Navigation – Plan du site
Recensions

Isabelle Gaudy-Campbell et Céline Horgues (dir.), Linguistique anglaise et oralité : Vers une approche intégrée

Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, 2019, 180 p. ISBN : 978-2-37906-017-5. 16,50 €
Gabor TURCSAN
Référence(s) :

Isabelle Gaudy-Campbell et Céline Horgues (dir.), Linguistique anglaise et oralité : Vers une approche intégrée. Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, 2019, 180 p. ISBN : 978-2-37906-017-5. 16,50 €

Texte intégral

1Linguistique anglaise et oralité : Vers une approche intégrée est un ouvrage collaboratif de 10 chercheurs travaillant sur divers aspects de la grammaire de l’anglais oral plus ou moins spontané. Il s’agit bien de la grammaire de l’oral et non pas de la réalisation phonétique, le centre du questionnement commun reste la relation forme – sens et les régularités sous-jacentes de la construction et de la structuration du sens à l’oral. L’entreprise est audacieuse et représente un certain défi par le sujet d’étude mais également par la forme de présentation choisie, défi qui est admirablement relevé, très probablement grâce à un travail d’édition rigoureux et intelligent.

2Commençons par rappeler que la grammaire de l’oral n’existe pas ou plus précisément, elle reste à écrire. La tradition descriptive grammaticale de l’anglais est vieille de plusieurs siècles voire de plusieurs millénaires si on remonte jusqu’à l’Antiquité avec les prédécesseurs des grammairiens de l’époque moderne. Cette tradition s’intéresse à l’écrit de façon prédominante. L’intérêt pour la grammaire de l’oral est beaucoup plus récent et est lié à l’émergence des paradigmes basés sur l’usage et à l’utilisation des corpus oraux. Cet intérêt est très jeune par rapport à l’histoire de la grammaire et il se mesure en décennies et certainement pas en siècles. Il existe bel et bien des fragments de la grammaire de l’oral mais une synthèse se fait toujours attendre.

3Le monde de la grammaire de l’oral spontané de l’anglais peut paraître déconcertant au non-spécialiste qui se voit obligé de quitter le temple de la grammaire de l’écrit, avec ses fondations imposantes et ses colonnes doriques pour se retrouver dans un endroit qui ressemble plutôt aux écuries d’Augias. Avec un peu de courage et de persévérance dans l’observation, le désordre apparent laisse la place à des régularités fortes à un grammairien attentif. Après tout, le décodage de l’oral spontané est bel et bien un problème de linguiste (et, par ricochet, un problème d’apprenant de L2) car les locuteurs natifs se comprennent sans grande difficulté et n’ont aucun besoin de prendre des cours de grammaire de l’oral.

4Le premier défi est donc de guider le lecteur, avec son bagage conceptuel de la linguistique anglaise de l’écrit, sur ces champs marécageux d’autant plus glissants que l’analyse de l’oral spontané requiert des connaissances non seulement grammaticales, mais par sa nature interactionnelle et situationnelle, pragmatiques et discursives. De surcroît, qui dit oral dit substance phonique : une analyse de la parole spontanée, même avec des corpus transcrits et disponibles sous forme écrite, ne saurait se faire sans une analyse prosodique et parfois même segmentale. La nécessité d’une analyse multi-niveaux est par ailleurs soulignée et démontrée par tous les auteurs, ce qui les différencie, c’est le degré d’inclusion de la morphosyntaxe, de la sémantique discursive, de la pragmatique et de la prosodie. Malgré cette complexité les auteurs parviennent à accompagner judicieusement le lecteur, en partant chaque fois des notions connues de la linguistique anglaise pour enrichir son appareil conceptuel au fur et à mesure que les exemples tirés de parole spontanée le nécessitent.

5Le deuxième défi est lié au nombre relativement élevé des auteurs et à leurs profils variés. En ne regardant que la table des matières, le lecteur a l’impression de tenir dans ses mains des actes de colloque, avec le danger d’y rencontrer un matériel quelque peu désordonné, émietté, avec des points de vue difficilement comparables, faute de cadrage conceptuel commun. La lecture de l’ouvrage prouve tout le contraire : les interventions suivent une ligne logique qui structure l’ouvrage de A à Z. La préface ainsi que la postface sont très réussies et constituent des outils précieux pour accéder à l’ouvrage, alors que l’index peut s’avérer utile pour une lecture ponctuelle.

6Enfin, l’ouvrage se lit également comme un recueil d’hommage à Claude Charreyre, linguiste récemment disparue dont les travaux ont inspiré les collègues s’intéressant à l’oral dès les années 80. Même si elle ne s’est jamais considérée comme « oraliste », Claude Charreyre a toujours insisté sur l’inclusion des marqueurs oraux pour une meilleure compréhension de la construction forme – sens et ce, à une époque où l’écrit régnait sans partage sur la grammaire anglaise. L’hommage traverse ce travail collectif en filigrane, chaque auteur exprimant sa filiation par rapport aux pensées de Claude Charreyre. Cet hommage est d’autant plus réussi qu’il ne transforme pas les chapitres en un recueil d’hommage, l’ouvrage restant parfaitement accessible sans une connaissance des travaux de Claude Charreyre.

7Avant de passer à la présentation synoptique de son contenu, je soulignerais un autre apport important de l’ouvrage, à savoir la variété des matières premières utilisées au fil des analyses. Afin d’aborder la grammaire de l’anglais oral, les auteurs travaillent sur des corpus oraux variés. Nous avons d’une part plusieurs corpus radiophoniques : des entretiens avec Tony Blair (Steven Schaefer), « Start the Week », « Shared Planet », « Midweek » de la BBC (Susan Moore Mauroux, Ruth Huart) ou Aix-Marsec (Sophie Herment). D’autre part, dans un registre plus spontané, il y a des conversations dyadiques avec un college porter de Cambridge (Jean Slamowicz), le Santa Barbara Corpus (Marine Riou) ou le Cambridge Student Corpus (Yann Fuchs) qui est filmé. Certaines analyses requièrent des corpus plus grands comme le ICE-GB contenant 600 000 mots d’oral varié (Sophie Herment). La lecture des chapitres nous ouvre des fenêtres permettant des coup d’oeils vers les usages langagiers divers et variés exprimés dans ces corpus.

8L’ouvrage se divise en trois parties distinctes. La première s’intitule « Linguistique de l’écrit et analyse de l’oral : filiation d’une démarche en linguistique énonciative » et le titre dit tout. Il s’agit de jeter les jalons d’une analyse, certes basée sur l’appareil notionnel de l’écrit, mais adaptée aux spécificités d’un discours oral qui est, par définition, interactionnel et situationnel et les données énonciatives deviennent donc incontournables. La première intervention est celle d’Alain Deschamps « Pour une syntaxe énonciative : l’apport de Claude Charreyre ». A travers les travaux de Claude Charreyre, notamment son Habilitation à Diriger des Recherches « Vers une syntaxe énonciative de l’anglais » l’auteur montre des pistes pour s’affranchir de la grammaire de la phrase traditionnelle : modifier ou fusionner des catégories, donner un rôle structurant aux propositions inter-énoncés et, bien sûr, prendre en compte la prosodie de la parole. Cette introduction générale et historique est suivie par le chapitre « I et le question tag, ou le jeu de l’énonciation : un protocole d’analyse pour le traitement de l’oral », signé par Isabelle Gaudy-Campbell et Mark Gray. Ce chapitre arrive à mettre intelligemment en pratique l’appareil d’analyse sur une question pointue, celle de la portée du question-tag dans les énoncés à la première personne à double propositions comme I know this sentence is too hard for you, don’t I, énoncé qui ne serait grammatical que dans les circonstances très particulières de la présence d’un accent nucléaire sur know.

9La deuxième partie de l’ouvrage, « Structuration et agencement discursif » aborde l’oral par une combinaison de la morphosyntaxe / sémantique avec la prosodie où c’est la morphosyntaxe qui prime alors que la dernière partie « Contribution de la prosodie à la grammaire de l’oral », tout en combinant les deux plans d’analyse, part de la prosodie et va vers la morphosyntaxe / sémantique. Cette deuxième partie comprend quatre interventions. Les deux premières étudient comment le discours oral est ponctué de marqueurs à l’ancrage syntaxique et à la portée variable : I mean est étudié par Jean Slamowicz alors que I think par Steven Schaefer. Ces éléments permettent de structurer et agencer le discours tout en fluctuant le flot de la parole. Les deux analyses sont très rigoureuses sur des données de corpus et aboutissent à un classement exhaustif des valeurs que ces marqueurs sont susceptibles de prendre. Dans la même partie, le chapitre de Yann Fuchs « Quotatifs et performance multimodale : quelques pistes méthodologiques » jette un regard novateur sur des marqueurs émergents go like et be like qui sont apparus récemment et seraient utilisés avec leurs prédécesseurs plus traditionnels I say et I think de façon complémentaire et non pas comme des synonymes, enrichissant ainsi l’inventaire des marqueurs discursifs. L’originalité de ce chapitre est l’utilisation d’un corpus multimodal, donc filmé, où les informations sur le gestuel permettent de répondre à des questions qui demeureraient sans réponse en ne regardant que la morphosyntaxe et la prosodie. Enfin, le chapitre de Marine Riou « Associer les pièces du puzzle : marqueurs verbaux et prosodiques en oral spontané » présente une étude sur les procédés verbaux et / ou prosodiques que les locuteurs ont à leur disposition pour signaler un changement de topique dans des conversations spontanées, basée sur le Santa Barbara Corpus. La notion de la synonymie pragmatique, très intéressante, est au cœur de la discussion : l’existence des formes linguistiques différentes (verbales ou prosodiques) ayant la même fonction interactionnelle.

10La troisième partie, avec une approche plutôt top-to-bottom, rassemble des interventions qui abordent la construction du sens dans le discours oral mais en partant des propriétés prosodiques des énoncés plutôt que des marqueurs syntaxiques spécifiques. Cette section offre un panorama très vaste des phénomènes prosodiques à analyser : Susan Moore-Mauroux « Structurer le discours : le rôle de la prosodie » s’intéresse au pouvoir structurant du rythme (pauses et débit de la parole) pour marquer les changements thématiques, Sophie Herment « L’interface syntaxe/prosodie : réinterprétation en discours oral et approche discursive de la prosodie » démêle les nœuds de la complémentarité ou de la redondance des structures prosodiques et syntaxiques non-neutres en étudiant la réalisation prosodique des diverses structures de focalisations (extrapositions, dislocations à droite, clivées en it, pseudo-clivées et do emphatique) avec des résultats surprenants. Enfin, Ruth Huart « Désaccentuation, composition réduction, cliticisation : un continuum » observe la prosodie de bas niveau, celui du mot, avec des jumelles puissantes : par exemple la dynamique de la cliticisation (la perte d’autonomie prosodique) dans des formes « familières » de l’oral des pseudo-modaux gonna et wanna, dans le marquage du parfait avec shoulda et dans d’autres marqueurs de discours comme kinda et sorta. Au terme d’une analyse rigoureuse et fine, elle démontre que dans la dynamique actuelle du système, la grammaticalisation de ces éléments « familiers » est loin d’être complète : gonna est utilisé avec going to et wanna avec want to, parfois par des mêmes locuteurs dans des mêmes séquences de paroles, mais dans des circonstances énonciatives différentes, permettant ainsi d’exprimer des nuances de sens.

11L’ouvrage Linguistique anglaise et oralité : vers une approche intégrée s’adresse à un public large d’anglicistes, allant des spécialistes de l’oral aux étudiants avancés en quête de matériel de recherche. Toute personne intéressée par les spécificités de l’étude de l’anglais oral trouvera certainement son bonheur. La variété des corpus contemporains utilisés ainsi que l’approche dynamique de la construction de la grammaire font qu’un public sensible aux changements linguistiques en cours appréciera également la lecture de cet ouvrage. Je ne peux que souligner encore une fois le remarquable travail d’édition des éditeurs, Isabelle Gaudy-Campbell et Céline Horgues, qui a certainement assuré la grande homogénéité logique et qualitative de l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabor TURCSAN, « Isabelle Gaudy-Campbell et Céline Horgues (dir.), Linguistique anglaise et oralité : Vers une approche intégrée », E-rea [En ligne], 17.2 | 2020, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 14 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/erea/9881

Haut de page

Auteur

Gabor TURCSAN

Aix-Marseille Université, LPL (UMR 7309), Aix-en-Provence, France

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals