Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20.12. L’entre-deux : espaces, pratiq...III. Intermédiaires privés et pub...Le pouvoir économique du Chinatow...

2. L’entre-deux : espaces, pratiques et représentations
III. Intermédiaires privés et publics et zones hybrides

Le pouvoir économique du Chinatown de Londres : d’un espace de l’entre-deux à un produit londonien

Quôc-Dung DANG

Résumés

Créé à la suite de l’arrivée des Asiatiques à Londres dans les années 1950, le Chinatown de Londres est devenu un espace urbain de transition ou intermédiaire, un entre-deux qui a permis aux immigrants de s’installer et mieux s’adapter à leur nouvel environnement. Petit à petit, le paysage économique et culturel du quartier s’est transformé en une attraction et le Chinatown londonien lui-même, en objet de consommation. Ce processus de commercialisation d’un quartier ethnique crée de nouvelles façons de lire cet espace et fait partie des stratégies mises en place par les collectivités locales, les associations et particulièrement Shaftesbury, une foncière britannique. À ce titre, cet espace entre-deux s’est métamorphosé en une construction sociale, économique et politique hybride propre aux dynamiques sociales londoniennes, à travers un phénomène intitulé le « place branding ».

Haut de page

Texte intégral

Gate of London’s Chinatown on Wardour Street

Gate of London’s Chinatown on Wardour Street

©Quôc-Dung DANG - 2020

Introduction

  • 1 L’enclave ethnique est définie par l’Oxford Dictionary of Human Geography comme étant « un quartier (...)
  • 2 a focal point en anglais selon la terminologie de Wai-ki E. Luk.
  • 3 En sociologie urbaine, le sociologue Ernest Burgess définit un espace ou une zone de transition com (...)

1Situé dans la Cité de Westminster, autour de Gerrard Street, le Chinatown londonien est devenu aujourd’hui l’un des symboles de la diversité culturelle de la capitale anglaise. L’émergence de cette enclave ethnique1 a commencé dans les années 1950, à la suite de l’installation des Asiatiques à Londres, notamment de Hong Kong et de Chine continentale. Le mouvement a été rejoint par les Vietnamiens dans les années 1970 avec la vague des boat people. Selon Wai ki E. Luk, sinologue et spécialiste du Chinatown de Londres, ce quartier a d’abord fonctionné comme un centre névralgique2 (Luk 80) permettant aux immigrants de s’installer et de créer leur propre structure économique au sein de la ville qui les abrite. À ce titre, le quartier est devenu un espace de transition3 facilitant l’adaptation des immigrants à leur nouvel environnement.

2Au fur et à mesure, la concentration des populations asiatiques et l’émergence des commerces ethniques ont permis à ce quartier d’acquérir une certaine visibilité urbaine et de devenir, dans un second temps, un espace de loisirs de par son caractère exotique tant pour ses habitants que pour les visiteurs. Cette folklorisation spontanée du quartier constitue une opportunité économique importante pour les collectivités locales, les associations du quartier et d’autres investisseurs. Ces acteurs économiques et politiques ont ensuite élaboré des stratégies de place branding dans le but de commercialiser le Chinatown de Londres comme une marque londonienne. Le terme branding, issu du mot anglais brand (marque), est notamment usité dans le domaine du marketing et désigne « une logique d’action marketing ou publicitaire qui cherche surtout à positionner favorablement une marque dans l’esprit du consommateur » (L’encyclopédie illustrée du marketing). Le place branding est un concept qui existe depuis une quarantaine d’années (Ma et al. 1) et qui renvoie à des stratégies de gouvernance urbaine consistant à créer et gérer les images et les perceptions d’un endroit (Braun et al. 2). Il est tout d’abord né pour répondre aux défis du développement durable des villes en promouvant leur réputation et en préservant leur attractivité (Ma et al. 2).

  • 4 La sociologue Saskia Sassen utilise le terme « ville globale » (global city en anglais) pour qualif (...)
  • 5 Selon Romain Garbaye et Olivier Estèves, professeurs de civilisation britannique, ce modèle peut se (...)

3Dans cet article, nous nous intéressons en particulier à l’évolution de ce quartier ethnique communément appelé Chinatown aujourd’hui d’un espace de transition à un espace de loisirs, en examinant différentes politiques de l’image exercées par deux acteurs principaux : la municipalité de Londres (le Westminster City Council) et Shaftesbury PLC, une compagnie britannique gérant le West End londonien en tant que propriétaire. En ce sens, le Chinatown de Londres est façonné par un partenariat public-privé très actif qui donne place à une visibilité marquante du quartier ainsi qu’une source de financements importante. Ce partenariat et les politiques de l’image sont rendus possibles par le caractère cosmopolite de Londres4 et le modèle britannique de multiculturalisme5. Ensuite, au vu de ces politiques de commodification du quartier, se pose la question de savoir dans quelle mesure le Chinatown de Londres garde toujours sa fonction d’espace de transition traditionnel aujourd’hui. Y a-t-il une nouvelle transition vers une autre forme de Chinatown ? Afin d’apporter des éléments de réponse, l’article s’appuiera sur l’étude des plans d’action élaborés par le Westminster City Council, des stratégies de gestion de l’image mises en œuvre par Shaftesbury PLC, mais aussi les observations du terrain et les entretiens que l’auteur a réalisés auprès des acteurs concernés.

1. Le Chinatown de Londres : un espace de transition traditionnel

1.1 Négociations spatiales et émergence d’un quartier pour les immigrants

  • 6 Cette loi a été restreinte à partir de 1962 par le passage des Commonwealth Immigrants Acts « autor (...)

4L’histoire du Chinatown de Londres date des années 1950. Après la destruction du premier quartier chinois de Londres à Limehouse lors du Blitz, les résidents chinois qui étaient arrivés à Londres à partir des années 1880 se sont vus obligés de quitter le quartier (Benton et Gomez 31). Londres a ensuite vu l’arrivée des populations asiatiques de Hong Kong dans les années 1950 au moment de l’extension du British Nationality Act6 (1948), ouvrant le droit à la nationalité aux citoyens du Commonwealth (Luk 48). Les années 1970 et 1980 ont connu la vague d’immigration de réfugiés vietnamiens après la chute de Saïgon, ainsi que d’autres populations de Chine, Singapour, Malaisie, et Thaïlande (Benton et Gomez 52). Ces mouvements d’immigration nécessitant un certain nombre de logements, ces populations se sont initialement installées dans un territoire avoisinant le Soho londonien, sur la Gerrard Street, en raison du prix accessible du quartier. En effet, ce dernier étant réputé pour son industrie du sexe, l’insécurité et son manque d’hygiène, les loyers y étaient peu onéreux et donc attractifs pour les nouveaux arrivants. Ces conditions immobilières ont, dans une certaine mesure, permis aux immigrants asiatiques de rapidement s’approprier ce territoire peu désiré de la population locale, et de le transformer radicalement par la suite.

  • 7 Traduit de l’anglais par l’auteur : « restrictions imposed by rationing ended ».
  • 8 Traduit de l’anglais par l’auteur : « British consumers […] became more adventurous and knowledgeab (...)

5Toutefois, cette territorialisation s’explique également par le fait que les entrepreneurs asiatiques installés dans ce quartier, la plupart du temps des restaurateurs, ont répondu à une nouvelle tendance à Londres dans les années 1950 en l’utilisant à leur faveur. L’historien Panikos Panayi évoque un changement des habitudes de consommation alimentaire : de plus en plus de Britanniques, et particulièrement de Londoniens, ont commencé à manger en dehors de leur foyer, surtout avec l’émergence des restaurants fish and chips à partir des années 1930 (Panayi 68). Benton et Gomez partagent le même argument en ajoutant qu’après la Seconde Guerre mondiale, les femmes étaient beaucoup plus nombreuses à entrer sur le marché du travail et que, de ce fait, elles ont contribué au pouvoir d’achat du foyer ainsi qu’au regain de la tendance à manger dehors ou acheter du prêt-à-manger, phénomène qu’ils qualifient de « fast-food boom » (Benton et Gomez 112). De plus, la baisse du coût des repas au restaurant par rapport aux repas domestiques a été rendue possible grâce aux investissements et avancées technologiques de l’industrie alimentaire, ce qui a pleinement favorisé ladite tendance (Benton et Gomez 111). On observe également qu’après 1945, les Britanniques ont commencé à s’intéresser aux cuisines étrangères car « les restrictions imposées par le rationnement étaient terminées »7 (Panayi 31) et « les consommateurs britanniques […] sont devenus plus aventureux et mieux informés au sujet de la nourriture »8 (Benton et Gomez 112), ce qui explique le succès des restaurants chinois. Panayi affirme que :

  • 9 Traduit de l’anglais par l’auteur : « This desire for the exotic (albeit modified for western palat (...)

Ce désir de l’exotisme (bien que modifié pour le palais occidental) constitue l’une des raisons du développement de la nourriture chinoise et indienne en Grande-Bretagne, et à bon marché dans le cas des Chinois9. (Panayi 91)

  • 10 Terme utilisé par le sinologue Jonathan Cha dans son étude du quartier chinois de Montréal.

6Un « enchinoisement »10 spontané de l’espace s’est graduellement constitué en termes de changements architecturaux (enseignes écrites en idéogrammes chinois ou en bilingue, décors asiatiques dans les restaurants, prédominance de la couleur rouge), avec la présence croissante des communautés asiatiques et l’émergence de leurs services et commerces associés (restaurants, supermarchés, salons de coiffure, banques, pharmacies). Cette enclave ethnique est devenue un entre-deux urbain, un espace de transition à la fois géographique et culturelle, puisqu’elle facilitait l’adaptation des immigrants. En effet, arrivés dans un nouvel environnement où le marché du travail nécessitait l’usage de l’anglais, ceux qui parlaient peu la langue n’avaient pas d’autre choix que de travailler dans leur communauté. C’est donc un lieu où les migrants ne sont pas dépaysés linguistiquement et culturellement car ils ont la possibilité d’utiliser leurs langues et d’entreprendre différentes activités professionnelles entre co-ethniques.

7Les premiers restaurants établis dans le quartier, ainsi que les supermarchés, épiciers ou autres services que l’on peut qualifier d’espaces marchands, répondaient tout d’abord aux besoins de ces communautés ethniques. Les produits vendus dans les supermarchés Loon Fung (établi en 1965) et SeeWoo (établi en 1975) sont généralement des produits ethniques. Sur la devanture de SeeWoo, par exemple, sont amassés des sacs de riz de vingt kilogrammes, des caisses de Tsingtao (une bière chinoise) et plusieurs types de fruits exotiques ; à l’intérieur du supermarché, des rangées de produits divers importés de Chine ou du Vietnam, notamment des épices ou ingrédients difficiles à trouver ailleurs ; d’autres produits très typiques de la cuisine chinoise, à savoir les pieds de cochon, les abats de volaille, y sont également en vente. Ces marchandises sont quasiment introuvables dans les supermarchés britanniques. C’est donc avec ces espaces marchands que ce quartier ethnique est appréhendé comme une « zone de confort » pour les expatriés asiatiques car ils y retrouvent des denrées qui leur sont familières.

  • 11 Traduit de l’anglais par l’auteur : « To the enclave residents, Chinatown is a home away from home, (...)
  • 12 Traduit de l’anglais par l’auteur : « signs are also resources for active meaning making ».

8Le Chinatown de Londres est aussi un « lieu de mémoire » où les traditions, les cultures et les habitudes sont préservées, selon les mots du sinologue Wai-ki E. Luk : « Pour les habitants de l’enclave, Chinatown est un deuxième foyer, un lieu de patrimoine qui préserve les mémoires de leurs terres natales et les protège de la discrimination raciale perçue »11 (Wai-ki E 125). Les similarités qu’ils retrouvent dans cet espace de transition leur permettent de garder une certaine continuité ou reconnexion avec leur pays d’origine. Prenons l’exemple des enseignes et des panneaux signalétiques rédigés en chinois dont l’analyse de la linguiste Jia Lou a indiqué que le système des enseignes constituait « des ressources pour la création active du sens »12 (Lou 173). L’idée est partagée par les sociologues Jennifer Leeman et Gabriella Moden qui considèrent que :

  • 13 Traduit de l’anglais par l’auteur : « instances of written language in the landscape are not only a (...)

Les instances d’écriture de langage dans le paysage ne sont pas simplement des artéfacts ou des négociations de l’espace, mais aussi des signes producteurs : ils impliquent des conséquences économiques et sociales et peuvent affecter ceux qui visitent, travaillent et habitent dans un quartier donné13. (Leeman et Modan 332)

  • 14 Propos et chiffres recueillis par l’auteur lors de son entretien avec une responsable de l’associat (...)

9Le tissu associatif créé à partir des années 1960 au sein du Chinatown de Londres a participé à renforcer le lien du quartier avec ses habitants et les nouveaux arrivants. Les associations telles que le London Chinese Community Centre (1980) et la London Chinatown Chinese Association (1978) ont été fondés pour répondre aux besoins des communautés asiatiques : la main d’œuvre, la fédération des commerces du quartier, la promotion de la langue et de la culture chinoise, l’intégration à la société d’accueil. À titre d’exemple, le London Chinese Community Centre a été initialement créé par le docteur Abraham Lue qui lisait des lettres et des documents en anglais pour les immigrants chinois ; il y a donc vu un besoin de mettre en place un endroit où leur apprendre l’anglais. Pendant la première semaine après l’ouverture de l’association, un millier de personnes en ont passé la porte. Aujourd’hui, il faut compter 500 personnes par semaine14. La présence de ces associations, dont les intérêts peuvent être différents, a incontestablement consolidé le rôle du quartier comme espace de transition, ainsi que comme lieu de la vie communautaire.

1.2 Structure économique comme moyen de transition

  • 15 « ethnic enclave economy » en anglais.
  • 16 Traduit de l’anglais par l’auteur : « the presence of a substantial number of immigrants with busin (...)

10Le rôle du Chinatown de Londres ne se résume pas à un lieu de mémoire pour la diaspora asiatique. La création du quartier a également pour objectif de permettre à ses habitants une meilleure adaptation, et ce, par le biais de sa structure économique. Il s’agit d’une « économie d’enclave ethnique »15 que les sociologues Alejandro Portes et Robert Manning ont défini comme un système construit à partir de trois prérequis : « la présence d’un nombre significatif de migrants, un certain bagage d’expériences acquises de leur pays d’origine ; la disponibilité du capital ; et la disponibilité de la main-d’œuvre »16 (Portes et Manning 61).

  • 17 Cela s’explique en partie par le fait que pendant la Seconde Guerre mondiale les soldats britanniqu (...)

11À leur arrivée à Soho dans les années 1950, les communautés asiatiques ont construit un marché fondé sur leur savoir-faire importé de leur pays d’origine : la couture et la blanchisserie qui furent autrefois populaires à Limehouse ont été remplacées par la restauration à Soho (Benton et Gomez 101). Comme expliqué plus haut, cette dernière a rapidement conquis la population autochtone17. L’industrie de la restauration et des commerces de bouche s’était développée dès les années 1940 (avec l’ouverture du premier restaurant chinois de Charlie Young en 1937 à Wardour Street, l’une des rues principales de Chinatown) et n’a cessé depuis de foisonner : on compte aujourd’hui 92 restaurants dans le secteur (Portfolio de Shaftesbury PLC). Véritable arme commerciale du quartier, cette industrie représente une structure économique durable qui bénéficie aux résidents locaux ainsi qu’à l’économie de la ville d’installation. Aujourd’hui, ce paysage culinaire du Chinatown de Londres est géré par Shaftesbury PLC qui cherche à promouvoir l’image du quartier à des fins touristiques.

12D’autres commerces et services ont également été mis en place dans le quartier dans le but de répondre aux besoins des résidents, à savoir des commerces de détail, des banques, des salons de thé, des cabinets d’avocats, des agences immobilières, des centres de phytothérapie. L’implantation de grands supermarchés chinois tels que le Loon Fung en 1965 en plein Chinatown, ou le New Loon Moon plus tard, a permis une plus large distribution d’aliments et de produits asiatiques, une clientèle plus importante mais surtout nombre d’emplois pour les migrants. On remarque que dans cette économie d’enclave ethnique, il s’agit souvent d’entreprises familiales, c’est-à-dire une gestion commerciale entre membres d’une même famille, associant une génération à l’autre (les enfants peuvent succéder à leurs parents ou leurs grands-parents) parce qu’ils parlent la même langue, partagent les mêmes recettes, dépendent les uns des autres en termes de soutien financier ou émotionnel. Force est de constater que cette tendance à ouvrir un commerce familial contribue à la fierté des immigrants vis-à-vis de leur succès économique. Les sinologues Bernard Wong et Nancy Foner mettent l’accent sur cette notion de « gloire » en rapport avec l’entreprenariat familial des Chinois :

  • 18 Traduit de l’anglais par l’auteur : « Among Chinese immigrants the pressure to succeed is enormous: (...)

Pour les immigrants chinois, la pression de la réussite est considérable : le succès donne du respect à une famille et montre à leurs compatriotes que leur entreprise n’est pas vaine. L’honneur familial et la fierté personnelle constituent leurs facteurs de motivation. « Personne ne voudrait faire perdre la face à sa famille » et « On doit essayer de rendre gloire à nos ancêtres » sont des proverbes chinois que bon nombre d’immigrants utilisent pour exprimer leurs préoccupations. Un autre proverbe, « Si ce n’est pas pour réussir, pourquoi immigrer ? », démontre la pression constante de la réussite18. (Wong et Foner 65)

  • 19 Traduit de l’anglais par l’auteur : « a self-contained town possible within a city ».
  • 20 Traduit de l’anglais par l’auteur : « Alternate mode of incorporation ».

13Chinatown est devenu l’endroit idéal pour ces entreprises ainsi que pour le développement commercial, car il offre tous les types de services à proximité. Wai-ki E. Luk parle de la création d’un « village indépendant possible au sein d’une ville »19 (Luk 85) en se référant au Chinatown de Londres. C’est à ce titre que l’enclave ethnique constitue une niche économique permettant aux migrants de faciliter leur insertion professionnelle et leur adaptation dans la ville d’installation. Selon la terminologie du sociologue Mazumdar, l’enclave ethnique est un « marché protégé » dans lequel différentes catégories d’emplois sont susceptibles d’être créées : des emplois peu rémunérés aux emplois à hauts salaires (Mazumdar 3). C’est en partie grâce au succès de sa structure économique que le quartier arrive à sortir de sa relégation territoriale et se démarginaliser : l’image d’un Chinatown glauque, de type ghetto, comme ce fut le cas du Chinatown de Limehouse, est démodée et remplacée par une image plus institutionnelle et mieux acceptée, dépassant une certaine résistance initiale du tissu social local. Cette économie d’enclave ethnique est qualifiée par Mazumdar et ses collègues de « moyen d’incorporation alternatif »20 (Mazumdar et al. 319).

2. La nouvelle transition du Chinatown de Londres : vers un produit de consommation ?

14La concentration des populations asiatiques et l’établissement de leurs commerces ont radicalement modifié le paysage urbain du territoire. Le paysage culturel et économique du quartier est devenu un potentiel touristique reconnu par différents acteurs. Cette reconnaissance se traduit par une variété de stratégies de l’image adoptées par la municipalité de Londres-Westminster City Council, et la compagnie Shaftesbury PLC dans la touristification et la commercialisation culturelle du quartier.

2.1 Une destination touristique : d’un espace de transition à un espace de loisirs

  • 21 À titre d’exemples, citons l’utilisation prédominante des couleurs rouge et jaune, synonymes de ric (...)
  • 22 Traduit de l’anglais par l’auteur : « the largest of its kind in the UK ».

15L’arrivée des migrants et leur structuration spatiale ont donné une identité certaine à l’espace occupé et renforcé la visibilité urbaine21 de ce dernier. À partir de 1985, l’érection des arches à l’architecture traditionnelle (aussi connues sous le nom de paifang) et des statues de lions gardiens comme des marquages à la fois culturels et territoriaux rend encore plus ostensible cet espace urbain. On compte aujourd’hui quatre portiques d’architecture chinoise classique à Chinatown de Londres, dont le dernier, construit en 2016 à Wardour Street, est présenté par Shaftesbury PLC comme « le plus grand en son genre au Royaume-Uni »22 (Shaftesbury PLC). Un tel nombre d’arches est révélateur d’une politique de l’image axée sur la visibilité, souvent à travers l’utilisation des signes ou symboles ostentatoires, menée par Shaftesbury PLC et en accord avec Westminster City Council.

  • 23 Chinese New Year en anglais. Mais l’événement n’est pas strictement chinois, car il marque aussi la (...)
  • 24 Ce chiffre est pourtant démenti par une informatrice de l’association London Chinese Community Cent (...)

16Les activités sociales, culturelles et économiques entreprises au sein du Chinatown contribuent également à cette idée de « spectacle ». L’une des festivités marquantes qu’organisent les habitants du quartier est le Nouvel An chinois23. Avant d’être officialisé comme un événement annuel du Londres cosmopolite, ce festival rencontrait déjà une certaine popularité dès les années 1960, même s’il se limitait à Chinatown comme un événement communautaire. Plus tard, organisé par différents organismes et soutenu par les collectivités locales, le défilé du Nouvel An chinois est devenu une performance artistique gigantesque à part entière, caractérisée par une variété de danses de dragons et de lions, des chorégraphies traditionnelles présentées par des artistes de différentes communautés asiatiques, des acrobaties, des arts martiaux, en créant ainsi une expérience visuelle et sensorielle riche et en permettant au Chinatown de Londres de devenir le lieu d’un théâtre urbain très prisé. Aujourd’hui, le défilé s’étend au-delà de la zone du Chinatown en couvrant certaines rues principales du West End telles que Charing Cross Road, Shaftesbury Avenue et se termine par une scène de différentes prestations à Trafalgar Square. C’est aussi l’occasion pour les commerçants de faire découvrir le quartier aux visiteurs et de promouvoir leurs enseignes. Avant l’arrivée du Covid-19, l’événement attirait plus de 700 000 spectateurs24 (Moris et Richman) chaque année et il est reconnu de nos jours par les collectivités locales comme l’un des évènements officiels de la capitale anglaise. Cet événement est également devenu l’occasion d’une activité politique. En 2015, Boris Johnson, alors maire de Londres, s’est prononcé sur le Nouvel An chinois en valorisant sa contribution culturelle à la ville de Londres. Son discours dénote le soutien municipal vis-à-vis de l’événement et une association au multiculturalisme britannique en évoquant le vivre-ensemble, sujet pourtant critiqué à partir des années 1990. Selon lui :

  • 25 Traduit de l’anglais par l’auteur : « London is one of the most exciting places in the world to cel (...)

Londres est l’un des endroits les plus passionnants dans le monde pour fêter le Nouvel An chinois, accueillant une des plus grandes célébrations en dehors de la Chine. Cette année, nous marquons l’année du mouton, un animal qui est censé symboliser la paix et le vivre-ensemble en harmonie. Dans notre ville de la diversité, avec des gens de toutes cultures et de tous les horizons vivant côte à côte, de telles qualités servent grandement à promouvoir un esprit de respect mutuel et d’amitié. En tant que Londoniens, nous sommes fiers d’accueillir le Nouvel An chinois et de rendre hommage à la contribution de la communauté chinoise à la vie culturelle et économique de notre ville. ‘Gong Xi Fa Cai. Kung Hei Fat Choy’25 (Mayor of London).

17La concentration des commerces, notamment des restaurants, joue un rôle certain dans la construction de l’identité du quartier, d’où son attractivité. En effet, l’ensemble des commerces délimite le secteur, en formant un cluster commercial à caractère unique qui est perceptible par l’architecture ou le choix des devantures (par exemple des rôtisseries exposées en vitrine ou des cuisines agencées derrière une vitrine pour que les convives puissent contempler la confection des mets). Ces commerces ethniques sont qualifiés par l’anthropologue Anne Raulin, dans son étude du quartier asiatique de Paris, de « producteurs d’espace urbain » qui « contribuent à la constitution d’un théâtre urbain diversifié » (Raulin 53), ce qui est également valide pour le cas du Chinatown de Londres. Son argument souligne bien la fonction des commerces dans la définition non seulement physique, mais aussi scénographique et folklorique de l’espace de l’enclave ethnique :

Les commerces asiatiques étaient en train de définir non seulement un territoire mais encore une temporalité propre, accentuée par des événements festifs plus ou moins publics : festivités familiales (anniversaires, mariages) dans les grandes surfaces de restauration ; festivités saisonnières (fête du nouvel an, et de la mi-automne) composant des rituels urbains d’une certaine flamboyance. (Raulin 54)

18Tenant compte de ces éléments, on peut affirmer que le Chinatown de Londres dispose de qualités qui font de ce quartier non seulement un centre névralgique pour les migrants, mais un site d’attraction à part entière qui accueille de plus en plus de visiteurs, d’autant qu’il est stratégiquement localisé sur le West End, l’artère commerciale et touristique de Londres. D’un espace de transition classique, le quartier s’est transformé en un espace de loisirs en quelques décennies seulement.

2.2 Un produit britannique : façonné par les collectivités locales et une compagnie britannique

  • 26 Public-private partnership en anglais.

19Cette métamorphose, comme expliqué plus haut, a été rendue possible grâce à un processus de folklorisation spontanée due à la présence urbaine des populations asiatiques et à la concentration de leurs commerces. Mais elle a également été soutenue par des politiques de l’image définies par deux acteurs principaux : le Westminster City Council (la municipalité de Londres) et Shaftesbury PLC (le propriétaire du Chinatown de Londres). Ces deux acteurs britanniques, dont l’un est politique et l’autre est économique, conscients de l’opportunité économique du Chinatown de Londres, forment un partenariat public-privé (PPP)26 très actif dans la mise en place des projets de rénovation de ce quartier notamment à partir des années 2000. Ce concept de PPP est devenu plus populaire avec l’application de la Private Finance Initiative (PFI) mise en place en 1992 sous l’égide de John Major et continuée par le New Labour. La PFI est définie comme étant :

Une alternative aux privatisations qui dispense la puissance publique de trouver immédiatement les financements pour ses opérations de rénovation et/ou de construction d’infrastructures ou de bâtiments publics, tout en lui permettant de garder la main sur la définition et le contrôle des services offerts au public. (Esposito 2)

20C’est donc ce partenariat public-privé entre une société foncière et la municipalité qui crée une dynamique assez particulière pour le fonctionnement de ce quartier ethnique. Cette particularité du Chinatown de Londres est pertinemment décrite comme suit par un journaliste britannique :

  • 27 Traduit de l’anglais par l’auteur : « This may seem like a natural tableau of Chinese life in Brita (...)

Cela pourrait paraître comme un tableau naturel de la vie chinoise dans la capitale de la Grande-Bretagne. Mais très peu de ces mécanismes du Chinatown sont originels ou spontanés ; il s’agit plutôt d’un paysage de rue soigneusement sélectionné qu’un microcosme culturel27. (Smallman)

  • 28 Une notion définie par Joseph Nye en 1990 qui désigne un pouvoir d’influence ou d’attraction par le (...)

21Sous le contrôle de ces acteurs politique et économique, et dans le contexte de la mondialisation et du multiculturalisme, l’identité chinoise du Chinatown londonien est façonnée de manière à correspondre au récit multiculturel et cosmopolite de Londres. Il ne s’agit plus simplement d’un espace de l’entre-deux à l’ancienne, mais d’un soft power28 qui ne cesse d’être exploité tel un produit à part entière.

2.2.1 Le Westminster City Council et l’institutionnalisation du Chinatown de Londres

  • 29 Selon Thierry Sanjuan, sinologue, cette notion de Chinatowns du monde s’explique par le fait qu’« a (...)

22Tout d’abord, il faut citer les efforts de la municipalité de Londres dans la construction et la préservation du caractère chinois du quartier. On observe une tentative d’institutionnalisation du Chinatown dans le but de polir son image. Dans les années 1980, l’enclave ethnique a été officiellement reconnue comme le Chinatown de Londres par le Westminster City Council. La dimension formelle de cette reconnaissance s’est manifestée par l’organisation d’une cérémonie d’inauguration en présence des élus de la municipalité, du Duc de Gloucester, de l’ambassadeur de Chine et des présidents d’associations ((Benton et Gomez 184). Toujours sous l’égide de la municipalité, l’événement a été, par la suite, accentué par l’implantation des marqueurs culturels et identitaires tels que les portiques d’architecture chinoise, les sculptures de lions, les temples bouddhistes, et par la piétonisation des rues principales du quartier, faisant de Chinatown une expérience urbaine permettant aux visiteurs de bénéficier d’une promenade folklorique. Ces événements ont contribué à l’officialisation du quartier, sa symbolisation territoriale et ont marqué le démarrage de son processus de branding : le quartier a ainsi acquis son label de « Chinatown de Londres » et une apparence plus ou moins typique des Chinatowns du monde29.

  • 30 Traduit de l’anglais par l’auteur : « Working for the future of Chinatown ».
  • 31 Selon la sociologue Sharon Zukin, l’ethnicité et la mise en place des services de sécurité sont des (...)
  • 32 Traduit de l’anglais par l’auteur : « London’s Chinatown is of great importance to Westminster, Lon (...)
  • 33 Traduit de l’anglais par l’auteur : « This action plan was developed in recognition of that world-w (...)

23Malgré cette reconnaissance officielle, le quartier n’a pas vu de plans de développement avant le début des années 2000. C’est seulement à ce moment-là, sous la direction du Westminster City Council, qu’une série de projets d’aménagement urbain dédiés au Chinatown de Londres a vu le jour. Il s’agit en premier lieu du Chinatown Action Plan (2003), inscrit dans une opération de rénovation (Renewal Programme) et destiné à « œuvrer pour le futur du Chinatown »30 (Action Plan Chinatown: Working for the Future of Chinatown). Ce plan stratégique, conçu au même titre que d’autres plans d’action pour Covent Garden, Leicester Square, ou Soho, propose de mettre en place un grand nombre de mesures dans le but d’améliorer l’image du quartier tout en essayant de préserver son « caractère unique », une expression utilisée à plusieurs reprises dans le document. Dans l’ensemble, les tactiques consistent à renforcer l’accessibilité du quartier (mise en place des systèmes de parking et signalétiques), la sécurité (implantation de vidéosurveillances, patrouilles régulières de police, amélioration des éclairages), et à préserver son identité (promotion des activités culturelles, de la vie associative, des festivals et des performances artistiques)31. Le Chinatown Action Plan reconnaît aussi le rôle du Chinatown londonien comme étant « d’une grande importance pour Westminster, Londres et dans le monde »32 (Action Plan Chinatown: Working for the Future of Chinatown 1), et c’est « en reconnaissance de cette importance d’envergure internationale »33 (Action Plan Chinatown: Working for the Future of Chinatown 1) que le plan d’action a vu le jour. La vision de la municipalité londonienne vis-à-vis du Chinatown de Londres y est très claire :

  • 34 Traduit de l’anglais par l’auteur : « London’s Chinatown is one of the most central and bustling di (...)

Le Chinatown de Londres est l’un des quartiers les plus dynamiques en son genre en Europe. Étant un centre névralgique des cultures et des communautés asiatiques au Royaume-Uni, et une destination pour les résidents, les employés et les touristes, Chinatown est devenu une partie intégrante de ce qui fait de Londres une ville de renommée mondiale […] C’est un endroit à caractère unique, avec une culture et une cuisine distinctes. Notre vision est d’encourager et célébrer l’ambiance spéciale de Chinatown, ainsi que d’assurer une expérience de haute qualité pour tous ceux qui visitent, travaillent et vivent dans le quartier34. (Action Plan Chinatown: Working for the Future of Chinatown 3)

24D’autre part, le Chinatown Action Plan établit également des stratégies visant à améliorer la visibilité du quartier. À titre d’exemple, la construction d’une quatrième arche en 2016, en plus de celles déjà existantes, renforce davantage les marqueurs ethniques et culturels, emblématiques du quartier, servant à rendre le quartier encore plus identifiable, notamment aux touristes. Des panneaux avec l’inscription « Vous êtes à Chinatown » sont également prévus dans les stations de métro desservant ou avoisinant le quartier. La valorisation de la visibilité et de l’accessibilité du quartier dénote une réelle volonté de la municipalité de le commercialiser, ou encore de le touristifier.

  • 35 Traduit de l’anglais par l’auteur : « Chinatown does not keep immigrant Chinese from assimilating i (...)

25En 2004, une étude sur le développement économique du Chinatown londonien a été conduite par la municipalité de Londres : la Chinatown Economic Development Study. Elle analyse en profondeur les aspects culturel, social et économique du quartier pour démontrer sa contribution à l’économie de la ville, en capitalisant sur son caractère unique. Dans cette étude, la municipalité met l’accent sur le rôle de pont culturel entre le Chinatown de Londres et la ville d’installation, en affirmant que « Chinatown n’empêche pas les immigrants de s’intégrer à la société dominante, mais fournit bien un moyen d’intégration alternatif »35 (Chinatown Economic Development Study 17). Ce genre de discours tend à minimiser l’idée de « ghettoïsation » souvent associée aux enclaves ethniques dans la perception publique. L’étude montre également que le quartier présente un potentiel touristique encore sous-exploité, en proposant une série de solutions dont certaines reposent sur les principes du branding, telles qu’elles sont présentées dans la recommandation suivante :

  • 36 Traduit de l’anglais par l’auteur : « Recommendation 5: Develop a marketing and promotional strateg (...)

Recommandation 5 : Développer une stratégie de marketing et de promotion qui se focalise sur la zone du Chinatown d’une manière coordonnée et qui comprend des documentations, des festivals, des promotions ciblées tout en les reliant avec les évènements principaux de Londres36. (Chinatown Economic Development Study 29)

  • 37 Traduit de l’anglais par l’auteur : « for London’s Chinatown to be ‘the best Chinatown in the world (...)

26En 2008, suite à la visite du Prince de Galles à Chinatown, la fondation The Prince’s Foundation for the Built Environment a entamé une collaboration avec le Westminster City Council dans la mise en place d’un projet urbain intitulé A Design Strategy for Chinatown dont l’objectif était d’améliorer la visibilité du quartier et la qualité des rues qui le forment. Dans la préface du projet, le Prince de Galles a fait part de son aspiration à ce que « le Chinatown de Londres devienne le meilleur Chinatown du monde, et que la culture asiatique et la diversité soient reconnues »37 (A Design Strategy for Chinatown 2). En 2009, pour renforcer les plans stratégiques précédents, le Westminster City Council a mis au point la Chinatown Supplementary Planning Guidance, visant à fournir des méthodes de gouvernance et d’aménagement urbain qui seront appliquées à Chinatown sur le long terme et propose une conformité de l’image dans le moindre détail : du choix des couleurs des boutiques, des styles architecturaux des devantures à l’éclairage et l’agencement des enseignes, dans le but d’harmoniser et faciliter l’identification de Chinatown.

  • 38 Conservation areas en anglaise.
  • 39 Traduit de l’anglais par l’auteur : « areas of special architectural and historic interest, the cha (...)
  • 40 Relevant de l’architecture georgienne dans le cas des bâtiments de la zone du Chinatown de Londres.

27Il faut également souligner le classement du Chinatown londonien parmi les sites de patrimoine urbain à conserver38 de Londres en 2005 qui sont des zones présentant « une architecture spéciale et un intérêt historique, dont le caractère et les apparences sont à préserver et améliorer. Ce sont des zones reconnaissables par leur paysage distinct et intéressant »39 (Conservation Area Audit, Soho & Chinatown 5). Même si la conservation de ces zones urbaines, par définition, porte principalement sur le caractère historique40 des bâtiments londoniens, le Westminster City Council n’a pas écarté le caractère distinctif du Chinatown de Londres comme une raison supplémentaire de ce classement, en spécifiant :

  • 41 Traduit de l’anglais par l’auteur : « Yet the area has a unique character derived in large part fro (...)

Pourtant, le quartier présente un caractère unique découlant en grande partie de ses habitants et leurs usages. Presque tous les bâtiments dans cette zone sont occupés par des restaurants et commerces chinois et d’Asie de l’Est au niveau du rez-de-chaussée et parfois du premier étage ; le quartier joue le rôle d’un centre névralgique pour la communauté chinoise de Londres. Ces usages ont apporté une couche distinctive de décorations, de couleurs vives et de caractères chinois au paysage historique, ce qui lui donne une identité distinctive41. (Conservation Area Audit, Soho & Chinatown 24)

28En d’autres termes, il s’agit d’une autre tentative municipale d’institutionnaliser ce quartier. Avec ce classement, le Chinatown de Londres bénéficiera des plans de conservation et des aménagements qui sont contrôlés dans le but de préserver son caractère urbain, au même titre que d’autres quartiers renommés de Londres tels Soho, Covent Garden, Westminster Abbey, Parliament Square. Le borough de Westminster possède actuellement 54 zones de patrimoine urbain, occupant 78% de son territoire.

29Ces plans d’aménagement sont symptomatiques de la volonté et des efforts des collectivités locales de Londres dans la promotion ethnique. Le Chinatown de Londres devient ainsi un site institutionnel, avec une histoire et des qualités d’une marque, qui ne sont pourtant pas des qualités conventionnelles (logo, slogan). Le Westminster City Council s’est plutôt servi des éléments intangibles tels que l’histoire, l’héritage, la sécurité, l’accessibilité ou la visibilité pour construire cette marque de Chinatown et la positionner sur la carte touristique de Londres.

2.2.2 Shaftesbury PLC : une politique basée sur l’ethnicité et les nouvelles tendances

30Dans cette section, nous nous penchons sur une autre modalité de branding plus apparente qui a été mise en place par Shaftesbury PLC. Il s’agit de l’une des sociétés britanniques d’investissement immobilier cotées, aussi appelées des foncières en français ou Real Estate Investment Trusts (REITs) en anglais qui, par définition, « exploitent des propriétés immobilières » et dont « les revenus sont principalement constitués des loyers encaissés » (L’investisseur français). Créée en 1986 par Peter Levy, cette société a tout d’abord commencé par l’acquisition d’une trentaine de bâtiments dans la zone du Chinatown de Londres en y injectant 13 millions de livres sterling (Investigate). Aujourd’hui, elle devient le propriétaire principal du West End londonien, y gérant ainsi 600 bâtiments qui appartiennent à différentes zones telles que Carnaby, Covent Garden, Soho, Fitzrovia et Chinatown (Portfolio de Shaftesbury PLC). Dès sa création, Shaftesbury PLC a été tout de suite consciente du potentiel économique du Chinatown de Londres : dans les années 1990, le Royaume-Uni a connu une crise financière pendant laquelle plusieurs sociétés foncières ont fait faillite ; selon l’un des directeurs de Shaftesbury PLC, le même sort aurait pu s’imposer à cette société mais elle a survécu parce que :

  • 42 Propos recueillis et traduits de l’anglais par l’auteur lors de son entretien avec l’un des représe (...)

[ils] posséd[aient] cette petite propriété constituée principalement de restaurants. Et même pendant la chute des sociétés immobilières, ces commerces continuaient à prospérer. Ils ont tous payé leur loyer, personne n’a fait faillite. (Dang 2018)42

31On note également que les revenus générés par ce quartier valent 22% du portfolio « West End » de Shaftesbury PLC, soit 26 millions de livres sterling par an (Portfolio de Shaftesbury PLC), en sachant que les activités du quartier portent principalement sur la gastronomie, la vie nocturne, le shopping et le tourisme. C’est la raison pour laquelle Shaftesbury PLC investit dans presque tous les projets d’aménagement urbain liés à Chinatown, proposés soit par les associations et entrepreneurs locaux, soit par la municipalité : entre autres, la construction d’un quatrième portique sur Wardour Street en 2016, l’implantation d’un système de CCTV dans tout le quartier, le nettoyage des rues du quartier ainsi que la mise en place d’un projet web de Chinatown sur le plan digital. Travaillant avec des agences de communication anglaises et chinoises, Shaftesbury PLC a élaboré un site internet à interface hybride et conviviale, un logo qui représente à la fois la tradition chinoise et la dynamique d’un Londres multiculturel, un slogan, et des réseaux sociaux (Facebook, Instagram) ; en bref, un ensemble d’attributs tangibles créés pour permettre l’identification du quartier, au même titre qu’un produit de commerce. Il s’agit d’un travail de packaging ethnique, à la faveur d’une méthode de branding conventionnel, se fondant sur l’usage des éléments classiques d’une marque.

  • 43 Propos recueillis et traduits de l’anglais par l’auteur lors de son entretien avec l’un des représe (...)
  • 44 Traduit de l’anglais par l’auteur : « fit the village’s distinct brand identity ».

32En plus des investissements urbains et digitaux, pour promouvoir ce quartier, la société foncière opte pour une politique de non-mixité dans la gestion des locations immobilières du Chinatown de Londres. Celle-ci se traduit par une sélection des locataires commerçants, consistant à accepter uniquement des restaurateurs et commerçants d’origine asiatique dans le quartier. Dans un entretien réalisé en 2018 avec Shaftesbury PLC, un représentant en charge du Chinatown de Londres a fait savoir que l’arrivée d’un commerce occidental pourrait dégrader le caractère et par conséquent l’expérience du quartier. Selon lui, un restaurant de McDonald’s n’y aurait jamais sa place, malgré le profit économique qui serait généré en termes de loyer43. On note que cette politique de non-mixité est en phase avec celle du Westminster City Council qui, dans ses plans d’action, cherche également à préserver l’identité du Chinatown en résistant à l’invasion de la pub culture de Soho. La gestion de Shaftesbury PLC est plus radicale. Dans son rapport annuel de 2019, elle a réitéré que, pour qu’un commerce puisse s’installer à Chinatown, il devrait « correspondre à l’identité de marque distinctive du quartier »44 (Rapport annuel 2019 de Shaftesbury PLC 21). D’une part, la politique de Shaftesbury PLC dénote la mainmise de cette société dans la gestion du Chinatown. Mais elle est aussi révélatrice d’une vision à vocation plutôt communautariste, dans le sens où elle est explicitement basée sur l’ethnicité des commerces.

  • 45 Propos recueillis et traduits de l’anglais par l’auteur lors de son entretien avec l’un des représe (...)
  • 46 Observation personnelle en 2020.

33L’argument utilisé par Shaftesbury PLC dans la sélection de ses locataires commerçants est l’authenticité et l’originalité. Selon l’un de ses représentants, le Chinatown de Londres d’aujourd’hui est plus authentique qu’il y a une décennie parce qu’« c’était tout le temps la même chose et surtout de la cuisine cantonaise »45. Certes, les offres culinaires sont devenues beaucoup plus variées grâce à la curation de cette société foncière, avec l’arrivée des restaurateurs vietnamiens, coréens, taiwanais, japonais ou d’autres régions de Chine. Cependant, on observe une prolifération d’établissements similaires, dans le sens où ils proposent des offres presqu’identiques. Une simple promenade dans le quartier nous révèle qu’il existe déjà 17 boutiques de bubble tea et une douzaine de restaurants type fondue chinoise46. De plus, certains restaurants du même type se situent directement à côté les uns des autres. Selon Shaftesbury PLC, cet agencement, bien qu’étant sujet à une vraie compétition entre commerçants, est stratégique car il permet de mieux répondre aux besoins hétérogènes de la clientèle. Son représentant explique au sujet de la proximité des boutiques de bubble tea :

  • 47 Propos recueillis et traduits de l’anglais par l’auteur lors de son entretien avec l’un des représe (...)

Même si elles sont nombreuses, elles sont légèrement différentes et ont donc tendance à attirer des clients différents. Certaines font du thé fruité, d’autres du thé au matcha… Très souvent, nous avons des boutiques qui sont côte à côte, mais qui n’attirent pas du tout les mêmes clients. (Dang 2020)47

  • 48 Traduit de l’anglais par l’auteur : « the marketing of insignificant variations (e.g., color) of th (...)
  • 49 Traduit de l’anglais par l’auteur : « a firm’s seeking to be all things to all people ».

34L’approche utilisée par Shaftesbury PLC n’est pas nouvelle. Les chercheurs en marketing Barry L. Bayus et William P. Putsis parlent d’une stratégie connue sous le nom de product proliferation qui consiste à introduire de nouvelles variations du même produit sur le marché (Bayus et Putsis 138). Des exemples comme Crest ou Colgate qui sont des marques ayant plus de 35 variétés de dentifrices, ou Head & Shoulders avec 15 types de shampoings illustrent ce phénomène. À ce sujet, Barry Berman, professeur de marketing, partage un point de vue plus critique en qualifiant la product proliferation d’« un marketing de variations insignifiantes (par exemple des couleurs) d’un même produit basique par les fabricants et/ou les revendeurs »48 (Berman 551) et causée par la volonté d’« une entreprise de vouloir satisfaire tout le monde »49 (Berman 554). Cette stratégie, rentable et durable selon Shaftesbury PLC parce qu’elle s’inscrit dans la globalisation de la cuisine chinoise, est source de critique car, selon certains, il ne s’agit de pas renforcer l’authenticité de ce quartier ethnique, mais bien au contraire, de le dénaturer. Ce point sera examiné dans la dernière partie de cet article.

3. Les critiques de la gestion de Shaftesbury PLC et du Westminster City Council

35Il est vrai que, sous la gestion de Shaftesbury PLC et du Westminster City Council, l’image du Chinatown de Londres est activement promue et sa popularité renforcée. Toutefois, le quartier est en train de faire face à un certain nombre de problèmes.

  • 50 Propos recueillis et traduits de l’anglais par l’auteur lors de son entretien avec l’une des représ (...)

36Tout d’abord, la multiplication des boutiques de bubble tea dans le quartier est vivement critiquée par certaines associations. L’une d’entre elles qui a accepté de se prononcer sur ce sujet est l’association China Exchange. Fondée en 2015 dans l’objectif de promouvoir la culture et l’art chinois, China Exchange cherche aujourd’hui à préserver l’héritage du Chinatown de Londres et à lui donner plus de valeur après avoir réalisé son évolution jugée « trop rapide ». Selon l’une des responsables de l’association, la gestion de Shaftesbury PLC est purement économique et entraîne une perte culturelle dans la perception de ce quartier. L’expérience du Chinatown se résume actuellement, selon China Exchange, au simple fait de « venir acheter un bubble tea, prendre un selfie sous l’une des arches et partir » et que « rien de cela n’est lié au patrimoine du quartier »50. Son explication sur ce point est la suivante :

  • 51 Propos recueillis et traduits de l’anglais par l’auteur lors de son entretien avec l’une des représ (...)

Nous avons aujourd’hui beaucoup de boutiques de bubble tea, beaucoup de restaurants de fondue chinoise, beaucoup de boutiques de desserts. Je ne peux pas dire que ces choses sont négatives dans l’ensemble. J’adore les bubble tea et les fondues. Mais de combien en a-t-on besoin ? Et, si tout est pareil et au même prix, on perd certaines valeurs culturelles. En faisant de ce quartier un endroit de restaurants et de nourriture, c’est difficile pour les autres types de commerces de pouvoir fonctionner. (Dang 2018)51

  • 52 Propos recueillis et traduits de l’anglais par l’auteur lors de son entretien avec l’une des représ (...)

37De plus, bien qu’ayant toujours centré sa politique autour de l’authenticité, Shaftesbury PLC, ainsi que le Westminster City Council, ont été critiqués pour avoir laissé proliférer les bureaux de courses et de paris dans le quartier, dont le nombre s’élevait jusqu’à 9 unités en 2020. L’une des responsables du London Chinese Community Centre a toujours milité contre ce type de commerces qui « attirent les travailleurs à faible revenu du quartier, qui y vont pendant leur pause »52. Selon elle, ce phénomène est en train de devenir incontrôlable :

  • 53 Propos recueillis et traduits de l’anglais par l’auteur lors de son entretien avec l’une des représ (...)

Nous n’avons jamais eu autant de bureaux de paris avant. Mais à cause de la politique du gouvernement, comme ils peuvent obtenir plus de taxe à partir de ces bureaux, ils en autorisent l’établissement partout à Londres, pas seulement à Chinatown. (Dang 2020)53

  • 54 Traduit de l’anglais par l’auteur : « Councillers […] were unable to reject the application owing t (...)
  • 55 Propos recueillis et traduits de l’anglais par l’auteur lors de son entretien avec l’une des représ (...)

38Dans les années 2010, l’association London Chinese Community Centre a lancé une campagne contre l’implantation de ces bureaux de paris dans le Chinatown de Londres et, même si elle a réussi à empêcher l’arrivée d’un dixième bureau en 2020, la municipalité de Londres a autorisé l’établissement d’un casino sur Gerrard Street en 2022, argumentant qu’ « elle était incapable de rejeter la candidature [du casino] à cause de la loi »54 (Westminster Extra). De même, certaines clauses du Chinatown Action Plan qui a été initié dans les années 2000 n’ont toujours pas été entièrement mises en place par le Westminster City Council. L’association China Exchange parle d’un manque d’efficacité mais aussi d’une perte d’identité patrimoniale du quartier car ces plans n’ont pas mis en avant la préservation de la culture cantonaise qui était essentielle à l’histoire du Chinatown de Londres55.

  • 56 L’étude a été réalisée pour le think tank Runnymede Trust, un groupe de réflexion britannique fondé (...)

39En dernier lieu, plusieurs articles ont sonné le glas du Chinatown londonien en raison de son caractère de plus en plus gentrifié. Caroline Knowles, l’auteure d’une étude sur les jeunes immigrants chinois à Londres56, explique le départ des commerces chinois du Chinatown du fait de la hausse du loyer (Knowles 7). En 2015, le journal britannique Evening Standard évoque la disparition probable du Chinatown pour la même raison (“London’s Chinatown could ‘disappear in five years’ as West End rents soar”, Watts). La même année, The Guardian parle d’un Chinatown en danger, mettant en exergue un même faisceau de facteurs (Big trouble in little Chinatown). Shaftesbury PLC nie tous les arguments selon lesquels le Chinatown de Londres serait mis à mort par les loyers. Selon l’un de ses directeurs, des commerces quitteraient le quartier pour des raisons générationnelles, dans le sens où les plus jeunes ne veulent pas reprendre les commerces de leurs parents.

Conclusion

  • 57 La classe A3 concerne les restaurants et cafés proposant les services sur place. La classe A5 conce (...)

40Bien que l’expérience du Chinatown devienne monétisée et dirigée par les forces du marché, et que certaines tensions en soient nées, ce quartier demeure tout de même un espace de transition car il reste l’endroit où les communautés asiatiques retrouvent des services, des activités et des produits de leurs pays, et dans leurs langues. De plus, la plupart des personnes et associations interviewées ont apprécié la gestion de Shaftesbury PLC et du Westminster City Council. L’association London Chinese Community Centre évoque une Shaftesbury PLC sympathique et réceptive, ainsi qu’un Westminster City Council engagé. China Exchange, quant à elle, ne nie pas l’amélioration du quartier en termes de propreté, d’accessibilité et de popularité grâce à ces deux acteurs principaux. Un manager du supermarché New Loon Moon s’est aussi montré en accord avec les politiques de l’image de Shaftesbury PLC et du Westminster City Council. Pendant la crise sanitaire en 2020 et 2021, quelques plans d’aide ont été mis en place de manière pragmatique : Shaftesbury PLC a diminué le loyer pour certains petits commerces ; la municipalité a permis aux restaurants de classe A3 de vendre à emporter, au même titre que les restaurants de classe A557. Dans l’ensemble, l’évolution que le quartier connaît à travers les mécanismes de construction d’identité entrepris par des acteurs politiques et économiques semble constituer un atout plus qu’une menace : institutionnalisé et positionné comme l’un des sites d’attraction du Londres cosmopolite, le Chinatown londonien est mieux perçu et sa rentabilité profite tant aux commerçants locaux qu’à la ville d’installation.

Haut de page

Bibliographie

« branding ». L’encyclopédie illustrée du marketing, https://www.definitions-marketing.com/definition/branding/. Consulté le 10 février 2020.

“ethnic enclave.” Oxford Dictionary of Human Geography, https://www.oxfordreference.com/view/10.1093/acref/9780199599868.001.0001/acref-9780199599868-e-540?rskey=gW7uvj&result=1. Consulté le 10 février 2020.

« REITs ». L’investisseur français, https://linvestisseurfrancais.com/club/lexique-bourse-finance-comptabilite/definition-fonciere-reit/. Consulté le 10 octobre 2022.

“zone of transition.” The Oxford Dictionary of Architecture (4 ed.), https://www.oxfordreference.com/view/10.1093/acref/9780191918742.001.0001/acref-9780191918742-e-6204?rskey=BJtFyR&result=1. Consulté le 9 novembre 2022.

Agbalé, Samuel-Frédéric, et Agathe Boureau. « L’Immigration Act 2016 : une fragilisation supplémentaire du statut de migrant au Royaume-Uni ». La Revue des droits de l’homme (2016).

Bailly, Antoine S. « Les théories de l’organisation de l’espace urbain ». Espace géographique 2. 2 (1973) : 81-93.

Bayus, Barry L., and William P. Putsis. “Product Proliferation: An Empirical Analysis of Product Line Determinants and Market Outcomes.” Marketing Science 18. 2 (1999): 137-153.

Benton, Gregor, and Edmund Terence Gomez. The Chinese in Britain, 1800-Present: Economy, Transnationalism, Identity. London: Palgrave Macmillan, 2008.

Braun, Erik, Eshuis Jasper et Klijn Erik Hans. “The effectiveness of place brand communication.” Cities 41 (2014): 64-70.

Cha, Jonathan. « La représentation symbolique dans le contexte de la mondialisation : L’exemple de la construction identitaire du quartier chinois de Montréal ». JSSAC / JSEAC 29. 3-4 (2004) : 3-18.

Dang, Quôc-Dung. Entretien personnel avec China Exchange, 2018.

Dang, Quôc-Dung. Entretien personnel avec London Chinese Community Centre, 2020.

Dang, Quôc-Dung. Entretien personnel avec Shaftesbury PLC, 2018.

Dang, Quôc-Dung. Entretien personnel avec Shaftesbury PLC, 2020.

Dang, Quôc-Dung. Gate of London’s Chinatown on Wardour Street, 2020.

Esposito, Marie-Claude. « La politique des partenariats public-privé : une approche bipartisane en évolution ». Observatoire de la société britannique 8 (2010).

Esteves, Olivier, et Romain Garbaye. Le multiculturalisme britannique au 21e siècle. Enjeux, débats, politiques. Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, 2017.

Grafmeyer, Yves. « Burgess Ernest W. - (1886-1966) », Encyclopædia Universalis, http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/ernest-w-burgess/. Consulté le 9 novembre 2022.

Investigate. https://www.investegate.co.uk/shaftesbury-plc/rns/directorate-change/200407220700030960B/. Consulté le 14 novembre 2020.

Knowles, Caroline. Young Chinese Migrants in London. Goldsmiths, University of London & Runnymede Trust, 2015.

Leeman, Jennifer, and Gabriella Modan. “Commodified language in Chinatown: A contextualized approach to linguistic landscape.” Journal of Sociolinguistics 13. 3 (2009): 332-362.

London Councils. https://www.londoncouncils.gov.uk/our-key-themes/local-government-finance/london’s-local-services-investing-future/decade-austerity. Consulté le 10 octobre 2022.

Lou, Jia. “Revitalizing Chinatown into a Heterotopia: A Geosemiotic Analysis of Shop Signs in Washington, D.C.’s Chinatown.” Space and Culture 10. 170 (2007): 170-194.

Luk, Wai-ki E. Chinatown in Britain: Diffusions and Concentrations of British New Wave Chinese Immigration. Amherst: Cambria Press, 2008.

Ma, Wenting, Daan Schraven, Mark de Bruijne, Martin de Jong et Haiyan Lu. “Tracing the Origins of Place Branding Research: A Bibliometric Study of Concepts in Use (1980–2018).” Sustainability 11.11 (2019): 1-20.

Mayor of London. https://www.london.gov.uk/press-releases/mayoral/londons-chinese-new-year-celebrations. Consulté le 20 novembre 2021.

Mazumdar, Sanjoy. “Ethnic enclaves, diversity, and multiculturalism: Should Environmental Design Researchers Care?” EDRA, vol. 36, 2005, pp. 3-11.

Mazumdar, Sanjoy, Shampa Mazumdar, Faye Docuyanan, and Colette Marie McLaughlin. “Creating a sense of place: the Vietnamese-Americans and Little Saigon.” Journal of Environmental Psychology 20. 4 (2000): 319-333.

Morris, James and Gareth Richman. “Chinese New Year in London: Stunning archive pictures show capital's celebrations through the years.” Evening Standard, 5 February 2019. https://www.standard.co.uk/news/london/chinese-new-year-in-london-stunning-archive-pictures-chart-huge-growth-of-capitals-famous-a4053776.html. Consulté le 13 novembre 2019.

Nye, Joseph. “Soft Power.” Foreign Policy 80 (1990): 153-171.

Panayi, Panikos. Spicing Up Britain. The Multicultural History of British Food. London: Reaktion Books, 2008.

Portes, Alejandro, and Robert Manning. “The Immigrant enclave: Theory and empirical examples.” In Grusky David and Katherine Weisshaar (ed.) Social Stratification: Class, Race, and Gender in Sociological Perspective. Abingdon-on-Thames: Taylor & Francis Group, 2008, pp. 710-720.

Raulin, Anne. « Utopies locales et laboratoire social : l’exemple du 13e arrondissement de Paris ». L’Année sociologique 58 (2008) : 47-70.

Sanjuan, Thierry, dir. Les Chinatowns – Trajectoires urbaines de l’identité chinoise à l’heure de la mondialisation. Paris : UMR 8586 Prodig, 2017.

Sassen, Saskia. The Global City: New York, London, Tokyo, Princeton University Press, 2001.

Sassen, Saskia. « Introduire le concept de ville globale ». Raison politiques 15. 3 (2004) : 9-23.

Shaftesbury PLC. Annual Report, 2019.

Shaftesbury PLC. https://www.shaftesbury.co.uk/en/portfolio/chinatown.html. Consulté le 10 février 2020.

Shaftesbury PLC. https://www.shaftesbury.co.uk/en/media/press-releases/2016/Chinese-Gate-Release.html. Consulté le 11 octobre 2022.

Smallman, Etan. “Is this the end of Chinatown? Betting shops and bubble tea are taking over.” Unherd, 14 June 2022. https://unherd.com/2022/06/is-this-the-end-of-chinatown/. Consulté le 10 octobre 2022.

Watts, Matt. “London’s Chinatown could ‘disappear in five years’ as West End rents soar”, The Evening Standard, 30 March 2015. https://www.standard.co.uk/news/london/london-s-chinatown-could-disappear-in-five-years-as-west-end-rents-soar-10142516.html. Consulté le 9 novembre 2022.

Westminster city Council. A Design Strategy for Chinatown, 2008.

Westminster City Council. Action Plan Chinatown: Working for the Future of Chinatown, 2003.

Westminster City Council. Chinatown Economic Development Study, 2004.

Westminster City Council. Conservation Area Audit, Soho & Chinatown, 2005.

Westminster Extra. https://www.westminsterextra.co.uk/article/fresh-fears-over-gambling-in-chinatown, consulté le 10 septembre 2022.

Wong, Bernard et Nancy Foner. Ethnicity and Entrepreneurship: The New Chinese Immigrants in the San Francisco Bay Area. Boston: Allyn & Bacon, 1998.

Zukin, Sharon. The Culture of Cities. Oxford: Blackwell Publishers Ltd, 1995.

Illustration

Gate of London’s Chinatown on Wardour Street © Quôc-Dung DANG, 2020

Haut de page

Notes

1 L’enclave ethnique est définie par l’Oxford Dictionary of Human Geography comme étant « un quartier ou un territoire dont la population est ethniquement distincte de celle du territoire principal ». Traduit de l’anglais par l’auteur : « A neighbourhood or larger territory whose population is largely ethnically distinguished from the surrounding area and its inhabitants ».

2 a focal point en anglais selon la terminologie de Wai-ki E. Luk.

3 En sociologie urbaine, le sociologue Ernest Burgess définit un espace ou une zone de transition comme étant un espace urbain qui se trouve entre le centre-ville (ou le centre des affaires) et les quartiers résidentiels périphériques des classes ouvrière et moyenne, et qui est habité par les immigrants récents et certaines minorités ethniques (Bailly 82, Grafmeyer, The Oxford Dictionary of Architecture).

4 La sociologue Saskia Sassen utilise le terme « ville globale » (global city en anglais) pour qualifier Londres (The Global City: New York, London, Tokyo 4), qui est caractérisée, selon elle, par la concentration des « secteurs dominants du capital global » mais aussi celle des « populations défavorisées », dont les immigrants (Introduire le concept de ville globale 21).

5 Selon Romain Garbaye et Olivier Estèves, professeurs de civilisation britannique, ce modèle peut se comprendre à trois niveaux : la diversité culturelle qui est une réalité socio-culturelle du Royaume-Uni ; la « philosophie de reconnaissance des identités ethnoculturelles » dans les sphères privée ou publique ; et les « politiques de gestion de la diversité » (Estèves et Garbaye 10).

6 Cette loi a été restreinte à partir de 1962 par le passage des Commonwealth Immigrants Acts « autorisant principalement la venue de personnes qualifiées ou présentant un intérêt pour la dynamique économique du pays » (Agbalé et Bourreau 1), impliquant ainsi une réduction de l’immigration en Grande-Bretagne.

7 Traduit de l’anglais par l’auteur : « restrictions imposed by rationing ended ».

8 Traduit de l’anglais par l’auteur : « British consumers […] became more adventurous and knowledgeable about food ».

9 Traduit de l’anglais par l’auteur : « This desire for the exotic (albeit modified for western palates) represents one of the main reasons for the development of both Chinese and Indian food in Britain, together with cheapness in the case of the former ».

10 Terme utilisé par le sinologue Jonathan Cha dans son étude du quartier chinois de Montréal.

11 Traduit de l’anglais par l’auteur : « To the enclave residents, Chinatown is a home away from home, a heritage place that stores memories of their homelands and a shelter from perceived racial discrimination ».

12 Traduit de l’anglais par l’auteur : « signs are also resources for active meaning making ».

13 Traduit de l’anglais par l’auteur : « instances of written language in the landscape are not only artefacts of negotiations over space, but they are also productive signs: they have important economic and social consequences, and can affect those who would visit, work, or live in a given neighbourhood ».

14 Propos et chiffres recueillis par l’auteur lors de son entretien avec une responsable de l’association London Chinese Community Centre en 2020.

15 « ethnic enclave economy » en anglais.

16 Traduit de l’anglais par l’auteur : « the presence of a substantial number of immigrants with business experience acquired in the sending country; second, the availability of sources of capital; and third, the availability of sources of labour ».

17 Cela s’explique en partie par le fait que pendant la Seconde Guerre mondiale les soldats britanniques ont séjourné en Asie où ils ont développé un goût pour les saveurs et la gastronomie asiatiques qu’ils ont essayé de retrouver dans le quartier chinois de Londres (Benton et Gomez 112 ; Conservation Area Audit, Soho & Chinatown 13).

18 Traduit de l’anglais par l’auteur : « Among Chinese immigrants the pressure to succeed is enormous: success gives one’s family “face” and shows fellow countrymen and women that one’s immigration venture was not in vain. Family honor and personal pride are strong motivational factors. “No one would like to cause the loss of face to one’s family” and “One must try to glorify one’s ancestry” are Chinese sayings that many immigrants employ to voice their concerns. Another saying, “If not successful, why immigrate?” demonstrates the constant psychological pressure to succeed ».

19 Traduit de l’anglais par l’auteur : « a self-contained town possible within a city ».

20 Traduit de l’anglais par l’auteur : « Alternate mode of incorporation ».

21 À titre d’exemples, citons l’utilisation prédominante des couleurs rouge et jaune, synonymes de richesse et prospérité dans la culture chinoise, dans les devantures, les enseignes de boutique écrites en chinois ou une autre langue asiatique, les marchands ambulants, les lanternes disposées dans tous les coins de la rue, les musiques de fond asiatiques traditionnelles dans les magasins ; en bref, il s’agit d’une version miniature de l’Asie qui commence à attirer l’attention des visiteurs.

22 Traduit de l’anglais par l’auteur : « the largest of its kind in the UK ».

23 Chinese New Year en anglais. Mais l’événement n’est pas strictement chinois, car il marque aussi la célébration du nouvel an vietnamien.

24 Ce chiffre est pourtant démenti par une informatrice de l’association London Chinese Community Centre, l’un des organisateurs de la parade, estimant que le nombre des participants ne doivent pas dépasser les 200 000.

25 Traduit de l’anglais par l’auteur : « London is one of the most exciting places in the world to celebrate Chinese New Year, hosting one of the biggest celebrations outside China. This year we are marking the Year of the Sheep, an animal said to symbolise peace and harmonious co-existence. In our diverse city, with people from every culture and background living side by side, such qualities make a huge difference in helping to promote a spirit of mutual respect and friendship. As Londoners we are proud to welcome Chinese New Year and celebrate the contribution that the Chinese community makes to the cultural and economic life of our city. 'Gong Xi Fa Cai. Kung Hei Fat Choy’».

26 Public-private partnership en anglais.

27 Traduit de l’anglais par l’auteur : « This may seem like a natural tableau of Chinese life in Britain’s capital city. But very little about the mechanics of Chinatown is either grassroots or spontaneous; this is much more a meticulously curated streetscape than a cultural microcosm ».

28 Une notion définie par Joseph Nye en 1990 qui désigne un pouvoir d’influence ou d’attraction par le biais de la cooptation et non de la coercition. C’est le contraire du « hard power » ou « command power ». Les ressources du soft power sont entre autres la culture, les idéologies et les institutions (Nye 166-167).

29 Selon Thierry Sanjuan, sinologue, cette notion de Chinatowns du monde s’explique par le fait qu’« au XXème siècle, le chinatown se présente progressivement comme un modèle, avec ses points de repères et ses codes, qui peut circuler d’une ville à une autre » (Sanjuan 7).

30 Traduit de l’anglais par l’auteur : « Working for the future of Chinatown ».

31 Selon la sociologue Sharon Zukin, l’ethnicité et la mise en place des services de sécurité sont des facteurs qui refaçonnent la culture urbaine et l’espace public (Zukin 42).

32 Traduit de l’anglais par l’auteur : « London’s Chinatown is of great importance to Westminster, London and indeed internationally ».

33 Traduit de l’anglais par l’auteur : « This action plan was developed in recognition of that world-wide importance ».

34 Traduit de l’anglais par l’auteur : « London’s Chinatown is one of the most central and bustling districts of its kind in Europe. As an important focal point for the UK’s Chinese, East Asian, and South East Asian culture and community, and a destination for residents, workers, and visitors to central London, Chinatown has become an integral part of what makes this a world class city […] Chinatown is an area with a distinct culture, cuisine, and character. Our vision is to foster and celebrate the atmosphere that makes Chinatown special and to ensure that it offers a high quality experience for all who visit, work, and live in the area ».

35 Traduit de l’anglais par l’auteur : « Chinatown does not keep immigrant Chinese from assimilating into mainstream society, but instead provides an alternative means of incorporation into society ».

36 Traduit de l’anglais par l’auteur : « Recommendation 5: Develop a marketing and promotional strategy that focuses on the ‘Chinatown’ area in a co-ordinated way and encompasses literature, festivals, and targeted promotions whilst being sure to link up with all of the key London-wide campaigns ».

37 Traduit de l’anglais par l’auteur : « for London’s Chinatown to be ‘the best Chinatown in the world’ and to recognise Asian culture and diversity ».

38 Conservation areas en anglaise.

39 Traduit de l’anglais par l’auteur : « areas of special architectural and historic interest, the character and appearance of which it is desirable to preserve and enhance. They are areas which are recognisable for their distinctive and interesting townscape ».

40 Relevant de l’architecture georgienne dans le cas des bâtiments de la zone du Chinatown de Londres.

41 Traduit de l’anglais par l’auteur : « Yet the area has a unique character derived in large part from its residents and uses. Almost all of the buildings in this area have Chinese and East Asian restaurants and businesses on their ground and sometimes first floors and the area acts as focal point for London’s Chinese community. These uses have brought a distinctive overlay of ornament, bright colour and Chinese characters to the historic streetscape, which gives this area its own distinctive identity ».

42 Propos recueillis et traduits de l’anglais par l’auteur lors de son entretien avec l’un des représentants de Shaftesbury PLC en 2018 dans ses locaux à Londres : « we owned that little property, predominantly restaurants. And even in the death of the property procession, these businesses still prospered. They all paid their rents; nobody went burst ».

43 Propos recueillis et traduits de l’anglais par l’auteur lors de son entretien avec l’un des représentants de Shaftesbury PLC en 2018 dans ses locaux à Londres : « It’s more about trying to curate the right sort of mix to ensure that Chinatown is not degraded. Yet it’s not going to be necessarily just Chinese. We try to resist western businesses coming in here. For example, if MacDonald came along to us and said “right, we will pay a massive rent for that restaurant”, we wouldn’t have them in here. For me it would degrade the experience. It’s not about the rent. It’s about having businesses doing something which add to the location and the character of the place ».

44 Traduit de l’anglais par l’auteur : « fit the village’s distinct brand identity ».

45 Propos recueillis et traduits de l’anglais par l’auteur lors de son entretien avec l’un des représentants de Shaftesbury PLC en 2020 dans ses locaux à Londres : « it was always the same thing and predominantly Cantonese cuisine ».

46 Observation personnelle en 2020.

47 Propos recueillis et traduits de l’anglais par l’auteur lors de son entretien avec l’un des représentants de Shaftesbury PLC en 2020 dans ses locaux à Londres : « Although there are quite a lot, but they are slightly different, so they do tend to appeal to different customers. Some are doing fruit teas, some are doing matcha tea,… quite often we’ve a couple where they are next door to each other but actually they attract completely different customers ».

48 Traduit de l’anglais par l’auteur : « the marketing of insignificant variations (e.g., color) of the same basic product by manufacturers and/or resellers ».

49 Traduit de l’anglais par l’auteur : « a firm’s seeking to be all things to all people ».

50 Propos recueillis et traduits de l’anglais par l’auteur lors de son entretien avec l’une des représentants de China Exchange en 2018 dans ses locaux à Londres : « people come, buy bubble teas, take pictures under one of the gates, and leave. Nothing linked to heritage of the place ».

51 Propos recueillis et traduits de l’anglais par l’auteur lors de son entretien avec l’une des représentants de China Exchange en 2018 dans ses locaux à Londres : « We now have lots of bubble tea shops, lots of hot pot restaurants, lots of dessert snack shops. I can’t say that those things are negative overall. I love hot pot and bubble tea. But how many do we need? And if everything is broadly the same at the same kind of price, we lose some of the cultural value. So by making the neighbourhood all restaurants or all food-related businesses, it’s harder for anyone to operate anything as a commercial business that sells anything ».

52 Propos recueillis et traduits de l’anglais par l’auteur lors de son entretien avec l’une des représentants de London Chinese Community Centre en 2020 dans ses locaux à Londres : « They target the low income workers. The workers usually have a break so they go into these shops ».

53 Propos recueillis et traduits de l’anglais par l’auteur lors de son entretien avec l’une des représentants de London Chinese Community Centre en 2020 dans ses locaux à Londres : « We’ve never had so many betting shops before. But because of government policies, as they can get more tax from these betting shops, they allow betting shops everywhere not only in Chinatown. Chinatown is a Chinese quarter in a way, and we have 9 betting shops in the area ».

54 Traduit de l’anglais par l’auteur : « Councillers […] were unable to reject the application owing to regulations ».

55 Propos recueillis et traduits de l’anglais par l’auteur lors de son entretien avec l’une des représentants de China Exchange en 2018 dans ses locaux à Londres : « I think they could be more effective. There’s something called the Chinatown Action Plan (2003) which they still haven’t finished implementing in 2018. And something tells me that the Action Plan doesn’t have enough actions, or it wasn’t very well planned because why would it take 15 years? […] So the policy measures cannot keep up with the pace of change in this neighbourhood. And that means that possibly later on the Council will suddenly say “why is there no China in Chinatown? Where has the Cantonese heritage gone?”. But it would be too late. Really hard to revive the traditions ».

56 L’étude a été réalisée pour le think tank Runnymede Trust, un groupe de réflexion britannique fondé en 1968 pour mener des recherches portant sur la multi-ethnicité et les inégalités raciales en Grande-Bretagne.

57 La classe A3 concerne les restaurants et cafés proposant les services sur place. La classe A5 concerne la vente à emporter.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Gate of London’s Chinatown on Wardour Street
Crédits ©Quôc-Dung DANG - 2020
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/15610/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Quôc-Dung DANG, « Le pouvoir économique du Chinatown de Londres : d’un espace de l’entre-deux à un produit londonien »E-rea [En ligne], 20.1 | 2022, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/erea/15610 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.15610

Haut de page

Auteur

Quôc-Dung DANG

Doctorant à l’Université Sorbonne Nouvelle, CREW EA 4399
qdung.dang@hotmail.fr
Quôc-Dung Dang est doctorant en civilisation britannique à l’Université Sorbonne Nouvelle et rattaché au CREW (Centre for Research on the English-speaking World, EA4399). Ses travaux s’inscrivent dans les domaines de la sociologie urbaine et des politiques d’intégration, et portent sur la gouvernance urbaine des quartiers dits « ethniques ». Sa thèse est une étude comparative du Chinatown londonien et du quartier asiatique du 13e arrondissement de Paris au travers d’un phénomène intitulé le « branding culturel ».

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search