Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20.12. L’entre-deux : espaces, pratiq...II. Migrations internes et intégr...Entre disparition et essentialisa...

2. L’entre-deux : espaces, pratiques et représentations
II. Migrations internes et intégration dans la région d’accueil

Entre disparition et essentialisation : Le Sud des États-Unis et la migration inversée des Africains-Américains depuis les années 1970

Nicolas RAULIN

Résumés

Nous nous intéressons à la migration des Africains-Américains vers le Sud des États-Unis depuis les années 1970 en prenant pour terrain d’étude la métropole d’Atlanta en Géorgie. Nous présentons la méthodologique que nous avons utilisé consistant à intégrer données quantitatives et qualitatives puis nous montrons comment la perspective des migrants qui se tiennent entre deux territoires peut éclairer les changements intervenus dans les grands espaces régionaux du pays depuis la fin des années 1960 et notamment leur rapprochement. Enfin, nous analysons comment la notion de région du Sud continue d’opérer dans les représentations sociales rapportées à la migration en oscillant entre espace diasporique noir et catégorie d’exclusion des migrants africains-américains au sein de la métropole.

Haut de page

Texte intégral

1Les historiens Matthew Lassiter et Jospeh Crespino ont récemment remis en cause, à travers un ouvrage collectif, « l’exceptionnalisme du Sud » des États-Unis, arguant qu’il s’agissait là d’un mythe (Lassiter et Crespino 7). Les caractéristiques prêtées au Sud — racisme, conservatisme, violence — font, selon eux, également partie de l’histoire du reste du pays, variant simplement en intensité. L’image d’un Sud radicalement différent du reste des États-Unis est présentée comme une construction historique servant à innocenter la nation des maux attribués à la région de Dixie.

  • 1 Tout au long de cet article, les adjectifs « africains-américains » et « noirs » sont utilisés de m (...)

2Cette relativisation des différences régionales n’a été que renforcée par le démantèlement de la ségrégation légale dans le Sud à partir des années 1950. La disparition de ce système juridique spécifique au Sud a entrainé avec lui un affaiblissement de l’identité régionale (Stefani, « Le Sud et la nation américaine au vingtième siècle »). La meilleure preuve est sans doute que, dans le sillon des grandes victoires du mouvement des droits civiques dans les années 1960, le Sud a cessé d’être une terre d’émigration des Africains-Américains1. En effet, entre 1916 et 1970, plus de six millions de personnes noires ont quitté leur région d’origine pour s’installer dans les grandes villes du Nord, du Midwest, puis de l’Ouest pendant la période de la Grande Migration (Gregory ; Grossman ; Lemann ; Trotter). Fuyant la ségrégation, la pauvreté et la violence, ces migrants prenaient la direction du Nord où, à partir de la Première Guerre mondiale, des postes en usines leur ont été ouverts. Ce déplacement massif des Africains-Américains a bouleversé la démographie du pays : alors que 90 % des Africains-Américains vivaient dans le Sud en 1900, seulement 53 % d’entre eux y vivaient encore en 1970 (McHugh 172).

  • 2 Les chercheurs ne disposent que des données des recensements étatsuniens pour quantifier le phénomè (...)

3Depuis 1970, non seulement les résidents noirs du Sud quittent beaucoup moins le Sud, mais la région est également devenue la première destination pour les Africains-Américains qui choisissent de déménager à l’intérieur du pays (Frey Diversity Explosion 122). Si le phénomène demeure difficile à chiffrer, on peut estimer qu’au moins quatre millions d’Africains-Américains ont pris la route du Sud entre 1970 et 20202. Le grand démographe William Frey affirme que « le renversement de la Grande Migration hors du Sud ne représentait qu’un mince filet migratoire dans les années 1970 avant de s’accélérer dans les années 1990 et de se transformer en une véritable évacuation de nombreux espaces du Nord dans la première décennie du XXIe siècle » (Frey 107).

4Cette migration met ainsi en lien les mêmes territoires que la Grande Migration, mais les régions quittées et rejointes se trouvent inversées : c’est le Sud, autrefois fui, qui attire aujourd’hui les migrants africains-américains. Nous aimerions utiliser ce processus migratoire afin de précisément réfléchir à la notion de région.

5L’inversion des flux migratoires entre les régions indique que le Sud a perdu de sa spécificité régionale, les Africains-Américains n’ayant plus besoin d’avoir recours à la migration pour échapper à la ségrégation et à la violence qui la sous-tendait. Dans le même temps, la région a pu se voir doter de nouvelles significations pour les Africains-Américains puisqu’il s’agit de l’espace plébiscité par ces derniers lorsqu’ils se déplacent à l’intérieur du pays (Frey Diversity Explosion 122) Pour comprendre ces changements, nous soutiendrons l’idée que la région se trouve à l’intersection de considérations scientifiques qui disqualifient sa pertinence et de représentations sociales à travers lesquelles elle continue d’être mobilisée et opérante. Une première partie sera consacrée à présenter une approche méthodologique passant par l’intégration de données quantitatives et qualitatives : ce sera l’occasion de présenter les travaux sur la migration des Africains-Américains vers le Sud et de mesurer les apports d’une démarche qui croise données quantitatives et qualitatives. Nous verrons ensuite comment la migration et le mouvement des droits civiques ont favorisé un rapprochement entre les régions. Enfin nous nous attacherons à mettre en lumière la manière dont la région demeure une notion mobilisée sur le plan des représentations sociales rapportées à la migration. À cet égard, la région se trouve convoquée par une kyrielle d’acteurs (figures politiques et/ou militantes, presse noire, résidents) dans des buts variés que l’on analysera.

6L’étude qui suit se base sur des données de terrain récoltées entre septembre 2019 et mars 2020, au cours d’une enquête ethnographique de sept mois dans la métropole d’Atlanta. Notre corpus rassemble à la fois des données quantitatives issues des recensements étatsuniens, des entretiens d’histoire orale menés auprès de migrants noirs à Atlanta et des documents d’archives, issus notamment de la presse locale et nationale.

1. Intégrer les données pour surmonter les oppositions méthodologiques : mieux comprendre la migration noire vers le Sud

1.1 Quand le qualitatif remet en cause les conclusions tirées sur la base de données quantitatives : un panorama des études sur la migration des Africains-Américains vers le Sud

7Selon le sociologue des migrations noires Stewart Tolnay, il existe deux méthodes d’analyse pour comprendre les phénomènes migratoires et notamment les raisons qui poussent les individus à migrer : l’une consiste à mettre en relation le taux d’émigration ou d’immigration d’un espace avec ses caractéristiques socio-économiques et l’autre à interroger directement les personnes qui ont migré (Tolnay 215). Alors que le premier type d’analyse s’effectue à l’échelle macro à partir de données agrégées, la seconde relève d’une approche qualitative sur la base d’entretiens individuels. Or, comme le souligne l’historienne des migrations Nancy Green, « [l]e regretté Bernard Lepetit récusait, à juste titre, une “opposition paralysante entre macro- et micro-analyse”. […] Un niveau intermédiaire peut être à même de résoudre ce problème épistémologique » (Green 19-20). Plutôt que d’opposer ou hiérarchiser les deux niveaux d’analyse, il conviendrait alors de les intégrer.

  • 3 Notre traduction.

8La recherche menée sur les migrations noires vers le Sud du pays a bien montré l’importance d’une telle approche. Jusque dans les années 1990, les chercheurs ont essentiellement étudié le phénomène en se basant sur les données des recensements étatsuniens, publiés tous les dix ans. Cela leur a permis de quantifier le phénomène et de déterminer le profil des migrants à travers une approche sociodémographique (Campbell et al. ; Curtis ; Falk et al. ; Frey The New Great Migration ; Hunt et al. ; McHugh ; Leibbrand et al.). L’une des contributions majeures de ces travaux a été d’identifier une migration double faite de migrants dits « revenants » (« return migrants ») et de migrants « primo-arrivants »(« primary migrants »)3. Le premier groupe est constitué de l’ensemble des individus qui sont nés dans le Sud, l’ont quitté puis y sont revenus tandis que le deuxième désigne les personnes qui se sont installées dans le Sud sans y être nées ou y avoir grandi. Les analyses des données récoltées à leur sujet ont permis de démontrer que les migrants revenant étaient en général moins favorisés économiquement et qu’ils regagnaient bien souvent leur région d’origine, pour rejoindre des proches restés sur place dans des zones largement sinistrées économiquement et souvent rurales (Leibbrand et al. 11). À l’inverse, les primo-arrivants ont souvent été décrits comme « les meilleurs et les plus brillants » (Frey New Great Migration 7). Dotés de capitaux économiques et scolaires, ces derniers ont tendance à s’installer dans les grandes métropoles du Sud telles qu’Atlanta ou Dallas pour profiter de la croissance économique de la région (Leibbrand et al. 19). Ainsi, alors que les primo-arrivants déménageraient dans le Sud pour des raisons économiques, les revenants le feraient pour des motifs familiaux.

9Toutefois, ces hypothèses ont été remises en cause par les quelques études qualitatives menées sur les migrants revenant (Brown et Cromartie ; Stack ; Cromartie et Stack). Les ethnographies réalisées par Carol Stack dans les années 1990 ont mis au jour le fait que de nombreux Africains-Américains connaissaient bien le Sud même s’ils n’y étaient pas nés : à la faveur de visites familiales et séjours plus ou moins prolongés dans la région auprès de proches, le Sud était loin de leur être inconnu et il était inexact de les considérer comme primo-arrivants (Cromartie et Stack 297). De même, son travail a montré que, certes, ces migrants revenant se trouvaient dans des positions socio-économiques précaires, mais ils bénéficiaient, en retournant dans le Sud, d’un filet de sécurité sociale important grâce à un réseau de proches possédant souvent une propriété. Dépourvu du capital économique ou social nécessaire pour s’extirper des conditions de vie devenues particulièrement difficiles dans les villes de la Rust Belt, ces migrants avaient recours à un capital familial qui les dirigeait vers les zones qu’ils avaient quittées plus tôt dans leur vie. S’ils étaient davantage confrontés au racisme en déménageant à la campagne et qu’ils peinaient à trouver des emplois à la hauteur de leurs qualifications, ils bénéficiaient toutefois d’un cadre de vie plus calme, loin des dangers des villes marquées par la violence et la criminalité.

1.2 Étudier la migration des primo-arrivants dans le Sud : le choix de la focale métropolitaine à Atlanta

  • 4 Selon le Census Bureau, le Sud est composé des États suivants : l’Alabama, l’Arkansas, le Delaware, (...)

10L’analyse historiographique des travaux sur la migration des Africains-Américains dans le Sud appelle donc à croiser données quantitatives et qualitatives d’une part, mais également à resserrer l’étude du phénomène sur des territoires plus circonscrits que la région dans son intégralité. C’est ce que conseillent les historiens Matthew Lassiter et Joseph Crespino : à leur sens, le Sud est une catégorie d’analyse peu pertinente, car trop floue. Il n’existe pas de consensus sur ce qu’est le Sud hormis ce qu’on appelle le « Sud du recensement » qui rassemble seize États et le District de Columbia4. Il faudrait ainsi, pour étudier le Sud dans son ensemble, avoir recours aux études de cas et s’intéresser, entre autre, aux villes ou métropoles du Sud, comme l’ont longtemps fait les chercheurs en histoire urbaine africaine-américaine, mais dans le nord du pays (Kusmer, Kenneth et Trotter 2).

  • 5 Ces chiffres sont issus des recensements étatsuniens de 1980, 1990, 2000 et des American Community (...)

11Nous avons choisi la métropole d’Atlanta pour plusieurs raisons. Les études quantitatives disponibles pointent toutes combien la capitale géorgienne représente l’épicentre de cette migration vers le Sud (Frey New Great Migration 4). Sur les cinquante dernières années, près de 15 % des primo-arrivants noirs se sont dirigés vers Atlanta, sans qu’aucune autre métropole du Sud ne concentre autant de migration5 : ces déplacements des Africains-Américains primo-arrivants ne concerne donc pas la région dans son ensemble. L’attractivité de la capitale géorgienne s’explique en partie par la manière dont la presse ethnique a adoubé Atlanta au début des années 1970, la baptisant « nouvelle Mecque noire » (Garland). Les articles de l’époque publiés dans des magazines comme Ebony, Black Enterprise ou encore le New York Times Magazine, présentent la ville comme particulièrement propice à la réussite des Africains-Américains de la classe moyenne, vantant leur pouvoir politique et économique, ainsi que leur grande qualité de vie en banlieue résidentielle (Ross Range ; McCall; Shannon). Si cet adoubement a favorisé, à partir des années 1970, la migration d’Africains-Américains venus d’autres régions du pays, Atlanta attirait déjà depuis un siècle des migrants noirs venus de la Géorgie rurale ou d’États adjacents. Elle fait ainsi partie des rares villes dont la population noire a continué d’augmenter pendant la Grande Migration, période pendant laquelle les zones rurales et urbaines du Sud se vidaient de leurs résidents noirs. Cette migration qui démarre dès les années 1860, au lendemain de la guerre de Sécession, a favorisé l’émergence de grandes institutions telles que des entreprises particulièrement prospères ou les universités noires d’Atlanta (MacMahan 204 ; Hobson 17). Ainsi, dans les années 1970, c’est moins l’arrivée de migrants africains-américains à Atlanta qui représente un changement que leur origine : à partir de cette période, ces derniers viennent d’autres régions du pays et d’espaces beaucoup plus éloignés. Ces transformations donnent à voir des processus de changements et de continuité dans l’histoire du Sud des États-Unis, configuration à privilégier selon l’historien Michael Goldfield lorsque l’on s’intéresse à l’évolution de la région (488). Nous avons en outre fait le choix de centrer notre analyse sur les primo-arrivants étant donné qu’il n’existe que peu de travaux sur le sujet et quasiment aucun s’appuyant entièrement ou en partie sur des données qualitatives.

1.3 La parole des primo-arrivants noirs d’Atlanta : croisement de facteurs structurels et personnels

12Tout comme dans le cas des migrants revenant, les entretiens menés auprès de migrants dits « primo-arrivants » ont également remis en cause l’analyse binaire de cette migration vers le Sud. Étant diplômés et disposant de plus de capitaux économiques que les migrants revenant ou les individus ne migrant pas du tout (Leibbrand et al. 19), ces derniers ont été présentés comme un groupe attiré par les débouchés professionnels dans les grandes métropoles du Sud. Le thème de la famille, présenté comme un facteur central favorisant le déménagement des migrants revenant, n’est pourtant pas absent du discours des primo-arrivants, comme le raconte Donna Roberts qui a quitté New York en 1990 pour s’installer à Atlanta :

  • 6 Entretien de l’auteur avec Donna Roberts du 5 mars 2020, notre traduction (« I wanted to leave New (...)

Je voulais quitter New York, juste parce qu’en prenant le métro pour aller travailler le soir, je pensais à la saleté, je pensais à la foule. Ce voyage en métro la nuit me donnait le temps de penser et je voulais que mes enfants bénéficient d’un meilleur environnement. En gros, c’était pour eux6.

13Le désir d’offrir à leurs enfants des conditions de vie meilleures se retrouve donc dans le discours des primo-arrivants et des migrants revenant même si les deux groupes diffèrent dans leur manière d’atteindre ce but : quand les premiers bénéficient de capitaux économiques et scolaires qui leur permettent de déménager dans des espaces prospères du Sud, les autres se servent de leur capital familial et social en rejoignant des proches dans la région.

14De même, certains chercheurs ont pu déplorer la manière dont les études quantitatives négligeaient les ressentis des migrants alors même que la migration est un processus hautement personnel et intime (Fielding 201). Le croisement du quantitatif et du qualitatif permet de corriger cet écueil en donnant la parole aux individus touchés par la migration. Parmi les facteurs ayant favorisé leur décision de partir vers Atlanta, les primo-arrivants ont souvent évoqué le déclin des zones urbaines dans lesquelles ils avaient grandi. Ces crises économiques qui ont touché le Nord et le Midwest à partir des années 1950 ont été le fruit de grands bouleversements structurels et notamment de la compétition internationale qui a entrainé la fermeture des grandes usines assurant la prospérité de ces régions (Boyle ; Hackworth; Alder et al.). Bien qu’il s’agisse de dynamiques structurelles, il n’en demeure pas moins important de recueillir le propos des personnes qui ont été concernées par ces changements afin de mesurer l’impact que cela a pu avoir sur leur vie. C’est ainsi que Lonnie Massingil (57 ans, installé à Atlanta en 1986) décrit la petite ville de Kent dans l’Ohio dans laquelle il a grandi :

  • 7 Entretien de l’auteur avec Lonnie Massingil du 14 janvier 2020, notre traduction. (“It was lot nice (...)

C’était plus bien plaisant quand j’étais plus jeune. Enfin, en y grandissant, voilà, je suis né en 1965, j’y ai grandi et c’était agréable au début des années 1970, 1974. Mais à partir de 1974, les choses ont commencé à changer, beaucoup de licenciements […] et donc le chômage est devenu un gros problème à l’époque et c’est ce qui s’est passé. Le chômage, le chômage qui se développe avec le temps, c’était horrible de vivre là-bas, à l’époque, la toxicomanie et tout ça. Donc j’ai observé une transition à partir de 1974 jusqu’à aujourd’hui, la population a décliné à Kent dans l’Ohio. […] Ma ville d’origine a vraiment souffert, donc beaucoup de gens sont partis à la recherche d’opportunités, ce qui fait que la population diminue, et c’est devenu plus dangereux parce que les gens ont juste baissé les bras, et vraiment, le problème est économique, ils ont besoin de trouver du travail7.

15Le qualitatif permet ainsi de révéler la dimension humaine de processus historiques, de ne pas réduire l’expérience des individus à des chiffres, mais également de mesurer comment de mêmes facteurs structurels peuvent affecter les individus de manière différente selon leur appartenance de classe par exemple. Si des personnes comme Lonnie Massingil se sont trouvées au cœur de la crise urbaine, d’autres ont subi ces effets de manière moins directe : c’est le cas des membres de la classe moyenne noire qui ont observé une détérioration du niveau de vie dans leur quartier quand la crise s’y est étendue. Ayant grandi dans un quartier résidentiel de Brooklyn où les Africains-Américains étaient majoritaires, Lea O’Neal (66 ans, installée à Atlanta en 1976) a par exemple observé d’importants changements affectant sa qualité de vie et la poussant à quitter New York en 1976 :

  • 8 Entretien de l’auteur avec Lea O’Neal du 11 décembre 2019, notre traduction (“The neighborhood had (...)

Le voisinage avait beaucoup changé, il y avait plus de locataires qui s’installaient, le niveau de violence a augmenté dans le quartier. Une fille de seize ans s’est fait violer et tuer dans la rue où vivaient mes parents et c’est ça qui m’a décidé à déménager8.

  • 9 Sur les efforts déployés par la classe moyenne noire pour échapper à la précarisation de leur quart (...)

16Alors que Lonnie Massingil a déménagé pour échapper à la pauvreté dont il était la victime directe, les membres de la classe moyenne noire comme Lea O’Neal ont davantage cherché à éviter le déclassement induit par la crise urbaine9. Armée de capitaux économiques et scolaires, ces derniers ont pu prendre la direction du Sud et notamment d’Atlanta dont la presse ethnique vantait les mérites, particulièrement pour la classe moyenne noire.

  • 10 Fondée en 1909, la National Association for the Advancement of Colored People représente une des pl (...)
  • 11 SNCC fait partie des organisations centrales du mouvement des droits civiques dont le quartier géné (...)
  • 12 Entretien de l’auteur avec Michelle Doswell Kourouma du 12 mars 2020.

17Par ailleurs, en recueillant des données qualitatives, on observe mieux comment des facteurs de type personnels peuvent aussi jouer un rôle dans la décision de migrer des personnes. Si une partie des primo-arrivants était attirée par les débouchés professionnels d’Atlanta, leur décision de migrer pouvait être motivée par des raisons plus personnelles, notamment lorsque l’on s’intéresse à l’élément déclencheur. Le cas de Michelle Doswell Kourouma est particulièrement éclairant à cet égard. Après le décès de ses parents en 1971 alors qu’elle n’a que 27 ans, Michelle a décidé de quitter New York sur les conseils de son médecin. Travaillant auprès de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP)10, la mère de Michelle connaissait bien les militants noirs du Sud qui venaient parfois à New York. Ainsi, Michelle a choisi de partir pour Atlanta car des membres du Student Nonviolent Coordinating Committee (SNCC)11, avec qui ses parents étaient amis, y vivaient. La décision de partir, comme le choix de la destination, a ainsi été façonnée par des facteurs personnels pour Michelle12. L’éclairage du choix de migrer par le biographique illustre parfaitement la manière dont « il n’y a pas une cause unique à un évènement, mais plutôt un complexe d’éléments qui interagissent à un moment donné » selon l’analyse de la sociologue Claire Bidart (87). Parcours de vie et contextes globaux sont à prendre ensemble pour restituer la complexité du monde social et mieux comprendre les décisions de migrer des uns et des autres.

18Ainsi, le croisement des échelles et des données qualitatives et quantitatives donne à voir un processus migratoire plus complexe qu’il n’y parait. Si les paroles des migrants peuvent nous renseigner sur leur décision de migrer, nous nous intéressons aussi à leur regard sur les régions qu’ils ont quittées et rejointes.

2. La position comparative des migrants

2.1 La migration comme facteur de rapprochement des régions

  • 13 Entretien de l’auteur avec Stephanie Simmons du 29 octobre 2019, notre traduction (“Chicago, especi (...)

19La Grande Migration hors du Sud a entrainé un décloisonnement significatif des cultures régionales en faisant circuler les individus et les pratiques dans des mouvements loin d’être à sens unique (Stack xiv). Ainsi, la migration place les individus dans un entre-deux territorial et culturel par lequel certaines pratiques s’étendent au-delà de leur terre d’origine (Gregory 327). L’histoire familiale de Stephanie Simmons est exemplaire de cette porosité entre les régions du pays : installée à Atlanta en 2014, Simmons a grandi à Boston alors que ses parents venaient eux-mêmes de Chicago. C’est son grand-père paternel qui a quitté son Mississippi rural d’origine et a déménagé à Chicago alors qu’il était âgé de 17 ans. Bien qu’installé durablement dans le Nord, ce dernier a passé sa vie à faire des allers-retours entre Chicago et le Mississippi où vivaient toujours ses parents et où sa famille possédait une grande ferme et des terres. L’arrivée de nombreux migrants venus du Mississippi dans les quartiers sud de Chicago a également brouillé les frontières entre les deux régions au point que Stephanie expliquait que « Chicago et surtout le quartier sud, est un peu le Mississippi du Nord, c’est comme ça qu’on l’appelle13 ».

20Par ailleurs, c’est en s’installant dans le Sud que plusieurs primo-arrivants dont Stephanie Simmons ont compris que certaines des pratiques de leurs familles et proches — qu’ils pensaient propre à la communauté noire — étaient en fait des pratiques des habitants du Sud, noirs comme blancs :

  • 14 Entretien de l’auteur avec Stephanie Simmons du 29 octobre 2019, notre traduction. (“When you come (...)

Quand tu arrives à Atlanta, tu entends des personnes blanches dire « y’all » et pour moi c’est une expression très noire dans le Nord […] Aller au restaurant et trouver du gruau de maïs et du pain de maïs dans le menu, ça n’arrive jamais à Boston. Toutes les choses que je pensais appartenir à la cuisine noire sont juste des choses du Sud ici, ce qui fait que tout le monde aime ce que les gens noirs aiment dans ma région d’origine14.

21Le témoignage de Stephanie illustre bien comment l’étude de la migration en tant que telle permet de mieux saisir l’expérience des migrants qui se tiennent toujours bien souvent entre deux espaces à travers des pratiques venues d’ailleurs et d’incessants mouvements de va-et-vient entre les régions.

2.2 La perspective comparative des migrants

  • 15 Sur le racisme institutionnel dans l’armée, voir les travaux de Johnny Sibley Butler, James Burk et (...)
  • 16 Entretien de l’auteur avec Bruce Ambush du 3 mars 2020, notre traduction. (“But even just growing u (...)

22Par ailleurs, les migrants se trouvent dans une « situation de facto comparative » (Green 5) et recueillir leur perspective sur les espaces qu’ils ont quittés et rejoints peut s’avérer utile afin d’établir un diagnostic sur l’évolution d’un territoire. Interrogés sur le racisme dans le Nord et dans le Sud, les primo-arrivants n’ont pas mentionné de différences majeures telles qu’ont pu le faire les migrants de la Grande Migration. Les migrants africains-américains étaient alors au cœur d’un processus de migration « entre deux systèmes sociaux disjoints » (Wacquant 27) tant les espaces régionaux différaient jusque dans les années 1960 du fait, notamment, de la ségrégation légale dans le Sud. La migration représentait ainsi un dépaysement sans pareil : accès au droit de vote, à l’arène politique, aux loisirs, à une meilleure éducation et à des emplois non agricoles et mieux rémunérés (Grossman 259). Ne faisant pas état de réalités aussi éloignées, les témoignages des primo-arrivants à Atlanta ont plutôt pointé un rapprochement entre les régions, sur le plan des relations raciales notamment. Leurs expériences du racisme dans le Nord n’étaient par exemple pas foncièrement différentes de celles associées traditionnellement au Sud : l’université de Lincoln de Tina Dunkley située en Pennsylvanie a par exemple dû être évacuée lorsque les sections locales du Ku Klux Klan menaçaient d’attaquer l’établissement en 1970. Bruce Ambush (51 ans, installé à Atlanta en 2004, originaire de Harrisburg en Pennsylvanie) et Stephen McCullen (56 ans, installé à Atlanta en 2014, originaire de New York) ont également partagé des souvenirs traumatisants de leur formation à l’armée dans laquelle ils ont été victimes de racisme à la fois interindividuel (sous la forme d’insultes) et institutionnel (en constatant que les sanctions étaient plus lourdes pour les militaires noirs que pour les militaires blancs face à une faute similaire)15. Tracy Adkison (48 ans, installée à Atlanta en 2000, originaire de l’Ohio) se souvient quant à elle que lorsqu’elle travaillait pour le recensement en 2010, un de ses collègues lui a suggéré de ne pas l’accompagner dans le comté rural de Hamilton dans l’Ohio car elle n’y serait pas bien accueillie en tant que personne noire. Quant à Bruce Ambush, il explique que la Pennsylvanie rurale est « l’Alabama du Nord16 ». Ces témoignages confirment les conclusions de plusieurs chercheurs qui ont tenté de mettre au jour combien, historiquement, l’exclusion et les discriminations raciales n’avaient jamais été l’apanage du Sud et que des formes de racisme s’étaient également largement développées dans le reste du pays (Purnell et al.). Il ne s’agit donc pas tant de réfuter certains aspects présentés comme spécifiques au Sud (et notamment le racisme), mais de plutôt montrer qu’ils sont vrais pour le reste de la nation, surtout depuis la disparition des formes légales de la ségrégation dans la région.

23Par ailleurs, le mouvement des droits civiques a également changé le Sud en profondeur et affaibli l’influence des suprématistes blancs, qu’il s’agisse de politiciens ou de groupes tels que le Ku Klux Klan (Gregory 222). Cela est particulièrement visible à Atlanta et notamment dans la ville de Stone Mountain située au sud-est de la métropole. C’est là que la seconde vague du Ku Klux Klan a été lancée en 1915, après environ quarante ans de mise en veille : les membres de l’organisation, inspirés par le film The Birth of a Nation de David Griffith, ont ainsi fait brûler une croix au sommet de la montagne de granite donnant son nom à la ville (MacLean). Si la presse locale montre que des rassemblements du KKK étaient encore organisés jusque dans les années 2010 (Lewis), on observe également un rejet du groupe par les institutions locales et par la municipalité de Stone Mountain dès les années 1980 : en 1985, la ville avait par exemple refusé d’accorder au KKK un permis de défiler sur les routes (Parham). Par ailleurs, autrefois majoritairement blanche, la ville de Stone Mountain compte aujourd’hui 78,4 % d’Africains-Américains. Ces derniers font par ailleurs partie d’une classe moyenne noire importante que la presse présente comme l’une des plus puissantes du pays dans les années 1990 (Ramsey ; Weber).

24À cet égard, la rencontre de Stephen McCullen (56 ans, originaire de New York, installé à Atlana en 2014), résident de Stone Mountain, avec une femme blanche d’un certain âge, fille d’un membre du Klan, résume particulièrement bien la vitesse à laquelle le comté et la ville ont changé :

  • 17 Entretien de l’auteur avec Stephen McCullen du 11 mars 2020, notre traduction. (“She said ‘I lived (...)

Elle m’a dit « Je vivais ici, tout le monde était blanc. Il n’y avait pas de personnes noires. Vous saviez que c’est à Stone Mountain que le Ku Klux Klan est né ? » J’ai dit « Ah bon, vraiment ? » Elle m’a dit « Oui, mon père, mon grand-père étaient très influents dans l’organisation. » Elle a dit « Ils n’en croiraient pas leurs yeux s’ils voyaient comment c’est maintenant. » Et là j’ai réalisé qu’elle était coincée. Tous les gens qu’elle connait sont morts. Elle est coincée et elle n’arrive pas à avancer17.

25Force est de constater que le Sud a ainsi connu une révolution significative qui a affaibli sa spécificité régionale. Alors que les pratiques culturelles circulent d’une région à l’autre grâce à la migration, la vision d’un racisme historique endémique au Sud a été remise en cause par différents travaux et par le témoignage des primo-arrivants. Nous proposons d’explorer en quoi la catégorie régionale demeure toutefois opérante dans les représentations sociales des migrants.

3. Le Sud des États-Unis : entre espace diasporique et catégorie d’exclusion

3.1 La région en tant qu’espace diasporique : quel discours pour quelles stratégies ?

26Reconnaissant que les frontières régionales n’ont rien de naturel, mais qu’elles sont le produit de luttes (66), Pierre Bourdieu met toutefois en garde les scientifiques qui entendraient démystifier la notion de région par des critères objectifs et faire fi des représentations des agents sociaux. Le sociologue invite ainsi à prendre en compte la manière dont les représentations sociales de la région peuvent être opérantes et mobilisées par les agents sociaux (69). L’étude de la presse noire nous a permis de mettre au jour la manière dont différents acteurs politiques se sont justement saisis de la catégorie régionale. Le magazine noir Ebony s’est notamment lancé, au début des années 1970, dans une promotion claire de la migration vers le Sud et vers Atlanta plus particulièrement. Fondé en 1945 par John N. Johnson, ce mensuel a connu un rapide succès à travers le pays et est devenu le premier magazine noir national. Dans son autobiographie, John N. Johnson raconte ainsi qu’en 1989, plus de 9 millions d’Étatsuniens lisaient Ebony chaque mois, l’immense majorité étant noire (Johnson 162). En août 1971, le journal publiait un numéro consacré au « Sud aujourd’hui » dans lequel de nombreux articles vantaient les mérites de la région en oscillant entre un portrait mystifié du Sud rural, d’une part, et les avancées économiques majeures des grandes métropoles comme Atlanta, d’autre part. Dans les deux cas, le Sud était présenté comme le chez-soi des Africains-Américains dans lequel « il fait bon être rentré » (Bennett).

27Dans ce numéro, politiciens et militants prennent la parole pour défendre une vision similaire. On peut prendre pour exemple le militant des droits civiques implanté à Atlanta Julian Bond qui encourageait alors les Africains-Américains à gagner le Sud en ces termes :

Pour faire court, vous qui êtes noirs, rentrez à la maison. Nous pourrons peut-être y arriver sans vous, mais vos racines, comme les nôtres sont ici. Venez-vous enraciner à nouveau. Le sol noir — au sens pratique et spirituel — est riche. (Bond 50)

28Maynard Jackson, premier maire noir d’Atlanta élu en 1973, a quant à lui donné plusieurs discours en 1974 dans le nord-est du pays dans lequel il expliquait qu’« il n’y a qu’à Atlanta que cette migration de retour est si visible. Chaque jour, de jeunes Noirs venus du Nord arrivent dans notre ville à la recherche d’une certaine “essence” du Sud » (Merriner). La région est ici mobilisée pour favoriser un « retour » des Africains-Américains vers le Sud des États-Unis à un moment particulièrement important dans l’histoire du Sud noir des États-Unis : celui de l’accès au droit de vote plein et entier. En d’autres termes, il s’agit d’une stratégie électorale qui repose sur l’évocation d’une diaspora et de son origine dans le Sud ainsi que sur une essentialisation de la région présentée comme terre mythique des origines pour les Africains-Américains.

  • 18 Entretien de l’auteur avec Lonnie Massingil du 14 janvier 2020, notre traduction. (“Even though I h (...)
  • 19 Entretien de l’auteur avec Bruce Ambush du 3 mars 2020.
  • 20 Entretien de l’auteur avec Tina Dunkley du 26 février 2020, notre traduction. (“I wasn’t even looki (...)

29L’idée que la migration des primo-arrivants puisse être comprise comme un retour vers une terre ancestrale a également été défendue par certains scientifiques (Davis 6; Hunt et al. 136; Falk 507). Malgré l’évocation de ce discours dans la presse et par des universitaires, il est intéressant de noter que les primo-arrivants interrogés ont très peu évoqué cette idée d’un retour vers leur terre d’origine étant donné que la plupart d’entre eux n’avaient jamais vécu dans le Sud avant de s’y installer. Au contraire, la manière dont ils imaginaient la région reposait plutôt sur des stéréotypes négatifs forgés au croisement d’histoires familiales et de représentations sociales. Lonnie Massingil présente ainsi son hésitation à s’installer dans le Sud : « Même si j’avais entendu parler d’Atlanta, j’hésitais à m’installer dans le Sud à cause de l’histoire et tout ça, le Sud, l’esclavage et voilà, j’hésitais, mais je suis quand même venu ici18 ».Bruce Ambush a longtemps pensé qu’il ne s’installerait jamais dans le Sud à cause des histoires d’oppression que lui racontait sa grand-tante venue du Maryland19. Avant de s’installer à Atlanta, Tina Dunkley (69 ans, installée à Atlanta en 1974, originaire de New York), diplômée d’une école d’art de New York, pensait que dans le Sud, « ils ne savaient même pas épeler le mot “art”20 ». Il s’agit là de représentations que les primo-arrivants ont dû surmonter pour s’installer dans le Sud. Ces témoignages nous aident à comprendre que l’affiliation entre les Africains-Américains et le Sud est loin d’être naturelle, surtout pour les individus qui sont nés et ont grandi en dehors de la région. Pour ces primo-arrivants, ce sont le portrait d’Atlanta dans la presse à partir des années 1970 et le bouche-à-oreille autour de sa réputation dans les décennies suivantes qui ont participé à leur faire remettre en cause l’image d’un Sud qui leur serait hostile : nombre d’entre eux décrivaient la ville comme une oasis progressiste et favorable aux Africains-Américains au sein d’une région bien différente. À rebours d’une essentialisation de la région, cette réflexion montre que les primo-arrivants avaient bien en tête qu’il existait différents espaces au sein du Sud.

3.2 La région comme catégorie d’exclusion : l’origine dans le Sud déterminant la légitimité à exercer des formes de pouvoir à Atlanta

30Il est particulièrement intéressant de mettre en regard les discours diasporiques (Brubaker 12) élaborés par la presse et certaines figures politiques avec le témoignage des primo-arrivants qui n’ont pas exactement trouvé à Atlanta le chez-soi (« home ») annoncé. Les primo-arrivants se sont ainsi parfois vus renvoyés à leur appartenance régionale lors de leur arrivée dans le Sud, ce qui a ainsi révélé des tensions intracommunautaires fortes. Le témoignage de Bruce Ambush à ce sujet est très clair :

  • 21 Entretien de l’auteur avec Bruce Ambush du 3 mars 2020, notre traduction. (“The people are very nic (...)

Les gens sont très gentils pour la plupart, très gentils, très sympathiques, mais j’ai quand même dû faire face à une sorte de résistance parce que je viens du Nord. On m’a même traité d’étranger une fois parce que je suis du Nord 21!

  • 22 Entretien de l’auteur avec Dorothy Stanton du 22 février 2020, notre traduction. (“I can't remember (...)
  • 23 Entretien de l’auteur avec Donna Roberts du 5 mars 2020, notre traduction. (“So, I got it from peop (...)

31Interrogée sur ces tensions évoquées par plusieurs primo-arrivants, Dorothy Stanton (69 ans, installée à Atlanta en 1987, originaire de Detroit dans l’Ohio) a répondu : « Je ne me rappelle pas, mais il y a bien eu une femme qui m’a dit un truc du genre “Tout allait bien avant que vous ne veniez tous ici !”22 ». Donna Roberts parle quant à elle d’un racisme « qui vient de personnes qui me ressemblent et des Blancs23 » alignant ainsi les attitudes racistes des personnes blanches du Sud avec l’hostilité des personnes noires qu’elle a rencontrées. À l’inverse, les primo-arrivants ont parfois eu recours à des images héritées de la période esclavagiste du Sud pour interpréter le comportement de la population locale noire d’Atlanta : cette dernière se voyait attribuer une « mentalité d’esclave » lorsqu’elle montrait trop de déférence à l’autorité ou se montrait trop attachée aux traditions. De part et d’autre, primo-arrivants et population native d’Atlanta se renvoient donc à leurs origines régionales (les Yankees d’un côté, les esclaves de l’autre), mettant en avant des processus de régionalisation de l’identité noire favorisant des tensions entre Africains-Américains du Nord et du Sud lorsqu’ils se rencontrent (Robinson 13 ; Stefani « Nord et Sud dans la construction de l’identité noire américaine »).

32Ces tensions se jouent ainsi autour des origines des uns et des autres et de la légitimité à prendre certaines initiatives à l’échelle locale. Venu de Philadelphie, Dan Moore (85 ans, originaire de Philadelphie) s’est installé à Atlanta en 1974 et a décidé d’y ouvrir un musée d’histoire africaine-américaine dans la ville : le musée APEX (African-American Panoramic Experience). À ce sujet, il explique :

  • 24 Entretien de l’auteur avec Dan Moore du 10 février 2020, notre traduction. (“There's a culture in A (...)

Il y a une culture à Atlanta qui ne permet pas aux personnes noires de faire certaines choses sans demander la permission. Une des questions qu’on m’a posées quand j’ai démarré APEX étaitQui a autorisé ça ? Qui êtes-vous ? Vous êtes du Nord. Vous êtes un Yankee. Et maintenant vous venez pour nous parler de notre histoire ?”24.

33De même, le projet de Lea O’Neal d’ouvrir un centre d’accueil pour les nouveaux venus noirs à Atlanta au sein du musée APEX dans les années 1990 a échoué face à la résistance de certains résidents originaires d’Atlanta et notamment des élus selon les dires de Dan Moore. Ces tensions sont particulièrement flagrantes quand les nouveaux venus tentent d’intégrer des sphères de pouvoir dans lesquelles se joue une réelle compétition. Les études quantitatives montrent en effet que les primo-arrivants migrant vers le Sud sont davantage diplômés que leurs homologues non migrants du Sud (Frey New Great Migration 7). Pour Owen Montague (73 ans, installé à Atlanta en 1976, originaire de Philadelphie), la classe moyenne noire d’Atlanta s’est ainsi retrouvée en compétition avec les nouveaux venus africains-américains attirés par la perspective d’avoir accès à plus de débouchés professionnels à Atlanta. La région se trouve ainsi mobilisée par certains membres de la population locale pour tracer une ligne de démarcation entre ceux qui ont la légitimité d’exercer des formes de pouvoir au sein de la métropole et ceux qui n’en ont pas le droit.

Conclusion

34Outre la circulation des personnes et des pratiques entre plusieurs espaces, la migration place les migrants dans un entre-deux favorisant la comparaison : dans le cas de notre objet d’étude, leur parole et leurs expériences ont permis de nuancer l’opposition entre Nord et Sud en révélant des rapprochements importants entre les régions. Il a ainsi pu être révélé que certaines pratiques que l’on pensait endémiques au Sud se retrouvent dans le reste du pays, qu’il s’agisse de pratiques culturelles comme la cuisine ou l’usage de certains mots ou encore de processus d’exclusion et de discrimination interindividuels et institutionnels. On serait ainsi tenté de trancher une fois pour toutes la question qui hante l’historiographie du Sud à savoir « Le Sud a-t-il changé ? », voire « A-t-il disparu ? », en répondant par l’affirmative. Nos données de terrain confirment en effet ce postulat pour la métropole d’Atlanta. La sociologue Sabrina Pendergrass a tiré des conclusions similaires à Charlotte en Caroline du Nord auprès de primo-arrivants qui constataient également un rapprochement régional en matière de relations raciales : le racisme, selon eux, n’était pas l’apanage d’une seule région (Pendergrass). Il conviendrait donc d’élargir cette enquête à d’autres espaces au sein du Sud rejoints par des primo-arrivants afin de généraliser ces résultats ou de les nuancer. Par l’ancienneté et la force de son pouvoir d’attraction, Atlanta pourrait en effet ne pas être nécessairement représentative des autres métropoles de la région.

35Notre étude montre que parallèlement à un affaiblissement de la pertinence de la notion de région, l’idée de Sud demeure profondément ancrée dans les représentations sociales, nous forçant à répondre que le Sud n’a donc pas disparu. Alors que la migration remet en cause les frontières régionales en connectant des territoires et en favorisant la circulation des individus en leur sein, les primo-arrivants ont fait face à des formes de discrimination s’appuyant sur la notion de région lorsqu’ils étaient renvoyés au fait de ne pas être originaire du Sud. Ce paradoxe se double d’un deuxième : celui selon lequel la promotion de la migration noire s’est précisément construite autour d’une essentialisation du Sud en tant que terre d’origine commune à tous les Africains-Américains du pays. Ces processus sociaux montrent ainsi que la région se trouve au carrefour de considérations scientifiques la disqualifiant et de représentations sociales que les agents sociaux mobilisent à des fins diverses. Il convient alors de considérer ces mobilisations comme des stratégies et de révéler les enjeux qui s’y logent, qu’il s’agisse de promouvoir la migration dans des buts électoraux ou de remettre en question le droit des uns et des autres à intégrer différentes sphères de pouvoir à Atlanta. Si le Sud a grandement perdu de sa spécificité sur le plan des relations raciales notamment, la force des représentations régionales demeure importante et continue donc d’influer sur les choix des agents sociaux, comme les primo-arrivants, et sur leur manière d’interpréter le monde qui les entoure.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Entretiens

Entretien de l’auteur avec Bruce Ambush du 3 mars 2020.

Entretien de l’auteur avec Michelle Doswell Kourouma du 12 mars 2020.

Entretien de l’auteur avec Tina Dunkley du 26 février 2020.

Entretien de l’auteur avec Lonnie Massingil du 14 janvier 2020.

Entretien de l’auteur avec Stephen McCullen du 11 mars 2020.

Entretien de l’auteur avec Dan Moore du 10 février 2020.

Entretien de l’auteur avec Lea O’Neal du 11 décembre 2019.

Entretien de l’auteur avec Donna Roberts du 5 mars 2020.

Entretien de l’auteur avec Stephanie Simmons du 29 octobre 2019.

Entretien de l’auteur avec Dorothy Stanton du 22 février 2020.

Articles de presse

« Black voices of the South: Prominent citizens take hard look at region of their birth ». Ebony, août 1971, p. 50‑54.

Bennett, Lerone Jr. « “It’s good to be home again”: Old Illusions and New Souths: Second Reconstruction Gives New Meaning to the Failures and Promises of the Past ». Ebony, août 1971, p. 66‑71.

Garland, Phyllis. “Atlanta: Black Mecca of the South.” Ebony, August 1971, p. 152‑57.

Lewis, Robert. “The Klan Meets.” The Lithonia Observer, 20 September 1979.

McCall, Nathan. “Atlanta: The City of the Next Generation.” Black Enterprise, May 1987, p. 56‑58.

Merriner, Jim. “Jackson Cites Migration South.” The Atlanta Constitution, 17 September 1974, p. 3.

Parham, Joe. “Federal Judge Restricts Klan March to Sidewalk.” Atlanta Daily World, August 1985, p. 1.

Ramsey, Vikki L. “Southeast Dekalb’s Deep Pockets.” Atlanta Journal Constitution, August 1992. DeKalb History Center, History DeKalb County: African-American.

Ross Range, Peter. “Atlanta: Capital of Black is Bountiful.” The New York Times Magazine, April 1974.

Shannon, Margaret. “Atlanta Is the Place to Be.” Atlanta Constitution, April 1972, p. 7.

Sources secondaires

Alder, Simeon, et al. Competitive Pressure and the Decline of the Rust Belt: A Macroeconomic Analysis. w20538, National Bureau of Economic Research, 6 October 2014. www.nber.org.

Bidart, Claire. « Intégrer la complexité du parcours de vie ». Parler de soi : méthodes biographiques en sciences sociales, Éditions EHESS, En temps & lieux, 2020, p. 85‑96.

Bourdieu, Pierre. « L’identité et la représentation : Éléments pour une réflexion critique sur l’idée de région ». Actes de la Recherche en Sciences Sociales, vol. 35, no 1, 1980, p. 63‑72.

Boyle, Kevin. "The Ruins of Detroit: Exploring the Urban Crisis in the Motor City." Michigan Historical Review, vol. 27, no 1, 2001, p. 109‑27.

Brown, Robert N., et John Cromartie. "Black Homeplace Migration to the Yazoo-Mississippi Delta: Ambiguous Journeys, Uncertain Outcomes." Southeastern Geographer, vol. 46, no 2, 2006, p. 189‑214.

Brubaker, Rogers. "The ‘diaspora’ diaspora." Ethnic and Racial Studies, vol. 28, no 1, janvier 2005, p. 1‑19.

Burk, James, et Evelyn Espinoza. "Race Relations Within the US Military." Annual Review of Sociology, vol. 38, no 1, 2012, p. 401‑22. Annual Reviews.

Butler, Johnny Sibley. Unsanctionned Insitutional Racism in the U.S Army. université de Northwestern, 1974.

Campbell, Rex R., et al. "Return Migration of Black People to the South." Rural Sociology, vol. 39, no 4, 1974, p. 514‑28.

Coughlin, Steven S. "Racism and Discrimination in the Military and the Health of US Service Members." Military Medicine, vol. 186, no 5‑6, mai 2021, p. 147.

Cromartie, John, et Carol B. Stack. "Reinterpretation of Black Return and Nonreturn Migration to the South 1975-1980." Geographical Review, vol. 79, no 3, juillet 1989, p. 297‑310.

Cummings, Scott. Left Behind In Rosedale: Race Relations And The Collapse Of Community Institutions. Westview Press, 1998.

Davis, Thadious M. "Expanding the Limits: The Intersection of Race and Region." The Southern Literary Journal, vol. 20, no 2, 1988, p. 3‑11.

Falk, William W. Rooted in Place: Family and Belonging in a Southern Black Community. Rutgers University Press, 2004.

Fielding, Tony. "Migration and Culture." Migration Processes and Patterns, édité par Tony Fielding et Anthony Champion, Belhaven Press, 1992.

Frey, William. The New Great Migration: Black Americans Return to the South, 1965-2000. Center on Urban and Metropolitan Policy, The Brookings Institute, 2004, p. 1‑16.

Frey, William H. Diversity Explosion: How New Racial Demographics Are Remaking America. Brookings Institution Press, 2018.

Goldfield, David R. "The Rise of the Sunbelt: Urbanization and Industrialization." A Companion to the American South, édité par John B. Boles, Blackwell, 2002, p. 474‑93.

Green, Nancy L. Repenser les migrations. Presses Universitaires de France, 2002.

Gregory, James N. The Southern Diaspora: How the Great Migrations of Black and White Southerners Transformed America. University of North Carolina Press, 2006.

Grossman, James R. Land of Hope: Chicago, Black Southerners, and the Great Migration. University of Chicago Press, 1989.

Hackworth, Jason. Manufacturing Decline: How Racism and the Conservative Movement Crush the American Rust Belt. Columbia University Press, 2019.

Hobson, Maurice J. The Legend of the Black Mecca: Politics and Class in the Making of Modern Atlanta. University of North Carolina Press, 2017.

Hunt, Matthew O., et al. "'Call to Home?' Race, Region, and Migration to the U.S. South, 1970–2001." Sociological Forum, vol. 27, no 1, 2012, p. 117‑41.

Johnson, John H. Succeeding Against The Odds. Harper Collins, 1993.

Kusmer, Kenneth L., et Joe W. Trotter. "Introduction." African American History Since World War II, édité par Kenneth L. Kusmer et Joe W Trotter, The University of Chicago Press, 2009, p. 1‑15.

Lassiter, Matthew D., et Joseph Crespino. The Myth of Southern Exceptionalism. Oxford University Press, 2010.

Leibbrand, Christine, et al. "Great Migration’s Great Return? An Examination of Second-Generation Return Migration to the South." Social Science Research, vol. 81, juillet 2019, p. 117‑31.

Lemann, Nicholas. The Promised Land: The Great Black Migration and How it Changed America. Vintage Books, 1991.

MacLean, Nancy. Behind the Mask of Chivalry: The Making of the Second Ku Klux Klan. Oxford University Press, 1994.

MacMahan, Chalmers Alexander. The People of Atlanta. University of Georgia Press, 1950.

McHugh, Kevin E. "Black Migration Reversal in the United States." Geographical Review, vol. 77, no 2, avril 1987, p. 171‑82.

Pattillo-McCoy, Mary. Black Picket Fences: Privilege and Peril among the Black Middle Class. University of Chicago Press, 2013.

Pendergrass, Sabrina. "Perceptions of Race and Region in the Black Reverse Migration to the South." Du Bois Review: Social Science Research on Race, vol. 10, no 1, 2013, p. 1‑24.

Purnell, Brian, et al., éditeurs. The Strange Careers of the Jim Crow North: Segregation and Struggle Outside of the South. New York University Press, 2019.

Robinson, Zandria F. This Ain’t Chicago: Race, Class, and Regional Identity in the Post-Soul South. University of North Carolina Press, 2014.

Stack, Carol B. Call to Home: African Americans Reclaim the Rural South. Basic Books, 1996.

Stefani, Anne. « Le Sud et la nation américaine au vingtième siècle : espace(s), identité(s), définitions  ». Caliban. French Journal of English Studies, (en ligne), no 19, 19, juin 2006.

---. « Nord et Sud dans la construction de l’identité noire américaine : réflexions sur le Mouvement pour les Droits Civiques ». Caliban. French Journal of English Studies, (en ligne), no 31, 31, avril 2012, p. 189‑208.

Tolnay, Stewart E. "The African American 'Great Migration' and Beyond ." Annual Review of Sociology, vol. 29, no 1, 2003, p. 209‑32.

Trotter, Joe William, éditeur. The Great Migration in Historical Perspective: New Dimensions of Race, Class, and Gender. Indiana University Press, 1991.

Wacquant, Loïc. « De la “terre promise” au ghetto, la grande migration noire américaine, 1916-1930 ». Formes et écritures du départ : Incursions dans les Amériques noires, édité par Hélène Le Dantec-Lowry et Andrée-Anne Kekeh-Dika, L’Harmattan, 2000, p. 25‑42.

Webb, Schuyler C., et William J. Herrmann. Historical Overview of Racism in the Military. Defense Equal Opportunity Management Institute, 2002.

Woldoff, Rachael A. White Flight/Black Flight: The Dynamics of Racial Change in an American Neighborhood. Cornell University Press, 2011.

Haut de page

Notes

1 Tout au long de cet article, les adjectifs « africains-américains » et « noirs » sont utilisés de manière interchangeable dans un souci de variation du vocabulaire.

2 Les chercheurs ne disposent que des données des recensements étatsuniens pour quantifier le phénomène : si ces documents comportent bien des informations relatives au changement de foyer des individus recensés, ils ne s’intéressent, pour chaque décennie, qu’aux cinq années précédant le recensement de 1970 à 2000 et à l’unique année précédant le recensement à partir de 2001. Il est ainsi difficile de quantifier cette migration. Les estimations sont basées sur le nombre d’individus originaire du non-Sud vivant dans le Sud lors des recensements décennaux.

3 Notre traduction.

4 Selon le Census Bureau, le Sud est composé des États suivants : l’Alabama, l’Arkansas, le Delaware, la Floride, la Géorgie, le Kentucky, la Louisiane, le Maryland, le Mississippi, la Caroline du Nord, l’Oklahoma, la Caroline du Sud, le Tennessee, le Texas, la Virginie, et la Virginie Occidentale, ainsi que le district du Columbia.

5 Ces chiffres sont issus des recensements étatsuniens de 1980, 1990, 2000 et des American Community Surveys de 2001 à 2019 : il s’agit des études publiant, entre autres, des données concernant la migration interne dans le pays. Derrière Atlanta, Washington est en deuxième position des métropoles du Sud ayant attiré le plus de primo-arrivants avec environ 7 % de tous les primo-arrivants, suivi par Dallas avec 4,7 %.

6 Entretien de l’auteur avec Donna Roberts du 5 mars 2020, notre traduction (« I wanted to leave New York, simply because, as I was riding that train back and forth to work, at night, I thought about the filth, I thought about the crowds. So that ride on the train at night gave me some time to do thinking and I wanted to have a better place for my children to be. Basically, it was for them. ».)

7 Entretien de l’auteur avec Lonnie Massingil du 14 janvier 2020, notre traduction. (“It was lot nicer when I was younger. I mean, from growing there, you know I was born in (inaudible) in 1965, I grew up there and it used to be nice back in the early 1970s, 1974. But from 1974 and on, things started to change, lots of layoffs being done […] so unemployment was a big issue at that time and that's what happened. Unemployment, unemployment happened with time, life was terrible, you know, at that time, just drug abuse and all that. So I saw a transition from 1974 until this present age, the population went down in Kent, Ohio. […] So my hometown really suffered, so a lot of people have left to seek opportunities so, the population is going down, it's gotten more dangerous now because people have just given up and it's really, the economy is the big thing, they need more jobs.)

8 Entretien de l’auteur avec Lea O’Neal du 11 décembre 2019, notre traduction (“The neighborhood had changed significantly, more renters were relocating, there was an elevated amount of violence in the neighborhood. A 16-year-old girl was raped and killed across the street from where my parents lived and that was the deciding factor to move.”)

9 Sur les efforts déployés par la classe moyenne noire pour échapper à la précarisation de leur quartier, voir les travaux de Mary Pattillo-McCoy, Rachel Woldoff et Scott Cummings.

10 Fondée en 1909, la National Association for the Advancement of Colored People représente une des plus anciennes organisations luttant d’abord dans les villes du Nord puis sur tout le territoire pour les droits civiques des Africains-Américains.

11 SNCC fait partie des organisations centrales du mouvement des droits civiques dont le quartier général a été implanté à Atlanta.

12 Entretien de l’auteur avec Michelle Doswell Kourouma du 12 mars 2020.

13 Entretien de l’auteur avec Stephanie Simmons du 29 octobre 2019, notre traduction (“Chicago, especially the South Side is kind of, you know, Northern Mississippi, we call it Northern Mississippi.”.)

14 Entretien de l’auteur avec Stephanie Simmons du 29 octobre 2019, notre traduction. (“When you come to Atlanta, I hear white people that say ‘Y'all’ and that's a really black thing in the North but down here I say ‘Y'all’ and a white man will be like ‘You're saying ‘Y'all’, you're catching up, you're from Boston, don't you say ‘You guys’?’ Being able to go to a restaurant that has grits and cornbread on the menu, that doesn't happen in Boston. The things that I think as black food are just southern things down here, so everybody likes what black people only like where I'm from.”)

15 Sur le racisme institutionnel dans l’armée, voir les travaux de Johnny Sibley Butler, James Burk et Eelyn Espinoza, Steven Coughlin, Schuyler C. Webb et William J. Herrmann.

16 Entretien de l’auteur avec Bruce Ambush du 3 mars 2020, notre traduction. (“But even just growing up in Harrisburg and in Pittsburgh, they’re very – even though it’s up North, it’s been said of Pennsylvania and I agree with it, it’s just the Northern version of Alabama.”)

17 Entretien de l’auteur avec Stephen McCullen du 11 mars 2020, notre traduction. (“She said ‘I lived up here, this was all white. There was no black people. Did you know that Stone Mountain was the birth place of the Ku Klux Klan?’ I said ‘Oh? For real?’ She said ‘Yeah. My father, my grandfather was big people in the organization.’ She said ‘They wouldn't believe how it is now.’ And then I realized she got stuck. All the people she knows has died. And she's stuck and can't move on.”)

18 Entretien de l’auteur avec Lonnie Massingil du 14 janvier 2020, notre traduction. (“Even though I had heard about Atlanta, I was hesitant about moving to the South, because of the history and everything, the South, the slavery thing and you know, I was a little bit hesitant but I moved here anyway.

19 Entretien de l’auteur avec Bruce Ambush du 3 mars 2020.

20 Entretien de l’auteur avec Tina Dunkley du 26 février 2020, notre traduction. (“I wasn’t even looking for art, I wasn’t looking at all for any job in art because I had had the attitude that they probably didn’t even know how to spell ‘art.’)

21 Entretien de l’auteur avec Bruce Ambush du 3 mars 2020, notre traduction. (“The people are very nice mostly, very nice, very kind but I did run into a lot of resistance, so-to-say, being a Northerner. I was even called a foreigner at one time because I was from the North!”)

22 Entretien de l’auteur avec Dorothy Stanton du 22 février 2020, notre traduction. (“I can't remember but I did have this one lady who was saying something about – ‘It was alright before y'all moved down here.’ I said ‘Here, it's just payback for all of your asses moving up there.’ Here, it's just payback for all of your asses moving up there.’ It's just payback for y'all moving up in the North’”.)

23 Entretien de l’auteur avec Donna Roberts du 5 mars 2020, notre traduction. (“So, I got it from people who looked like me and from white people.”)

24 Entretien de l’auteur avec Dan Moore du 10 février 2020, notre traduction. (“There's a culture in Atlanta that does not allow black people to do certain things without asking permission. One of the questions I was asked when I started APEX was Who sanctioned it? Who are you? You're from the North. You're a Yankee. And now you're coming to tell us about our history?’”)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas RAULIN, « Entre disparition et essentialisation : Le Sud des États-Unis et la migration inversée des Africains-Américains depuis les années 1970 »E-rea [En ligne], 20.1 | 2022, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/erea/15223 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.15223

Haut de page

Auteur

Nicolas RAULIN

Professeur agrégé d’anglais, École des Hautes Études en Sciences Sociales/Centre d’Études Nord-Américaines
raulin.nicolas@gmail.com
Nicolas Raulin est docteur en civilisation étasunienne et travaille sur la migration des Africains-Américains vers le Sud des États-Unis depuis les années 1970. Sa recherche se concentre sur la métropole d'Atlanta où il a passé sept mois grâce à une bourse de recherche de la commission Fulbright. Il est actuellement enseignant à l'UFR de sociologie de Nantes Université.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search