Navigation – Plan du site
Recensions

Guillaume Marche, La militance LGBT aux États-Unis

Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2017, 298 p. ISBN : 978-2-7297-0982-0. 20 €
Anne CRÉMIEUX
Référence(s) :

Guillaume Marche, La militance LGBT aux États-Unis. Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2017, 298 p. ISBN : 978-2-7297-0982-0. 20 €

Texte intégral

1Alors que les homosexualités sont plus visibles que jamais, les discours politiques populistes pour accéder au pouvoir outre Atlantique, comme en Europe, sont le reflet de la complexité des questions LGBTQ+ à travers le monde. Depuis l’Iran où l’homosexualité est fortement interdite mais où la chirurgie de réassignation sexuelle est autorisée jusqu’aux Etats-Unis où le mariage homosexuel est national mais où une pâtissière peut, en tant qu’artiste, refuser de servir un gâteau de mariage à des homosexuel.les, les stratégies à adopter pour militer pour une cause elle-même difficile à définir sont toujours plus complexes. C’est par une approche interdisciplinaire qui convoque les outils de la sociologie et de l’enquête de terrain, de la philosophie politique, économique et historique, et de l’affect, que Guillaume Marche nous livre une étude détaillée et elle-même militante de l’évolution de la militance LGBT aux Etats-Unis depuis la fin des années 70.

2La préface de Michel Wieviorka souligne l’approche sociologique de ce travail de civilisationniste américain et partage la vision quelque peu nostalgique voire pessimiste d’un mouvement qui aurait perdu son âme à s’institutionnaliser et se professionnaliser pour se battre pour des droits avant tout économiques dans une quête d’intégration plutôt que de rébellion, abandonnant l’affirmation d’une sexualité hors-norme susceptible de transformer la société en profondeur. La désignation du mouvement par les termes LGBT est justifiée en introduction pour sa cohérence historique avec la période étudiée (27-28), antérieure à l’extension du sigle et l’usage englobant du terme queer, non-binaire, continu plutôt que catégoriel.

3L’introduction de Guillaume Marche expose sa démarche courageuse : refuser la pensée positive et démontrer comment, suite au choc du SIDA qui a propulsé les identités LGBT et les actions militantes sous le feu des projecteurs, le mouvement a mené, notamment par sa revendication du droit au mariage, à « la normalisation des identités » (13). Guillaume Marche postule en effet une « corrélation entre l’institutionnalisation du mouvement LGBT, la normalisation des identités qu’il déploie et la disparition de la revendication sexuelle » ainsi que le « recul du militantisme au sein du mouvement LGBT » (13). Il exposera ainsi le paradoxe d’un mouvement qui a « réussi » en gagnant des droits fondamentaux en même temps qu’il a « perdu » en mobilisation radicale de ses membres (15), non sans parallèle avec le mouvement des droits civiques noirs américain qui lui aussi a « réussi » au prix d’une communauté noire d’autant plus divisée par classes et toujours victime d’un racisme mesurable (15). Guillaume Marche s’efforce d’adopter une approche « microsociologique par le bas » (16) qui s’intéresse à des « formes d’action qui sont devenues marginales » où « la relation entre militance et sexualité est primordiale » (17), estimant que ces formes de militances sont aujourd’hui si ce n’est remplacées par une militance institutionnelle et désexualisée, tout du moins marginalisée par celle-ci. Cet ouvrage est également le résultat d’études de terrain menées à New York, San Francisco et Boston dans les années 90, à partir d’entretiens avec des militant.es progressistes, dont la composition ethno-raciale et genrée est explicitée en introduction (187 personnes interviewées, 32% de femmes, 2,2% de transgenres, 13% d’Africain.es américain.es, 10% de Latinx et 6,5% d’Asiatiques et Amérindiens). Guillaume Marche constate un « renversement », un « divorce croissant entre sexualité et politisation » pour déployer des « constructions identitaires institutionnellement inoffensives, voire dans certains cas, aseptisées » (22).

4Les deux premiers chapitres historiques reviennent sur l’histoire de la militance LGBT et la rupture des années SIDA. Guillaume Marche distingue trois mouvements depuis la 2e guerre mondiale : les société homophiles des années 60 et 70 qui se traduisent par un communautarisme gay et lesbien relativement séparés, puis la solidarité des années 80 autour de la question du SIDA qui aboutit dans les années 90 à des victoires en matière de lois antidiscriminatoires et la reconnaissance des unions au niveau local ou étatique et enfin, depuis les années 90, un mouvement de désexualisation et d’institutionnalisation qui se traduit par une forte démobilisation de la base. Si Guillaume Marche balaye un peu vite l’histoire du militantisme lesbien des années 50 jugé trop intégrationniste (31), il fait une analyse prémonitoire de la Mattachine Society (31-34), première société politique homophile, dont le discours différencié et politisé tend rapidement à taire la sexualité pour se concentrer sur la défense de droits fondamentaux que sont la liberté d’expression (censure) et de mouvement (arrestations). De même, dans les années 60 et 70, la militance LGBT est divisée entre une lutte globale qui associe libertés homosexuelles et pacifisme, dans le contexte du Vietnam, entreprise machiste et colonialiste (36), et une lutte « libérationniste, égalitariste et communautariste » (42) avec une privatisation de l’homosexualité et un abandon de la lutte pour la révolution sexuelle généralisée. Des tableaux à doubles entrées viennent schématiser le lien direct entre dépolitisation et communautarisme (années 60)/culture des bars (années 70), désexualisation et politisation des mouvements féministes et homophiles, précurseurs des luttes légales du 21e siècle (46-47). Le mouvement de libération gay, en revanche, allie politisation et sexualisation : c’est sa perte de vitesse que l’ouvrage de Guillaume Marche regrette.

5L’arrivée du SIDA, cependant, va rassembler gays et lesbiennes (47) et engager un double mouvement à la fois assimilationniste (tout le monde peut attraper le sida) (48) et provocateur et sexualisant. Les groupes LGBT lancent une lutte législative qui « désexualise l’homosexualité tout en l’essentialisant » (80) tandis qu’Act up ou Queer Nation luttent contre la « sexualisation dépolitisée et la politisation désexualisée » (83). De nouvelles organisations « bien moins radicales » (97) comme HCR (Human Rights Campaign) et NGLTF (National Gay and Lesbian Task Force) voient le jour, opérant une « normification » (103) par « l’institutionnalisation » (reconnaissance des couples, de l’homoparentalité, présence ouverte dans l’armée) qui « condamne, peu ou prou, à l’assimilationnisme et la désexualisation », rejetant la marginalisation plus loin (non monogamie, sexualité déviante). Leur approche biologique et binaire de la sexualité (« on est né comme ça ») ne « remet pas en cause une norme sexuelle hégémonique fondée sur l’idée de la normalité de l’hétérosexualité » (107) portée par une militance toujours plus axée sur l’action en justice qui se distancie de sa base culturelle (subculture).

6Le titre du chapitre 3, « épanouissement et déception », semble résumer ce que Guillaume Marche observe chez les militants d’une génération dont il fait partie, épanouie par la libération et l’accès aux droits, déçue par « un éclatement entre la politique et l’érotique homosexuelles » (115) qui étaient au cœur de leur engagement d’origine. Guillaume Marche dénonce la privatisation et la marchandisation (121) des identités, sorte de rançon du succès, en quête d’une identité idéale moins homosexuelle qu’homogène dans une démarche d’empowerment (137). A travers les mots d’une universitaire lesbienne, Guillaume Marche dénonce les revendications pour le mariage comme émanant d’une volonté « que l’homosexualité et la transgenrité puissent se fondre dans un système caractérisé par un profond manque d’équité, horizon politique qui n’est pas le sien » (154).

7Les chapitres 4 et 5 s’intéressent aux nouvelles formes de communautarisme qui offrent des espaces mixte (LGBTQI+ et multiraciale) de sociabilité plutôt que de sexualité, en s’ouvrant à d’autres populations tout en portant de grands objectifs politiques nationaux. Parallèlement, des mouvements comme Sex Panic! luttent sans succès contre la fermeture des lieux de drague et pour la publicité du safe sex (176-182). Mais au-delà des résultats, c’est dans le plaisir de l’action militante menées par les Lesbian Avengers ou des Soeurs de la perpétuelle indulgence, le théâtre de rue, le carnaval, le camp, l’infrapolitique, que « se réinvente constamment la militance LGBT » (204).

8C’est donc par une approche polymorphe que Guillaume Marche délivre une étude détaillée de la « mobilisation polymorphe » (252) LGBT à travers l’histoire en concluant sur les paradoxes constitutifs de ces mouvements, persuadé que l’invention des identités se sclérose dans l’institutionnalisation d’un mouvement qui perd en rébellion. Les presses universitaires de Lyon ayant pour politique éditoriale de reproduire en caractères majuscules gras, police 20, le titre du livre à chaque page, la lecture de l’ouvrage dans les lieux publics ne peut que participer au respect pour l’engagement que cet ouvrage relate.

9L’ouvrage inclut une liste des entretiens, une bibliographie fournie et un index thématique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne CRÉMIEUX, « Guillaume Marche, La militance LGBT aux États-Unis », E-rea [En ligne], 16.1 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/erea/7037

Haut de page

Auteur

Anne CRÉMIEUX

Université Paris Nanterre, CREA (EA 370)

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals