Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20.12. L’entre-deux : espaces, pratiq...II. Migrations internes et intégr...Mobilités sociales et spatiales d...

2. L’entre-deux : espaces, pratiques et représentations
II. Migrations internes et intégration dans la région d’accueil

Mobilités sociales et spatiales d’Africain·es-Américain·es vers la banlieue de « l’entre-deux » dans la deuxième moitié du 20ème siècle : le cas d’Euclid, Ohio

Marion MARCHET

Résumés

À travers le cas d’étude d’Euclid, « banlieue proche » (inner-ring suburb) et anciennement industrielle de la métropole de Cleveland, en Ohio, cet article s’intéresse aux changements démographiques de ces banlieues « l’entre-deux » de la Surburbia du Midwest. D’abord largement délaissés dans les productions scientifiques comme culturelles au profit des banlieues pavillonnaires aisées, puis faisant l’objet plus récemment d’une attention accrue depuis les fortes mobilisations Black Lives Matter de 2014 à Ferguson, banlieue proche de Saint Louis, Missouri, ces espaces deviennent au cours de la deuxième moitié du 20ème siècle des sites privilégiés pour tout un pan de la « nouvelle classe moyenne noire » (the “New Black Middle Class”) alors en pleines mobilités sociales et spatiales. À travers une recherche en archives et la conduite d’entretiens d’histoire orale, cet article s’attache à reconstituer leurs parcours migratoires entamés à partir des années 1970 du centre de Cleveland, parfois d’ailleurs, jusqu’à Euclid. Il cherchera à démontrer ainsi combien, avant de se révéler, en ce début de 21ème siècle, comme de redoutables baromètres sur l’état des relations raciales aux États-Unis, ces espaces étaient d’abord porteurs des rêves et des ambitions d’un segment intermédiaire mais mobile de la population africaine-américaine revendiquant sa part de sécurité et de confort matériels en banlieue au sortir du Mouvement des droits civiques.

Haut de page

Texte intégral

1En août 2014, les projecteurs sont braqués sur Ferguson, une banlieue de Saint Louis dans le Missouri, après le meurtre du jeune africain-américain Michael Brown par un policier blanc. À la suite du soulèvement populaire qui s’ensuivit, nombre de commentateurs et commentatrices semblaient découvrir avec stupéfaction l’existence de banlieues majoritairement noires dont les problèmes – déclin urbain, paupérisation et fortes dynamiques d’exclusion raciales – étaient jadis associés aux centres-villes ghettoïsés des villes nord-américaines ; que « la crise urbaine », en somme, avait dépassé les frontières administratives des centres-villes pour devenir suburbaine.

  • 1 Comme le rappelle Vicino, l’urbaniste et militante Jane Jacobs anticipait déjà le déclin de banlieu (...)
  • 2 À titre de comparaison, d’après le recensement de 2020, le taux de pauvreté s’élève par exemple à 2 (...)

2Une historiographie, entamée dès 1986 avec la parution de l’ouvrage Trouble in Paradise de Mark Baldassare (Baldassare cité dans Vicino 2)1, s’efforce depuis de documenter le nouveau visage des banlieues nord-américaines (Anacker ; Archer, Solomonson et Sandul ; Kruse et Sugrue). Certaines études se sont penchées sur les expériences spécifiques des « banlieues proches » (inner-ring ou first-tier suburbs), particulièrement touchées par des phénomènes de déclin et de changements démographiques (Hanlon ; Vicino) et devenant des espaces à fortes exclusions raciales (Lake ; Gordon ; Straus). Au nord-est de Cleveland, en Ohio, la banlieue proche et anciennement industrielle d’Euclid, qui est aujourd’hui à plus de 60% africaine-américaine et dont le taux de pauvreté a considérablement augmenté ces trois dernières décennies pour avoisiner celui du centre de Cleveland2, fait partie de ces banlieues ouvrières du Midwest ayant fait l’expérience du déclin économique et d’une transition raciale dans la deuxième moitié du 20ème siècle. Toutefois, avant de devenir un espace en partie ghettoïsé et très racialement stratifié, Euclid était un temps un lieu d’empouvoirement économique et d’ascension sociale pour une génération d’Africain·es-Américain·es issue de la « Nouvelle classe moyenne noire » (« The New Black Middle Class », Bart) du centre de Cleveland, parfois d’ailleurs. Bien plus abordables que les autres du fait de leur passé industriel, mais offrant davantage de sécurité, de services publics qualitatifs, de possibilités matérielles et de perspectives d’ascension sociale que les quartiers du centre-ville en déclin, ces espaces de « l’entre-deux » de la Suburbia du Midwest n’ont pas été seulement des espaces où se sont « déversés » les problèmes des centres urbains comme la terminologie couramment usitée aujourd’hui par la communauté scientifique – « spillover suburbs » – le donne à penser.

3À partir d’un travail en archives puisant notamment dans la presse locale et des documents administratifs variés, ainsi qu’à travers des témoignages recueillis par le biais d’une quinzaine d’entretiens d’histoire orale effectués lors de séjours de recherche à Euclid entre 2017 et 2020, ce sont ainsi les parcours migratoires et d’ascension sociale de ces pionnier·es africain·es-américain·es de la banlieue de « l’entre deux » que cet article souhaite restituer.

1. Euclid : banlieue de « l’entre-deux » dans le Midwest industriel

  • 3 Entre 1947 et 1958, la ville de New York perdit par exemple jusqu’à 6% de ses emplois manufacturier (...)

4À rebours des raccourcis et des conceptions dominantes sur la ville nord-américaine, conférant à la banlieue résidentielle un statut quasi-hégémonique dans les productions scientifiques comme culturelles, la banlieue du Midwest fut également motrice de la production industrielle du pays. East Saint Louis, au sein de la métropole de Saint-Louis, Lackawanna à Buffalo ou encore Dearborn à Detroit comptent parmi les nombreuses « banlieues manufacturières » (Lewis) du Midwest qui se virent répondre aux besoins successifs nés des diverses vagues de restructuration économique — l’avènement de nouveaux processus de production, de modes de transports, ou encore l’évolution des besoins en main d’œuvre furent en effet autant de raisons qui poussèrent nombre d’industriels à s’établir par-delà les frontières de villes par ailleurs bondées et aux infrastructures difficilement réaménageables (Lewis 9-10 ; Nicolaides 127). Ainsi, il a été estimé que 32% des emplois manufacturiers des métropoles états-uniennes étaient localisés en banlieues au tournant du 20ème siècle ; en 1947, ce chiffre passa au-dessus de la barre des 41% (Harris 126). À Cleveland l’écart y fut d’autant plus prononcé qu’à New York ou à Chicago3 : les emplois manufacturiers chutèrent de 22% au sein de la ville et augmentèrent de près de 100% en banlieue sur la période 1947-1958 (Berry cité dans Vicino 12). Une historiographie restée marginale s’est ainsi employée à démontrer que la métropole industrielle nord-américaine, d’abord largement représentée par les fameux cercles concentriques théorisés au début du 20ème siècle par le sociologue Earnest W. Burgess, était en réalité davantage « polynucléaire » : plusieurs foyers industriels se formèrent au gré des vicissitudes économiques et sociétales décrites plus haut, et cela indépendamment des frontières administratives, artificielles ici, entre le centre et ses banlieues (Harris 126). L’industrialisation au sein de la métropole de Cleveland, où la banlieue d’Euclid émergea comme l’un de ces foyers industriels, est à ce titre un cas d’école.

  • 4 Le premier recensement pour le 20ème siècle date de 1910 et recense 1 953 personnes. (Ohio Departme (...)
  • 5 Entretien de Mrs Winifred Dempsey. “Oral Histories.” Euclid Public Library. https://www.euclidlibra (...)
  • 6 George A. Armington, ingénieur diplômé du Massachusetts Institute of Technologie et exerçant à l’un (...)
  • 7 La firme Ambler Realty Company, qui avait capitalisé sur l’industrialisation d’Euclid en faisant l’ (...)

5Administrativement constituée en « village » en 1903, alors qu’elle comptait moins de 2 000 habitant·es (Ohio Department of Development)4, Euclid était connue au 19ème et au début du 20ème siècles pour ses exploitations viticoles ainsi que ses cottages, faisant d’elle un lieu de retraite pour les vacancier·es de Cleveland (William 14-27). C’est au cours des années 1920 qu’elle acquit une identité de banlieue stable et résidentielle abritant une classe moyenne blanche mais modeste5 cherchant à fuir les problèmes de logement et de pollution du centre-ville de Cleveland. Cette dernière était en effet devenue à partir des années 1860, et grâce à des ressources minières et pétrolières notamment, l’un des véritables « miroir[s] de la Révolution industrielle américaine » ; la longue période de prospérité et d’entrepreneuriat industriel la conduisit au rang de sixième ville du pays à la veille de la Grande Dépression (Perry 16). Si Euclid, qui comptait déjà l’exploitation d’une saline et un chantier naval, accueillit les premiers sites industriels au cours de la décennie 19106, elle entendit néanmoins « préserver le caractère du Village », son « air frais » et sa « lumière », par opposition au « centre encombré, enfumé [de Cleveland]et propice aux accidents » (Haar 6-7). De tels efforts la conduisirent jusqu’à la Cour suprême, qui se prononça pour la première fois sur le droit de zonage des municipalités. Celle-ci accorda à Euclid, dans une décision historique rendue le 22 novembre 1926 (Village of Euclid v. Ambler Reality Co.), le droit de restreindre les usages d’entités privées afin de préserver une certaine harmonie7. L’élection d’un nouveau maire en 1927 la remettra toutefois sur la voie de l’industrialisation : le plus important producteur de cuivre et de laiton du pays, Chase Brass & Copper, ou encore du géant Addressograph-Multigraph (devenu ensuite AM International Inc.) s’y installèrent la décennie suivante. Ce fut toutefois le conflit mondial qui éclata en Europe en 1939 qui fit d’Euclid l’un des bastions industriels de la région, scellant ainsi sa trajectoire à rebours de celle empruntée par les banlieues pavillonnaires voisines de Cleveland sur le point de connaître un boom résidentiel sans précédent.

  • 8 Le Plain Dealer cite l’Ajax Manufacturing Co., Broaden Construction Co., Black Boring & Machine Co.(...)

6Durant la Seconde guerre mondiale, nombre d’usines implantées à Euclid furent en effet réquisitionnées pour participer à l’effort de guerre et d’autres encore furent érigées par le gouvernement fédéral pour répondre spécifiquement aux besoins militaires colossaux de l’époque. Ce fut notamment le cas de l’usine Thompson Aircraft Products Co., connue sous le nom de Tapco. Le géant de l’automobile Thompson Ramo Wooldrige (TRW Inc.), fondé à Cleveland au début du siècle et reconnu pour ses innovations en matière de moteurs automobiles, puis aéronautiques, vit en 1941, quelques mois avant que les États-Unis n'entrent formellement dans le conflit, la construction d’une quatrième usine à Euclid. Spécialisée dans la fabrication de soupapes destinées à équiper les moteurs de bombardiers, l’usine Tapco, dernier cri, était dotée de pas moins de neuf chaînes de production de plus de deux kilomètres chacune de long. Après les attaques japonaises à Pearl Harbor le 7 décembre 1941, qui propulsèrent les États-Unis dans le conflit, jusqu’à 12 000 employés œuvrèrent à la fabrication de près de 400 000 soupapes par mois à Euclid (Jacobson 40-53). Au-delà de TRW Inc., qui avec Chase Brass & Copper Co. et l’AM International Inc. représentaient ce qui était communément désigné localement comme les « Trois géants » (« The Big Three »), une liste impressionnante de noms locaux et régionaux8 implantés à Euclid participèrent partiellement ou entièrement à l’effort de guerre, faisant ainsi d’Euclid une banlieue « home front » de premier plan (« Euclid Pours Out Tools of Combat: Huge Factories Grow Where Grapes Once Flourished »).

7Durant les années qui suivirent la fin du conflit, d’autres grands groupes s’installèrent à Euclid, comme Fisher Body, filiale de General Motors, où 2700 personnes étaient embauchées au plus fort de son activité(« Fisher Body Division of General Motors Corp. »). Celle qui compte aujourd’hui 10 000 employé·es dans le monde et un chiffre d’affaires annuel de 3 milliards de dollars, Lincoln Electric, s’établit également à Euclid en 1951 (« Lincoln Electric Co. »). Au milieu des années 1950, jusqu’à 25 000 personnes environ furent employées à Euclid dans divers secteurs industriels, soit près de 40% de sa population (Cuyahoga County Regional Planning Commission 74).

8Si l’impressionnant bouillonnement industriel à Euclid fut circonscrit aux zones industrielles dans la moitié sud de la banlieue – entre les chemins de fer, où se trouve aujourd’hui l’autoroute I-90, et Euclid Avenue (voir carte) – il eut pour conséquence de transformer en profondeur l’ensemble de son parc immobilier. Euclid vit en effet éclore durant la guerre deux grands complexes d’appartements publics et « temporaires » destinés à loger les travailleurs. Les Euclid Homes d’abord, construites en 1942 aux portes de Cleveland et au nord des voies ferrées, pouvaient accueillir jusqu’à cinq cents familles. L’année suivante, le Lake Shore Village, avec une capacité de huit cents appartements, vit le jour plus au nord est d’Euclid. Parallèlement à ces grands ensembles, qui restèrent ouverts bien après la fin du conflit en dépit de leur caractère temporaire, de nombreux « garden apartments » – des petits immeubles de trois étages – furent construits afin de répondre à la pression immobilière durant mais aussi après la guerre, au retour des Vétérans, et lorsque des familles blanches de Cleveland, encouragées et soutenues dans leur « fuite » (white flight) par les différents dispositifs publics disponibles à l’époque (Katznelson), quittèrent massivement le centre pour la banlieue. Au début des années 1970, Euclid en comptait plus de 5 000, soit plus de la moitié de l’ensemble des logements habitables à cette époque (Cuyahoga County Regional Planning Commission 17-21). Parallèlement à ces appartements abordables, et dans un contexte de grand optimisme économique local comme national, la décennie 1960 fut également marquée par la construction de grands complexes plus luxueux : avec les Horizon House Apartments, l’Americana, les Normandy Towers, ou encore le Riviera, ce sont près de deux mille appartements qui vinrent fleurir en l’espace de quatre ans seulement les bordures du lac Erié. Si la ville comptait environ 5 000 logements en 1940, près de 25 000 y furent recensés à la fin des années 1960, témoignant ainsi du développement démographique et immobilier sans précédent aux marges de Cleveland (Cuyahoga County Regional Planning Commission 13). Euclid atteignit d’ailleurs son pic démographique cette décennie-là, avec plus de 71 550 personnes, pour la grande majorité blanches, recensées en 1970 (Ohio Department of Development).

  • 9This state of the city address can be taken as a declaration of war. […] A declaration against tho (...)

9Après des décennies de croissance économique, démographique et de développement urbain, c’est à partir des années 1970 que le vent commença à tourner pour Euclid lorsqu’il fut question des premiers plans de licenciement et de délocalisation de la production. Alors que Cleveland, en 1978, devenait la première ville du pays à faire défaut depuis la Grande Dépression (Perry 18), l’ensemble de l’aire métropolitaine perdit jusqu’à 30% de la totalité de ses emplois durant la brève période 1979-1983, et les premiers signes de relance économique se succédèrent à une nouvelle récession dès 1991 (Hill 53). Euclid ne fut clairement pas épargnée : « Le chômage nous a mis à terre » déclarait le maire Anthony J. Guinta (1980-1987) dans son deuxième discours inaugural prononcé en février 1983, avant d’annoncer un taux de chômage local à 20% (Guinta). Ce fut son successeur David Lynch (1988-1995) qui, dans un sursaut réformiste, mit en place les politiques néolibérales les plus virulentes pour contrer des indicateurs de plus en plus alarmants ; en 1993, celui-ci asséna : « ce discours sur l’état de la ville peut être pris comme une déclaration de guerre. […] Une déclaration contre ceux qui affirment qu’Euclid ne peut pas éviter d’être emportée par le syndrome des banlieues proches9 » (Lynch).

10Presque entièrement autonomes d’un point de vue fiscal, et dépendant par conséquent essentiellement de ses revenus locaux pour financer ses services publics tels que les écoles publiques ou la police municipale, les municipalités nord-américaines sont particulièrement vulnérables face à des évolutions économiques et démographiques défavorables. Les restructurations macroéconomiques, entrainant la délocalisation de la production, couplées à des facteurs plus locaux comme l’étalement suburbain et la fuite de capitaux dans des banlieues plus excentrées, notamment celles situées au-delà du Comté de Cuyahoga dans lequel se trouvent la ville de Cleveland et ses banlieues proches dont Euclid, eurent en effet des conséquences plus que pernicieuses pour cette dernière. Outre la perte de revenus fiscaux en raison des fermetures des sites industriels, Euclid fut comme ses voisines confrontée à une chute démographique, elle aussi fatale pour ses recettes fiscales en ce que celles-ci reposent en grande partie sur les impôts fonciers : entre la période 1994-2017, les dix-huit banlieues ayant chacune une frontière avec la ville de Cleveland enregistrèrent une perte de près de 5 milliards (- 25%) de dollars de revenus fonciers ; inversement, les banlieues situées dans les comtés adjacents – les comtés de Lorain, Medina et Summit au sud et sud-ouest ; les comtés de Portage, Geauga et Lake au sud, sud-est et nord-est de Cleveland – en engrangèrent près de 17 milliards (+ 59%) sur la même période (Bier 2).

11Avec des infrastructures et un parc immobilier vieillissants, une situation budgétaire et des services municipaux défaillants, Euclid devint ainsi, comme Ferguson, une banlieue de « seconde main » (Gordon 9, 127) pour les populations, majoritairement africaines-américaines, qui commencèrent à s’y installer au cours des années 1970, une fois son âge d’or industriel et sa fièvre immobilière révolus. Toutefois, avant de connaître les sérieuses difficultés auxquelles Euclid est confrontée aujourd’hui, son immobilier abordable répondit aux besoins en logement d’un segment de la « nouvelle classe moyenne noire » de Cleveland (Landry) qui, bien que fragile socio-économiquement, était prêt à revendiquer sa part de confort et de sécurité en banlieue. Afin de mieux saisir les spécificités de leurs statuts et de leur parcours, la prochaine section propose d’abord un bref panorama des migrations africain.es-américain.es en banlieues.

2. Mobilités des Africain·es-Américain·es vers la banlieue dans la deuxième moitié du 20ème siècle : tendances nationales et métropolitaines

12Dans le sillage des « quatre grandes migrations » (Berlin) dont les Africain·es-Américain·es ont fait l’expérience depuis leur arrachement aux terres africaines, et dans la continuité d’une Grande Migration qui les conduisirent, dans leur quête d’émancipation, du sud vers le Nord industriel, où se formèrent les ghettos noirs au sein des centres urbains des grandes métropoles, les mobilités massives d’Africain·es-Américain·es de ces centres vers la banlieue représentent « l’un des mouvements démographiques les plus importants du 20ème siècle » (Wiese 1-12). Bien que des banlieues noires, semi-rurales, émergèrent durant la période de Grande Migration, comme Chagrin Falls, située à une trentaine de kilomètre du centre de Cleveland à l’extrémité du Comté de Cuyahoga, c’est dans la deuxième moitié du 20ème siècle que ce mouvement migratoire fut le plus massif. Environ 9 millions de personnes africaines-américaines s’installèrent en banlieue entre 1960 et 2000. En 2000 plus d’un tiers d’entre elles résidaient en banlieue, soit près de 12 millions de personnes (Wiese 1). Les années 1970 marquèrent un nouveau tournant dans cette histoire en ce qu’elles virent l’émergence de banlieues dites majoritairement noires (majority-black suburbs) : en 1980, plus d’un million d’Africain·es-Américain·es, soit 18% de la population noire implantée en banlieue à travers le pays, résidaient dans l’une des centaines de banlieues des États-Unis où la population africaine-américaine y était majoritaire (Wiese 217).

  • 10 Si le vocable utilisé par les sociologues américain·es est singulier, l’expression regroupe plusieu (...)
  • 11 Voir également Benjamin P. Bowser : ce dernier parle quant à lui de l’émergence, à partir des année (...)

13Si les migrant·es pauvres venant directement du Sud investirent des banlieues du Nord durant la moitié du 20ème siècle (Wiese), ce fut, dans la deuxième moitié, « la nouvelle classe moyenne noire » (Landry) nouvellement constituée et dont les membres résidaient déjà principalement dans les centres-villes qui fut cette fois motrice du mouvement. Fruit de plusieurs processus concomitants, cette nouvelle classe moyenne africaine-américaine émergea dans la période d’après-guerre notamment grâce à un contexte économique favorable et à un taux d’emploi public élevé. Plus diplômés et occupant une plus grande diversité d’emplois non manuels issus des secteurs du commerce, des services, de la santé, de l’éducation, ou des administrations publiques, ses membres, aux profils socioéconomiques variés10, reflétèrent davantage les niveaux d’éducation, de revenus, ainsi que les choix de vie et les habitudes de consommation de leurs pairs blancs (Lacy ; Landry ; Pattillo)11. Dans un contexte d’avancées raciales notables liées au Mouvement des droits civiques, et d’une situation économique elle aussi favorable, la tombée de certaines barrières raciales et l’élévation de leur niveau de vie se traduisirent ainsi par une mobilité géographique de ces groupes vers la banlieue.

  • 12 À Cleveland, c’était le cas par exemple du Cuyahoga Pan, créé en 1974, ou du East Suburban Council (...)

14En effet soutenue par un activisme local comme fédéral visant à « ouvrir » et à déségréguer la banlieue, cette nouvelle classe moyenne noire investit nombre d’espaces au pourtour des villes restés jusque-là majoritairement blancs. Si elles ne visaient pas spécifiquement les banlieues, les grandes lois signées par le Président démocrate Johnson (1964-1969) et œuvrant à éradiquer entre autres les discriminations raciales en matière de logement, comme le Fair Housing Act d’avril 1968 ou le Housing and Urban Development Act signé quatre mois plus tard, furent en effet des premiers pas décisifs en ce sens. Étonnamment, ce fut sous le président républicain Nixon (1970-1973), et plus particulièrement à travers le leadership de George Romney à la tête du Département du logement du développement urbain (Housing and Urban Development, HUD), que des initiatives ambitieuses telles que Open Communities s’attaquèrent plus frontalement à la question de l’homogénéité sociale et raciale des banlieues (Lamb). Se heurtant néanmoins à une forte contestation au sein de municipalités déterminées à combattre « l’intégration forcée » par Washington, les autorités fédérales prônèrent largement par la suite, dès la fin de l’année 1970, un laissez-faire en la matière. Les institutions privées, bancaires notamment via de nouvelles innovations financières telles que les fameux prêts Subprimes qui conduisirent au fiasco financier de 2008, se suppléèrent ainsi peu à peu à la puissance publique dans le vaste projet d’étendre l’accès à la propriété, et par extension la banlieue, aux minorités (Lamb ; Taylor). Sur le terrain, via des campagnes publicitaires destinées aux personnes racisées (affirmative marketing), certaines associations grassroots œuvrèrent quant à elles à faire tomber les solides barrières raciales érigées notamment par les agences immobilières rétives à promouvoir aux minorités raciales des logements disponibles dans les banlieues blanches12. D’autres organisations, actives quant à elles dans les tribunaux, veillaient à ce que les engagements fédéraux comme ceux des municipalités en matière d’intégration raciale en banlieue soient respectés (Keating). Malgré des obstacles considérables, les populations africaines-américaines purent investir massivement la banlieue dans la deuxième moitié du 20ème siècle.

  • 13 D’après le recensement de 1970, et à titre de comparaison, la ville de Cleveland était à 38.3% afri (...)

15Dans la métropole de Cleveland, un peu plus de 4 000 personnes africaines-américaines seulement furent recensées en 1960 dans les banlieues du Comté de Cuyahoga soit moins de 1% de la population totale du Comté (voir fig. 1). Si la banlieue huppée de Shaker Heights accueillit plus ou moins sereinement des familles africaines-américaines issues des classes aisées au cours des années 1960, ce fut dans la banlieue d’East Cleveland, quelques kilomètres au nord de Shaker Heights, que des familles plus modestes mais incarnant cette « nouvelle classe moyenne » noire s’y installèrent. East Cleveland connut un renversement démographique spectaculaire : entre 1960 et 1970, plus de 23 000 Africain·es-Américain·es remplacèrent 21 000 résident·es blanc·hes, faisant d’elle la première banlieue proche majoritairement (60%) africaine-américaine avant la fin de la décennie (Wiese 251-252)13. Comme les chiffres ci-dessous le mettent en évidence, ce fut à partir de la décennie 1970 que le mouvement vers la banlieue fut plus massif et diffus à travers le Comté. Euclid, située près d’East Cleveland et dans le prolongement des quartiers périphériques désormais entièrement noirs de Cleveland, absorba une partie de ces familles de Cleveland alors en pleine mobilité sociale et géographique.

Fig. 1 : Population africaine-américaine des banlieues du Comté de Cuyahoga (1960-2019)

Population africaine-américaine des banlieues du Comté de Cuyahoga

%

1960

4 140

0,25 %

1970

33 259

1,93 %

1980

89 360

5,96 %

1990

115 514

8,20 %

2000

140 033

10,04 %

2010

169 830

13,28 %

2019

174 147

14,09 %

Tableau réalisé par l’autrice à partir des données suivantes : Steven Ruggles, Sarah Flood, Sophia Foster, Ronald Goeken, Jose Pacas, Megan Schouweiler et Matthew Sobek, IPUMS USA, Version 11.0 (dataset), Minneapolis, Minnesota, 2021. Consulté le 1 octobre 2021. <https://doi.org/​10.18128/​D010.V11.0>. Pour la décennie 1970 : Tableau « General Characteristics of the Population Cleveland, Ohio: 1970 », 1970 Census Population and Housing: Census Tracts, US Census Bureau, 1972, p. 1. Consulté le 15 mai 2019. <https://www.census.gov/​library/​publications/​1972/​dec/​phc-1.html>

3. Euclid : Parcours migratoires des Africain·es-Américain·es de « l’entre-deux »

16Avec 299 personnes recensées, la population africaine-américaine d’Euclid s’élevait à moins d’1% de sa population totale de la ville en 1970. Ce fut au cours de cette décennie que la population noire commença à augmenter de manière significative, pour atteindre 7,6% en 1980, et ensuite doubler la décennie suivante et à nouveau doubler au cours des années 1990 : 30% environ de la population d’Euclid était africaine-américaine en 2000. Cette trajectoire démographique continua de s’accélérer au cours des années 2000, durant lesquelles Euclid devint une banlieue majoritairement africaine-américaine (majority-black suburb). Aujourd’hui, plus de 60% de la population d’Euclid est africaine-américaine (cf. fig. 2)

Fig. 2 : Population africaine-américaine d’Euclid (1970-2019)

Population totale d’Euclid

Population africaine-américaine d’Euclid

% africain-américain

1970

71 552

299

0,04 %

1980

59 999

4 560

7,6 %

1990

54 875

8 890

16,2 %

2000

52 674

16 114

30,59 %

2010

48 920

25 751

52,64 %

2019

47 159

29 238

62 %

Tableau réalisé par l’autrice à partir des données suivantes : « QuickFacts: Euclid, Ohio », United States Census Bureau. Consulté le 17 septembre 2021. <https://www.census.gov/​quickfacts/​euclidcityohio> ; Tableau 1 « Population of Euclid by race » dans Thomas J. Sugrue, United States v. City of Euclid, Ohio: Expert Report, 1er février 2007, p. 11. Rapport envoyé par l’auteur par email

  • 14 À titre de comparaison, la valeur médiane des maisons individuelles en 1970 s’élevait à 23 450 doll (...)

17Avant d’être la destination de familles africaines-américaines de plus en plus précaires de la métropole de Cleveland, ce qui devint notamment le cas durant la décennie de bascule des années 1990, Euclid fut le site privilégié d’une première cohorte de résident·es africain·es-américain·es mobiles et au statut social ascendant (« aspiring black families », Wiese 252). Ces dernier·es profitèrent en effet de l’offre immobilière diverse et bon marché d’Euclid, résultant de son histoire industrielle particulière, pour quitter le centre de Cleveland, louer et/ou avoir accès à la propriété, à un cadre de vie confortable et à des services municipaux de qualité, là où cela leur était impossible dans d’autres banlieues de la métropole (Keating 154)14.

18Pharmacienne née en Louisiane, et fraîchement arrivée en Ohio pour un emploi dans un centre hospitalier de Cleveland, Rose fut parmi les premier·es résident·es africain·es-américain·es à intégrer le Watergate, l’un des grands complexes résidentiels situé au bord du lac Érié (voir carte, « Watergate/North Pointe Apartments »). Arrivée à l’automne 1976, Rose se remémore avec joie et fierté ses premières années passées dans cet endroit réputé « select » d’Euclid qu’elle pouvait s’offrir avec son nouveau salaire de pharmacienne :

  • 15 Entretien avec Rose du 3 mai 2018. “She showed me the apartment and I said « I take it! ». No probl (...)

Elle [la responsable du complexe] ma montré lappartement et jai dit « je le prends ! ». […] Sans aucun problème [de racisme]. Avec mon travail je pouvais me le payer. […]. Et lorsque je suis retournée au travail, mes collègues mont dit « Tu plaisantes ! Cest un endroit select ! »15

  • 16 Ibid. “And I continued to live there mainly for the view. It’s convenient—you have public transport (...)

Et jai continué à vivre là-bas, principalement pour la vue. Cest pratique — vous avez les transports en commun en bas de la rue qui vous mènent jusquau Downtown de Cleveland sans avoir à transiter. […]. Cest proche des autoroutes. […]. Jadorais vivre là-bas ! Des personnes de l’étranger vivaient ici, des employés en col blanc. On avait un court de tennis, des salles pour faire du golf, du ping-pong — on avait toutes sortes de services, on avait même un sauna et une piscine intérieure, et, vraiment, tous les services auxquels vous pouvez penser on les avait, on avait un espace de lavage pour nos voitures à lextérieur des garages. […] On avait tout ça16.

19Si le Watergate et les autres complexes alentour accueillirent progressivement d’autres familles africaines-américaines qui préférèrent la flexibilité d’un appartement en location tout en profitant d’un confort qui traduit leur nouveau statut social intermédiaire, ils représentaient en réalité une exception pour le nord d’Euclid, resté dans un premier temps largement blanche : avant les années 1990, comme la carte ci-dessous le met en évidence, les populations noires étaient majoritairement confinées dans les quartiers situés au sud de l’autoroute I-90 où se trouvaient les zones industrielles. Toutefois, malgré des choix résidentiels fortement restreints et une ségrégation de plus en plus prononcée au sein des immeubles, cette première génération d’Africain·es-Américain·es réussirent à poursuivre leur ascension sociale à Euclid.

  • 17 East Cleveland représente, à échelle nationale, l’un des exemples les plus marquants d’une banlieue (...)
  • 18 Entretien avec Marsha, 22 mai 2017. “They had a lot of minority population, they started moving in (...)

20Ce fut le cas de Marsha et de son mari, qui firent partie des « pionnier·es » locataires du sud d’Euclid. Après avoir vécu quelque temps dans le centre de Cleveland, où elle exerçait son métier d’enseignante dans les écoles publiques, tou·tes deux vécurent d’abord une courte année dans la banlieue d’East Cleveland, point de chute comme nous l’avons vu des classes moyennes noires au cours des années 1960. Confronté·es à la ségrégation fulgurante d’East Cleveland, par ailleurs en proie à de sérieuses difficultés budgétaires et économiques17, le couple décida de la quitter en 1971 pour s’installer à Euclid, dans le Parklawn Gardens (voir carte, « Euclid Avenue Est »). Bien que rapidement ségrégué, Marsha se remémore un environnement tout à fait agréable à vivre, reflétant là aussi un statut social de classe moyenne, certes modeste mais néanmoins loin de la pauvreté de Cleveland et East Cleveland : « Il y avait beaucoup de minorités, ils ont commencé à emménager là où j’habitais. Mais ils [les appartements] étaient merveilleux : il y avait une piscine, des courts de tennis et un terrain de basket18 ». En 1986, après plus de dix années passées dans cet immeuble, Marsha eut le temps de consolider son statut. Désormais proviseure d’un collège à Cleveland et mère d’une petite fille, elle put faire l’acquisition avec son mari d’une maison dans le quartier majoritairement blanc d’Indian Hills, situé à quelques kilomètres au sud-ouest d’Euclid (voir carte, « Indian Hills »), devenant ainsi la première génération de propriétaires de leurs familles respectives.

  • 19 Entretien avec Ed du 10 avril 2017. a house you can age in.”
  • 20 Ibid. “See, you look for areas where you can have a middle-class status.”

21Juché sur sa colline et entouré de bois, Indian Hills se démarque des autres quartiers du « Sud » et se rapproche davantage des lotissements pavillonnaires typiques de la Surburbia nord-américaine. Ce fut également là-bas qu’Ed s’y installa un an plus tard avec son épouse. Son parcours témoigne lui aussi d’une trajectoire ascendante marquée par une profonde volonté de devenir propriétaire et d’intégrer la classe moyenne. Né dans les quartiers pauvres du centre de Cleveland, Ed fut durant 42 ans employé à temps partiel aux services postaux de la ville en plus de cumuler un autre emploi de technicien au centre médical Cleveland Clinic. C’est à Euclid qu’il put faire l’acquisition de la maison « idéale », pilier d’un rêve américain guidant nombre de leurs choix, et dans laquelle lui et sa femme pouvaient non seulement « vieillir19 » mais aussi incarner son statut de classe moyenne20. Interrogé sur le choix d’Euclid spécifiquement, Ed insista sur le cadre et le prix accessible de l’immobilier :

Je regardais les différents quartiers. Je cherchais un endroit pour, hum, une belle maison, dans un beau cadre, un quartier boisé — boisé car, comme je lai déjà dit, jaime être entouré de la nature.

  • 21 Ibid.I would look around for areas. I was looking for areas for a, hum, a nice home, nice surroun (...)

Mon ami aux services postaux ma dit « il y a de beaux endroits qui pourraient tintéresser » et jai dit « où ça » et il ma dit que cest sur la colline près de lavenue. Je ny étais jamais allé. Il ma dit où c’était et un dimanche on a décidé dy aller. On avait regardé des maisons ailleurs, dans le quartier de Bedford [au sud-ouest de Cleveland], beaucoup dappartements en duplex, des maisons coloniales… Ça ne mintéressait pas, je voulais une maison individuelle. Et lorsque jai vu le quartier, phew ! Ça ma frappé tellement que c’était beau. C’était en dehors de Cleveland mais pas trop loin non plus. Les parcelles étaient plus grandes. Et c’était abordable. C’était dans lordre de prix que je souhaitais. C'est pour ça que je ne suis pas allé à Shaker… Solon. Disons que jaurais pu me le payer mais pour moi ça ne faisait pas sens, pas pour la qualité des maisons. Et donc lorsque jai vu la maison [à Euclid], je me suis rendu en voiture dans le quartier et jai dit « Ça y est ! Plus besoin daller voir à Shaker21 ! » 

  • 22 Entretien avec Pearletha du 29 mai 2018. “We had looked everywhere — Shaker, Cleveland Heights, we (...)

22Enfin, au pied de la colline d’Indian Hills et de l’autre côté d’Euclid Avenue (voir carte, « Euclid Avenue Ouest »), Pearletha et son mari étaient quant à eux déjà propriétaires, depuis 1978, de leur première maison. Arrivée en Ohio lorsqu’elle avait une vingtaine d’années, cette assistante sociale native de l’Alabama garde de mauvais souvenirs de ses premières années passées dans le centre de Cleveland au début des années 1970. Après s’être excentrée dans le quartier de Kinsman, un peu plus à l’est, afin d’y être plus en sécurité, c’est à Euclid qu’elle et son mari, résidant au Watergate cité plus haut, s’installèrent : « On avait regardé partout — Shaker, Cleveland Heights, on avait regardé dans le quartier de Lee-Harvard [à Cleveland] et… Et rien ne semblait me plaire22». L’interrogeant sur ce qui lui plut à Euclid, Pearletha insista elle aussi sur le prix très bon marché des maisons à Euclid ainsi que sur le cadre de vie semblable à celui qu’elle connaissait dans le Sud :

  • 23 Ibid. “I think I went back to my heritage, the South, and Euclid gave me that home feeling. And tha (...)

Je crois que je suis revenue à mes racines, le Sud, et Euclid ma donné cette impression d’être chez moi. Et c’était ce dont javais lhabitude, hum, un environnement comme celui-là — les gens étaient très aimables, le paysage était beau, et c’était une petite communauté, ce n’était pas envahi de gens, et jadorais ça. […] Les parasols et les tables de plage, c’était un autre monde ! Les appartements du complexe Indian Hills de lautre côté de la rue où nous avons acheté notre maison — c’était le plus bel endroit, je m’étais dit « oh mon dieu, cest comme à la maison ! » Voilà, et c’était bien davoir une aire de jeux au bout de la rue, l’école n’était pas loin de là où on résidait pour les enfants, le quartier était beau, les gens étaient merveilleux23.

23Comme pour Ed, Marsha et leurs familles respectives, c’est à Euclid que Pearletha et son mari purent ainsi avoir accès à une qualité de vie supérieure à celle qu’iels connaissaient en dépit de leurs revenus modestes.

Conclusion

24Nous l’avons vu à travers ces brefs fragments de vie et les fortes ambitions de celles et ceux qui les ont partagés, Euclid, banlieue abordable située aux portes de Cleveland et dans le prolongement des quartiers noirs de l’est de la ville, permit à une cohorte particulière de la population noire de Cleveland, et parfois d’ailleurs, d’assouvir ses désirs de confort en banlieue en dépit d’un statut socioéconomique plus fragile. Il s’agissait ici de restituer une brève histoire de ces banlieues de « l’entre-deux » largement occultée ; ces dernières représentent pourtant, malgré des situations aujourd’hui difficiles, de formidables laboratoires pour saisir les expériences de mobilités géographique et sociale d’un large segment de la population noire états-unienne au cours des années 1970.

  • 24 Ibid. “Little did I know that I was walking into a time bomb.”

25Leur tissu urbain particulier et leur offre immobilière abordable, se situant entre des centres urbains paupérisés et des banlieues résidentielles socialement et racialement excluantes, répondirent aux besoins de ces familles noires dont les migrations en dehors des centres-villes reflétèrent leurs trajectoires sociales ascendantes. Toutefois, une réalité raciale bien plus sombre se succéda rapidement à l’optimisme de ces témoignages. Ainsi que le confia notamment Pearletha, confrontée comme d’autres non seulement au racisme dans les écoles publiques, encore largement blanches lorsque ses enfants y étaient scolarisés dans les années 1980, mais également au délabrement de son quartier et à la chute de la valeur immobilière de sa maison à partir des années 1990 : « J’étais loin de m’imaginer que je mettais les pieds dans une poudrière24 ». Le « syndrome des banlieues proches », particulièrement aigu à Euclid, se combina en effet à un capitalisme racial prédateur et à un appareil d’État oppressif et excluant (Jenkins et Leroy ; Gordon ; Robinson ; Taylor) ; après les avancées considérables au sortir du Mouvement des droits civiques, ces espaces de « l’entre-deux » de la Suburbia nord-américaine, dont les profondes transformations et dynamiques raciales furent éclipsées par les célébrations d’une société soi-disant post-raciale, demeurent aujourd’hui de redoutables baromètres évaluant l’état de la justice raciale aux États-Unis.

Haut de page

Bibliographie

Anacker, Katrin B. The New American Suburb: Poverty, Race and the Economic Crisis. Routledge, 2016.

Archer, John, Katherine Solomonson, et Paul J. P. Sandul. Making Suburbia: New Histories of Everyday America. University of Minnesota Press, 2015.

Baldassare, Mark. Trouble in Paradise: The Suburban Transformation in America. Columbia University Press, 1986.

Berlin, Ira. The Making of African America: The Four Great Migrations. Penguin Publishing Group, 2010.

Berry, Brian J. L. et Saul B. Cohen, “Decentralization of Commerce and Industry: The Restructuring of Metropolitan America.” Edited by Massotti, L. H. et H. K. Hadden, The Urbanization of Suburbs. Sage Publications, 1973.

Bier, Thomas. “Presentation to the Ohio Regional Econonmic Development Alliance Study Committee.” Urban Publications, Maxine Goodman Levin College of Urban Affairs, 20 décembre 2018. Web. 17 février 2020.

Bowser, Benjamin P. The Black Middle Class: Social Mobility--and Vulnerability. Lynne Rienner, 2007.

Cuyahoga County Regional Planning Commission, “Euclid, Ohio: Master Plan.” 1971. Consulté au Euclid Historical Society and Museum.

“Euclid Pours Out Tools of Combat: Huge Factories Grow Where Grapes Once Flourished”, Plain Dealer, 27 mars 1942, p.10. NewsBank. Consulté le 28 janvier 2020.

“Fisher Body Division of General Motors Corp.” Encyclopedia of Cleveland History, https://case.edu/ech/articles/f/fisher-body-division-general-motors-corp. Consulté le 1 février 2020.

Glass, Michael R. Schooling Suburbia: The Politics of School Finance in Postwar Long Island, thèse de doctorat, Princeton University, 2020.

Gordon, Colin. Citizen Brown: Race, Democracy, and Inequality in the St. Louis Suburbs. University of Chicago Press, 2019.

Guinta, Anthony J. Discours inaugural. Euclid Sun Journal, 17 février 1983. Euclid Public Library. https://www.euclidlibrary.org/content/euclid-sun-journal-0. Consulté le 8 février 2020.

Hanlon, Bernadette. Once the American Dream: Inner-Ring Suburbs of the Metropolitan United States. Temple University Press, 2009.

Harris, Richard et Robert Lewis. “The Geography of North American Cities and Suburbs, 1900-1950: A New Synthesis.” Journal of Urban History, vol. 27, n° 3, 1er mars 2001, pp. 262-292.

Haar, Charles M. et Jerold S. Kayden. Zoning and the American Dream: Promises Still to Keep. Routledge, 2019.

Hill, Edward W. “The Cleveland Economy: A Case Study of Economic Restructuring” Cleveland: A Metropolitan Reader, édité par Dennis W. Keating et al. Kent State University Press, 1995, pp. 53-86.

Jacobson, Timothy C. TRW 1901-2001: A Tradition of Innovation. TRW Inc., 2001.

Jenkins, Destin, et Justin Leroy, ed. Histories of Racial Capitalism. Columbia University Press, 2021.

Katznelson, Ira. When Affirmative Action Was White: An Untold History of Racial Inequality in Twentieth Century America. W. W. Norton & Company, 2006.

Keating, Denis W. The Suburban Racial Dilemma: Housing and Neighborhoods. Temple University Press, 1994.

Kruse, Kevin M., et Thomas Sugrue. The New Suburban History. University of Chicago Press, 2006.

Lacy, Karyn R. Blue-Chip Black: Race, Class and Status in the New Black Middle Class. University of California Press, 2007.

Lynch, David. Discours sur l’état de la ville. Euclid Sun Journal, 4 février 1993. “Euclid Sun Journal”, Euclid Public Library. https://www.euclidlibrary.org/content/euclid-sun-journal-0. Consulté le 8 février 2020.

Lake, Robert W. The New Suburbanites: Race and Housing in the Suburbs. Routledge, 2017.

Lamb, Charles M. Housing Segregation in Suburban America since 1960. Cambridge University Press, 2005.

Landry, Bart. The New Black Middle Class. University of California Press, 1987.

“Lincoln Electric Co.” Encyclopedia of Cleveland History, https://case.edu/ech/articles/l/lincoln-electric-co. Consulté le 1er février 2020.

Lewis, Robert D. Manufacturing Suburbs: Building Work and Home on the Metropolitan Fringe. Temple University Press, 2008.

Nicolaides, Beck M. et Andrew Wiese. The Suburb Reader. Routledge, 2006.

Ohio Department of Development, “Historic Census Populations of all Incorporated Ohio Places, 1910-2010.” https://development.ohio.gov/reports/reports_censusarchive_map.htm. Consulté le 20 janvier 2020.

Pattillo, Mary. Black Picket Fences: Privilege & Peril Among the Black Middle Class. Chiacgo University Press, [1999] 2003.

Perry, David C. “Cleveland: Journey to Maturity.” Cleveland: A Metropolitan Reader, édité par Dennis W. Keating et al. Kent State University Press, 1995, pp. 11-26.

“Population of Euclid by Race”, tableau 1 dans Thomas J. Sugrue, United States v. City of Euclid, Ohio: Expert Report, 1er février 2007, p. 11. Rapport envoyé par l’auteur par email.

“QuickFacts: Cuyahoga County, Euclid, Cleveland City, Ohio”, United States Census Bureau. https://www.census.gov/quickfacts/fact/table/cuyahogacountyohio,euclidcityohio,clevelandcityohio/POP010220. Consulté le 7 octobre 2022.

Robinson, Cedric J. Black Marxism: The Making of the Black Radical Tradition. University of North Carolina Press, [1983] 2005.

Straus, Emily E. Death of a Suburban Dream: Race and Schools in Compton. California. University of Pennsylvania Press, 2014.

Taylor, Keeanga-Yamahtta. Race for Profit: How Banks and the Real Estate Industry Undermined Black Homeownership. University of North Carolina Press, 2019.

Vicino, Thomas J. Transforming Race and Class in Suburbia. Palgrave Macmillan, 2008.

Wiese, Andrew. Places of their Own: African American Suburbanization in the Twentieth Century. The University of Chicago Press, 2004.

Williams, John. A History of the City of Euclid. Euclid Historical Society and Museum, 2003.

Haut de page

Notes

1 Comme le rappelle Vicino, l’urbaniste et militante Jane Jacobs anticipait déjà le déclin de banlieues dans son ouvrage phare Death and Life of Great American Cities de 1961 (Vicino 4).

2 À titre de comparaison, d’après le recensement de 2020, le taux de pauvreté s’élève par exemple à 20% à Euclid contre 32% à Cleveland et 15,3% à l’échelle du Comté de Cuyahoga où se trouvent Cleveland et ses banlieues proches dont Euclid (« QuickFacts: Cuyahoga County, Euclid, Cleveland City, Ohio »).

3 Entre 1947 et 1958, la ville de New York perdit par exemple jusqu’à 6% de ses emplois manufacturiers tandis que sa banlieue en gagna environ 37% ; Chicago en perdit 18% pour voir son taux augmenter de 50% en banlieue. (Harris 126).

4 Le premier recensement pour le 20ème siècle date de 1910 et recense 1 953 personnes. (Ohio Department of Development).

5 Entretien de Mrs Winifred Dempsey. “Oral Histories.” Euclid Public Library. https://www.euclidlibrary.org/content/oral-histories. Consulté le 17 janvier 2020.

6 George A. Armington, ingénieur diplômé du Massachusetts Institute of Technologie et exerçant à l’université locale nouvellement fondée Case Western Reserve, emménagea à Euclid en 1910. Il emmena avec lui la Cleveland Crane and Car Company, qu’il avait fondée en 1889 à Cleveland, et la rebaptisa Euclid Crane and Hoist Company. Pionnier en matière d’équipement agricole — tracteurs, pelleteuses et autres véhicules dernier cri de l’époque remplaçant chevaux et mules —, le groupe s’étendit davantage en 1931 en incorporant une nouvelle entité, la Euclid Road Machinery (et dont General Motors fit l’acquisition en 1953) Classeur “Euclid Road Machinery”, Euclid Historical Society and Museum.

7 La firme Ambler Realty Company, qui avait capitalisé sur l’industrialisation d’Euclid en faisant l’acquisition d’une trentaine d’hectares dans la perspective de revendre des parcelles à des industriels, avait contesté les « lois de zonages » mises en vigueur par les autorités locales dans leur volonté de réguler et harmoniser la ville en différentes zones selon les usages (résidentiel, commercial, industriel). La Cour suprême valida de telles initiatives dans la décision restée célèbre aujourd’hui Village of Euclid v. Ambler Reality Co.

8 Le Plain Dealer cite l’Ajax Manufacturing Co., Broaden Construction Co., Black Boring & Machine Co., Chandler Products Corp., Cleveland Hobbing Machine Co., Cleveland Rock Wool Co., Cleveland Tractor Co, Cleveland Trencher Co., Curtis Key Co., E. W. Bliss Co., Euclid Electric & Manufacturing Co., Euclid Road Machinery Co., Hydraulic Equipment Co., Lindermere Tube Co., St. Clair Coal Co., et enfin Taylor-Bogis Foundry Co.

9This state of the city address can be taken as a declaration of war. […] A declaration against those who claim Euclid cannot avoid being swept away by the tide of the inner-ring syndrome.”

10 Si le vocable utilisé par les sociologues américain·es est singulier, l’expression regroupe plusieurs sous-catégories décrivant des profils divers : ces dernier·es distinguent en effet les classes moyennes inférieures (lower middle class), intermédiaire (middle class) et supérieure (upper middle class).

11 Voir également Benjamin P. Bowser : ce dernier parle quant à lui de l’émergence, à partir des années 1970, d’une « troisième classe moyenne noire », la première s’étant d’après lui constituée durant la période de Reconstruction, la deuxième au début du vingtième siècle durant la période jim crow (Bowser).

12 À Cleveland, c’était le cas par exemple du Cuyahoga Pan, créé en 1974, ou du East Suburban Council for Open Communities (ESCOC), créé en 1983, dont les activités en matière d’intégration raciale en banlieue, vinrent compléter celles des branches locales de la NAACP ou de la Urban League.

13 D’après le recensement de 1970, et à titre de comparaison, la ville de Cleveland était à 38.3% africaine-américaine. Tableau p-1 “General Characteristics of the Population Cleveland, Ohio: 1970”, 1970 Census Population and Housing: Census Tracts, US Census Bureau, 1972, p.1. Consulté le 15 mai 2019. <https://www.census.gov/library/publications/1972/dec/phc-1.html>.

14 À titre de comparaison, la valeur médiane des maisons individuelles en 1970 s’élevait à 23 450 dollars à Euclid contre 43 875 dollars à Shakers Heights, autre banlieue proche et cossue de Cleveland ; en 1980, elle était respectivement de 52 122 contre 100 603 dollars (en dollars de l’époque).

15 Entretien avec Rose du 3 mai 2018. “She showed me the apartment and I said « I take it! ». No problems. […] With my job I could afford it. I did not experience anything with race […]. And when I went back to work, my co-workers were like “you’ve got to be kidding! That’s an exclusive place!”

16 Ibid. “And I continued to live there mainly for the view. It’s convenient—you have public transportation down the street that goes all the way to Downtown Cleveland without having to change. […]. It’s close to the freeways. […]. I loved living there! We had international people, we had professional people. We had a tennis court, we had golf rooms, ping-pong rooms — we had all sorts of amenities, we even had a sauna and an indoor pool, and, I mean, every amenity you could think of we had it, we had a carwash right outside our garage. […] We had all of that.” 

17 East Cleveland représente, à échelle nationale, l’un des exemples les plus marquants d’une banlieue devenue noire en l’espace de 10 ans seulement et rapidement ghettoïsée. East Cleveland fut placée sous la tutelle de l’État d’Ohio en 1988 et reste aujourd’hui l’un des endroits les plus pauvres d’Ohio.

18 Entretien avec Marsha, 22 mai 2017. “They had a lot of minority population, they started moving in where I was. But they were really wonderful, they had a swimming pool, tennis courts, basketball.

19 Entretien avec Ed du 10 avril 2017. a house you can age in.”

20 Ibid. “See, you look for areas where you can have a middle-class status.”

21 Ibid.I would look around for areas. I was looking for areas for a, hum, a nice home, nice surroundings, woodsy neighborhood — woodsy, because I said I like, I like the feel of nature around me. […] My friend at the post office told me ‘there’re some nice places you might be interested in’, so I said ‘where’ and he said it was on the hill up on the avenue. I had never been there before. And he told me where it was and on a Sunday we decided to take a trip there. We had looked for other homes, in the Bedford areas, a lot duplexes, colonial houses… I wasn’t interested in that, I wanted a one-family plan home.

And when I saw that area, phew! That hit just like it was beautiful. It was away from Cleveland but still not too far away. Lots were larger. And it was affordable. It was in the range that I wanted to be. That’s why I didn’t go to Shaker… Solon. I mean I could have stretched myself but to me it didn’t make sense, not for the quality of homes. […] And so when I saw that, I drove up there and drove around and I said ‘this is it! I don’t need to look at Shaker!’.” (accentuation de l’interviewé).

22 Entretien avec Pearletha du 29 mai 2018. “We had looked everywhere — Shaker, Cleveland Heights, we looked in the Lee-Harvard area and… And nothing seemed to please me.

23 Ibid. “I think I went back to my heritage, the South, and Euclid gave me that home feeling. And that what I was used to, hum, surrounding like that — people were so friendly, beautiful landscape, and small community, it wasn’t overgrown with people, and I just loved it. […] The umbrellas and the beach tables, it was like a different world! The Indian Hills Apartment across the street from the house that I bought — the most beautiful area, I said ‘oh my god, it’s like home!’. You know, and it was nice to have a playground at the end of the street, the school wasn’t far from where we lived for the kids to go to school, the neighborhood was beautiful, the people were wonderful.

24 Ibid. “Little did I know that I was walking into a time bomb.”

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/15657/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 493k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion MARCHET, « Mobilités sociales et spatiales d’Africain·es-Américain·es vers la banlieue de « l’entre-deux » dans la deuxième moitié du 20ème siècle : le cas d’Euclid, Ohio »E-rea [En ligne], 20.1 | 2022, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/erea/15657 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.15657

Haut de page

Auteur

Marion MARCHET

Sorbonne Université, HDEA/EA 4086
marion.marchet@gmail.comAgrégée d’anglais, Marion Marchet est doctorante au laboratoire Histoire et dynamiques des espaces anglophones de Sorbonne Université (HDEA / EA4086). Elle est actuellement ATER au département d’études anglophones de Sorbonne Université, où elle enseigne de la civilisation nord-américaine.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search