Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21.11. Portrait of a Journal Aged TwentyIII/ e-Editors : La parole aux éd...Acknowledging, Understanding, Rep...

1. Portrait of a Journal Aged Twenty
III/ e-Editors : La parole aux éditrices et éditeurs invités

Acknowledging, Understanding, Representing Environmental Emergency (e-Rea 18.2, 2021)

Sylvie NAIL et Camille MANFREDI

Texte intégral

1La soumission d’un dossier inscrit dans le champ des humanités environnementales à la revue e-Rea voulait répondre au besoin, de plus en plus fort dans la communauté des anglicistes de l’enseignement supérieur, de traiter la question de l’urgence climatique autrement qu’à la marge de nos enseignements « classiques ». Face à l’éco-anxiété grandissante de nos étudiants (et à la nôtre), nous avons fait le choix de traiter la question de l’urgence environnementale sous un angle résolument interdisciplinaire, c’est-à-dire à la croisée des études littéraires, esthétiques, linguistiques, politiques et civilisationnelles. Ce faisant, nous voulions explorer les expériences et représentations de l’urgence environnementale sous toutes leurs formes et dans toutes leurs déclinaisons en prenant soin, aussi, d’inviter les contributions d’artistes dont l’approche engagée entrerait en dialogue avec la distance critique propre à nos pratiques d’universitaires et d’historiens. Le projet fut très favorablement reçu par le comité éditorial d’e-Rea et c’est grâce aux encouragements et conseils avisés de Marie-Odile Pittin-Hédon que nous avons pu mener à bien et en toute liberté ce projet qui nous tenait tant à cœur.

2Le concept d’« urgence environnementale et climatique » (Spratt and Sutton) fut abordé par les contributeurs par le biais de ses dispositifs communicationnels : euphémismes, dysphémismes, dialectique du « now or never », appareils iconographiques etc. Les contributions se sont penchées sur la manière dont les médias, gouvernements, activistes, lanceurs d’alerte et artistes signifient l’urgence à faire, ou à ne pas/plus faire ? Après que le Parlement britannique a décrété l’urgence environnementale, The Guardian annonçait ainsi actualiser sa terminologie : « Instead of “climate change” the preferred terms are “climate emergency, crisis or breakdown”. People need reminding that the climate crisis is no longer a future problem – we need to tackle it now, and every day matters » (Carrington, 2019). Comment, alors, le « rappeler » à nos publics ? Nous voulions notamment interroger la communauté scientifique sur les rhétoriques et la grammaire de l’urgence : l’on pense entre autres exemples à la fameuse parabole du colibri et de l’incendie, à la métaphore de la maison en feu de Jean-Paul Deléage en 2002, reprise par Greta Thunberg à Davos en 2019 (« I don't want your hope, I don't want you to be hopeful. I want you to panic, I want you to feel the fear I feel every day. And then I want you to act, I want you to act as if the house was on fire, because it is ») et au manifeste d’Extinction Rebellion : « The science is clear. It is understood that we are facing an unprecedented global emergency. We are in a life or death situation of our own making. We must act now. »

  • 1 « Les universités et la crise climatique », congrès SAES, Rennes, vendredi 2 juin 2023. Organisatio (...)

3Le dossier paru dans e-Rea s’est justement penché sur les moyens dont nous, chercheuses et chercheurs en SHS, pouvons agir : d’abord, en pensant l’urgence, c’est-à-dire en interrogeant les modalités par lesquelles elle est décrétée, déclarée et signifiée (et par qui, ou par quoi) dans une approche politique, sociale et culturelle. Ensuite, en nous saisissant ensemble des outils – théoriques, institutionnels, pratiques – dont nous disposons pour intégrer le développement durable et la responsabilité sociétale à nos activités de recherche et de formation : ce fut l’objet d’un panel interdisciplnaire dédié auquel nous invita Yan Brailowsky à l’occasion du congrès de la SAES qui s’est tenu à Rennes en juin 20231. Deux ans à peine après la publication du dossier, l’engagement de la communauté des anglicistes en faveur de l’environnement fut patent, comme également le chemin qu’il nous reste, collectivement, à parcourir.

4Car la publication de ce dossier n’a jamais été pensée comme une fin en soi. Le dossier a ainsi fédéré des chercheuses et chercheurs de tous horizons autour de la question cruciale de l’apport des SHS à la construction de savoirs et de compétences dans le contexte de la crise environnementale. La réflexion collective donnée à lire dans le dossier a permis de développer plusieurs projets, tant en recherche qu’en formation, dans nos deux universités.

5À Nantes, la réflexion s’est engagée, tant sur les plans institutionnel que de la formation. Pour le premier volet, l’université a poursuivi son action déjà engagée pour augmenter la sobriété de l’établissement : plan mobilité, schéma directeur immobilier, schéma directeur du numérique, achats responsables, impact carbone, politique voyage. De plus, sous la houlette de son nouveau vice-président au développement durable, l’établissement a mis sur pied une conférence du développement durable, préfigurée par un groupe de travail réuni régulièrement depuis mai 2021 et qui a largement contribué à définir les modalités de composition et le fonctionnement de cette conférence de développement durable. Cette dernière, instance consultative, inscrite dans les statuts de Nantes Université, est conçue comme une conférence citoyenne qui impulse, interpelle, conseille et évalue les actions de l'établissement sur les enjeux multidimensionnels des transitions. Elle a vu le jour début 2023 ; elle est composée intégralement de membres tirés au sort, à parité, pour un mandat de 2 ans. Elle est complétée par un réseau de référents dans les pôles et établissements composantes, volontaires cette fois, qui constituent les interlocuteurs privilégiés de la conférence DD.

6En ce qui concerne la formation, l’engagement est plus diffus et en gestation ou émergente dans plusieurs composantes de l’université. Toutefois, force est de constater que, si beaucoup de chercheurs se sont emparés des transitions dans leurs thématiques de recherche, les formations prenant en compte les nécessaires décloisonnements (entre disciplines, approche conceptuelle-approche créative, universités-partenaires institutionnels ou de la société civile) sont plus difficiles à monter, alors même qu’elles appartiennent à la même dynamique.

7Dans le souci d’aligner politiques institutionnelles, recherche et formation, et d’en augmenter ainsi la cohérence et l’efficacité, Nantes Université a accueilli en septembre 2022 la première promotion de son nouveau master en Humanités environnementales. Pour analyser dans une perspective interdisciplinaire la façon dont les problèmes environnementaux sont intimement liés à des pratiques sociales, des politiques, des valeurs qu’il importe de comprendre afin d’y répondre, la formation articule des enseignements, des projets sur le territoire, des stages et un voyage en immersion. L’équipe des enseignants-chercheurs, pluridisciplinaire et pratiquant l’interdisciplinarité, a fondé la structuration du curriculum sur la réponse à trois questions fondamentales qui mobilisent toutes les disciplines dans une approche des contextes et de leurs conséquences :
- comment comprend-on le monde non-humain à un moment/ dans une culture donnés ?
- comment le représente-t-on ?
- comment interagit-on avec lui ?

8L’intégration d’outils de la créativité et de la médiation scientifique complète le dispositif.

9Malgré les indéniables difficultés liées au montage d’une formation complexe, le succès de ce master, la réception favorable qu’il a rencontrée auprès des étudiant.es comme dans les institutions et ONG partenaires, aux niveaux régional et national, ainsi que son intégration dans l’université européenne du bien être EUniWell, confirment la nécessité de développer des formations ambitieuses répondant aux défis écologiques, dans lesquelles les anglicistes ont toute leur place.

10À Brest, l’Unité de Recherche Héritage et Création dans le Texte et l’Image (HCTI, UR4249) a organisé le 4 mars 2022 une journée d’étude intitulée « Penser l’urgence »2, et intégré à son projet scientifique 2022-2026 le programme « L’urgence dans le texte-image : discours et esthétiques du temps court » qui s’inscrit dans le champ émergent des Emergency Humanities3. Ce programme veut poursuivre et promouvoir une réflexion interdisciplinaire sur les états, sentiments, déclarations et signaux de l’urgence dans toutes ses déclinaisons : sanitaire, environnementale, humanitaire, judiciaire, politique (urgence à statuer, à voter pour ou contre, à déclarer l’urgence)… dans les diverses aires culturelles et linguistiques couvertes par l’unité. Qu’elle soit réelle ou construite, exceptionnelle ou ordinaire, subie ou volontaire, parfois érigée en culte (Aubert), dictature (Bouton) ou norme sociale, l’urgence prolifère et engendre son régime propre : hors la succession, accumulation ou compétition des urgences, pensons-nous encore le temps autrement que dans son format court et fini, hors celui qui (nous) est compté ? Les participants au projet s’intéressent ainsi aux conditions sociales et politiques de l’émergence de l’urgence comme idéologie et nouvelle mesure du temps, ainsi qu’aux conséquences de son « état » non seulement sur les libertés individuelles et collectives (Covid-19, terrorisme), mais aussi sur les devoirs et nouvelles responsabilités qu’elle induit (urgence environnementale et climatique, crise des migrants). Sans se limiter au strict contemporain, les travaux des chercheuses et chercheurs associés au programme s’attachent à déterminer les contextes de l’émergence de l’urgence (ses temps, ses lieux et ses systèmes) ainsi qu’à examiner les modes d’habituation ou de résistance individuelle et collective face à son expansion, notamment dans les cultures du temps long (cultures aborigènes et amérindiennes, bouddhisme, etc). Dans une approche phénoménologique et sémiologique qui poursuit la réflexion engagée dans le dossier paru dans e-Rea, il y est question des divers terrains concernés par l’urgence (médecine, économie, justice, environnement, politique, culture…) et de ses relais médiatiques et institutionnels, comme également de la manière dont elle nourrit, informe et contraint la production artistique. Quelles sont les formes, les genres, les couleurs de l’urgence ? Comment les écrivains, les artistes du visuel et de la performance s’en emparent-ils dans une démarche relevant, plus que de la recherche, de l’artivisme ? L’urgence peut-elle être alors, plus qu’un contexte, une esthétique ?

11À Brest encore, l’Unité de Recherche HCTI porte le projet « Figuring the climate emergency and energy transition in 21st-century Europe », lancé en septembre 2023 dans le cadre du consortium d’universités européennes littorales Sea-EU. Il rallie chercheuses et chercheurs des Universités de Brest, Gdańsk (Pologne) et Bodø (Norvège) soucieux d’interroger les modalités d’acceptation sociales des énergies fossiles et renouvelables dans l’Europe du 21e siècle. Le projet inclue la participation de plusieurs contributeurs au dossier d’e-Rea, et donnera lieu à un ou des webinaires, à une publication en ligne ainsi qu’à une thèse de doctorat financée.

12Dans les domaines de la recherche et de la formation, il serait peu dire, alors, que le dossier paru dans e-Rea a fait office de catalyseur.

Haut de page

Bibliographie

Aubert, Nicole. Le Culte de l’urgence. La société malade du temps. Paris : Flammarion, 2003.

Bouton, Christophe. Le Temps de l’urgence.. Lormont : Le Bord de l’eau, coll. Diagnostics, 2013.

Spratt, David and Philip Sutton. Climate Code Red: The Case for Emergency Action. Scribe US, 2008.

Haut de page

Notes

1 « Les universités et la crise climatique », congrès SAES, Rennes, vendredi 2 juin 2023. Organisation et animation : Yan Brailowsky (Université Paris Nanterre / SAES) ; Intervenantes : Lucie de Carvalho (Université de Lille 3), Elsa Devienne (Northumbria University), Christine Lorre-Johnston (Université Sorbonne Nouvelle), Camille Manfredi (Université de Bretagne Occidentale), Sylvie Nail (Nantes Université).

2 « Penser l’urgence », Université de Bretagne Occidentale, 4 mars 2022. Organisation : Camille Manfredi (Université de Bretagne Occidentale). Intervenants : Nicolas Le Merrer (Université de Bretagne Occidentale), Sylvie Nail (Université de Nantes), Emilie Dardenne (Université Rennes 2), Elaine Desprès (Université du Québec à Montréal). https://nouveau.univ-brest.fr/faculte-lettres-sciences-humaines-segalen/fr/actualite/penser-lurgence

3 https://www.univ-brest.fr/hcti/fr/page/8-lurgence-dans-le-texte-image-discours-et-esthetiques-du-temps-court

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie NAIL et Camille MANFREDI, « Acknowledging, Understanding, Representing Environmental Emergency (e-Rea 18.2, 2021) »e-Rea [En ligne], 21.1 | 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/erea/16819 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.16819

Haut de page

Auteurs

Sylvie NAIL

Articles du même auteur

Camille MANFREDI

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search