Navigation – Plan du site
1. Le discours rapporté et l’expression de la subjectivité
II/ Les quotatifs comme introducteurs de subjectivité

Quotatifs et ethos interactionnel : quelques fonctions de l’introducteur BE LIKE

Yann FUCHS

Résumés

Depuis l’apparition de deux nouvelles formes en son sein – le verbe GO et, de façon plus remarquable encore, la construction BE LIKE – le système quotatif de l’anglais a fait l’objet de nombreuses études visant à caractériser ces deux nouveaux introducteurs. Dans la mesure où la sémantique pure se révèle peu opérante dans cette entreprise, la plupart des travaux sur la question ont en commun la recherche des fonctions pragmatiques et discursives nouvellement acquises par ces marqueurs. Cependant, bien qu’ils soient encore principalement employés en conversation orale informelle, ils font l’objet de peu de considérations d’ordre réellement interactionnel. Cet article propose d’entamer une réflexion sur les fonctions interactionnelles du quotatif BE LIKE, notamment en tant qu’il intervient dans la construction de l’ethos en interaction. Cette construction se décline ici selon deux modalités : d’une part, l’assertion et le maintien du statut d’émetteur-narrateur au détriment de l’alternance naturelle des tours de parole et, d’autre part, la prise de position intersubjective et l’alignement qui en découle. À la faveur de quelques exemples de conversation réelle, cet article défend la nécessité d’envisager la transmission de contenus pragmatiques au-delà des schémas unilatéraux qui caractérisent parfois l’analyse du discours, dans le cas particulier des quotatifs en interaction.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Où le quotatif, introduisant typiquement un segment au discours direct de façon paratactique, est i (...)
  • 2 Les exemples cités ici sont empruntés à Fuchs (2014 11-12).

1Le système quotatif de l’anglais (« quotatives », Buchstaller & Van Alphen 2012b III) est constitué d’éléments dont la fonction prototypique est d’indexer une énonciation autre sous la forme du discours direct (« Sandra SAID: "I was embarrassed" »1). Il subit depuis moins de quatre décennies une évolution diachronique remarquable. Le paradigme qu’il constitue, alors qu’il est longtemps resté composé de verbes de parole ou de pensée canoniques (notamment SAY et THINK), s’est vu augmenté à la fin du XXe siècle du verbe GO (« she GOES: "oh no!" ») et de la construction BE LIKE (« he WAS LIKE: "oh Paula, that’s despicable" »).2

2Si plusieurs travaux ont entrepris de rendre compte de leurs fonctions depuis leur première attestation (Butters 1980 ; 1982), le consensus actuel repose notamment sur le fait que, lors d’un changement linguistique diachronique, l’émergence de nouveaux éléments dans un groupe établi débouche sur une réallocation fonctionnelle de ses individus. On attribue ainsi aux nouveaux quotatifs certaines fonctions pragmatiques : en plus de l’indexation d’un dire ou d’une pensée (par parallélisme sémantique avec SAY ou THINK), GO et BE LIKE auraient également la faculté de transmettre des contenus implicites, aiguillant l’auditeur dans l’interprétation des énoncés rapportés.

3Cependant, la plupart de ces travaux s’inscrivent dans une pragmatique du discours qui semble, le plus souvent, omettre la dimension réellement interactionnelle de la conversation orale. Alors que les nouveaux quotatifs sont très présents en conversation informelle, il nous apparaît que la vision unilatérale de la communication qui caractérise parfois une certaine pragmatique discursive n’est pas suffisante pour appréhender ces marqueurs dans la variété de leurs emplois.

4Dans le présent article, nous proposons d’entamer une exploration de la responsabilité du quotatif BE LIKE dans la construction de l’ethos interactionnel, selon deux modalités : d’une part, l’assertion et le maintien du statut d’émetteur-narrateur au détriment de l’alternance des tours de parole et, d’autre part, l’assertion d’une prise de position intersubjective (ou « stancetaking », Du Bois 2007 142) et de l’alignement intersubjectif qui en découle. Les données observées sont extraites du Cambridge Student Corpus, un corpus conversationnel dont les caractéristiques sont présentées infra. Nous évoquons d’abord les principales tentatives de caractérisation du marqueur par la pragmatique, avant de défendre la nécessité de l’envisager dans l’économie d’une interaction entière. Nous observons enfin certaines de ses fonctions interactionnelles à la lumière de quelques exemples, dans l’espoir d’apporter un éclairage supplémentaire à l’entreprise de caractérisation de ce paradigme linguistique non encore stabilisé.

1. Hypothèses et données

1.1 De la sémantique à la pragmatique

  • 3 Contrairement à plusieurs travaux antérieurs, cette étude est centrée sur les intentions du locuteu (...)
  • 4 Où « textualité » est à entendre au sens de « fidélité textuelle » à un hypothétique énoncé d'origi (...)
  • 5 Golato (2012) note à ce sujet : « From a conversation analysis perspective, it is irrelevant whethe (...)

5Les premiers travaux de caractérisation des nouveaux quotatifs GO et BE LIKE demeurent fondés sur la distinction sémantique qui associe a priori GO au prototype SAY (Butters 1982) ou à d’autres verbes de dire (« verbs of saying », Schiffrin 1981 58) et BE LIKE au prototype THINK (Butters 1982) ou à d’autres verbes de pensée (« inner monologue », Buchstaller 2001b 5 ; « internal dialogue », Ferrara & Bell 1995 152). Rapidement contestée (Blyth et al. 1990 ; Romaine & Lange 1991 ; Ferrara & Bell 1995 ; Tagliamonte & Hudson 1999), cette hypothèse est réévaluée à plusieurs reprises, notamment au profit d’un emploi de BE LIKE pour l’introduction d’énoncés au discours direct plus vraisemblablement construits dans la situation d’énonciation (Buchstaller 2001b) et de SAY ou GO pour l’indexation d’énoncés réellement rapportés. Cependant, dans l’optique où tout discours qui prend les traits d’un rapport de paroles est nécessairement construit (« constructed dialogue », Tannen 2007 [1989] 111) – et ce quel que soit son degré objectif d’identité avec un énoncé de départ, dont la réalité n’est guère pertinente – BE LIKE s’est également vu attribuer, en vertu de son noyau sémantique d’approximation (Fleischman & Yaguello 2004 ; Andersen 2000 ; Buchstaller 2001a ; Streeck 2002), la fonction de signaler délibérément un degré élevé de transformation d’un hypothétique événement d’origine, qu’il soit réel ou fictif (Fuchs 2014)3. Plus précisément, l’emploi de SAY permettrait de créer délibérément une « impression de textualité4 » (Vincent & Dubois 1997 19), tandis que BE LIKE créerait au contraire un effet d’approximation5 (Fuchs 2014). Cette orientation de nombreux travaux sur le sujet est notamment liée au principe selon lequel les divers processus de grammaticalisation subis par les nouveaux quotatifs impliqueraient nécessairement un glissement depuis un sémantisme référentiel vers des fonctions pragmatiques (« meanings usually shift from what is said to what is meant, not vice versa », Traugott & König 1991 192-193). C’est alors la problématique du signalement pragmatique d’une certaine relation de l’énonciateur à son discours qui devient centrale dans la recherche.

  • 6 Le phénomène est appelé tour à tour « performance » (Ferrara & Bell 1995 265), « demonstration » (C (...)
  • 7 Buchstaller définit la performance comme l’ajout d’éléments non verbaux à la production du discours (...)
  • 8 Les quotatifs GO et THINK étant très peu représentés dans nos données, ils ont été écartés de l’étu (...)

6Dans cette optique, d’autres travaux (Romaine & Lange 1991 ; Ferrara & Bell 1995 ; Streeck 2002 ; Güldemann 2002 ; 2008 ; 2012) font l’hypothèse que BE LIKE (et, dans une moindre mesure, GO) est également particulièrement favorisé pour signaler l’accomplissement d’une performance multimodale, soit « un changement net dans la voix » (Maingueneau 1981 99), « une pause, une variation dans le débit, l’intonation » (ibid.), ainsi que des variations gestuelles, procédé souvent considéré comme une manière d’ajouter de la vivacité (« vividness », Romaine & Lange 1991 267) au discours direct6. Dans les données de Buchstaller (2001b), certes observées uniquement à l’oreille, les nouveaux quotatifs apparaissent en effet comme les plus à même de signaler une performance7. Nous proposons dans Fuchs (2019) un début de méthodologie d’observation objective du phénomène, fondée sur la mesure des variations de la fréquence fondamentale et sur l’observation de différenciations gestuelles saillantes, qui marquent la frontière entre récit et discours direct. La confrontation de ces deux critères à nos données permet de confirmer en partie l’hypothèse de Buchstaller (2001b) : la performance sonore et gestuelle est légèrement majoritaire parmi les énoncés introduits par BE LIKE, tandis que SAY demeure principalement réservé à l'introduction de segments sans variations gestuelles et avec les variations mélodiques les plus faibles8.

  • 9 Par exemple, Tagliamonte & D’Arcy (2004) soutiennent que BE LIKE est plus souvent associé à la prem (...)
  • 10 À titre de comparaison, BE LIKE, qui est certes est largement majoritaire dans les données, n’est q (...)

7Enfin, plusieurs travaux mentionnent une propension des différents quotatifs à démarquer différents rôles dans une interaction rapportée (Blyth et al. 1990 ; Romaine & Lange 1991 ; Tagliamonte & Hudson 1999 ; Tagliamonte & D’Arcy 2004). D’abord centrée sur l’association systématique d’un quotatif à une personne grammaticale9, cette hypothèse s’élargit ensuite à la simple alternance des quotatifs selon les différentes sources énonciatives convoquées dans le récit. Nos données dans Fuchs (2014) confirment que beaucoup de séquences de dialogue rapporté fonctionnent sur le mode d’une alternance stricte des quotatifs en fonction des participants ; nous y défendons que l’émergence de GO et BE LIKE a permis une augmentation de la variabilité du paradigme, permettant désormais aux quotatifs d’accomplir des fonctions de « participant tracking » (Fleischman 1990 81), jusqu’alors attribuées uniquement à l’alternance des temps verbaux (ibid.) dans les récits de parole. Cependant, nos données contiennent également plusieurs séquences dans lesquelles ce procédé paraît entièrement délaissé au profit de la répétition pure et simple d’un seul quotatif tout au long du dialogue. À l’instar de Tannen (1987), nous défendons dans Fuchs (2014) que la répétition – car elle est facultative – constitue alors une stratégie discursive, sélectionnée au détriment de l’alternance malgré le potentiel de variation des quotatifs. Dans la mesure où, dans les interactions rapportées, les quotatifs portent souvent à eux seuls la charge narrative du récit (Labov & Waletzky 1967), nous analysons la répétition du quotatif comme un moyen de resserrer la cohésion discursive lorsqu’elle est menacée par la longueur excessive des séquences ou par divers accidents conversationnels comme les interruptions, les ruptures narratives ou les changements d’orientation du récit. Dans nos données, c’est encore BE LIKE qui apparaît comme le plus favorisé dans cette fonction : il est répété dans cinq fois plus de séquences dialoguées que SAY10.

1.2 De la pragmatique du discours à l’intersubjectivité de l’interaction

  • 11 Douay & Roulland (2008) formulent un reproche similaire aux théories de l’énonciation : « [p]our l’ (...)
  • 12 Notons ici que nous ne contestons aucunement le principe selon lequel tout discours est conçu pour (...)

8Avec BE LIKE, le système quotatif de l’anglais se serait donc trouvé enrichi d’un marqueur à même de véhiculer un grand nombre de contenus pragmatiques ; c’est ce qui pousse la plupart des travaux actuels à faire l’hypothèse que le choix d’un quotatif ou d’un autre correspondrait à une intention discursive visant à transmettre à l’interlocuteur une variété de commentaires implicites sur le discours introduit. Pourtant, beaucoup d’entre eux semblent omettre la dimension interactive du discours lorsqu’il est utilisé dans sa fonction la plus accomplie : la conversation. Quoique les termes « interaction » ou « interactionnel » soient employés à plusieurs reprises dans la littérature récente sur les quotatifs, les études concernées dépassent rarement le schéma selon lequel le message transite d’un émetteur vers un récepteur, soit la « perspective fondamentalement monologale, et [la] conception trop unilatérale de la communication » que reprochait déjà Kerbrat-Orecchioni (1990 10) à une certaine pragmatique du discours11. Or, si BE LIKE permet la transmission de messages pragmatiques en conversation, il est probable que son emploi ne demeure pas cantonné à la seule transmission, soit dans « une problématique de l’amont, et non de l’aval interlocutif » (Douay & Roulland 2008, 11) : il appartient à l’analyste de déterminer son pouvoir d’action et ses conséquences dans la co-construction de l’interaction12. Pour reprendre les termes de Jacques (1979), « l’occurrence des actes de langage en situation interlocutive en fait des interactes de langage, comme elle fait des locuteurs des interlocuteurs, c’est-à-dire des interactants par le discours » (203). Autrement, dit, si BE LIKE se distingue bien par divers choix pragmatiques (signaler la performance multimodale, marquer les participants d’une interaction, voire, contribuer à la cohésion du discours), la question qui demeure est la suivante : quel est l’ultime objectif de ces choix en interaction ?

9Nous formons ici l’hypothèse que plusieurs des fonctions pragmatiques attribuables à BE LIKE interviennent en conversation dans l’entreprise de construction de l’ethos interactionnel. L’ethos discursif cher à Maingueneau (2002) se construit dans et par le discours ; il constitue « ce qui, dans l’énonciation discursive, contribue à émettre une image de l’orateur à destination de l’auditoire » (Declercq 1992 48). Il mobilise tous les outils, verbaux ou non verbaux, dont dispose un locuteur pour « active[r] chez l’interprète » – consciemment ou non – « une certaine représentation de lui-même » (Maingueneau 2002 17). En conversation, cette représentation acquiert un statut multiple du fait que l’interaction suppose la présence réelle de l’interlocuteur. Tout comme une interaction est co-construite (Kerbrat-Orecchioni 1990), « dans un dialogue, l’ethos est co-construit » (Sandré 2014 71). Il y a bien un ethos en interaction, mais il est double : c’est à la fois celui du locuteur et celui de l’interlocuteur et la situation d’interlocution est l’occasion de négociations et d’ajustements constants des modalités d’élaboration de cet ethos au cours de l’interaction. Nous envisageons ici deux de ces modalités qui nous paraissent pertinentes pour l’emploi interactionnel de BE LIKE. D’une part, il interviendrait dans l’assertion du statut du locuteur par rapport au genre discursif, participant ainsi à la négociation pour la conservation de la parole – « to hold the floor » (Labov 1997 6). D’autre part, il tiendrait un rôle dans le positionnement intersubjectif, au sens où il permet une prise de position (« stancetaking », Du Bois 2007 142) par rapport à un objet et un alignement intersubjectif entre locuteurs (ibid.).

1.3 Le Cambridge Student Corpus

10Les données sur lesquelles s’appuie cette étude sont extraites du Cambridge Student Corpus, un corpus conversationnel audio et vidéo constitué entre mars 2010 et mai 2011 en collaboration avec Camille Debras et Eric Mélac. La section destinée à l’étude des quotatifs en interaction orale contient 12 interactions dyadiques semi-guidées entre 24 locuteurs anglophones (15 femmes et 9 hommes), originaires de plusieurs aires géographiques du Royaume-Uni et d’Irlande, âgés de 18 à 32 ans, et tous étudiants à l’université de Cambridge. Chaque paire de locuteurs est caractérisée par un degré important de familiarité et d’habitude conversationnelle.

11Afin de faire apparaître un nombre suffisant de quotatifs, un protocole d’enregistrement a été déterminé a priori, incitant les locuteurs à produire des récits de parole. Tour à tour, les locuteurs tirent d’un chapeau une question à poser à leur interlocuteur, sur le modèle suivant : « as-tu déjà eu affaire à la police ? », « à quand remonte ta dernière dispute ? », « t’es-tu déjà senti très gêné lors d’une conversation ? », etc. Dans le but de minimiser la gêne éventuelle causée par la présence des observateurs et du dispositif, les observateurs ne sont intervenus que très sporadiquement pour orienter les conversations. Une part importante a été laissée à la digression spontanée et les locuteurs ont été très rarement interrompus lorsque la conversation s’éloignait du thème initial proposé.

  • 13 Les 22% restants se répartissent comme suit – zéro quotatif (Ø) : 8,7% ; GO : 4,4% ; THINK : 1,3% ; (...)

12Le corpus a ensuite été transcrit et intégré au logiciel CLAN, dans le but de synchroniser le texte et la vidéo, afin de faciliter les recherches d’occurrences et de pouvoir observer simultanément toutes les modalités de communication. Les exemples intégrés au corps du présent article ont été anonymisés, selon le souhait de certains locuteurs. Afin de faciliter la circulation dans les données, les 12 conversations ont été divisées en 86 sections thématiques. La version finale du corpus compte 457 occurrences de quotatifs (52,6% de BE LIKE contre 25,3% de SAY, tous les autres quotatifs se répartissant le dernier quart13), pour une durée totale de 3h42.

2. Répétition et construction de l’ethos interactionnel

2.1 Ethos d’émetteur-narrateur et négociation pour la parole

13La fréquence élevée des quotatifs dans les récits d’expérience personnelle (« narrative of personal experience », Labov 1997 2), qui deviennent alors « récits de parole » (Vincent 2002 191) ou encore « performed stories » (Wolfson 1981 ; 1982), caractérisés par « l’enchaînement d’énoncés rapportés extraits de conversations tenues antérieurement » (Vincent 2002 191), nous a poussé à orienter le protocole d’enregistrement du corpus en ce sens (cf. supra). Le genre discursif majoritaire de nos données n’est donc pas neutre : il est principalement narratif. Or, « on ne peut séparer l’éthos du genre dans lequel il se révèle » (Sandré 2014 70). Le statut endossé alternativement par nos locuteurs correspond donc à un ethos préétabli, ou « prédiscursif » (Maingueneau 1999 78), d’émetteur-narrateur, avec pour fondement a priori un droit étendu à la parole pendant le temps du récit, tendant à limiter le nombre d’échanges et d’interruptions propres à l’idéal de la conversation spontanée.

14Cependant, il apparaît dans de nombreux cas que cet ethos est régulièrement contesté par l’interlocuteur, malgré l’accord tacite qui est aux fondements du genre : « storytellings require the consent of others in the speech event because they interrupt the normal turn-taking of conversation. A successful storyteller must gain and hold the floor. » (Romaine & Lange 1991 269). Il devient donc nécessaire pour le locuteur, à plusieurs reprises, de réasserter ce statut régulièrement menacé.

15L’irruption du discours direct dans les récits, qui permet à la fois une « atomisation » du récit (Gülich & Quasthoff 1986 223), l’ajout d’une certaine « vivacité » (« vividness », cf. supra) et une tendance à la répétition structurelle, a souvent été identifiée comme une arme supplémentaire pour conserver ce statut de narrateur et justifier la conservation de la parole. Par exemple, alors que les quotatifs, dans les récits de parole, sont souvent les seuls garants de la progression narrative, leur répétition au fil du récit est susceptible de le cimenter. Nous analysons ce procédé dans Fuchs (2014) comme un moyen de resserrer la cohésion discursive ; mais plus encore, comme le signale Tannen (1987), « repetition enables a speaker to produce language in a more efficient, less energy-draining way. It facilitates the production of more language, more fluently » (581). Nous tâchons donc ici, à la lumière de plusieurs exemples, d’analyser la répétition du quotatif BE LIKE comme un moyen potentiel de construire et de maintenir, voire d’imposer, un ethos interactionnel d’émetteur-narrateur.

2.2 BE LIKE : répétition et ethos d’émetteur-narrateur

  • 14 Il s’agit ici de tout type de cas où un même quotatif est répété au moins une fois, y compris dans (...)
  • 15 Où, rappelons-le, le nombre d’occurrences de BE LIKE représente seulement le double des occurrences (...)

16Plus d'un tiers des séquences dialoguées de nos données fonctionne sur le mode de la répétition stricte du même quotatif. Il s'agit très majoritairement de BE LIKE (21 séquences sur 26). On note que 57% des occurrences de BE LIKE sont impliquées dans un processus de répétition, contre seulement 36% des occurrences de SAY. En outre, la proportion respective des deux quotatifs impliqués dans un schéma de répétition (76,4% contre 23,6%)14 est plus largement en faveur de BE LIKE que leur proportion respective dans le corpus15. L'extrait suivant en fournit l'illustration :

*DON: we were walking out of the Tate Modern and lo and behold my mum was like look that's Tom Stoppard

*SIM: hm hm

*DON: and so she she's sort of like she's like Don do you wanna meet Tom Stoppard

*SIM: <rire>

*DON: and I was like who's Tom Stoppard she was like he's the person who's written the play you're in I was like oh ok

CSC 2 (2011), 65. Tom Stoppard & Rory Bremner

  • 16 Pour une discussion sur les critères d’évaluation de la longueur des séquences, voir Fuchs (2014).
  • 17 La notion de racontabilité (Labov & Waletzky 1967 ; Labov 1997) implique que toute narration, pour (...)

17Malgré la présence de deux interlocuteurs différents intervenant en alternance dans cette interaction rapportée (« » et « my mum »), le locuteur rapportant ne privilégie pas la fonction de suivi des participants (cf. supra) ; au contraire, toutes les interventions sont introduites par le quotatif BE LIKE. Parmi les 72 séquences dialoguées du corpus, cet extrait fait partie des séquences considérées comme longues, soit composées de plus de 4 interventions16. Il apparaît que, plus les séquences sont longues, plus la répétition d'un seul quotatif est privilégiée au détriment de l'alternance ; nous soutenons dans Fuchs (2014) que la longueur des dialogues rapportés constitue une menace à la cohésion discursive et que la répétition d’un seul quotatif constitue une stratégie discursive visant à renforcer cette cohésion. Nous faisons ici l'hypothèse que cette stratégie vise également à renforcer l’ethos – en partie préétabli – d'émetteur-narrateur dans l'interaction, dans la mesure où la répétition permet au locuteur de conserver la parole jusqu'à l’« événement de degré racontabilité maximal17 » (Vincent 1996 30), à savoir la chute comique intervenant ici dans le dernier tour de parole. Cette fonction de la répétition est, du reste, identifiée par Tannen (1987) sous l’expression « getting or keeping the floor » (583).

18L'extrait suivant illustre l’évolution de cette négociation pour la parole, à travers les interventions successives de l'interlocuteur, lors de la répétition du quotatif BE LIKE sur une période particulièrement longue :

*LIN: um once I was going through security and uh I was going to a wedding in the Czech Republic and like my friend or my viola teacher who is friends with the person whose wedding we were going to had like she was like oh I can't make it can you give them my wedding present and it was it was a glass bowl and it was kind of like um you know bowl shaped and kind of fluted round the edges and they gave me some really weird looks going through security and they were like what's that but we took it out and it was fine um

*BRI: it doesn't sound that weird a thing to have in your luggage does it

*LIN: no um but then once once as well I was going through the airport in Norway and I'd completely forgotten about um the fact that I had a carton of juice there and it was like I was like well can I at least drink the juice rather than throwing it away and they were like yes but you'll have to go back out through security before you drink the juice

*BRI: yeah

*LIN: and then you can come back and a friend of mine's schoolteacher so it's slightly convoluted but apparently once she was travelling with like a normal handbag and she went through um like Amsterdam airport security and it beeped and they were like you must have something on you that's like you know a metal object and she was like I can't um like this bag literally just got my diary in and um they were like well you must have something and so they like made her take off her shoes and go through take off her belt everything

*BRI: hm hm

*LIN: well not everything but like and then they kept checking and it turned out that um a tiny pen-knife which she'd lost about ten twenty years ago had slipped through the lining and apparently she'd been travelling all over the world with it for the past like

*BRI: uh

CSC 2 (2011), 45. Czech, Norwegian & Australian airports

19Dans cet extrait, l’ethos prédiscursif conditionné par le protocole d’enregistrement du corpus est en partie détourné. Le premier récit de LIN répond d’abord à la question : « have you ever had any problems with the customs officers in an airport? » En général, le locuteur ayant d’abord pris la parole était alors invité à la céder ensuite à son interlocuteur en lui retournant la question. Ici cependant, LIN choisit de se lancer dans un second récit sur le même thème, puis dans un troisième, et monopolise ainsi la parole de façon assez remarquable pour rapporter trois séquences dialoguées successives. Il est possible dans un premier temps d’analyser la répétition de BE LIKE comme un moyen de maintenir la continuité thématique d’une séquence à l'autre (Fuchs 2014).

20L’observation des réactions successives de l’interlocuteur BRI apporte néanmoins un éclairage supplémentaire. En effet, alors que LIN achève son premier récit, BRI prend la parole pour un commentaire qui semble indiquer un désir de revenir au fonctionnement prototypique de la conversation en termes d’alternance des tours (« it doesn't sound that weird a thing to have in your luggage does it »). LIN, quant à elle, paraît refuser sa proposition, en confirmant certes par un bref « no » – certes appelé par le tag « does it » – mais en confisquant immédiatement la parole au moyen d'un filler (« um ») suivi de « but », pour enchaîner sur un second récit complet. À l’issue de ce second récit, BRI intervient à nouveau, mais cette fois uniquement par l’intermédiaire d’un élément de « back channel » (Tannen 1987 583), « yeah », qui ratifie le statut d’émetteur quasi monologal imposé par LIN. Pour finir, après un troisième récit, BRI se contente de sons non verbaux (« hm hm » puis « uh »), qui semblent indiquer qu’il a définitivement capitulé. Il apparaît ici que la répétition du quotatif, alors même que l’utilisation du discours direct en soi permet d’augmenter la racontabilité du récit, constitue pour LIN un moyen de s’assurer ce statut – ou de maintenir cet ethos malgré la longueur de son intervention.

21Dans l’extrait suivant, la locutrice AOI a recours au même procédé afin de réasserter son statut de narratrice. Son récit commence par l’évocation de sa récente rupture avec son compagnon (« I just broke up with my boyfriend »), puis détaille l’événement :

*AOI: […] I rang him on Saturday afternoon and I was kinda like this just isn't working it's too difficult and we're like on different pages and he and he kinda started off being really kinda like fine about it he was like ok cool and that k- it was a really

*GAB: yeah

[…]

*AOI: but you put them down in like order of preference so my first was actually Gonville and Caius

*GAB: the boy from my school is going there

*AOI: oh really

*GAB: yeah

*AOI: <inaudible> he got in

*GAB: <rire>

*AOI: but um yeah he completely flipped and started being incredibly rude so I just sat there and was like right he's just angry I'm just gonna take it and just sat <inaudible> on the phone and didn't say anything and didn't talk back and was just like [...]

CSC 1 (2010), 12. Breaking up over the phone

22La longueur de cette interaction nous force à abréger la partie médiane de ce récit ([…]), qui comprend la suite de l’interaction rapportée entre les participants « I » et « he », suivie d'un échange de 13 tours de parole entre les interlocutrices ; cet échange est caractérisé par de brèves marques d'adhésion de GAB (« yeah » ; « yeah » ; « oh yeah ok » ; « oh really »), ce qui indique que AOI conserve son statut d’émettrice principale malgré le retour à une apparente alternance des tours.

  • 18 Le dernier passage du récit a lui aussi été tronqué ([...]) dans la version représentée dans cet ar (...)

23La suite de l’interaction est représentée ici avant la première réelle intervention de GAB, dans laquelle elle profite de la mention d’un college universitaire par AOI (« Gonville and Caius ») pour entamer un nouveau sujet qui la concerne plus directement (« the boy from my school »). L’ethos de narratrice construit par AOI se trouve alors menacé et elle ne tarde pas à reprendre son récit à l’aide des mêmes marqueurs que la locutrice LIN dans l’extrait précédent (« but um »). Suit alors une nouvelle phase quasi monologale où AOI impose à nouveau son statut de narratrice, à grand renfort de discours direct – on dénombre 5 nouvelles interventions rapportées jusqu'à la fin du récit18 – en répétant systématiquement le quotatif BE LIKE, utilisé depuis le début de la séquence.

24Enfin, d’autres séquences dialoguées dites « mixtes » (Fuchs 2014 182), sont caractérisées par l’usage à la fois de l'alternance des quotatifs et de la répétition d'un même quotatif sur plusieurs échanges. C’est le cas dans l’extrait ci-dessous, où le locuteur JOE répète d’abord le même quotatif à plusieurs reprises (« I was like » ; « Jenny was like » ; « she was like »), avant d’imbriquer dans ce premier dialogue une autre séquence dialoguée, partiellement reproduite ci-dessous :

* JOE : that’s what she said to Gwen before like it was always like back-handed compliments like when she said to her one one day she said to her Gwen don’t worry someday someone someone will love you

*AMY: hh

*JOE: because you’re not unattractive

*AMY: that is

*JOE: that’s what she said to her and Gwen was like thanks Anna

*AMY: <rire>

*JOE: one day one day

CSC2 (2011), 52. Back-handed compliments

25Cette seconde interaction, qui fait intervenir deux nouvelles sources (Gwen et Anna), fonctionne soudain sur le mode de l’alternance et du suivi des participants (« she said » / « Gwen was like »). La multiplication des intervenants peut expliquer ce changement de stratégie, de même qu’un potentiel désir de marquer la séparation entre l’interaction d’origine et cette interaction imbriquée.

26La suite de la conversation entre JOE et AMY se poursuit alors par une série d’interventions de AMY (« do you think she's deliberately trying to be like that » ; « I wonder » ; « we never got Jenny <inaudible> »), qui forcent JOE à lui répondre et rétablissent momentanément l’alternance spontanée des tours de parole. Mais ici encore, JOE tente de poursuivre son récit d’origine à plusieurs reprises, dès lors que AMY lui laisse la parole ; ces tentatives comprennent d'abord une première répétition de BE LIKE (« Jenny was like um »), dernier quotatif utilisé jusque-là (cf. supra). Enfin, il parvient à rétablir définitivement son statut de narrateur quelques tours plus bas :

*JOE: but you need that you’d rather that didn’t but Jenny said that sometimes that’s why I was just like I was just I wanted the earth to open up and just swallow me at that stage I was like oh no oh no

(ibid.)

27Le quotatif BE LIKE est alors répété trois fois jusqu’à la fin du récit, que l’interlocutrice n’interrompt plus que très marginalement.

28Il semble donc que la répétition du quotatif puisse accomplir des fonctions qui dépassent le cadre strictement discursif de la cohésion ou du maintien de la continuité thématique. Alors que BE LIKE est le quotatif le plus souvent employé pour la répétition linéaire, cette répétition paraît intervenir notamment lorsque le locuteur qui endosse momentanément le statut d'émetteur-narrateur voit ce statut menacé par son interlocuteur. Elle contribuerait alors à renforcer l’ethos interactionnel préétabli, en lui permettant de maintenir ce statut (comme en témoignent parfois les réactions de l'interlocuteur) ou de le récupérer lorsqu’il s’est vu brièvement contesté, et ce, même dans des récits qui semblaient privilégier a priori l’alternance des quotatifs pour le suivi des participants.

3. Ethos interactionnel et prise de position intersubjective

3.1 « Stance » et positionnement intersubjectif

29Dans un second temps, nous proposons d’analyser le rôle de BE LIKE dans l’entreprise de prise de position intersubjective. Pour Du Bois (2007), l’utilisation du langage pour prendre position est primordiale : « one of the most important things we do with words is take a stance » (139). Cette prise de position (« stancetaking », Englebretson 2007) quasi permanente implique d’abord l’évaluation d’un objet par un sujet. Cette évaluation (« evaluation » ; « assessment », Du Bois 2007 143), qui peut revêtir plusieurs formes (épistémique ou affective, parmi d’autres), vise à asserter un certain positionnement par rapport à un objet donné. Si l’emploi d’adjectifs évaluatifs ou de prédicats affectifs en constitue le prototype, cette prise de position peut néanmoins demeurer implicite et mettre à contribution diverses stratégies discursives, verbales ou non verbales. L’emploi du discours rapporté n’est pas sans lien avec ces pratiques, dans la mesure où on a pu lui conférer des fonctions argumentatives, comme le signale Golato (2012) : « at times, speakers insert stories, and with them reported discourse, into the interaction in order to support a point they are making. […] [A]n assessment, account or other claim is produced » (Golato 2012 11-12).

30La prise de position est par ailleurs indissociable de la notion d’intersubjectivité. Conformément aux principes de l’interaction verbale, cette prise de position n’est pas à sens unique : elle est à la fois évaluation d’un objet, positionnement subjectif par rapport à cet objet et positionnement intersubjectif par rapport à l’évaluation de cet objet par un autre sujet. Autrement dit, la prise de position interactionnelle fonctionne de manière triangulaire (« the stance triangle », Du Bois 2007 162) dont les trois sommets sont l’objet et les deux sujets qui confrontent leur évaluation de cet objet. Il en résulte deux principes fondamentaux : puisqu’il est intersubjectif et qu’il advient en interaction, ce positionnement intervient souvent en réaction à un positionnement antérieur de l’interlocuteur, respectivement « stance follow » et « stance lead » (Du Bois 2007 161). Tout positionnement qui en suit un autre fonctionne sur le mode de l’alignement (« alignment », ibid. 159). Le positionnement de l’interlocuteur s’aligne alors sur celui du locuteur, selon trois modes possibles : l’alignement convergent, divergent ou ambigu (ibid.). La prise de position intersubjective constitue alors un autre moyen de co-construction des ethos en présence, par l’intermédiaire de l’objet évalué.

31Nous faisons ici l’hypothèse que l’emploi des quotatifs et du discours direct constitue un outil de cette co-construction en interaction, principalement en raison du va-et-vient qu’il permet d’opérer entre, d’une part, l’intersubjectivité propre à la situation d’interaction présente et, d’autre part, celle de la situation narrée – une intersubjectivité a priori « rapportée », mais plus vraisemblablement construite par le locuteur.

3.2 BE LIKE : performance, alternance et « stancetaking »

  • 19 À titre de comparaison, SAY ne représente que 20% des cas de performance élevée, contre 46% des cas (...)

32Dans nos données, 47% des occurrences de BE LIKE correspondent à un degré élevé de performance multimodale – elles combinent d’importantes variations mélodiques à une différenciation gestuelle saillante à la frontière entre récit et discours. Les occurrences qui ne présentent aucune de ces caractéristiques correspondent à 11% du total pour ce quotatif. Par ailleurs, BE LIKE représente 63% des cas de performance élevée (contre seulement 35% des cas de performance faible ou inexistante)19.

33Souvent, l’ajout d’effets de performance au discours direct accompagne un segment a priori représentatif d’un positionnement intersubjectif. Dans certains cas d’auto-représentation, une position antérieure est réitérée au moment de l’énonciation :

  • 20 Les répétitions successives du nom « Bath » dans cet extrait diffèrent phonétiquement et représente (...)

*LIN: Monday or Tues- Tuesday afternoon I think uh because like I was talking about to a friend about what jobs I'd been applying for and I was like um oh well there's one in a tiny town west of London and I'll probably have to live in Bath and my friend said surely it's Bath and I was like what <pause> it's Bath the people there say Bath not Bath20 so you should pronounce it Bath that's the correct pronunciation and I'm like doesn't work like that and we ended up having an argument about this

CSC 2 (2011), 44. It’s Bath, not Bath

34Cet extrait débute par le rapport d’une interaction sur un schéma d’alternance stricte des quotatifs en fonction des participants (« I was like » / « my friend said ») jusqu’à une intervention finale (« doesn’t work like that ») accompagnée d’effets de performance saillants : LIN avance brusquement le buste en écarquillant les yeux et on observe une augmentation de l’intensité et de la hauteur de sa voix. Ce segment représente la prise de position de LIN dans l’interaction rapportée, par opposition au positionnement d’un autre locuteur (« my friend »). Il lui permet, au moment de l’interaction, de construire un certain ethos à l’intention de son interlocuteur présent : elle est celle qui possède la connaissance et qui est capable de l’asserter de façon péremptoire. Simultanément à cette construction, elle se repositionne hic et nunc par rapport à la position de l’interlocuteur rapporté. Il en résulte un alignement convergent implicite de son interlocuteur au moment présent, qui se range de son côté :

*BRI: I actually I I have that argument with Danny about once a week cos he's got quite the southern accent so it's li- every now and then I'll say grass or something

(ibid.)

35Il est possible que l’accomplissement d’une performance sur le segment final augmente la valeur d’autorité de ce positionnement et incite l’interlocuteur de LIN à ratifier – ou du moins à ne pas contester – l’ethos ainsi construit.

36Il arrive encore plus souvent que la performance multimodale ait pour objectif une représentation délibérément orientée d’un interlocuteur rapporté, afin de se positionner par contraste avec cette représentation. Dans l’extrait ci-dessous, le locuteur CHR entame le récit de l’incendie d’un drapeau britannique dans la cour de sa résidence :

*CHR: there was a there was a flag was a flag was burnt in X yesterday a union a union flag um so someone had um

*ALI: that's not very nice

*CHR: one of my friends actually had taken it down from the the wall of the bar and taken it outside

*ALI: that is someone else's property

*CHR: sorry

CSC 2 (2011), 71. Burning the flag (part 1)

37Le récit (« a flag was burnt in X yesterday ») est immédiatement interrompu par ALI, qui conteste à CHR son statut de narrateur et lui confisque la parole, pour exprimer un positionnement évaluatif explicite (« that’s not very nice »). S’ensuit un long débat sur 50 tours de parole, pendant lequel les deux locuteurs confrontent deux positionnements en campant sur deux arguments opposés : « it’s not very nice to go and burn a flag » (ALI) et « it’s just a piece of fabric » (CHR). Alors que la sollicitation du protocole constituait une incitation directe à prendre position par rapport à un objet (« when was the last time you thought someone was really stupid ? »), ALI anticipe le positionnement de CHR et s’inscrit a priori en opposition radicale à ce positionnement.

38La prise de position de CHR est ensuite implicitement formulée par un passage au discours direct (cette fois-ci introduit par SAY), qui représente avec d’importants effets de performance un discours pourtant transmis à l’origine par e-mail :

*CHR: and then we got this um really arsey e-mail from the ents officer saying like how dare they and it is like an insult to our britishhood and like everything that our nation symbolizes

*ALI: yeah but it's not very nice to go and burn a flag

(ibid.)

39Mis à part le sémantisme de l’adjectif « arsey », CHR se dispense de tout commentaire explicitement évaluatif. Cependant, le segment de discours direct est accompagné de variations mélodiques saillantes et d’une gestuelle outrée et caricaturale. Cette performance, délibérément ajoutée à un segment originellement écrit, a pour objectif de le faire apparaître grotesque et scandaleux et participe à la construction de l’ethos du locuteur ; ce dernier se place par contraste dans la position de l’argumentateur mesuré et réfléchi, qui défend une opinion à laquelle on ne peut qu’adhérer. L’implicite est néanmoins saisi sans difficulté par ALI, qui s’aligne à nouveau de façon radicalement divergente et lui conteste immédiatement cet ethos. La totalité de l’échange est ensuite caractérisée par une absence d’alignement convergent et le débat s’achève sans résolution. Ce n’est que bien plus tard que le thème réapparaît dans la conversation. CHR réitère alors sa prise de position de façon très similaire :

*CHR: certainly not like I mean the the e-mail we got round was saying essentially like this is a crime we need information on this because this is a crime

*ALI: yeah

*CHR: um like it I think that's a bit that's a massive overreaction

CSC 2 (2011), 78. Burning the flag (part 2)

40À nouveau, le segment au discours direct représentatif du même e-mail (« this is a crime we need information on this because this is a crime ») est accompli avec d’importants effets de performance. Par rapport à l’environnement prosodique, l’intensité et la hauteur de voix augmentent ostensiblement et la qualité de voix suggère un ton menaçant ; une gestuelle composée de battement des deux bras, les paumes ouvertes et orientées l’une face à l’autre, est exactement synchronisée avec la production du segment. N’étant pas parvenu à susciter auparavant un alignement convergent chez ALI, CHR fait suivre cette performance d’une prise de position explicite (« I think that’s a massive overreaction »), qui confirme ses intentions interactionnelles.

41Dans d’autres cas enfin, ce type de performance se combine de façon remarquable avec l’alternance des quotatifs et le suivi des participants. Dans l’extrait ci-dessous, le locuteur SVE rapporte une série d’interactions entre deux participants : « I », soit un cas d’auto-représentation, et « he », la représentation d’un interlocuteur avec lequel il affirme avoir souvent le même débat :

*SVE: because he feels that that that's what connects them and and there there's not a lot of logic in his argument um but then when I try to reason with him and try to say but surely um y- you you're creating these feelings they're not they're not just there

*CAT: uh huh

*SVE: you want to you want to buy into it you want to buy into having the sense of that there's some spiritual connection between all of you you just want to have this because uh and then and then he's like no no you don't understand you're not Jewish you wouldn't understand blablabla and so I got a little bit more emotional more emotional and I just said to him look you're doing it the easy way out you're trying to get someone else to make up for you what your role in life is

*CAT: yeah

*SVE: your position in life it's it's like when people buy into emo culture it's when people buy into other things when all of a sudden they want someone else to take care of your personality your opinions everything and and yeah

*CAT: presumably he got quite heated up

*SVE: understandably

*CAT: yeah

*SVE: he was like no you don't understand you don't understand it was like talking to a little child so then I got even just more

*CAT: so you made this poor boy cry did you SVE

*SVE: no I didn't make him cry

CSC 1 (2010), 16. Obsessed with being Jewish

42D’entrée, SVE se construit un ethos correspondant à l’intervenant calme, mesuré et doué de raison (« I try to reason with him »), par opposition à celui de son interlocuteur, qu’il caractérise par l’affect et la passion déraisonnable : « he feels » ; « there’s not a lot of logic in his argument ». Ses propres interventions sont représentées par un discours direct élaboré et argumenté, tandis que celles de son interlocuteur correspondent à la caricature de la répétition stérile et dépourvue d’argumentation (« no no, you don’t understand »). L’opposition systématique entre les deux intervenants est marquée par deux quotatifs différents (SAY pour « I » et BE LIKE pour « he »), ce qui correspond à la fonction de suivi des participants par l’alternance des introducteurs (voir supra). Les deux interventions au discours direct de « he » sont donc introduites par BE LIKE et elles sont accompagnées d’importants effets de performance : au moment de représenter sa voix, SVE passe en voix de tête, avec un saut mélodique considérable entre l’introducteur et le segment introduit (20,2 demi-tons et 22,6 demi-tons). De plus, les deux segments sont accompagnés de différenciations gestuelles saillantes à la frontière entre récit et discours. En revanche, les deux interventions de SVE lui-même sont introduites par SAY et ne présentent pas ces caractéristiques. Il est possible que la combinaison du suivi des participants et de la performance multimodale introduite par BE LIKE permette ainsi à SVE de se positionner par rapport à son interlocuteur dans l’interaction d’origine, tout en prenant simultanément position dans son interaction avec CAT, qui ratifie l’ethos ainsi construit par diverses marques d’adhésion (« uh huh » ; « presumably he got quite heated up » ; « yeah ») avant de s’aligner implicitement de façon convergente (ou au moins « ambiguë », cf. supra) sur la représentation risible de l’interlocuteur de SVE, par la formulation d’un trait d’humour : « so you made this poor boy cry did you SVE ».

43La performance multimodale intervient donc souvent lorsque le locuteur prend position, à la fois par rapport à son interlocuteur originel et face à celui de la situation présente. Elle lui permet alors d’appuyer, à plusieurs niveaux, cette prise de position, qui participe de l’ethos interactionnel construit au fil de l’interaction. Il apparaît ici que les deux quotatifs majoritaires (BE LIKE et SAY) sont compatibles avec cette performance mais nos données témoignent majoritairement d’une affinité particulière de BE LIKE avec ce phénomène.

Conclusion

44Si la plupart des entreprises de caractérisation du quotatif BE LIKE visent, depuis son émergence, à mettre au jour des fonctions pragmatiques et discursives susceptibles de le différencier des quotatifs canoniques, peu d’entre elles proposent d’examiner les phénomènes interactionnels qui pourraient être associés à ses emplois. Nous avons donc fait l’hypothèse que l’utilisation de BE LIKE pouvait constituer un instrument de construction de l’ethos interactionnel, selon différentes modalités.

45Certes, le seul examen des exemples observés dans cet article ne suffit pas à prouver que BE LIKE a nécessairement pour fonctions, tantôt d’imposer et de maintenir un ethos d’émetteur-narrateur, tantôt de construire un positionnement intersubjectif par une représentation contrastive des diverses sources énonciatives convoquées dans le récit, au détriment des autres quotatifs. D’abord, il est presque impossible d’inventorier toutes les marques de construction de l’ethos ; en effet, « un même fait discursif, selon le contexte, peut être interprété ou non comme un marqueur de l’ethos. Il faut donc les analyser au cas par cas, dans un corpus particulier » (Sandré 2014 73), et éviter d’assimiler toute co-occurrence à une évidente corrélation. Ensuite, un examen méticuleux de l’emploi des autres quotatifs dans des conditions similaires – notamment SAY, avec lequel il est le plus fréquemment comparé – sera également nécessaire afin d’étayer nos hypothèses.

46Nous souhaitions néanmoins défendre ici la nécessité de dépasser l’unilatéralité de la transmission pour observer l’intégralité de l’interaction et inclure dans l’analyse les intentions conversationnelles de tous les locuteurs en présence, pour une appréhension la plus exacte possible du phénomène. Jusqu’à présent, plusieurs études ont convergé vers l’attribution à BE LIKE de fonctions telles que le signalement d’un effet d’approximation ou d’une performance multimodale et le maintien – par sa répétition – de la cohésion discursive et de la cohérence thématique ; la comparaison avec les autres quotatifs a permis de dégager des tendances d’emploi en ce sens. Nous espérons avoir montré ici que, si ces tendances se confirment, l’analyse ne pourra se passer d’un questionnement quant au rôle conversationnel de ces stratégies dans la co-construction des ethos en présence dans l’interaction.

Haut de page

Bibliographie

Andersen, Gisle. “The role of the pragmatic marker like in utterance interpretation.” Pragmatic Markers and Sociolinguistic Variation: a relevance-theoretic approach to the language of adolescents, edited by Gisle Andersen and Thorstein Fretheim, Amsterdam and Philadelphia, John Benjamins, 2000, pp. 17‑38.

Blyth, Carl, Sigrid Recktenwald and Jenny Wang. “I’m like ‘say what?!’: a new quotative in American oral narrative.” American Speech, n°. 65, 1990, pp. 215‑227.

Buchstaller, Isabelle. “An alternative view of ‘like’: its grammaticalisation in conversational American English and beyond.” Edinburgh Working Papers in Applied Linguistics, n°. 11, 2001a, pp. 21‑41.

Buchstaller, Isabelle. “He goes and I’m like: the new quotatives revisited.” Paper presented at NWAVE 31, Stanford University, 2001b, N.C.

Buchstaller, Isabelle and Ingrid Van Alphen, editors. Quotatives. Amsterdam and Philadelphia, John Benjamins, 2012a.

Buchstaller, Isabelle and Ingrid Van Alphen. “Preface: introductory remarks on new and old quotatives.” Quotatives, edited by Isabelle Buchstaller and Ingrid Van Alphen, Amsterdam and Philadelphia, John Benjamins, 2012b, pp. XI‑XXX.

Butters, Ronald. “Narrative Go ‘Say.’” American Speech, n°. 55, 1980, pp. 304‑307.

Butters, Ronald. “Editor’s note [on be like ‘think’].” American Speech, n°. 57, 1982, p. 149.

Clark, Herbert H. and Richard J. Gerrig. “Quotations as Demonstrations.” Language, vol. 66, n°. 4, 1990, pp. 764‑805.

Declercq, Gilles. L’Art d’argumenter : Structures rhétoriques et littéraires. Paris, Éditions Universitaires, 1992.

Douay, Catherine et Daniel Roulland. « L’Autre dans la langue : de la co-énonciation à l’interlocution. » L’Autre. Nouvelle édition [en ligne], édité par Janine Dove-Rumé, Michel Naumann et Tri Tran, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 2008, pp. 10‑22.

Du Bois, John. “The Stance Triangle.” Stancetaking in Discourse: Subjectivity, Evaluation, Interaction, edited by Robert Englebretson, Amsterdam, John Benjamins, 2007, pp. 139‑182.

Englebretson, Robert. “Stancetaking in discourse: An introduction.” Stancetaking in Discourse: Subjectivity, Evaluation, Interaction, edited by Robert Englebretson. Amsterdam, John Benjamins, 2007, pp. 1‑25.

Ferrara, Kathleen and Barbara Bell. “Sociolinguistic Variation and Discourse Function of Constructed Dialogue Introducers: the case of be + like.” American Speech, vol. 70, n°. 3, 1995, pp. 265‑290.

Fleischman, Suzanne. Tense and Narrativity: From Medieval Performance to Modern Fiction. Austin, University of Texas Press, 1990.

Fleischman, Suzanne and Marina Yaguello. “Discourse Markers across Languages: evidence from English and French.” Discourse Across Languages and Cultures, edited by Carol Lynn Moder and Aida Martinovizic, Amsterdam and Philadelphia, John Benjamins, 2004, pp. 129‑148.

Fuchs, Yann. Les Quotatifs en interaction en anglais contemporain. Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2014.

Fuchs, Yann. « Quotatifs et performance multimodale : quelques pistes méthodologiques ». Linguistique anglaise et oralité : vers une approche intégrée, édité par Isabelle Gaudy-Campbell et Céline Horgues, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2019.

Golato, Andrea. “Impersonal quotation and hypothetical discourse.” Quotatives, edited by Isabelle Buchstaller and Ingrid Van Alphen, Amsterdam and Philadelphia, John Benjamins, 2012, pp. 3‑36.

Güldemann, Tom. “When ‘say’ is not say: the functional versatility of the Bantu quotative marker ti with special reference to Shona.” Reporting Discourse: a meeting ground for different linguistic domains. Typological studies in language 5, edited by Tom Güldemann and Manfred Van Roncador, Amsterdam and Philadelphia, John Benjamins, 2002, pp. 253‑287.

Güldemann, Tom. Quotative Indexes in African Languages: a Synchronic and Diachronic Survey. Empirical Approaches to Language Typology 34. Berlin, Mouton de Gruyter, 2008.

Güldemann, Tom. “Thetic speaker-instanciating quotative indexes as a cross-linguistic type.” Quotatives, edited by Isabelle Buchstaller and Ingrid Van Alphen, Amsterdam and Philadelphia, John Benjamins, 2012, pp. 117‑142.

Gülich, Elisabeth and Uta Quasthoff. “Story-telling in conversation: cognitive and interactive aspects.” Poetics, n°. 15, 1986, pp. 217‑241.

Jacques, Francis. Dialogiques. Recherches logiques sur le dialogue. Paris, PUF, 1979.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine. Les Interactions verbales (tome I). Paris, Armand Colin, 1990.

Labov, William. “Some further steps in narrative analysis.” Journal of Narrative and Life History, special issue, 1997, pp. 1‑13.

Labov, William and Joshua Waletzky. “Narrative analysis: oral versions of personal experience.” Essays on the verbal and visual arts, edited by June Helm, Proceedings of the 1966 Annual Spring Meeting of the American Ethnological Society, Seattle and London, University of Washington Press, 1967, pp. 12‑44.

Maingueneau, Dominique. « Éthos, scénographie, incorporation ». Images de soi dans le discours. La construction de l’éthos, édité par Ruth Amossy, Lausanne, Delachaux et Niestlé, 1999, pp. 75‑102.

Maingueneau, Dominique. Approche de l’énonciation en linguistique française. Paris, Hachette, 1981.

Maingueneau, Dominique. « Problèmes d’éthos ». Pratiques, n°. 113‑114, 2002, pp. 55‑68.

Romaine, Suzanne and Deborah Lange. “The use of like as a marker of reported speech and thought: a case of grammaticalization in progress.” American Speech, n°. 66, 1991, pp. 227‑279.

Sandré, Marion. « Éthos et interaction : analyse du débat politique Hollande-Sarkozy. » Langage et Société, vol. 149, n°. 3, 2014, pp. 69‑84.

Schiffrin, Deborah. “Tense variation in narrative.” Linguistic Society of America, vol. 57, n°. 1, 1981, pp. 45‑62.

Streeck, Jürgen. “Grammar, Words, and Embodied Meanings: on the uses and evolution of so and like.” Journal of Communication, vol. 52, n°. 3, 2002, pp. 581‑596.

Tagliamonte, Sali and Rachel Hudson. “Be like et al. beyond America: the quotative system in British and Canadian youth.” Journal of Sociolinguistics, vol. 3, n°. 2, 1999, pp. 147‑172.

Tagliamonte, Sali and Alexandra D’Arcy. “He’s like / she’s like: the quotative system in Canadian youth.” Journal of Sociolinguistics, vol. 8, n°. 4, 2004, pp. 493‑514.

Tannen, Deborah. “Repetition and Variation: towards a poetics of talk.” Language, n°. 63, 1987, pp. 574‑606.

Tannen, Deborah. Talking Voices: Repetition, Dialogue and Imagery in Conversational Discourse (2nd Edition). Cambridge, Cambridge University Press, [1989] 2007.

Traugott, Elizabeth and Ekkehard König. “The semantics-pragmatics of grammaticalization revisited.” Approaches to Grammaticalization, edited by Elizabeth Traugott and Bernd Heine, Amsterdam and Philadelphia, John Benjamins, 1991, pp. 189‑218.

Vincent, Diane. « La racontabilité du quotidien ». Autour de la Narration, édité par Marty Laforest, Québec, Nuit Blanche Éditeur, 1996.

Vincent, Diane. « Les échanges rapportés et l’atomisation fonctionnelle des actions narratives ». Le discours rapporté. Faits de langue 19, édité par Laurence Rosier, Sophie Marnette et Juan Manuel Lopez Muñoz, Paris, Ophrys, 2002, pp. 191‑200.

Vincent, Diane et Sylvie Dubois. Le discours rapporté au quotidien. Québec, Nuit Blanche Éditeur, 1997.

Wolfson, Nessa. “Tense-switching in narrative.” Language and Society, n°. 14, 1981, pp. 226-231.

Wolfson, Nessa. CHP: The Conversational Historical Present in American English Narrative. Dordrecht, Foris, 1982.

Haut de page

Notes

1 Où le quotatif, introduisant typiquement un segment au discours direct de façon paratactique, est ici figuré en gras.

2 Les exemples cités ici sont empruntés à Fuchs (2014 11-12).

3 Contrairement à plusieurs travaux antérieurs, cette étude est centrée sur les intentions du locuteur, qui est considéré comme souverain dans le choix de signaler un certain degré d’identité ou d’approximation entre un discours qu’il prétend rapporter et la forme qu’il propose pour le représenter au moment de l’énonciation.

4 Où « textualité » est à entendre au sens de « fidélité textuelle » à un hypothétique énoncé d'origine.

5 Golato (2012) note à ce sujet : « From a conversation analysis perspective, it is irrelevant whether direct or indirect quotations are entirely faithful to an original utterance. What matters is that direct quotation is cast in a way as if it had been uttered in this particular way […] In other words, the speakers are doing being faithful » (Golato 2012 6).

6 Le phénomène est appelé tour à tour « performance » (Ferrara & Bell 1995 265), « demonstration » (Clark & Gerrig 1990 769), « dramatic enactment » (Golato 2012 239) ou « mimesis » (Buchstaller 2001b 9).

7 Buchstaller définit la performance comme l’ajout d’éléments non verbaux à la production du discours direct : « voice and sound effects of all sorts, and gestures » (Buchstaller 2001b 13). Notons néanmoins que cette étude fait la part belle à la notion de « mimesis », que nous récusons en partie dans Fuchs (2014).

8 Les quotatifs GO et THINK étant très peu représentés dans nos données, ils ont été écartés de l’étude. Pour une présentation détaillée de ces résultats et une discussion sur les tendances observées, voir Fuchs (2019 104‑109).

9 Par exemple, Tagliamonte & D’Arcy (2004) soutiennent que BE LIKE est plus souvent associé à la première personne et SAY à la troisième.

10 À titre de comparaison, BE LIKE, qui est certes est largement majoritaire dans les données, n’est que deux fois plus fréquent que SAY sur la totalité du corpus.

11 Douay & Roulland (2008) formulent un reproche similaire aux théories de l’énonciation : « [p]our l’énonciation, quand le sujet parlant parle, fondamentalement il énonce. Si la perspective n’est pas exactement monologale, elle demeure foncièrement unilatérale. […] Tout en insistant sur le fait que l’interaction constitue la réalité fondamentale du langage, l’interactionnisme ne franchit pas les limites traditionnelles de la pragmatique. » (11).

12 Notons ici que nous ne contestons aucunement le principe selon lequel tout discours est conçu pour être reçu et qu’une intention pragmatique est intrinsèquement dirigée. Cependant, cette conception ne suffit pas à caractériser l’objet linguistique unique qu’est l’interaction, dont le trait essentiel est la co-construction, qui repose entre autres sur la gestion conjointe des statuts d’émetteur et de récepteur par les participants en présence.

13 Les 22% restants se répartissent comme suit – zéro quotatif (Ø) : 8,7% ; GO : 4,4% ; THINK : 1,3% ; autres : 7,6% (la catégorie « autres » regroupe les quotatifs et/ou constructions quotatives rares, dont la plupart n’apparaissent qu’une fois dans les données).

14 Il s’agit ici de tout type de cas où un même quotatif est répété au moins une fois, y compris dans des dialogues rapportés où la répétition d’un seul quotatif n’est pas régulière sur l’intégralité de la séquence.

15 Où, rappelons-le, le nombre d’occurrences de BE LIKE représente seulement le double des occurrences de SAY.

16 Pour une discussion sur les critères d’évaluation de la longueur des séquences, voir Fuchs (2014).

17 La notion de racontabilité (Labov & Waletzky 1967 ; Labov 1997) implique que toute narration, pour prétendre au statut de récit, doit contenir un ou plusieurs événements qui peuvent être évalués comme exceptionnels et qui justifient, d'un point de vue interactionnel, l'effort de construire toute la trame du récit en question. Par ricochet, la capacité d'un locuteur à conserver la parole momentanément dépend en partie du degré de racontabilité de son récit ; c'est lorsque ce degré est assez satisfaisant que l'interlocuteur ratifie momentanément ce statut.

18 Le dernier passage du récit a lui aussi été tronqué ([...]) dans la version représentée dans cet article, ce qui explique que seuls les deux premiers quotatifs de ce passage soient visibles ici.

19 À titre de comparaison, SAY ne représente que 20% des cas de performance élevée, contre 46% des cas de performance faible ou inexistante. Pour une présentation détaillée de la méthodologie de mesure et de codage, voir Fuchs (2014 ; 2019).

20 Les répétitions successives du nom « Bath » dans cet extrait diffèrent phonétiquement et représentent les divergences d’accents régionaux qui font l’objet du débat entre ces deux interlocuteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann FUCHS, « Quotatifs et ethos interactionnel : quelques fonctions de l’introducteur BE LIKE », E-rea [En ligne], 17.2 | 2020, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 14 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/erea/9902 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.9902

Haut de page

Auteur

Yann FUCHS

Université Paris 13 – Pléiade EA 7338
ympfuchs@gmail.com
Yann Fuchs est maître de conférences en linguistique anglaise depuis 2013 au département d’anglais de l’UFR LLSHS de l’Université Paris 13. Ses intérêts de recherche concernent l’interaction orale, les formes émergentes et l’innovation linguistique, dans une optique principalement conversationnaliste et multimodale. Il est notamment l’auteur de la monographie Les Quotatifs en interaction en anglais contemporain, publiée en 2014, et s’intéresse plus particulièrement aux fonctions discursives, pragmatiques et interactionnelles du discours direct en anglais oral.

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals