Navigation – Plan du site
Recensions

Jean-Pierre Naugrette (éd.). Dossier spécial « Les Mystères de Charles Dickens », (pp. 42-113) dans la Revue des Deux Mondes

Paris, novembre 2018, 228 p. ISBN : 978-2-35650-179-0. 15 €
Estelle MURAIL
Référence(s) :

Jean-Pierre Naugrette (éd.). Dossier spécial « Les Mystères de Charles Dickens », (pp. 42-113) dans la Revue des Deux Mondes. Paris, novembre 2018, 228 p. ISBN : 978-2-35650-179-0. 15 €

Texte intégral

1Le dossier spécial « Les mystères de Charles Dickens » s’ouvre sur des repères biographiques utiles nous rappelant les grandes étapes de la vie de Charles Dickens ainsi que son impressionnante bibliographie, et est constitué de neuf articles éclairant différents aspects de l’œuvre du romancier.

2Jean-Pierre Naugrette, dans son introduction, commence par nous rappeler que l’œuvre dickensienne, dont les personnages font partie de l’imaginaire collectif, constitue un patrimoine inoubliable. Il nous présente les différents visages de l’auteur, romancier réaliste engagé, certes, mais aussi caricaturiste, dramaturge, acteur comique et auteur sensationnaliste. C’est parce qu’il adopte ces différentes perspectives que Dickens réussit si bien à s’approcher du « mystère des relations humaines dans toutes leurs complexités ».

3Dans « Dickens, du portrait à la caricature », Lucien d’Azay inscrit astucieusement Dickens dans la lignée des caricaturistes Hogarth, Rowlandson et Gillray. Il nous rappelle que chez Dickens, « le portrait est le pivot de la création romanesque ». Celui-ci construit ses personnages à partir de leurs noms évocateurs avant de leur inventer des allures, habitudes et voix idiosyncratiques pour créer des caricatures jubilatoires et inoubliables. Forster trouvait que les personnages dickensiens manquaient de nuances ou de « rondeur », mais c’est justement cette « platitude » qui en font leur force. C’est précisément à travers leurs « tics, gestes, grimaces, manies, panoplies ou excentricités » que ces personnages ont pu persister et s’inscrire dans notre imaginaire collectif.

4Dans « Un conte de deux villes : cabale, carmagnole et bacchanale », Céline Prest explore les symboles et intertextes contenus dans ce roman dont l’intrigue se déroule à Paris et à Londres pendant la révolution française. En relisant le roman à la lumière de la tragédie d’Euripide, l’article nous montre combien le déchaînement dionysiaque de la foule parisienne, d’un côté, et la sérénité créée autour de la figure maternelle de Lucie Manette à Londres, de l’autre, ont à voir avec ces anciens rituels de déchaînement et régénération. Les Bacchantes prennent chez Dickens les traits des parisiennes tricotant le nom des victimes de la guillotine. Cependant, la régénération sociale ne peut advenir dans un Paris pris dans le vortex de la Terreur. Par opposition, la figure apollinienne et solaire de Lucie Manette crée un cercle familial harmonieux dont fait partie Sydney Carton. C’est cet ami cher et figure christique qui se sacrifiera à la place de Charles Darney pour permettre au cercle familial de se maintenir.

5Georges Letissier, dans « 'Qu'est-ce qui passe ici si tard?' Little Dorrit ou l'enfance volée », explique comment Dickens semble, dans ce roman, renoncer à l’idéal romantique de l’enfance en nous montrant des adultes restés enfants et des enfants endossant le rôle des adultes. Arthur Clennam reste l’enfant blessé d’avoir été élevé par une femme le détestant qu’il croyait être sa mère. Little Dorrit, quant à elle, est privée d’enfance et devient une mère protégeant son propre père William Dorrit, présenté comme le père de la Maréchaussée, pourtant incapable d’être le père de sa fille. Tattycoram et Miss Wade restent deux orphelines à vie. Comme il l’indique dans sa conclusion, « sans introduire de personnages d’enfants à part entière, Dickens dans Little Dorrit ne cesse de traiter de l’enfance en creux. »

6Jean-Jacques Lecercle met à jour « La verve noire de Charles Dickens » au travers d’une analyse linguistique et stylistique détaillée de l’ouverture magistrale du treizième roman de Dickens, Les Grandes Espérances. Cette verve noire, selon lui, « se caractérise par une fuite en avant, comme si le langage prenait le dessus, la langue se mettait à parler toute seule et échappait au contrôle de son locuteur », définition étayée par plusieurs exemples issus d’autres œuvres du romancier.

7À travers l’analyse d’essais, romans et esquisses de Dickens, Jean-Pierre Naugrette nous fait pénétrer dans l’imaginaire dickensien dans lequel « Londres, la Tamise, [et] la nuit » sont étroitement liés. La plasticité des perceptions, les glissements de sens et synesthésies sont caractéristiques de la perspective du narrateur errant souvent prisée par le romancier. L’article nous montre comment, « au moment même où la grande ville se développe et commence à s’industrialiser, […] Dickens, lui, choisit la nuit comme régime de croisière romanesque pour peindre les sombres recoins de cette société en train de se vouer ou de se vendre au dieu Argent. »

8Dans « Edwin Drood, un spectre hante la British Library », Sara Thornton se penche sur l’étoffe de marchandises dont sont fait les romans de Dickens : l’opium fumé au premier chapitre ainsi que les pages des volumes publiés à l’époque, truffées de publicités choisies par Dickens, lèvent le voile sur la complexité des relations entre personnes, institutions et marchandises dans l’Empire britannique. L’institution spectrale de la marchandise plane même sur la postérité du roman, autour duquel s’est développée une véritable « industrie de la résolution du mystère ». L’article superpose de part en part le Londres dickensien et le Londres hyper-moderne, produisant de saisissants parallèles.

9Dans « Dickens en Amérique: un cauchemar moderne », Laurent Folliot aborde les écrits désenchantés de Dickens suite à son voyage de 1842 en Amérique du Nord. Loin d’y rencontrer « la République de [s]on imagination », Dickens est frappé par la violence physique, morale et financière du pays. Les Billets américains (1843) et les épisodes américains de son roman Martin Chuzzlewit (1843-1844) témoignent de sa désorientation face aux excès rencontrés lors de son voyage. Cependant, ces écrits marquent aussi un tournant dans une œuvre jusque-là imprégnée de bonhomie, et annoncent les tonalités plus sombres de sa maturité. L’article conclut en nous montrant comment la face sombre de l’Amérique kafkaïenne décrite par Dickens aura une certaine postérité en trouvant des échos dans l’œuvre de Marlow, Conrad ou Céline.

10Le dossier s’achève sur une traduction par Jean-Pierre Naugrette d’un tapuscrit inédit de Sir Arthur Conan Doyle, Le mystère d'Edwin Drood. Dans celui-ci, le créateur de Sherlock Holmes adopte les méthodes de son détective pour émettre des hypothèses probables ou des solutions au mystère du roman inachevé de Dickens.

11Ce dossier très complet couvre de larges pans de l’œuvre du romancier, offrant à la fois des perspectives nouvelles sur ses romans les plus populaires, des éclairages enrichissants sur ses écrits moins connus, et des clés de lecture pour comprendre la persistance de l’œuvre dickensienne dans la culture contemporaine. Il donnera sans aucun doute aux lecteurs l’envie de se plonger ou replonger dans l’univers dickensien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle MURAIL, « Jean-Pierre Naugrette (éd.). Dossier spécial « Les Mystères de Charles Dickens », (pp. 42-113) dans la Revue des Deux Mondes », E-rea [En ligne], 16.2 | 2019, mis en ligne le 15 juin 2019, consulté le 21 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/erea/7481

Haut de page

Auteur

Estelle MURAIL

Institut Catholique de Paris (EA 7403) / Université Paris Diderot (LARCA UMR 8225)

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals