Navigation – Plan du site

Préambule

(Des)Équilibre(s) à l’irlandaise : représentations de l’équilibre, équilibre des représentations
Claire Majola-Leblond et Vanina Jobert-Martini

Dans un contexte de ruptures multiples et de conflits majeurs, de construction de murs et de repli des frontières, la détermination d’hommes, de femmes et d’enfants à traverser les mondes déséquilibre impérieusement nos certitudes. L’Irlande, hier comme aujourd’hui terre de migrations, d’invasions et de libérations, voit, au cœur des interrogations du Brexit, les démons d’un passé toujours présent révéler les fragilités et les dissonances des accords. Le désir d’équilibre apparaît comme irrépressible et sa quête souhaitable. C’est la loi de l’homéostasie qui règle le vivant et l’étymologie d’équilibre, (equi-libra ) évoque Thémis, figure de la justice, tenant d’une main la balance et de l’autre le glaive. Alors parfois, loin du consensus, l’équilibre tranche, au risque du déséquilibre. De quelles stratégies narratives, de quels procédés rhétoriques les poètes, nouvellistes, romanciers, dramaturges ou politiques usent-ils pour entraîner leurs interlocuteurs dans cette quête dont l’objet, désirable, est par nature fragile, éphémère, voire illusoire ? Si certains discours visent à promouvoir un équilibre, d’autres prônent la rupture, dénonçant des équilibres factices. L’ambition de ce volume est de faire entrer en résonance perspectives stylistiques et études irlandaises afin d’interroger les stratégies du déséquilibre en jeu dans la (re)définition des modes de l’équilibre et dessiner ainsi les contours d’un funambulisme à l’irlandaise, perpetuum mobile en quête de mots pour se dire.

La première phase de cette réflexion, perpetuum mobile, nous place au cœur d’une oscillation emblématique de l’irlandité, le multiculturalisme.

Clíona Ní Ríordáin nous présente un écrivain aux multiples plumes et aux multiples langues, poète, romancier et traducteur, Ciaran Carson. Inlassable quête d’altérité, son œuvre se déroule vers un équilibre toujours réinventé entre langues et intertextes ; la traduction, entre irlandais, anglais et français s’y révèle trans-création, invention d’une parole libre et singulière, toute entière tendue vers la rencontre, métamorphosant le lecteur en co-créateur.

A l’inverse, c’est à un travail sur les forces du déséquilibre que nous invite Marie Mianowski dans son étude de Solar Bones. Le troisième roman de Mike McCormack est une longue portion de phrase de plus de 200 pages, portée par un narrateur revenu du pays des morts, le 2 novembre 2008, entraînant le lecteur au fil de ses questionnements entre ici et au-delà, imaginaire et réalité, physique et métaphysique. Les modes traditionnels de représentation volent en éclats sur la page alors que se réaffirment la matérialité du mot et l’exigence de responsabilité dans cette Irlande de l’après Tigre Celtique.

Léa Boichard poursuit l’interrogation sur les modes de la représentation dans l’œuvre d’un autre romancier contemporain à la signature stylistique singulière, Roddy Doyle. Smile, publié en 2017 quelque 20 ans après Paddy Clarke Ha Ha avec lequel il entre en résonance tout en s’offrant en contraste, pose la question d’un point d’équilibre complexe entre oralité et littérarité face aux fantômes du passé. La singularité de Smile se révèle « trait d’union de l’œuvre fictionnelle de Doyle puisqu’il relie l’œuvre de Barrytown à la trilogie The Last Roundup […] géographiquement, temporellement, thématiquement et stylistiquement très différente. »

De différences en similitudes, un salto arrière sur le fil du temps nous ramène à l’exubérance verbale d’autres personnages, ceux de J.M. Synge. Claire Majola-Leblond invite à quelques petits jeux anagrammatiques autour des lettres du mot déséquilibre dans The Well of the Saints afin d’y écouter le désir se dire parfois jusqu’au délire dans cette Irlande en quête d’indépendance et d’identité du début du XXème siècle. Au terme d’infinis détours, entre tragique et comique, empathie et cruauté, le choix final de la cécité physique se révèle funambulesque manifeste de discernement et de liberté, flamboyant pied de nez à une communauté mortifère.

En réponse à ce perpetuum mobile de mises en question et d’incertaines certitudes, c’est au difficile (des)équilibre entre stratégies de contournements et de révélations que nous invite la seconde phase de cette étude, les mots sur le fil.

Michel Brunet s’intéresse à l’art de la conversation dans deux nouvelles de William Trevor, « The Mourning » et « Sitting With The Dead », traçant minutieusement les subtils entrelacs entre modes de représentation de la parole et perspectives narratives, fragmentations et cohérences jusqu’à ces points d’équilibre fragile entre dire et silence, empathie et distance, résultant d’élaborations intuitives conjointes entre lecteur et écrivain.

Marion Bourdeau, quant à elle, nous emmène entre Amérique et Irlande dans la section « 1998 – Para Bellum » du roman de Colum McCann, TransAtlantic, durant les dernières semaines des négociations des accords de paix du Vendredi Saint, en compagnie du Sénateur Mitchell. Elle explore un paradoxe majeur, le choix du déséquilibre comme mode de construction d’un équilibre dynamique et inclusif, permettant de conclure, au-delà des oppositions binaires : « There is always room for at least two truths ».

C’est enfin à un retour au réel, en quête de cette vérité complexe même, que nous invite Charlotte Barcat, offrant une véritable coda à cette étude. Elle poursuit une investigation méticuleuse de la manière dont l’enquête Saville (mise en place en 1998 et dont le rapport sera publié 12 ans plus tard, en 2010) se donne pour mission incontournable une présentation impartiale des événements du dimanche 30 janvier 1972, « Bloody Sunday ». Dans le contexte plus large du processus de paix, la perspective, jugée scandaleusement biaisée, du rapport de l’enquête Widgery, rebaptisé « Widgery Whitewash » (et publié seulement 3 mois après les événements), rendait le rééquilibrage indispensable. C’est ainsi que, derrière chaque terme choisi, chaque geste et chaque perspective présentés, se trouvent révélées la force politique de toute parole ainsi que la complexité de l’impartialité et de l’équité dans la quête de ce que Ricœur nomme « politique de la juste mémoire ».

Et puisque c’est en compagnie d’un poète que s’est ouverte cette réflexion sur les formes de l’équilibre, confions à un autre, Seamus Heaney, le soin de la clore sur l’envoi de ce joyeux bricoleur farceur, invitation à la quête impossible d’un insaisissable équilibre :

  • 1 Petit poème intitulé “The Errand” publié en 1996 dans le recueil de HEANEY, The Spirit Level

On you go now! run, son, like the devil
And tell your mother to try
To find me a bubble for the spirit level
And a new knot for this tie
1.

Notes

1 Petit poème intitulé “The Errand” publié en 1996 dans le recueil de HEANEY, The Spirit Level

Haut de page
  • Logo Société de Stylistique Anglaise
  • Logo Société des Anglicistes de l'Enseignement Supérieur
  • OpenEdition Journals