Navigation – Plan du site
Recensions

Fabrice Argounès, L’Australie et le monde – Entre Washington et Pékin

Aix-en-Provence : Presses Universitaires de Provence, 2016, 263 p. ISBN : 978-2-85399-999-1. 20 €
Xavier PONS
Référence(s) :

Fabrice Argounès, L’Australie et le monde – Entre Washington et Pékin. Aix-en-Provence : Presses Universitaires de Provence, 2016, 263 p. ISBN : 978-2-85399-999-1. 20 €

Texte intégral

1Fabrice Argounès est l’un des rares universitaires français qui s’intéresse sérieusement à la politique australienne, notamment dans sa dimension internationale. Faut-il déplorer que l’Australie ne suscite pas plus d’intérêt? Après tout, le pays n’est qu’une puissance moyenne et ne joue qu’un rôle modeste sur la scène internationale. Mais son importance ne se réduit pas aux nombres qui le caractérisent (superficie, ressources, population, PIB, etc.) car, situé à l’intersection de ces véritables plaques tectoniques géopolitiques que sont le monde occidental, le monde asiatique et le monde océanien, il occupe une place unique sur l’échiquier mondial. Comme l’écrit M. Argounès, « L’émergence de l’Asie affecte l’ensemble de la planète et l’Australie est le premier pays dit “occidental” touché par cette évolution ».

2Le livre a pour objectif d’étudier le rapport au monde de l’Australie - comment le pays cherche à affirmer sa place propre au cœur d’un réseau d’influences souvent contradictoires mais avec lesquelles il lui faut bien composer. M. Argounès organise son livre en termes de géographie, comme l’indiquent les titres de la plupart des chapitres (« Londres et la politique impériale », « Washington et la stratégie globale », etc.). Cela aide à bien identifier les relations qu’entretient l’Australie avec divers pays ou régions qui importent à son rapport au monde. Mais, comme la nature de ces relations est autant le fruit de l’histoire que de la géographie, cela oblige l’auteur à récapituler dans chaque cas les développements historiques qui ont conduit à la situation présente, et par suite à se répéter. Une structure chronologique aurait permis d’éviter cet écueil.

3En effet, l’ouvrage de M. Argounès montre bien l’évolution de l’Australie en matière de rapport au monde : d’abord étroitement liée à la Grande-Bretagne qui répondait à ses besoins en hommes, en capitaux et en débouchés pour sa production de matières premières, et qui assurait sa protection face aux convoitises dont elle pouvait faire l’objet, elle a ensuite basculé vers un protecteur plus efficace, les États-Unis avant d’accepter que sa proximité avec l’Asie exigeait qu’elle s’ouvre à cette dernière, incarnée plus ou moins successivement par le Japon, la Chine et l’Indonésie. Il n’est pas question de découper l’histoire australienne en tranches discrètes, car chaque nouvelle phase n’oblitère pas celles qui la précèdent : il s’agit de retracer l’adaptation progressive du pays à un monde en mutation. L’Australie a souvent eu des attitudes excessivement craintives, teintées même d’une certaine paranoïa, à l’égard du monde extérieur. M. Argounès a beau écrire qu’au XIXe siècle les colonies australiennes doivent leur survie « aux capacités du Royaume-Uni à garantir la sécurité des colons » (p.32), en fait l’île-continent n’a fait l’objet d’aucune agression avant 1942. Il a néanmoins raison d’insister sur son insertion dans l’Empire britannique jusqu’à ce que le déclin de ce dernier l’oblige à une déchirante révision. Jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale l’Australie ne pratique la politique étrangère que par l’intermédiaire de Londres mais en 1941 la menace japonaise l’oblige à prendre des initiatives inédites, et à se tourner vers Washington. S’il y a ainsi changement, M. Argounès souligne à juste titre qu’il y a aussi continuité : « L’Australie apparaît comme un auxiliaire de l’Empire britannique dès la fin du XIXe siècle, et ce positionnement par rapport à une grande puissance et un protecteur est poursuivi durant les XXe et XXIe siècles… » (p.47). Cela n’empêche pas le pays de se montrer particulièrement actif au sein d’institutions internationales comme la SDN puis l’ONU, comme le souligne aussi l’auteur, qui a par ailleurs le mérite de reconnaître que, tout comme le Pacifique Sud, l’Antarctique fait partie de l’environnement international de l’Australie.

4En se plaçant sous la protection des Etats-Unis, l’Australie accepte un rôle d’auxiliaire qui n’est pas pour elle sans inconvénients, sur lesquels M. Argounès passe un peu rapidement. Il a par ailleurs raison de souligner que l’Australie, qui se revendique comme puissance moyenne, pratique une politique de multilatéralisme, comme l’illustre son rôle dans la signature de la convention sur les armes chimiques, la création du groupe de Cairns, le règlement de paix au Cambodge ou sa participation au G20. Elle se donne ainsi l’image d’un « bon citoyen international » sans pouvoir toutefois s’affranchir de sa dépendance à l’égard des Etats-Unis (cf. p.94). L’Australie a eu du mal à se défaire de sa crainte historique du « péril jaune » et voir l’Asie comme une source d’opportunités, notamment commerciales, plutôt que de dangers, et voilà que la Chine, dynamisée par Xi Jinping, vient faire figure d’épouvantail. M. Argounès note que « L’Asie reste à la fois espace de craintes et d’opportunités » (165), mais il est dommage qu’il n’analyse pas plus en détail le positionnement problématique de l’Australie dans le cadre de tensions, voire de conflit, entre Chine et États-Unis car pareille situation pourrait remettre en cause les fondamentaux de sa politique étrangère.

5On trouve sous la plume de M. Argounès quelques affirmations contestables : la dépendance politique de l’Australie envers la Grande Bretagne est présentée comme indiscutable alors qu’elle a été battue en brèche lors des discussions menées à Versailles après la guerre, où l’Australie, représentée par WM Hughes, a fait prévaloir un point de vue spécifiquement australien. En revanche, elle est sous-estimée par M. Argounès lorsqu’il écrit (p.19) que « le pouvoir exécutif (australien) est déterminant pour la mise en place de la politique étrangère » suite à la création du Commonwealth d’Australie en 1901, alors que c’est Londres qui prenait les décisions importantes, comme la signature d’un traité d’alliance avec le Japon en 1902 malgré les objections australiennes. De même, il est contestable d’affirmer que l’Australie a atteint sa « pleine indépendance » (p.31) lors de la Seconde Guerre Mondiale. Les experts constitutionnels situent généralement l’accession à l’indépendance en 1986, et certains pensent même que la « pleine indépendance » ne sera atteinte que lorsque le pays aura son propre chef d’État, et ne sera donc plus une monarchie.

6On se prend aussi à regretter que le livre n’ait pas fait l’objet d’un vrai travail éditorial qui aurait éliminé nombre de coquilles (le nom du Premier Ministre Gough Whitlam est écrit « Whitlan » pp.19 & 24, et « Witham » p.106) ainsi que des incohérences occasionnelles de syntaxe (cf. p.116 : « Cependant, l’évolution générale des taux de croissance depuis les années la hiérarchie des États commence à évoluer… ») ou des confusions quand M. Argounès parle de « la disparition des aborigènes, d’abord au sud-ouest de l’Australie » (p.30), alors qu’il s’agit évidemment du sud-est.

7L’ouvrage reste néanmoins d’une utilité certaine car il apporte une somme conséquente d’analyses et d’informations dans un domaine où les études francophones sont rares.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier PONS, « Fabrice Argounès, L’Australie et le monde – Entre Washington et Pékin », E-rea [En ligne], 16.2 | 2019, mis en ligne le 15 juin 2019, consulté le 21 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/erea/7345

Haut de page

Auteur

Xavier PONS

Université de Toulouse 2 Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals