Navigation – Plan du site
Recensions

Françoise Besson, Ecology and Literatures in English. Writing to Save the Planet

Newcastle Upon Tyne: Cambridge Scholars, 2019. 545 p. ISBN: 978-1-5275-1804-9. £70.99
Tom PUGHE
Référence(s) :

Françoise Besson, Ecology and Literatures in English. Writing to Save the Planet. Newcastle Upon Tyne: Cambridge Scholars, 2019. 545 p. ISBN: 978-1-5275-1804-9. £70.99

Texte intégral

1Rares sont les chercheurs et chercheuses s’intéressant aux rapports entre littérature et écologie (« ecocritics » en anglais), en France comme sur le plan international, qui sont capables de rassembler des corpus de documents produits sur plusieurs continents, dans plusieurs genres et pendant des siècles divers, et d’en proposer des analyses précises et probantes. Ecology and Literatures in English. Writing to Save the Planet (520 pages) montre très clairement que l’auteure de cette étude, Françoise Besson, appartient à cette catégorie exclusive, au même titre qu’un Lawrence Buell ou un Jonathan Bate. Le sous-titre de son ouvrage fait d’ailleurs écho au titre d’un livre de Buell, Writing for an Endangered World (2001), et met ainsi en avant le parti-pris constitutif de l’écocritique, à savoir le militantisme en faveur de l’environnement naturel tant dans la sélection des textes à commenter que dans l’acte du commentaire lui-même. En effet, dans l’introduction à son ouvrage, l’auteure explique la mise-en-dialogue de l’engagement écologique et de la recherche littéraire qui a donné naissance à son texte en comparant celui-ci à un pré où tout est continuité du vivant.

2En quoi les œuvres littéraires peuvent-elles contribuer à la lutte contre les destructions de l’environnement naturel, contre l’écocide annoncé ? Françoise Besson répond à cette interrogation fondamentale de la critique écologique par une confiance sans faille en la puissance de l’écriture comme acte de résistance. Ainsi la confrontation avec les textes littéraires engendrerait, selon ses termes, un état de « conscience éveillée » (« active awareness that can change our behaviours », p.80). Son objectif est donc de démontrer comment les textes peuvent révéler les liens écologiques, liens dans lesquels les lectrices et lecteurs par l’activité de la lecture même sont impliqué.e.s. Selon elle, tous les textes littéraires évoquant la nature nous interrogent écologiquement. Par conséquent, les textes littéraires, fictionnels ou non, de toutes les époques peuvent nous guider sur le chemin de la prise de conscience et peuvent ainsi être lus comme une forme d’action environnementale. De cette approche écologiste du texte littéraire naît l’immense corpus sur lequel s’appuie Ecology and Literatures in English. L’auteur explique par rapport à celui-ci qu’elle préfère à la notion du corpus, trop étroite à son goût, celle du voyage de découverte qui a permis la très grande ouverture de son étude tant géographique (Royaume-Uni, Amérique du Nord, Afrique, Asie, Australie) que générique (roman et nouvelle, récit de voyage, autobiographie, étude anthropologique, théâtre, poésie, littérature de jeunesse, photographie, cinéma …) et même langagière, car Françoise Besson, malgré l’annonce faite dans son titre, ne se cantonne pas au seul monde anglophone incluant aussi des textes en français, espagnol, arabe, kurde et en différentes langues amérindiennes et africaines.

3Rédigée en anglais, l’étude est divisée en cinq grandes parties, dans l’ordre : « Literary genres as Environmental Action », « Landscape Painting Revealing Man’s Relationship With the World », « Animals to Show Man the Way : Nature, Science, and Imagination », « Literature as Resistance ». Comme l’indiquent ces titres, chaque partie confronte une notion empruntée au domaine littéraire ou, plus largement, au domaine des arts (par exemple, genre, paysage, imagination) avec une thématique tirée de l’action environnementale ou de l’écologie politique (par exemple, rapports avec le monde, dévastation, résistance). Cette organisation met ainsi en œuvre le dialogue, annoncé dans l’introduction, entre engagement militant et analyse littéraire. Il est alimenté par les très nombreux documents qui constituent le corpus ou, pour reprendre les termes de l’auteure, par les différentes stations de son voyage de découverte à travers la littérature environnementale, stations qui correspondent à autant de sous-chapitres au sein de chaque partie principale (p.ex. chapitre 9 : « From Beech to Book and Vice Versa : Deforestation and Reforestation or the Weight of Texts » ; chapitre 10 : « Streams of Consciousness : The World’s Water and Literary Warnings » ; chapitre 11 : « The Fantastic to Denounce the Devastation of Lands by the Exploitation of Resources » ; chapitre 12 : « Aboriginal Literature and the Way to Ecological Awareness »). Cet exemple tiré de la troisième partie de l’étude (« Imagination to Denounce Devastation ») suffira pour illustrer le foisonnement du dialogue écocritique orchestré par Françoise Besson. Si de toute évidence le matériau textuel est vaste et extrêmement divers, l’auteure revient cependant tout au long de l’étude à certain.e.s écrivaines et écrivains qui lui servent de bornes : des auteur.e.s canoniques du « nature writing » américain comme John Muir, Aldo Leopold, Rachel Carson ou encore Peter Mathiessen ; des auteur.e.s amérindien.ne.s, notamment Scott Momaday, Linda Hogan, ou encore Tomson Highway (écrivain canadien) ; des scientifiques comme les primatologues Diane Fossey et Jane Goodall et l’anthroplogue Nancy Scheper-Hughes ; des défenseur.e.s militant.e.s de l’environnement et parfois martyr.e.s de leur cause : Chico Mendes, Ken Saro-Wiwa, Wangari Maathai ; et, enfin, des écocritiques comme Scott Slovic et David Abrams. L’inspiration principale de l’approche choisie par Françoise Besson se trouve manifestement chez les auteurs aborigènes de l’Amérique du Nord et de l’Afrique, incarnés par Momaday et Saro-Wiwa, dont la fusion entre culture indigène et militantisme écologique et post-colonial résonne dans nombre de chapitres de son ouvrage (p.ex. chapitre 17 : « Native Languages as Means of Resistance »). C’est ainsi que la lectrice ou le lecteur d’Ecology and Literatures in English, invité.e à accompagner l’auteure dans son voyage de découverte, est assuré.e de ne pas perdre de vue l’objectif principal de l’aventure : « Writing to Save the Planet ».

4Le risque d’un travail sur un corpus aussi vaste était bien sûr celui de se contenter essentiellement de descriptions, mais l’auteure a magistralement réussi à éviter ce danger. Son étude propose, au contraire, des analyses textuelles très détaillées, précises et bien documentées. C’est sans doute la qualité principale de l’ouvrage. Françoise Besson arrive ainsi à montrer comment les choix génériques, la forme et la structure, le style et la rhétorique des textes soutiennent et véhiculent la thématique environnementale. À titre d’exemple, on pourrait mentionner les commentaires sur les listes d’espèces végétales et animales ou des noms de lieu dans les récits de voyage (p.ex John Muir, The Mountains of California, H.J. Mackinder, The First Ascent of Mount Kenya ou William Moorcroft, Travels in the Himalayan Provinces of Hindustan and the Punjab), sur la force de l’affect dans le discours éthologique de Ring of Bright Water de Gavin Maxwell ou Gorillas in the Mist de Diane Fossey, sur le jeu des formes poétiques (sonorités, inventions sémantiques et syntaxiques) chez les écopoètes Forrest Gander et John Kinsella dans Redstart, sur les expériences théâtrales et scénographiques dans les adaptations de tragédies shakespeariennes par des dramaturges amérindiens au Canada (p.ex. Yves Sioui Durand et Jean Frédéric Messier, Hamlet-le-Malécite) ou encore sur la juxtaposition entre récit réaliste et mythe indigène dans les romans de Linda Hogan (People of the Whale) ou Scott Momaday (House Made of Dawn). Le corpus d’Ecology et Literatures in English contient également des genres littéraires dont la présence dans un tel ouvrage pourrait surprendre au premier abord mais dont l’interprétation écocritique (« green reading ») justifie très largement l’inclusion. Mentionnons dans ce contexte le roman policier, notamment la série de romans écrite par l’auteur amérindien Tony Hillerman, la littérature pour enfants et jeunes adultes à laquelle Françoise Besson consacre de très belles pages (p.ex. les poèmes qu’elle avait fait écrire à ses élèves en tant que professeure du secondaire), la bande dessinée, et enfin l’essai d’anthropologie, notamment celui de Nancy Scheper-Hughes, Death Without Weeping dont l’auteur.e analyse avec précision les stratégies rhétoriques. Ces quelques exemples, dont la liste pourrait très facilement être prolongée, sont représentatifs de la façon dont Françoise Besson pratique l’écocritique ; en effet, son respect scrupuleux des spécificités littéraires est un reflet du respect pour toutes les formes du vivant qui ont donné naissance aux textes analysés. Elle démontre ainsi comment le travail de l’écriture peut représenter la beauté de certains lieux et les merveilles de la biodiversité mais aussi les destructions de l’environnement naturel ainsi que les effets de ces violences sur les populations, notamment les populations pauvres ou minoritaires du Sud (Afrique, Amérique Latine, Asie) ou parmi les nations premières en Amérique du Nord.

5Si de toute évidence l’étude de Françoise Besson montre toute la richesse du dialogue écocritique entre littérature et militantisme, elle soulève également certaines questions qui depuis ses débuts au milieu des années ’90 du siècle dernier agitent le mouvement de la critique écologique. Le cadre du présent compte-rendu ne permet que d’en mentionner trois très brièvement. La première concerne le rapprochement entre nature et littérature opéré ici. Pourquoi les textes littéraires seraient-ils plus « proches » de la nature que d’autres types de document ? Pourquoi privilégier l’écriture comme forme de résistance et comment opérer le lien entre l’appréciation littéraire (et personnelle) de la nature et l’action politique (et collective) en faveur de sa préservation ? La deuxième question concerne le concept de la nature dont il est question tout au long de l’ouvrage sans réflexion sur ce que ce concept inclut et implique. Ne s’agit-il pas ici d’une forme d’essentialisme qui en fin de compte gomme toute la richesse et la diversité de l’environnement naturel que l’ouvrage souhaite si ardemment défendre ? Quand Françoise Besson parle à plusieurs reprises de la beauté de la nature menacée par les humains, ne court-elle pas le risque d’un certain antihumanisme ? Enfin, troisièmement, est-ce que l’appel énergique à la responsabilité et à la résistance constitue l’unique tonalité de la littérature environnementale comme le suggère l’écologisme optimiste de l’auteure ? Pourtant, beaucoup de textes présentés dans l’ouvrage semblent portés par une vision profondément élégiaque, c’est-à-dire par le deuil de ce qui a été détruit pour toujours. Ne faudrait-il donc pas aussi tenir compte de l’intense nostalgie dégagée par cette littérature et réfléchir à son éventuel effet sur la lectrice ou le lecteur ? Ne nous enfermerait-elle pas dans une tristesse paralysante plutôt que de nous appeler à l’action ? Si une réponse implicite à ces questions est suggérée dans certains paragraphes de son travail monumental, Françoise Besson pourrait dans ses futures recherches développer des réponses plus explicites, par exemple en prolongeant son analyse de Silent Spring (Rachel Carson) ou de l’œuvre et de la carrière d’un poète comme Gary Snyder.

6Pour conclure, Ecology and Literatures in English correspond à une forme d’écologie profonde qui pense la nature et le texte dans un même mouvement d’émerveillement. « Only the capacity of wonder may lead to respect » (p.xxx), comme le dit l’auteure elle-même. Le résultat de son approche est la première étude écocritique d’une telle ampleur et ambition en France qui enrichit considérablement la réflexion sur les rapports entre littérature et environnement naturel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tom PUGHE, « Françoise Besson, Ecology and Literatures in English. Writing to Save the Planet », E-rea [En ligne], 17.2 | 2020, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 14 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/erea/9419

Haut de page

Auteur

Tom PUGHE

Université d’Orléans

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals