Navigation – Plan du site
1. La séduction du discours, On Seductive Discourse

La séduction et l’idéologie : sémantique, syntaxe, argumentation

Jean SZLAMOWICZ

Résumés

Dans le cadre de l’analyse du discours, notre propos est d’étudier la séduction comme un rapport énonciatif particulier posant une relation et un objectif ; deux actants articulés selon un rapport actif / passif.
Nous tenterons de montrer que le discours séducteur repose sur la poétisation car l’effort stylistique alimente la séduction argumentative. Sans l’étayage euphorique du signifiant, le lien avec le désir ne se fait pas.
Comment un discours peut-il « faire envie » ? Nous étudierons avant tout les formes que peut prendre la séduction, dimension capitale permettant de travailler la dialectique qui distingue deux actes : « convaincre » et « séduire ». Est-il possible d’argumenter sans tenter de séduire ? La rhétorique sacrifie-t-elle le logos au profit du pathos ?
Nous examinerons la séduction dans des domaines qui concernent l’idéologie à l’œuvre notamment dans le champ de l’antisémitisme et du jazz.
Nous soulignerons notamment l’importance incantatoire de l’éthos du signifiant et développerons le concept d’hypostelle, qui désigne une posture de masquage des intentions. Arsenal lexical, axiologie, tropes, implicite argumentatif, travail de la syntaxe sont des dimensions langagières qui déterminent le degré de séduction d’un discours.

Haut de page

Texte intégral

1La séduction, pour ne pas être un concept « dur » des sciences humaines, constitue tout de même une notion qui affleure dans les interrogations de nombreuses disciplines, de l’analyse du discours aux sciences politiques en passant par le marketing ou la communication. On peut même dire qu’elle représente la trame latente de toute discipline préoccupée de rhétorique et d’argumentation car, de fait, la séduction est le Graal de l’orateur, de Moïse à Démosthène.

  • 1 Kavod peh ve kavod lashon. L’hébreu dit « J’ai la bouche lourde et la langue lourde ». On trouve di (...)
  • 2 Exode / Chemot, i.e. « Le livre des noms », Sefer Chemot 4 : 10.
  • 3 Rabbenou Nissim ben Reuben de Gérone (1320-1376).

2Quand Yaveh va trouver Moïse lors de l’épisode du buisson ardent afin d’en faire son messager auprès de Pharaon et du peuple juif, Moïse refuse la tâche : « J’ai la bouche pesante et la langue embarrassée1. De grâce seigneur, donne cette mission à quelqu’un d’autre ! »2. L’exégèse talmudique3 considère que Yaveh a choisi un émissaire qui ne soit pas charismatique, autrement, on aurait pu mettre sur le compte de sa virtuosité rhétorique la force de la parole de Dieu. Il faut tout de même ajouter que dans le texte biblique, Dieu réplique « Eh bien, c’est Aaron ton frère le Lévite que je désigne. Oui, c’est lui qui parlera ! […] Tu lui parleras et tu transmettras les paroles à sa bouche. […] Lui il parlera pour toi au peuple, de sorte qu’il sera pour toi un organe et que tu seras pour lui un inspirateur ». Il est intéressant de constater que cet épisode se construit sur un double objectif verbal : convaincre Pharaon et annoncer au peuple sa libération et sa souveraineté prochaine. Il est donc présenté comme nécessaire de faire œuvre de persuasion par la langue. Au point où l’envoyé de l’Éternel ait besoin d’un attaché de presse pour présenter son programme…

3La thèse que je vais illustrer est justement que la poétisation du discours est une condition nécessaire de la séduction argumentative. Il faut une formulation ludique, littéraire, paradoxale, bref stylistiquement frappante, comme leurre et fondement séducteur d’une pensée cherchant à capter l’interlocuteur. Sans l’étayage du signifiant, le lien avec le désir ne se fait pas, l’envie de céder intellectuellement n’a pas lieu. Cette dimension prend la forme d’une adhésion intellectuelle, accrochée à des signifiants dont les échos axiologiques sont susceptibles de générer une adhésion fondée sur une identification narcissique. Autrement dit, l’efficace de l’argumentation pourrait bien d’abord se fonder sur une attirance qui relève du pathos avant de se déguiser sous les atours du logos.

  • 4 Pour l’étude lexicale, je me fonde sur les apports de l’analyse sémantique inspirée par Antoine Cul (...)

4À cet égard, la manipulation idéologique passe par une rhétorique qui participe de la séduction. En fait, la séduction peut être de deux ordres qui ne sont pas disjoints : une séduction ludique et une séduction intellectuelle. Dans les deux cas, c’est l’arrimage à une formulation, c’est-à-dire à une mise en forme des signifiants, de leur axiologie et de leurs résonances, qui permet la séduction4.

5J’exposerai les fondements de la jouissance verbale à l’œuvre dans la séduction avant d’en donner des exemples, depuis le domaine relativement innocent de l’œnologie jusqu’à l’idéologie qui nourrit le militantisme antisioniste.

1. La séduction comme scène primitive de l’argumentation ?

6Afin de distinguer la séduction de la tromperie, il est essentiel de comprendre que le rapport rhétorico-énonciatif qui se met en place dans la séduction argumentative ne relève pas de la dissimulation ou du mensonge mais d’une manipulation fondée sur le plaisir.

7On sait ce que signifie chez Freud la théorie de la séduction (verfürungstheorie) – la remémoration chez le patient des avances sexuelles subies étant enfant et le traumatisme occasionné – ensuite abandonnée par Freud. Mais il n’est pas exact de parler d’abandon de cette théorie : ce qui a été abandonné, c’est de croire à cette séduction comme scène réelle. En réalité, le souvenir de la séduction joue dans la névrose comme un écran pour la découverte de la sexualité, comme manœuvre déculpabilisante : « C’est l’autre qui m’a séduit, c’est la faute du serpent… » (Sibony 42). Cela ouvre sur la séduction comme déplacement de la culpabilité, permettant le refoulement dans le cadre du complexe d’Œdipe.

8Daniel Sibony revient sur ces points : « La séduction tente une coupure là où l’amour cherche à faire le lien. […] Cette dépendance qu’elle produit, sensible à de minces détails, vous déplace, vous séduit parce qu’elle vous déplace. Que par exemple on vous dise ‘je vous aime’ n’a nulle raison de vous séduire […]. Mais si l’on vous fait sentir de l’amour par les voies détournées qu’il se fraie à travers vous, vous qu’il oblige à un détour de la pensée, non par raisonnements maîtrisés mais fulgurances d’intuitions et déplacements involontaires de l’idée, bref un petit voyage dans la brume des mots informes que nul n’a dits — mais qui deviennent imminents —, alors il y a séduction. […] L’appel à l’ailleurs est son chant favori. C’est dans l’appel à autre chose qu’elle fixe le lien à l’inconscient, à l’autre part des choses. Pas de séduction sans cet appel » (20-1).

9Il faut, pour que la séduction opère, cet équilibre entre ce que l’on reconnaît et cet appel à l’ailleurs. La séduction n’est pas pur exotisme, mais une tension vers cet ailleurs étayée par un ancrage dans les certitudes. Revient alors au langage de « chatouill[er] les bordures de quelques croyances bien incrustées, en titillant des ‘vérités’ ou des jouissances présupposées » (29). La séduction a donc à voir à la fois avec une forme de déstabilisation, d’angoisse et de résolution par les mots de cette bascule du désir. Ce sont les mots qui portent cette séduction.

10À la fois identification, cassure et recollement, la séduction permet un affleurement du désir : « Le fantasme qui séduit, c’est celui d’une séduction possible, première, nécessairement supposable » (39). Il y a donc une « séductibilité » première. La séduction est possible parce que le sujet possède un désir à animer. C’est un donné qui sert de préambule, préliminaire, préalable au rapport tel qu’il va s’instaurer. Le discours est alors l’occasion de céder au fantasme – en une dimension où le pathos, secrètement, l’emporte peut-être toujours sur le logos. On peut ainsi considérer qu’une séductibilité latente constitue le socle où vont se construire les relations argumentatives. Le séducteur est auréolé de sa conviction, trace la plus évidente de son propre désir : le langage qu’il manifeste, le langage comme marque d’un horizon de vérité. La séduction possède une dimension mystérieuse et évanescente qui ouvre sur la magie des mots et les mécanismes du style. Comme le signale Vladimir Jankélévitch (1956, 1963), il est des vertus qui quand on en devient conscient disparaissent : difficile d’être humble si l’on éprouve de la fierté à être humble. De même, la séduction repose sur un oubli de la situation de séduction. Cela ne signifie pas qu’on ne puisse, dans un machiavélisme donjuanesque, l’orchestrer avec des objectifs conscients. Se-ducere suppose un écart et une sollicitation, une sorte de racolage verbal, en somme. Mais pour celui qui est séduit, le dispositif discursif est masqué par l’agrément qu’il apporte.

11On peut étudier la séduction comme un rapport énonciatif, comme une relation, doté d’un objectif, deux actants articulés selon un rapport actif / passif. Le discours constitue l’accroche de ce fantasme, une excuse pour se penser dans ce discours offert comme tentation. En matière d’idéologie – et j’entends par là la promulgation partisane d’idées comportant une dimension politique – cela signifie une offrande intellectuelle et sociale : « Regardez, vous n’avez qu’à adopter ces formules et ces mots et vous serez intelligents, vous ferez partie des initiés ». Cette offrande d’appartenance, d’inclusion sans risque, avec le bénéfice d’une singularité sauvegardée, s’étaye sur le socle des mots. C’est ainsi que se déploie la séduction de l’idéologie : moins par les idées que par la séduction verbale.

12Je pose ainsi que la séduction du discours repose sur un socle d’impensés déclenché par le titillement linguistique. Il y a une forme et il y a un effet : la séduction repose sur un acte de langage (ou une image, etc. bref sur du discours, du sémiotique) mais l’irruption du signifiant provoque un effet dont l’impact concerne l’affect. Le discours séducteur, tout simplement, apporte de la jouissance.

2. Séductions esthétiques et éthos textuel5

  • 5 Je parle d’éthos textuel dans le fil des recherches de Ruth Amossy (2010), de Dominique Maingueneau (...)
  • 6 J’ai abordé ce domaine dans le cadre d’une étude sur la terminologie, la métaphore et les genres de (...)

13Cette jouissance est particulièrement notable dans le genre textuel des notes de dégustations œnologiques6. Cet exemple, un peu hors des enjeux idéologiques, me permet d’illustrer le fonctionnement d’un éthos textuel fondé sur la gratuité esthétique des signifiants. Dans ces textes, le vocabulaire se déploie à partir d’un soubassement hédoniste et bucolique non dénué de valeurs éthiques qui restent allusives mais qui font socle.

14Le caractère laudateur de la dégustation fait partie de son identité en tant que pratique discursive. Pour des raisons multiples (intention publi-rédactionnelle, enthousiasme spontané, valorisation de soi, du monde du vin…), l’hyperbole constitue souvent l’horizon stylistique de la dégustation à destination du grand public. C’est aussi une dimension induite par la nature des textes : de manière tautologique, la publication retient des vins qui sont censés mériter de figurer dans les notes de dégustation.

15Le vocabulaire de la dégustation est donc pris entre deux dimensions : un niveau relevant de la catégorisation (sensorielle, descriptive) et un autre relevant de l’évaluation. Il en résulte un cumul connotatif.

  • 7 Les exemples suivants sont tirés des notes de dégustation publiées dans la Revue du Vin de France n (...)

16On voit ainsi comment « un vin droit »7 joue sur une métaphore spatiale dont la lexicalisation est problématique. Catachrèse psychologique quand l’idée de droiture est appliquée à une personne, elle se re-métaphorise dans la dégustation par le biais de son ambiguïté anthropomorphique mais avec le poids de sa valeur axiologique, la notion de droiture étant positive. Un vin droit évoque-t-il une perception rectiligne ou une forme d’honnêteté ? Peu importe : le scripteur cumule une métaphore perceptive (volume, tannins, etc.) avec une valuation psychologique, mais c’est finalement l’axiologie qui prend le dessus.

17De même quand on parle d’une « finale caillouteuse », il ne s’agit pas d’un hypothétique « goût de cailloux ». Mais alors, s’agit-il d’une impression proprioceptive ou de la description d’un terroir de graves ? L’ostension de l’écriture entre en conflit avec la description sensorielle à la faveur d’une métaphore où la rocaille ne roule que pour le seul plaisir de son évocation.

18Cette dimension louangeuse de la description est marquée par différents excès rhétoriques qui ne manquent pas d’obscurcir les termes techniques. En effet, l’hyperbolisation et la poétisation systématiques du discours aboutissent au non-sens. Au sein d’un vocabulaire technique qui est, par contrainte cognitive, métaphorique et analogique, fleurit également une dimension hédoniste qui est parfois développée jusqu’à l’absurde et qui finit par contrevenir aux objectifs censément descriptifs de la dégustation.

19Mais le cumul de faits stylistiques saillants génère une forme de séduction propre à faire saliver le lecteur :

Sous un jus à la robe magenta naissent les cerises et leur boisé finement torréfié. Digeste et précis, il tutoie le terroir avec élégance.
Rouge pulpé, note racinaire de roche pourrie, fruit souple et courtois. Mâche et épices en finale apportées par une longue macération.

20Hypallage (« notes sauvages de prunelles »), hyper-précision gustative (« peau de burlat »), clichés poétiques (« parfum de feuilles d’automne »), mélange de vocabulaire technique et hyperbolique (« mâche démoniaque ») contribuent à évoquer un monde de saveurs d’une intensité ineffable. Le dégustateur-écrivain remarque ainsi des nuances gustatives infinitésimales : « parfums vaporeux de roche bleue », « pourpre profond aussi gourmand en cerise qu’aérien en jus ».

21L’hyper-sensibilité des perceptions du dégustateur a pour corollaire son affichage stylistique. La conglobation qui en résulte définit même une esthétique et un éthos textuel : la finesse de la perception gustative devient le pendant d’une finesse d’expression et de pensée. Cette dimension poétique de l’éthos est capitale dans la séduction et débouche sur son utilisation dans l’entreprise de valorisation de soi. Ce statut socio-stylistique de la poétisation valorise et crédibilise l’auteur et sa publication. Pragmatiquement, la poétisation participe au développement d’un ethos scriptural séducteur. On retrouve ici ce que j’appelle l’éthos littéraire dans la séduction des discours idéologiques, cette fois-ci articulé à un programme qui n’est plus seulement commercial mais politique. Ce paradigme littéraire de la séduction valorise à la fois le locuteur et, par contrecoup, les idées qu’il défend. En somme, la virtuosité d’écriture est garante de la profondeur de la pensée.

22La séduction est provoquée ici par l’évocation dans le langage d’une sensualité gustative dont la sublimation intellectuelle repose sur un effort stylistique démesuré. L’intensité métaphorique de ce genre de texte, au-delà de sa nécessité synesthésique pour rendre compte du goût par les mots, constitue une sorte de substitut intellectuel du vin absent de la page qui prétend en rendre compte. Le genre textuel de la dégustation est largement dépendant de la fonction poétique exercée avec emphase par un locuteur qui incarne la médiation de la jouissance œnologique. Le lecteur ne peut alors qu’être séduit par un discours dont l’auteur est pourvoyeur de plaisir poétique : la lecture des notes de dégustation fait jouir par procuration, par les mots.

3. Séduction des valeurs : un marketing éthique

23Le plaisir des mots est aussi celui des idées que véhiculent les mots. Un pas plus loin dans la mise en place d’un soubassement idéologique intégré au lexique se situent les textes publicitaires mais qui ne se présentent pas comme tels. La « communication » consiste ainsi à mettre en avant une marque, un événement, un lieu en produisant du discours. La séduction opère grâce à l’incantation de signifiants consensuels dans lesquels la cible du discours est censée se reconnaître. La particularité de ces énoncés est une tendance à l’infalsifiabilité : aucune réfutation n’est possible tant les contenus prédicatifs échappent à une logique assertive démonstrative.

24Prenons le « Dialogue des cultures » qui est le titre de l’exposition consacrée à Jacques Chirac au musée du Quai Branly (21 juin-9 octobre 2016) et présentée comme suit par Jean-Jacques Aillagon, commissaire de l'exposition :

  • 8 http://www.rtl.fr/culture/arts-spectacles/jean-jacques-aillagon-jacques-chirac-a-fait-tres-tot-le-c (...)

« Il a fait très tôt le choix d'aimer l'ailleurs. Je pense qu'il aurait aimé être une sorte de Rimbaud en larguant les amarres pour l'ailleurs et l'autre », raconte Jean-Jacques Aillagon. Depuis les atroces exhibitions d’indigènes lors des expositions universelles jusqu'à l'inauguration du musée du quai Branly, le monde a changé. En fondant ce musée, Jacques Chirac a participé à ce changement. Et il a même changé au contact de l'art et c'est aux spectateurs de changer l'idée qu'ils avaient de Jacques Chirac. « C'est sa part de rêve de devenir traducteur. Jacques Chirac est plus à l'aise dans les horizons lointains que dans les réalités proches », explique le commissaire de l'exposition.8

25Le titre et le propos reposent sur une métaphore et une antanaclase :

  • 9 Sur ce sujet, voir Szlamowicz 2010.

26- dialogue : métaphore, filée par « traducteur ». L’actancialité qu’implique le terme sur le plan sémantique et syntaxique est une pure proclamation. Il est significatif que la construction de ce syntagme se fasse sous forme de titre nominal : pas de verbe, pas de sujet. En effet, dans la réalité, il n’y a là aucun échange verbal et aucun échange d’aucune sorte étant donné l’asymétrie actantielle entre une personne ou un musée et des sociétés souvent éteintes depuis des millénaires. Le terme « dialogue » n’est donc sollicité que pour son axiologie positive où l’altérité est envisagée de manière fort lévinassienne comme source du bien (l’autre, l’ailleurs)9.

27- culture : antanaclase sous-jacente puisqu’on confond volontiers « culture » au sens de « civilisation », « société », ou au sens de « somme de connaissances », « familiarité avec le monde des arts ». On sait que le moindre objet peut désormais s’enorgueillir du titre de représentant culturel (« culture de la rue », « culture de l’excellence »). Ce terme fonctionne sur une axiologie humaniste similaire.

28- intense poétisation : l’évocation de Rimbaud inaugure les substantivations (« l’ailleurs », « l’autre ») ; les métaphores maritimes (« larguer les amarres »), paysagistes (« horizons lointains ») et intellectuelles (« devenir traducteur ») et autres balancements (« dans les horizons lointains que dans les réalités proches »).

29- hyperbole : « Jacques Chirac a participé à ce changement ».

30- proposition d’une lecture de l’exposition : « C'est aux spectateurs de changer l'idée qu'ils avaient de Jacques Chirac ». Il y a donc une déonticité de cette esthétisation qui propose une grille de lecture dépolitisant l’ancien chef d’état.

31Remarquons que les notions proposées au programme de langue des collèges s’intitulent « l’ici et l’ailleurs », « espaces et échanges », ce qui entre en résonnance avec la formulation de ce programme idéologique.

32La séduction repose ici sur les valeurs humanistes dont les mots sont l’étendard. Ces valeurs sont proposées comme une offrande pour qu’elles puissent être adoptées en tant que discours de valorisation de l’exposition. Dans le prolongement de cet emploi « éthique » de la rhétorique promotionnelle, nous avons remarqué une série de publicités du Crédit Coopératif qui se formule ainsi :

J’ai ouvert mon compte comme on s’ouvre aux autres/ comme on décide de s’ouvrir aux autres. (particuliers et associations)
Pour l’insertion des personnes handicapées, pour l’accès au logement de tous, pour l’accès à la culture, à toutes les cultures.
J’ai ouvert mon compte comme on ouvre une fenêtre. (particuliers)
J’ai ouvert mon compte comme on ouvre son capital. (entreprises)

  • 10 Sur l’emploi idéologique du pluriel, voir Szlamowicz 2007.

33On remarque que même des publicités pour la banque sollicitent les motifs éthiques d’une métaphore spatiale comme celle de l’ouverture. L’antanaclase autour de la notion de culture est particulièrement mise en évidence par le passage de la notion du singulier au pluriel10. Notons que ce jeu va très loin et risque même une hyperbole poétique un peu obscure (« ouvrir une fenêtre »), voire ambiguë (« ouvrir son capital »).

34Ce n’est pas la valeur référentielle de « culture » ou « ouvrir » qui est ici sollicitée : ouvrir un compte n’est pas une décision culturelle ou altruiste – c’est un choix pratique. Ce qui fait sens ici en terme de séduction commerciale, c’est l’ostension idéologique de signifiants qui possèdent une valeur éthique. C’est en proposant une identification sur le plan des valeurs présentées comme humanistes que cette banque choisit de construire une image. C’est d’ailleurs un secret de polichinelle du marketing que de proposer un univers qui soit en adéquation avec une cible. Le propos – au sens assertif, prédicatif, du terme – n’est pas en jeu, ce qui en fait des énoncés infalsifiables. Ce qui compte, c’est de faire figurer les mots qui permettent de construire une certaine image.

35Prolongeant ces protestations d’humanisme commercial, l’Euro de football a été l’occasion de communications corporate reposant sur des mots comme « ensemble », « partage » et, plus largement, sur le fair-play de la fraternité internationale. On retrouve donc cette ostension de valeurs humanistes décrochées de toute réalité assertive dans le dispositif Coca-Cola pour l’Euro 2016 où l’on lit des slogans comme : « Ensemble avec Coca-Cola », « Savoure l’instant » et des déclarations comme « On va vibrer ensemble et cette cohésion est rare aujourd'hui »11. Sur le même sujet, McDonald’s conclut la compétition en proclamant avec une inclusion absolue qui concerne simultanément la chaîne de fast-food et la totalité des équipes : « Nous avons joué avec tout notre cœur. N'oublions pas tous les beaux moments partagés. MERCI ».

36Volkswagen exhibe également ses valeurs inclusives :

Volkswagen félicite l’Équipe du Portugal pour son 1er sacre européen et reste plus que jamais fier d’être Bleu. Rendez-vous en septembre pour un nouveau challenge.
Une marque allemande qui supporte l’équipe française et qui félicite l’équipe portugaise. C’est beau l’euro.

37Au niveau référentiel et actantiel, ces énoncés sont dénués de sens : à qui donc s’adressent les remerciements de McDonald’s qui se félicite de son propre bonheur ? En quoi vibrons-nous avec la marque Coca-Cola ? En quoi une marque de voiture constitue-t-elle un énonciateur fondé à féliciter une équipe ? En effet, les actants sont sémantiquement pluriels (Volkswagen, le Portugal), même jusqu’à l’abstraction (« être Bleu »). Il s’agit pour ces messages d’établir un simple lien de contiguïté avec des valeurs consensuelles : « Ensemble avec Coca-Cola » est le type même de l’énoncé infalsifiable, syntaxiquement dénué de noyau verbal et de contenu assertif. Le flou que permet l’ellipse syntaxique permet même justement de ne pas élaborer de contenu propositionnel sujet à une éventuelle négation.

38Dans un autre domaine, certains journalistes tâchant de légitimer les tenues de plage islamiques ont voulu imposer une interprétation du « burkini » comme libération. En associant à une burka de plage le suffixe « –kini », le terme en capte le caractère diminutif et affectif, sa dimension innocente.

But de l’opération [l’invention du burkini] : permettre aux musulmanes de profiter sans entraves des joies de la plage. Les libérer et non les emprisonner… Grâce au burkini, de jeunes musulmanes australiennes ont pu non seulement nager, jouer au volleyball ou au baseball, mais aussi travailler comme sauveteuses. (Agnès Gruda, La Presse, 17/08/2016).

39Le burkini, équivalent halal du bikini, en est la version « pudique », théologiquement acceptable du vêtement occidental dans le paradigme islamique. Ce sont les mots et non les raisonnements qui importent à ses zélateurs : « sans entraves », « joies », « travailler », « libérer », « jeune », « jouer » sont des associations nécessaires pour valoriser un vêtement qu’on pourrait également considérer comme signant la surveillance masculine, la contrainte, la soumission à un ordre moral religieux doublé d’une conquête stratégique militante de l’espace public.

40L’association positive entre un nom et des valeurs consensuelles est le but rhétorique recherché. Signe sans doute que l’idéologie de l’altérité fait désormais partie du discours obligatoire pour être accepté dans l’espace de la citoyenneté – même s’il se réduit à des slogans creux. Cette litanie de notions à l’axiologie positive (« libération », « jeune », « culture », « dialogue », « vivre-ensemble », « partage », etc.) impose des valeurs séductrices parce que fondatrices de notre environnement idéologique. Le plaisir verbal vient de la promotion d’un discours qui conforte nos attentes et leur fournit un enracinement dans des formules. Mais la séduction opposée, fondée sur l’axiologie négative, a également cours. Il s’agit alors de procurer les mots qui permettent de dénoncer et de condamner. Le cas du traitement de l’information concernant Israël témoigne de cette tendance : l’association systématique du nom Israël avec la négativité et la violence.

4. L’indignation séductrice ou le chantage moral

41Avant d’évoquer les textes qui se servent de la jouissance procurée par le discours de la dénonciation, rappelons tout d’abord comment, partant de l’opposition entre platonisme et gracianisme, Jankélévitch évoque les deux valeurs possibles que peuvent prendre les apparences. D’un côté, l’apparence peut être identique à la vérité (« C’est l’extérieur qui nous fait connaître l’intérieur parce que l’écorce seule est connue immédiatement et premièrement ») (Jankélévitch 1980 15). D’un autre côté, la splendeur du verbe est sollicitée pour flatter et plaire : « c’est tout le platonisme qui vomit les parfums et les sirops du bas agrément, qui dresse la science sérieuse contre la complaisance et l’austère vérité contre la stupidité et frivole câlinerie » (16). En effet, chez l’homme de cour de Baltasar Gracián, on note cette stratégie de séduction : « Avoir toujours la bouche pleine de sucre pour confire ses paroles, car les ennemis mêmes y prennent goût » (16). Dans ce positionnement tactique, les gracieusetés de la parole ne sont pas « un charme de sympathie ou de consentement bilatéral, mais un hameçon. […] Ce charme est une forme de belligérance » (20).

42Cette belligérance s’exprime fréquemment sous les traits d’une condamnation morale, d’une dénonciation du mal qui satisfait le penchant axiologique de tout auditoire à s’identifier au bien. Il existe en effet une séduction de l’horreur et de son corollaire moral, l’indignation. Par la scène que développe le récit médiatique, l’axiologie qui se déploie s’arrime aux signifiants et à la syntaxe pour créer un discours dont l’orientation finit, à force de répétition, par s’imposer comme norme.

43La séduction est à l’œuvre à partir du moment où la tromperie factuelle choisit de faire appel à des valeurs qui ont pour rôle de charmer d’auditoire. L’adhésion au discours anti-israélien repose ainsi sur l’exploitation d’un fantasme narcissique : nous brûlons de dénoncer l’injustice. La litanie de mots infondés dans les faits (« apartheid », « génocide », etc.) ou axiologiquement orientés (« colon ») nourrit notre jouissance justicière d’indignation moralisatrice. Nous sommes séduits par la proposition qui nous est faite de nous retrouver dans ces mots dont l’agitation incantatoire sert de raisonnement. Les faits importent peu face à l’incantation conglobatoire d’un tel arsenal (lexical, syntaxique, narratif, etc.). Il y a séduction dans la simplification, comme si nous connaissions une fascination morbide pour les marques verbales incarnant le mal. Il est alors facile – si le discours provient d’une source perçue comme autorisée et qu’il propose une formulation habile – de céder à l’ivresse de la dénonciation.

44Prenons comme illustration quelques exemples montrant la systématicité narrative concernant les attaques arabo-musulmanes en Israël où l’on met en avant la mort du tueur devenu victime de l’armée :

« Un Palestinien tué par l’armée israélienne en Cisjordanie », BFM TV (27/07/16)

45La construction passive et la dénomination essentialisante (tué parce que Palestinien ?) effacent l’action préalable du sujet pour en faire une victime alors qu’il s’agit d’un djihadiste du Hamas qui avait assassiné un rabbin et, retranché, avait refusé de se rendre et avait tiré sur les soldats. La mention d’un agent focalise une actancialité partisane : l’armée israélienne tue des Palestiniens. On note aussi l’utilisation d’un terme « recommandé » diplomatiquement par le camp arabo-musulman (« Cisjordanie » est le nom donné par la Jordanie en 1948 au territoire qu’elle venait d’annexer militairement après avoir tenté d’envahir Israël. Cette occupation a pris fin en 1967 et ce nom est donc caduc. En géographie, on parle de Judée-Samarie ou des Monts de Judée).

« Mort d’un Palestinien accusé d’une attaque au couteau », Le Figaro.fr, avec AFP (19/07/2016)

46Le passif précautionneux, au juridisme vétilleux, oublie qu’il ne s’agit pas d’une accusation mais d’un fait : la « victime » venait de poignarder deux soldats israéliens. On remarque l’essentialisation systématique des dénominations et la thématisation syntaxique inversée : on ne part pas de l’attaque mais de la mort de son auteur.

Trois Palestiniens tués par l’armée israélienne…
Trois Palestiniens ont été tués lundi après des attaques à l’arme à feu et à la voiture bélier en Cisjordanie occupée, a annoncé l’armée israélienne. « Deux assaillants ont ouvert le feu sur des piétons dans un arrêt de bus à l’entrée de la colonie de Kiryat Arba avant d’être abattus par les forces de l’ordre », a indiqué un communiqué militaire. Quelques minutes plus tard, un troisième Palestinien a été tué après avoir lancé une attaque à la voiture bélier contre un véhicule militaire israélien. Le Figaro (14/03/16)

  • 12 Cet effacement total de toute agentivité humaine est récurrent pour narrer les attaques arabo-musul (...)

47Là encore, le titre, fondé sur une dénomination essentialiste plutôt qu’agentive, escamote la chronologie, utilise le passif et met en place des excuses victimistes en parlant de « Cisjordanie occupée », dénomination et interprétation impérialiste pour le moins partisane. Pour la légalité de l’occupation, renvoyons au traité de San Remo en 1922 et au traité d’Oslo par lequel l’OLP reconnaît le contrôle militaire et administratif de la zone C. Le complément de cause / temps « après des attaques à l’arme à feu » utilise une nouvelle fois un syntagme prépositionnel qui efface l’agent12.

48Au-delà du constat de récurrence de ces récits (dont nous donnons ici qu’un aperçu très limité quantitativement mais qui se répète à chaque attaque), la présentation des faits est fondée explicitement par des recommandations stylistiques, émanant par exemple du Hamas ou de l’AFP.

La tournure ‘un kamikaze s’est donné la mort, tuant 18 personnes dans un bus bondé’ est à proscrire. Il faut lui préférer ‘un attentat suicide a tué 18 personnes outre son auteur dans un bus bondé’ […]
La question est posée pour l’emploi des termes « terrorisme », « terroriste », « extrémistes ». S’agissant du terme terrorisme et quelles que soient les motivations politiques de l’un ou de l’autre camp, l’utiliser dans la copie pour qualifier les attentats et attaques perpétrés [par] les Palestiniens sans jamais l’utiliser pour les opérations militaires ou de liquidation menées par l’autre camp israélien pourrait susciter des interrogations quant à la neutralité ou l’impartialité de l’Agence.
Directive AFP pour le traitement lexical de l’information (« Règles rédactionnelles pour le traitement de la copie sur le conflit israélo-palestinien »)13

49On peut comparer la convergence avec les recommandations du Hamas :

Anyone killed or martyred is to be called a civilian from Gaza or Palestine, before we talk about his status in jihad or his military rank. Don't forget to always add 'innocent civilian' or 'innocent citizen' in your description of those killed in Israeli attacks on Gaza.
- Begin [your reports of] news of resistance actions with the phrase 'In response to the cruel Israeli attack,' and conclude with the phrase 'This many people have been martyred since Israel launched its aggression against Gaza.' Be sure to always perpetuate the principle of 'the role of the occupation is attack, and we in Palestine are fulfilling [the role of] the reaction.'
- Avoid publishing pictures of rockets fired into Israel from [Gaza] city centers. This [would] provide a pretext for attacking residential areas in the Gaza Strip. Do not publish or share photos or video clips showing rocket launching sites or the movement of resistance [forces] in Gaza.
- To the administrators of news pages on Facebook: Do not publish close-ups of masked men with heavy weapons, so that your page will not be shut down [by Facebook] on the claim that you are inciting violence. In your coverage, be sure that you say: 'The locally manufactured shells fired by the resistance are a natural response to the Israeli occupation that deliberately fires rockets against civilians in the West Bank and Gaza.'
- When speaking to the West, you must use political, rational, and persuasive discourse, and avoid emotional discourse aimed at begging for sympathy. There are elements with a conscience in the world; you must maintain contact with them and activate them for the benefit of Palestine. Their role is to shame the occupation and expose its violations.
- Avoid entering into a political argument with a Westerner aimed at convincing him that the Holocaust is a lie and deceit; instead, equate it with Israel's crimes against Palestinian civilians.
Recommandations lexicales du ministère de l’intérieur du Hamas aux « social media activists », cité par Middle East Media Research Institute (17 juillet 2014)14

50Force est donc de constater une claire conscience des enjeux argumentatifs dans la communication : la polarisation victimaire est un enjeu capital du paradigme narratif associant Israël au rôle d’agent de la violence et la « Palestine » au rôle de patient. Ce dispositif implique la séduction du lecteur dans la mesure où on lui propose une identification avec le camp des victimes.

51J’ai déjà décrit les trois temps narratifs, fréquemment relevés, des attaques envers les Israéliens :

52- Atténuation des faits (évitement dénominatif, mise en avant de la mort de l’assaillant, mise en doute de son caractère terroriste, etc.).

53- Justification des actes d’agression (causés par l’occupation, l’oppression, l’injustice etc.).

  • 15 Voir Szlamowicz, « Petit guide de désinformation pour écrire sur Israël, Analyse rhétorique des méd (...)

54- Renversement de la culpabilité (la violence est d’abord israélienne).15

55Ce modèle narratif est en fait souvent repris dans le cas de l’occident en général. Comme dans le cas des récits concernant Israël, l’évocation du terrorisme islamique est bien souvent atténuée par un effort stylistique particulier. Le même masquage rhétorique de la réalité est ainsi à l’œuvre dans le titre proposé par la BBC : « Syrian migrant dies in German blast » (BBC/ Reuters, 24/07/2016). Ce titre est censé annoncer le récit de l’attentat d’Ansbach où un individu ayant prêté allégeance à l’Etat Islamique a tenté de causer la mort de membres du public d’un festival musical.

56Dans ce titre, fort peu de mots sont en rapport avec la réalité. Le statut administratif (« Syrian migrant ») remplace une dénomination mentionnant l’acte perpétré, ce qui construit une identité éludant le militantisme islamique du sujet. Outre « terroriste », il existe bien d’autres termes, dont ceux revendiqués par le sujet lui-même (shaheed, « martyr » ou moujahidine, i.e. « engagé dans jihad »). Le verbe die est actantiellement passif, ce qui en fait un procès quasiment accidentel. L’utilisation récurrente du passif syntaxique ou actanciel est un trait marquant de l’atténuation de la violence islamique dans les discours. L’agresseur devient victime d’une « explosion allemande » : l’hypallage permet la victimisation du tueur par un déplacement « nationaliste » de l’adjectif qui au lieu de localiser devient une propriété notionnelle de l’explosion. On sait que la BBC a proscrit l’utilisation du mot terrorist pour manque de neutralité. On voit à quoi ressemble une information expurgée de toute dimension interprétative : elle n’a plus aucun rapport avec les faits.

  • 16 La même Clémentine Autain déclarait avant les attentats que la France a connus depuis : « Je ne cro (...)

57À rebours de l’atténuation du terrorisme, l’hyperbole victimaire tient une place de choix dans le dispositif pro-islamique. C’est ainsi que l’on a pu entendre des propos hyperboliques inventant des persécutions : « Le burkini est instrumentalisé dans une logique de chasse aux musulmans » (Clémentine Autain, i-télé, 26/08/16). La notion de « chasse », avec la mise à mort qu’elle suppose, se double d’un écho à l’histoire française où l’on a effectivement pourchassé… les Juifs. Ce parallélisme implicite développe un imaginaire complotiste : « instrumentalisé » et « logique » suggèrent qu’il existe des fondements organisés à cette chasse et que le burkini n’en serait que le prétexte – un système de traque étatisé, en somme16.

58Rejouer dans le confort des mots la scène mythique de la Résistance procure une jouissance idéologique. On peut en effet se placer du côté de la morale grâce aux mots : traiter l’autre de « nazi », de « fasciste » ou de « colon » procure une décharge narcissique qui repose sur la dimension déclarative des mots-talismans. Le signifiant devient un fétiche et, au-delà de sa fonction pathétique, devient une bouée symbolique et idéologique pour celui qui s’y accroche. Les mots sont déliés du réel, dans une furie désirante où ils n’ont plus guère d’ancrage référentiel.

59La séduction de l’indignation repose sur la possibilité d’une identification narcissique. Le discours autorisé vient proposer une résolution confortable au fantasme de sapience, fantasme d’une intégrité intellectuelle forte de son intégrisme, c’est-à-dire de son systématisme explicatif. Sur le plan idéologique, on trouve là une position inaltérable dont le langage est le socle indéboulonnable, d’où la perspective infalsifiable des propositions idéologiques (cf. slogans de manifestations, de tracts). Elles sont intégristes, c’est-à-dire pleines, fermées, arc-boutées sur des vérités-écrans portées par des mots.

60Telle est la séduction du discours dénonciateur. En révélant la nécessité d’une indignation, il déstabilise et résout à la fois. La séduction repose sur cette articulation du manque (il y a révélation, quelque chose à savoir, une position doxique à tenir) et la proposition d’une solution discursive, à savoir un corpus de mots et d’arguments.

5. L’éthos du signifiant

61Séduction de l’agrément ou séduction du scandale, ce sont les mots qui ancrent l’adhésion dans le charme d’une argumentation toujours seconde par rapport à cette fascination première pour le signifiant. Le masquage argumentatif auquel procèdent ces différents discours consiste à se servir d’un arsenal lexical où la légitimité idéologique est l’objet d’une incantation sans guère de rapport avec la réalité. Jean-Claude Milner note ainsi comment « toute conduite, tout propos deviennent littéralement affaire d’état : quelque futile qu’il puisse paraître aux yeux non prévenus, un objet quelconque suscitera les noms les plus alourdis : dictature, démocraties, libertés, révolutions seront mentionnées là où ils n’ont que faire, ne servant bien souvent qu’à nommer l’absence le plus abjecte de toute pensée » (Milner 78). Car la séduction idéologique s’incarne volontiers dans l’allusion du signifiant politique. J’ai analysé comment, dans le cas de la négation culturelle de l’histoire du jazz, le signifiant « pluriel » devient l’emblème d’un anti-racisme innommé bloquant par là même toute réfutation au nom de ses valeurs implicites. Ce forçage axiologique est dynamique et traverse un lexique en apparence dénué de dimension argumentative. De la même manière, l’antisionisme militant se nourrit d’une dénonciation indignée, gorgée des hyperboles partisanes criant à l’injustice.

  • 17 Le terme grec hypostello (littéralement « rétrécir ») désigne le fait de se retirer, de se cacher, (...)

62Cette façon de promouvoir indirectement des organisations fort peu humanistes comme le Hamas (rappelons que sa charte annonce comme objectif l’éradication des Juifs et l’application de la charia) s’accompagne d’un arsenal lexical et argumentatif généreux où figurent les petits enfants, la souffrance, le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et autres mises en scène de l’angélisme. Ce paradoxe est récurrent dans le discours post-moderniste. Je parle de stratégie discursive d’hypostelle17 pour décrire ce masquage axiologique qui promeut des valeurs dans les termes d’autres valeurs. Cette forme d’inversion et de travestissement possède une dimension tactique majeure dans le cadre d’un discours cherchant à persuader par le recours à des valeurs communes à l’auditoire. Comme le rappelle Chaïm Perelman, « l’orateur ne peut choisir comme point de départ de son raisonnement que des thèses admises par ceux auxquels il s’adresse » (Perelman 41, dans son chapitre « les prémisses de l’argumentation »).

  • 18 La catégorie grammaticale n’est pas seule en cause et d’autres facteurs contribuent à l’effacement (...)

63L’hypostelle s’appuie sur le consensus axiologique des « mots qui font signe », des « Maîtres Mots » (Milner), des mots-étendards pour déclencher une séduction qui ne va pas sans un obscurcissement des valeurs. Mais le lexique n’est pas la seule dimension linguistique convoquée et les choix grammaticaux sont également importants. J’ai mentionné l’utilisation de la voix passive et également la façon dont la nominalisation efface le schéma actantiel dont les arguments sont conflictuels. Il est plus facile d’obtenir l’adhésion en parlant de valeur d’« indignation » ou de « rébellion » en soi qu’en prenant des exemples sur lesquels le consensus sera difficile à établir. À partir du moment où l’on utilise une forme nominale, il existe une tendance à la généricité qui est facilitée par le caractère « substantif », c’est-à-dire désignant une catégorie d’objets18. Dans la rhétorique idéologique, le substantif permet fréquemment l’évitement des aspérités politiques en se réfugiant dans la généralisation philosophique là où la mise en place d’un prédicat ferait apparaître un sujet et des compléments – l’actualisation prédicative risquant de provoquer l’irruption du réel dans le raisonnement.

64Dans ces stratégies d’évitement ou de travestissement des faits, l’éthos du signifiant rencontre l’éthos individuel. Les mots deviennent des fétiches idéologiques que l’on peut s’approprier pour nourrir son positionnement. On remarque en particulier comment le paradigme contestataire a gagné une légitimité axiologique et argumentative. La mise en place de nombreuses formations discursives passe en effet par une phraséologie contestataire : la récupération d’un imaginaire historique où luttes sociales et Résistance fusionnent d’une manière purement allusive, exploite des représentations positives et les transplante dans des cadres variés. Ce paradigme contestataire s’est institutionnalisé et est devenu aujourd’hui une des normes de l’idéologie post-moderniste : « résistance », « engagement », « indignation », « rébellion », « insoumission », « désobéissance » et tout le champ lexical de la subversion et de la marginalité sont devenus aujourd’hui axiologiquement positifs.

65Ces notions ont en commun un motif agonistique. Leur valeur, au sens économique du terme, s’inscrit dans le cadre d’une opposition. Le tout est de savoir quels sont les actants de ce prédicat d’opposition et de contestation : qui s’oppose à quoi ? Qui conteste quoi au nom de quoi ? Dans l’entreprise de séduction rhétorique, ces questions sont devenues secondaires. La contestation portée par ce lexique, est devenue une position de force idéologique. Toute une chaîne de représentations dialectiques participe de cet arsenal lexical. Parce que le paradigme contestataire véhicule implicitement un positionnement victimaire (celui qui conteste le fait parce qu’il est censé être opprimé, faible, donc dans son bon droit), il construit par avance toute réfutation comme une oppression, et donc, comme illégitime.

66Autrement dit, la valeur du positionnement remplace la rationalité des arguments : les absolus idéologiques se substituent à la valeur prédicative des énoncés. C’est ce qu’a illustré avec un panache sans vergogne l’opuscule de Stéphane Hessel par l’ostension injonctive de son titre, Indignez-vous ! Dans le paradigme de la contestation, il suffit de dire « Je suis indigné » pour que cet énoncé fonctionne comme argument en faveur du soulèvement. Ce positionnement idéologique véhicule en fait un masquage des positions de pouvoir car la contestation fait partie aujourd’hui des valeurs admises. Il est alors courant de « vendre du marginalisme » comme le dit Vladimir Jankélévitch qui poursuit en remarquant que « De tous les conformismes, le conformisme du non-conformisme est le plus répandu aujourd’hui » (Jankélévitch et Berlowitz 13).Cette citation paradoxale, qui figure en épigraphe de mon ouvrage Détrompez-vous !, renferme pour moi tout un programme d’analyse : le caractère fluctuant de l’axiologie dépend d’un cadre argumentatif, d’un locuteur mais aussi d’un paradigme idéologique. Autant d’implicites que l’étude linguistique peut se donner pour objet.

Conclusion

  • 19 « Le jazz est d’origine américaine, mais il est aujourd’hui pluriel » est une mythéologie qui sert (...)
  • 20 L’incantation de clichés humanistes permettant de considérer Israël comme état d’apartheid, nazi, g (...)

67La séduction du discours idéologique repose sur quelques mots. Soigneusement sélectionnés puis brandis, ils résument un positionnement qui peut parfois se faire passer pour une pensée. Ce discours idéologique constitue ce que j’appelle une mythéologie, c’est-à-dire un ensemble de récits et d’arguments – inexacts, simplifiés, mensongers – dont la vocation est de servir des intérêts idéologiques. J’ai analysé cela dans le domaine du jazz19 comme dans celui de l’antisionisme20 ou de l’islamisme (voir Szlamowicz 2010 et 2011). Jean-Pierre Faye parle quant à lui de « narration idéologique ».

68Une mythéologie se construit grâce à un faisceau d’arguments et de récits convergents qui construisent la légitimité des représentations ainsi diffusées et que je désigne sous le terme d’arsenal (je parle selon le cas d’arsenal lexical, argumentatif, etc.). Cet arsenal constitue une séduction : il est tentant d’y céder, d’en adopter le pré-penser, de se laisser envelopper par ses certitudes sans esprit critique. Il est justement fait pour qu’on se l’approprie.

69Il est difficile de se défaire du discours séducteur car une fois accroché, il possède une emprise : y avoir cédé, c’est le reconnaître comme porteur d’une vérité et cela rend difficile aussi bien la nuance que le désaveu. Face à des propositions comme le faussement factuel « Un Palestinien tué par l’armée » ou « Syrian Migrant Dies in German Blast », rappelons la formule du poète Henri Michaux défendant un autre type de vérité poétique : « Même si c’est vrai, c’est faux ».

70Par l’agrément (« Rouge pulpé, note racinaire de roche pourrie, fruit souple et courtois ») ou le scandale (« Mort d’un Palestinien accusé d’une attaque au couteau »), la séduction s’arrime aux connotations des signifiants qui opèrent comme des capteurs de complaisance. N’oublions pas qu’une notion, pour reprendre le concept de Culioli, est un ensemble de propriétés grammaticales et culturelles. Cela comprend la dimension esthétique qui est intégrée à l’argumentation – intégrée au sens où elle en devient indissociable parce qu’une formulation esthétiquement satisfaisante créé un effet de vérité dont l’axiologie possède en soi une efficace argumentative.

71Autrement dit, il y a des formes, mais leur intégration culturelle leur donne une valeur et une résonance dans l’affect qui n’est pas sans conséquence dans l’argumentation. Seulement – dans cette grande imbrication entre langue et discours – c’est le discours qui construit des montages séducteurs à partir de la langue, lesquels finissent par se sédimenter dans la langue. C’est quand on fait jouer cette circularité dans un montage, neuf et familier à la fois, par l’intermédiaire de formules dont l’agrément esthétique et argumentatif génère de la reconnaissance, qu’on obtient cette subversion du logos qu’on appelle la séduction.

Haut de page

Bibliographie

Amossy, Ruth, et Roselyne Koren (dir.). Après Perelman, quelles politiques pour les nouvelles rhétoriques ? L’Harmattan, 2002.

Amossy, Ruth. Pragmatique et analyse des textes. Tel-Aviv University Press, 2002.

Amossy, Ruth. L’argumentation dans le discours. Armand Colin, 2009.

Amossy, Ruth. La présentation de soi. Ethos et identité verbale. Presses Universitaires de France, 2010.

Cadiot, Pierre et Yves-Marie Visetti, Pour une théorie des formes sémantiques. Presses Universitaires de France, 2001.

Culioli, Antoine. Pour une linguistique de l’énonciation, Opérations et représentations, t.1. Ophrys, 1990.

Culioli, Antoine. Pour une linguistique de l’énonciation, Formalisation et opérations de repérage, t.2. Ophrys, 1999.

Culioli, Antoine. Pour une linguistique de l’énonciation, Domaine notionnel, t.3. Ophrys, 1999.

Faye, Jean-Pierre. Introduction aux langages totalitaires. Théorie et transformation du récit. Hermann, 2003.

Jankélévitch, Vladimir. L’austérité et la vie morale. Flammarion, 1956.

Jankélévitch, Vladimir. L’Aventure, l’ennui, le sérieux. Montaigne, 1963.

Jankélévitch, Vladimir et Berlowitz Béatrice. Quelque part dans l’inachevé. Gallimard, 1978.

Jankélévitch, Vladimir. Le Je-ne-sais-quoi et le Presque-rien. La manière et l’occasion, vol. 1. Seuil, 1980.

Maingueneau, Dominique, et Patrick Charaudeau. Dictionnaire d’analyse du discours. Seuil, 2002.

Meyer, Michel. Questions de rhétorique : langage, raison et séduction. Librairie Générale Française, 1993.

Milner, Jean-Claude. Les mots indistincts. Seuil, 1983.

Perelman, Chaim. L’empire rhétorique. Vrin, 1977.

Rastier, François. « De Primo Levi au chic nazi, entretien avec Georges-Elia Sarfati ». Controverses, vol. 10, « Le signe juif dans la politique française ». Éditions de l’Eclat, mars 2009, pp.142-146.

Sarfati, Georges-Elia. « Pragmatique linguistique et normativité : Remarques sur les modalités discursives du sens commun ». Langages, vol. 170, Armand Colin, 2008/2, pp. 92-108

Sarfati, Georges-Elia. « Hermès parmi les loups, Sens commun, institution de sens et doxanalyse ». Au Corps du Texte. Hommage à Georges Molinié, édité par Delphine Denis, Mireille Huchon, Anne Jaubert, Michael Rinn & Olivier Soutet. Honoré Champion, Bibliothèque de Grammaire et de Linguistique, 2010, pp. 339-353.

Sibony, Daniel. L’énigme antisémite. Seuil, 2004.

Sibony, Daniel. Le féminin et la séduction. Seuil, 1987.

Szlamowicz, Jean. Détrompez-vous ! Les étranges indignations de Stéphane Hessel décryptées. Editions Intervalles, 2011.

Szlamowicz, Jean. « Détournements sémantiques et esquives rhétoriques : l’argumentation du nouvel antisémitisme ». Pardès, vol. 55, « Qu’est-ce qu’un acte antisémite ? », Editions In Press, 2014, pp. 19-43.

Szlamowicz, Jean. « Historiens, journalistes, pédagogues face à l’islam : discours de l’occultation, de l’euphémisation et du révisionnisme ». Controverses, vol. 18, Éditions de l’Éclat, décembre 2011, pp. 143-162.

Szlamowicz, Jean. « Discours et représentations autour du jazz : détournements et exploitations ». L’Art du Jazz, édité par Francis Hoffstein. Éditions du Félin, 2011, pp. 71-82.

Szlamowicz, Jean. « Stéphane Hessel et la cause palestinienne : une rhétorique de la séduction », Controverses, vol. 17, Éditions de l’Éclat, juin 2011, pp. 156-162.

Szlamowicz, Jean. « Construction idéologique dans la promotion culturelle institutionnelle : l’exemple du jazz en France ». Stéréotypages, Stéréotypes : fonctionnements ordinaires et mises en scène, édité par Henri Boyer. L’Harmattan, 2007, pp. 137-151.

Trigano, Shmuel. « Le système politico-symbolique du signe juif dans la vie politique française ». Controverses, vol. 10, Éditions de l’Éclat, mars 2009, pp. 12-31.

Trigano, Shmuel. La nouvelle idéologie dominante : Le post-modernisme. Hermann, 2012.

Haut de page

Notes

1 Kavod peh ve kavod lashon. L’hébreu dit « J’ai la bouche lourde et la langue lourde ». On trouve diverses traductions (« J’ai la bouche et la langue embarrassées » chez Louis Segond (1880, Nouvelle Edition de Genève, 1979, par exemple). Comme si les traductions ne pouvaient s’empêcher d’alléger et d’esthétiser une déclaration revendiquant la maladresse verbale !

2 Exode / Chemot, i.e. « Le livre des noms », Sefer Chemot 4 : 10.

3 Rabbenou Nissim ben Reuben de Gérone (1320-1376).

4 Pour l’étude lexicale, je me fonde sur les apports de l’analyse sémantique inspirée par Antoine Culioli autour du concept de domaine notionnel et les recherches de Pierre Cadiot sur les formes sémantiques (concepts de « motifs, profils, thèmes ») pour les intégrer à l’analyse du discours, et les appliquer à divers domaines.

5 Je parle d’éthos textuel dans le fil des recherches de Ruth Amossy (2010), de Dominique Maingueneau et Patrick Charaudeau (2002). L’éthos est constitué par la façon dont le locuteur se donne à voir dans son discours. Cette image de soi où cohabitent le style et la biographie de la personne, peut concerner le texte lui-même comme genre. L’éthos textuel, c’est pour moi la façon dont, par exemple, un texte irradie d’un effet de légitimité et d’autorité du simple fait qu’il est publié dans Le Monde.

6 J’ai abordé ce domaine dans le cadre d’une étude sur la terminologie, la métaphore et les genres de discours avec Eleonore Obis, « Le discours de la dégustation : des métaphores entre lexicalisation et séduction », Colloque « Les terminologies professionnelles de la gastronomie et de l’œnologie : représentations, formation, transmission », 27-28 septembre 2016, Dijon – Beaune (article à paraître).

7 Les exemples suivants sont tirés des notes de dégustation publiées dans la Revue du Vin de France n°603, juillet-août 2016, et la Revue du Vin de France, n°595, octobre 2015.

8 http://www.rtl.fr/culture/arts-spectacles/jean-jacques-aillagon-jacques-chirac-a-fait-tres-tot-le-choix-d-aimer-l-ailleurs-7783714699

9 Sur ce sujet, voir Szlamowicz 2010.

10 Sur l’emploi idéologique du pluriel, voir Szlamowicz 2007.

11 http://www.coca-cola-france.fr/stories/Darren-Tulett-se-prepare-pour-l-UEFA-EURO-2016, consulté le 15 mars 2017.

12 Cet effacement total de toute agentivité humaine est récurrent pour narrer les attaques arabo-musulmanes. C’est le cas dans l’exemple suivant où « la voiture » et « le drame » sont les vrais responsables : « Une voiture a foncé sur un groupe de piétons, mercredi 22 octobre, à un arrêt de tramway à la limite de Jérusalem-Ouest et Jérusalem-Est. Le drame, qualifié de ‘terroriste’ par les autorités israéliennes, a tué un bébé de trois mois et blessé neuf personnes, dont l'un est en état critique et deux ont été sérieusement touchés, selon les secours », Le Monde / AFP (22/10/14). On note également que la mention d’un point de vue « qualifié de ‘terroriste’ par les autorités israéliennes » a l’effet d’une remise en cause du fait ainsi énoncé.

13 Cité par http://www.menapress.org/le-coup-du-b-lier-info-012510-14.html, consulté le 15 mars 2017.

14 http://www.memri.org/report/en/0/0/0/0/0/0/8076.htm, consulté le 15 mars 2017.

15 Voir Szlamowicz, « Petit guide de désinformation pour écrire sur Israël, Analyse rhétorique des médias français », 18 oct. 2015, JForum, http://jforum.fr/petit-guide-de-desinformation-pour-ecrire-sur-israel.html ; « De Tel-Aviv à Orlando : les médias et le refus de nommer l’islam », https://jforum.fr/de-tel-aviv-a-orlando-les-medias-et-le-refus-de-nommer-lislam.html, consulté le 15 mars 2017.

16 La même Clémentine Autain déclarait avant les attentats que la France a connus depuis : « Je ne crois pas qu'il y a en France une menace pour notre République du terrorisme islamique ou de l'intégrisme islamique » (le 13 novembre 2012 face à Elisabeth Levy, Débat Yahoo animé par C. Hondelatte).

17 Le terme grec hypostello (littéralement « rétrécir ») désigne le fait de se retirer, de se cacher, de baisser la tête : utilisé dans le domaine militaire, c’est une tactique d’évitement et de masquage (le terme désignait aussi l’apostasie).

18 La catégorie grammaticale n’est pas seule en cause et d’autres facteurs contribuent à l’effacement de l’actualisation comme le sémantisme abstrait, la détermination nominale générique, etc.

19 « Le jazz est d’origine américaine, mais il est aujourd’hui pluriel » est une mythéologie qui sert à évincer le jazz de son propre circuit commercial au bénéfice d’une pluralité de musiques qui lui sont culturellement et esthétiquement étrangères.

20 L’incantation de clichés humanistes permettant de considérer Israël comme état d’apartheid, nazi, génocidaire, tortionnaire, etc. sans jamais prendre en compte la nature fanatique et antisémite du jihadisme arabo-musulman et sa violence envers sa propre population.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean SZLAMOWICZ, « La séduction et l’idéologie : sémantique, syntaxe, argumentation », E-rea [En ligne], 15.1 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/erea/5930 ; DOI : 10.4000/erea.5930

Haut de page

Auteur

Jean SZLAMOWICZ

Université de Bourgogne, EA 4182
jean.szlamowicz@orange.fr
Spécialiste d’analyse du discours (musique, antisémitisme), de morphosyntaxe de l’oral, de traductologie, Jean Szlamowicz a publié Détrompez-vous ! Les étranges indignations de Stéphane Hessel décryptées. Son ouvrage de sociolinguistique et d’esthétique Les Mots du Jazz sera publié chez Intervalles.

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals