Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21.2RecensionsScott Slovic, Voyager pour penser...

Recensions

Scott Slovic, Voyager pour penser : Engagement, retraite et responsabilité écocritique, Traduction et édition par Françoise Besson

Toulouse : Presses universitaires du Midi, 2023. 416 p. ISBN : 978-2-8107-1220-5. 30 €
Robert SAYRE
Référence(s) :

Scott Slovic, Voyager pour penser : Engagement, retraite et responsabilité écocritique, Traduction et édition par Françoise Besson. Toulouse : Presses universitaires du Midi, 2023. 416 p. ISBN : 978-2-8107-1220-5. 30 €

Texte intégral

  • 1 Le terme « écocritique » a été inventé à la fin des années 1970 (par William Rueckert), mais le vér (...)

1Ce livre est à la fois une traduction et une édition entièrement nouvelle d’un ouvrage publié aux États-Unis en 2008 par la University of Nevada Press, sous le titre Going Away to Think: Engagement, Retreat, and Ecocritical Responsability. Il est la première traduction française d’une œuvre de cet auteur américain, qui est une figure de proue – l’un des pionniers – de « l’écocritique », une tendance importante dans les études littéraires depuis une trentaine d’années dans les pays « anglo-saxons », surtout les États-Unis mais aussi le Royaume-Uni et l’Australie. Actuellement professeur d’humanités environnementales à l’Université de l’Idaho, Scott Slovic a vécu et enseigné dans plusieurs autres États de l’Ouest américain. Suivant une première publication dans la période des débuts du mouvement écocritique1 – une monographie intitulée Seeking Awareness in American Nature Writing (1992) – Slovic a publié au cours des années et jusqu’à maintenant de très nombreux articles – ils se comptent dans les centaines – dans le domaine de l’écocritique, et il a édité, souvent avec des collaborateurs, des douzaines de livres portant sur des sujets qui concernent cette aire de recherche. Le terme est défini généralement comme l’étude des rapports entre la littérature, la « nature » ou « l’environnement », et l’écologie. Slovic donne dans Voyager pour penser sa propre définition, qui est précise mais se veut en même temps très inclusive : « soit l’étude de l’écriture de la nature par le biais de toute approche de recherche ou inversement, l’examen des implications écologiques et des relations humain-nature dans tout texte littéraire, même des textes qui semblent (à première vue) oublier le monde non humain » (69).

2La nouvelle édition, en français, de l’ouvrage originel de Scott Slovic publié une quinzaine d’années auparavant, comporte des éléments nouveaux importants, qui sont le résultat d’une collaboration étroite entre Slovic et Françoise Besson, sa traductrice. La (belle) couverture – qui figure une salle de classe rustique en plein air, près d’une piste d’atterrissage dans une réserve naturelle sauvage – est une scène photographiée par Slovic lui-même et proposée pour l’édition française, avec une intention symbolique. Pour lui l’image, qui évoque l’enseignement écologique et écocritique qu’il a offert à ses étudiants dans ce lieu naturel reculé, réunit les idées d’engagement et de retraite qui figurent dans le sous-titre du livre (44). Quant aux ajouts de contenu introduits dans cette nouvelle mouture de l’ouvrage, ils en font presque une composition à deux mains. Le livre s’ouvre avec une longue introduction de la traductrice, qui présente et contextualise le travail de l’auteur, suivie d’une nouvelle préface de l’auteur, rédigée pour l’édition française. Ensuite, les dix-sept chapitres de l’édition américaine de 2008 se trouvent augmentés d’un chapitre final supplémentaire, choisi par l’auteur pour la nouvelle édition. Enfin, une série de textes, largement issue de la coopération et de l’interaction entre l’auteur et la traductrice, vient apporter des compléments significatifs au volume français : un court texte par le traducteur d’une édition antérieure – chinoise – parue en 2010, qui parle de son rapport avec Scott Slovic et de la réception de sa traduction par le public de son pays ; deux essais par des scientifiques français – Christian Giusti et Marcel Delpoux, respectivement professeurs de géographie physique et d’écologie végétale, qui établissent des liens entre la réflexion philosophique et littéraire de Slovic et des discours scientifiques sur le monde naturel ; en dernière position, last but not least, un long échange par courriel, en forme de questions et de réponses, entre Slovic et Françoise Besson, entretenu sur une période de plusieurs années.

3Le titre de l’ouvrage – qui évoque en premier lieu l’activité de voyager – peut prêter à confusion si on l’interprète dans un sens trop littéral. Car il ne s’agit pas de récits de voyage à proprement parler. Il est vrai que dans le cadre de sa profession – d’enseignant, de chercheur qui présente les résultats de ses recherches dans des colloques, et de participant dans divers projets scientifiques – Scott Slovic a beaucoup voyagé, y compris dans des pays lointains, et ces voyages entrent en compte dans un grand nombre des chapitres du livre (mais pas tous). Il est vrai également que Slovic souligne le rôle de stimulateur de réflexion que joue, pour lui, le déplacement dans l’espace, dans la tension créatrice entre être chez soi et être ailleurs. Mais quand ses voyages paraissent dans les textes, l’accent est moins sur leur déroulement que sur les pensées qu’ils occasionnent. Slovic développe souvent aussi ses réflexions et analyses chez lui, et il fait sienne l’idée de Henry David Thoreau – sans doute son principal maître à penser – que pour voyager on n’est pas obligé de quitter un lieu. Le sens du voyage pour Scott Slovic est donc avant tout métaphorique.

4Les chapitres du corps de l’ouvrage sont des essais indépendants, certains ayant été publiés, ou présentés oralement, avant l’édition américaine de 2008, d’autres paraissant pour la première fois dans celle-ci. Leurs sujets sont très variés, souvent occasionnés par des thèmes ou projets proposés par les collègues et collaborateurs de l’auteur. Scott Slovic aime travailler en liaison avec d’autres qui partagent ses intérêts et engagements, et dans sa préface il reconnaît lui-même que ce parti pris peut donner un certain aspect « aléatoire » à son travail, et par conséquent au livre (37). Cela lui donne en même temps une vraie richesse. Pour ne mentionner, en vrac, que quelques-uns des objets traités : « l’écriture de la nature » de Rick Bass et son rapport à l’Ouest américain ; l’impact de l’attaque du 11 septembre 2001 sur le développement de l’écocritique américaine ; un poème de Robinson Jeffers qui célèbre la matérialité d’un rocher (« Oh Lovely Rock »), et la visite qu’a faite Slovic à la pierre qui avait inspiré ces vers, sur une piste de montagne ; un symposium au Mexique en 2000 sur le changement climatique, qui réunissait écrivains et scientifiques mais qui a fini par révéler des désaccords importants ; et, dernier exemple, l’expérience de l’intemporalité que Slovic a tenté lors d’un séjour dans une réserve forestière dans l’Oregon.

5Malgré cette très grande diversité de thématiques, cependant, au niveau des idées un fil conducteur traverse l’ensemble. On pourrait l’appeler une recherche de l’équilibre : équilibre d’abord entre l’engagement dans le mouvement écologique et l’écocritique d’une part, et d’autre part la cultivation des satisfactions personnelles apportées par le rapport vécu avec la nature et avec la littérature qui la dépeint. Slovic préconise d’autres sortes d’équilibre aussi : entre la narration et l’analyse dans ses écrits ; entre l’endroit (place) dans sa particularité et le global ou l’universel comme points de focalisation ; enfin entre l’éthique et l’esthétique, ou le sens de la beauté. Sans doute liée à cette idée d’équilibre est une posture générale adoptée par Slovic, qui favorise la tolérance et l’ouverture plutôt que la confrontation, la reconnaissance de la complexité plutôt que la mise en accusation. Cette approche certes louable amène aussi ce que l’on pourrait considérer comme une limite de son livre, dans la mesure où Slovic privilégie surtout l’éducation écologique de l’individu et son épanouissement au sein de la nature, et donne peu de place à une critique des structures sociales qui portent une responsabilité cruciale pour la crise environnementale. Mais dans son dernier chapitre Slovic reconnaît les limites de cette optique (241), et ailleurs, en discutant l’évolution récente vers une « écocritique de la justice environnementale » plus « socialement engagée », il lui apporte son soutien, sans vouloir s’y identifier exclusivement (126-28). Ce qu’il faut dire surtout, c’est que cette perspective sociale ne contredit pas celle de Slovic. Affirmer qu’elle doit lui venir en complément n’enlève rien à la contribution importante de Scott Slovic, telle qu’on la découvre dans ce livre, Voyager pour penser, très riche en aperçus et discussions intéressants.

6Il faudrait relever, en conclusion, la grande qualité de la traduction, par Françoise Besson, d’un ouvrage qui est long et complexe. La traductrice a clairement cherché à rester au plus près du texte originel en anglais, et à respecter les intentions de l’auteur. Dans de nombreuses notes, elle précise les sens des mots et des phrases, après consultation avec l’auteur. Dans d’autres notes, elle fait des commentaires contextuels utiles dans son rôle d’éditrice. Le résultat : une belle traduction et une belle édition.

Haut de page

Notes

1 Le terme « écocritique » a été inventé à la fin des années 1970 (par William Rueckert), mais le véritable mouvement intellectuel ne date que des années 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert SAYRE, « Scott Slovic, Voyager pour penser : Engagement, retraite et responsabilité écocritique, Traduction et édition par Françoise Besson »e-Rea [En ligne], 21.2 | 2024, mis en ligne le 15 juin 2024, consulté le 18 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/erea/17347 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11w9j

Haut de page

Auteur

Robert SAYRE

Émérite, Université Gustave Eiffel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search