Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21.11. Portrait of a Journal Aged TwentyIII/ e-Editors : La parole aux éd...Retour à La Nouvelle-Orléans (e-R...

1. Portrait of a Journal Aged Twenty
III/ e-Editors : La parole aux éditrices et éditeurs invités

Retour à La Nouvelle-Orléans (e-Rea 14.1, 2016)

Gérard HUGUES et Sylvie MATHÉ

Texte intégral

1Le dossier « Regards croisés sur La Nouvelle-Orléans : la cité décalée / Perspectives on New Orleans, the Misfit City » (14.1 2016) est l’émanation du colloque « La Nouvelle-Orléans : la cité décalée » / “New Orleans : the misfit city” organisé par le LERMA, en partenariat avec deux universités de Louisiane (Loyola University – New Orleans et University of Louisiana – Lafayette), du 7 au 9 novembre 2013.

Fig. 1 Young New Orleans

Fig. 1 Young New Orleans

Photo Leslie Parr (Loyola University New Orleans)

Tous droits réservés

2En 2000, le LERMA lançait un programme pluriannuel de recherche dont le thème était la « ville américaine ». La première rencontre se déroula en 2002 autour de Chicago. Les communications présentées couvraient des domaines très divers — histoire, littérature, arts, sport — reflétant ainsi la vocation pluridisciplinaire du LERMA. Ce symposium, qui réunissait des personnalités venues d’horizons divers (Europe et États-Unis), donna lieu à une publication aux PUP en 2004 dans la collection « Mondes Anglophones », sous le titre Regards croisés sur Chicago (S. Mathé ed.). Pour son deuxième volet, le choix des organisateurs s’est porté sur la ville de San Francisco pour un colloque qui s’est tenu en 2009, intitulé Multidisciplinary perspectives on the city by the Bay. À nouveau, et en présence d’acteurs de la vie de San Francisco puisque sont intervenus à cette occasion des responsables de la célèbre maison d’édition City Lights, pilier de la contre-culture dans les années soixante, la perspective a été multidisciplinaire, ouvrant sur des communications relatives à des questions d’urbanisme, de géographie, de littérature, d’histoire et de cinéma. En est issu un volume d’actes paru en 2012, intitulé San Francisco à l’ouest d’Eden, publié par les Presses Universitaires de Provence (H. Christol, S. Mathé, R. Phelan, S. Vallas eds).

Fig. 2 Regards croisés sur Chicago

Fig. 2 Regards croisés sur Chicago

Fig. 3 San Francisco à l’ouest d’Éden

Fig. 3 San Francisco à l’ouest d’Éden

3Le colloque sur La Nouvelle-Orléans s’inscrivait donc dans ce continuum initié plus de dix ans auparavant sur la ville américaine, tout en se situant au cœur de la nouvelle thématique du LERMA, « Centre(s) et marge(s) : les territoires de l’ailleurs ». La ville avait connu une histoire mouvementée et acquis une réputation sulfureuse, ce qui lui avait valu d’être qualifiée de « misfit city », appellation qui ne fut pas unanimement approuvée par les participants à ce colloque qui préféraient souligner les efforts de reconstruction et de normalisation entrepris par les autorités locales.

Fig. 4 La Nouvelle-Orléans : la cité décalée

Fig. 4 La Nouvelle-Orléans : la cité décalée

4Dès l’indépendance des États-Unis proclamée, La Nouvelle-Orléans, située au point de contact entre les trois empires dominants, Grande-Bretagne, France et Espagne, occupa une position stratégique sur la mappemonde et fut l’objet d’intenses échanges diplomatiques visant à l’arrimer solidement à la Jeune Nation, pour qu’elle devienne le débouché naturel des biens produits dans le bassin du Mississippi. Stratégiquement située au fond du Golfe du Mexique, la ville, qui joua un rôle majeur dans la traite des esclaves, n’en resta pas moins à part dans l’histoire de la ségrégation raciale et sera à l’origine de l’arrêt Plessy v. Ferguson (1896) et sa doctrine “separate but equal”. La singularité de son destin, comme les événements paroxystiques ayant scandé son existence tumultueuse, ont ainsi fait de La Nouvelle-Orléans un choix naturel, renforcé par l’actualité récente, pour cette troisième manifestation sur la ville américaine. Ayant échappé à la destruction pendant la Guerre de Sécession, La Nouvelle-Orléans reste en effet régulièrement dévastée par ouragans et inondations ; le cyclone Katrina est venu rappeler la marginalité de la ville dans l'Amérique contemporaine et l'indifférence du président Bush au désastre constaté n’a fait qu’accentuer cette impression de laissés-pour-compte qu'éprouvent les habitants de la cité.

5Dans son allocution d’ouverture, Gérard Hugues, à l’époque directeur du LERMA, a informé l’auditoire de la disparition subite du professeur Jean-Pierre Martin qui fut le Père fondateur charismatique des études américaines à l’université de Provence, devenue Aix-Marseille Université. Le LERMA était en deuil, mais selon ses vœux, l’institution qu’il avait contribué à créer se devait de perdurer. Ce colloque en a été la preuve éclatante. Au terme de trois journées de riches échanges, Gérard Hugues a pris la parole pour remercier chaleureusement à la fois les intervenants et l'assistance nombreuse venue écouter les débats jusqu’à la dernière heure. La manifestation, comme la ville dont l'étude avait réuni tous ces participants, avait été elle aussi un peu décalée. En effet, la conférence plénière du Professeur Sanford Hinderlie, de l’Université Loyola, musicien reconnu, dont le sujet était “The History of New Orleans Music: From French Opera to Jazz and Rap”, a donné lieu à un épisode rare dans le monde universitaire. Au moment où la musique marquant le début des scènes de liesse qui accompagnent les enterrements traditionnels en Louisiane s'est fait entendre, l’assistance s'est spontanément mise à agiter des mouchoirs et à danser. Gérard Hugues a rappelé que ce colloque était dédié à Jean-Pierre Martin, et que celui-ci en aurait été heureux, puisque sa grande rigueur intellectuelle n'avait d'égale que son amour de la vie et son plaisir à accomplir une œuvre collective.

6Le dossier paru à la suite de ce colloque dans e-Rea est ainsi venu compléter la trilogie de publications du LERMA consacrées à cette thématique de la ville américaine. Combinant perspectives historiques, études urbaines, réfractions littéraires et cinématographiques à un état des lieux de l’après-Katrina, il croise les regards depuis la colonisation européenne et la ville créole de la Jeune République états-unienne jusqu’à la renaissance post-traumatique de La Nouvelle-Orléans après l’ouragan. La pluridisciplinarité dont il témoigne est à l’image de l’équipe d’américanistes rassemblée alors au sein de l’aventure collective de l’Aire Culturelle Nord-Américaine (ACNA) du LERMA, dans la filiation du GRENA, groupe de recherche aixois pionnier dans le domaine des études américaines en France.

Fig. 5 French Quarter

Fig. 5 French Quarter

Photo Mary Boyington

Tous droits réservés

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Young New Orleans
Légende Photo Leslie Parr (Loyola University New Orleans)
Crédits Tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/16959/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 2 Regards croisés sur Chicago
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/16959/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 3 San Francisco à l’ouest d’Éden
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/16959/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Fig. 4 La Nouvelle-Orléans : la cité décalée
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/16959/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 951k
Titre Fig. 5 French Quarter
Légende Photo Mary Boyington
Crédits Tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/16959/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard HUGUES et Sylvie MATHÉ, « Retour à La Nouvelle-Orléans (e-Rea 14.1, 2016) »e-Rea [En ligne], 21.1 | 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/erea/16959 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.16959

Haut de page

Auteurs

Gérard HUGUES

Aix-en-Provence, LERMA, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Sylvie MATHÉ

Aix-en-Provence, LERMA, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search