Navigation – Plan du site
Recensions

Agnès Derail (dir.), Puritains d’Amérique : Prestige et déclin d’une théocratie. Textes choisis 1620-1750

Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2016. 352 p. ISBN : 978-2-7288-0558-7. 23 €
Sara WATSON
Référence(s) :

Agnès Derail (dir.), Puritains d’Amérique : Prestige et déclin d’une théocratie. Textes choisis 1620-1750. Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2016. 352 p. ISBN : 978-2-7288-0558-7. 23 €

Texte intégral

1Ce recueil de 394 pages apparaîtra au lecteur familier des textes puritains comme une gageure fascinante : comment restituer à un public contemporain le « sens de l’expérience individuelle » (p. 17), très justement placé comme point central de la démarche puritaine, tout en explorant les dynamiques collectives d’une entreprise de colonisation théocratique? Cette anthologie critique menée par Agnès Derail avec la collaboration de Thomas Constantinesco, Laurent Folliot, Bruno Monfort et Cécile Roudeau impressionne donc d’abord par son ambition et par l’ampleur du travail de traduction mis en œuvre. L’ouvrage est divisé en 8 parties : après un Avant-Propos qui propose une contextualisation de l’historiographie puritaine aux États-Unis, les textes sélectionnés sont divisés en six chapitres : « Covenant », « Dissensus », « Altérités », « Jérémiade », « Mœurs » et « Reconfigurations ». Un essai intitulé « Theopolis Americana » par Agnès Derail et Bruno Monfort offre un récapitulatif de l’histoire des colonies puritaines. Enfin l’ouvrage contient des notices biographiques intéressantes, une chronologie claire et une bibliographie qui ne propose étonnamment que très peu d’ouvrages en français, excluant notamment le travail de Lauric Henneton.

2Comme le rappelle l’Avant-Propos, la sélection de textes puritains est un terrain miné par des historiographies opposées et même virulentes. Agnès Derail et Laurent Foliot délimitent les contributions essentielles de Perry Miller et de Sacvan Bercovitch, et citent l’importance des études transatlantiques des trente dernières années, sans toutefois intégrer cette dimension ni dans l’appareil critique, ni dans le choix des textes. Les chapitres, tous précédés d’une introduction et suivis de notes explicitant les références historiques et bibliques, offrent une interprétation de cette histoire des Puritains d’Amérique, qu’on aurait pu plus justement appeler une histoire des Puritains de Nouvelle-Angleterre. En proposant des extraits d’histoires, de journaux, de sermons, de polémiques, de retranscriptions de procès, de grammaires amérindiennes et de poèmes, écrits dans leur majorité par des hommes mais également par quelques femmes, le recueil s’applique à donner une image plus nuancée des groupes puritains, de leur pratique et de leurs pratiques. Ici on s’intéresse aux interactions avec les populations amérindiennes, ou à la perception de l’esclavage. Si les traductions sont toutes généralement excellentes, on prend un plaisir particulier à lire les chansons grivoises malicieusement retranscrites par le libertin Thomas Morton, dont la présence ici a tout de l’hérésie, et la prose complexe de Roger Williams. Les auteurs ont voulu garder les « rugosités » et les « obscurités » (p. 18) de leurs sources, et ce travail est magnifiquement rendu.

3Des traductions de cette envergure ne pourront qu’enrichir la bibliothèque de non-spécialistes ou de non-anglicistes qui souhaiteraient se confronter à la rhétorique complexe des Puritains. On peut toutefois se demander si certains aspects de cette théocratie n’ont pas été gommés. Alors que le titre nous donne une chronologie allant jusqu’en 1750, la grande majorité des textes sont antérieurs à 1700. L’évocation de la perte de vitesse du système puritain est abordée de façon très rapide : inclure un texte de Benjamin Franklin à la suite du célèbre Sinners in the Hands of an Angry God de Jonathan Edwards mériterait une contextualisation plus claire. Les dimensions politiques et socio-économiques apparaissent très souvent en filigrane : si l’expérience religieuse est bien présente, et évidemment centrale, il est difficile de sentir des traces plus concrètes de l’expérience vécue de ces Puritains. À de nombreuses reprises, on aimerait que les notes abordent plus frontalement le travail de la traduction en proposant les termes d’origine pour que le lecteur puisse s’y référer, ou trouver éventuellement un index pour répertorier les équivalences choisies par les traducteurs, afin de pouvoir exploiter entièrement la riche matière qui nous est proposée ici.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sara WATSON, « Agnès Derail (dir.), Puritains d’Amérique : Prestige et déclin d’une théocratie. Textes choisis 1620-1750 », E-rea [En ligne], 15.2 | 2018, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/erea/6308

Haut de page

Auteur

Sara WATSON

Aix Marseille Univ, LERMA, Aix-en-Provence, France

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals