Navigation – Plan du site
Recensions

Catherine Bernard, Matière à réflexion – Du corps politique dans la littérature et les arts visuels britanniques contemporains

Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2018, 362 p. ISBN : 979-10-231-0596-4. 23 €
Elsa CAVALIÉ
Référence(s) :

Catherine Bernard, Matière à réflexion – Du corps politique dans la littérature et les arts visuels britanniques contemporains. Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2018, 362 p. ISBN : 979-10-231-0596-4. 23 €

Texte intégral

1Dans Matière à réflexion – Du corps politique dans la littérature et les arts visuels britanniques contemporains (Presses Universitaires de la Sorbonne, 2018), Catherine Bernard rédige un monumental tour d’horizon de l’art et de la littérature britanniques des quarante dernières années. Partant du constat que la situation géopolitique à l’orée des années quatre-vingt et l’accession au pouvoir de Margaret Thatcher ont plongé la Grande Bretagne dans un état de crise qu’elle n’a jamais réellement dépassé, l’ouvrage cherche à comprendre, décrire et analyser les modalités de cette crise à travers l’analyse d’un corps à la fois individuel et politique. Ne se limitant pas à la fiction romanesque, l’ouvrage offre des analyses fouillées d’un corpus faisant appel à la photographie, au cinéma et à l’art contemporain. Chaque chapitre présente également un rappel précieux et historicisé des théories connexes à la thématique étudiée, tout en faisant apparaître des fils conducteurs tels que l’utilisation du ready-made en art, le corps mutilé ou bien encore la représentation de Londres.

2Dans son introduction, Catherine Bernard re-situe la position du roman contemporain dans son contexte historique en expliquant que « l’évolution de la forme romanesque doit […] se comprendre dans son lien avec un contexte historique, dans toute son épaisseur matérielle. » (11) Elle brosse ainsi le portrait de l’évolution de la dichotomie fondamentale séparant « réalisme et abstraction » (12), qu’il s’agisse de la célèbre distinction d’Iris Murdoch entre fiction cristalline et fiction journalistique, ou de l’« expérience esthétique incarnée » contre l’« expérience critique » (17). L’auteure explique ainsi « comment corps et concept s’entrelacent pour dire et comprendre notre être au monde. » (17)

3Dans le premier chapitre « La fin des fins ? Et encore après » l’ouvrage se penche sur la conscience apocalyptique à l’œuvre pendant les années 1980, en attirant l’attention du lecteur sur le fait qu’inscrire l’art dans le présent, c’est paradoxalement et nécessairement se confronter à l’historicité des formes de représentation. Après une évocation du genre littéraire typiquement britannique qu’est le « State of England Novel », Catherine Bernard rappelle le tabou de la représentation de la Shoah énoncé par Adorno afin de montrer comment les romanciers semblent irrésistiblement attirés par la représentation d’une fin sans cesse repoussée dans le contexte de la guerre froide. Ainsi Magie Gee (The Burning Book) et Waterland de Graham Swift, puis Julian Barnes, Jeanette Winterson ou bien encore Edward Bond et ses « événements de théâtre » conçoivent un art destiné à engager « l’émotion incarnée des spectateurs » (58) et qui semble paradoxalement résister à l’idée de clôture pour s’inscrire dans la dislocation (36). L’allégorie devient alors la modalité privilégiée de la « mise en art » du cataclysme en particulier chez Martin Amis (London Fields), car elle représente la seule forme à même de « capter le potentiel critique » des tensions traversant l’époque (48).

4Le deuxième chapitre, « Un art de/en guerre » dépasse la crainte de l’imminence du cataclysme afin d’analyser, dans un premier temps, le(s) récit(s) des guerres passées et questionner la capacité de l’art à se remémorer. Il s’agit de la Grande Guerre tout d’abord, et de la façon dont la littérature (Pat Barker, Graham Swift) ou bien même la fiction télévisuelle, « se chuchote[nt] dans les failles de la grande histoire » (78) en représentant des micrologies (Lyotard) plutôt que des récits héroïques. La trilogie de Pat Barker y est analysée à travers la triple figure de Sassoon, Prior et Rivers, un triptyque masculin s’inscrivant paradoxalement contre l’hétéronormativité et le mythe masculiniste. Dans ce chapitre est décrit l’épuisement du langage qui répond à la lettre écrite par Sassoon, simultanément écho et négation, afin d’établir un lien entre corps politique et domination (Foucault).

5Ce sont ensuite des conflits plus récents, en Afghanistan et au Vietnam tout d’abord, qui sont analysés, à travers le prisme de la photographie en tant « qu’instrument de production, de révélation, de mise au jour du trauma » (95). La guerre en Irak, ensuite, chez Harold Pinter (War) et David Hare (Stuff Happens) et dans l’art contemporain afin de montrer comment l’art fait accéder à la visibilité et peut participer de la constitution d’un corps démocratique. Il s’agit effectivement de représenter, malgré tout, dans les pastels dessinant le visage des mutilés d’Henry Tonks ou les soldats nord-irlandais conduisant une grève de la faim (Hunger de Steve McQueen). L’émotion devient alors incarnation du corps sensible (Anatomy of a Soldier de Tom Barnes), y compris dans son versant sombre, démontant le mécanisme du biopouvoir, que constituent les « fictions du bourreau » (126) (Martin Amis en particulier).

6Le troisième chapitre, « Corps critiques », forme le centre de l’ouvrage et en expose la thèse principale, celle du corps comme incarnation de la puissance critique du texte. Le chapitre débute par une relecture des théories du postmodernisme énoncées dans les années quatre-vingt (Linda Hutcheon en particulier) afin de montrer comment « la mélancolie est […] toujours redoublée et débordée, en son plus intime, par une énergie critique » (137). S’ensuit une étude de l’anglicité spectrale chez Peter Ackroyd ou AS Byatt et Ali Smith qui débouche sur une passionnante analyse de la maladie comme symptôme de la « déliquescence du corps social » (153). À travers les exemples de Donald Rodney et Mona Hatoum, Catherine Bernard analyse les thématiques de la maladie, de la peau et de l’immunisation dans le corps politique afin de démontrer que le corps n’est pas une « ‘topie’ mais une économie » (175). La conscience apocalyptique n’est alors plus « imposée » au corps politique de l’extérieur mais le travaille de l’intérieur.

7Partant de la célèbre phrase de Margaret Thatcher selon laquelle « la société en tant que concept n’existe pas », le quatrième chapitre, « Corps habités/Corps habitants », dépeint de désagrégation de la société britannique et l’émergence des « vies minuscules » (Guillaume Le Blanc) dans la fiction et l’art. Après un rappel sur la théorisation de l’espace politique (Benjamin, Williams, Lefebvre) le chapitre s’intéresse au trope de la maison à travers la tension entre house et House, corps et corps politique (194) dans l’art contemporain et chez les nombreux romanciers qui mettent en scène la country house britannique. Partant du « paradigme conservateur élaboré par Burke » (210) au dix-neuvième siècle, Catherine Bernard analyse comment de nombreuses « fictions évident le schème patrimonial pour en dire la vacuité mortifère » (213). Elle y oppose ensuite des œuvres s’inscrivant contre la doxa burkienne telles que celles de Cornelia Parker ou les fictions littéraires préférant « une mémoire humble, trouée déracinée » (219) centrée sur l’attachement à la terre pauvre, ou bien encore la démolition des councils houses qui conduisent l’individu hors de la communauté partagée. Le chapitre débouche sur une étude des possibilités offertes par l’art, en particulier le théâtre, de revitaliser le tissu urbain par une démocratie artistique et locale, ainsi que sur une étude approfondie du House de Rachel Whiteread.

8Le dernier chapitre de l’ouvrage, « Multitude et Communauté », est consacré à la possibilité d’une communauté, ou d’un commun, qui sans cesse, malgré tout, se voit « acter ou co-acter une présence obstinée » (252). S’appuyant sur les théories de Jean Luc Nancy et de Jacques Rancière, le chapitre décrit la resémantisation du concept de société, depuis les expérimentations politiques de David Cameron et de sa « Big Society ». Il démontre comment la photographie documentaire et le roman contemporain persistent à représenter, et ainsi donner à voir, les déclassés et les exclus de la société libérale, une « réalité rétive, résolument autre » (267). La citoyenneté est ainsi définie comme « droit à apparaître » (270), utilisant la langue du ressentiment, plutôt que celle du consensus. Les figures qui peuplent l’art contemporain mettent la société « en désordre » et s’opposent aux vies policées sur lesquelles la fiction était traditionnellement centrée. La photographie, l’art contemporain (en particulier les performances collectives), la fiction ou le théâtre verbatim (à travers le jeu entre visibilité et représentation) semblent ainsi, malgré tout, pouvoir envisager la possibilité d’un commun futur, fut-il disloqué et dissensuel, car pour Catherine Bernard, « écrivains et artistes produisent- imaginent et révèlent- l’espace même du commun. » (305)

9Matière à réflexion – Du corps politique dans la littérature et les arts visuels britanniques contemporains réussit le tour de force de concilier une somme critique impressionnante et des micro-analyses permettant au lecteur de plonger dans la « chair » des textes et des œuvres, joignant ainsi la lettre et le projet de l’ouvrage. Proposant un état de la question bienvenu sur la production critique et artistique des quarante dernières années en Grande Bretagne, il présente également un point de vue innovant sur ladite production, à rebours des constats déclinistes souvent rencontrés sur l’épuisement de l’activité créatrice du pays. L’ouvrage constitue ainsi une lecture indispensable à quiconque s’intéresse à la production artistique britannique, ainsi qu’à la capacité de l’art de dire et influencer le(s) corps politique(s).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elsa CAVALIÉ, « Catherine Bernard, Matière à réflexion – Du corps politique dans la littérature et les arts visuels britanniques contemporains », E-rea [En ligne], 16.2 | 2019, mis en ligne le 15 juin 2019, consulté le 21 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/erea/7314

Haut de page

Auteur

Elsa CAVALIÉ

Avignon Université

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals