Navigation – Plan du site
1. De la recherche fondamentale à la transmission de la recherche. Le cas du discours rapporté

Le discours rapporté dans un corpus d’anglais oral : formes et frontières

Sylvie HANOTE

Résumés

Dans ce chapitre, nous nous proposons de présenter les caractéristiques particulières du discours rapporté à l’oral en anglais en nous intéressant 1/ aux types de verbes introducteurs utilisés, parfois spécifiques à ce type de médium et 2/ à la syntaxe de la phrase, en lien avec les contours intonatifs. A partir de l’analyse d’énoncés oraux authentiques issus d’extraits radiophoniques de la BBC pour l’anglais britannique et de NPR pour l’anglais américain (bulletins d’informations, interviews, récits de vie…), notre étude se concentre sur l’intégration des formes de discours rapporté dans le récit à l’oral en envisageant la relation entre énoncé rapportant et énoncé rapporté ainsi que les frontières entre les deux (frontières lexicales, grammaticales et acoustiques), en relation avec la syntaxe générale de l’énoncé (position du segment introducteur) et la syntaxe interne à l’énoncé rapportant (ordre des mots : SV / VS). Il s’agit ainsi, d’une part d’identifier et de mettre en évidence les divers paramètres acoustiques qui permettent la perception d’un changement de niveau d’énoncé, et d’autre part de mettre en regard syntaxe et prosodie dans la mise en place d’énoncés de discours rapporté à l’oral en anglais, tout en envisageant les spécificités de ce type de corpus pour la problématique plus générale du discours rapporté.

Haut de page

Notes de la rédaction

Sylvie Hanote, Monique de Mattia-Viviès, et Marie-Odile Hedon souhaitent remercier M. Michaël Nauge (ingénieur d'étude aux laboratoires FoReLLIS et MIMMOC, Université de Poitiers) pour la rapidité et l'efficacité avec lesquelles il a rendu les fichiers son associés à cet article accessibles à tous.

Texte intégral

1Dans le cadre de l’ouvrage proposé par la revue E-rea (Aix-Marseille Université) dont le but est de traiter la question du discours rapporté dans une optique didactique, ce chapitre envisage de présenter un certain nombre de caractéristiques du discours rapporté à l’oral à partir d’un corpus1 constitué et hébergé au laboratoire FoReLLIS (EA 3816) de l’Université de Poitiers. Il est composé de données orales authentiques issues de programmes radiophoniques britanniques (BBC Radio 4) et américains (National Public Radio) et, de façon plus marginale, français (quelques documents de France Inter et France 3 Télévision). Il s’agit essentiellement de discours politiques, journaux d’information, documentaires, interviews et récits de vie. Le corpus dans son ensemble représente environ 8h d’oral et approximativement 80 000 mots. La très bonne qualité des enregistrements permet de faire des analyses acoustiques fines avec le logiciel Praat2. Cette contribution repose sur des travaux préalables dont l’un, sur la syntaxe du discours direct à l’oral, a paru dans cette même revue (Hanote 2015a). Il s’agit de présenter différentes modalités, non exhaustives mais fortement représentées dans notre corpus de travail, de construction du discours rapporté à l’oral en mettant en regard syntaxe, prosodie et construction de niveaux d’énoncé et en nous appuyant sur les outils développés dans le cadre de la Théorie des Opérations Prédicatives et Énonciatives d’Antoine Culioli, notamment la notion de repérage.

1. Présentation des données du corpus et des outils théoriques

1.1 Données du corpus

2Dans le cadre d’un travail de recherche sur le discours rapporté et ses frontières à l’oral, il s’est agi d’interroger un corpus exploitable pour ce type de travail, c’est-à-dire présentant une bonne qualité pour pouvoir mener des analyses acoustiques pertinentes, et assez représentatif pour pouvoir dégager des tendances concernant le mode de représentation des formes à l’oral. C’est pour cela que nous avons opté pour un corpus de documents authentiques représentatifs de deux variétés d’anglais (britannique et américaine), issus de la radio, qui garantissait une bonne qualité audio et comprenait divers types d’oral. Même s’il s’agit d’oral plutôt « planifié » (jeu de questions-réponses dans le cadre d’interviews, discours à partir d’un écrit sans doute pour les bulletins d’information et les revues de presse, etc.), les échanges entre les locuteurs lors d’interviews ou la parole quasi-monologale dans le cadre des récits de vie permet d’obtenir un oral assez spontané et qui en a des caractéristiques spécifiques (hésitations, faux-départs, retours en arrière, corrections, etc.). Dans ce corpus, nous avons pu relever 522 occurrences d’énoncés de discours rapporté, dont 71% sont introduits par say, qui est de fait le verbe introducteur très largement majoritaire à l’oral. Say est notamment particulièrement fréquent dans les récits de vie ainsi que dans les revues de presse et les programmes scientifiques où il est utilisé pour rapporter des résultats scientifiques issus de rapports ou de travaux scientifiques. On le trouvera ainsi associé à des sujets syntaxiques inanimés (the report says / says my book, says + le nom du journal, de la revue, etc.), ce qui est sans doute lié au statut spécifique de say comme verbe introducteur « passe-partout » favorisé par sa « neutralité » sémantique (voir par exemple, Hanote et Vallée 2001). Dans cette partie concernant les données du corpus, il est important de noter également la très grande majorité de la position initiale de say en tant que verbe introducteur dans ce type de corpus (c’est le cas dans 92% des exemples de notre corpus) et il peut introduire des énoncés de discours direct comme en (1) ou indirect comme en (2) :

  • 3 Les exemples sont présentés dans l’article comme ils le sont dans le corpus « Parole », sans aucune (...)

(1) [..] he looked up at the eighteen thousand foot peak of the Andes and he said okay that’s how mountains are built (“Tracking the Geological Impacts of Earthquakes”, NPR, March 5th 2010, Science Friday)3
https://gitlab.huma-num.fr/​mshs-poitiers/​forellis/​erea/​blob/​master/​datas/​Exemple_1.wav

(2) I got um a letter from a doctor a medical doctor who lived in a fashionable suburb outside Dublin and she said that her father was a high civil servant (John McGahern, Interview, November 1993, Poitiers)
https://gitlab.huma-num.fr/​mshs-poitiers/​forellis/​erea/​blob/​master/​datas/​Exemple_2.wav

  • 4 Cela ne serait sans doute pas vérifié si le sujet syntaxique était pronominal, mais nous n’avons pa (...)

3Dans l’introduction de discours direct, la grande majorité des énoncés rapportants apparaissent en position initiale (88%), mais on peut également les trouver en position médiane (9% des exemples, voir (3) et (4)) ou en position finale comme dans l’exemple (5). Dans notre corpus, cette position finale n’a été rencontrée que dans des revues de presse ou dans des programmes scientifiques ou politiques dans lesquels le journaliste cite les propos d’experts ou de commentateurs, documents qui peuvent être difficilement considérés comme de l’oral spontané car ils ont généralement été préparés et sont sans doute lus à la radio. Enfin, dans tous les exemples de notre corpus où l’énoncé rapportant est en position finale (7 en tout), le sujet syntaxique du verbe de discours est systématiquement un syntagme nominal qui est postposé au verbe introducteur (ordre VS4), comme dans l’exemple (5) :

(3) well she said it's your voice your accent irritates people so much they'd like to put you on the fire (Lady Mosley, BBC Radio 4)
https://gitlab.huma-num.fr/​mshs-poitiers/​forellis/​erea/​blob/​master/​datas/​Exemple_3.wav

(4) one way Owens and others say unemployed people can stay connected to the working world is by honing their skills through job training (In Jobless Data, Morning edition from NPR news September 2, 2011)
https://gitlab.huma-num.fr/​mshs-poitiers/​forellis/​erea/​blob/​master/​datas/​Exemple_4.wav

(5) the FT this morning describes the Presidential succession which is happening in Moscow at midday today it says that for the first time in Russia’s turbulent history a leader in good health is peacefully handing the keys of the Kremlin to a legally approved successor presumably also in good health not so says the Times […] (What the papers say, BBC Radio 4)
https://gitlab.huma-num.fr/​mshs-poitiers/​forellis/​erea/​blob/​master/​datas/​Exemple_5.wav

4Après ces données essentiellement quantitatives issues de notre corpus, nous nous proposons de présenter les outils théoriques que nous utiliserons pour le traitement de notre corpus.

1.2 Outils théoriques : de la nécessité de distinguer énonciateur origine et énonciateur rapporté dans le cadre du discours rapporté5

  • 5 Le titre de cette section est un hommage aux travaux de Jenny Simonin, notamment à son article (198 (...)
  • 6 La notion de « terme » est prise au sens large d’« élément ».

5La notion de repérage (au sens de « mise en relation » de deux termes6, l’un étant le repère, l’autre le repéré) est au centre de la Théorie des Opérations Prédicatives et Énonciatives, que ce soit au niveau notionnel, au niveau prédicatif ou au niveau énonciatif et l’énoncé, en tant qu’agencement de marqueurs, est envisagé comme nécessairement repéré dans un système de coordonnées énonciatives :

  • 7 Nous avons choisi de faire apparaître les paramètres de l’énonciation en majuscules italiques.

S0 (ou, pour être exact, un premier sujet énonciateur), un temps d’énonciation T0, pour ne considérer que ces deux repères. Si l’on symbolise ainsi par des majuscules bouclées7 ce qui est du domaine de l’énonciation et par des majuscules droites ce qui est du co-domaine (énoncé ou texte), on verra aisément que toute relation se présentera comme un paquet de relations :
(Culioli 1999 49)

6Tout énoncé suppose donc un repérage par rapport à une situation d’énonciation, situation abstraite, notée Sit, et constituée d’un énonciateur origine S (repère subjectif) et d’un moment origine T (repère spatio-temporel). Dans le cadre du discours rapporté, Jenny Simonin (1984a 56) souligne la nécessité de distinguer entre énonciateur, « paramètre intervenant dans la construction des valeurs référentielles » et ce qu’elle nomme locuteur, « support des opérations de modalisation », les deux n’ayant pas le même statut. Pour notre part, nous parlerons dans le second cas d’asserteur car nous réservons le terme de locuteur à la personne physiquement située, donc à l’extralinguistique. Dans ce cadre-là, il a semblé utile (voir Hanote 2000 et 2003) d’intégrer un autre paramètre, la situation d’énonciation rapportée Sit0Ret d’envisager les paramètres énonciatifs et assertifs suivants :

7- Sit0 (S0 ; T0) est la situation d’énonciation origine dans laquelle S0 est l’énonciateur origine (origine énonciative) et T0 le moment de l’énonciation. Les termes S0 et T0, paramètres abstraits qui n’apparaissent pas dans l’énoncé, servent de base pour le calcul des S et des T qui sont mentionnés dans l’énoncé (calcul des valeurs référentielles de l’énoncé) ;

8- Sit2 (S2 ; T2) est la situation-repère de l’événement auquel il est fait référence dans l’énoncé, où S2 fait référence aux sujets en tant que « personnes » dans l’énoncé, et T2 au moment de l’événement construit dans l’énoncé ;

  • 8 Le recours à cet anglicisme, sans doute peu élégant, permet néanmoins d’éviter la lourdeur du synta (...)

9- Sit0R (S0R ; T0R) est la situation d’énonciation rapportée, dans laquelle une « personne » de l’énoncé (S2) est explicitement mentionnée comme énonciateur au niveau du récit. Sit0R est un nouveau repère à part entière, décroché de Sit0, et nécessaire à la construction des valeurs référentielles (temps et personnes) de l’énoncé rapporté lorsqu’il y a « report »8 au sens d’« emprunt » (ou de « simulation d’emprunt ») des propos d’autrui ;

  • 9  Il est à noter que le terme de « sujet » tel qu’il est utilisé ici — sujet-énonciateur, origine de (...)

10- Sit1 (S1 ; T1) est la situation d’assertion dans laquelle S1, asserteur, est le support des opérations de modalisation de l’énoncé rapporté et T1 est le moment de l’assertion ; cette situation-repère Sit1, représentée par le verbe de l’énoncé rapportant, est située au niveau du récit et permet de rendre compte des effets de repérage par rapport à un point de vue dans un texte9.

11Sit0 et Sit0R sont toutes deux des situations origine abstraites, la seconde étant construite au niveau du récit. Sit2, Sit1 et Sit0R peuvent, du point de vue de la référence, renvoyer à la même situation dans le récit, mais envisagées sous des angles différents.

2. Indices prosodiques des types de repérage en jeu dans la mise en place du discours rapporté à l’oral

12L’hypothèse émise ici et dans des travaux antérieurs est qu’il serait possible de trouver une relation symétrique entre le comportement acoustique et prosodique des énoncés produits et les types de repérage (syntactico-énonciatif) présentés en introduction, soit :

13a/ dans les cas où il y a un enchâssement syntaxique entre énoncé rapportant et énoncé rapporté et un repérage énonciatif en bloc par rapport à une situation unique, celle de Sit0, il y aura également un lien serré entre les deux parties de l’énoncé au niveau prosodique, donc une seule unité intonative pour l’ensemble (énoncé rapportant – énoncé rapporté) ;

14b/ à l’inverse, dans les cas où l’on a la mise en place de deux systèmes de repérage distincts dans l’énoncé rapportant et dans l’énoncé rapporté (Sit0 et Sit0R), cela se traduira par des marqueurs forts de disjonction entre les deux parties de l’énoncé et donc deux unités intonatives distinctes.

2.1 Énoncé rapportant / énoncé rapporté : mise en place de deux systèmes de repérage séparés (Sit0 et Sit0R) = 2 unités intonatives distinctes ?

15Comme nous l’avons vu dans les données issues du corpus (section 1.1), la position initiale de l’énoncé rapportant est fortement majoritaire à l’oral. Dans le cas de la mise en place d’un énoncé de discours direct, le comportement prosodique entre énoncé rapportant antéposé et énoncé rapporté est alors majoritairement celui d’une « disjonction » entre les deux segments de l’énoncé. Soit l’exemple (6) :

(6) but Tommy LiPuma the producer said let’s try it you see I’ve got I think it would work and it was actually great to do it very slow (Paul McCartney, Interview on BBC R4, Front Row, February 2012)
https://gitlab.huma-num.fr/​mshs-poitiers/​forellis/​erea/​blob/​master/​datas/​Exemple_6.wav

16La disjonction entre les deux segments de l’énoncé (énoncé rapportant et énoncé rapporté) est marquée par plusieurs marqueurs de « discontinuité » intonative signalant la rupture entre l’énoncé rapportant et l’énoncé rapporté :

17- un contour intonatif nucléaire sur l’énoncé rapportant (the producer said)

  • 10 Il est important de mentionner ici la présence de « bruit » sur la courbe de F0 au niveau des deux (...)

18- une pause entre l’énoncé rapportant et l’énoncé rapporté10

  • 11 La courbe de F0 (fréquence fondamentale) représente les variations dans la hauteur de la voix. Le d (...)

19- une attaque haute de la F0 (courbe bleue sur la figure)11 sur le premier mot de l’énoncé rapporté let’s.

20Les deux parties de l’énoncé forment ainsi deux unités intonatives distinctes et séparées, en accord avec l’analyse syntaxique (parataxe) et énonciative (repérage par rapport à deux origines énonciatives-assertives distinctes). Ce marquage prosodique est assez caractéristique des énoncés de DD avec énoncé rapportant antéposé où l’énoncé rapportant permet de construire un événement de discours au niveau du récit (pour l’analyse d’autres exemples du même type, voir, par exemple, Hanote 2015a), mais ce n’est pas le seul, notamment lorsque say est répété au fil du discours ; il n’est alors pas nécessairement en position initiale et il va alors avoir un rôle un peu différent.

2.1.1 Répétition du verbe introducteur say au fil du discours : réassertion et « relais » de l’échange

21De la réassertion de la même origine au fil du récit…

(7) and she says if you’re if you’re surprised why I’m living in Greenwich outside London now you should see you can imagine she says since I know all your books she says er you can imagine the shock er some of us got when we saw what went with the land (McGahern, Interview, Poitiers, November 1993)
https://gitlab.huma-num.fr/​mshs-poitiers/​forellis/​erea/​blob/​master/​datas/​Exemple_7.wav

22Dans l’exemple (7) ci-dessus, après une introduction de discours « classique » signalant le changement d’origine énonciative-assertive et la reproduction des propos de she, l’énoncé rapportant she says est ensuite inséré au fil du discours, postposé aux segments rapportés ; il forme la queue de l’unité intonative, dans la continuité de la chute amorcée sur le noyau : il est post-nucléaire et incident au discours.

23L’énoncé rapportant ne semble ainsi pas redondant ; il ponctue le discours rapporté, réintroduisant l’origine assertive au fil du discours. Associé au présent simple, le verbe introducteur de discours fonctionne ici comme un simple « index » de l’origine rapportée.

24De même, dans l’exemple suivant :

(8) with me it’s rather like a drug I get a sort of shot of adrenalin when a director says cut and I’ve got it right I very often turn to the director in in in case he’s going to do another one cos I’m a lazy sod and I’d say listen I said I can’t do it any better than that there’s some other actors who can and you’d better get one of them ’cos I can’t do it any better than that and there are moments of reality that you get that you know you can’t better it yourself (Michael Caine, Interview, BBC Radio)
https://gitlab.huma-num.fr/​mshs-poitiers/​forellis/​erea/​blob/​master/​datas/​Exemple_8.wav

25il y a répétition du verbe say, d’abord antéposé (I’d say) puis inséré dans le discours listen I said I can’t do it… Il n’y a pas d’ancrage de l’énoncé dans une situation spécifique puisque le prétérit est associé à l’adverbe when (= whenever) et que l’on a un would dit fréquentatif associé au verbe introducteur de discours. Sur le plan syntaxique, plusieurs analyses sont possibles, la première étant que I can’t do it any better than that est l’objet syntaxique de I said (verbe introducteur said suivi de son objet, la complétive I can’t do it any better than that), ce qui donnerait la représentation suivante : [I’d say Listen] [I said I can’t do it any better than that]. Une autre analyse possible est l’intégration de I said comme un énoncé parenthétique, en incise, I can’t do it any better than that étant alors envisagé comme la poursuite de l’énoncé introduit par I’d say (I’d say: Listen, I can’t do it any better than that). C’est sans doute cette dernière interprétation, dans le contexte, qui est la plus vraisemblable. Si l’on s’intéresse maintenant à l’oral, la représentation de l’énoncé est la suivante :

  • 12 La transcription proposée a été faite par l’équipe d’enseignants d’un cours sur l’analyse linguisti (...)

26Comme on le voit sur la figure 3, [I’d say listen I said] forme une seule unité intonative ; le matériau linguistique est prononcé dans un seul groupe de souffle, sans discontinuité entre ‘listen’ et ‘I said’ : I’d say est la tête du groupe, la première syllabe de listen la syllabe nucléaire et I said fonctionne comme élément de queue de l’unité. I said est donc difficilement analysable comme introduisant I can’t do it any better than that (première analyse syntaxique proposée). Si on s’intéresse maintenant à la transcription proposée en (8’)12, elle permet certes de reproduire l’organisation syntaxique de l’énoncé :

(8’) With me it’s rather like a drug. I get a sort of shot of adrenalin when a director says “Cut!” and I’ve got it right. I very often turn to the director in-in case he’s going to do another one, ’cos I’m a lazy sod, and I’d say, “Listen,” I said, “I can’t do it any better than that, there’s some other actors who can, and you’d better get one of them, ’cos I can’t do it any better than that – and there are moments of reality that you get that you know you can’t better it yourself.”

27mais elle ne paraît pas reproduire l’organisation prosodique de l’énoncé avec intégration de I said comme élément de queue de l’unité intonative par rapport à l’énoncé rapporté.

28… au relais de l’échange verbal (passage d’une origine à une autre, distincte de la première).

29Soit l’exemple suivant, issu de l’écrit, mais assez typique de ce que l’on peut trouver à l’oral :

(9) Once I said maybe it was pre-menstrual tension, and he said yes I thought so. I said no, listen, maybe women are more in touch with the world. He said what did I mean, and I said, well, everything's connected, isn't it? (J. Barnes, “The Survivor”, in A History of the World in 10 1/2 Chapters.1989)

30Même si du point de vue syntaxique, on remarque une structure presque semblable à celle d’exemples où say est un véritable prédicat introducteur (verbe introducteur antéposé à l’énoncé rapporté et construction d’une occurrence de parole dans le récit), il semble que say change de fonctionnement dans ce type d’énoncés. Comme dans les exemples précédents (7) et (8), l'énoncé introducteur (I said, he said) semble ponctuer le discours ; il sert de relais entre les protagonistes de l’échange verbal. Il n'apparaît d'ailleurs pas, là non plus, comme répétitif. Ce n'est donc pas l’énoncé introducteur qui est mis en avant, mais le discours lui-même.

31Soit à présent l’exemple suivant, issu du corpus Parole, dans lequel Bob Hoskins raconte au journaliste un épisode de sa vie et un dialogue avec sa femme, Linda :

  • 13 She = Bob Hoskins’ wife, Linda.

(10) and er she13 I came back in the evening you know and what’d’y’do today love well we walked through the park went up to the top of the park and out to there it’s bril/ they’ve got some really nice houses there I said you went to Harlem Linda you went to Harlem with the baby yeah oh it’s lovely I said but it’s dangerous no it’s not the people are lovely well all this talk about violence it’s not it don’t happen here um Linda anyway the next day I came back I said er where d’you go today she said well I went through the park and up to the side and there was Avenue A and Avenue B you went to Alphabet City for Christ’s sake that’s the drug capital of the world you know […] (Bob Hoskins, Interview, BBC R4)
https://gitlab.huma-num.fr/​mshs-poitiers/​forellis/​erea/​blob/​master/​datas/​Exemple_10.wav

32Comme le montrent les figures 4 et 5, trois des occurrences de I / she said (entourées par une forme ovale sur les figures 3 et 4) sont prononcées de façon réduite avec une durée de 0,20-0,25s pour l’ensemble de l’énoncé rapportant (pronom + say). La durée de l’occurrence I said, encadrée par un rectangle, est, elle, de 0,37s. L’énoncé rapportant est alors inséré dans le récit (the next day I came back - I said) et I said constitue une unité intonative séparée (pauses à droite et à gauche, mouvement nucléaire sur le verbe). Il y a donc construction d’un événement de parole dans le récit. Par contre, si l’on regarde les trois autres occurrences d’énoncés rapportants, le segment pronom + said est systématiquement prononcé non accentué, soit en position d’avant-tête, comme sur la figure 4, soit en position de queue (postnucléaire) comme dans la dernière occurrence (she said), figure 5.

  • 14 Voir également l’étude d’Elgar-Paul Magro (2004) sur le maltais parlé.

33Le fonctionnement de l’énoncé rapportant, soit dans son rôle de relais entre les protagonistes et leur discours (exemples 9 et 10), soit en tant que marqueur de ré-assertion par rapport à la même origine énonciative-assertive (exemples 7 et 8), se rencontre fréquemment à l’oral14, notamment dans les récits oraux, et uniquement lorsqu’il y a mise en place d’une situation d’énonciation rapportée distincte de la situation d’énonciation origine (passage de Sit0 à Sit0R). Il s’agit alors, pour le locuteur-énonciateur, de simplement indexer un dit à une origine énonciative et assertive et ainsi de structurer son récit, et même si syntaxiquement l’énoncé rapportant est antéposé, on constate que prosodiquement, il n’est pas proéminent mais au contraire incident à l’énoncé rapporté avec un comportement de pré-tête ou de queue de l’unité intonative. On peut alors parler, pour ces énoncés, d’« incise » ou d’« incidente » de discours. Ces incises s’insèrent soit en début soit en fin d’unité intonative, ponctuant le discours du locuteur-énonciateur. Dans ce cadre-là, l’énoncé rapportant, même en position antéposée, peut être inaccentué, rejoignant de ce fait la catégorie des unimportant words décrits par Wells (2006 236-7) :

There are various words and phrases that are regularly left unaccented at the beginning of an utterance. That is to say, they form part of the pre-head. This applies, obviously, to function words such as articles, pronouns, conjunctions and modal or auxiliary verbs. It also applies, optionally, to introductory interjections such as well, so, yes, no. […] It also applies to short introductory phrases such as I think, I mean, I suppose, you know.

34Il pourra être intéressant de poursuivre l’étude de ces énoncés rapportants non accentués sur le plan phonétique par des exemples où l’on a inversion VS, comme dans l’exemple suivant, issu du BNC :

(11) And er he says er he says, you know I’ll have to get somewhere to stay, is there anywhere where I could stay?
Oh, says I, aye, I says, you could stay in the village, they have a hotel there…
(British National Corpus GYS 463, Oral history project, interview of a Scottish farmer)

  • 15 Voir à ce sujet l’article de Mario Barra-Jover (2003).

35Ils représenteraient un stade ultime d’intégration et d’incorporation de l’énoncé rapportant dans l’énoncé rapporté, à mettre en relation avec la dépendance syntaxique dont l’inversion VS est la trace15, mais le corpus actuel ne présente aucun exemple de ce type, réservé à un registre de l’oral particulier. Il serait donc nécessaire d’élargir le corpus en intégrant de l’oral plus « spontané » (discussions libres…) dans des registres de langue plus familiers.

2.1.2 Autres prédicats fonctionnant comme introducteurs de discours

  • 16 Sur l’analyse de ces prédicats, nous renvoyons, entre autres, aux travaux de Lionel Dufaye (2014), (...)

36Dans le corpus à l’étude, nous avons rencontré d’autres prédicats pouvant fonctionner comme introducteurs de discours aujourd’hui à l’oral comme go ou be like16, de façon assez similaire à say dans son rôle de simple opérateur de repérage d’un dit par rapport à une origine énonciative-assertive. Ces prédicats introducteurs ne sont pas spécifiques à l’oral, on peut les rencontrer dans la presse populaire, comme dans l’exemple (12) :

(12) “FUCK OFF, you fat cow!” It is with cries such as this, the drunken cries of drunken laddish hecklers, that the plump woman is greeted frequently when she trips lightly on to the boards for an evening’s stand-up hilarity. “Fuck off, you fat cow!” they howl at the comic. [...].
“Yes,” she says in her trademark indolent isn’t-life-boring delivery, drawing on a Silk Cut cigarette in management offices, “Fuck off, you fat cow. I love that because it’s as though, you know, I’ve never heard it before. You get someone going, Fuck off, you fat cow, and thinking to themselves Yes! I’ve got her there! It’s very... weird.” (“Who the hell does Jo Brand think she is? in Q. July 1994, pp.7-8)

  • 17 Le corpus audio est accessible mais il n’a pas été numérisé.

37Les deux exemples suivants sont issus de la transcription d’interviews conduites en Californie par Guillaume Marche (corpus GM)17 :

(13) After twenty-one years in a relationship it’s still difficult for us to go into a motel and ask for a room and they ask you so you want two twin-beds and you’re like no no give us one big king-size bed (Corpus GM)

(14) That’s what annoys me with this post-gay thing is that they play the game so well that now they believe it and now there’s no room for where they came from now they believe the game is real and when they see a drag queen they’re like get over that (Corpus GM)

38Il est important de souligner que ni go ni be like ne sont a priori envisageables comme des prédicats introducteurs de discours ; cependant, ils servent bien ici, dans un registre familier, d’opérateurs de mise en relation entre des propos rapportés et une nouvelle origine subjective construite dans l’énoncé. L’exemple suivant est issu d’un document de NPR (corpus « Parole ») dans lequel un chanteur américain, Ryan Shaw, est interviewé ; il illustre également ce phénomène :

(15) […] so I remember getting here and calling my mom like mom guess what and she was like what […] and it was like a big shock for me and so I said I don't think I'm coming home she was like yeah okay very nonchalant […] you don’t know nobody up there you ain’t got no money what you going to do I was like I don’t know (NPR News, Tell me more, June 2012)
https://gitlab.huma-num.fr/​mshs-poitiers/​forellis/​erea/​blob/​master/​datas/​Exemple_10.wav

  • 18 Le rythme dans l’énoncé rapporté est à mettre en relation avec le commentaire du locuteur (very non (...)

39Dans les deux premiers énoncés de l’exemple (15), il y a dans le co-texte proche un verbe de parole (call dans un cas, say dans l’autre) et on pourrait penser que c’est l’association de ces verbes d’introduction de dire avec (be) like qui permet d’introduire le discours rapporté. Néanmoins, et on le voit dans les exemples suivants, (be) like peut très bien fonctionner seul et déclencher le changement de niveau d’énoncé (récit-discours). Sur le plan acoustique, comme le montre la figure 6, like forme ici l’élément de queue du groupe intonatif dont le noyau est mom : prononcé sur un ton bas, like ne sert que de lien entre call-my mom et l’énoncé rapporté qui suit. Dans les deux énoncés suivants (figures 7 et 8), she / I was like sont également prononcés sur un ton bas, placés avant l’énoncé rapporté et ils rejoignent ainsi eux aussi la catégorie des unimportant words de Wells ; ils sont incidents à l’énoncé rapporté, prononcés sur un ton bas et avec un rythme rapide, mettant ainsi en valeur les propos rapportés qui sont, eux, prononcés sur un rythme plus lent18 (what, yeah OK, I don’t know) :

40Ainsi, comme avec say dans les exemples précédents, il s’agit bien ici à nouveau d’un verbe introducteur-opérateur, simple index entre une origine et des propos rapportés ; l’occurrence de discours est construite à travers l’énoncé rapporté lui-même.

41Go va avoir le même rôle dans les exemples suivants, également issus d’une émission de NPR, qui consiste en un dialogue entre Jimmy Fallon (I) et le manager de Bruce Springsteen (he) sur les préparatifs d’un show télévisé avec Bruce Springsteen :

(16) […] so it/the fact that he's game for this I go okay we'll get a beard er and and and we'll get he goes er and we'll get a floppy hat I go no problem he goes and Bruce said he's going to bring his sunglasses from the Born to Run tour […] (Fresh Air, NPR, July, 12th, 2012)
https://gitlab.huma-num.fr/​mshs-poitiers/​forellis/​erea/​blob/​master/​datas/​Exemple_16.wav

42Si l’on envisage la première mise en discours (I go okay…), on voit sur le spectrogramme ci-dessous que I go est construit dans la continuité du récit qui précède et qu’il y a un pitch reset (changement de hauteur mélodique typique d’un début d’unité intonative) à l’introduction du discours rapporté avec l’interjection OK. Il s’agit ici d’un comportement acoustique parallèle à celui de l’exemple (6) avec say, l’énoncé rapportant construisant un événement de discours au niveau du récit :

43Le verbe go est ensuite répété avec changement de sujet (I / he) et comme say dans les exemples précédents, il fonctionne comme simple relais entre les protagonistes de l’échange verbal et les propos rapportés. Il ne permet pas de construire des événements de parole (c’est l’énoncé rapporté lui-même qui a cette fonction), mais il sert d’index entre le dit et l’origine du dit et, comme dans les exemples précédemment étudiés, il est incident au discours rapporté, ainsi que le montrent les figures 10 et 11 ci-dessous :

44Go est prononcé dans le même groupe de souffle que le matériau linguistique qui précède ou qui suit, incident au discours. Se pose alors à nouveau un problème de découpage de l’oral, qui ne correspond pas toujours au découpage syntaxique. On s’aperçoit en effet, dans le dernier énoncé de discours rapporté, que he goes, mis en évidence par la figure ovale sur la figure 10 et reporté figure 11 pour une meilleure lisibilité, est intégré à l’unité intonative qui précède, soit l’énoncé rapporté par I (I go no problem) et non comme avant-tête de l’énoncé rapporté qui suit, pourtant pris en charge par he. La transcription ponctuée, empruntée au site web de la radio NPR, rétablit la construction syntaxique et sémantique de l’énoncé, notamment par la présence des deux-points :

(16’) So the fact that he's game for this, I go: OK, we'll get a beard, and we'll get - he goes: And we'll get a floppy hat. I go: no problem. He goes: And Bruce said he's going to bring his sunglasses from the "Born to Run" tour. (Fresh Air, NPR, July, 12th, 2012)

45Ainsi, de la séparation totale (deux unités intonatives indépendantes : énoncé rapportant / énoncé rapporté) à un fonctionnement plus « intégratif », on observe ainsi une grande palette de fonctionnement des énoncés introducteurs de discours à l’oral. On observe également une évolution dans le type de prédicats introducteurs de discours : si say reste très largement majoritaire, on a vu que go et be like, qui n’ont pourtant a priori aucun trait sémantique en lien avec la parole, peuvent également être employés dans ce rôle-là dans un certain type d’oral en anglais. Nous avons également pu voir dans la première section de ce travail que les traces d’un changement de niveau d’énoncé étaient souvent à chercher dans l’énoncé rapporté lui-même, en lien avec une intonation particulière ou aux frontières (disjonctions particulières entre les deux parties de l’énoncé). C’est donc souvent l’hétérogénéité des formes elles-mêmes qui signalent le changement de niveau d’énoncé, l’« introduction » de discours ne servant plus alors qu’à indexer un dit à une origine. Enfin, il semble important de souligner que le comportement syntactico-prosodique décrit dans cette section, s’il est largement majoritaire dans le cadre de la mise en place d’énoncés de discours direct avec énoncé introducteur antéposé et marques de disjonction explicites dans la plupart des cas entre les deux parties de l’énoncé, n’est qu’un cas de figure rencontré dans notre corpus d’étude et la frontière entre énoncé rapportant et énoncé rapporté n’est pas toujours aussi clairement marquée, notamment lorsque l’énoncé rapportant est en position médiane ou finale. Nous renvoyons pour l’analyse d’exemples de ce type à l’article paru dans cette même revue (Hanote 2015a).

2.2 Les cas d’enchâssement : repérage en bloc par rapport à Sit0 = 1 seule unité intonative ?

46D’après l’hypothèse présentée au début de ce travail, en cas de relation d’enchâssement, on peut postuler qu’une relation repéré-repère s’établit entre l’énoncé rapporté et l’énoncé rapportant et que l’ensemble est repéré par rapport à la situation d’énonciation origine, des traces de dépendance de l’énoncé rapporté par rapport à l’énoncé rapportant apparaissant au niveau prosodique : absence de pause entre les deux éléments de l’énoncé (rapportant / rapporté) et une continuité dans la courbe de F0, la « tête » de l’unité intonative se situant au niveau de l’énoncé rapportant et on peut se poser les questions suivantes :

47a/ Y a-t-il une différence de comportement acoustique en fonction de la présence / absence de that ?

48b/ Si l’énoncé rapportant fonctionne comme la « tête » de l’énoncé dans son ensemble, où est placée la première syllabe accentuée (sur le sujet du verbe introducteur ou sur le verbe lui-même) ? Et la position de l’accent a-t-elle une conséquence sur le statut assertif de l’énoncé rapportant ?

49c/ Enfin, y a-t-il des cas où l’énoncé rapportant fonctionne non pas comme tête de l’énoncé mais comme avant-tête, c’est-à-dire non accentué et prononcé sur une plage basse ?

50Parmi les 33 occurrences de discours rapporté répertoriées dans le corpus avec un verbe introducteur antéposé et une relation de type enchâssante-enchâssée sur le plan syntaxique, un peu plus de la moitié (17) sont introduites par la conjonction that et une petite moitié (16) par le marqueur ∅. Près d’un quart des occurrences proviennent de revues de presse. Il est tout d’abord important de noter que sur les 33 occurrences, aucun exemple ne présente de « discontinuité temporelle », c’est-à-dire ni pause ni allongement syllabique final ; il n’y pas non plus d’énoncé présentant d’attaque haute à l’introduction de l’énoncé rapporté (pas de reset de la F0) lorsque les repérages se font en bloc par rapport à l’énonciateur origine, comme le montrent les deux exemples suivants, issus de deux documents de nature différente. Le premier est un extrait de l’interview de l’écrivain John McGahern :

(17) I got um a letter from a doctor a medical doctor who lived in a fashionable suburb outside Dublin and she said that her father was a high civil servant (McGahern, Interview, November 1993, Poitiers)
https://gitlab.huma-num.fr/​mshs-poitiers/​forellis/​erea/​blob/​master/​datas/​Exemple_17.wav

51Comme le montre la figure 11, l’introduction de discours rapporté se fait sur la même plage mélodique que la partie de récit qui précède. Il y a juste une courte pause de 0,4s avant la coordination. Si l’on regarde maintenant de plus près la relation énoncé rapportant-énoncé rapporté (figure 13) :

52on voit qu’il n’y a pas de contour mélodique final en fin d’énoncé rapportant mais une continuité entre les deux parties de l’énoncé ; énoncé rapportant et énoncé rapporté sont prononcés dans un même groupe de souffle et une même unité intonative, la fin de l’unité se situant après le nucleus placé sur la première syllabe de servant. On a donc une intégration de l’énoncé rapporté dans l’énoncé rapportant et l’énoncé introducteur fonctionne comme tête du groupe intonatif. De la même manière, dans l’énoncé suivant, issu d’une revue de presse :

(18) the paper says that the disbelieving David the parent is digging in his heels and he’s going to pay for an advertising permit on a point of principle (What the Papers say, BBC)
https://gitlab.huma-num.fr/​mshs-poitiers/​forellis/​erea/​blob/​master/​datas/​Exemple_18.wav

  • 19 Il est intéressant de noter ici des pics dans la F0 sur certaines syllabes, notamment sur le préfix (...)

53l’énoncé rapportant et l’énoncé rapporté forment une seule et même unité intonative19, sans discontinuité entre les deux. La conjonction that est réduite, tout comme dans l’énoncé précédent, avec une durée d’environ 0,12s dans l’exemple (17) et de 0,09s dans l’exemple (18) et c’est ici le nom paper, partie du SN sujet du verbe introducteur say, qui porte l’accent de tête et non le verbe, nous y reviendrons plus loin. On a donc ici une seule unité intonative énoncé rapportant-énoncé rapporté et les deux parties de l’énoncé sont dans la continuité l’une de l’autre. Il semble d’ailleurs, dans les limites du corpus exploité jusqu’ici, que lorsqu’il y a un marqueur d’hésitation ou de reprise dans l’énoncé, celui-ci ne se situe que rarement entre le verbe introducteur et la complétive. Soit l’exemple suivant, à nouveau extrait de l’interview de John McGahern :

(19) well I mean I find that all writing is the same is that generally er it’s an image or a rhythm that’s in your head for a long time and er and won’t go away there was an American writer that wrote at the turn of the century who was a friend of Henry James that I admire called Sarah Orne Jewett er […] she said that her her mind was always full of little old women and er marvellous white houses and when she one of these little old women and er marvellous white houses inhabited her mind and wouldn’t go away she knew she had it right er and in my case it’s just often an image er […] (McGahern, Interview, November 1993)
https://gitlab.huma-num.fr/​mshs-poitiers/​forellis/​erea/​blob/​master/​datas/​Exemple_19.wav

54Comme précédemment, il n’y a pas de discontinuité entre énoncé rapportant et énoncé rapporté ; le segment she said that her est prononcé dans un même groupe de souffle et la courte pause d’hésitation / reformulation se situe à l’intérieur de l’énoncé rapporté avec la répétition du pronom her. Dans d’autres cas, le marqueur d’hésitation se situe directement après la conjonction de subordination, say + that fonctionnant comme un ensemble indissociable :

(20) and during the month of February there began to be anonymous newspaper reports uh saying that uh all options were uh were on the table and uh broadly hinting at military action (Downing street memos, NPR)
https://gitlab.huma-num.fr/​mshs-poitiers/​forellis/​erea/​blob/​master/​datas/​Exemple_20.wav

(21) there is one memo from I believe it's from the British Foreign Office uh saying that uh it would be very difficult to claim that Iraq was stepping up its unconventional weapons programs cause in fact Saddam Hussein was decelerating that effort rather than accelerating it (Downing street memos, NPR)
https://gitlab.huma-num.fr/​mshs-poitiers/​forellis/​erea/​blob/​master/​datas/​Exemple_21.wav

55Cette relation étroite entre le verbe introducteur et la conjonction peut être mise en relation avec le fonctionnement de that comme « image du premier énonciateur » (Culioli, 1990 50) ou comme « relais » de l’énonciateur origine. Il y a cependant deux exemples dans le corpus dans lesquels on observe l’intégration d’un élément entre le verbe introducteur et la conjonction. Ci-dessous le premier d’entre eux :

(22) The Mirror says er it reports the story too that killjoys from the local council wouldn’t you believe it have intervened after a complaint because the Jolly Roger is apparently covering outdoor relations covering outdoor advertisements (What the papers say, BBC Radio)
https://gitlab.huma-num.fr/​mshs-poitiers/​forellis/​erea/​blob/​master/​datas/​Exemple_22.wav

56Dans cet exemple, il y a deux énoncés parenthétiques, it reports the story too puis wouldn’t you believe it, de type aparté énonciateur-locuteur / interlocuteur (ici l’auditeur, quel qu’il soit). On repère sur le spectrogramme ces deux éléments hétérogènes par le fait qu’ils sont prononcés sur un ton bas, en disjonction par rapport au reste de l’énoncé. Le premier des deux sépare donc le verbe introducteur de la conjonction, mais l’on voit que l’on a ensuite une courte pause entre la conjonction et les propos rapportés eux-mêmes, comme si la conjonction était intimement liée à l’énoncé rapportant, comme dans les exemples (17) à (21). Le premier terme de l’énoncé rapporté est par ailleurs prononcé avec une attaque haute sur la première syllabe de killjoys. On peut donc se poser la question de savoir si l’on est ici dans un cas de figure similaire à ceux présentés dans la section précédente avec une nouvelle unité intonative sur l’énoncé rapporté killjoys from the local council have intervened…, signe d’un repérage par rapport à une nouvelle origine énonciative, rapportée. Il ne semble pas que ce soit le cas ; comme dans beaucoup de revues de presse, c’est l’énonciateur-origine, en l’occurrence le journaliste qui rapporte les propos, généralement écrits (The Mirror says) et sans ancrage temporel défini (valeur double du présent simple), qui reste l’origine unique de la prise en charge de ces propos et de la proéminence du nom killjoys. C’est peut-être la présence justement de l’énoncé parenthétique qui précède, ainsi qu’une volonté de mise en valeur du nom (ou une hésitation sur le terme), qui provoque cette saillance dans l’énoncé.

57Le second énoncé dans lequel le verbe introducteur est séparé de son objet est le suivant :

(23) The Telegraph talks of electoral games by Labour which have put the union in peril it says in its leader column that Wendy Alexander’s move er was depicted as a giant stride toward self-determination (What the papers say, BBC Radio)
https://gitlab.huma-num.fr/​mshs-poitiers/​forellis/​erea/​blob/​master/​datas/​Exemple_23.wav

  • 20 Avec présence d’une pause de 0,36s directement après le verbe introducteur.

58dans lequel il y a un syntagme prépositionnel (in its leader column) circonstant20 entre le verbe introducteur et la conjonction that. Cependant, ce qui nous paraît important à noter ici, c’est que dans ce type d’énoncés où l’on a un verbe introducteur + that, il n’y a pas de rupture entre énoncé rapportant et énoncé rapporté au niveau intonatif : l’énoncé rapporté est prononcé dans la continuité de l’énoncé rapportant, la relation entre les deux parties de l’énoncé est étroite aussi bien sur le plan intonatif que sur les plans syntaxique et énonciatif.

59Mais il nous semble que l’on peut affiner l’analyse en soulignant deux types de comportement acoustique pour ce type d’énoncés :

601) soit that est lié au syntagme qu’il introduit comme dans l’exemple (22) et le repérage par rapport à la situation d’énonciation origine peut être réaffirmé par la répétition de la conjonction, comme dans l’exemple suivant :

(24) but I had one er very amusing letter er obviously a very intelligent woman she lived in outside London and she said that her father resembled Moran and that he was a small farmer […] but that instead of three daughters there were seven daughters […] (McGahern, Interview, November 1993)
https://gitlab.huma-num.fr/​mshs-poitiers/​forellis/​erea/​blob/​master/​datas/​Exemple_24.wav

  • 21 Modèle de représentation emprunté à Dehé et Wichmann (2010a).

61la répétition jouant également le rôle de construction explicite de she comme origine assertive. Ce type d’énoncés pourrait se représenter de la manière suivante21 : IP[[SN say] [that…]]IP.

622) soit, comme semblent le suggérer un certain nombre d’exemples de notre corpus, on peut faire l’hypothèse d’une relation plus étroite entre le verbe et la conjonction, comme dans les exemples (19), (20) et (21) cités plus haut, relation que l’on pourrait représenter de la manière suivante : IP[[SN say that] …]IP.

63Une étude quantitative serait intéressante à mener pour savoir quelle est la représentation de ces deux types de fonctionnement dans un corpus plus large et quelle analyse différentielle on pourrait en faire.

64D’autre part, que se passe-t-il lorsqu’il n’y a pas de conjonction de subordination ; la relation entre les deux parties de l’énoncé est-elle plus lâche et quelles seraient les traces acoustiques de ce relâchement syntaxique ?

(25) Leanne Hinton is a linguistics professor at UC Berkeley and a founding member of Advocates for Indigenous California Language Survival she says there is now an effort underway to bring back these languages a collaboration between Native American communities and language experts (Native Americans, NPR)
https://gitlab.huma-num.fr/​mshs-poitiers/​forellis/​erea/​blob/​master/​datas/​Exemple_25.wav

65Ici, l’absence de la conjonction ne provoque pas de changement sur le plan intonatif. Il n’y a pas de discontinuité entre l’énoncé rapportant et l’énoncé rapporté et le pronom she, sujet du verbe introducteur, porte l’accent de « tête » de cette unité. Ci-dessous, nous trouvons encore un exemple assez similaire :

(26) Blair says there are all sorts of individual exceptions and he says it's important for everyone to be careful and not overdo it but increasingly he says the studies are reminding us that the joints were made for moving (Exercise, NPR)
https://gitlab.huma-num.fr/​mshs-poitiers/​forellis/​erea/​blob/​master/​datas/​Exemple_26.wav

66Comme en (25), il n’y a aucune trace de disjonction entre les deux parties de l’énoncé (rapportant / rapporté) ; le contour intonatif est en accord avec la relation syntaxique de type enchâssante-enchâssée. Ce type de comportement intonatif est fréquent dans les exemples du corpus.

67En revanche, il peut y avoir des cas pour lesquels les choses sont moins claires comme dans l’exemple suivant, et la « subordination » de l’énoncé rapporté par rapport à l’énoncé rapportant ne semble plus être présente acoustiquement. On serait proche d’une relation de type paratactique :

(27) The Sun says even Wendy Alexander’s brother the international development secretary Douglas Alexander is outraged (What the Papers say, BBC)
https://gitlab.huma-num.fr/​mshs-poitiers/​forellis/​erea/​blob/​master/​datas/​Exemple_27.wav

  • 22 Soulignée par une hauteur de voix plus importante que sur le reste de l’énoncé (pitch accent).

68On peut se demander si cela est lié au type de document (revue de presse). Ce qu’il est cependant important de souligner, c’est qu’il n’y a pas non plus deux unités intonatives distinctes signalant le repérage par rapport à deux origines énonciatives différentes comme dans la section précédente, mais plutôt une mise en valeur de l’énoncé rapporté par rapport à l’énoncé rapportant liée au fait que dans ces exemples, say sert simplement à indexer un contenu rapporté à une source assertive, ici non animée. Il est d’ailleurs intéressant de noter que dans tous les exemples issus des revues de presse cités ci-dessus (exemples 18, 22, 23 et 27), avec ou sans that, l’accent est mis sur le SN sujet de l’énoncé rapportant The Sun, The Mirror, etc. Le verbe introducteur, au présent simple, sert alors de simple opérateur de repérage entre un contenu rapporté et l’origine (inanimée) des propos. Cette proéminence22 du pronom sujet par rapport au verbe introducteur est également notable dans l’exemple (25) (cf. figure 17), dans lequel la journaliste, après avoir introduit le nom et la qualité de l’experte citée (Leanne Hinton), cite ses propos (she says there is now an effort underway to bring back these languages) ; la proéminence du pronom permet d’attribuer de façon explicite la prise en charge des propos rapportés. C’est également le cas dans l’exemple suivant :

(28) one way Owens and others say unemployed people can stay connected to the working world is by honing their skills through job training Owens says such programs were successful after World War Two she says she hopes the president announces something that can help those discouraged workers come back into the workforce (In Jobless Data, Morning edition from NPR news September 2, 2011)
https://gitlab.huma-num.fr/​mshs-poitiers/​forellis/​erea/​blob/​master/​datas/​Exemple_28.wav

69Nous laisserons de côté le tout premier énoncé de discours rapporté dans lequel l’énoncé rapportant est en position médiane. En ce qui concerne les deux autres énoncés de discours rapporté dans lesquels l’énoncé rapportant est antéposé, ils ne fonctionnent pas tout à fait de façon parallèle : si dans le premier, qui comporte le nom propre Owens, l’introduction de discours est « neutre » sur le plan mélodique (figure 20), ce n’est pas le cas dans la deuxième occurrence dans laquelle le pronom sujet she est prononcé avec une F0 haute (figure 21), signalant ainsi le statut assertif de l’origine :

70Il est d’ailleurs intéressant de noter que dans cet exemple-ci, on aurait pu ne pas avoir d’énoncé rapportant, la présence de Owens says dans le co-texte proche suffisant à indiquer l’origine assertive :

(28’) Owens says such programs were successful after World War Two she hopes the president announces something that can help those discouraged workers come back into the workforce

71La répétition de l’énoncé introducteur de discours avec proéminence du pronom sujet she (pronom personnel anaphorique généralement réduit) a pour effet de renforcer le statut assertif du sujet syntaxique du verbe introducteur sur l’énoncé rapporté objet. Enfin, dans l’exemple suivant :

(29) […] through it all Abdullahi Haji’s voice stayed true in Somalia some say he is better known than the Queen (Goodbye to BushHouse, BBC R4)
https://gitlab.huma-num.fr/​mshs-poitiers/​forellis/​erea/​blob/​master/​datas/​Exemple_29.wav

72l’accent est également mis sur le sujet syntaxique du verbe introducteur, le pronom some indéfini et donc généralement réduit. Associé au présent, il s’agit, non pas de construire une occurrence de parole (l’origine est indéterminée), mais de mettre en évidence la relation entre le sujet de l’énoncé rapportant (le pronom some) et les propos rapportés et ainsi leur donner une certaine portée / validité.

73Ainsi, dans les énoncés étudiés dans cette section, il y a intégration énoncé rapportant-énoncé rapporté dans la même unité intonative, en accord avec les repérages en bloc par rapport à une origine énonciative unique. Dans les cas où il y a « domination » prosodique de l’énoncé rapportant sur l’énoncé rapporté et où le verbe introducteur fonctionne comme tête du groupe intonatif, le report de paroles est premier par rapport à l’énoncé rapporté ; dans les cas où c’est le sujet du verbe introducteur qui porte l’accent, il y a plutôt (ré)affirmation du statut assertif du sujet syntaxique du verbe que construction d’un événement de discours. Enfin, il existe des cas où l’énoncé rapportant n’est plus proéminent prosodiquement. C’est alors le contenu de l’énoncé rapporté qui est premier et le verbe introducteur ne sert plus que d’index entre l’origine assertive et les propos rapportés.

Conclusion

74Si l’hypothèse de départ selon laquelle, dans la mise en place du discours rapporté à l’oral, une certaine tendance se dessine alliant syntaxe, prosodie et analyse énonciative (disjonction entre énoncé rapportant et énoncé rapporté dans le cas de la mise en place du discours direct avec énoncé rapportant antéposé vs. enchâssement entre les deux parties de l’énoncé dans le cas d’introduction du discours indirect), on peut aussi noter la différence de statut de say comme verbe introducteur de discours : de la construction d’un événement de parole dans le récit lorsque l’énoncé rapportant forme un groupe intonatif séparé de l’énoncé rapporté, say devient un simple index de rattachement d’un dit par rapport à une origine lorsqu’il est incident à l’énoncé rapporté, comportement qui se trouve renforcé lorsque le verbe introducteur est en position médiane ou, plus rarement dans le corpus étudié, en position finale. Il peut alors être intégré à l’énoncé rapporté qu’il « qualifie », soit en tant qu’élément d’avant-tête, soit en tant qu’élément de queue. On remarque d’autre part la nécessité, à l’oral, de la constante réassertion de l’identité des différents locuteurs par la répétition du verbe say associé à son sujet syntaxique ; il est alors prononcé sur un ton bas et inaccentué. Say, dans son rôle de simple index d’un dit par rapport à une origine, semble ainsi nécessaire pour maintenir la cohésion discursive. Enfin, une autre caractéristique de l’oral étudiée dans ce chapitre est le brouillage des frontières entre les niveaux d’énoncé et l’absence d’un marqueur définitoire du changement de niveau d’énoncé. C’est donc un « faisceau de marqueurs » (Cf. Grobet 2004) qui va mettre l’auditeur sur la voie du changement énonciatif-assertif (marqueurs lexicaux, grammaticaux, intonatifs, syntaxiques, sémantiques et culturels). Pour conclure, si l’analyse de l’oral reste aujourd’hui chronophage et complexe à la fois pour la constitution des corpus et pour leur analyse (utilisation d’outils spécifiques), il n’en reste pas moins qu’il s’agit-là d’un terrain particulièrement riche - mais encore peu étudié - pour la problématique du discours rapporté. On pourra ainsi questionner les formes spécifiques liées à ce médium, envisager la question des frontières entre énoncé rapportant et énoncé rapporté, étudier les types de verbes introducteurs, leur place, le lien entre syntaxe et prosodie. Ce sont autant de points d’entrée pour des études qui ne peuvent que renouveler le travail sur cet objet d’étude passionnant qu’est le discours rapporté, ses formes et leur interprétation en contexte.

Haut de page

Bibliographie

Astruc-Aguilera, Lluïsa & Francis Nolan. « A cross-linguistic study of extra-sentential elements ». Segmental and Prosodic Issues in Romance Phonology, edited by Pilar Prieto, Mascaró Joan & Solé, Maria Josep, John Benjamins, 2007, pp. 85-107.

Barra-Jover, Mario. « Incises et introducteurs dans le discours rapporté ». Verbes de parole, de pensée, de perception : Études syntaxiques et sémantiques, édité par Jean Chuquet, Presses Universitaires de Rennes, 2003, pp. 13-31.

Boersma, Paul & David Weenink. Praat: Doing Phonetics by Computer. Amsterdam, University of Amsterdam, 1992-2010.

Chuquet, Hélène & Sylvie Hanote. « Discours rapporté dans un corpus oral : problèmes de frontières ». Les Cahiers FORELL n°14, Université de Poitiers, 2000, 145-166.

Culioli, Antoine. Pour une linguistique de l’énonciation, Tome 1. Gap, Ophrys, 1990.

—. Pour une linguistique de l’énonciation, Tome 2. Gap, Ophrys, 1999.

Cruttenden, Alan. Intonation. 2nd ed., Cambridge, Cambridge University Press, 1997.

Crystal, David. Prosodic Systems and Intonation in English. Cambridge, Cambridge University Press, 1969.

Dehé, Nicole. « The relation between syntactic and prosodic parenthesis ». Parentheticals, edited by Nicole Dehé & Yordanka Kavalova, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins Publishing Company, 2007, pp. 261-284.

—. « Clausal parentheticals, intonational phrasing, and prosodic theory ». Journal of Linguistics 45(3), Cambridge, Cambridge University Press, 2009, pp. 569-615.

Dehé, Nicole & Anne Wichmann. « Sentence-initial I think (that) and I believe (that). Prosodic evidence for use as main clause, comment clause and discourse marker ». Studies in Language 34(1), John Benjamins Publishing Company, 2010a, pp. 36-74.

Dehé, Nicole & Anne Wichmann. « The multifunctionality of epistemic parentheticals in discourse ». Functions of Language 17:1, John Benjamins Publishing Company, 2010b, pp. 1-28.

Delais-Roussarie, Elisabeth. « La prosodie des incidentes en français ». Cahiers de grammaire n°30, 2006, pp. 129-138.

Dufaye, Lionel « Genre ou le scénario d’une grammaticalisation », Linx, Université Paris Ouest Nanterre, 2014, pp. 51-65.

Fuchs, Yann. Les Quotatifs en Interaction : approche synchronique d'un paradigme en mouvement, dans un corpus d'anglais oral britannique et irlandais. Thèse de doctorat non publiée, Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, 2012.

Grobet, Anne. « La fin des séquences de discours rapporté est-elle marquée dans le discours oral ? ». Le Discours rapporté dans tous ses états, édité par Juan-Manuel López-Muñoz, Sophie Marnette & Laurence Rosier, Paris, L'Harmattan, 2004, pp. 307-318.

Gussenhoven, Carlos. The Phonology of Tone and Intonation. Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

Hanote, Sylvie. Opérations énonciatives et représentation du discours dans le récit en anglais contemporain, Poitiers, Thèse de doctorat, 2000.

—. « Énonciateur rapporté, un opérateur nécessaire dans la définition du discours indirect libre ? » Stylistique et énonciation : le cas du discours indirect libre. Numéro spécial du Bulletin de la Société de Stylistique Anglaise, édité par Gilles Mathis, Monique De Mattia-Viviès et Claire Pégon, 2003, pp. 165-184.

—. « Du discours rapporté à l’îlot de discours ». Travaux Linguistiques du CerLiCO n°2 : Grammaire et prosodie, Rennes, PUR, 2009, pp. 95-116.

—. De l’écrit à l’oral : marqueurs de frontière(s) à l’oral. Habilitation à Diriger des Recherches, Université de Poitiers, 2013.

—. « Discours direct : syntaxe et prosodie ». La syntaxe du discours direct. Numéro spécial de la revue E-rea, dirigé par De Mattia, Monique & Grégoire Lacaze, Revue électronique d’études sur le monde anglophone, 2015a, https://erea.revues.org/4197

—. « Are reporting verbs special cases of parentheticals ». Parenthetical Verbs: Hypotaxis, Parataxis or Parenthesis, edited by Glikman Julie, Mathieu Avanzi & Stefan Schneider. Linguistische Arbeiten. Berlin / New York, De Gruyter, 2015b, pp. 257-286.

—. « Saillance à l’oral : quels marqueurs ? ». La saillance en langue et en discours, dirigé par Boisseau, Maryvonne & Albert Hamm, Presses Universitaires de Franche-Comté, Série Recherches Linguistiques, 2015c, pp. 31-56.

Hanote, Sylvie et Hélène Chuquet. 'Who is speaking please?' Le discours rapporté, Collection Gramvoc, sous la direction de Bouscaren, Ch. et Cl. Rivière, Gap, Ophrys, 2004.

—. « Discours rapporté à l’oral : de la segmentation à l’interprétation ». Des organisations dynamiques de la langue orale, dirigé par Richard Elisabeth, Peter Lang, Sciences pour la communication n° 122. Berne, 2018, pp. 95-119.

Hanote, Sylvie & Michaël Vallée. « Say : processus de grammaticalisation ». Travaux linguistiques du CerLiCO n°14: Grammaticalisation 2, Rennes, PUR., 2001, pp. 93-112.

Hanote, Sylvie & Jeanne Vigneron. « Genre, like, so : du micro- au macro- et vice versa ». Micro-/Macro-syntaxe : la question de l’échelle d’analyse en linguistique anglaise, Modèles Linguistiques, Tome XXXVII, 1.73, dirigé par Gaudy-Campbell, Isabelle & Héloïse Lechevallier-Parent, Éditions des Dauphins, Toulon, 2016, pp. 77-108.

Klewitz, Gabriele & Elisabeth Couper-Kuhlen. « Quote-unquote. The role of prosody in the contextualization of reported speech sequences ». Pragmatics 9: 4, 1999, pp. 459-485.

Knowles, Gerry. « Prosodic labelling: the problem of tone group boundaries », English Computer Corpora. Selected Papers and Research Guide (Topics in English Linguistics 3), edited by Stig Johansson & Anna-Brita Stenström, Berlin/New York, Mouton de Gruyter, 1991, pp. 149-161.

Magro, Elgar-Paul. « De quelques aspects du discours rapporté en maltais oral spontané : étude de deux récits », Le discours rapporté dans tous ses états, édité par Lopez, Juan-Manuel, Marnette Sophie & Rosier Laurence, Paris. L’Harmattan, 2004, pp. 287-296.

Nita, Raluca & Sylvie Hanote. « Le discours rapporté à statut indéterminé ». Les Cahiers Charles V n°42 : De la mixité. Aux frontières du discours rapporté, édité par A. Celle, Institut d’Etudes Anglophones, Université Paris Diderot, 2007, pp. 213-260.

Roach, Peter. English Phonetics and Phonology: A Practical Course. 4thed., Cambridge, Cambridge University Press, 2009.

Ranger, Graham. « Adjustments and readjustments: operations and markers », in Epilogos 3, L’ajustement dans la TOE d'Antoine Culioli, Publications électroniques de l’ERIAC, http://eriac.net/adjustmentsand-readjustments-operations-and-markers/, 2012.

Simonin, Jenny. « De la nécessité de distinguer énonciateur et locuteur dans une théorie énonciative ». DRLAV n°30 : La ronde des sujets, Université de Paris VIII, 1984a, pp. 55-62.

—. « Les plans d’énonciation dans Berlin Alexanderplatz de Döblin ». Langages n°73. Les plans d’énonciation, Paris, Larousse, 1984b, pp. 30-56.

—. « Les repérages énonciatifs dans les textes de presse », La langue au ras du texte, édité par Grésillon, Almuth et Lebrave Jean-Louis, Lille, Presses Universitaires, 1984c, pp. 133-203.

Vigneron-Bosbach, Jeanne. Analyse contrastive des marqueurs 'like' en anglais, 'so' en allemand et 'genre' en français dans des corpus d'oral non-planifié. Thèse de doctorat non publiée, Université de Poitiers, 2016.

Wells, John Christopher. English Intonation: an Introduction. Cambridge, Cambridge University Press, 2006.

Wichmann, Anne. « A study of up-arrows in the Lancaster/IBM Spoken English Corpus ». English Computer Corpora. Selected Papers and Research Guide (Topics in English Linguistics 3), edited by Stig Johansson & Anna-Brita Stenström, Berlin/New York, Mouton de Gruyter, 1991, pp. 165-178.

Haut de page

Notes

1 Corpus « Parole », http://forellis.labo.univ-poitiers.fr/vie-du-laboratoire/corpus/corpus-oraux-unilingues-ou-multilingues/parole/.

2 Outil développé par P. Boersma et D. Weenink (The Institute of Phonetic Sciences, Amsterdam), et téléchargeable gratuitement à l’adresse suivante : http://www.fon.hum.uva.nl/praat/. La version utilisée pour ce travail est la 4.6.21.

3 Les exemples sont présentés dans l’article comme ils le sont dans le corpus « Parole », sans aucune marque de ponctuation.

4 Cela ne serait sans doute pas vérifié si le sujet syntaxique était pronominal, mais nous n’avons pas eu d’exemples de ce type dans notre corpus.

5 Le titre de cette section est un hommage aux travaux de Jenny Simonin, notamment à son article (1984a).

6 La notion de « terme » est prise au sens large d’« élément ».

7 Nous avons choisi de faire apparaître les paramètres de l’énonciation en majuscules italiques.

8 Le recours à cet anglicisme, sans doute peu élégant, permet néanmoins d’éviter la lourdeur du syntagme qu’il remplace : « le fait de rapporter ». Il sera dorénavant utilisé sans guillemets.

9  Il est à noter que le terme de « sujet » tel qu’il est utilisé ici — sujet-énonciateur, origine des repérages (S0 ou S0R), sujet-asserteur, support des modalités (S1), et sujet en tant que personne dans l’énoncé (S2) — ne renvoie pas à la fonction grammaticale, pour laquelle il sera nécessairement précisé qu’il s’agit du « sujet syntaxique » du verbe. Quant au terme de « locuteur », il sera réservé aux situations concrètes d’interlocution, de dialogue, dans lesquelles des personnes « en chair et en os » prennent véritablement la parole, ce qui est loin d’être vrai de toutes les formes de discours rapporté.

10 Il est important de mentionner ici la présence de « bruit » sur la courbe de F0 au niveau des deux pauses, liée à la présence d’un fond musical dans l’enregistrement.

11 La courbe de F0 (fréquence fondamentale) représente les variations dans la hauteur de la voix. Le décrochage noté (attaque haute au début de l’énoncé rapporté) montre bien la disjonction entre les deux parties de l’énoncé.

12 La transcription proposée a été faite par l’équipe d’enseignants d’un cours sur l’analyse linguistique de documents oraux, proposé aux étudiants de licence d’anglais de l’UFR Lettres et Langues de l’Université de Poitiers. Il s’agit de linguistes anglicistes, qui ne sont pas tous spécialistes de phonétique acoustique.

13 She = Bob Hoskins’ wife, Linda.

14 Voir également l’étude d’Elgar-Paul Magro (2004) sur le maltais parlé.

15 Voir à ce sujet l’article de Mario Barra-Jover (2003).

16 Sur l’analyse de ces prédicats, nous renvoyons, entre autres, aux travaux de Lionel Dufaye (2014), Yann Fuchs (2012) et Graham Ranger (2012) et, dans une perspective contrastive, à ceux de Jeanne Vigneron-Bosbach (2016).

17 Le corpus audio est accessible mais il n’a pas été numérisé.

18 Le rythme dans l’énoncé rapporté est à mettre en relation avec le commentaire du locuteur (very nonchalant) qui peut porter sur le ton du discours de she comme sur une caractérisation de she elle-même.

19 Il est intéressant de noter ici des pics dans la F0 sur certaines syllabes, notamment sur le préfixe dis- dans disbelieving qui rend de ce fait l’élément saillant dans l’énoncé. Sur les phénomènes de saillance dans le discours rapporté, voir par exemple Hanote (2015c).

20 Avec présence d’une pause de 0,36s directement après le verbe introducteur.

21 Modèle de représentation emprunté à Dehé et Wichmann (2010a).

22 Soulignée par une hauteur de voix plus importante que sur le reste de l’énoncé (pitch accent).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/8858/img-1.png
Fichier image/png, 8,1k
Légende Figure 1
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/8858/img-2.png
Fichier image/png, 107k
Légende Figure 2
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/8858/img-3.png
Fichier image/png, 56k
Légende Figure 3
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/8858/img-4.png
Fichier image/png, 45k
Légende Figure 4
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/8858/img-5.png
Fichier image/png, 122k
Légende Figure 5
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/8858/img-6.png
Fichier image/png, 303k
Légende Figure 6
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/8858/img-7.png
Fichier image/png, 118k
Légende Figure 7
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/8858/img-8.png
Fichier image/png, 114k
Légende Figure 8
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/8858/img-9.png
Fichier image/png, 116k
Légende Figure 9
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/8858/img-10.png
Fichier image/png, 94k
Légende Figure 10
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/8858/img-11.png
Fichier image/png, 133k
Légende Figure 11
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/8858/img-12.png
Fichier image/png, 173k
Légende Figure 12
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/8858/img-13.png
Fichier image/png, 121k
Légende Figure 13
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/8858/img-14.png
Fichier image/png, 127k
Légende Figure 14
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/8858/img-15.png
Fichier image/png, 216k
Légende Figure 15
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/8858/img-16.png
Fichier image/png, 131k
Légende Figure 16
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/8858/img-17.png
Fichier image/png, 239k
Légende Figure 17
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/8858/img-18.png
Fichier image/png, 99k
Légende Figure 18
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/8858/img-19.png
Fichier image/png, 119k
Légende Figure 19
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/8858/img-20.png
Fichier image/png, 124k
Légende Figure 20
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/8858/img-21.png
Fichier image/png, 101k
Légende Figure 21
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/8858/img-22.png
Fichier image/png, 109k
Légende Figure 22
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/8858/img-23.png
Fichier image/png, 105k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie HANOTE, « Le discours rapporté dans un corpus d’anglais oral : formes et frontières », E-rea [En ligne], 17.1 | 2019, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/erea/8858 ; DOI : 10.4000/erea.8858

Haut de page

Auteur

Sylvie HANOTE

Sylvie Hanote est professeure de linguistique anglaise à l'Université de Poitiers et membre du laboratoire FoReLLIS, EA 3816, dont elle est l'actuelle directrice. Sa recherche porte sur le discours rapporté et les marqueurs de subjectivité à l'écrit et à l'oral (interface lexique, syntaxe et prosodie) ainsi qu'en morphophonologie. Elle a écrit un ouvrage sur le discours rapporté en collaboration avec Hélène Chuquet intitulé 'Who’s speaking please?' Le discours rapporté, Collection Gramvoc, Gap, Ophrys (2004) et co-dirigé avec Paul Cappeau un ouvrage intitulé Focalisation(s). Saillance dans les langues : lexique, syntaxe, prosodie publié aux Presses Universitaires de Rennes (2013).

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals