Navigation – Plan du site
Recensions

Kay Boyle, Fuir avant demain. Traduit par Anne Reynes-Delobel

Grenoble : UGA Éditions, 2019, 300 p. ISBN : 978-2-37747-032-7. 15 €
Lise JAILLANT
Référence(s) :

Kay Boyle, Fuir avant demain. Traduit par Anne Reynes-Delobel. Grenoble : UGA Éditions, 2019, 300 p. ISBN : 978-2-37747-032-7. 15 €

Texte intégral

1L’écrivaine américaine Kay Boyle vient d’avoir trente ans lorsque son roman Year Before Last (1932) paraît simultanément en Angleterre et aux États-Unis. Ce roman largement autobiographique est traduit en français pour la première fois en 1937. Anne Reynes-Delobel a choisi de changer le titre de cette première traduction, Avant-hier, préférant Fuir avant demain – une référence au titre tout d’abord choisi par Boyle, Runaway. Ce nouveau titre évoque « un moment précaire et éphémère de l’existence qui vient de naître et va s’effacer, plutôt que sa disparition dans le révolu » (p. 27).

2Le roman s’inspire de l’expérience d’expatriation de Boyle. Au début des années 1920, la jeune femme travaille en tant qu’assistante au bureau new-yorkais de la revue Broom. En 1923, elle quitte New York avec son mari français et s’installe à Paris. Ses relations dans le milieu de l’édition lui permettent de rentrer en contact avec la communauté d’Américains expatriés. Elle commence alors à écrire des poèmes et des romans, se forgeant ainsi un début de réputation littéraire. En 1925, Boyle entre en contact avec Ernest Walsh, un jeune poète américain qui édite le nouveau magazine d’avant-garde This Quarter avec Ethel Moorhead, une ancienne suffragette écossaise. La relation entre Boyle et Walsh devient vite amoureuse, et Boyle quitte son mari pour suivre son amant. Mais Walsh est atteint de la tuberculose et meurt en 1926. This Quarter survivra jusqu’en 1932 sous l’impulsion éditoriale de Moorhead.

3Fuir avant demain suit l’histoire de Hannah et Martin, deux personnages inspirés de Kay Boyle et Ernest Walsh. Comme Boyle, Hannah quitte son mari pour être avec Martin, un poète tuberculeux qui édite une revue littéraire avec Eve Raeburn. Quand Eve, jalouse, refuse tout contact avec Hannah et cesse de financer la revue, le poète est forcé de choisir entre son entreprise littéraire et la femme qu’il aime. De plus en plus malade, Martin entre alors dans une lutte désespérée pour la survie de sa revue. Hannah lui reproche le « pouvoir de vie ou de mort » détenu par Eve, ce à quoi le poète répond : « C’est elle qui finance la revue » (p. 87).

4Boyle avait une expérience de première main des conditions matérielles précaires des revues d’avant-garde, et Fuir avant demain offre un témoignage « de l’intérieur » sur la vie d’un périodique moderniste (p. 24). Martin et Hannah représentent une version radicale de l’engagement d’avant-garde, un engagement qui impose des choix matériels et artistiques difficiles. Leur pauvreté contraste avec le milieu privilégié des expatriés anglophones, qui passent plus de temps à parler de littérature plutôt qu’à travailler sur leur écriture. Les personnages mineurs du roman – Duke, Phyllis, et Lady Vanta – tirent leur pouvoir de leur capital économique et social, un pouvoir qui leur permet d’imposer leur vision de l’art. Duke soutient ainsi qu’un roman faisant référence à l’inceste ne peut pas trouver d’éditeur. Mieux vaut supprimer le passage problématique plutôt que de sortir des grandes théories « sur le devoir de l’artiste envers la postérité et patati et patata » (p. 151). Hannah réagit avec incrédulité à ce discours en faveur de la censure. Comme Martin, elle penche vers une vision sans compromis de la littérature.

5Quand Year Before Last paraît au début des années 1930, la censure était encore au cœur des préoccupations des écrivains anglo-américains modernistes. La première édition légale de Ulysses de James Joyce ne paraît qu’en 1934 aux États-Unis, après une décennie d’interdiction. Kay Boyle partage les préoccupations des autres modernistes, mais son style narratif est très différent des expérimentations de Gertrude Stein ou de Djuna Barnes. Comme l’indique Anne Reynes-Delobel, le terme « middlebrow » convient bien à un roman qui brouille les frontières entre culture élitiste et populaire. L’intrigue de son roman fait la part belle au suspens (Martin va-t-il quitter Hannah et revenir vers Eve pour sauver sa revue ?) et les conventions genrées ne sont pas remises en question. Hannah se met entièrement à la disposition de Martin, et accepte de le suivre chaque fois qu’il décide qu’un changement d’air s’impose. Sa dépendance émotionnelle lui devient pénible à mesure que Martin devient de plus en plus malade, et elle se prend à rêver de reprendre sa liberté : « Ce n’est que lorsqu’elle se projetait dans l’avenir, après leur séparation, qu’elle parvenait à se voir avec quelque acuité : grande, mince, portant du rouge à lèvres et les cheveux coupés à la garçonne vivant seule et exerçant un emploi, pleine d’une force de caractère qui ferait sa secrète fierté » (p. 163). Pourtant, le roman se termine sans qu’Hannah se soit émancipée de son rôle de garde-malade de Martin.

6Anne Reynes-Delobel a fait un travail remarquable de traduction, en privilégiant un vocabulaire actuel. L’introduction donne des clés de lecture intéressantes, notamment sur le terme « middlebrow » et sa relation avec le courant moderniste. Il aurait cependant été utile de rajouter un passage sur la réputation de Kay Boyle, qui a oscillé entre succès commercial dans l’entre-deux-guerres et déclin progressif après la Seconde guerre mondiale. Comme je l’ai décrit dans mon ouvrage Modernism, Middlebrow and the Literary Canon, la frontière entre culture « haute » et culture populaire se rigidifie dans les années 1940 avec l’arrivée d’une nouvelle génération d’intellectuels. En 1944, Edmund Wilson critique sévèrement Boyle et son roman Avalanche dans le New Yorker.

7Le succès commercial de Boyle devient alors un obstacle à toute reconnaissance en tant qu’écrivain majeur. Il faut attendre le milieu des années 1980 pour qu’une nouvelle génération redécouvre son œuvre, à travers des études et rééditions inspirées des Women’s studies. En 1986, la maison d’édition londonienne Virago publie une nouvelle édition de Year Before Last dans sa collection Modern Classics. Plus de trente ans après, le roman n’est plus disponible dans sa langue d’origine. En l’absence de nouvelle édition, le roman a peu de chance d’être enseigné dans le monde anglophone et risque donc de disparaître du canon littéraire. Avec cette nouvelle traduction en français, Anne Reynes-Delobel nous rappelle que Kay Boyle a toute sa place dans le canon moderniste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lise JAILLANT, « Kay Boyle, Fuir avant demain. Traduit par Anne Reynes-Delobel », E-rea [En ligne], 17.1 | 2019, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/erea/8090

Haut de page

Auteur

Lise JAILLANT

Loughborough University, Royaume-Uni

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals