’échelle locale entre des villes frontalières qui ont, par endroit, transcendé la ligne internationale, créant ainsi un entre-deux spécifique. Toutefois, suite aux attentats du 11 septembre 2001, la frontière a connu un phénomène de rebordering qui, à travers sa sécurisation, est venu insérer une logique antagoniste aux logiques d’intégration et de debordering que la frontière connaissait depuis plusieurs décennies. Pierre-Alexandre Beylier invite à réfléchir à ce phénomène d’intégration à travers une analyse théorique de la frontière Canada/États-Unis. En appliquant différents modèles qui visent à évaluer son degré d’intégration à l’aune de ses différentes fonctions, l’auteur étudie les conséquences de la politique de sécurisation de la frontière sur l’entre-deux qui existait à l’échelle locale et sur les liens qui unissaient les deux pays avant 2001.

13La frontière États-Unis-Mexique est un autre cas d’école. Malgré la sécurisation grandissante des dernières décennies, cet espace reste l’un des plus traversés au monde. La région compte également des populations locales historiquement marquées par l’hybridité culturelle qui doivent renégocier leurs appartenances identitaires au gré des évolutions opérées à et par la frontière. Certaines communautés amérindiennes telles les Yaquis de Californie ont, par exemple, habité entre le Mexique et les États-Unis depuis des siècles migrant de l’un à l’autre territoire successivement. À travers l’analyse des pratiques transnationales des Yaquis, Aracely Rivera Cohen scrute leurs pratiques migratoires qui s’inscrivent dans un entre-deux spatial et culturel, et qui conduisent le groupe à redéfinir son identité.

14Le deuxième volet rassemble des contributions qui explorent des phénomènes de migration dans leur rapport à l’histoire et à l’intégration. Deux articles se concentrent sur les mobilités des Africains Américains dans l’espace étatsunien entre fantasme d’un retour au berceau ancestral et choix stratégiques pour contourner des pratiques discriminatoires héritées de la ségrégation.

15La Grande migration des Africains-Américains du Nord vers le Sud des États-Unis est étudiée par Nicolas Raulin. Il s’appuie sur la perspective des migrants d’Atlanta, en Géorgie, qui se tiennent entre deux territoires, pour éclairer les changements intervenus dans les grands espaces régionaux du pays depuis la fin des années 1960. Il montre comment la notion de région du Sud continue d’opérer dans les représentations sociales, oscillant entre espace diasporique noir et catégorie d’exclusion des migrants africains-américains au sein de la métropole.

16Marion Marchet étudie également les migrations africaines-américaines, mais à l’échelle de la banlieue d’Euclid, adjacente de la ville de Cleveland, en Ohio. Elle décrit la façon dont Euclid, traditionnellement ouvrière et entièrement blanche, émergea comme une banlieue de « l’entre-deux » à partir des années 1970 pour des familles africaines-américaines désireuses de quitter le ghetto historique du centre-ville de Cleveland, mais n’ayant pas les moyens de s’établir dans les banlieues résidentielles plus huppées de la métropole. Aujourd’hui fortement ségréguée et ghettoïsée, Euclid fut en effet un temps un site privilégié pour tout un pan de la classe moyenne noire de Cleveland en quête d’ascension sociale et d’intégration raciale.

17Le troisième volet vise à s’interroger sur les rôles et la nature d’individus et d’institutions au statut hybride qui participent à la création d’espaces de l’entre-deux, formels et informels, politiques, symboliques ou marchands, où se jouent des intérêts multiples.

18Le contexte de la création du Libéria est un cas éclairant de l’influence parfois sous-estimée d’intermédiaires non-étatiques. C’est ce qu’étudie Barbara Franchi qui se penche sur les relations diplomatiques entre les États-Unis et le Libéria entre 1862, reconnaissance officielle du Libéria, à 1871, date de la nomination du premier Consul Général noir américain au Libéria. Dans son travail d’analyse des correspondances privées des deux premiers représentants du Libéria ainsi que des dépêches diplomatiques, elle fait émerger le rôle jusque-là minoré d’une organisation privée, la Société de Colonisation Américaine, dans la mise en place des institutions libériennes. Elle montre que, loin d’avoir connu un déclin après la guerre de Sécession, cette Société est demeurée un acteur influent.

19À l’échelle de la ville, Quôc-Dung Dang s’intéresse à l’entre-deux spatial et économique qu’est une « enclave ethnique ». En explorant le cas du Chinatown de Londres, il met en lumière les mécanismes ainsi que les acteurs privés et publics, nationaux, internationaux et transnationaux, qui participent à la transformation d’un espace d’intégration d’immigrés en un produit londonien attractif. Il sonde le phénomène du place branding, en dévoilant les facteurs, les circonstances, les stratégies et les structures qui ont contribué à faire de cet espace une construction sociale, économique et politique hybride.

20Le quatrième volet interroge les lignes de démarcation symboliques à travers la question des catégorisations et des identifications ethno-raciales. Il met l’accent sur les discours et les grilles de lecture des chercheurs-observateurs qui étudient les populations de l’entre-deux pour saisir les identités hybrides.

21Les Latinos (ou « Latinx »), qui représentent aujourd’hui la plus importante minorité ethnique aux États-Unis, offrent un cas d’école de la notion d’hybridité et de reconfiguration constante des identités. En développant un dialogue critique avec des auteurs contemporains majeurs s’étant intéressés à la situation sociale, culturelle et politique des Latinos des États-Unis, l’article de James Cohen parcourt le spectre des sites et des modes où se manifeste et se vit l’entre-deux. À travers cette réflexion sur les identifications ethno-raciales « mixtes », il rappelle également la prégnance des histoires coloniales qui travaillent, aujourd’hui encore, les Amériques.

22La problématique raciale est abordée de manière auto-réflexive par Yohann Le Moigne qui ré-interroge son parcours de chercheur français blanc et sa pratique du terrain. En revenant sur un séjour de recherche à Compton aux États-Unis qui a changé sa perspective sur la race en tant que catégorie sociologique mobilisable de façon critique, il examine comment la logique colorblind a entravé sa compréhension des enjeux et des rapports de force locaux. Il montre comment son éducation « républicaine » et ses certitudes vis-à-vis de la question raciale ont été bouleversées au contact de la réalité d’un territoire caractérisé par des niveaux de pauvreté et de ségrégation raciale inconnus en France.

23Ainsi l’ensemble de ces contributions propose une lecture à plusieurs entrées sur la notion de l’entre-deux, cet objet de recherche a priori inclassable, en appréhendant la question à travers une diversité de cadres spatio-temporels, de focales, d’échelles et de méthodologies. En s’inscrivant dans une démarche résolument multidimensionnelle, ce dossier permet de décloisonner et croiser les regards et les outils sur les problématiques inhérentes aux circulations et frontières réelles et symboliques. Il souligne également la complémentarité des approches et fait surgir des traits d’union entre des cas et des histoires qui ne se ressemblent pas de prime abord. Espérons enfin que pareil assemblage puisse favoriser l’émergence de pistes fertiles de réflexion auprès de lecteurs et de lectrices qui s’intéressent aux mouvements, espaces et expériences migratoires ainsi qu’aux dynamiques d’auto- et d’hétéro-identification qui en découlent.

24À une époque où les frontières se figent et où les discours sur les identités tendent à se crisper, alors même que les mouvements migratoires sont loin de se tarir et que les questions d’(auto-)identifications ne laissent pas d’interroger le passé, le présent et le futur, susciter le dialogue en refusant les (dé)finitions simples et en encourageant l’étude des mobilités et des diverses manifestations de frontières par le prisme de l’hétérogénéité et de la variabilité semble prometteur voire nécessaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

James COHEN, Anouche DER SARKISSIAN et Cléa FORTUNÉ, « Introduction »E-rea [En ligne], 20.1 | 2022, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/erea/15188 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.15188

Haut de page

Auteurs

James COHEN

James Cohen est professeur en Études américaines au Département du monde anglophone de l’Université Sorbonne Nouvelle et membre de CREW depuis 2011. Ses questions de recherche portent sur la société et les politiques étatsuniennes, en particulier sur les questions de race/ethnicité, d’immigration, et sur les relations internationales dans les Amériques. Il est l’auteur de Spanglish. Les enjeux de la « latinisation » des États-Unis (Le Félin, 2005) et de À la poursuite des « illégaux ». Politiques et mouvements anti-immigrés aux États-Unis (Le Croquant, 2012).

Articles du même auteur

Anouche DER SARKISSIAN

Anouche Der Sarkissian est diplômée de Sciences Po Paris et agrégée d’anglais. Elle enseigne l’anglais de spécialité et la civilisation américaine à l’université Paris Nanterre. Lauréate Fulbright et récipiendaire d’une bourse doctorale de la Fondation Calouste Gulbenkian, elle prépare une thèse sur les Arméniens de Californie sous la direction de James Cohen (Sorbonne Nouvelle) et de Taline Ter Minassian (Inalco). Elle est membre du Center for Research on the English-Speaking World CREW (EA 4399) et fellow de l’Institut Convergences Migrations.

Cléa FORTUNÉ

Cléa Fortuné est maître de conférences en civilisation américaine à l’Université Sorbonne Nouvelle au département de LEA, membre de CREW (EA 4399) et de l’ILCEA4 (Université Grenoble Alpes). Ses questions de recherche portent sur la sécurité à la frontière États-Unis/Mexique, en particulier à Douglas (Arizona) et Agua Prieta (Sonora). En 2020, elle a reçu une bourse Fulbright et a été chercheure invitée à l’Université d’Arizona à Tucson. Depuis 2017, elle est membre du comité de rédaction de la revue RITA (Revue Interdisciplinaire de Travaux sur les Amériques).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search