Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20.11. Creative WritingI. PrefacePréface

Texte intégral

  • 1 Nous sommes très honorées qu’Anne Roche ait accepté de préfacer ce dossier et la remercions vivemen (...)
  • 2 On ne parlait pas encore d'écriture inclusive.

1En 1974, nous avons eu les honneurs de la première page du Figaro. M. Gaxotte, de l’Académie française, avait reçu on ne sait comment un texte émanant d’un de nos ateliers d’écriture, intitulé « French cooking », ce qui aurait pu vouloir dire « Français de cuisine » en anglais approximatif, et il s’indignait, non sans raison de son point de vue, que ses impôts pussent servir à financer une Université où on pratiquait le « canular » (son terme). Ce texte, jeu sur la faute d’orthographe et le lapsus, mais aussi sur la langue étrangère, avait sa place dans l’histoire singulière du groupe qui l’avait élaboré : hors contexte, il pouvait à bon droit scandaliser les lecteurs du Figaro. Geneviève Mouillaud et moi avons répondu à M. Gaxotte, pour tenter de lui faire entendre que, je nous cite, « la littérature, pour un étudiant en lettres,2 c’est ce dont il s’occupe sans cesse mais c’est ce que, par définition et en tant qu’étudiant, il n’a pas le droit de faire. Notre but : suspendre cet interdit. »

  • 3 On sait que les USA ont été les premiers à pratiquer le creative writing, en commençant par l’Unive (...)

2Si je raconte cette anecdote, c’est pour faire mesurer le chemin parcouru. Les ateliers d’écriture, je les ai « importés » à la Faculté des Lettres d’Aix à la rentrée 1968, en m’inspirant du modèle du creative writing que j’avais découvert à Chicago3: seule au tout début, assez rapidement rejointe par d’autres, minoritaires mais pas isolées, à la fois au département de Littérature française et surtout à celui qui s’appelait alors « expression contemporaine », regroupant théâtre, cinéma, arts plastiques. Notre programme de l’époque énonçait : « En tant qu’étudiant, futur chercheur ou futur enseignant, ou simplement en tant que lecteur, on rencontre toujours la question de l’écriture. Ce cours, loin d’être une “école ABC d’écriture”, se veut au contraire un essai pour poser ces questions de façon directe, sans l’appui ou la médiation de texte autorisés et célèbres, à partir des tentatives libres de chacun. »

3C’était il y a un demi-siècle. Depuis, les ateliers d’écriture ont connu une fortune paradoxale : à la fois une diffusion quantitative et multiple dans le champ social, et, tout de même, une relative acceptation dans le champ académique – je parle ici des études de littérature française. En témoigne le fait que, depuis peu d’années, l’Université accueille des thèses de création littéraire – ce qui était admis de longue date dans le domaine des arts visuels ; notre Université a été là aussi pionnière. Périodiquement, on le découvre : Le Monde des livres parlait naguère de « timides expériences en France » (20 novembre 2008), alors que de nombreuses expériences pratiques et théoriques se font un peu partout dans les Universités, à preuve la diversité de votre collectif. Peut-on donc, enfin, abandonner la posture « timide » ou défensive pour affirmer tout ce qu’apportent les apprentissages, au pluriel, de l’écriture, y compris sur le plan académique ?

  • 4 On en trouvera un riche aperçu in Claudette Oriol-Boyer et Daniel Bilous (dir.), Ateliers d’écritur (...)

4Il y a sans doute une spécificité du creative writing – désolée d’employer ce terme, mais les équivalents en français ne conviennent pas tout à fait : et voilà un défi pour vous autres traducteurs – dans le cadre des études anglicistes en France, dans la mesure où il se fait dans une langue qui n’est pas la langue maternelle. Cela dit, cette difficulté même est intéressante : elle ne peut que conduire à améliorer la compétence dans cette langue autre, tout en ayant des retombées fertiles sur la langue d’origine. A ce titre, la creative writing­ – pourquoi est-ce que mon ordinateur s’obstine à mettre un accent aigu sur le mot creative, est-ce sa manière, à la Gaxotte, de protester contre le franglais ? – doit forcément s’adosser à la didactique. Dans le domaine des études françaises, nombre d’expériences en ont montré l’efficacité. Mais il y a plus. Au-delà de l’extrême diversité des pratiques, et même parfois des présupposés théoriques4, tous ceux qui s’y engagent, que ce soit comme enseignants, animateurs, écrivains, ou comme élèves, étudiants, écrivains – oui, les étudiants écrivent aussi – s’accordent pour dire tout ce qu’ils y ont trouvé. Approfondissement conceptuel, maîtrise de la langue, des langues, découverte de soi, des autres, du monde, et surtout, le nouage essentiel de l’écriture avec la lecture. Aussi, n’obligeons pas nos étudiants à choisir entre critique et création – ne nous y obligeons pas nous-mêmes – les deux peuvent aller du même pas.

Haut de page

Notes

1 Nous sommes très honorées qu’Anne Roche ait accepté de préfacer ce dossier et la remercions vivement.

2 On ne parlait pas encore d'écriture inclusive.

3 On sait que les USA ont été les premiers à pratiquer le creative writing, en commençant par l’Université de l’Iowa. Mais, participant à l’ Internationaler Kongress für Literarisches Schreiben de Leipzig (Germany), (15-18 mars 2005), j’ai constaté que les ateliers d’écriture, sous diverses nominations, existaient également au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, en Suède, en Norvège, au Danemark, en Finlande, en Russie, en Ouzbékistan, en Pologne, en République Tchèque, en Roumanie, en Israël, en Suisse, en Autriche (Vienne, Klagenfurt), et évidemment en Allemagne (Leipzig, Berlin, Hildesheim, Hambourg, Munich, Münster).

4 On en trouvera un riche aperçu in Claudette Oriol-Boyer et Daniel Bilous (dir.), Ateliers d’écriture littéraire, Hermann 2013. Cf. aussi Patrick Souchon (dir.) La langue à l'œuvre – Le temps des écrivains à l’Université, éditions Les Presses du Réel et la Maison des Écrivains, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne ROCHE, « Préface »E-rea [En ligne], 20.1 | 2022, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/erea/15789 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.15789

Haut de page

Auteur

Anne ROCHE

Professeure honoraire de littérature française contemporaine et écrivaine, auteure de nombreux ouvrages dont L’atelier d’écriture : éléments pour la rédaction du texte littéraire, avec Andrée Guiguet et Nicole Voltz (Nathan, 1989), Celles qui n’ont pas écrit : récits de femmes dans la région marseillaise 1914-1945, avec Marie-Claude Taranger (Edisud, 1995) et Exercices sur le tracé des ombres. Walter Benjamin, (Éditions Chemin de ronde, 2010), Anne Roche a introduit les ateliers d’écriture créative à l’Université de Provence (depuis 2012, Aix-Marseille Université) en 1968 et a co-fondé le D.U. Formation à l’animation des ateliers d’écriture.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search