Navigation – Plan du site
Recensions

Céline Sabiron, Écrire la frontière, Walter Scott ou les chemins de l’errance

Aix-en-Provence, Collection Textuelles, Écritures du voyage, Presses Universitaires de Provence, 2016, 218 p. ISBN 979-10-320-0036-6. 20 €
Pierre MORÈRE
Référence(s) :

Céline Sabiron, Écrire la frontière, Walter Scott ou les chemins de l’errance. Aix-en-Provence, Collection Textuelles, Écritures du voyage, Presses Universitaires de Provence, 2016, 218 p. ISBN 979-10-320-0036-6. 20 €

Texte intégral

1Céline Sabiron est l’auteure d’une thèse soutenue en 2011 qui a pour titre Limites et frontières dans les romans écossais de Walter Scott. Dans le sillage de ce travail, elle se penche de façon très précise sur l’écriture de la frontière et accorde une place importante à la méthode narratologique, sans exclure néanmoins et de façon soutenue de nombreuses références à l’histoire politique et des mentalités, à la société écossaise et au mouvement des idées. L’analyse est fine, précise, et est servie par un style élégant malgré certaines concessions à une technicité dans le vocabulaire sans doute nécessaires dans une approche narratologique. L’ouvrage se répartit en six chapitres traitant successivement de la frontière dans l’histoire, de son élargissement à l’espace colonial, d’une réévaluation de la frontière dans un entre-deux, de sa désacralisation, de la violation du tabou et d’une forme de recréation de la frontière.

2Céline Sabiron explique bien comment la dimension dynamique de la frontière s’accompagne d’une transgression qui trace un chemin. Pour elle les ‘romans écossais [sont] moins historiques que géographiques en raison de la primauté de l’ancrage spatial’ (19). Sans doute, mais il n’en demeure pas moins que les lieux qu’elle évoque sont pratiquement tous liés à des moments de l’histoire, et que, partant, il semble difficile de dissocier l’historique du spatial. À cet égard, l’un des points très forts de cette étude est l’importance accordée à la toponymie et à ses diverses étymologies. Un seul exemple, parmi d’autres tout aussi lumineux, le sens originel de Shetland signifiant Hautes-Terres et renvoyant naturellement par connotation aux Hautes Terres du nord de la grande île (65). À juste titre, Céline Sabiron rejoint la critique scottienne en général en soulignant la via media qu’empruntent les romans de Scott, ainsi que l’absence d’une vision manichéenne, mais au contraire plurielle qui rend d’autant plus délicate sa compréhension. La frontière conduit logiquement au thème de la fermeture ainsi qu’en témoignent les villes fortifiées. En outre, celle-ci se présentant comme un interdit, elle engendre une complexité dans les déplacements et une transgression que l’auteure explique avec bonheur avec un éclairage freudien en soulignant les métaphores sexuelles souvent présentes pour chaque franchissement de frontière (139), sans en faire pour autant une exclusive méthodologique. Céline Sabiron a recours à des formules bienvenues pour définir le style de Scott, comme cette ‘écriture kaléidoscopique’ (70) faite de correspondances et d’échos. Elle montre également très bien comment les frontières visibles renvoient à des représentations de frontières invisibles par le recours au symbole (89 sq). D’une manière générale, cette étude montre clairement que si la frontière est censée marquer une limite, elle crée en même temps un espace, un ‘entre-deux’ qui est au centre de l’intrigue des romans écossais de Scott. Selon une vision un peu stéréotypée de l’Écosse, il existe aussi des lieux, entre naturel et surnaturel, hantés par des esprits maléfiques tel le Nain Noir qui évoque la figure du Brownie, hôte de la frontière anglo-écossaise. La frontière n’est pas une simple ligne à franchir, elle est aussi un espace souvent mystérieux où l’on cherche sa voie. Ici apparaît l’image du labyrinthe (113 sq). Tout en expliquant fort bien que la grotte labyrinthique évoque la caverne platonicienne, on pourra regretter que Céline Sabiron ne se soit pas ici davantage appesantie sur le roman Redgauntlet dont le héros éponyme et aussi dont le nom à résonance médiévale évoque un passé révolu, se perd dans une errance infinie dans les brumes et les marécages des Borders. D’ailleurs, le lecteur lui-même est lui aussi confronté au labyrinthe de la partie épistolaire du roman. Le labyrinthe est par excellence l’image de ces héros qui tournent en rond et qui sont l’apanage de nombreux personnages de Scott, ainsi que l’explique justement l’auteure. Dans le cas de Redgauntlet, il s’agit bien de ce qu’elle appelle ‘une frontière intériorisée’ (121), et on aurait pu reprendre ici encore la métaphore sexuelle d’un devenir inabouti où le héros, incapable de se libérer de sa matrice, est comme mort-né. En expliquant que la frontière demeure protectrice des identités nationales, après avoir montré comment elles sont également poreuses (181 sq), Sabine Sabiron aurait pu pousser plus en avant son analyse en montrant que cette porosité signale l’ambiguïté de la vision scottienne où la notion d’entre-deux est plus un refuge précaire qu’une solution de synthèse.

3Tout en soulignant la primauté du géographique sur l’historique dans les romans écossais de Scott, Céline Sabiron illustre avec des exemples historiques ponctuels, comme l’assaut sur la prison d’Édimbourg, son propos qui aborde en filigrane une histoire des mentalités. Il arrive cependant que, sans doute emportée par sa sympathie pour l’Écosse, elle en vienne à négliger certaines nuances pourtant nécessaires. Ainsi, lorsqu’elle évoque une ‘unification très contestée par le peuple calédonien’ (32), alors que son livre en montre la diversité (Highlands et Lowlands), elle semble en même temps faire référence à une notion de l’opinion publique telle qu’on l’entend de nos jours. Certes il y eut des soulèvements (bien que ne soit que rapidement évoquée [165] l’épopée la plus connue et avortée de Bonnie Prince Charlie et qu’il s’agisse d’un voyage intrusif pour les uns, libérateur pour d’autres) et des troubles divers, la notion d’une conscience politique populaire reste diffuse au XVIIIe siècle et appartient plutôt aux élites. Et parmi elles, il y avait des partisans de l’union, comme on en trouvait aussi au sein des clans des Highlands. En revanche, la tragédie humaine des enclosures et des clearances est très précisément évoquée, avec la dureté des propriétaires terriens, l’émigration qui s’ensuivit et l’Écosse, de pays colonisé, devenant à son tour colonisateur. De même, Céline Sabiron montre comment dans les romans écossais de Scott le pouvoir législatif se révèle être un pouvoir plus sournois d’unification que la puissance militaire. Elle fait également des remarques très pertinentes sur l’absence de superposition entre frontières politique et économique dès lors que l’Angleterre n’applique pas équitablement le libre échange qui devrait être la règle. Elle fait aussi très justement remarquer que le tourisme (83 sq), attiré par cette terra incognita dont Johnson fera ses délices, n’est pas une activité politiquement innocente. Enfin, Céline Sabiron rend justice à l’héritage de l’Enlightenment chez Walter Scott : sa vision des Highlands, héritée des Lumières, vues comme un lieu encore primitif et cruel, bien éloigné d’une conception romantique et idyllique. Elle évoque également à juste titre le climat schizophrène (165 sq), et qui demeure toujours un problème de l’identité écossaise. Sans doute à cet égard aurait-elle pu évoquer cette idée d’antisyzygy rendant compte de l’existence de deux entités en une seule mise en avant par G. Gregory Smith en 1919 et reprise par Hugh MacDiarmid dans son célèbre The Caledonian Antisyzygy and the Gothic Idea (1931-32). Sabine Sabiron conclut par un jugement sévère, et sans doute injuste, flatteur pour Scott, moins pour ses successeurs, quand elle affirme qu’il ‘atteint un équilibre esthétique que ses successeurs modernes et postmodernes n’ont presque jamais retrouvé en raison de leurs positions beaucoup plus extrêmes et pessimistes’ (197). C’est un peu oublier qu’entre Scott et ses successeurs politiquement engagés les temps ont changé et que la nostalgie d’une voie moyenne ne répond pas à des problèmes contemporains dont la littérature écossaise se veut l’expression.

4Céline Sabiron fait enfin une part intéressante à l’histoire des idées en se référant plusieurs fois à Kames (105,131) et à A. Smith, mais on restera un peu plus réservé sur une possible influence de Hume sur Scott, le scepticisme du premier, étant sans doute plus prononcé que chez le second où on en décèle cependant effectivement quelques traces. Enfin, le parallèle entre Scott et Burke à propos de la Révolution française est très éclairant.

5Ce livre repose sur une excellente bibliographie et le lecteur est accompagné par un index précis. Il est à recommander chaleureusement tant aux chercheurs qu’aux étudiants et l’on ne peut que se féliciter de cet apport fécond aux études scottiennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre MORÈRE, « Céline Sabiron, Écrire la frontière, Walter Scott ou les chemins de l’errance », E-rea [En ligne], 15.1 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/erea/5940

Haut de page

Auteur

Pierre MORÈRE

Université Grenoble-Alpes

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals