Navigation – Plan du site
Recensions

Édouard Marsoin, Melville et l’usage des plaisirs

Paris : Sorbonne Université Presses, 2019. 592 p. ISBN : 979-10-231-0618-3. 23 €
Agnès DERAIL
Référence(s) :

Édouard Marsoin, Melville et l’usage des plaisirs. Paris : Sorbonne Université Presses, 2019. 592 p. ISBN : 979-10-231-0618-3. 23 €

Texte intégral

1Issu d’une thèse de doctorat remaniée, le livre d’Édouard Marsoin intitulé Melville et l’usage des plaisirs, publié aux presses de la Sorbonne est un ouvrage de 589 pages, aussi copieux que goûteux, dont il faut dire d’emblée qu’il s’agit de la première monographie jamais consacrée à l’étude des plaisirs dans l’œuvre en prose d’Herman Melville. Il fallait de l’audace pour aborder l’archipel melvillien par ses rivages sous le vent, tant persiste dans la critique l’emprise de l’héritage calviniste sur l’imaginaire de l’écrivain, tôt soulignée par ses premiers commentateurs qui ont durablement assombri le portrait de Melville en le tirant du côté du tragique, voire du nihilisme. Non que l’exégèse n’ait pas jusqu’ici fait droit à son exubérance baroque, à son humour volontiers gaillard qui l’apparentent à un Montaigne ou un Rabelais, mais elle était loin de nous montrer en Melville un poète des plaisirs et en sa prose une fiction résolument matérialiste, façonnée par le goût du sensible, du sensoriel, et du sensuel. En s’attachant aux plaisirs, Marsoin libère une œuvre qui semblait comme figée par la dichotomie entre les polarités qui la traversent : lumières/ténèbres, nihilisme/rédemption, tragédie/comédie. Comme y insiste l’auteur, le plaisir, justement, « permet de suspendre cette dialectique, car il n’est a priori ni blanc ni noir, ni optimiste ni pessimiste, ni bon ni mauvais » (p. 15). La réflexion de Marsoin prend toute sa force dans le franchissement d’un véritable obstacle épistémologique : saisissant le plaisir comme un affect, à la suite de Spinoza ou de Deleuze, c’est-à-dire comme une puissance d’être ou d’agir, l’essai récuse l’opposition entre plaisir et douleur pour les envisager dans un contraste dynamique, l’intensité de l’un pouvant s’accroître par sa proximité à l’autre, selon le principe de l’ « antipéristase ». C’est ce postulat fructueux qui permet de ressaisir ensemble tout l’œuvre en prose, en dépit de l’hétérogénéité du corpus, de lui rendre son unité en frayant à neuf des chemins de traverse qui relient des textes aussi différents que Mardi et Pierre, Moby-Dick et Confidence-Man, Benito Cereno et Bartleby : l’essai fait surgir une affinité dans l’imagination des plaisirs, dans l’expression d’une expérience de vie, qu’il s’agisse de jouir des matières à plaisir ordinaires, d’éprouver, comme Pierre, une joie tragique qui culmine dans la jouissance de la destruction ou encore, comme dans White-Jacket, de résister à la tyrannie des plaisirs pour inventer de nouvelles formes de subjectivation. Marsoin découvre pour nous un socle commun à ces fictions si dissemblables dans la primauté qu’elles accordent au corps et à ses affects, dans l’ « inexorabilité du plaisir » (p. 545) en dépit de la souffrance et de l’incertitude métaphysique.

2Conforme à l’intuition d’une unité de l’œuvre, l’analyse distribue les textes au fil de sa progression qui procède en quatre grandes étapes thématiques : y sont abordées successivement les matières à plaisir, la pensée comme matière et plaisir, l’expérience des plaisirs et leur régulation individuelle et enfin, la dimension politique du plaisir.

3L’inspection gourmande des plaisirs examine le « monde-table » des récits polynésiens, réglé certes par un ordonnancement anthropologique mais dont les matières ou plutôt leurs simulacres textuels fabriquent des mondes fictifs originaux, écartés de leurs référents. Ces mondes produisent parfois un reste impossible à ingérer comme le suggère le motif obsédant du cannibalisme qui hante l’œuvre de Typee à Billy Budd en passant notoirement par Benito Cereno. Marsoin voit dans cette attirance trouble l’horizon d’une jouissance, au sens d’un « au-delà du plaisir » (p. 109), où se combinent éros et thanatos, non comme pulsions mais comme « poussées au sens linguistique », comme images morbides disséminées au cœur même de la fête galante, et qui tracent le désir censuré du cannibalisme.

4Horizon de jouissance où se porte également la libido sciendi du sujet sentant et désirant, producteur de sens, qu’il s’enfonce comme Pierre dans une herméneutique de la souffrance ou qu’à l’inverse il se laisse dériver, à l’instar d’Ismaël, au fil d’un gai savoir dont l’objet toujours échappe : la logique qui préside au système cétologique n’est autre que poétique, mue par le goût pour le signifiant, ouvrant au lecteur un accès à la jouissance de l’écriture comme performance collaborative. Jouissance du texte encore qui laisse proliférer ses fictions et ses tautologies expressives, comme The Confidence-Man, qui déjoue le figement du sens dans une ivresse propre à la littérature.

5Pour Melville lu par Marsoin à la lumière de Foucault, régimes et régime de soi vont de pair : la régulation des plaisirs, selon des diététiques variées, est avant tout un mode de production du sujet. On lira dans cette partie de très belles pages consacrées à l’étude des grands ascètes melvilliens : Achab et la jouissance perverse d’une volonté de puissance, Pierre et le fantasme d’une désincorporation, Bartleby, scribe de la faim, et Franklin dont l’ascèse construit l’homme économique moderne.

6Dans son dernier volet, l’ouvrage s’intéresse aux communautés que fondent l’économie et la politique des plaisirs à travers les rêves induits par une démocratie issue de la « sympathie » dans la souffrance ou dans les plaisirs. Au-delà des non-plaisirs conjugaux ou des demi-plaisirs du célibat, c’est l’amitié qui préside à d’autres affiliations – une amitié qui bouscule les codes occidentaux, engage les corps et s’écarte radicalement du modèle promu par le transcendantalisme. Ainsi le mariage d’amis entre Ismaël et Quiqueg ouvre la possibilité d’une relation affective hors des cadres raciaux et sexuels de l’époque, dans une conjugalité inédite qui est aussi une « esthétique de l’existence ». À cette version heureuse de l’accouplement d’éros et de philia, l’œuvre oppose le dévoiement de leurs rapports, dégradés en dialectique du maître et de l’esclave dans Benito Cereno. C’est dans Billy Budd que cette perversion atteint son paroxysme, lorsque l’intrication de l’amour, de l’amitié et du désir fomente la violence polymorphe qui se déchaîne dans le récit. Tout particulièrement magistrale est l’analyse de la dernière et sublime prose de Melville où Marsoin retrouve une configuration des rapports tels que la Grèce antique les réglaient entre éraste et éromène. Résurgence intempestive de l’éromène antique, Billy Budd, dès lors qu’il est confronté à la violence de l’État d’exception moderne, ne peut qu’être condamné à mort : « il meurt de son anachronisme » (p. 469), conclut Marsoin dans une sentence décisive. Comme le montre la mécanique disciplinaire de Billy Budd, l’organisation des plaisirs (qu’ils soient tolérés, forcés ou punis) est une composante essentielle de la biopolitique qui s’exerce à bord des navires marchands ou des navires de guerre. Face à cette « tyrannie des plaisirs » se déploient des contre-pouvoirs, qui inventent, dissimulent et disséminent de nouveaux plaisirs, dans des niches hétérotopiques clandestines à l’intérieur des dispositifs répressifs que décrivent nombre de textes melvilliens.

7On aura compris qu’Édouard Marsoin nous offre ici une superbe lecture de ce vaste corpus qui « interroge, inquiète ou célèbre la possibilité du plaisir » ou encore dans la langue de Melville, nos « capabilities of enjoyment », nos capacités, notre potentiel ou notre puissance de jouissance.

8C’est dès lors un tout autre Melville que nous révèle, l’année même du bicentenaire de la naissance de l’écrivain, ce livre par lequel Édouard Marsoin s’affirme non seulement comme un américaniste de tout premier plan, mais comme un remarquable lecteur qui nous invite à nous interroger sur la « valeur d’une lecture », sur les joies, que recèlent, pour chaque époque, les textes dont nous héritons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès DERAIL, « Édouard Marsoin, Melville et l’usage des plaisirs », E-rea [En ligne], 17.1 | 2019, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/erea/8473

Haut de page

Auteur

Agnès DERAIL

École Normale Supérieure, VALE EA 4085

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals