Navigation – Sitemap

éditorial

Diversité linguistique, une réalité aujourd’hui !
Andrée Tabouret-Keller
p. 7-8
Editoriale [it]

Volltext

1Le Furet est une revue trimestrielle des professionnels de la petite enfance. Le titre du numéro 86 (septembre 2017) est Petite enfance et diversité, il est publié sous la direction de Christine Hélot (Université de Strasbourg) et comporte un épais dossier de 39 pages avec une vingtaine de textes informant et discutant des situations actuelles de la diversité linguistique. En quoi, il est proche des préoccupations de notre propre revue qui s’adresse « à toute personne concernée par les problèmes pédagogiques et de société posés par l’éducation plurilingue » (voir notre p. 2 de couverture). Profitons du Furet pour enrichir nos démarches. Et tout d’abord pour préciser notre vocabulaire. Deux grands courants idéologiques ont influencé aux 19ème et 20ème siècles les jugements et la réflexion sur le bilinguisme, j’en présente deux exemples : l’un politique, c’est le traité européen des langues minoritaires ou régionales, l’autre scientifique, ce sont les travaux de psychologie du bilinguisme.

2La Charte européenne des langues minoritaires ou régionale est un traité européen proposé sous l’égide du Conseil de l’Europe et adopté en 1992 par son Assemblée parlementaire : elle est destinée à protéger et à favoriser les langues régionales historiques en tant qu’aspect menacé du patrimoine culturel européen, et à favoriser l’emploi de ces langues dans la vie privée et publique : en 2017, vingt-cinq états l’ont signée et ratifiée et quatorze ne l’ont ni signée, ni ratifiée, la France l’a signée en mai 1999 mais ne l’a toujours pas ratifiée, malgré une promesse de campagne de François Hollande. Selon le recensement de l’enquête « Les langues de France » et de l’enquête « Famille » de l’INSEE (1999), portant uniquement sur les langues de la métropole, l’occitan comprend 1.670.000 locuteurs, les langues d’oïl 1.420.00, l’alsacien 900.000, le breton 680.000. En 2013, il est prévu de doter la France d’une charte nationale, destinée à protéger les droits individuels des locuteurs des langues régionales, chaque enfant devant pouvoir apprendre à lire et écrire dans sa langue maternelle mais le comité consultatif ne l’adopte pas (Rapport du comité consultatif, 2013). Il n’est question ni de bilinguisme, ni de diversité linguistique. L’idéologie politique sous-jacente est celle de l’unité de l’état, généralement qualifiée d’unité nationale (Tabouret-Keller, sous presse).

3L’exemple scientifique est celui de la persistance d’une idée fausse, bien identifiable pendant la période d’une centaine d’années, enjambant les 19ème et 20ème siècles, la nocivité mentale du bilinguisme (Tabouret-Keller 2011).

4L’argument de la nocivité fait autorité : il sera répété sans changement notable, par exemple par Leonard Bloomfield en 1927 ou Edouard Pichon en 1936. L’idéologie sous-jacente n’en est pas moins dominante : les mélanges sont néfastes pour l’homme, de la « solution finale » du régime nazi visant à l’extermination des Juifs aux recettes actuelles de la ségrégation des immigrés.

5Le numéro du Furet sur lequel nous souhaitons attirer l’attention met en lumière la richesse extraordinaire de la diversité linguistique. Si l’on veut bien adopter la distinction mise en œuvre, soulignée par les experts du Conseil de l’Europe, entre multilinguisme et plurilinguisme, selon laquelle le plurilinguisme est un phénomène individuel et le multilinguisme un phénomène social, ce dernier s’avère une donnée incontournable de nos sociétés : les structures de la petite enfance, sont bien souvent multilingues parce qu’elles sont fréquentées par des enfants plurilingues et encadrées par un personnel plurilingue. Dès lors, comment inclure dès la petite enfance des formes d’hospitalité langagière et d’ouverture aux cultures autres ? ce numéro du Furet est riche de nombreux exemples qui illustrent que l’interaction langagière est cruciale, elle peut se dérouler dans une, deux ou plusieurs langues : un petit garçon franco-italien parle alsacien avec sa grand-mère, un enfant turc dans un école maternelle en Alsace. L’accueil de parents plurilingues en maternelle offre une ressource qui fait toute la différence : les enfants ne sont plus silencieux et acquièrent d’autant mieux la langue scolaire. Peu à peu, les pratiques évoluent, les chercheurs font connaître leurs travaux et l’on comprend mieux pourquoi et comment il faut lutter contre les inégalités envers les langues et les locuteurs. S’il est vrai qu’aujourd’hui un grand nombre de langues disparaissent, le moyen le plus sûr de ralentir cette évolution, c’est de les transmettre à nos enfants. Nos enfants et nos petits-enfants sont tous de petits polyglottes en herbe, quelles que soient les langues que nous leur parlons. « Alors, conclut Le Furet, ne les privons pas de cette richesse extraordinaire ! ». Avec quoi nous sommes d’accord, cherchons aussi à en témoigner.

Seitenanfang

Bibliografie

Tabouret-Keller A. Sous presse. The term « minority » in default : the European Charter for Regional or Minority Languages, the case of France and that of Alsace, Multilingua.

Tabouret-Keller A. 2011. Le bilinguisme en procès (1840-1940), Limoges, Lambert-Lucas

Seitenanfang

Zitierempfehlung

Papierversionen:

Andrée Tabouret-Keller, « éditorial », Éducation et sociétés plurilingues, 43 | 2017, 7-8.

Online-Version

Andrée Tabouret-Keller, « éditorial », Éducation et sociétés plurilingues [Online], 43 | 2017, Online erschienen am: 01 Februar 2019, besucht am 14 November 2019. URL : http://journals.openedition.org/esp/1287

Seitenanfang

Autor

Andrée Tabouret-Keller

Université de Strasbourg

Weitere Artikel des Autors

Seitenanfang

Urheberrechte

© CIEBP

Seitenanfang
  • Logo CIEBP (Centre d'Information sur l'Education Bilingue et Plurilingue)
  • OpenEdition Journals