Navigation – Plan du site
Recensions

Mary Shelley, Les Aventures de Perkin Warbeck

Édition et traduction de l’anglais par Anne Rouhette-Berton. Paris, Classiques Garnier, 2016, 619 p. ISBN-13 : 978-2-406-06614-9. 19 €
Nathalie BERNARD
Référence(s) :

Mary Shelley, Les Aventures de Perkin Warbeck

Édition et traduction de l’anglais par Anne Rouhette-Berton. Paris, Classiques Garnier, 2016, 619 p. ISBN-13 : 978-2-406-06614-9. 19 €

Texte intégral

1Il est des textes si remarquables qu’ils éclipsent les autres productions de leur auteur : on a longtemps associé le nom de Mary Shelley au seul Frankenstein (1818), laissant dans l’ombre les nombreux essais et nouvelles publiés par cette écrivaine prolifique ainsi que les six romans qui parurent à la suite de son chef-d’œuvre, entre 1819 et 1837. Ceci explique en grande partie qu’il ait fallu attendre près de deux siècles pour que The Fortunes of Perkin Warbeck, a Romance (1830) soit traduit en français par Anne Rouhette-Berton, Maître de Conférences au département d’anglais de l’Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand.

2Si le nom de Perkin Warbeck peut sembler romanesque, il se réfère pourtant à un personnage historique, qui chercha à conquérir le trône d’Angleterre à la fin du XVe siècle, au lendemain de la bataille de Bosworth, par laquelle la guerre des Deux-Roses s’acheva au profit de la maison de Lancastre. Perkin Warbeck prétendait en effet être Richard d’York, fils d’Édouard IV, jeune prince dont on avait perdu la trace dans la Tour de Londres et qui faisait son retour quelques années plus tard, sous un nom d’emprunt, pour réclamer la couronne dont il avait été dépossédé. Soutenu par d’influents alliés, il fit peser sur le souverain Henri VII une menace certaine : son entreprise se solda par son emprisonnement et son exécution en l’an 1499.

3Mais alors que la plupart des historiens l’ont toujours considéré comme un imposteur, Mary Shelley voyait dans le jeune prétendant au sort funeste le véritable Richard d’York, héritier légitime du trône d’Angleterre, « le dernier bouton de la Rose Blanche déracinée » (p. 122). Le premier des trois volumes qui constituent ce foisonnant roman est donc en partie consacré au récit de l’enfance d’un prince sauvé de la Tour par son cousin, le comte de Lincoln, avant d’être contraint de s’exiler en Flandre puis en Andalousie sous une fausse identité. Malgré cette entorse manifeste aux faits avérés, Mary Shelley n’en fait pas moins preuve d’une remarquable connaissance de la période dépeinte. Dans l’introduction qui accompagne sa traduction, Anne Rouhette-Berton rappelle que la romancière s’était plongée dans une méticuleuse préparation documentaire afin de rédiger son texte, inspirée par son père, William Godwin, assistée par son mari, Percy Bysshe Shelley, mais surtout mue par un goût personnel pour l’Histoire et pour le sujet qu’elle avait choisi. Réalité et fiction se mêlent d’autant plus volontiers dans Les Aventures de Perkin Warbeck que les tribulations du jeune prétendant, fidèlement retracées par l’intrigue, évoquent déjà les péripéties d’un texte fictionnel, comme l’indique Mary Shelley dans sa préface, soulignant la « dimension romanesque de son histoire » (p. 49). Une rubrique de la bibliographie sélective proposée dans cette édition montre d’ailleurs la postérité tant historiographique que fictionnelle de cette histoire, qui en fait selon Anne Rouhette-Berton l’équivalent anglo-saxon de la légende du Masque de Fer. Exils, combats sanglants, complots, trahisons, emprisonnements et évasions se succèdent au fil d’une intrigue habilement conduite, qui demeure toujours limpide malgré son rythme trépidant et le grand nombre de personnages mentionnés. Les émotions fortes se mêlent aux grands sentiments pour offrir au lecteur une ode ardente à l’amour (conjugal, filial, amical) ainsi que de fines études de caractères. La prose sensible de l’auteur, tantôt ample et élégiaque, tantôt vive et percutante, demeure toujours soignée et élégante. Vanter les qualités de ce roman revient, lorsque l’on a en main cette édition française, à louer les mérites de la traduction qui nous y est présentée : s’appuyant sur un travail entamé pour sa thèse de doctorat, Anne Rouhette-Berton fournit un texte fidèle et inspiré, restituant les archaïsmes choisis par la romancière pour plonger son lecteur dans une époque lointaine, respectant le raffinement du texte de Shelley sans pour autant verser dans la préciosité. Indices du soin porté par la traductrice au moindre aspect de son texte, les épigraphes disposées au début de chaque chapitre sont judicieusement rendues, quand cela est possible, par des extraits d’œuvres traduites : il s’agit là de respecter le souci qu’avait Mary Shelley de conférer à son roman un certain prestige culturel, l’emploi d’épigraphes nombreuses témoignant déjà d’une volonté de rattacher son texte à la tradition littéraire du roman historique et à celle du roman gothique. De manière plus générale, l’appareil critique fournit les informations nécessaires avec concision, sans érudition inutile, le but manifeste étant de faciliter la compréhension et l’appréciation d’un texte riche et complexe. Le dictionnaire des personnages historiques placé en annexe et comprenant plus de quatre-vingt-dix références aide à identifier les personnes impliquées dans la conspiration de Perkin Warbeck et donne l’occasion de juger de la fidélité ou de la liberté avec laquelle Mary Shelley rend compte de leur participation.

4Cette traduction repose donc sur une lecture très attentive du texte anglais, dont les spécificités sont résumées dans une introduction claire et nuancée : selon Anne Rouhette-Berton, malgré leur souci de précision historique, malgré leur dette envers Walter Scott, grand maître du roman historique, Les Aventures de Perkin Warbeck n’ont pas pour objet premier une reconstitution historique fidèle du Moyen Âge tardif. Elles visent plutôt à confronter deux « systèmes de valeurs » : celui de la chevalerie, incarné par le héros éponyme, à la fois pur et dévoré par une ambition qui le voue à la disparition, et celui, moins idéaliste mais synonyme de prospérité économique et de stabilité politique, représenté par son ennemi, le roi Henri VII. Au-delà de l’interprétation purement biographique qui peut être faite de ce roman, dont le héros, perdant magnifique, exilé et solitaire, évoque, sur un mode tragique, le destin de son auteur et de ses proches, Anne Rouhette-Berton révèle la correspondance que tisse le texte entre un Moyen Âge mystérieux et fascinant, qui s’achève, et la fin de la période romantique, éprise d’imagination, de sentiments parfois excessifs, qui s’efface au profit de la vision victorienne du monde, en apparence plus raisonnable. La traductrice montre comment cette correspondance se manifeste dans la sensibilité des personnages de Perkin Warbeck, qui, en dépit des archaïsmes évoqués plus haut, agissent et parlent comme on le faisait au XIXe siècle, et non pas comme les hommes et les femmes de l’époque médiévale.

5Roman historique gothique et romantique, Perkin Warbeck dépeint un être ambivalent, héroïque et dangereux : Perkin/Richard n’est pas, comme Victor Frankenstein, un Prométhée moderne, mais il brûle d’une passion excessive qui fera sa gloire avant de répandre le malheur autour de lui et sur lui-même. Si ce roman n’est pas le plus abouti de Mary Shelley, ses qualités, pleinement restituées par cette traduction, méritent de toucher un plus large public et de compléter sa connaissance d’une œuvre dont la noirceur est traversée de vibrants éclats de lumière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie BERNARD, « Mary Shelley, Les Aventures de Perkin Warbeck », E-rea [En ligne], 15.1 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/erea/5960

Haut de page

Auteur

Nathalie BERNARD

Aix Marseille Univ, LERMA, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals