Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21.11. Portrait of a Journal Aged TwentyIII/ e-Editors : La parole aux éd...Revisited (e-Rea 6.1, 2008)

1. Portrait of a Journal Aged Twenty
III/ e-Editors : La parole aux éditrices et éditeurs invités

Revisited (e-Rea 6.1, 2008)

Marc PORÉE

Texte intégral

I do remember. I stand where she knelt.
U.A. Fanthorpe (“Mother Scrubbing the Floor”, 2000)

1Revisited. Ce titre anglais, si wordsworthien par ailleurs, s’il me fallait le traduire pour les besoins de la présente circonstance, je proposerais quelque chose comme « Reprise et réactivation ». Reprise, préférée à « répétition », pourrait faire penser, dans le contexte de la guerre en Ukraine, à des combats acharnés autour de positions, perdues avant que d’être reprises. Il n’en est rien, sauf à considérer qu’entre les poètes hommes et les poètes femmes la guerre fait rage, ce qui n’est pas faux – oui, mais voilà, les femmes poètes n’ont jamais eu l’occasion de reprendre quoi que ce soit, ayant rarement eu le contrôle du théâtre des opérations. Reprise, plutôt, en lien avec la reprise de sonorités, les répétitions diverses et variées, qui sont monnaie courante en poésie. Reprise, enfin, dans le sens ordinaire d’une action reprise après une interruption de plus ou moins longue durée : en l’occurrence, quinze ans après la parution dans le cas qui nous occupe. C’est en effet en 2008 que paraît, dans e-Rea, le dossier Contemporary British Women Poets, lequel me vaudra, soit-dit en passant, de signer un chapitre sur le même sujet dans le récent Companion to Contemporary British and Irish Poetry, 1960-2015 (edited by Wolfgang Görtschacher and David Malcolm, Wiley Blackwell, pp. 339-348, 2021).

2Quant à « réactivation », elle voudrait opérer un retour, moins sur les lieux du crime que sur la matérialité graphique de l’acronyme de la Revue qui m’offre généreusement l’occasion de rédiger ces quelques lignes. Rea, officiellement « Revue d’études anglophones », dans l’esprit de son créateur, Joanny Moulin ; officieusement, réactivation, réanimation, etc. Remotiver ce qui n’est pas un signifiant, mais c’est tout comme, tel m’apparaissait être, with hind sight, le fin mot de l’histoire.

3Réactivation

4On ne dira pas que le Dossier prenait la poussière : en ligne, les documents attendent qu’on les tire de l’immaculé espace de stockage (éther, Cloud, trou noir…) où ils se sont archivés. Mais on veut bien croire qu’il n’était pas souvent consulté ; les responsables de la revue connaissent le nombre de consultations, mais j’ai préféré ne pas leur demander ce qu’il en était... Tant qu’à faire, le réactiver lui redonnera un peu de vie, en lui faisant retrouver un minimum d’actualité et de pertinence. Une recontextualisation le remettra aussi en perspective, démarche dont la critique anglo-saxonne est coutumière autant que friande. Qu’on songe, et on s’en tiendra à ce seul exemple, aux canoniques (quoique controversés) New Bearings in English Poetry (1932) et Revaluation (1947) du grand F.R. Leavis. Réévaluation, le mot s’impose de lui-même, tant il dit le bénéfice attendu d’un regard critique sur une publication collective, à laquelle avaient contribué des collègues, poéticiens ou pas, mais aimant toutes et tous la poésie. Critique, le regard, et non commémoratif ou relevant d’une célébration. Critique, mais sans être accusatoire ; critique, car prenant en compte les nouveaux « repères », conceptuels ou autres, apparus entre la parution initiale et aujourd’hui.

5Réactiver, et j’en terminerai sur ce point, au sens où le phénomène littéraire dont je cherchais à rendre compte, à savoir la montée en puissance, à partir des années 1980, des femmes poètes au Royaume Uni, me faisait un effet comparable à celui produit, toutes proportions gardées (!), sur un certain P.B. Shelley par l’apparition des poètes romantiques, de première et de deuxième génération. En des lignes certes exaltées mais qui avaient d’emblée parlé au romanticiste que j’étais, et que je suis toujours, Shelley proclamait l’avènement d’une nouvelle génération, dont il louait le caractère tout à la fois électrique, génésique et énigmatique :

6The most unfailing herald, companion, and follower of the awakening of a great people to work a beneficial change in opinion or institution, is poetry. At such periods there is an accumulation of the power of communicating and receiving intense and impassioned conceptions respecting man and nature. The persons in whom this power resides may often, as far as regards many portions of their nature, have little apparent correspondence with that spirit of good of which they are the ministers. But even whilst they deny and abjure, they are yet compelled to serve, the power which is seated on the throne of their own soul. It is impossible to read the compositions of the most celebrated writers of the present day without being startled with the electric life which burns within their words. They measure the circumference and sound the depths of human nature with a comprehensive and all-penetrating spirit, and they are themselves perhaps the most sincerely astonished at its manifestations; for it is less their spirit than the spirit of the age. (A Defence of Poetry, https://www.gutenberg.org/​files/​5428/​5428-h/​5428-h.htm)

7Située à la charnière entre les dix-huitième et dix-neuvième siècles, cette révolution poétique en marche (dans laquelle le poète de l’« Ode au Vent d’Ouest » ne pouvait s’empêcher de voir la « reprise » d’une autre révolution, survenue, elle, au dix-septième siècle anglais) se répèterait-elle en ce début de vingt-et-unième siècle ? C’est en tout cas ce que j’ai eu la faiblesse de croire. Persuadé avec Blake qu’il suffit de vouloir pour pouvoir (soulever les montagnes), je voulais coûte que coûte que les choses se passent ainsi – et je n’étais pas le seul, ni le premier de cet avis. Mais ce n’était pas qu’affaire de subjectivité. Des considérations en rapport avec l’histoire littéraire, la politique du poème, pour citer des outils d’ordre moins personnel que la croyance ou le désir, s’y mêlaient étroitement. Quinze ans après, on veut croire que reprendre et réactiver tout cela, outre le bien fou que cela fait au retraité que je suis entre-temps devenu, ne saurait être tout à fait anodin.

8Paysage

9Comment un romanticiste se trouve-t-il à coordonner un dossier sur la poésie britannique contemporaine ? Une première réponse, simple, consisterait à affirmer qu’il n’est pas de frontières qui tiennent en poésie. Un poéticien, ce que je crois être, peut écrire sur John Keats aussi bien que sur A. C. Swinburne, G. M. Hopkins ou Selima Hill. Les spécificités liées aux différentes périodisations existent, bien entendu, et il ne s’agit pas de nier les mérites de la spécialisation. Mais dans la présente affaire, je disposais d’un précieux passeport, aux allures de sésame : A Defence of Poetry (1821), l’essai programmatique de Shelley, dont je comptais faire la matrice de mon « Introduction » au Dossier. On y reviendra.

10Une deuxième réponse, en attendant la troisième qui se fera un peu désirer, serait de mettre en avant l’avantage qu’il y a à embrasser du regard les paysages littéraires, quels qu’ils soient. Je tiens ce goût de l’aptitude au panorama déployée par mon patron de thèse, Bernard Brugière, manifestée en maintes occasions, dans son Introduction à L’anthologie bilingue de la poésie anglaise, à la Bibliothèque de la Pléiade (2005) ou bien encore dans un numéro spécial d’Études anglaises, Poésie contemporaine (1985-2007) : Grande Bretagne et Irlande (juillet-septembre 2007 60/3). On y trouve le sens de la coupe géologique rigoureuse, mais aussi « l’ivresse du parcours », la « distribution des couleurs, des ombres et des lumières d’un paysage », pour parler cette fois comme Julien Gracq (En lisant en écrivant, Corti, 1980, p. 87-88). Pour le dire autrement, l’exercice de la synthèse, auquel il convient de se frotter le plus régulièrement possible, si on ne veut pas voir s’émousser ses petites cellules grises, a quelque chose de sweeping, au meilleur sens du terme et de particulier. En cherchant bien, ce goût du paysage me viendrait de plus loin encore, sans doute d’un poème de S. T. Coleridge, « This Lime-tree Bower my Prison » (1797). Empêché de suivre son ami Charles Lamb, Coleridge l’imagine marchant dans un paysage dont il entreprend de décliner, in abstentia, telle zone d’ombre, telle nappe de lumière, tel versant à descendre. Angoisse et plaisir garantis.

11Histoire littéraire

12Moins sublime, mais tout aussi riche, était le paysage que j’avais sous les yeux, et que j’entrepris donc de décrire, en conviant pour ce faire six collègues partageant avec moi cette dilection pour la géographie littéraire. Du pays de Galles de Gwyneth Lewis à l’Irlande d’Eavan Boland, en passant par l’Angleterre de Lavinia Greenlaw et d’Helen Farish, de l’Écosse de Carol Ann Duffy, du monde du milieu de Caroline Bergvall et de l’Amérique de Redell Olsen, Daniel Szabo, Pascale Amiot, Raphael Costambeys-Kempcynsi, Adrian Grafe, Catherine Lanone et Vincent Broqua se mirent donc en demeure d’« étoiler » le paysage poétique. Soucieux, tous l’étaient de s’inscrire « dans la très longue durée de l’histoire des sociétés et qui pointe les enjeux théoriques fondamentaux » (Alain Vaillant, L’histoire littéraire, Armand Colin, 2017, p. 10). Tous, nous voulions unir enjeux littéraires et enjeux sociétaux, en relation avec une « histoire de la communication littéraire » (Vaillant, ibid, p. 19). À relire ces articles, on s’aperçoit à quel point, parmi les convictions qu’ils portent, prime le sentiment que l’histoire littéraire doit aboutir « à une poétique historique capable de rendre compte le plus finement des formes de l’écriture » (ibid, p. 10). C’est vite dit, et il faudrait reprendre telle ou telle configuration de l’imagination « dictionnelle » comme la qualifie Vaillant pour le démontrer dans le détail, mais rien ne vaut, pour s’en persuader, l’apparition, toujours énigmatique, de la nouveauté. Dieu merci, la poésie des femmes n’est plus une idée neuve – Virginia Woolf, à la toute fin de A Room of One’s Own (1929), entrevoyait déjà sa prochaine et spectaculaire traduction en acte –, elle est la nouvelle donne poétique d’aujourd’hui, et le sera encore davantage demain.

13Politique du poème

14Dans sa Defence, Shelley traite de l’inspiration poétique universelle, sans distinction de genre ou de nationalité. Reste qu’il y invoque volontiers les femmes et leur impact durable sur les sociétés humaines. L’amour courtois, la poésie de Dante, il les pense tout autant écrits pour des femmes, que par des femmes. Grâce à elles, la poésie en général, et l’imagination intellectuelle en particulier, contribuent puissamment à changer le monde dans un sens démocratiquement et sociétalement progressiste. Et c’est le propre de la politique du poème que d’agir à la manière d’une législation, plus décisive en matière de transformation des structures régissant les rapports et les conduites entre les hommes et les femmes, que bien des législateurs ordinaires. Le modèle que j’adopte dans le Dossier est celui de la Devolution britannique, tout en prenant mes distances avec un dispositif institutionnel qui reste piloté depuis Westminster, quoi qu’on en dise. L’analogie m’aura servi, non pas à politiser le débat, il l’est par construction, mais à l’inscrire dans un temps historique, celui de l’émancipation des marges, franges et autres périphéries par rapport à une métropole vécue comme oppressive. La nouvelle « dispensation » (27) dont je parle dans le dossier rejoint, peu ou prou, les fortes analyses mises en œuvre par Catherine Bernard dans Matière à réflexion. Du corps politique dans la littérature et les arts visuels britanniques contemporains (Presses universitaires de Paris Sorbonne, 2018). Usant de moyens poétiques qui lui sont propres, souvent le monologue dramatique popularisé en son temps par Robert Browning, chaque poète femme – je citais Germaine Greer, partisan de parler en termes de “a woman poet, not the woman poet” (in Consorting with Angels, Essays on Modern Women Poets, Derynn Rees-Jones, Bloodaxe, 1988, p. 51) – s’affiche comptable de ce qui, au sein d’un continuum, celui du body politic, du commun, de la nation, ou plus exactement, des Quatre Nations, « nous délie et nous lie » (Bernard, op. cit., p. 21). Liaison et déliaison qui vont bien au-delà, du reste, de la nation : s’agissant du Brexit, autre épineuse et dommageable matière à réflexion survenue entretemps, la spécificité du regard porté par les poètes femmes, prouverait, si besoin était, à quel point Bernard dit vrai (cf. Poem, “Women on Brexit”, Monica Arshi, Aisha K. Gill & Fiona Sampson, 2017, 148-160,

15https://www.tandfonline.com/​doi/​full/​10.1080/​20519842.2017.1292729).

16Repentirs

17Quand on se lance dans ce genre d’entreprise, une crainte, un doute vous habitent. L’altérité de la femme poète, sa spécificité éventuelle, un homme peut-il la saisir ? S’en emparer, il le peut toujours, c’est même ce qu’on lui reproche, mais la comprendre ? Saisir l’altérité, la différence, un homme est-il en mesure de le faire sans courir le risque de passer pour un imposteur ? Redoutable défi, que j’ai tenté de relever en m’entourant de contributrices (Pascale Amiot, Catherine Lanone) et en sachant pouvoir compter sur le concours de Sylvie Mathé, devenue la nouvelle responsable de la revue. L’objectif, on l’aura compris, était non pas de rendre hommage – ce que fait par exemple Simon Armitage dans “To the Women of the Merrie England Coffee Houses, Huddersfield” (2005) – mais de rendre la juste mesure du talent, collectif et individuel, des femmes poètes, sans le minorer (horresco referens) ni le majorer, ce qui serait, reconnaissons-le, un moindre mal considering. Aussi se sent-on conforté dans ses appréciations en prenant connaissance de la récente anthologie en langue française assemblée par Martine De Clercq et préfacée par Jacques Darras, L’Île rebelle : Anthologie de poésie britannique au tourant du XXIe siècle (Poésie/Gallimard, 2022). Sur un total de 52 poètes présentés, l’ouvrage compte 21 poètes femmes, signe d’un profond et salutaire rééquilibrage. Parmi elles, se retrouvent nombre des autrices abordées dans le dossier, dont Gwyneth Lewis et Lavinia Greenlaw. Dans sa préface, Darras consacre une page à la spécificité de la poésie féminine. Il la situe du côté du rire, de l’humour et de la joie (« de marque très nettement féminine », p. 20), et, plus généralement, dans la « simplicité claire » (p. 20) de la langue dans laquelle elles s’expriment. On ne peut s’empêcher de trouver ses qualificatifs un brin condescendants, quand bien même cette soi-disant simplicité prendrait le contre-pied bienvenu du repli hermétique et puritain dans lequel s’enfermerait une certaine poésie écrite par certains hommes (Jeremy Prynne, pour ne pas le nommer). Autant Darras a raison de célébrer la force du trio explosif formé par Selima Hill, Wendy Cope et Carol Ann Duffy, autant il semble ne pas mesurer toute la portée du séisme intervenu en moins d’un demi-siècle. Certes, il a raison, quelques pages plus loin, de saluer le travail poétique mené par Alice Oswald (injustement absente de notre dossier) sur la rivière Dart, en le plaçant sous le signe de l’imagination de l’eau et de la prédilection pour l’élément liquide, « vital pour notre existence » (p. 22), mais, globalement, on s’étonnera qu’il n’ait pas fait de la volonté tranquillement insurrectionnelle des femmes l’indice de la « rébellion » qui lui donne son titre.

18S’agissant du rire, en revanche, Darras a mille fois raison de le mettre en exergue. On complètera son point de vue par une éclairante analyse empruntée à Alain Vaillant. L’auteur de La civilisation du rire (CNRS éditions, 2016) prétend que le rire est la manifestation primitive de cette faculté spécifiquement humaine consistant à « se libérer partiellement de son environnement, à suspendre les mécanismes de surveillance et de contrôle qui enchaînent l’animal au monde extérieur et lui interdisent de relâcher son attention et, sauf exception, de s’abandonner au rire » (L’histoire littéraire, p. 376). Mais si les femmes poètes anglaises sont si nombreuses à aimer rire avec les animaux, et non rire des animaux, n’est-ce pas parce qu’à la différence de leurs congénères masculins, elles ont compris que relâcher la surveillance et le contrôle, qui ne sont pas loin de constituer l’apanage des hommes, c’est, paradoxalement, se donner de la force, et non en perdre ? Telle se voudrait la « force du féminin », comme Frédéric Regard la qualifie dans son ouvrage éponyme (La fabrique, 2002).

19Regard avec lequel je ne suis pas loin de partager, non pas un remords, mais un repentir, autrement dit un vif regret, accompagné d’un désir de réparation. Avec beaucoup moins de savoir-faire théorique que mon estimé collègue, désormais résolument engagé du côté de l’écriture féminine, j’ai dû moi aussi chercher, plus ou moins consciemment, à me racheter d’avoir consacré ma thèse, et mon habilitation, à des écrivains hommes. D’où l’orientation genrée du dossier, histoire de compenser l’absence (relative) de femmes dans mes différents corpus. Mais les repentirs ne s’arrêtent pas là. Le dossier ne dit rien de la forte conscience environnementale de la poésie écrite par les femmes. De plus, à une ou deux exceptions près, les poètes sur lesquels nous rapportons sont blanches, et la forte composante ethnique du Royaume-Uni n’apparaît pas dans le dossier, alors que les contributions issues des Antilles, de l’Inde et du Pakistan, entre autres, s’avèrent essentielles pour comprendre l’urgence qu’il y a à « décoloniser l’imaginaire » (cf. Marie José Mondzain, K comme Kolonie, Kafka et la décolonisation de l’imaginaire, La fabrique, 2020). Si c’était à refaire, mon mix, pour parler comme les DJ ou les boulangers, aurait une autre allure.

20Sur le fond, cependant, je ne renie rien de ce dossier de 2008. Sur la forme, il y aurait beaucoup à redire, à commencer par la facture controuvée de mon « Introduction », en trois parties lourdement dissertatives. Mais ceci est secondaire au regard de l’essentiel, lequel s’avère double. Aux antipodes du déclinisme actuel et de la collapsologie qui nous accable chaque jour un peu plus, le dossier se voulait à l’unisson d’un sentiment, non pas de victoire – les femmes poètes sont encore loin de toucher au but – mais d’euphorie. Euphorie à l’idée qu’un changement d’ère se produit sous nos yeux, et que nous en sommes les témoins privilégiés. Un an après la parution du dossier, en mai 2009, Carol Ann Duffy était (enfin) nommée Poet Laureate, ce qui permit à Catherine Lanone d’ajouter, toujours dans e-Rea, une courte note à son portrait de l’autrice de Rapture.

21Last but not least, plus d’un.e contributeur.trice du dossier, par-delà leur compétence strictement professionnelle, écrivaient déjà de la poésie à l’époque, et en écrivent davantage encore aujourd’hui. C’est, notamment, le cas d’Adrian Grafe, de Vincent Broqua et de Catherine Lanone, mais on en oublie peut-être. On les sentait déjà d’une grande adresse dans l’art de mobiliser les mille et une virtualités de la langue, anglaise en l’occurrence. “That which is creative must create itself”, pensait un certain John Keats (letter to Hessey, 8 October 1818). Comment lui / leur donner tort ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc PORÉE, « Revisited (e-Rea 6.1, 2008) »e-Rea [En ligne], 21.1 | 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/erea/16961 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.16961

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search