Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21.2RecensionsJean Viviès, Rugby Station ! Hist...

Recensions

Jean Viviès, Rugby Station ! Histoire, langages, cultures du rugby

Interstices : 2023. 195 p. ISBN : 978-2-9567569-7-2. 19 €
Bernard CROS
Référence(s) :

Jean Viviès, Rugby Station ! Histoire, langages, cultures du rugby. Interstices : 2023. 195 p. ISBN : 978-2-9567569-7-2. 19 €

Texte intégral

1Jean Viviès nous emmène en voyage et c’est lui qui conduit. Quoi de plus naturel pour un universitaire dont le domaine d’expertise est la littérature de voyage du xviiie siècle britannique, fondateur de la collection « Écritures du voyage » aux Presses universitaires de Provence et de la Société d’étude sur la littérature de voyage du monde anglophone. Mais en voyage… au pays du rugby, l’Angleterre, où ce sport est né dans la première moitié du xixe siècle ? C’est sans doute un peu du terroir d’origine de l’auteur, le Sud-Ouest, qui parle dans ces lignes : Pyrénéen, il est né à Lavelanet à l’ombre du château de Monségur, avant d’étudier à Castelnaudary et à Toulouse, autant de bastions historiques de ce jeu à xv qu’il a bien sûr pratiqué dans sa jeunesse pourtant passée… en Normandie, terre païenne pour la religion ovale. Sans doute peut-on faire sortir l’Ariégeois d’Ariège – il a voyagé aux quatre coins du monde et mené toute sa carrière à l’université de Provence –, mais on ne fait pas facilement sortir l’Ariège de l’Ariégeois.

2Mêlant passion ovale et rigueur universitaire, c’est le mérite de ce joli opus de nous montrer que le rugby a inspiré des deux côtés de la Manche artistes plastiques, romanciers et journalistes-écrivains, autant sinon plus que la boxe et l’athlétisme, autres sources sportives reconnues de création culturelle. Le mystère qui accompagne ses règles, sa dramaturgie proprement grecque, ce mélange paradoxal de finesse et de violence, de vitesse et de force brute, d’intelligence et d’oubli de soi, d’individualisme et de cohésion collective, d’austère discipline et de poétique indiscipline, où il faut aller vers l’arrière pour aller de l’avant, où les rebonds capricieux du ballon défient en permanence les lois de la logique et de l’anticipation humaines, ont tout pour nourrir les processus artistiques. Il fallait bien des Anglais pour concevoir un jeu aussi… excentrique. Jean Viviès a le talent d’éclairer le « phénomène rugby » en le faisant dialoguer avec un répertoire étonnamment varié de culture populaire (musique, chanson, cinéma, littérature, BD, peinture…) et savante, passant de Freud à Churchill, de Françoise Sagan à Clint Eastwood et de James Joyce à Astérix, dans un va-et-vient constant qui n’est pas sans évoquer celui des vagues de joueurs au gré de l’avancée ou du reflux du ballon pendant un match. La bibliographie qui conclut l’ouvrage inclut œuvres universitaires (histoire, sociologie, littérature, sémiologie…), littéraires et journalistiques, autant de catégories parfois transcendées par certains, tels Denis Lalanne et Antoine Blondin – parmi les sources les plus citées par l’auteur – qui ont magnifié les épopées des rugbymen dans les années 1950 et 1960 et contribué à en fixer l’imagerie dominante, alors que se consolide en France l’identité rurale de ce sport pourtant d’origine largement scolaire et parisienne.

3Organisée telle un match du dimanche après-midi en trois étapes (coup d’envoi, première et seconde mi-temps), la balade suit les envies du pilote. Il nous mène d’abord sur le chemin tortueux de l’histoire des origines. La couverture s’orne d’une peinture datant de 1859, représentant un match de « football » (comprendre rugby football) à la Rugby School, public school réputée du Warwickshire, qui a légué son nom au sport (et sa tenue blanche à l’équipe nationale d’Angleterre). C’est l’embarcadère nécessaire de l’épopée, là où tout a commencé, mais là aussi que Jean Viviès tord le cou d’emblée au mythe des origines, à la légende, c’est-à-dire « ce qu’il faut lire » (18), selon laquelle un certain William Webb Ellis, « avec un beau mépris pour les règles du football tel que joué à son époque a le premier pris le ballon dans les bras et couru avec, créant ainsi le caractère distinctif du rugby » (19), comme il est inscrit sur la pierre qui orne sa tombe à Menton. Aucune source autre qu’un vague témoignage de seconde main sorti dans les années 1870 n’a jamais corroboré cet attentat aux règles, mais l’excentricité créatrice qu’il révèle est bien l’essentiel de ce « récit de fondation », car « toutes les sociétés aiment s’inventer un mythe fondateur » selon Jean Lacouture (21). Jean Viviès précise à raison que ce récit des origines permit plus tard au rugby à xv amateur, bourgeois et complexe de conserver sa prééminence morale et historique sur le rugby à xiii (rugby league), professionnel, ouvrier, plus simple, au moment du « Grand schisme » de 1895, entérinant la division entre les deux pratiques. Ellis, qui est né en Angleterre, mais a fini son existence sur la Côte d’Azur, illustre aussi cette double identité franco-anglaise du rugby à xv que l’auteur s’attache à tisser.

4En tant qu’angliciste, Jean Viviès sait aussi ce que la culture des universités et des public schools destinées aux fils de la bourgeoisie et de l’aristocratie doit au rugby – à moins que cela soit le contraire – et que tâter du ballon ovale (et sans doute de la balle ronde du cricket) faisait partie des années d’apprentissage – tu seras un homme, mon fils. Il fait ainsi une place indispensable à ce monument de la littérature jeunesse victorienne, Tom Brown’s School Days (1857), Bildungsroman où le jeune héros forge son esprit dans les classes autant que son corps et son caractère dans les furieuses mêlées du Rugby College, que l’auteur Thomas Hughes avait lui-même fréquenté (33-34). Ce roman, qui place le rugby au cœur de la masculinité anglaise, inspirera des générations de jeunes Britanniques se destinant au service de la nation (sens de l’adjectif dans l’expression public school, ces écoles étant privées), comme soldats, pasteurs, commerçants, hommes politiques, médecins, avocats ou hauts fonctionnaires, au pays ou aux colonies. Ce qu’on enseigne à Rugby, et au rugby, le fair play, la discipline, le respect des décisions de l’arbitre (ce « despote éclairé », 75), la muscular Christianity, forment ainsi un code chevaleresque des temps modernes qui rend le rugby parfois si imperméable aux tempéraments latins, prompts à s’échauffer pour un en-avant non sifflé ou un plaquage « à la limite », et qui vivent dans l’esprit de concurrence, quand dans sa conception anglaise, le rugby n’existe que pour rapprocher les personnes et forger les caractères.

5C’est aussi pourquoi les pages sur le rugby français sont essentielles pour notre compréhension de ses liens originels avec l’Angleterre. Ainsi, on y apprend que le rugby a un ancêtre normand et picard, la soule (41-42), équivalent de diverses formes de folk football répandus en Angleterre, que l’inventeur des Jeux olympiques rénovés, Pierre de Coubertin, admirateur du système éducatif et du code moral des public schools et du rôle qu’y jouaient les sports pour former une élite nationale forte, jouant le rôle de « passeur entre deux rives » dans les années 1880-1890, a tenté d’implanter leurs principes en France à une époque où le pays vivait dans l’espoir de la revanche contre l’Allemagne (51-54), mais que si le rugby s’est implanté vigoureusement en pays occitan, ce n’est pas tant du fait de la présence de commerçants anglais dans le Sud-Ouest, que d’un football favorisé par l’église catholique quand le rugby était laissé aux sociétés sportives laïques, et d’une valorisation de la force intrinsèque aux travaux des champs et à certaines coutumes de ces contrées, comme les jeux de force basque (44-49).

6Peu de sports s’attachant autant aux symboles, on apprécie les lignes sur le Bouclier de Brennus (55-56), trophée qui fait rêver tout rugbyman français mais qui n’a aucun rapport avec le chef gaulois qui mit Rome à sac (il est l’œuvre du sculpteur Charles Brennus), et sur l’apparition du coq sur le cœur des joueurs du xv de France en 1911, décidée par son capitaine Marcel Communeau (60). La délicieuse excentricité, autre fil conducteur du volume, réside aussi dans la géométrie de ce terrain traversé de lignes en tous genres, et de ces « perches », ces immenses poteaux formant un gigantesque H (61), et bien sûr dans ce capricieux ballon ovale, que Kléber Haedens traitait malicieusement de « petit dieu obèse et fuyant » (58).

7Loin de constituer un exercice de name dropping, les apports de Serres, Hoffmann, Comte-Sponville, Camus ou Huizinga enrichissent notre compréhension de cette histoire. Par ailleurs, si la passion de certains auteurs français pour le rugby est déjà bien connue (Mac Orlan, Lacouture, Michel Serres…), celle des Conan Doyle, Joyce, Stoker, Beckett ou Wodehouse l’est sans doute moins par chez nous. Imaginer Tolkien en « capitaine ardent » « dans le paquet d’avants de King Edward’s School à Birmingham » (99), où il récolta une grave blessure à la langue, nous fait lire les mêlées furieuses entre Elfes, Hobbits et Orques sous une lumière différente…

8Parmi les œuvres cinématographiques, Jean Viviès mentionne Allez France ! (1964) qui narre les tribulations hilarantes d’un Français perdu dans Londres à l’occasion d’un match du Tournoi, mais aussi l’incontournable Invictus (107-111), conte de fée hollywoodien pour public international en mal de belles histoires, dont il sent bien l’absence de complexité sociopolitique et le message réducteur.

9Mais le rugby, ce sont aussi des odeurs, des sonorités, des voix, des images, celles qu’on perçoit du bord du terrain ou devant sa radio et sa télévision – la voix de Roger Couderc (162) fait écho à celle de Bill McLaren au Royaume-Uni –, ces médias qui ont tant contribué à sa « mythologie », en rappel de celles de Roland Barthes, qui décrit le « spectacle excessif » du catch (163), pas si éloigné de celui du rugby. Jean Viviès touche aussi au Tournoi des V, devenues VI, Nations (117), aux connotations attachées aux postes (piliers, demis…), aux surnoms (le Mongol, Casque d’Or), ainsi qu’à cette étrange « mêlée ordonnée », unique au rugby à xv. Le capitaine nous mène enfin jusqu’aux rivages exotiques colonisés par la folie ovale, de l’Europe à l’hémisphère Sud, par une série de vignettes bien troussées (130-148), nous permettant de saisir à quel point le rugby est bien cette « culture monde territorialisée » dont parlait Jean-Pierre Augustin dans un article de 2004.

10Nostalgique, on se prend alors à regretter la proche fin du voyage, mais les « rebonds » que l’auteur nous offre en guise de conclusion, font office de troisième mi-temps, que les Britanniques appellent avec leur retenue de bon aloi « after match functions », et qui se déroule dans l’atmosphère feutrée du club-house. Ils nous permettent de prendre de la hauteur afin d’observer cette « hétérogénéité culturelle » du rugby : classe sociale, géographie, langue, identité, tout semble séparer les hommes et les femmes qui y jouent. Aucun autre sport ne semble laisser ainsi la place à ce que Jean Viviès appelle « un conflit de style » sur le terrain comme dans les commentaires, opposant par exemple les « valeurs ouvrières, paysannes et régionales, [valorisant] l’identité, la tradition, la solidarité des humbles, le serment des égaux au service du groupe », à « l’esprit de décision, la stratégie, la technicité au service du résultat, la raison de la modernité qui optimise les énergies » (166). S’ils semblent s’exclure, en fait, ces styles cohabitent et se complètent. Au final, toutes et tous pratiquent le même jeu.

11Le capitaine Viviès met alors terme au voyage en affirmant que le rugby donne lieu à un « récit épique et mélancolique, sauvage et sentimental qui se transmet, comme on passe le ballon, de génération en génération » (167), appréciation qu’on appliquera bien volontiers à Rugby Station ! en refermant le volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard CROS, « Jean Viviès, Rugby Station ! Histoire, langages, cultures du rugby »e-Rea [En ligne], 21.2 | 2024, mis en ligne le 15 juin 2024, consulté le 18 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/erea/17318 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11w9g

Haut de page

Auteur

Bernard CROS

Université Paris 8 Vincennes–Saint-Denis, TransCrit

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search