Navigation – Plan du site
Recensions

Nicolas Bourguinat (dir.), Voyageuses dans l’Europe des confins XVIIIe-XXe siècles

Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2014, 158 p. ISBN-13 :978-2-86820-567-4. 18 €
Stéphanie GOURDON
Référence(s) :

Nicolas Bourguinat (dir.), Voyageuses dans l’Europe des confins XVIIIe-XXe siècles. Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2014, 158 p. ISBN-13 :978-2-86820-567-4. 18 €

Texte intégral

1Cet ouvrage dirigé par l’historien Nicolas Bourguinat cherche à approfondir la question de la spécificité des récits de voyage féminins que les travaux critiques des trente dernières années ont mis en lumière. Ces récits ne sont pas tous originaux et portent souvent sur l’Ailleurs un regard ethnocentré. Il est admis que les voyageuses des XVIIIe et XIXe siècles manifestent une sensibilité propre en s’intéressant davantage que leurs homologues masculins aux mœurs et à la vie domestique, mais certaines traitent aussi de vie publique, allant parfois jusqu’à subvertir les conventions. Nicolas Bourguinat insiste sur la lecture singulière de l’histoire que certaines voyageuses offrent et, après avoir considéré l’Italie préunitaire à l’occasion d’un précédent projet (« Traces et sens de l’Histoire chez les voyageuses françaises et britanniques dans l’Italie préunitaire (1815-1860) », Genre & Histoire, 9, automne 2011), se propose d’examiner les textes de femmes explorant les territoires situés aux marges de l’Europe. Ces zones d’entre-deux, aux limites géographiques instables et à l’identité fluctuante, obligent l’observateur ou l’observatrice à s’interroger et à s’impliquer, et peuvent avoir incité les voyageuses, dont la mobilité et la parole furent longtemps bridées, à s’exprimer plus librement.

2Les spécialistes, historiens, linguistes et littéraires présentent dans neuf articles des voyageuses qui, de la fin du XVIIIe siècle à la première moitié du XXe siècle, se rendirent aux quatre coins de l’Europe. La plupart des figures féminines choisies sont britanniques, ce qui prouve l’importance de l’activité dans la culture de leur pays. Il est rappelé, en effet, que les Britanniques commencèrent à voyager en 1770-1880 tandis que les Françaises et les Allemandes ne se lancèrent qu’au début du XIXe siècle et que le phénomène ne s’étendit à toute l’Europe qu’en 1840-1850. Le fait que le XXe siècle soit également représenté par des voyageuses britanniques et une Américaine indique que cette tradition perdura dans le monde anglo-saxon.

3Dans la mesure où cette recension est proposée par la revue E-rea, nous nous en tiendrons aux sept analyses, sur les neuf que comporte l’ouvrage, traitant de voyageuses issues des pays anglo-saxons. Ce choix n’encourage bien sûr pas à négliger le regard que portèrent d’autres voyageuses européennes, nourries de culture différentes, sur les zones limitrophes du continent.

4Les textes sont présentés chronologiquement et organisés principalement selon deux zones géographiques : le nord puis le sud de l’Europe. Un des articles considère néanmoins un voyage à l’est, dans les Balkans précisément.

5Le Nord aux origines barbares, perçu comme brutal et excessif par les grandes nations d’Europe occidentale, fut pour les premières voyageuses une véritable aventure.

6En 1795, Mary Wollstonecraft, plus connue pour son engagement proto-féministe que pour ses écrits viatiques, fut invitée par l’amant qui la délaissait, l’aventurier et spéculateur américain Gilbert Imlay, à résoudre l’énigme de la disparition, pendant la Révolution française, d’une cargaison qui avait entraîné une grosse perte d’argent. Elle partait en Scandinavie négocier avec des responsables politiques et des juristes hommes, sans autre compagnie que sa servante française et sa petite fille Fanny. Selon Marie-Odile Bernez, dans l’article « Raison et sentiments. Le voyage en Scandinavie de Mary Wollstonecraft », la rencontre avec les marges du nord de l’Europe exacerba chez l’auteure une tension entre raison et sentiment conférant à son récit une coloration particulière. En effet, les paysages grandioses lui inspirèrent des passages poétiques inédits, précurseurs de la période romantique, qui n’empêchèrent pas l’héritière des Lumières d’exercer son esprit critique, non sans anglocentrisme. Le récit de William Coxe qui explora avant Mary Wollstonecraft les contrées du Nord et que cette dernière commente au fil de ses Lettres de Scandinavie, est brièvement évoqué, il eut été utile d’expliquer en quoi la voyageuse s’en départit.

7La contribution de Florence Gaillet-de-Chezelles, intitulée « Entre traditions, influences et originalité, les ‘Souvenirs d’un voyage en Écosse en l’an 1803’ de Dorothy Wordsworth », répond clairement au thème de l’ouvrage en affirmant que ce voyage en Écosse, terre encore insolite bien que déjà explorée, permit à l’auteure de se détacher d’un quotidien au service et dans l’ombre de son célèbre frère William et de s’exprimer librement. Florence Gaillet-de-Chezelles choisit judicieusement de mettre le récit en perspective en évoquant la manière dont la région avait été décrite par les prédécesseurs de Dorothy Wordsworth. La vision négative de Samuel Johnson est opposée à celle de deux voyageuses contemporaines du penseur qui furent émerveillées par la beauté sauvage des paysages. Il est précisé qu’au début du XIXe siècle le genre viatique revêtit une dimension plus esthétique qui requérait moins de connaissances et favorisa son appropriation par les femmes. La liberté que Dorothy Wordsworth éprouvait se traduisit dans son écriture hybride. Elle décrivit les activités domestiques des Écossaises, bien qu’elle peinât à passer outre certains principes de son propre milieu social, mais elle s’attacha avant tout à exprimer spontanément le plaisir que lui procuraient les lieux traversés.

8Pour Nicolas Bourguinat, auteur de « Préceptrices anglaises et françaises en Russie dans la première moitié du XIXe siècle », la Russie, à la fois orientale et occidentale, est emblématique de l’ambiguïté qui caractérisait les territoires à la marge de l’Europe. Dans la première moitié du XIXe siècle, la Russie et l’ouest du continent entretenaient des relations ambivalentes souvent fondées sur des idées reçues. Les nobles et les grands bourgeois souhaitaient pour leurs enfants une éducation éclairée et le métier de préceptrice fut l’occasion, pour les Anglaises notamment, de gagner sa vie. Cependant, leur situation ne fut pas toujours idéale et leur travail pouvait s’apparenter à une forme d’esclavage dans des familles russes où les rapports étaient violents et où les assignations sociales pouvaient entraver une éducation progressiste, comme en témoigne Claire Clairmont, la demi-sœur de la célèbre Mary Shelley. La plupart des préceptrices étaient confinées dans de grands domaines isolés mais certaines, accompagnant leurs employeurs dans leur vie mondaine, découvrirent les fastes de la haute société russe. Leur fonction exercée au sein de la sphère domestique conduisit ces femmes à évoquer dans leurs récits une vision intérieure de la Russie plus authentique que les apparences ayant séduit les voyageurs masculins qui les avaient précédées.

9Si les voyageuses britanniques portèrent un regard neuf sur les contrées du Nord souvent perçues par leurs compatriotes comme des zones éloignées des raffinements de la civilisation, que pouvaient-elles ajouter au Sud parcouru par tant de voyageurs depuis le Grand Tour ?

10Dans « L’union du féminisme et de l’impérialisme : ‘Unprotected Females in Sicily’ d’Emily Lowe », Stefania Arcara avance que dans la deuxième moitié du XIXe siècle, la Sicile, située à l’extrémité d’une Italie désormais décadente, pétrie de superstition, et jugée trop proche de l’Orient, suscitait l’inquiétude. C’est pour se distinguer de l’abondante littérature viatique déjà existante qu’en 1859 la britannique Emily Lowe, aux prises avec son désir d’autonomie et sa vision impérialiste, publia le premier récit entièrement consacré à la Sicile, ‘Unprotected Females in Sicily, Calabria and on the Top of Mount Aetna’. La voyageuse s’enorgueillit, en effet, de sillonner le pays aux côtés de sa mère, sans protection masculine et, parfois victime du regard concupiscent des Siciliens, elle perpétua avec une hauteur toute victorienne l’image d’un Sud sale et indolent.

11Comme le montre l’article de Giorgia Alù « Points de vue insulaires. L’œil photographique d’une femme expatriée en Sicile », Louise Hamilton, au contraire, autant influencée par la culture de son père anglais que par celle de sa mère française, ne cherchait ni l’aventure ni le succès littéraire mais épousa en 1880 un riche propriétaire terrien sicilien. Ses manières de lady anglaise, indépendante et curieuse, lui valurent une réputation d’excentrique dans un univers replié où la conduite des femmes était régie par un modèle patriarcal. L’écriture combinée à la photographie permit à Louise Hamilton de maîtriser sa relation ambivalente avec une société qu’elle avait acceptée par le mariage mais où elle voulait également exister par elle-même. Aussi, ses photographies représentent avec une certaine bienveillance le quotidien des Siciliens méconnu du monde extérieur tout en maintenant une distance critique.

12Les Britanniques qui s’installèrent à Majorque dans la première moitié du XXe siècle étaient pour beaucoup issus de milieux favorisés mais avaient des revenus moins élevés que dans le passé car, après la Première Guerre Mondiale, le pays s’était appauvri. Majorque était généralement perçue comme un Paradis Perdu dont l’authenticité réparait en quelque sorte les effets délétères de l’industrialisation en Grande Bretagne : à une nature viciée étaient opposés un paysage préservé et une vie simple. Pour ces Anglais nostalgiques, la contrepartie qu’était la société machiste n’était pas problématique puisque, contrairement à Louise Hamilton en Sicile, ils n’étaient pas vraiment engagés dans la vie de la population locale. Leurs écrits dressent le portrait des habitants qui, le plus souvent, étaient à leur service : Bessie D. Beckett, par exemple, consacra à chacun de ses domestiques une partie de son texte, mais elle se plaignait de leur maladresse. Après la Guerre Civile, le tourisme de masse favorisa l’émancipation des populations locales comme en témoigne Lucia Graves, fille du poète Robert Graves, qui se réjouit de cette ouverture tout en regrettant la disparition des traditions de l’île ayant bercé son enfance. Il eut été utile dans cette riche contribution rédigée par José Ruiz Mas, sous le titre « Majorque et les îles Baléares avant l’ère du tourisme : le point de vue des voyageuses anglaises du XXe siècle », d’insister davantage sur les différences entre récits féminins et récits masculins parfois évoqués sans distinction.

13L’attitude de l’Américaine Martha Gellhorn à l’égard de la population locale fut toute autre puisqu’elle s’employa à décrire principalement le quotidien des civils pendant la guerre d’Espagne au début de sa carrière de journaliste de guerre. Les récits de cette femme passionnée défendant la cause républicaine ne cherchaient pas à être objectifs mais laissaient libre cours à son ressenti. Bien que l’auteure fût engagée, son écriture très personnelle ne se réclamait pas d’un mouvement particulier. Martha Gellhorn, insiste Maureen Mulligan dans « La fureur d’écrire. Écrivaines de voyage et journalistes de passion aux frontières de l’Europe des années trente et quarante », demeura modeste alors qu’elle œuvrait dans un domaine très masculin dans des conditions difficiles. Le récit du voyage que Rebecca West effectua dans les Balkans, Black Lamb and Grey Falcon, écrit dans les années 30 et publié en 1942, également personnel, se caractérise par un style hybride. Le travail fouillé et argumenté de cette journaliste britannique féministe portant sur une zone géographique où les tensions entre populations d’origines différentes étaient fortes, et où les grandes puissances avaient des intérêts stratégiques, constitua une référence avant la Deuxième Guerre Mondiale et lors du conflit du début des années 1990 en ex-Yougoslavie.

14L’ouvrage a le mérite d’évoquer avec précision l’idée que les Britanniques se faisaient du nord et du sud de l’Europe, idée que les territoires limitrophes semblaient exacerber.

15Les voyageuses étudiées ne se déplacèrent pas toutes pour les mêmes raisons et n’étaient pas issues du même milieu, ce qui limite les parallèles que l’on est tenté d’établir. Ainsi, comment mettre en rapport le quotidien d’une préceptrice, un voyage d’agrément, le parcours d’une aventurière en quête de reconnaissance littéraire et celui d’une journaliste politique engagée, et ce à des périodes parfois très éloignées dans le temps ? Il serait intéressant de prolonger et d’approfondir la réflexion en comparant des voyageuses dont les motivations étaient similaires. Il reste que les contributions de l’ouvrage, pour la plupart détaillées et fines, dessinent bien une spécificité de l’écriture viatique féminine aux marges de l’Europe.

16Des voyages d’agrément ou professionnels au journalisme de guerre, le genre viatique apparaît comme une prérogative masculine qui pose systématiquement au lecteur, de manière directe ou indirecte, la question de l’identité féminine. La situation des habitants de zones limitrophes, qui étaient soumis à des pressions impérialistes ou patriarcales et dont l’identité plurielle et complexe était parfois source de conflits, interpella la plupart des voyageuses. En effet, bien qu’elles fussent originaires d’un monde anglo-saxon stable et relativement prospère, jusqu’à la première moitié du XXe siècle tout au moins, elles furent elles-mêmes longtemps minoritaires dans plusieurs domaines de la société et les analyses du recueil suggèrent que beaucoup furent particulièrement sensibles à la condition de populations négligées ou malmenées. Le regard des voyageuses, plus affranchi des conventions du genre que ne l’était celui des hommes, en particulier au XVIIIe et au XIXe siècles, offre une vision plus variée et complète prenant davantage en compte le quotidien des populations locales. L’écriture, généralement plus spontanée et personnelle, exprime une forme de liberté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie GOURDON, « Nicolas Bourguinat (dir.), Voyageuses dans l’Europe des confins XVIIIe-XXe siècles », E-rea [En ligne], 15.1 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 21 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/erea/5967

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals