Navigation – Plan du site
1. Le discours rapporté et l’expression de la subjectivité
III/ La subjectivité dans les discours numériques

Reconfigurations des formes canoniques du discours rapporté en milieu numérique : quelques exemples remarquables de discours directs

Laurence ROSIER

Résumés

Cette contribution poursuit la réflexion entamée avec Francis Grossmann (Grossmann et Rosier 2016) concernant plus spécifiquement la reconfiguration des formes de discours rapportés « pré-numériques » à l’ère des technoformes ; elle montre la nécessité d’articuler des descriptions linguistiques « classiques » à des techno-conceptions des formes de DR. Les pratiques socio-numériques s’intègrent à la dimension circulante et messagère des discours qui est en quelque sorte une composante anthropologique de la communication. L’évolution de la pratique du DR comme discours de partage cohabite avec les formes originelles du DR qui se reconfigurent et sont augmentées par les liens hypertextuels à fonctions multiples. Les reprises, les partages, les commentaires polémisent les pratiques mêmes de rapporter/partager. En ce sens, il y a un changement majeur sur l’institutionnalisation et l’autorité de la parole circulante : elle ne va plus de soi, elle est diluée puisque tous les discours peuvent a priori circuler de façon identique, l’énoncé a donc besoin de validation par des remises en circulation qui sont autant de ré-énonciations.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 En analyse du discours, l’identité numérique peut être traitée en termes d’ethos dont on sait qu’av (...)

1Dans cette contribution, je voudrais poursuivre la réflexion entamée avec Francis Grossmann dans notre article de 2016 concernant plus spécifiquement la reconfiguration des formes de discours rapportés (notés DR) « pré-numériques » à l’ère des technoformes ; je souhaite également poursuivre les travaux que Hugues de Chanay et moi-même avons consacrés à l’éthos1 sur Facebook (noté FB) à partir des mises en scène des personnes énonciatives sur le réseau social (de Chanay et Rosier 2016). Le lien entre ces deux lignes de recherche renvoie précisément à celui qui est évoqué par le titre général de l’ouvrage : Discours rapporté et subjectivité.

2Préalable

3Je situe mon propos dans le cadre d’une conception continuiste des formes du discours rapporté numérique. En amont, cette perspective s’ancre notamment dans les travaux de Robert Chartier (2013), historien dont les travaux sur l’histoire du livre, de l’édition et de la lecture intègrent la numérisation dans la thématique plus large de l’évolution des matérialités des textes. À l’ère du Web 2.0, la notion d’œuvre y est largement fragmentée : « (Les) œuvres sont maintenant lues dans un monde où, pour la première fois, les textes peuvent circuler sans être inscrits dans une réalité matérielle qui lui soit propre »2. Les modes et modalités de circulation technologique ou plutôt médiologique3 se situent au cœur du discours rapporté, j’y reviendrai. Plus loin encore, je remonterai à l’aube de mon travail sur le discours rapporté, initié notamment par la lecture de l’ouvrage devenu classique d’Antoine Compagnon, La seconde main ou le travail de la citation, paru en 1979. L’auteur y signalait cette pratique ancestrale, originelle et matérielle des ciseaux et de la colle pour la réappropriation de la parole d’autrui, apparentée aujourd’hui aux technogestes du copier/coller et à la pratique démultipliée de l’intertexte dont le correspondant technologique serait l’hypertexte (Saemmer 2007).

4Je pointerai également les recherches menées depuis des années par le linguiste Michel Marcoccia, l’un des premiers à avoir analysé la communication numérique dans la perspective d’une continuité et renouvellement des genres « en défendant l’hypothèse que les genres numériques sont pour le moment essentiellement dans un rapport de continuité avec des genres préexistants ». Et de poursuivre : « Nous montrerons en quoi les différentes formes de communication numérique peuvent être décrites comme s’inscrivant dans ce que Schaeffer [1989] a appelé, pour la littérature, des « classes généalogiques »4.

5Ce texte, écrit avec Hélène Labbe, date certes de 2005. Dans son ouvrage synthèse de 2016, le chercheur a élargi ses observables : le courrier électronique, le forum de discussion, la liste de diffusion, le tchat, la messagerie instantanée, le SMS (ou texto), le blog, les plateformes de réseaux sociaux. Il analyse l’écriture numérique à l’œuvre dans ces genres « nouveaux et hybrides », caractérisés par une forte polysémioticité et l’hypertextualité. Il détaille également les nouvelles modalités de communication sociale qui créent des communautés de parole présentant un écrit à forte orientation conversationnelle. Ces communications « d’un troisième type » (Maingueneau 2014) ont été nommées clavardage ou conversécriture (Maingueneau 2014) et sont constituées par des énoncés linguistiques et des « postages » (Maingueneau 2014) qui ne participent pas directement à l’échange verbal mais qui représentent sa technoforme et son environnement technologique.

  • 5 Consulter notamment M.A. Paveau (2017), L’analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et (...)

6Les discussions autour de la généricité discursive sont nombreuses : le statut de la notion même de genre appliquée aux écritures numériques (genre digital, technogenre, genres natifs, etc.) selon les interfaces technologiques a été soulevé et creusé par de nombreux chercheur.es5. Si un mail ou un blogue peuvent plutôt facilement être considérés comme des renouvèlements de genres antérieurs stabilisés (le billet, la lettre, le journal intime…), il n’en est pas de même pour des plateformes comme Twitter ou Facebook : ces réseaux sociaux relèvent-ils vraiment de « genres » au vu par exemple de leur complexité énonciative ? Le tweet est-il, autre exemple, un genre du discours politique ou plutôt un hyperénonciateur technologique constitué de sous-genres et de pratiques socio-discursives ?

1. Dispositif énonciatif et réseau social FB : double énonciation et double destination

7Mon approche étant énonciative et médiologique, je m’appuierai sur la définition proposée avec de Chanay (2016), fondée au départ sur les pratiques communicatives du réseau social Facebook :

Le réseau social FB permet des communications dites « distancielles », principalement par voie écrite (linguistique ou non : smileys, photos) dans des publications proches du monologue destiné à la cantonade ou dans des tchats dialogués aux interlocuteurs définis, plus accessoirement en visio-conférence en liaison avec Skype (relevant du « face à face distanciel », Develotte et al. 2011). Quelle que soit la pratique, le principe général est celui de tous les réseaux sociaux : des internautes spatialement isolés partagent un espace de communication. (§ 19)

8Ensuite, du point de vue énonciatif, Facebook se caractérise pour nous (de Chanay et Rosier 2016) par la double destination des messages postés par les usagers, corollaire d’une double énonciation :

La double destination a pour corrélat, côté énonciateur, une sorte de double énonciation en tant que toutes les actions de communication individuelles sont relayées par le réseau qui les « publie » et les effectue implicitement. Le pôle « émetteur », entité homogène dans le schéma canonique de Jakobson, est aussi éclaté que le pôle « récepteur ». Il est structuré en cascade en un système de relais : typiquement, quand un individu X veut dire quelque chose à un autre individu Y, il passe par le médium FB et lui demande plus ou moins explicitement de dire à Y ce qu’il veut lui dire. (§ 33)

2. Discours rapporté et techno-discours rapporté : vers l’éthos et l’éthique

9Ce principe que je qualifierai de « récursif » est le point nodal et central de l’approche que je voudrais proposer de la reconfiguration des formes de DR numériques. J’avais déjà en 2008 énoncé les perspectives offertes par la toile et le Web 2.0 en matière de discours rapporté :

Concernant plus particulièrement le discours d’autrui, on relève de nouvelles pratiques : la citation automatique de messageries électroniques par exemple comme forme particulière de discours rapporté (Marcoccia 2004), les nouvelles relations intertextuelles (liens hypertextes), les modélisations iconiques par des signes iconographiques, smileys et emoticons, élargissent la palette formelle et nécessitent des descriptions spécifiques outre, quelle que soit celle qu’on adopte, le phénomène linguistique présente perpétuellement deux faces qui se correspondent et dont l’une ne vaut que par l’autre. (9)

10Marie-Anne Paveau (2014) a développé une réflexion personnelle et originale sur le « techno discours rapporté » comme forme de discours rapporté native du Web. Elle distingue, selon les principes de remises en circulation dé- ou re-contextualisées :
– le technodiscours rapporté direct intégral ;
– le technodiscours rapporté résumant ;
– le technodiscours rapporté répétant.

11À partir de ce cadrage large proposé par Paveau, je poserai que la technodiscursivité et ses techno-marques peuvent aussi s’appréhender en termes de conformité et renouvellement des usages linguistiques du DR. On gardera dès lors le sens princeps de « rapporter » un énoncé déjà en circulation, l’activité signalante de la distinction d’un discours citant et d’un discours cité, avec sa diversité polysémiotique, tout en sachant que le terme comprend également le sens d’augmenter. Enfin rapporter signifie aussi partager qui correspond à la visée communicative et circulante du discours dans un environnement hypertextualisé. Partager, comme dans Grossmann et Rosier (2018 4647),

désigne l’intention pragmatique et la visée du discours, à dimension argumentative (témoignage, preuve…). Ce partage indique le statut discursivo-social de l’énonciateur.e rapportant à la façon (c’est une hypothèse) d’un marqueur évidentiel qui atteste à la fois de sa légitimité à faire circuler des discours et de sa légitimité en tant qu’énonciateur.e en marquant la manière variée (perception, inférence, indice) dont il a eu accès à la source de ce qu’il/elle diffuse (Dendale et Tasmowski 1994).

12Cette dernière acception insiste sur la validité et la légitimité de l’énonciateur.trice partageur.e et ce faisant, par ricochet, sur l’éthos construit par l’environnement technologique constitué par les posts, les commentaires, les partages, interpellations, hashtags utilisés, dialogues entamés, etc. Il y a bien une construction sociale et publique d’une certaine image de soi numérique. Les discours hypertextuels, rapportés et partagés en font partie, qui constituent nos discours de référence, nos adjuvants argumentatifs, nos positions politiques, éthiques et esthétiques, nos champs de disciplines et de réflexions, nos cadres sociaux de mémoire, etc. L’énonciation et l’éthos sont donc augmentés en territoire numérique, en se trouvant toujours déjà mentionnés en position délocutive (le nom de la page ou du compte mais aussi des posts du type X -nom de l’internaute- « se demande s’il est opportun de continuer à rouler en voiture ») et interlocutive démultipliée selon les communications (post en je, en nous, en tu, en vous, etc.). Pour suivre la réflexion de la médiologue Louise Merzeau (2014), qui décrivait l’identité numérique du/de la chercheur.e :

L’identité numérique de chacun se construit activement, au fil des publications de recherche, des mises en ligne de cours, des réseaux sociaux, des blogs et des plateformes de partage. Elle s’enrichit également des traces laissées sur les sites visités et les moteurs de recherche.

13L’éthos général apporté par la pratique du discours direct a à voir avec le renvoi à une source univoque, fiable, littérale qui souligne une posture de fiabilité énonciative, une légitimité citationnelle, une éthique du discours « neutre et objectif » dans laquelle Dominique Charaudeau (2010) pointait le rôle des formes du DR : « La mise en scène de ce que l’on appelle le discours rapporté devrait également satisfaire à un principe de distance et de neutralité qui oblige le rapporteur journaliste à s’effacer, et dont la marque essentielle est l’emploi des guillemets encadrant le propos rapporté. C’est là encore se soumettre à l’enjeu de crédibilité ».

14La dilution des espaces énonciatifs médiatiques autrefois bien identifiés oblige à constamment, si l’on en a le souci éthique et responsable, vérifier les sources et la fiabilité des liens postés. Et à se soumettre à ce que nous avons appelé la validité évidentielle par la traçabilité et l’accès intégral aux sources rendues disponibles (Grossman et Rosier 2018). Là encore, la construction de l’éthos fiable et responsable est en interaction avec les commentaires de la communauté qui va valider… ou pas la source avec des interventions comme : indication de la date de postage (pour montrer la non actualité de l’information postée) ; disqualification du.de la rédacteur.trice, du média… ; pointage d’un énoncé erroné, d’un biais, … aboutissant parfois à la suppression par l’internaute de son post.

3. Technologies et discours rapporté classique et numérique : les avatars du discours direct

  • 6 L’ethnographie numérique ou virtual ethnography est un champ de recherche socialement vif, soumis à (...)

15Je n’aurai pas la place dans cet article de développer l’ensemble des usages des formes de discours rapporté classique arrimées à des technoformes dans un environnement numérique. J’en pointerai donc certaines qui illustrent le principe d’une variation de formes et de possibilités de récursivité des formes directes et libres sur le réseau social Facebook qui est mon terrain ethnographique6.

3.1 Le Discours rapporté direct : une « intégralité » à degrés variables

16On l’a dit, la structure générale des réseaux sociaux (en l’occurrence pour le présent travail, mon corpus FB mais il contient de facto des posts issus d’autres réseaux, notamment de Twitter) est une structure récursive, de mise en abîme énonciative.

17Le discours direct (DD) est défini comme le fait de rapporter un énoncé de diverses natures polysémiotiques avec une tendance à la (pseudo-)littéralité forte. Les possibilités de remises en circulation donnent lieu à des configurations énonciatives complexes mais qui ne sont pas sans évoquer des formes anciennes de cadrage et de récursivité énonciative.

18En préambule, disons que la médiation de l’écrit d’écran initiale pose une énonciation directe mais qui de facto adopte une forme rapportée : l’icône photo indicielle représente l’énonciateur.trice citant et l’énoncé clavardé est le discours cité. Pour les discours directs rapportés non numériques, on a donc une Énonciation directe versus un Discours direct alors que pour le Web 2.0, on a donc une Énonciation directe toujours et déjà médiée, ce qui rejoint la position générale du discours foncièrement toujours interdiscours : « Plus simplement, on peut, en s'appuyant sur Michel Pêcheux lui-même, le (l’interdiscours) définir en disant que le discours se constitue à partir de discursif déjà-là, que "ça parle" toujours "avant, ailleurs et indépendamment » (Maldidier 2007).

19Bien entendu, dans le cas qui nous occupe ici à savoir le discours direct, le « ça parle » est toujours renvoyé à une origine énonciative, constituée par un lien hypertextuel, ce qui canalise et « visibilise » l’interdiscours. Le principe de circulation des discours que nous avions élaboré dans un contexte non numérique se trouve ici remobilisé autour de la fonction messagère des discours : « (…) c’est la fonction messagère qui prime, le fait d’être propagé, et le discours citant a tendance à disparaître pour que l’énonciation mise en circulation devienne une affirmation » (Rosier 2008 135).

20Le dispositif et sa présentation matérielle mettent au centre le discours qui est cité et partagé, avec l’illustration qui le caractérise et l’internaute peut augmenter sa posture de « citateur.trice » par un commentaire personnel ou non, une citation, plus ou moins longue selon les paramètres techniques, issue du discours qu’il.elle cite/partage (ce qui augmente sa potentielle circulation) : il n’en reste pas moins que par le lien cliquable, le discours citant du réseau est momentanément effacé au profit de la source initiale et du discours cité. Même si la barre d’outils peut rappeler la ré-accessibilité de la page FB , comme on le voit dans la page ouverte ci-dessous : le lien de l’émission sur la place de l’humour a été posté sur le réseau social et est donc immédiatement accessible.

Figure 1 : Capture d’écran Frédéric Beigbeder, émission Répliques, 18 janvier 2020

21L’internaute peut simplement partager un lien, dont apparaît suivant le type, un titre et/ou une image et/ou un extrait de texte, d’article, etc. On a donc la structure : FB (hyperénonciateur) montre (par le design de la page) que INTERNAUTE a rapporté/partagé (et à la suite on peut voir la liste des ami.es qui ont effectué le même technogeste). L’internaute d’ailleurs a le choix entre suivre le fil des partages et se trouver dans une forme récursive (X partage le lien que Y a partagé, lui-même pouvant avoir partagé le lien de Z, etc.) ou retourner au lien initial et le poster à partir de la publication originale. On peut donc supprimer les chaînes d’énonciateur.trices, qui, comme à l’écrit ou à l’oral, alourdissent le dispositif. L’internaute (Edwy Plenel dans ce cas) reprend textuellement la titraille ou le premier paragraphe du lien qu’il republie (ici la titraille de Mediapart), ce qui est un conseil donné par les coachings aux usager.ères pour « booster « leurs publications. La manière dont les discours se rapportent et se partagent sont donc soumis à une stratégie de visibilité (le « design de soi » comme l’appelle le sociologue Dominique Cardon) et une éthique de la source (citer la manière dont on a eu accès à l’information).

Figure 2 : Capture d’écran Edwy Plenel, conflit d’intérêt à la Commission européenne, 2019

22Lorsque l’internaute, comme dans l’exemple ci-dessus, dédouble le texte inaugural de l’article qu’il publie, on pourrait parler de DD en anaphore, puisqu’il y a répétition à l’identique d’un énoncé extrait du texte cité. Cependant, il y a modification typographique et/ou iconique, ce qui est la plupart du temps le cas avec le DD dont les effets de littérarité ou d’hyperréalisme sont généralement marqués pour faire oublier que tout DD est déjà en soi une modification matérielle de l’énoncé/énonciation originale.

23En retournant à l’article et à son chapeau initial, on voit cependant que si la majeure partie du post d’Edwy Pleynel est bien une reprise intégrale du chapeau, la fin de l’énoncé « dont la française Sylvie Goulard » n’est pas formulée de cette façon : « Outre Sylvie Goulard, des ministres, anciens ou en exercice, de Belgique, Hongrie et Roumanie sont concernés ». Est-ce une volonté de mettre l’accent sur la dimension française de ce conflit d’intérêt ?

24En outre enfin, l’internaute lecteur.trice qui clique sur un lien partagé par un.e autre va souvent se trouver devant un texte auquel il.elle n’a pas accès intégralement s’il.elle n’est pas abonné.e. L’accès aux sources se trouve ainsi pris dans une monnaie d’échange à la fois symbolique (être abonné à tel ou tel média donne une facette de l’image de soi) et économique (l’accès à la source intégrale est payante).

25Par ailleurs, certains sites sont spécialisés dans l’archivage ou la collation de citations, qu’il s’agisse de proverbes relevant de « la sagesse des nations » et donc non attribués spécifiquement ou d’extraits de longueur variable d’œuvres de genres divers.

26C’est le cas par exemple du site Babelio, qui répertorie les citations indiquées par les internautes eux-mêmes. On notera d’ailleurs que les indications pour poster une citation mentionne « sans guillemets ni indications d’auteur ou de livre » car c’est le dispositif technologique qui, par la mise en ligne et en forme, indiquera qu’il s’agit d’une citation :

Figure 3 : Capture d’écran sur le site Babelio, 2020

27Ce qui intéresse mon propos ici est le fait que l’acte même d’isoler un extrait comme citation est une pratique accessible à tous et toutes (pour autant qu’on fréquente le site et qu’on s’y soit inscrit.e) et n’est donc pas réservée à des spécialistes lexicographes des dictionnaires de citations. Plus largement, la citation en ligne est légion, des « plus belles citations du moment » aux citations célèbres, répliques cultes, classées par auteur, par thématique, par mot clef…Il y a quelque chose d’un « empire citationnel » sur la toile.

28Nous l’avons dit, l’équilibre entre la visibilité du discours citant et celle du discours cité peut être rompu au profit de l’un ou de l’autre. Voyons-en un exemple.

Figure 4 : Capture d’écran page FB Laure Rosier-Van Oothegem, septembre 2019

29Le post initial est issu d’un autre réseau social public, Twitter : il est donc possible de passer d’un réseau à l’autre par des partages de contenu, via le.la même énonciateur.trice qui dispose de comptes divers ou bien via d’autres. Lorsque je partage ce post, ce n’est pas celui d’Alain Destexhe mais celui du professeur de philosophie et chroniqueur Mathieu Peltier. Comme j’ai choisi de publier le tweet et le commentaire, celui-ci apparaît sous le post cité et mon commentaire apparaît alors comme un discours citant. Le post se trouve donc encadré de commentaires (narquois), qui rapporte fidèlement le techodiscours antérieur mais le commente de façon critique et subjective, notamment en introduisant une faute d’orthographe, à l’instar de l’énoncé cité.

30Ce double cadrage d’un énoncé direct n’était pas en soi une forme inédite et purement native du Web : outre que les surmarquages de discours citant (verbe introducteur + incise + verbe de clôture) étaient courants à l’époque médiévale par exemple, les pratiques du collage commenté, sur format papier ou encore des graffitis annotés, qui relèvent de gloses humoristiques, témoignent de cet usage historique de la parole de l’autre à des fins de critique ou d’amusement.

31On le voit les modalités technologiques permettent des modifications d’accès à l’intégralité et aux sources d’un « énoncé » partagé.

32La question de l’intégralité et de la fidélité à la source ne recouvre pas la totalité des emplois du DD puisque celui-ci peut être utilisé de façon mimétique, avec un potentiel d’authenticité sans pour autant être une citation véridique. C’est ce que j’ai appelé pseudo-discours rapporté (2008).

3.2 Les pseudo-discours rapportés ou les nouvelles prosopopées

  • 7 Je rappelle que la prosopopée désigne une figure de rhétorique par laquelle on fait parler et agir (...)

33Le pseudo-discours direct (PSDD) pourrait aussi être rapproché de la figure de rhétorique prosopopée7, comme une « virtualit[é] polysémiqu[e] de la langue » (Perona 2013). Chaque réseau possède ses logiciels de mise en forme de citations visuelles, comme Instaquote par exemple pour Instagram qui permet de personnaliser ses citations : il y a un marché de la citation, réelle, issue d’œuvres existantes. Mais aussi une manière de présenter ses propres dires comme des paroles d’autrui ou bien, classique, également, de produire de fausses citations à destination ludique et humoristique. Cette citationnalité du dire est adossée à sa viralité (Merzeau 2015). Maintenant, les pseudo-discours rapportés ont-ils été modifiés par leur usage numérique ? La dimension polysémiotique et un usage essentiellement humoristique et critique semblent pouvoir être mis au compte de la dimension technologique mais aussi de la circulation : faire rire la communauté, être partagé de façon multiple, provoquer le buzz avec un montage iconico-langagier sont des pratiques offertes par le Web. Regardons l’exemple qui suit consistant en un post d’un chroniqueur et professeur de philosophie belge :

Figure 5 : Capture d’écran page FB Matthieu Peltier, sans date, 2019

34Ce PSDD est présenté comme une énonciation idiolectale et générique, au sens où l’entend Alain Rabatel (2005) qui articule de façon dialectique l’idiolecte au sociolecte : « l’idiolecte aide à penser les processus de tension singularisante configurés par la dimension sociale du matériau langagier et par le jeu interactionnel, afin de rendre compte de la co-construction interactionnelle des identités et des singularités langagières » (§ 32). Rabatel partait d’une publication sur la toile où, à partir de deux énoncés : Un poulet au bord d’une route. Il la traverse. Question : Pourquoi un poulet a-t-il traversé la route ? des réponses sont formulées de façon humoristique « à la manière de » : d’Aristote (C’est dans la nature du poulet de traverser les routes) à Bill Clinton (JE JURE sur la constitution qu'il ne s'est rien passé entre ce poulet et moi). L’idiolecte est ainsi articulé à la notion d’ethos discursif et interdiscursif : il faut connaître un minimum de citations et de situations historiques pour identifier les énonciations imaginées et pouvoir en rire.

35Le post ci-dessus postule un énonciateur générique « vieux con dans les années 50 » en empruntant une rhétorique utilisée pour critiquer la jeune activiste Greta Thunberg, en la détournant par changement de cible. Le « vieux con des années 50 » qui aurait pu critiquer l’action de Rosa Parks est un écho au « boomer » d’aujourd’hui, ce boomer étant une allusion à la phrase fétiche « OK Boomer »8, symbole d’un immobilisme en matière climatique notamment. Cette phrase a été déclinée en de nombreux mèmes et gifs. Ouvrons une parenthèse : il me semble que les mèmes et les gifs peuvent être rangés dans cette catégorie de PSDD. Les gifs issus de films ou de séries postés pour « mimer » les émotions des internautes montrent en effet une personne qui «s’exprime » corporellement, -avec texte ou non- pour une autre, dont la présence physique est absente, sauf la photo de profil qui donne plus ou moins de consistance à la persona. On peut paraphraser le post d’un gif par : FB (hyperénonciateur) montre que INTERNAUTE montre UNE PERSONA (au sens de personnage réel ou fictif) qui montre une émotion ressentie aussi par INTERNAUTE. On renouvelle donc le PSDD par la monstration d’un.e autre comme soi-même.

36Ce registre parodique, allié à une dimension critique, est abondamment mêlé à l’usage des citations sur la toile et des pseudo-discours directs. Il va l’être aussi dans le cadre de l’emploi de discours direct libre, dont on va aussi se demander si la configuration technologique ne modifie pas sa liberté énonciative.

3.3 Le discours direct libre le reste-il ?

Figure 6 : Capture d’écran page FB Milady Renoir, sans date, 2019

37Ce texte poético-politique est rédigé par une militante et poétesse belge : il n’est pas habituel de considérer des œuvres comme un « discours direct » attribué à une source énonciative spécifique qui serait l’auteur.trice. La présentation numérique, à l’instar d’une didascalie, implique une énonciation directe qui, sans ré-attribution postérieure ou indications typographiques adéquates (guillemets), n’est pas en soi un DD. Cependant, les textes eux-mêmes conservent évidemment des formes de DD et d’interdiscours nécessitant des connaissances culturelles qui sont vérifiables via le Net. À côté de discours narrativisés (Macron rend hommage à Theo Franken, Un couple évoque ses vacances en Guadeloupe), on identifie l’énoncé : « une politique ferme mais humaine » qui est une formule discursive au sens où l’entend Alice Krieg-Planque (2009 7) comme un « ensemble de formulations qui, du fait de leur emploi à un moment donné et dans un espace public donné, cristallisent des enjeux politiques et sociaux que ces expressions contribuent dans le même temps à construire ». Lancée à partir de la politique migratoire par le secrétaire d’État à l’asile et à la migration de l’époque (2014-2018) Théo Francken, la formule se retrouve sous une série d’avatars sur la toile : (par exemple) « Les Libéraux veulent repenser la politique d’asile et d’immigration dans un ensemble cohérent alliant le réalisme, l’humanisme et la fermeté » : https://www.mr.be/​projet/​immigration/​ ; elle a été l’objet de chroniques journalistiques et est apparue comme une réadaptation d’une formule plus ancienne : « ferme mais juste » utilisée dès 1999 notamment en Belgique9. Il s’agit d’un texte qui s’adresse à une communauté sur FB qui partage les mêmes interdiscours et la connivence fonctionne de façon implicite, à l’instar des DDL utilisés pour condamner des positions idéologiques au moyen d’outils énonciatifs (et donc encore « libres » d’être interprétés dans un sens univoque ou non). C’est la mise en relation mémorielle, vérifiable par la relation hypertextuelle, qui va faire de cet énoncé un interdiscours à vocation ironique et critique.

38Du point de vue technologique, la notion de « liberté » (énonciative comme syntaxique) telle qu’elle a été utilisée dans les travaux nombreux sur les formes de DR est en quelque sorte obsolète : nous avons montré que la récursivité était la norme et donc des enchâssements énonciatifs qui cadrent et recadrent sans cesse les discours en circulation. Pour ce qui est de la « liberté » d’interpréter l’énoncé, là encore, on peut penser à une restriction au sens où l’énoncé flottant peut ensuite être attribué grâce au moteur de recherche, celui-ci proposant de façon univoque ou non, individuelle ou collective, etc. un ancrage énonciatif à l’énoncé « flottant » du point de vue interprétatif. Il y a donc là une modification profonde qui s’applique aux formes libres du DR, conçues comme modernes de par leur mouvance attributive, que leur usage dans une nouvelle configuration technologique modifie en profondeur. Par ricochet, tout énoncé de longueur variable est susceptible d’être du déjà dit (ce qui est l’ancrage théorique du dialogisme ou de l’interdiscours), ou plutôt, d’être identifié comme du déjà dit, non seulement par un.e énonciateur.trice légitime, reconnu, validé mais par la ressemblance mimétique avec une énonciation quelconque d’un.e internaute quelconque. Tout énoncé devient activement et visiblement un énoncé d’autrui ou transpersonnel, comme va le montrer l’exemple suivant :

Figure 7 : Capture d’écran page FB Joe Bassin, sans date, 2020

39Examinons, avant de conclure provisoirement, un dernier exemple de DDL mais sous une forme interlocutive cette fois : le post énoncé à la deuxième personne du singulier (ta fille, ton mari, la suite faisant osciller l’interprétation en faveur d’une locutrice, à la fois interlocutive et délocutive). Cet emploi générique d’un pronom singulier a été bien décrit dans des emplois littéraires et oraux (Barbéris 2010). L’effet produit est celui d’une généralisation au détriment d’une collectivité permise par les pronoms on et nous. Dans le cas d’une énonciation numérique, à qui s’adresse ce « tu » et de qui est-il question ? Les posts de Joe Bassin que j’ai étudiés ailleurs sont majoritairement des énonciations dialogiques et dialogales dont le schéma ritualisé les rapproche d’exercices littéraires, stylistiques : il met en scène des idiolectes dialogiques (Rabatel 2005) dont les énonciateur.trices se doivent d’être prototypiques. Sa cartographie classiste imaginaire permet d’interpréter ce « tu » de façon également transpersonnelle, dialogale et dialogique : le pronom figure une énonciatrice socialement identifiée par des traits X (mariée, une femme de ménage, habillée en Zara, elle prend le bus, sa fille se drogue), qui potentiellement peut renvoyer à une internaute-amie FB, démultipliable et s’adresser de même à elles. Pour Barbéris (2010 : 1841), « [i]l est significatif que les énoncés génériques à la 2e personne ne puissent occuper le début d’une conversation. Il faut installer au préalable la relation dialogale » pour ensuite, poursuit-elle, verser dans l’alignement empathique. La mémoire interlocutive et interdiscursive installée sur cette page FB permet pourtant d’entamer de la sorte un post à la seconde personne générique en vertu des routines de genre instaurées par Joe Bassin. Et dès lors, le fil de la page peut être remonté pour retrouver des séquences antérieures similaires, ce qui rejoint dès lors l’hypothèse de Barbéris : « les séquences d’énoncés génériques sont en effet reliées à des scénarios, mais que, de plus, l’énoncé générique est concerné par des phénomènes d’actance » (2010 : 1842). Simplement il suffit de ne pas considérer qu’un post est un énoncé isolé mais en relation encore et toujours avec les posts précédents, que ce soit dans le cas ici précis de l’interprétation générique du « tu » mais plus largement aussi dans la constitution réflexive d’un éthos de la page elle-même.

40Il existe également des emplois de « tu » qui versent à la fois dans l’interlocutif où le « tu » désigne alors une collectivité et non une généralité, avec dans le même texte, des emplois de « tu » générique. Je n’en reproduis ci-dessous que l’énoncé dans sa dimension textuelle pour identifier ces deux fonctionnements interlocutifs : tu nous reproches, tu as envie de parler, tu t’identifies, tu avais harcelé désignent clairement un.e autre interlocuteur.trice, appartenant à une collectivité X (donc un « vous ») alors que t’es grosse…, tu as pris parti, t’as confondu, tu as été pris, tu as défendu désignent des victimes (individuelles ou collectives) de harcèlement, à effet d’empathie avec l’énonciateur.trice du post.

Allez ... "Personne à gauche " ne parle de la jeune fille harcelée ignoblement pour avoir dit que les arabes c'était pas son genre sur les réseaux sociaux. Pasque personne veut attaquer l'islam et défendre le droit au blasphème, blablabla.

Si, en fait, plein de gens à gauche en parlent. A l'extrême-gauche aussi.

Mais nous, on n'en parle pas comme des gros racistes. C'est ça que tu nous reproches , de pas faire tout un développement sur les arabes et musulmans qui ne sont pas notre genre.

Le truc, c'est qu'on n'est pas complètement abrutis comme toi, raciste. On connait les phénomènes de harcèlement , on les vit. Malheureusement, les attaques de haine à trois mille tweets, ça peut être pour n'importe quoi.

Parce que t'es grosse, moche, salope, voilée, pas voilée. Parce que tu as pris parti pour la starlette de télé-réalité A et que l'autre a pris parti pour B.

Parce qu'on t'a confondu avec Xavier Dupont de Lignonnès sur ta photo de profil.

Parce que tu as été pris en photo en train de dormir à ta pause boulot.

Parce que tu as défendu Macron (et oui, aussi...)

Le harcèlement virtuel est devenu un mode de sociabilité.

C'est ballot. Nous, les militants politiques, on pêche ce qui nous arrange là dedans, ce qui fait écho, ce à quoi on peut s'identifier en fonction de nos idées.

Mais en réalité, personne ne soutient l'immense majorité des personnes harcelées. Tu sais ce qu'elles deviennent ?

Elles ferment leurs comptes sur les réseaux sociaux, elles décident d'abandonner cette semi-vie virtuelle. De sortir de la boucle infernale, maximum de like, maximum d'emmerdes sur tous les sujets. Après avoir fait des dépressions, voire même des tentatives de suicide.

Mais toi, t'as envie de parler des musulmans, pas du harcèlement. Tu t'identifies parce que tu les détestes, d'ailleurs tu avais harcelé Mennel, mais là ce n'était pas du harcèlement, déclencher des milliers de tweets sur la tête d'une fille qui chantait. C'était du rapport de forces contre un symbole déshumanisé de tes peurs et de tes haines.

En vrai, ces jeunes filles sont toutes les mêmes. Victimes d'un phénomène universel.

Alors, la gauche, bah elle en parle, la gauche, la vraie. Comme d'un phénomène universel.

Evidemment, ce ne sera pas repris dans Causeur ou dans Marianne, normal, ce sont des journaux de droite.

(Profil FB Nad Iam, à propos de l’Affaire Mila, 2020)

41Ce double jeu énonciatif (comme une adresse dédoublée) existait évidemment avant le Web 2.0 mais la configuration technologique démultiplie les effets interlocutifs en vertu de la scénographie énonciative du réseau FB dans ce cas-ci : de l’énonciation directe, posant un « je » face à un « tu », toujours potentiellement démultiplié soit par collectivité ou par généralisation, au DDL, qui dédouble les possibilités interlocutives par double énonciation et « double » destination.

Conclusions provisoires

42Je n’ai abordé qu’un tout petit aspect du continuum des formes pré-numériques et des technoformes dans le vaste champ du DRapporté/DPartagé mais j’espère avoir montré la nécessité d’articuler des descriptions linguistiques « classiques » à des techno-conceptions des formes de DR. Les pratiques socio-numériques s’intègrent à la dimension circulante et messagère des discours qui est en quelque sorte une composante anthropologique de la communication. La conception orchestrale de la communication sociale telle que pensée par Yves Winkin (1996) par exemple (dans une conception en fait ethnographique de la communication) s’arrime bien à la communication numérique mais en pensant que le chef d’orchestre énonciatif est le réseau social et sa partition son ergonomie technologique.

43Le travail que j’ai effectué depuis plus de vingt ans sur les formes de DR a toujours privilégié une approche en continuum, notamment sur le plan historique et médiologique. Ce sont aussi les perspectives prises par mes travaux plus récents avec Francis Grossmann sur l’évolution de la pratique du DR comme discours de partage, tout en continuant à montrer que les formes originelles du DR subsistent, se reconfigurent et sont augmentées par les liens hypertextuels à fonctions multiples mais également par les reprises, les partages, les commentaires qui en discutent notamment la source, la légitimité ou non de celle-ci, et polémisent les pratiques mêmes de rapporter/partager. En ce sens, il y a un changement majeur sur l’institutionnalisation et l’autorité de la parole circulante : elle ne va plus de soi, elle est diluée puisque tous les discours peuvent a priori circuler de façon identique, l’énoncé a donc besoin de validation par des remises en circulation qui sont autant de ré-énonciations.

Haut de page

Bibliographie

File not found.
Haut de page

Notes

1 En analyse du discours, l’identité numérique peut être traitée en termes d’ethos dont on sait qu’avec le logos il implique un troisième pôle, le pathos. Par ce biais l’identité construite est ipso facto reliée aux émotions de soi-même et des autres. Voir de Chanay et Rosier (2016).

2 http://www.enssib.fr/breves/2013/04/05/lumieres-numeriques-entretien-avec-roger-chartier. Lien obsolète.

3 Je renvoie pour la conception médiologique aux travaux de Louise Merzeau, que nous citons dans notre article avec de Chanay 2016 consultable en ligne. Voici la définition que nous y proposons : « FB relève d’une médiasphère au sens médiologique : en effet le réseau instaure un rapport à l’espace (proximité virtuelle) et au temps (communication et transmission). Cependant il ne se caractérise pas par un média dominant, comme c’est le cas dans la définition classique de la médiologie qui envisage chaque dispositif technique comme caractéristique d’un temps historique, mais par la combinaison de la logosphère, la graphosphère et la vidéosphère qui selon les dispositifs techniques offerts par le réseau se superposent ou se combinent (commentaires, tchats, mails, Skype…) ».

4 http://www.revue-texto.net/Inedits/Labbe-Marcoccia.html.

5 Consulter notamment M.A. Paveau (2017), L’analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques, Paris, Hermann.

6 L’ethnographie numérique ou virtual ethnography est un champ de recherche socialement vif, soumis à des discussions théoriques et méthodologiques. Pour ma part, j’use du terme pour situer la singularité de ma posture de chercheuse pleinement intégrée dans ses observables et les activités numériques que je décris.

7 Je rappelle que la prosopopée désigne une figure de rhétorique par laquelle on fait parler et agir une personne que l'on évoque. La manière de faire parler une personne prend comme forme linguistique celle du discours direct.

8 https://fr.wikipedia.org/wiki/OK_Boomer.

9 https://www.rtbf.be/info/dossier/chroniques/detail_ferme-mais-humain-l-expression-qui-ne-veut-plus-rien-dire-bertand-henne?id=9720425.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Capture d’écran Frédéric Beigbeder, émission Répliques, 18 janvier 2020
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/9742/img-1.png
Fichier image/png, 1,2M
Légende Figure 2 : Capture d’écran Edwy Plenel, conflit d’intérêt à la Commission européenne, 2019
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/9742/img-2.png
Fichier image/png, 1,5M
Légende Figure 3 : Capture d’écran sur le site Babelio, 2020
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/9742/img-3.png
Fichier image/png, 135k
Légende Figure 4 : Capture d’écran page FB Laure Rosier-Van Oothegem, septembre 2019
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/9742/img-4.png
Fichier image/png, 1,2M
Légende Figure 5 : Capture d’écran page FB Matthieu Peltier, sans date, 2019
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/9742/img-5.png
Fichier image/png, 699k
Légende Figure 6 : Capture d’écran page FB Milady Renoir, sans date, 2019
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/9742/img-6.png
Fichier image/png, 617k
Légende Figure 7 : Capture d’écran page FB Joe Bassin, sans date, 2020
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/9742/img-7.png
Fichier image/png, 719k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence ROSIER, « Reconfigurations des formes canoniques du discours rapporté en milieu numérique : quelques exemples remarquables de discours directs », E-rea [En ligne], 17.2 | 2020, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 14 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/erea/9742 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.9742

Haut de page

Auteur

Laurence ROSIER

ULB/Ladisco/Striges
Laurence.Rosier@ulb.be
Laurence Rosier est professeure ordinaire à l’université libre de Bruxelles. Elle y enseigne la linguistique française, l’analyse du discours et la didactique du français langue maternelle. Ses travaux récents portent sur la violence verbale à l’égard des femmes et des formes particulières de la violence augmentée en terrain numérique. Elle poursuit également ses recherches sur les reconfigurations des formes de discours rapporté sur la toile.

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals