Navigation – Plan du site
1. Le discours rapporté et l’expression de la subjectivité
I/ La construction/représentation de l’ethos

Une analyse de la démultiplication des éthos dit et montré dans le discours du Bourget de François Hollande raconté par Laurent Binet

Alain RABATEL

Résumés

Cet article analyse le discours du Bourget de François Hollande en 2012, qui marque l’ouverture de sa campagne présidentielle après sa victoire aux primaires, tel qu’il est scénarisé par Laurent Binet dans son récit de campagne, Rien ne se passe comme prévu. Il fait l’hypothèse que dans des textes – e.g. des récits, des articles de presse, etc. – dans lesquels on analyse l’éthos des acteurs de l’énoncé, et non celui de leur auteur, si le discours direct est en principe le vecteur principal de l’éthos, sa scénarisation dans le cadre d’un discours englobant (e.g. un récit) affecte considérablement sa co-construction. Il est plus juste dans ces conditions de parler non pas seulement d’une présentation de soi (ou éthos 1) via le discours direct, mais aussi d’une représentation scénarisée de l’éthos des locuteurs représentés, personnages ou personnalités (ou éthos 2). Partant de là, il propose de distinguer un éthos montré en appui sur des énonciations montrées (nommé éthos montré 1), dont est responsable le locuteur/énonciateur de son dire, et un éthos montré 2, dès lors que ses manifestations proviennent de la mise en scène du locuteur/énonciateur cité, par un locuteur/énonciateur citant surplombant. La démultiplication de l’éthos concerne aussi l’éthos dit, avec éthos dit 1 et éthos dit 2. Cette dissociation, qui souligne la nature de co-construction de l’éthos, est encore complexifiée par la prise en compte des destinataires, qui s’incorporent cet éthos, d’autant plus fortement qu’il repose sur des valeurs partagées. Une telle situation conduit à revenir d’une part sur les analyses des phénomènes de prise en charge, puisque, dans les cas d’éthos dit 2 et montré 2, on est fondé à se demander qui les prend en charge, l’énonciateur cité ou citant, voire les deux. Elle interroge d’autre part la responsabilité énonciative des énonciateurs dans l’activation des processus de croyance qui sont au fondement d’un éthos discursif partagé, privilégiant l’imaginaire des valeurs de gauche (éthos prédiscursif) et minorant les difficultés de leur mise en œuvre.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cependant, la fidélité repose sur un contrat moral et la liberté consentie, très grande dans le cas (...)

1Je voudrais analyser les manifestations de l’éthos de F. Hollande dans un extrait de Rien ne se passe comme prévu, récit de Laurent Binet qui a couvert la campagne de François Hollande en 2012, à l’instar de ce qu’avait fait Yasmina Reza en 2007 pour celle de Nicolas Sarkozy avec L’Aube le soir ou la nuit, paru en 2007 chez Flammarion, et Philippe Besson, pour la campagne d’Emmanuel Macron, avec Un personnage de roman. Ce genre de récit n’est pas vraiment une docu-fiction, car il repose sur un contrat de fidélité1 envers les événements en vertu du privilège exclusif consenti par le candidat d’accéder à l’ensemble de sa campagne, vue de l’intérieur d’un quartier général, au plus près de lui, même si ce contrat n’empêche pas l’auteur d’exprimer sa subjectivité d’écrivain. Comme le récit paraît une fois que l’élection est allée à son terme, son efficacité politique est nulle relativement à l’événement, mais intéressante pour la construction d’une certaine légende de la victoire et l’image du (candidat-)président. On est donc face à un genre émergent, le « récit-de-campagne-de-l’élection-présidentielle-écrit-par-un-écrivain-non-professionnel-de-la-politique-qui-suit-le-gagnant-de-l’élection-depuis-ses-débuts-jusqu’à-sa-victoire-finale-(et-qui-ne-publie-son-livre-que-si-son-candidat-est-victorieux »).

2L’extrait – qui occupe les pages 128 à 138 de l’ouvrage – renvoie à un moment charnière de la campagne de François Hollande, celui de son discours d’entrée en campagne, le 22 janvier 2012, au Bourget, une fois que le candidat peut désormais s’adresser à tous les Français en ayant la légitimité que lui confère la victoire à la primaire. Mon choix s’explique, rétrospectivement, par une autre raison : certes, si, en 2012, « rien ne s’était passé comme prévu », à cause du forfait de Dominique Strauss‑Kahn, avec l’affaire du Sofitel (Rabatel, Monte et Soares Rodrigues 2015), la lecture du récit de Laurent Binet, notamment celle du discours du Bourget, peut se lire aussi comme l’annonce prémonitoire (et bien involontaire) de la défaite de 2017. François Hollande a réussi là à redonner espérance à la gauche : mais cet espoir n’a cessé de lui revenir dans la figure tel un boomerang, à chaque fois que ses décisions étaient en décalage avec la mythologie d’une profonde transformation sociale. Laurent Binet (car c’est lui qui est en cause, dans cette affaire, plus que le narrateur) ne sélectionne dans son récit que les extraits qui vont dans le sens de ces/ses espérances, à les comparer avec l’ensemble du discours2. La stratégie du candidat, comme celle du narrateur, les place devant leurs responsabilités, y compris énonciatives. Tel sera le questionnement ultime de ce travail.

  • 3 Cette publication reprend la conférence présentée le 13 février 2018 à l’université d’Aix-Marseille (...)
  • 4 Le déséquilibre éthotique est accru par la scénarisation des interactions entre le discours de F. H (...)

3Mais avant d’en arriver là, j’examinerai d’abord la manière dont les formes du discours rapporté/représenté sont convoquées dans le récit (1). Je dégagerai les mécanismes d’une démultiplication de l’éthos, avec d’une part, la présentation de soi, renvoyant à l’éthos dit et montré imputable à F. Hollande, à travers ses discours directs (éthos dit 1, éthos montré 1) et, d’autre part, la représentation discursive de cet éthos représenté3 à partir de la contextualisation des discours directs par le narrateur (éthos dit 2, éthos montré 2) (2). Cette construction énonciativement déséquilibrée4, dans laquelle F. Hollande joue bien sûr un rôle fondamental, mais qui est cependant scénarisée par une instance surplombante, pose la question de la prise en charge des énoncés, du récit, de l’espérance ainsi suscitée, question à laquelle je répondrai à partir de la distinction entre prise en charge et responsabilité, au plan linguistique, non sans m’interroger sur le régime de croyance dans le domaine politique, articulé avec la notion d’éthos incorporé (3).

1. Les manipulations du discours représenté direct dans le récit du discours du Bourget

4Les seules formes de discours représenté (DR) (Rabatel 2008 349‑355) utilisées sont des discours directs (DD), exclusivement. En principe, le DD est considéré comme la forme la plus autonome du rapport de paroles, dans le cadre des théories du discours rapporté, que ce soient celles d’Authier-Revuz ou de Rosier, autonomie qui se marque par le fait que les extraits de DD correspondent à des prédications le plus souvent complètes, dans des propositions ou ensembles de phrases simples ou complexes. Or, et c’est un argument supplémentaire en faveur du choix de la dénomination discours représentés, les DD qui sont cités ici le sont toujours en laissant à l’auteur du DD la bride courte, pour ainsi dire, ce qui revient à priver ce dernier d’autonomie et à le mettre constamment sous la coupe du locuteur citant. Cette situation de domination du locuteur citant sur le locuteur cité est en principe rare, car les DD sont des citations, et la tendance est en principe au respect des paroles citées, à proportion de l’importance de la source, comme du contenu. À ces deux titres, on serait normalement en droit de s’attendre à ce que le narrateur/locuteur citant soit dans une situation de révérence. Or ce n’est pas vraiment le cas, et la domination irrévérencieuse du locuteur citant est massive et diversifiée dans les manipulations qu’il fait subir au DD, qui justifient amplement qu’on traite du DD comme d’un discours représenté direct.

    • 5 S’il est de coutume de distinguer le narrateur de l’auteur, la distinction n’est pas toujours aisée (...)

    i): Le DD est incomplet, tant au plan syntaxique qu’au plan sémantique, car la citation (1) est coupée par le narrateur/locuteur citant5 :

(1) « Présider la République, ce n’est pas… » (132)

  • 6 Autour du pivot « dénonciation », qui indique la nature de l’acte de discours.

5Il est significatif que le narrateur reformule (1) par (2), non par un DI, mais par un discours narrativisé réduit à l’essentiel6, comme si l’alliance du dire et du dit était anecdotique, alors qu’elle est capitale pour la performance de l’orateur :

(2) Dénonciation méthodique de l’affairisme et du lepénisme qui a régné depuis cinq ans. (132)

  • ii) : Le DD est rapporté incomplètement avec ses maladresses d’expression (en italiques), soulignées par le narrateur, ce qui est rarement de mise, surtout dans ce genre de texte et avec ce type de locuteur :

(3) Une maladresse sans conséquence mais qui trahit encore un peu de nervosité : « le dévouement de ceux qui se dévouent… » (132)

  • iii) : Les fragments guillemetés, incomplets, intègrent les commentaires du narrateur, en italiques, sous la forme d’une onomatopée qui réduit le discours à une langue de bois tournant à vide (4) ou d’une explicitation des implicites fielleux du discours (5) :

(4) « Présider la République, c’est, blablabla… » (132)

(5) « Rien ne m’a été donné (coucou, Martine !)… J’ai réussi à remporter les primaires quand bien peu imaginaient mon succès à l’origine » (133).

  • iv) : Lorsque le DD est complet, il est fréquemment interrompu par des points de suspension, et entrelardé de commentaires du narrateur. Cet effet est redoublé lorsque le texte accumule de nombreux bouts de DD et de commentaires en italiques, ce qui intensifie les effets de surplomb exemplifiés en ii) et en iii) :

(6) Avant même qu’il commence à parler, je vois qu’il n’est pas comme d’habitude. « Mes chers amis… je suis, euh, venu vous parler de la France… ». Soit il est ému, soit il a la trouille, ou bien les deux. « … de la France d’aujourd’hui, une page est en train de s’effacer, et de la France de demain, nous sommes en train de l’écrire. » Applaudissements polis, il a l’air tendu, pour l’instant il récite son truc. « Je le fais ici, en Seine-Saint-Denis… ». Apologie en creux de la diversité, avec en creux le FN désigné comme le premier adversaire, OK. « L’enjeu de cette campagne… qui commence… ». Surmonte ta peur, jeune Jedi. « L’enjeu, c’est la France… c’est la France, toujours… ». Du calme. C’est un diesel. Au début, c’est jamais transcendant. (131-132)

6L’effet produit est encore plus fort lorsque les commentaires font ressortir les tics, les habiletés du candidat (ou de ses prête-plume, c’est tout un) :

(7) « Tout dans ma vie m’a préparé à cette échéance. » Voilà le passage personnel. « Je suis socialiste. » Spécial dédicace à Jospin. « La gauche, je ne l’ai pas reçue en héritage. » C’est parti pour le story-telling d’Aquilino : « J’ai grandi en Normandie dans une famille plutôt conservatrice… ». Son père avait des idées contraires aux siennes mais il lui a laissé la liberté de choisir et lui a permis d’affirmer ses convictions : « La gauche, je l’ai choisie… ». Bien joué. (133)

  • v) : Même les grands mouvements oratoires au DD sont constamment interrompus et entrecoupés de commentaires distanciés et ironiques :

(8) « L’égalité !... L’égalité !... (‘François président ! François président !’)… Et je multiplierai par cinq les amendes des communes qui bafouent la loi sur la solidarité urbaine » […] « L’égalité ; l’égalité encore !... » Maintenant, il pourrait réciter le bottin que la foule s’embraserait pareil. « L’égalité… c’est aussi la sécurité pour tous ! » (136)

  • 7 L’hypothèse la plus vraisemblable est que l’ensemble des procédés i) à v) témoignent, en ce début d (...)

7On est face à des manifestations d’un discours représenté direct manipulé. En l’occurrence, l’idée de manipulation renvoie ici au fait que le locuteur citant intervient sur la structure du DD – ce qui n’est en principe pas la règle dans la plupart des situations et des genres – sans que cette instrumentation se réduise à une manipulation de mauvaise foi7. D’autres procédés orientent l’interprétation du DD, mais ils ressortissent davantage d’une dimension narrative : ce sont des seconds plans descriptifs, explicatifs ou commentatifs qui concernent la foule et les dirigeants du PS qui assistent au meeting. Comme on va le voir, ils pèsent sur l’analyse de l’éthos. Mais il faut distinguer l’éthos du locuteur cité exprimé par son discours et l’éthos du locuteur cité représenté par le locuteur citant.

2. L’éthos de François Hollande (éthos dit 1, éthos montré 1), scénarisé par le narrateur (éthos dit 2, éthos montré 2)

2.1 Cadres théoriques de référence

  • 8 Parmi de nombreuses autres publications sur le sujet.
  • 9 Ces différentes situations sont exemplifiées infra, en 2.2.1, 2.2.2 et 2.2.3.

8Je n’évoquerai pas ici les divers travaux contemporains sur l’éthos qui ont enrichi les théorisations premières d’Aristote, depuis Ducrot (1984), Amossy (1999, 2010), Kerbrat‑Orecchioni (1990), en linguistique, sans compter en sociologie, le lien avec l’hexis et l’habitus, chez Bourdieu (1982). Je m’appuierai essentiellement sur les travaux de Maingueneau (1987, 1999)8, qui a fourni un cadre énonciatif-discursif très intégrateur pour rendre compte de l’éthos prédiscursif, discursif, de leurs scènes englobante, générique, de la scénographie énonciative propre à tel discours. Je retiens également de la mise au point effectuée par ce dernier en 2014 la nécessité d’analyser des manifestations de l’éthos qui jouent tantôt sur la rupture entre éthos dit et montré, avec effacement de l’éthos montré9, tantôt sur leur convergence, tantôt encore, même si c’est plus rarement, sur l’effacement de l’éthos dit au profit du seul éthos montré (Maingueneau 2014 35‑38).

  • 10 Je distingue le locuteur, source d’un acte de production d’un énoncé (ou d’une parole rapportée, po (...)

9Je m’appuie aussi sur l’approche interactionniste de l’éthos (e.g. Kerbrat‑Orecchioni 1990, 2019), qui dépasse l’analyse verbo-centrée en intégrant les dimensions mimo‑gestuelles, corporelles, praxiques. Certes, il y a une différence entre des interactions vives entre interactants de même rang, et la représentation, dans un récit, des dimensions mimo‑gestuelles, corporelles, praxiques, par le locuteur/énonciateur premier (L1/E1)10, qui assure la mise en scène/en discours des interactions. Il les montre sans nécessairement les prendre en charge, comme on le verra, mais la situation peut être brouillée si la contextualisation traduit une certaine connivence entre L1/E1 et le locuteur/énonciateur second principal (l2/e2), François Hollande, voire avec d’autres locuteurs/énonciateurs seconds d’arrière‑plan, par exemple certains nègres littéraires, le public, etc. Autrement dit, dans des textes – e.g. des récits, des articles de presse, etc. – dans lesquels on analyse l’éthos des acteurs de l’énoncé, et non celui de leur auteur, si le DD est en principe le vecteur principal de l’éthos, sa scénarisation dans le cadre du récit affecte considérablement sa co‑construction, et il est plus juste dans ces conditions de parler non pas seulement d’une présentation de soi (ou éthos 1) via le DD, mais aussi d’une représentation scénarisée de l’éthos de F. Hollande (ou éthos 2). Cette caractéristique structurante entraîne trois conséquences théoriques fondamentales quant à l’étude de l’éthos :

  • 11 Ce montré 1 correspond à la notion d’énonciation montrée héritée de Wittengstein et retravaillée pa (...)
  • 12 De la même manière qu’il existe, au plan des modes de sémiotisation des émotions dites, montrées, é (...)

10- La première est que, tout en retenant les distinctions ducrotiennes, je serai amené à complexifier l’idée de monstration, ancrée chez Ducrot dans le locuteur L. Dès qu’on sort des discours monologaux dans lesquels l’éthos ne concerne que L1/E1, pour analyser des discours monogérés qui mettent en scène des locuteurs seconds, l’éthos de ces derniers se dédouble entre la présentation de soi effectuée par les locuteurs seconds responsables de leur parole, par exemple dans des DD, et la représentation de cet éthos par le locuteur citant. Il y a donc un éthos montré en appui sur des énonciations montrées (que je propose de nommer éthos montré 111), dont est responsable le locuteur/énonciateur de son dire, et un éthos montré 2, dès lors qu’elles proviennent de la mise en scène du locuteur/énonciateur cité par un locuteur/énonciateur surplombant, tel le narrateur de notre extrait (Rabatel 2015, 2016)12.

11- La deuxième conséquence est que si cette démultiplication de l’éthos opère pour l’éthos montré, elle concerne aussi l’éthos dit, avec éthos dit 1 et éthos dit 2.

  • 13 La question est encore plus cruciale dans les cas de monstration empathique où L1/E1 attribue des P (...)

12- La troisième conséquence est que cela amène à affiner les analyses des phénomènes de prise en charge et de responsabilité énonciatives, puisque, dans les cas d’éthos dit 2 et montré 2, on est fondé à se demander qui les prend en charge, L1/E1 ou l2/e2, voire les deux13.

2.2 L’éthos du locuteur second François Hollande : éthos dit 1, éthos montré 1

13À vrai dire, l’étude de son éthos, à partir des citations au DD, est déjà une médiation, par rapport à la forme princeps du discours, telle que les enregistrements audiovisuels la donnent à entendre et à voir. Les verbatim de la Presse Quotidienne Nationale sont un premier filtre, même si ce dernier n’a rien de commun avec celui, spectacularisé, auquel procède le narrateur de Rien ne se passe comme prévu. Compte tenu de cette situation, je passerai plus vite sur les manifestations de cet éthos natif que sur les implications qui résultent de sa scénarisation, mais, pour ce faire, il est d’abord nécessaire d’illustrer les combinaisons possibles entre éthos dit et montré.

2.2.1 Éthos dit sans éthos montré

14Soit les deux exemples suivants cités par Maingueneau, récupérés sur Meetic :

(9) « J’ai 35 ans brune aux yeux bleus aux formes généreuses, j’aime voyager et toutes les bonnes choses de la vie. Je souhaite rencontrer quelqu’un d’attentionné et de généreux, souriant comme je le suis… À bientôt. » (pseudo Nana) (Maingueneau 2014 35)

(10) « Je suis un homme de 56 ans, brun aux yeux marrons, mince. Séparé depuis plusieurs mois et père de deux enfants. Je suis responsable d’édition dans une maison d’édition universitaire à Paris. Je suis d’origine catalane. Sincère, authentique, j’ai le goût des autres. Je suis engagé dans l’action humanitaire, j’aime les voyages… Homme de caractère à la fois fragile, sensible et romantique, j’attends d’une femme : intelligence, sensibilité, une bonne dose d’humour, et de la tendresse pour partager de très bons moments à deux… Je vous attends. (pseudo Ezechiel) (Maingueneau 2014 36)

15Dans les deux cas, Maingueneau parle d’un effacement de l’éthos montré, comme on parle d’effacement énonciatif (Vion 2001, Rabatel 2008). L’impression d’effacement provient du fait que les informations sont interprétées comme des données factuelles, indépendantes du jugement de l’énonciateur. Les expressions « formes généreuses », « généreux », « sensible et romantique » renvoient à une catégorie relativement objective et non à une appréciation subjective concernant le fait d’appartenir plus ou moins nettement au cœur de la catégorie. L’éthos porte sur le dit, en l’absence de marques du dire redoublant le dit. Cependant, on n’est jamais sûr que ce genre d’effacement ne puisse pas être interprété comme une « stratégie délibérée » d’effacement volontaire (Maingueneau 2014 38). On pourrait faire la même analyse pour (11) et (12) :

(11) « J’ai donné, j’ai reçu, du temps, du travail, des coups… » (134)

(12) « Je n’ai pas besoin de changer en permanence pour être moi-même. » (134)

  • 14 Voir Brown et Levinson (1987).

16De fait, F. Hollande évoque ici son parcours personnel, de façon sobre – par opposition aux procédés linguistiques et rhétoriques utilisés ci-dessus –, en congruence avec la modestie attendue pour évoquer sa face positive14, et même sa face négative. Mais il est loisible d’interpréter cette économie (éthos dit sans éthos montré) comme une ruse suprême, et de considérer que ces extraits comprennent des actes de langage indirects (avec un éthos montré d’autant plus efficace qu’il est discret) visant concurrents ou adversaires qui ont connu une vie politique d’héritiers, relativement protégée, aux antipodes des épreuves qu’il a su surmonter. C’est d’ailleurs ce que fait le narrateur, en ajoutant ses propres commentaires, comme on le verra plus loin avec l’exemple (18).

2.2.2 Convergence de l’éthos dit et montré

17Cette convergence est exemplifiée ainsi :

(13) « J’aime l’esprit, la responsabilité et la ténacité. Ces trois valeurs impliquent naturellement une recherche épurée et élitiste de l’idéal masculin. Cela ne peut s’adresser qu’aux hommes de courage prenant des responsabilités importantes tout en maintenant un contrôle de leurs situations. Cela requiert donc de l’envergure mais aussi du respect envers les autres. À vrai dire ils ne sont pas beaucoup à posséder de tels atouts. Au plaisir de vous lire. » (pseudo Erminat) (Maingueneau 2014 36)

18Il y a un étayage réciproque entre ce qui est dit et montré, comme le signalent la suite des arguments, l’implication du locuteur dans son dire avec l’emploi des adverbes, « naturellement », « à vrai dire », de la négation restrictive (« ne peut s’adresser aux hommes »), l’effort pour coller à l’idéal masculin ainsi décliné, etc. On retrouve de nombreuses convergences analogues dans le discours du candidat, je n’en citerai que quelques-unes :

(14) « Certains me reprochent de ne jamais avoir été ministre… Quand je vois ce qu’ils sont devenus, ça me rassure ! Et ce sont les mêmes qui reprochaient à François Mitterrand de l’avoir été onze fois ! Clémenceau est devenu président du Conseil à soixante-cinq ans. Mais je n’attendrai pas jusque là, je vous le promets ! » (134)

19En (14), la convergence de l’éthos dit et montré est sensible dans la dramatisation de l’argument de l’absence de responsabilité ministérielle, avec une distanciation ironique qui retourne par sous-entendu l’argument contre leurs auteurs (qui ont été x fois ministres sans jamais avoir laissé de traces). La modalisation exclamative ironique redoublée noue une complicité avec le public par-dessus ses détracteurs, pour souligner de surcroît leur mauvaise foi puisque dans son cas on lui reproche de n’avoir pas exercé de responsabilités ministérielles tandis que dans celui de F. Mitterrand, on lui reprochait de l’avoir trop fait. Le choix des références historiques est de plus très éloquent en lui-même, avec la référence obligée à Mitterrand, et celle, plus inattendue, au Tigre, un des plus grands hommes politiques français, qui n’accéda aux plus hautes responsabilités qu’à un âge avancé, plus que celui de F. Hollande. Bref, cette dernière référence permet la réorientation argumentative des arguments des adversaires. Outre qu’il met ainsi les rieurs de son côté, il montre une détermination que les critiques n’entament pas, mais renforcent.

20On observe une égale convergence à la fin de son discours, dans les formules les plus célèbres de l’événement :

(15) « LE CHANGEMENT, C’EST MAINTENANT ! LE REDRESSEMENT, C’EST MAINTENANT ! LA REPUBLIQUE, C’EST MAINTENANT ! » (138)

21Certes, les capitales de vocifération sont le fait du narrateur, mais l’enregistrement du discours fait manifestement entendre, par-dessus les réactions d’enthousiasme de la foule, la voix qui s’emporte et emporte le public ; de plus, les modalités exclamatives, comme la mise en relief avec la reprise anaphorique « c’est maintenant », répétées trois fois, sont la marque d’un profond engagement dans l’appel à la mobilisation, dans un discours dont la direction d’ajustement souhaite que le monde se conforme à la réalité de son discours.

2.2.3 Éthos montré avec effacement de l’éthos dit

22Maingueneau illustre ce cas de figure par le message suivant, toujours posté sur Meetic :

(16) « Impose ta chance,/Serre ton bonheur,/& va vers ton risque./À te regarder,/Ils s’habitueront…

VOUS…/Montrez-moi vos mains…

MOI…/Les femmes ne sont jamais plus fortes que/lorsqu’elles s’arment de leur faiblesse… (pseudo VIEDEDEN, 36 ans) (Maingueneau 2014 37).

  • 15 Voir les caractéristiques du style de N. Sarkozy analysées par Bertrand et al. (2007), Calvet et Vé (...)

23L’allusion à Char ne sera décodée que par les personnes cultivées et pour le reste, le message est tout à fait mystérieux au plan de ce qui est dit, on ne se représente pas le sexe ni le physique ni les goûts de la personne qui parle, ni son but (excepté le fait que c’est une annonce sur un site de rencontres et que le locuteur revendique et exhibe une distinction (au sens bourdieusien) sibylline. Ce genre de prise de parole est évidemment marginal. Cela explique que l’on ne le rencontre guère dans un meeting électoral, cette mise en scène ostensive étant jugée le comble du mauvais goût. Cela étant, et ce n’est pas un hasard, on n’est pas étonné de le retrouver dans la mise en scène effectuée par le narrateur. On a souvent fait remarquer (Calvet et Véronis 2008) la montée en puissance des formes de première personne, mise en relation avec un éthos de volonté15, éventuellement corrélé à un affaiblissement des différences doctrinales et programmatiques entre la gauche et la droite, qui serait compensé par les différences de personnalité. Ici, ce sont les formes de première personne, déconnectées de tout contenu, qui sont mises en relief dans l’exemple (17), comme dans l’extrait suivant :

(17) Prolongement de la séquence personnelle, « je », « je », « je » (134).

24Mais, en (17), on n’est plus dans un éthos montré 1 détaché de l’éthos dit 1, on est déjà au niveau de l’éthos montré 2, déconnecté de l’éthos dit 2, comme on va le voir plus en détail.

2.3 Démultiplication des éthos dits et montrés 1 et 2

25On pourrait enrichir l’analyse menée en 2.2, en dédoublant les catégories dégagées par Maingueneau (2014), avec :

  • Un éthos dit 2 avec effacement de l’éthos montré 2

26La démultiplication des éthos avec leur représentation par le narrateur apparaît bien dans l’exemple (18), qui complète (11). L’exemple (18) fait d’emblée entrevoir la différence entre un éthos montré 1 et sa représentation par le narrateur (éthos montré 2), avec une distanciation soulignant le caractère stratégique de cette présentation de soi – « lyrique », certes, mais non sans arrière‑pensée critique –, comme le souligne « le crochet au passage », probablement destiné à son adversaire principal, N. Sarkozy, connu pour ses virevoltes idéologiques :

(18) « J’ai donné, j’ai reçu, du temps, du travail, des coups… » Du binaire et du ternaire pour négocier le virage lyrique, ça me plaît bien. (134)

27Ici l’éthos dit 1 de la citation est réinterprété comme une stratégie discursive : « du binaire et du ternaire pour négocier le virage lyrique, ça me plaît bien ». Cet éthos dit 2 réduit le discours de Hollande à une stratégie, mais celle-ci n’est apparemment pas prise en mauvaise part, compte tenu que le narrateur exprime son appréciation (« ça me plaît bien »). Cependant, on reste en droit de se demander si l’approbation du narrateur pour Hollande porte sur le fond, ou se limite à apprécier en connaisseur (d’artiste à artiste) le travail de celui qui sait faire partager des émotions (quelle que soit par ailleurs leur vérité).

  • Une convergence de l’éthos dit 2 et montré 2, ou encore des éthos dit et montrés représentés, comme dans les fragments en italiques de (19) :

28La convergence des éthos représentés par le narrateur est fortement mise en relief dans la contextualisation qu’il effectue, juste après avoir rapporté la formule qui résumera son discours (voir supra (15)). En effet, les commentaires du narrateur soulignent l’efficacité de l’engagement et de la détermination de l’orateur, et explicitent les effets que voulait sans doute produire Hollande, pour effacer toutes les images négatives (en italiques) qui lui collaient à la peau. Mais ce jugement nouveau sur le nouveau F. Hollande émane bien de L1/E1.

(19) Conclusion d’un Hollande possédé, on dirait un orateur des années trente, il hurle sous les hurlements de la foule : « LE CHANGEMENT, C’EST MAINTENANT ! LE REDRESSEMENT, C’EST MAINTENANT ! LA REPUBLIQUE, C’EST MAINTENANT ! » Il n’y a plus de Flanby, plus de Babar, plus de Gauche molle, c’est l’ange de la vengeance qui serre les poings sous nos yeux pour péter la gueule à la Droite, c’est le socialisme réincarné, le champion que la gauche s’est choisi et qui sera digne de notre confiance, le cavalier noir qui va dégommer Sarkozy et sa bande, le nouveau héraut de la Social-démocratie dans le monde, celui qui va faire rendre gorge aux Allemands, aux Chinois, aux Bahamas, au Luxembourg, notre héros, notre sauveur, celui en qui nous plaçons tous nos espoirs, celui qui va gagner, enfin. « Vive la République ! Et vive la France. » Il balance son « vive la France » d’un geste de la main légèrement dédaigneux, mélange d’orgueil et de désinvolture, l’air de dire qu’il sait qu’il a fait le boulot, et qu’il a remporté le morceau. (138‑139)

29Hollande y est présenté comme possédé, tellement il est habité et veut réussir son envoi, sa conclusion. Le polyptote « il hurle sous les hurlements » indique une co‑construction qui va bien au-delà de la connivence, qui repose sur un unisson. La mimo‑gestualité finale indique la maîtrise distanciée du professionnel, indépendamment des autres commentaires relatifs à la redénomination de F. Hollande en Sauveur, en champion (« cavalier noir », « champion que la gauche s’est choisi », « nouveau héraut de la Social-démocratie dans le monde », « celui qui va faire rendre gorge », « celui qui va gagner, enfin »). Bien sûr, les commentaires sont de la responsabilité du narrateur, mais la caractérisation du ton de Hollande, de sa gestualité relève de la convergence entre un éthos dit 2 et un éthos dit 1. Les fragments en majuscules permettent au narrateur d’expliciter ce que le discours de Hollande disait (éthos dit 1) sous sa forme intensive et répétitive. De même pour l’évocation finale du dédain et de la désinvolture, qui font entendre (après les commentaires en italiques de (19)) que Hollande a conscience d’avoir gagné son pari, une importante bataille d’image.

  • Un éthos montré 2 avec effacement de l’éthos dit 2, comme en (20), qui prolonge (17) :

(20) « je », « je », « je », un crochet au passage : « Je n’ai pas besoin de changer en permanence pour être moi‑même. » (134)

30L’éthos montré 2, en italiques, se limite à des « je » sans objet, comme si le contenu initial était sans importance, ce qui revient à relativiser l’éthos dit 1 et l’éthos montré 1, en faisant prévaloir l’interprétation du narrateur, comme stratégie pour critiquer indirectement son concurrent, qui n’a jamais cessé de se mettre en avant, y compris dans ses volte-face.

31Somme toute, on retrouve ici un mouvement que j’avais déjà analysé à propos des phénomènes d’usage et de mention, en montrant comment des propos relativement prototypiques, en usage, pouvaient être interprétés comme des mentions d’énoncés stéréotypés, clichés réduisant l’auteur de ces jugements à n’être que le porte-parole transparent d’une vérité qui le dépasse (Rabatel 2003 276, repris dans Rabatel 2008 613). Toutes choses égales, c’est le même processus ici, sauf que l’on n’a pas affaire à des clichés. F. Hollande est présenté comme celui qui sait comment trouver les mots pour répondre aux attentes du public. Le résultat est que F. Hollande et ses scribes passent pour des experts qui savent dire ce que le peuple veut entendre, adopter des comportements espérés, jouer les rôles attendus, éventuellement au risque de nourrir des soupçons sur leur sincérité. Comme si F. Hollande, ainsi mis à distance, disséqué, n’était qu’un tas de petits calculs intéressés, bref, un politicien professionnel, particulièrement talentueux, et, de ce fait, particulièrement dangereux. Cette maîtrise peut être interprétée dans un sens plus positif, car il est très possible d’être intéressé à réussir sans être pour autant (totalement ou partiellement) insincère. Mais l’hypothèse n’est pas la plus probable compte tenu de la mauvaise presse dont pâtissent les politiciens en général, F. Hollande en particulier, comme le rappellent les surnoms peu amènes qui lui ont été donnés par ses adversaires de droite comme par ses concurrents de gauche, que l’on retrouve cités par deux fois dans le texte (voir (19) et (21)).

32Mais il serait insuffisant de ne s’en tenir qu’aux éléments de contextualisation de citations, sans prendre en compte le rôle des différents acteurs de la communication et du processus interprétatif dans la construction de l’éthos. On constate d’ailleurs que la prise en compte de ces dimensions est de nature à réévaluer au positif le jugement négatif ci‑dessus, en raison des diverses interactions entre F. Hollande et l’ensemble des participants de l’événement. Il est d’ailleurs hautement significatif que les surnoms dont F. Hollande est affublé ne sont pas du tout cités de la même façon à la fin de l’extrait (voir supra (19)) – où ils sont évoqués dans une construction négative (« ce n’est plus X, Y, Z… ») témoignant par ce mouvement combien F. Hollande est arrivé à faire considérer ces injures comme nulles et non avenues, ou alors comme devant être portées désormais au débit des accusateurs –, tandis qu’au début, le narrateur évoque l’entrée en scène du candidat en prenant en compte (et aussi en charge, faiblement) les sobriquets dont le candidat est affublé par ses concurrents ou adversaires :

(21) Je comprends qu’il arrive au grondement de la salle, parce que, comme d’habitude, on ne le voit pas au milieu du bordel ou alors un bout de crâne, un éclair de lunettes, une main qui dépasse pour serrer d’autres mains. François Hollande, alias Flanby, Fraise des bois, Gauche molle, Guimauve le Conquérant, Babar, fend la foule en liesse. Tout le monde veut le toucher, tout le monde crie son prénom. Laborieusement, mètre après mètre, on voit la grappe enchevêtrée des gardes du corps et des photographes progresser vers la scène. Ça y est, il monte, il va se placer derrière son petit pupitre, complètement à gauche (signe). Allez, vas-y, petit capitaine de pédalo ; l’heure est venue de voguer vers ton destin, dis-nous ce que tu as à nous dire et qu’on en finisse. Qu’on sache, oui, qui tu es vraiment. (131)

3. Les conséquences de la monstration de l’éthos au plan énonciatif et interprétatif : prise en charge et responsabilité énonciatives

33La prise en charge (PEC) correspond au fait, pour l’énonciateur, d’assumer comme vraie(s) une (ou plusieurs) proposition(s) prédiquée(s), à la condition de ne pas réduire le vrai à la vériconditionnalité ou à la conformité entre le contenu de la proposition et la réalité extralinguistique : est vrai aussi ce qui est vrai pour le sujet modal en discours (je-vrai, tu-vrai, on-vrai, « fantôme de la vérité » (Berrendonner 1981), qui correspond à l’effacement énonciatif) même si par ailleurs ce que l’énonciateur croit vrai peut être faux ; est vrai enfin tout ce qui correspond aux valeurs modales (en appui sur toutes les modalités, pas seulement sur les modalités aléthiques, donc y compris les modalités intersubjectives), qui correspondent à des façons de voir du locuteur/énonciateur primaires (L1/E1).

  • 16 C’est-à-dire des énonciateurs seconds non locuteurs, dans le cas de points de vue exprimés dans des (...)
  • 17 Je ne traite pas ici des relations de second niveau, accord, désaccord, prise en compte : voir Raba (...)

34Contrairement aux approches traditionnelles de la PEC (voir Rabatel 2009, 2012a, Rabatel 2017 123‑140), je n’oppose pas la PEC à la non PEC, mais la PEC directe de L1/E1 à la (quasi) PEC indirecte par une autre instance de validation que L1/E1 (dans le hic et nunc de l’énonciation), soit L1’/E1’, ou l2/e2 ou e216, et c’est ensuite dans une deuxième étape que j’analyse si L1/E1 marque son accord, son désaccord avec le PDV d’un autre, ou se contente de le prendre en compte. Les positionnements d’accord, de désaccord ou de neutralité concernent en effet autant l’autre que soi que l’autre de soi17 :

35Quant à la responsabilité énonciative (Rabatel et Chauvin‑Vileno 2006, Rabatel et Koren 2008), elle concerne le locuteur relativement à la gestion de l’ensemble de son discours, de ses choix de textualisation, d’ordre des mots, de gestion des informations, de citation, aux choix d’expanser ou non tel événement, de condenser tel autre, de citer telle source et pas telle autre, d’ouvrir ou clore une citation à tel endroit, d’utiliser le DD, le DI, le DIL, des formes hybrides, des reformulations, etc. Même si le locuteur ne prend pas en charge tel ou tel énoncé (par exemple lorsqu’il cite quelqu’un, ou reformule un énoncé du point de vue de son auteur, sans forcément le partager), il est néanmoins responsable de l’ensemble de ce qu’il dit, de ce qu’il ne dit pas et qui circule pourtant dans l’interdiscours. Tous ces choix pèsent sur l’idée que L1/E1 est en situation d’accord ou de désaccord discret avec ceux qu’il cite, sans le dire explicitement.

3.1 Prise en charge, vérité et mensonges, ou la complexité de la PEC, vue du côté du public

36Pour l’essentiel, la PEC des DD est celle du locuteur/énonciateur second F. Hollande, tandis que la PEC des énoncés primaires échoit à L1/E1, le narrateur. Néanmoins, il est intéressant de réfléchir aux cas limites. Ainsi, qui prend en charge les énoncés en italiques, dans les exemples ci-dessous ? Assurément, la PEC revient à L1/E1. Néanmoins, comment traiter de la PEC des implicites ? Il est certain qu’en (22), (23), c’est L1/E1 qui explicite les allusions de l2/e2, voire qui juge qu’il y a allusion. Après tout, nul ne sait ce qui se passe dans la tête de F. Hollande, et le cotexte ne nous donne pas d’indication. Tout au plus peut-on faire fonctionner nos connaissances encyclopédiques relatives au monde politique, à la cruauté de la lutte des places, pour comprendre que ces allusions sont plausibles, et partageables par bien des personnes. Cependant, aller plus loin que la seule PEC par L1/E1 relève d’un choix interprétatif. La seule chose qu’on puisse dire, pour rendre compte du fait que ces allusions n’étonneront pas les connaisseurs du monde politique, c’est d’invoquer une consonance, une connivence qui repose sur une sorte de PEC imaginaire, quasi am fantasma, qui reste hypothétique, mais néanmoins probable, et dont les contours sont indéterminés (et indéterminables). Le plus probable est donc cette consonance – c’est-à-dire un accord implicite (Rabatel 2017 113, 116ss) – entre E1 et e2. Mais il faut bien comprendre que cette consonance est posée comme telle par L1/E1 en direction de l2/e2, parce que ses commentaires sont des prédications secondes directement accolées à la prédication première, sans distance, entre parenthèses, sous une forme assertive. Cependant, la réciproque n’est pas indiquée par le texte, la consonance est donc unidirectionnelle, asymétrique. On mesure là l’intérêt de la notion, qui est plus précise que celle de connivence, bidirectionnelle, ou réciproque.

(22) « Je suis socialiste. » Spécial dédicace à Jospin. (133)

(23) « Rien ne m’a été donné (coucou, Martine !)… J’ai réussi à remporter les primaires quand bien peu imaginaient mon succès à l’origine. » (133)

37Ces explications valent également pour (24) (ou, supra, (20)). En revanche, le cas de (25) est plus complexe, car comme le texte précise que F. Hollande « insiste », qu’il veut « nous achever », il est possible d’imaginer ici une consonance réciproque, dans la mesure où l’intention allusive semble déjà portée par l2/e2, à travers ses ajouts, et aussi à travers l’engagement de l’orateur, qui sollicite la complicité de la foule par sa question, puis y répond avec force, avec un engagement très fort marqué par la modalité exclamative. Et c’est ainsi que l’engagement et l’intention du candidat, nettement exprimés, sont non seulement annoncés par les commentaires initiaux sur l’insistance de l’orateur, mais encore postérieurement explicités par le commentaire qui met les points sur les i (« Douce revanche, quand Sarkozy avait affirmé la supériorité du prêtre »).

(24) N’en jetez plus ! La foule se pâme. Mais il insiste, il veut nous achever : après avoir reçu son prix, qui croyez-vous que Camus a remercié ? Son instituteur ! Douce revanche, quand Sarkozy avait affirmé la supériorité du prêtre. (136)

(25) « La France n’est pas un problème, elle est la solution. » Deuxième message subliminal, après Thatcher. Reagan disait : « L’État n’est pas la solution à notre problème ; l’État est le problème. » (138)

38Cela dit, la question est plus complexe encore. Car même si l’on considère que l2/e2 prend en charge son discours, par conséquent tous les DD, on est en droit de s’interroger sur les effets massifs qui résultent de la façon dont L1/E1 met en scène les DD de l2/e2. Comme on l’a vu, les DD sont constamment sous la visée regardante de L1/E1. C’est pourquoi la PEC de l2/e2 sur ses DD, qui est incontestable, et présupposée par l’emploi même du DD, est comme sapée par les réactions et commentaires initiaux du narrateur, voire par certains comportements des auditeurs, qu’il s’agisse des responsables socialistes ou du public. On peut cependant dire que ces mouvements de distance ironique ou critique n’ont qu’un temps, et qu’à partir du moment où F. Hollande enflamme la salle par son développement sur l’égalité, le comportement de la foule change. Ce changement est indéniable, et il concerne aussi le narrateur. Par la suite, lorsque le narrateur met en doute la pertinence des engagements, par exemple, pour faire plier A. Merkel ou les dirigeants chinois, il constate que les auditeurs, et lui‑même, en fait, adhèrent à un discours qui les fait « rêver » (voir infra, (30)). Par conséquent, à la fin de son discours, si le locuteur François Hollande est renvoyé à son talent d’orateur, au métier dont il fait preuve, à la manière somme toute très professionnelle avec laquelle il joue le rôle attendu du candidat, cela n’atténue plus le crédit porté à la PEC de son discours ni l’efficacité illocutoire et perlocutoire de son dire.

  • 18 Sans compter que les programmes sont parfois sujets à bien des réajustements, quand on sait combien (...)

39Cependant, il vaut la peine de s’intéresser à la PEC en fonction de la situation interactionnelle du meeting. Il y a un crédit accordé au candidat qui est d’autant plus grand qu’il correspond aux attentes et aux rêves. Partant de là, une partie de la PEC que l’on prête à Hollande provient de la volonté du public de croire aux promesses du candidat. Cette consonance renvoie au phénomène d’incorporation (Rabatel, à paraître). Ce phénomène est largement imaginaire. Faire corps est un processus complexe, rationnel et émotionnel, transitoire ou de plus longue durée. La question est de savoir si ce qui a été dit et pris en charge vaut pour l’instant, ou pour toujours, en l’occurrence, pour la durée d’un mandat électoral. L’orateur peut croire à ce qu’il dit au moment où il le dit, il sait aussi qu’il ajustera son discours selon les circonstances. Mais pour la foule qui s’incorpore au message, la PEC am fantasma par consonance vaut pour un engagement total. Il y a là des bases objectives qui peuvent expliquer tous les malentendus, de bonne ou de mauvaise foi, pour ceux qui pensent que tout ajustement est nécessairement une trahison des engagements18. L’expérience d’un meeting – très forte, au plan humain, individuel et collectif, rationnel et émotionnel – explique que le public puisse surdéterminer de tels discours et que cela nourrisse bien des désillusions à venir.

40Cette croyance qui résulte de l’incorporation est certes indue au plan théorique, mais très prégnante et elle produit des effets qu’une réflexion sur la PEC ne peut pas ignorer, même s’ils excèdent la dimension linguistique du phénomène. La prise en charge, au plan théorique, pour le spécialiste, ne dit rien sur l’engagement profond du locuteur dans son dire, indépendamment de l’engagement locutoire, et surtout, elle ne dit rien sur ce que pense, croit le locuteur en son for intérieur. Mais, du point de vue des attentes du public, l’idée de la prise en charge va quasi de pair avec l’idée que l’homme politique croit ce qu’il dit, totalement, sans prise de distance, que ses promesses l’engagent pour la vie, alors qu’elles n’engagent, comme disait J. Chirac, que ceux qui les croient.

3.2 De la responsabilité énonciative de Hollande, de ses scribes et de Laurent Binet

41Reste la question, par-delà la prise en charge de chacun des énoncés pris isolément, de celle de la totalité du discours, pour Hollande, d’abord. Cette question concerne le candidat, mais elle vise aussi tous ceux qui ont contribué à son discours. La responsabilité essentielle, et en définitive unique, c’est celle du candidat. Viendra-t-il à manquer à sa parole, à sa promesse, il en paiera le prix (par exemple en baissant dans les sondages) ; mais c’est l’ensemble de son camp qui pâtira, y compris ceux qui n’étaient pas vraiment sur la même ligne que lui, comme en témoignent les résultats électoraux de l’ensemble des élus socialistes, fidèles aux choix du président et de ses gouvernements successifs, ou frondeurs. Ce qui montre que l’image du candidat – en fait de tous les responsables politiques – est surdéterminée. La responsabilité politique n’est jamais individuelle, elle est d’emblée située au niveau collectif, et donc aussi, par-delà l’identité personnelle du candidat, elle concerne l’identité collective du parti socialiste (et même celle de ses partenaires gouvernementaux).

  • 19 Laurent Binet se présente dans l’ouvrage comme fils d’ancien communiste, sensible au discours mélen (...)

42Mais la situation concerne aussi Laurent Binet. Je dis Laurent Binet, et pas le narrateur, parce qu’en fin de compte, il est difficile de poser une coupure entre le narrateur, et le sujet parlant, voire le sujet tout court, celui qui, malgré ses réticences, contribue à écrire la geste socialiste du Monsieur 1 % qui termine victorieux. Car Laurent Binet finit par croire, par adhérer, il est soulagé de voir ses craintes initiales infondées. Et, en croyant, il contribue à faire croire tous les sceptiques, tous ceux qui, comme lui, dans la diaspora communiste19 ou la nébuleuse mélenchonienne, sont méfiants, mais finissent par considérer autrement le discours hollandais, intègrent l’idée de sa détermination à affronter fortement les adversaires, les forces de l’argent, les technocrates supranationaux, etc. Par conséquent, les niveaux de responsabilité ne sont pas les mêmes, mais il n’est pas douteux que la responsabilité politique concerne de près ou de loin, à un titre ou à un autre, tous ceux qui ont été des acteurs de l’événement et ont participé à sa mise en lumière…

43La responsabilité de Laurent Binet est autre encore : elle concerne ses choix, le fait qu’il n’ait pas cité les passages où Hollande ne faisait pas que « ré-enchanter le rêve français », mais évoquait aussi les difficultés (soulignées par moi dans les extraits suivants). Je cite quelques fragments parmi d’autres, en précisant que les citations sont extraites de la fin du discours, donc à un moment particulièrement stratégique :

(26) Je sais que le combat sera rude, qu’on cherchera à faire peur, qu’on inquiètera… Si demain nous sommes en responsabilité, ceux à qui l’on prendra feront davantage entendre leur voix que ceux à qui l’on donnera. Je sais qu’il n’y aura pas de manifestation pour nous soutenir. (Verbatim)

(27) Chers amis, je veux citer Pierre Mendès France, qui nous disait que « la vérité doit forcément guider nos pas ». Je vous dois donc la vérité. Je connais les contraintes financières, l’ampleur de nos déficits, la gravité de notre dette, la faiblesse de la croissance en 2012, la lourdeur de l’héritage qui nous sera légué. Je ne promettrai donc que ce que je suis capable de tenir. Je dois maîtriser sans rien renoncer les choses et d’abord le temps.

Le quinquennat s’ouvrira donc sur des réformes de structure, celles qui constitueront un redressement dans la justice, le redressement économique, la réforme fiscale, le pacte éducatif, la décentralisation. Nous traiterons aussi les urgences, l’emploi, et notamment l’emploi des jeunes, le logement, la santé. Mais c’est ensuite que nous pourrons redistribuer ce que nous aurons créé, ce que nous aurons fabriqué, ce que nous aurons engagé, ce que le pays aura pu, par son redressement, favoriser. Voilà les temps qui doivent être proposés. (Verbatim)

(28) Sur le plan international, avec le sommet de l’Otan prévu à la fin du mois de mai 2012, nous engagerons le retrait de nos troupes d’Afghanistan. Sur le plan européen, si les Français m’en donnent mandat, mon premier déplacement sera pour rencontrer la Chancelière d’Allemagne et pour lui dire que nous devons ensemble changer l’orientation de l’Europe vers la croissance et dans le lancement de grands travaux. (Verbatim)

(29) Nous savons que nous avons des moyens limités, mais que nous avons la volonté ! C’est cette démarche qui convaincra. (Verbatim)

44Toutes ces citations mettent l’accent sur la gravité de la situation, sur des conditions à remplir pour que les engagements puissent être tenus. C’est particulièrement net pour la réforme de l’Europe : F. Hollande évoque une condition qui a pu passer inaperçue, le fait que les réformes n’aboutiront que si l’Allemagne est d’accord. Il n’est pas dans mon intention de dire que F. Hollande avait bien raison de demander de relire son discours du Bourget et que les éléments de vérité étaient là, qu’il n’y avait donc pas de tromperie. Ces précautions sont bien moins nombreuses que les mesures programmatiques. C’est la loi du genre, un discours d’entrée en campagne doit mobiliser fortement, et il serait impossible de le faire si chaque mesure était tempérée par moult précautions ! Il n’empêche, la responsabilité énonciative de Laurent Binet déséquilibre davantage un discours de facto déséquilibré par la situation même, et, ce faisant, il donne à voir les ingrédients du désaveu final de 2017. On me rétorquera qu’il évoque ses doutes, en (30) :

  • 20 Je ne dis rien sur l’éthos dit du narrateur, construit par un registre de langue parfois très famil (...)

(30) Alors certes, on ne comprend pas très bien en quoi le fait d’être élu par les Français suffira à lui donner la « légitimité » et la force nécessaire pour faire plier une Angela Merkel qui, aux dernières nouvelles, se tamponne20 bien de savoir si le président français est élu à 80 % ou tiré au sort. De même, quand il dit qu’il n’accepte pas que le yuan soit sous-évalué, on serait curieux de savoir comment il va contraindre la banque centrale chinoise à prendre les mesures nécessaires, considérant qu’on n’est déjà même pas foutus de donner des ordres à notre propre BCE…

Qu’à cela ne tienne. […] Un socialiste qui tient un discours si ostensiblement de gauche, même réaliste, même un peu roublard sur les bords, ça fait si longtemps qu’on n’avait pas vu ça qu’on ne va pas bouder notre plaisir. (137)

45Mais justement, ce sont ses propres doutes, et pas ceux du candidat. Pour F. Hollande, il ne s’agit pas de doutes, plutôt de conditions à remplir pour l’action – dont il devait mieux que quiconque mesurer la difficulté de les satisfaire. C’est dans cet écart entre ce que sait le candidat mais qu’il ne dit pas, ne peut pas dire, sauf à tuer le rêve et entre ce que la foule (ne) veut (pas) entendre que résulte le drame de la politique…

Conclusion

46Les débats auxquels a donné lieu le discours du Bourget relativement à la sincérité de F. Hollande ou à ses mensonges, ou, à tout le moins, ses ambiguïtés, soulignent l’intérêt de ne pas confondre éthos et idiolecte, et de comprendre aussi que tout être humain, tout locuteur parle en étant amené à prendre plus ou moins en considération le poids des circonstances, lesquelles sont aussi plus ou moins intrinsèquement contraignantes. Si l’idiolecte concerne la construction de soi, par la manifestation de traits qui renvoient à la singularité d’un moi repérable à travers la manifestation d’un ensemble de traits idiosyncrasiques (Rabatel 2005) – qui peuvent entrer en intersection avec la notion de style (Rabatel 2007 25‑32) –, en revanche, l’éthos concerne davantage une présentation de soi (Amossy 2010) calculée, c’est pourquoi je préfère parler de positionnement de soi à travers son aptitude à endosser des rôles attendus selon les genres, les situations, en lien avec l’objectif de mettre ces moyens au service du but que l’on se propose d’atteindre, conformément aux origines aristotéliciennes de la notion, qui traite des preuves par l’éthos, parallèlement aux preuves par le logos et par le pathos. En d’autres termes, l’idiolecte, même si c’est affaire de degré, est moins en prise que l’éthos avec le poids des situations, des paramètres socioculturels, d’une part, avec la visée argumentative d’autre part, qui est toujours sous‑jacente au positionnement de soi, conformément d’ailleurs à la dimension tactique ou stratégique liée à la notion même de positionnement.

  • 21 Cependant, il ne serait pas impossible d’imaginer que le surplomb donne lieu à une sur‑énonciation  (...)
  • 22 Contrairement à l’idée dominante qu’éthos préalable et prédiscursif sont des synonymes, j’ai tendan (...)

47Il existe un double niveau de construction de l’éthos, à la mesure des instances qui entrent en jeu, avec un phénomène de surplomb. Souvent, ce dernier va de pair avec une sur‑énonciation (Rabatel 2014), c’est-à-dire avec une reformulation de PDV qui semble être en accord avec l’autre, et en réalité repose sur une sorte de coup de force qui oriente le propos initial dans un sens différent21. En réalité, l’hypothèse est ici plutôt une co‑énonciation, un accord avec le positionnement de Hollande comme avec son programme et son éthos, comme cela se voit bien avec la différence entre la façon dont L1/E1 évoque Hollande en (19) et en (20). Il y a donc une co‑construction progressive de l’éthos, qui repose sur des valeurs de gauche partagées. Cette co‑construction en co‑énonciation opère en miroir, car la façon dont Laurent Binet reconstruit l’éthos dit 2 et montré 2 de F. Hollande construit du même coup l’éthos dit 1 et montré 1 du narrateur, en tant que l’un et l’autre de ces éthos discursifs actualisent l’éthos prédiscursif22 de ce qu’un bon candidat de gauche (vraiment de gauche) doit dire dans un meeting d’entrée officielle en campagne.

48Enfin, il existe aussi une double dimension de la construction de l’éthos, au plan de la construction de l’identité individuelle et collective, qui opère à un triple niveau, avec F. Hollande, son narrateur, non sans oublier l’ensemble du public (responsables, militants, sympathisants) qui vient parachever le processus d’incorporation, avec toutes les ambiguïtés liées aux tentations d’absolutiser une identité collective transitoire soumise aux aléas du jeu politique, quand la foule préfère entendre des promesses qui assouviront ses rêves, par‑delà les contingences du moment.

49En d’autres termes, l’éthos discursif co‑construit (Lacaze 2018 88) ne s’incorpore jamais aussi bien que lorsqu’il redonne vie à l’éthos prédiscursif de candidat idéal de la gauche, à la croisée des représentations et attentes du locuteur comme des destinataires de sa prise de parole. Mais c’est là – dans le décalage entre un discours classique, orienté vers les grandes messes du passé (voir supra la dernière phrase de (30)) et la confrontation brutale avec la dure réalité du monde tel qu’il est –, que se (re)joue le scénario de la déception des forces de gauche, qu’évoquait rapidement F. Hollande en (26), et que Laurent Binet ne cite pas. Parce que, décidément, il est dangereux de désespérer Billancourt, même quand Billancourt n’existe plus que dans la mémoire collective et dans le poids des frustrations et souffrances sociales – qu’il faut savoir entendre, pas seulement dans les discours…

Haut de page

Bibliographie

Amossy, Ruth, éditrice. Images de soi dans le discours. La construction de l’éthos. Delachaux et Niestlé, 1999.

Amossy, Ruth. La présentation de soi. Ethos et identité verbale. Presses universitaires de France, 2010.

Berrendonner, Alain. Éléments de pragmatique linguistique. Éditions de Minuit, 1981.

Bertrand, Denis, Alexandre Dézé et Jean‑Louis Missika. Parler pour gagner. Sémiotique des discours de la campagne présidentielle de 2007. Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 2007.

Besson, Philippe. Un personnage de roman. Julliard, 2017.

Binet, Laurent. Rien ne se passe comme prévu. Grasset et Fasquelle, Le Livre de Poche, [2012] 2013.

Bordas, Éric. ‘Style’. Un mot et des discours. Kimé, 2008.

Bourdieu, Pierre. Ce que parler veut dire. Fayard, 1982.

Brown, Penelope and Stephen C. Levinson. Politeness. Cambridge University Press, 1987.

Calvet, Louis‑Jean et Jean Véronis. Les mots de Nicolas Sarkozy. Éditions du Seuil, 2008.

Chanay, Hugues de, Marion Colas-Blaise et Odile Le Guern, éditeurs. Dire/montrer. Au cœur du sens. Université de Savoie, 2013.

De Cock, Laurence, Fanny Madeline, Nicolas Offenstadt et Sophie Wahnich, éditeurs. Comment Nicolas Sarkozy écrit l’histoire de France. Agone, 2008.

Ducrot, Oswald. Le dire et le dit. Éditions de Minuit, 1984.

Grinshpun, Yana. « Ethos collectif, ethos individuel. Un problème de construction d’identité lors des manifestations universitaires de 2009. » Analyse du discours et dispositifs d’énonciation. Autour des travaux de Dominique Maingueneau, édité par J. Angermuller et G. Philippe. Lambert‑Lucas, 2015, pp. 261‑270.

Kerbrat‑Orecchioni, Catherine. La conversation. Éditions du Seuil, 1990.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine, avec la collaboration de Domitille Caillat et Hugues Constantin de Chanay. Le débat Le Pen/Macron du trois mai 2017 : un débat disruptif ? L’Harmattan, 2019.

Lacaze, Grégoire. « La (re‑)construction d’un éthos discursif dans les énoncés au discours direct : la subjectivité à l’œuvre. » Études de Stylistique Anglaise, n°. 11, 2018, pp. 83‑112.

Maingueneau, Dominique. Nouvelles tendances en analyses du discours. Hachette, 1987.

Maingueneau, Dominique. « Ethos, scénographie, incorporation. » Images de soi dans le discours. La construction de l’éthos, édité par Ruth Amossy. Delachaux et Niestlé, 1999, pp. 75‑100.

Maingueneau, Dominique. « Retour critique sur l’éthos. » Langage et société, n°. 149, 2014, pp. 31‑48.

Micheli, Raphaël. « Esquisse d’une typologie des différents modes de sémiotisation verbale de l’émotion. » Semen, n°. 35, 2013, pp. 17‑39.

Micheli, Raphaël. Les émotions dans les discours. Modèle d’analyse, perspectives empiriques. De Boeck/Duculot, 2015.

Rabatel, Alain. « Un paradoxe énonciatif : la connotation autonymique représentée dans les ‘phrases sans paroles’ stéréotypées du récit. » Parler des mots. Le fait autonymique en discours, édité par J. Authier‑Revuz, M. Doury et S. Reboul‑Touré. Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2003, pp. 271‑280.

Rabatel, Alain. « Idiolecte et re-présentation du discours de l’autre dans le discours d’ego. » Cahiers de praxématique, n°. 44, 2005, pp. 93‑116.

Rabatel, Alain. « La dialectique du singulier et du social dans les processus de singularisation : style(s), idiolecte, ethos. » Pratiques, n°. 135‑136, 2007, pp. 15‑34.

Rabatel, Alain. Homo narrans. Pour une analyse énonciative et interactionnelle du récit. Tome 1. Les points de vue et la logique de la narration. Tome 2. Dialogisme et polyphonie dans le récit. Lambert‑Lucas, 2008.

Rabatel, Alain. « Prise en charge et imputation, ou la prise en charge à responsabilité limitée. » Langue française, n°. 162, 2009, pp. 71‑87.

Rabatel, Alain. « Sujets modaux, instances de prise en charge et de validation. » Le Discours et la langue, vol. 3, n°. 2, 2012a, pp. 13‑36.

Rabatel, Alain. « Positions, positionnements et postures de l’énonciateur. » Travaux neuchâtelois de linguistique, n°. 56, 2012b, pp. 23‑42.

Rabatel, Alain. « Écrire les émotions en mode empathique. » Semen, n°. 35, 2013a, pp. 65‑82.

Rabatel, Alain. « Les relations dire/montrer au prisme du point de vue représenté. » Dire/montrer, au cœur du sens, édité par H. de Chanay, M. Colas-Blaise et O. Leguern. Éditions de l’université de Savoie, 2013b, pp. 137‑157.

Rabatel, Alain. « Empathie et émotions argumentées en discours. » Le Discours et la langue, vol. 4, n°. 1, 2013c, pp. 159‑177.

Rabatel, Alain. « De l’usage des formules aphoristiques dans le Dictionnaire philosophique de Comte-Sponville : co-énonciation et sous-énonciation. » Formules, sentences, thèses : détachement, transmission et recontextualisation des énoncés philosophiques, édité par Frédéric Cossutta et Francine Cicurel. Lambert‑Lucas, 2014, pp. 163‑198.

Rabatel, Alain. « Dégoût et indignation dans le Manifeste/pétition féministe Pas de justice, pas de paix. » Comment les médias parlent des émotions. L’affaire Nafissatou Diallo contre Dominique Strauss-Kahn, édité par Alain Rabatel, Michèle Monte et Maria das Gracas Soares Rodrigues. Lambert‑Lucas, 2015, pp. 143‑160.

Rabatel, Alain. « Les stratégies émotives d’un repentir public offensif. » Studii de Lingvistică, n°. 6, 2016, pp. 109‑125.

Rabatel, Alain. Pour une lecture linguistique et critique des médias. Éthique, empathie, point(s) de vue. Lambert‑Lucas, 2017.

Rabatel, Alain. « La construction des identités personnelles et collectives autour de François Hollande dans le discours du Bourget de 2012 raconté par Laurent Binet. » Du singulier au collectif : construction(s) discursive(s) de l’identité collective dans les débats publics, édité par Paola Paissa et Roselyne Koren, Lambert-Lucas, 2020 (à paraître).

Rabatel, Alain et Andrée Chauvin‑Vileno, éditeurs. Énonciation et responsabilité dans les médias. Semen, n°. 22, 2006.

Rabatel, Alain et Roselyne Koren, éditeurs. La responsabilité collective. Questions de communication, n°. 13, 2008.

Rabatel, Alain, Michèle Monte et Maria das Graças Soares Rodrigues, éditeurs. Comment les médias parlent des émotions. L’affaire Nafissatou Diallo contre Dominique Strauss‑Kahn. Lambert‑Lucas, 2015.

Reza, Yasmina. L’aube le soir ou la nuit. Flammarion, 2007.

Vion, Robert. « ‘Effacement énonciatif’ et stratégies discursives. » De la syntaxe à la narratologie énonciative, édité par Monique De Mattia-Viviès et André Joly. Ophrys, 2001, pp. 331‑354.

Haut de page

Notes

1 Cependant, la fidélité repose sur un contrat moral et la liberté consentie, très grande dans le cas de Binet, n’empêche pas un regard subjectif sur l’événement et sur le candidat.

2 https://www.youtube.com/watch?v=up62HaC6cFI

3 Cette publication reprend la conférence présentée le 13 février 2018 à l’université d’Aix-Marseille, à Aix-en-Provence. La distinction entre éthos direct du locuteur (autrement dit auto-éthos) et éthos représenté du locuteur (ou hétéro-éthos) émanant du narrateur peut être croisée avec la distinction entre « éthos affiché », « revendiqué » (auto-éthos) par le locuteur et l’« éthos attribué » par un interlocuteur (hétéro-éthos), que propose Catherine Kerbrat-Orecchioni 2019 : 137. Les deux modélisations sont complémentaires, par-delà certaines différences. Kerbrat-Orecchioni et alii 2019 analysent une situation agonique en face-à-face (le débat entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, le trois mai 2017, juste avant le deuxième tour de l’élection présidentielle, avec une co-construction éthotique violente et de mauvaise foi, lorsque Marine Le Pen prétend dévoiler le vrai visage et les implicites du discours de son adversaire ; vu la nature conflictuelle du genre du débat, cette violence se retrouve aussi dans la façon dont Emmanuel Macron co-construit l’éthos de son adversaire, sans mauvaise foi. En revanche, la situation étudiée ici relève d’une interaction asymétrique, seul le narrateur pouvant participer à la co-construction de l’éthos de François Hollande (la réciproque n’étant pas possible) ; de plus, la co-construction éthotique est bienveillante dans l’ensemble, malgré quelques réserves initiales du narrateur.

4 Le déséquilibre éthotique est accru par la scénarisation des interactions entre le discours de F. Hollande et le public, englobant la foule des militants, sympathisants, les dirigeants socialistes, le narrateur et les journalistes. Je n’en traiterai pas ici, dans la mesure où elles participent fortement à la double construction d’un éthos et d’une identité personnels et collectifs (Grinshpun 2015), qui fera l’objet d’une publication complémentaire (Rabatel, à paraître).

5 S’il est de coutume de distinguer le narrateur de l’auteur, la distinction n’est pas toujours aisée à faire, car la gestion du récit, qui échoit au narrateur, peut difficilement être totalement coupée des choix opérés en amont par l’auteur. C’est particulièrement vrai dans des récits de témoignage, comme celui-ci, fortement lestés d’idéologie. D’autant que, comme je le raconte plus loin, note 20, Laurent Binet se présente comme plutôt proche de la gauche radicale. Cela explique ses réserves et la désinvolture avec laquelle il représente le discours initial de F. Hollande, réserves qui s’atténuent au fil du discours.

6 Autour du pivot « dénonciation », qui indique la nature de l’acte de discours.

7 L’hypothèse la plus vraisemblable est que l’ensemble des procédés i) à v) témoignent, en ce début de la narration de l’événement, d’une part d’une entrée en matière tendue du candidat dans son rôle (tant il sait le poids des attentes et des réticences de ses concurrents de la primaire, qui assistent tous au meeting), d’autre part des réticences du narrateur : en effet, Laurent Binet précise dans son livre qu’il appartient plutôt à la gauche radicale (voir infra, note 20). Comme on le verra par la suite, plus F. Hollande avance dans son discours, plus il est à l’aise, et plus aussi Binet se montre impressionné par les talents de l’orateur et convaincu par son positionnement socialiste. C’est pourquoi les marques de distance et de désinvolture dans la façon dont le narrateur rapporte le DD disparaissent au fil de la réception/narration du discours.

8 Parmi de nombreuses autres publications sur le sujet.

9 Ces différentes situations sont exemplifiées infra, en 2.2.1, 2.2.2 et 2.2.3.

10 Je distingue le locuteur, source d’un acte de production d’un énoncé (ou d’une parole rapportée, pour les locuteurs cités) et les énonciateurs, en tant que source d’un point de vue. La notion linguistique de point de vue (PDV) correspond à la façon dont un énonciateur fait entendre, par les choix (d’ordre) des mots, le PDV de l’énonciateur sur l’objet du discours, indépendamment de l’existence éventuelle d’une opinion ou d’un jugement explicites (Rabatel 2008). La distinction L/E peut sembler superflue pour les cas de syncrétisme lorsque le locuteur exprime son PDV. Elle devient nécessaire pour rendre compte de l’explicitation des implicites des discours : ainsi, en (5), (7), (18), les allusions contenues dans les DD de l2/e2 sont explicitées par L1/E1, qui les assume, mais elles sont aussi attribuées à F. Hollande, en tant qu’énonciateur second du PDV explicitant l’allusion, même s’il n’en est pas le locuteur. De même pour l’analyse du redoublement de l’éthos dit 2 et montré 2, en 2.3, ou, plus largement, pour rendre compte de faits de polyphonie discrets, lorsque les PDV renvoient à des énonciateurs non locuteurs, comme en (19) ou (21).

11 Ce montré 1 correspond à la notion d’énonciation montrée héritée de Wittengstein et retravaillée par Ducrot, notamment. Sur ces questions complexes, voir l’ouvrage de Chanay, Colas-Blaise et Le Guern (2013).

12 De la même manière qu’il existe, au plan des modes de sémiotisation des émotions dites, montrées, étayées (Micheli 2013, 2015), non pas une forme d’émotion montrée, mais deux, si on prend en compte la scénarisation des émotions des locuteurs intratextuels par un locuteur premier (Rabatel 2013a 72, 2013b 149, 2013c 170, 2015 150‑152, 2016 121‑123).

13 La question est encore plus cruciale dans les cas de monstration empathique où L1/E1 attribue des PDV à des énonciateurs seconds auxquels il ne donne pas la parole (Ducrot 1984, Rabatel 2008, 2016, 2017).

14 Voir Brown et Levinson (1987).

15 Voir les caractéristiques du style de N. Sarkozy analysées par Bertrand et al. (2007), Calvet et Véronis (2008 27‑47), de Cock et al. (2008 17‑20, 107), Bordas (2008 100) : vocabulaire simple et limité, répétitions, anaphores rhétoriques, phrases courtes, formules chocs, recours aux émotions, à un éthos de volonté, avec un emploi des formes de première personne, exploitation massive de références à l’histoire qui écrivent le grand récit du retour de la France volontaire, tout en brouillant des frontières idéologiques poreuses et en déstabilisant le camp adverse.

16 C’est-à-dire des énonciateurs seconds non locuteurs, dans le cas de points de vue exprimés dans des « phrases sans parole ».

17 Je ne traite pas ici des relations de second niveau, accord, désaccord, prise en compte : voir Rabatel (2012b).

18 Sans compter que les programmes sont parfois sujets à bien des réajustements, quand on sait combien il est hasardeux de les élaborer sans avoir en mains tous les éléments relatifs aux contraintes économiques, financières liées à l’état du pays, aux engagements institutionnels, et en définitive à la difficulté de ne pas avoir l’aide des services de l’État pour chiffrer précisément les mesures proposées, etc.

19 Laurent Binet se présente dans l’ouvrage comme fils d’ancien communiste, sensible au discours mélenchonien (tout en lui reprochant son sectarisme) ; parmi les socialistes, il se sent davantage en phase avec la vision d’Aquilino Morelle, plus à gauche que celle du strauss‑kahnien Finchelstein (Binet, 2012 : 129). Aquilino Morelle est en outre, comme « Malek » Boutih et « Benoît » Hamon, cité par son prénom, dans une apostrophe. Mais c’est celui qui l’est le plus (p. 133 et 135) ce qui dénote une vraie proximité (idéologique). On retrouve également l’emploi du prénom et du nom complet, p. 136, dans un énoncé en troisième personne : « voilà la séquence d’Aquilino Morelle ». Il est plus que probable que François Hollande connaît (sinon lui, du moins son entourage proche) ce positionnement et a cherché à utiliser à son avantage l’attrait que le candidat a suscité envers ce non socialiste, mais viscéralement de gauche, afin de renforcer l’image du candidat de vraiment de gauche, vraiment socialiste (on se souvient qu’en 2002, Lionel Jospin avait déclaré que son programme n’était pas socialiste)…

20 Je ne dis rien sur l’éthos dit du narrateur, construit par un registre de langue parfois très familier (« même pas foutus… », « Merkel se tamponne bien de savoir »). Il est vraisemblable que ces choix stylistiques indiquent un positionnement du narrateur ayant en tête un lectorat radical qui ne se paie pas de mots (bourgeois). Je ne développe pas, car mon objet est l’éthos de F. Hollande et sa représentation par le narrateur ; mais il n’est pas sans intérêt de noter que ce positionnement émerge au moment où le narrateur donne un satisfecit à F. Hollande, sans en être dupe, « pour ne pas bouder [son] plaisir »…

21 Cependant, il ne serait pas impossible d’imaginer que le surplomb donne lieu à une sur‑énonciation : en ce cas l’éthos dit 2 et montré 2 orienteraient la compréhension de l’éthos dit 1 et montré 1, en donnant de l’éthos du candidat une image de chef de guerre, qui jouerait sciemment avec les espoirs les plus fous du public. Mais cette hypothèse, pour être pleinement valable, supposerait que l’éthos du narrateur/de Laurent Binet repose sur une position de supériorité épistémique ou idéologique, exprime la certitude que F. Hollande serait un imposteur et irait droit à l’échec. Tel n’est pas le cas, le narrateur adhère au positionnement que F. Hollande donne de lui‑même, comme on le voit à plusieurs reprises, notamment en (18), (19), (30). Certes, l’usage que le narrateur fait du discours représenté direct manipulé pourrait donner prise à une certaine sur‑énonciation, si l’on considère que les explicitations des implicites du discours de F. Hollande appartiennent en propre au narrateur, et pas au candidat ; mais cette hypothèse fait peu de cas du talent avec lequel F. Hollande joue avec l’implicite...

22 Contrairement à l’idée dominante qu’éthos préalable et prédiscursif sont des synonymes, j’ai tendance à considérer que si l’éthos préalable correspond à la représentation du locuteur antérieure à sa prise de parole, à sa réputation, relativement indépendante des contextes, l’éthos prédiscursif renvoie à une image plus socioculturelle du positionnement que, selon les attentes/représentations des destinataires et du locuteur, ce dernier doit endosser dans telle situation, tel genre de discours.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/9292/img-1.png
Fichier image/png, 118k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain RABATEL, « Une analyse de la démultiplication des éthos dit et montré dans le discours du Bourget de François Hollande raconté par Laurent Binet », E-rea [En ligne], 17.2 | 2020, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 14 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/erea/9292 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.9292

Haut de page

Auteur

Alain RABATEL

Professeur de sciences du langage
Université Claude-Bernard Lyon 1
Membre du laboratoire ICAR, UMR 5191
alain.rabatel@univ-lyon1.fr, a.rabatel@free.fr, alain.rabatel@ens-lyon.fr
Alain Rabatel est Professeur de Sciences du Langage à l’Université de Lyon 1. Spécialiste d’énonciation, de linguistique textuelle et d’analyse des discours, il est l’auteur de nombreux travaux (http://www.icar.cnrs.fr/membre/arabatel). Il s’est d’abord fait connaître pour ses travaux sur les points de vue et la polyphonie dans les récits ainsi que sur l’analyse des discours représentés. Il s’est ensuite intéressé aux liens entre argumentation indirecte et énonciation. Outre ses recherches sur les interactions didactiques et le discours religieux, ses travaux portent aussi sur l’analyse des discours médiatiques. Dans Pour une lecture linguistique et critique des médias. Empathie, éthique, point(s) de vue (Lambert-Lucas 2017), il interroge la façon dont les médias rendent compte des événements conflictuels, à partir des notions de visibilité ou d’invisibilité, de reconnaissance, de déontologie et de responsabilité, dans le cadre d’une éthique de la discussion démocratique. Il publiera en 2020, chez Lambert-Lucas, un ouvrage consacré à une approche pragmatique et énonciative des figures et de la figuralité, La confrontation des points de vue dans la dynamique figurale.

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals