Navigation – Plan du site
Recensions

Laurent Sébastien Fournier, Claude Chastagner, Catherine Bernié-Boissard et Dominique Crozat (dir.), Les cultures du déplacement

Aix-en-Provence, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 2014. 285 p. ISBN 978-2-7314-0938-3. 18 €
Karine MICHEL
Référence(s) :

Laurent Sébastien Fournier, Claude Chastagner, Catherine Bernié-Boissard et Dominique Crozat (dir.), Les cultures du déplacement

Aix-en-Provence, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 2014. 285 p. ISBN 978-2-7314-0938-3. 18 €

Texte intégral

1L’ouvrage collectif Les cultures du déplacement est issu d’un séminaire consacré à la requalification des lieux et des territoires. En sa structure même, ce livre répond à l’enjeu qui se posait à lui : trouver une ligne de problématisation cohérente qui permette de réunir une multitude d’acceptions et de déclinaisons de l’idée de déplacement, et de fait une multitude de réflexions et d’enrichissements de la question de la mobilité. Qui dit déplacement dit lieu, de départ, d’arrivée, de transfert, de l’entre-deux ; la notion de lieu constitue la trame de l’ouvrage. Dans ses cinq parties (déplacements, écritures, voyages, parcours, urbanités), le lieu est donc abordé à la fois dans son aspect statique, territorialisé, délimité et dans son versant mouvant, spatial, transitoire.

2Qu’est-ce que le(s) déplacement(s) ? La première partie de l’ouvrage rassemble quatre contributions, abordant chacune une forme de déplacement : le déplacement d’une pratique dans l’analyse des jeux écossais (Laurent Sébastien Fournier), le déplacement humain dans l’étude des migrants italiens à Brooklyn (Marie-Christine Michaud) et dans celle de l’implantation d’une colonie anglaise à Grasse (Gilles Teulié), le déplacement d’un « objet » par le traitement de la mémoire de la Shoah, sa circulation mondiale au travers des musées, sa transmission (Dominique Chevalier).

  • 1 Cet aspect n’est pas sans faire écho aux travaux d’Abdelmalek Sayad sur la migration, notamment La (...)

3Le deuxième chapitre ouvre le thème de l’écriture. Les quatre articles, d’une homogénéité plus évidente, traitent tous d’une forme de déplacement dans l’écrit. Catherine Bernié-Boissard s’attache au lieu et au mouvement au travers d’un roman sur des intérimaires du nucléaire. Il est regrettable que cette contribution soit bien courte, laissant le lecteur sur sa fin quant aux développements menés. Clara Lévy traite pour sa part de littérature territorialisée, celle des écrivains juifs après 1945 ; le questionnement se pose sur la langue de l’écrit, le rapport à la mémoire, le lieu d’origine et le lieu de l’action, le rapport à l’exil. C’est également le lieu, mais cette fois le lieu absent qui guide la trame analytique de Claire Omhovère sur le wilderness de la littérature canadienne anglophone ; plus représentation symbolique que territoire, cette notion se révèle une clé de lecture non plus du rapport humain à l’espace, mais au temps. Le wilderness permet d’exprimer les ambivalences de l’être humain à sa société d’inscription. En clôture de chapitre, l’article de Florence Labaune-Demeule fait écho aux deux précédents. L’auteur s’intéresse ici à la littérature post-coloniale et montre que cette dernière permet de saisir ce qu’est un déplacement, dans toutes ses dimensions (territorialisation, déterritorialisation, reterritorialisation), sur un plan géographique et surtout sur un plan social et psychologique. Évoquant l’aliénation que la littérature postcoloniale permet d’appréhender1, l’auteur démontre que le style même de l’écrit est révélateur de ce déplacement, usant de la narration kaléidoscopique pour exprimer les fractures vécues.

4Le troisième chapitre s’intitule Voyages, mais aurait pu également titrer Tourismes, thématique commune aux quatre contributions qui y sont présentées. En écho au wilderness de la littérature canadienne anglophone, Claude Chastagner traite de l’importance de la route dans la musique rock américaine et en révèle tout le paradoxe : construite comme un mode d’expression critique de la société américaine, en valorisant liberté et émancipation, elle participe du mode capitaliste de la société de consommation à laquelle elle ambitionne pourtant de résister. Ces idées se retrouvent dans l’article qui suit, celui de Dominique Crozat et Coralie Petit sur le routard ou backpacker. Nourri d’anticonformisme, de nouvelles formes de tourisme se départissant des attributs de la société de consommation, le mode de tourisme sac-à-dos s’est embourgeoisé au fil du temps, perdant de ses caractéristiques premières, mais perdure par un glissement de ses valeurs vers un militantisme adapté à la société capitaliste actuelle. Dans un article peut-être un peu trop scolaire et méthodologique, Katarzyna Bogacz rend compte d’une analyse sociologique sur les représentations spatiales d’élèves de 11 ans partis en classe découverte. Elle cherche à mettre en relief le rôle du tourisme scolaire sur le capital spatial des enfants, et sa participation à un certain gommage des inégalités sociales initiales. Liée à cette importance de la représentation du lieu touristique, la dernière contribution du chapitre s’intéresse à l’usage de la réalité augmentée dans le tourisme d’aujourd’hui. Les deux auteurs démontrent que le recours à la réalité numérique n’est pas un palliatif au déplacement effectif, peut promouvoir ce dernier mais en reconfigurant l’expérience touristique initiale : la réalité augmentée participe pleinement de l’acte touristique, en tant que déclencheur, facteur d’imaginaire et de représentations, mais n’est pas simple complément ; le tourisme agrémenté de cette réalité augmentée constitue une nouvelle forme de déplacement.

5Le terme Parcours titre le quatrième chapitre, rassemblant trois contributions axées plus spécifiquement sur le déplacement des individus entre des espaces différenciés. Gaëlle Lacaze étudie la circulation de travailleurs à la frontière sino-mongole ; l’analyse de l’espace urbain et des déplacements qui s’y jouent, permet de comprendre d’une part l’essor de la ville chinoise face au déclin de sa voisine frontalière mongole, et surtout les construction et répartition sexuées des activités et mobilités en son sein. Dans une toute autre approche, l’article suivant s’attache à la construction identitaire des Gurungs, un groupe dit tribu népalaise du Sikkim, en Inde. L’auteur, Mélanie Vandenhelsken, démêle les fils des discours identitaires pour mettre au jour des stratégies de transformation de l’histoire migratoire du groupe pour une correspondance revendiquée avec les catégorisations sociales et politiques effectives de la société indienne, en vue d’une participation à la gouvernance du Sikkim. Mélanie De Gourcy, de nouveau dans une autre optique de recherche, traite de l’attachement à un espace urbain dans un contexte de mobilité généralisée. Elle démontre que les choix de résidence actuels ne sont plus synonymes de déracinement, mais correspondent à un réinvestissement de l’espace en fonction de références mémorielles diverses, mobilisées dans l’élaboration d’une géographie familiale des déplacements.

6Enfin, quatre articles sont rassemblés en une dernière partie intitulée Urbanités. Le fil commun en est la question de la territorialisation urbaine, notamment dans le rapport du centre à la périphérie. L’article d’Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé vient questionner l’espace de la ville, par une attention sur un nouveau type de territoire : le préurbain, un espace de géographie rurale doté des valeurs urbaines. Dans la même lignée, Nica Villaca exprime le brouillage actuel des éléments de définition de l’urbain ; il s’interroge alors sur la marge d’expression des acteurs dans les nouveaux espaces-temps de la modernité. Les deux derniers articles de l’ouvrage proposent deux angles d’analyse de l’urbain totalement différents des articles précédents. Marc Smith étudie les modalités d’appropriation et de marquage d’un quartier de East Harlem par une population portoricaine, la façon dont l’art vient participer à l’affirmation d’une identité culturelle, mais également comment un tel espace urbain s’adapte et se transforme au gré des développements démographiques et sociaux. L’article de Claire Guiu et Béatrice Chaudet s’inscrit dans le nouveau champ du sensoriel et interroge la ville sous l’angle de l’écoute ; leur analyse démontre que la mobilité quotidienne urbaine est animée de rythmes spécifiques, variant avec le déplacement lui-même.

7La richesse de cet ouvrage en est également sa faiblesse. En effet, autant certains articles se répondent et s’articulent aisément, autant d’autres sont plus inégaux en contenu d’une part et en cohérence avec le reste de l’ouvrage. Le choix du pluriel pour les titres illustre bien la variété d’objets et d’analyses possibles du déplacement, du lieu, et en même temps la difficulté à dresser un fil problématique simple. L’objectif analytique reste cependant prolifique et incite véritablement à réfléchir dans toutes ses dimensions la notion de lieu. De là à préférer certains termes à d’autres, exercice courant dans la discipline, la requalification ne reste pertinente que si elle vise à enrichir le sens.

Haut de page

Notes

1 Cet aspect n’est pas sans faire écho aux travaux d’Abdelmalek Sayad sur la migration, notamment La double absence - Des illusions de l’émigré aux souffrances de l'immigré, Paris, Seuil, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine MICHEL, « Laurent Sébastien Fournier, Claude Chastagner, Catherine Bernié-Boissard et Dominique Crozat (dir.), Les cultures du déplacement », E-rea [En ligne], 15.1 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/erea/5944

Haut de page

Auteur

Karine MICHEL

CHERPA, Aix-en-Provence

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals