Navigation – Plan du site
Val d’Aoste

Les Sacs d’histoires : mode d’emploi

Gabriella Vernetto
p. 19-31

Résumés

Following a Comenius Regio European partnership set up in collaboration with the Montpellier school authorities, the Story Bags were experimented in the Aosta Valley as of 2011 and remain constantly in use in the schools of the Region, mainly at the kindergarden and elementary school levels. The article updates the ways they are applied in the classes, as part of the promotion of linguistic and cultural diversity and children’s home languages, stipulated in the new reform of the Region’s bi-plurilingual system.

Haut de page

Texte intégral

1L’école est confrontée à un contexte social multilingue et se voit de plus en plus obligée de prendre en compte la diversité des langues et des cultures présentes dans l’environnement de la classe. Ceci est d’autant plus vrai dans le contexte scolaire multilingue valdôtain qui est sensibilisé depuis longtemps au respect et à la valorisation du bagage linguistique familial de l’enfant, en considération de la vitalité des langues régionales dans la société italienne. Dans ce contexte, il est apparu prioritaire de chercher à favoriser l’ouverture aux langues et aux cultures, non seulement à celles que l’école a la vocation d’enseigner, mais aussi à celles de l’environnement familial et social des enfants. Le choix de promouvoir une éducation au plurilinguisme a motivé la recherche de méthodologies et de supports qui permettent de s’appuyer sur les compétences linguistiques des élèves pour les amener à découvrir le fonctionnement des autres langues et à développer des stratégies d’apprentissage.

2Cet article se propose de faire le point sur le dispositif Sacs d’histoires utilisé dans les classes de l’école de l’enfance et élémentaire de la Vallée d’Aoste, dans le cadre d’activités de promotion de la diversité linguistique et culturelle et de valorisation des langues familiales des enfants.

Les Sacs d’histoires : les raisons du choix

3Les orientations nationales italiennes de 2012 ont mis l’accent sur l’importance d’une approche plurilingue et interculturelle, à compter de l’école de l’enfance, qui permette à l’enfant de développer son identité en contact avec l’altérité et qui favorise la réussite scolaire de tous les élèves :

All’alfabetizzazione culturale e sociale concorre in via prioritaria l’educazione plurilingue e interculturale. La lingua materna, la lingua di scolarizzazione e le lingue europee, in quanto lingue dell’educazione, contribuiscono infatti a promuovere i diritti del soggetto al pieno sviluppo della propria identità nel contatto con l’alterità linguistica e culturale. L’educazione plurilingue e interculturale rappresenta una risorsa funzionale alla valorizzazione delle diversità e al successo scolastico di tutti e di ognuno ed è presupposto per l’inclusione sociale e per la partecipazione democratica. (MIUR 2012 : 32)

4La réforme du système bi-plurilingue valdôtain de 2016 (Grosso 2017) a repris ces principes et les a adaptés au contexte local en introduisant la pratique des approches plurielles, et notamment de l’éveil aux langues, à partir de l’école de l’enfance. L’éveil aux langues et aux cultures, en effet, se propose de susciter des attitudes positives envers d’autres systèmes linguistiques, de valoriser l’idiome d’origine des élèves et d’ouvrir l’horizon de l’ensemble des apprenants à d’autres langues et cultures.

5Le projet Sacs d’histoires, « Des contes dans nos langues », lancé en 2011 en Vallée d’Aoste, s’intègre dans cette perspective, la soutient et y engage les familles, car ce dispositif favorise l’implication des parents dans la transmission des langues familiales, et ce grâce à la prise en compte et à la reconnaissance de la/des langue(s) parlée(s) à la maison.

Les Sacs d’histoires : origine et évolution

6Né en 1997 en Angleterre, en tant que support pour mieux apprendre l’anglais1, le dispositif Sacs d’histoires a évolué au Québec où il a pris une dimension bi-plurilingue d’ouverture et de valorisation des langues des élèves allophones. C’est en Suisse, en 2007, que cet outil est arrivé en Europe. Le concept s’est alors doté d’autres atouts pour motiver sa circulation dans les familles, grâce aux travaux de Christiane Perregaux et Elisabeth Zurbriggen, et de la Suisse il s’est répandu au Luxembourg, en France et en Vallée d’Aoste.

7Le projet Sacs d’histoires en Vallée d’Aoste (Jullian 2013, Jullian et Vernetto 2016) a été mis en place grâce à un projet européen Comenius Regio2, « Des contes dans nos langues », réalisé en collaboration avec l’académie de Montpellier, et se caractérise par :

  • la prise en compte des langues et des cultures régionales : le français et les langues francoprovençales et Walser pour la Vallée d’Aoste, l’occitan et le catalan pour l’Occitanie ;

  • l’implication des enseignants et des élèves dans la création des contenus : les albums sont des productions originales des classes ayant participé à l’expérimentation et baignent, dans la plupart des cas, dans la culture locale. De l’histoire d’une péniche naviguant sur le canal du Midi (Occitanie), à la légende qui raconte l’origine du glacier du Ruitor (Vallée d’Aoste), chaque conte a été écrit et illustré par les élèves de classes pilotes.

8Suite au succès et à la diffusion de ces premiers prototypes, d’autres Sacs d’histoires, sous le même label “Des contes dans nos langues”, sont en phase de réalisation en Vallée d’Aoste, selon les mêmes principes : la re-découverte de contes traditionnels, l’intégration dans le dispositif des langues régionales et l’originalité des productions graphiques des élèves.

Les Sacs d’histoires : les principes de fond

9Le projet Sacs d’histoires se construit autour de livres multilingues pour enfants et, par la prise en compte des langues familiales, se propose de favoriser l’entrée dans la lecture et le développement du partenariat famille-école.

10Du point de vue pédagogique, il met l’accent sur la transmission familiale et le rôle éducatif que les parents peuvent jouer à l’école (Vernetto 2017), sur l’alliance éducative entre la famille et l’école (Jullian 2013), en inscrivant ce partenariat dans un véritable parcours qui respecte les responsabilités et les spécificités de chaque acteur dans son rapport à l’enfant :

Non point un partenariat de substitution qui dépossède le maître de ses prérogatives ; non point un partenariat de compensation où quelques interventions récréatives viennent compenser les fastidieux cours du maître. Mais un véritable partenariat de complémentarité, préparé en commun, centré sur des acquisitions évaluées, respectueux des rôles de chacun. (Merieu 2002 : 61)

11Du point de vue des compétences plurilingues, il ouvre aux langues familiales, indépendamment de leur statut à l’école et dans la société :

L’éducation plurilingue, comme valeur, et comme principe d’organisation des enseignements en langues, est une partie constituante d’un projet qui se déploie dans un cadre englobant aussi bien les langues maternelles que les langues nationales, régionales ou minoritaires, étrangères…, qu’il s’agit alors de ne pas dissocier dans les enseignements. (Conseil de l’Europe 2007 : 71)

12et il s’appuie sur la valorisation des connaissances des enfants en accordant une large place à la réflexion sur les langues à travers l’observation et, notamment, la comparaison, grâce aux albums plurilingues :

Tout à la fois porteur de culturalité diverse et commune, de particularités sémantiques et scripturales, le livre bilingue/plurilingue ouvre à la comparaison sur les codes (développant des habiletés métalinguistiques), sur les rapports graphèmes/phonèmes et sur les aspects syntaxiques. Il constitue une nouvelle source de connaissance sur le monde et d’altérité linguistique où l’autre favorise la découverte de soi. Dans la perspective d’une reconnaissance socioculturelle et socio-langagière de tous les élèves et de leurs familles, le livre bilingue peut devenir un passeur de première importance. (Perregaux 2010 : 10)

Les Sacs d’histoires : les approches plurielles

13Les activités que les enseignants mettent en place grâce au dispositif Sacs d’histoires sont en cohérence avec les principes des approches plurielles. Michel Candelier définit la notion d’approche plurielle comme :

[…] toute approche mettant en œuvre des activités impliquant à la fois plusieurs variétés linguistiques et culturelles. En tant que telle, une approche plurielle se distingue d’une approche singulière, dans laquelle le seul objet d’attention est une langue ou une culture particulière, prise isolément. (Candelier 2008 : 68)

14et il en distingue quatre : l’approche interculturelle, l’éveil aux langues, l’intercompréhension entre langues apparentées, la didactique intégrée des langues.

15Parmi ces quatre approches, l’éveil aux langues est bien évidemment celle qui mieux se prête à des activités en lien avec les Sacs d’histoires. Dans le cas spécifique d’application dans le cadre du projet franco-valdôtain, ce dispositif intervient dans un système qui prévoit l’enseignement précoce d’une deuxième langue (le français en Vallée d’Aoste, l’occitan et le catalan en Occitanie) et prend en compte d’autres langues que l’école n’a pas l’ambition d’enseigner, dans le but de valoriser le patrimoine linguistique familial de l’enfant.

16Même si elle n’est pas prévue expressément au départ, l’intercompréhension entre langues apparentées est favorisée par la présence, dans le dispositif, de plusieurs langues romanes : italien, français, francoprovençal, occitan, catalan. D’autres s’ajoutent grâce à la contribution des familles : roumain, espagnol, portugais, dialectes italiens. Les élèves remarquent facilement les liens de parenté entre tous ces idiomes et s’appuient sur les ressemblances pour mieux comprendre les contes dans des langues qu’ils ne connaissent pas.

17Le côté linguistique est prépondérant dans le dispositif Sacs d’histoires, cependant les activités qui en découlent favorisent la décentration de l’apprenant et la construction de son identité en rapport avec l’altérité ainsi que prévu dans le cadre d’une approche interculturelle. Les nombreuses références aux cultures locales favorisent d’une part la découverte et l’appropriation, d’autre part l’élargissement et la confrontation (voir plus bas).

18Enfin, dans des systèmes qui prévoient, à la fois, l’enseignement précoce de deux langues et l’éducation bilingue, il s’avère crucial d’agencer les enseignements de ces deux langues et de gérer l’alternance à différents niveaux. Dans le cadre de l’expérience valdôtaine, la langue de communication pour la mise en place des activités d’éveil aux langues et, donc, pour les Sacs d’histoires est, principalement, le français. Deuxième langue apprise à l’école et utilisée pour enseigner les autres matières, le français est une langue pivot pour aller à la rencontre d’autres idiomes d’origine latine comme l’italien, le francoprovençal, l’occitan et le catalan ; il appartient à l’aire gallo-romane comme le francoprovençal et l’occitan ; il est un trait d’union entre la culture locale et celle des pays francophones proches et lointains et constitue un élément facilitant le contact avec d’autres contextes multilingues ; parmi les langues romanes, c’est le français qui a la plus grande proximité géographique, lexicale et syntaxique avec l’anglais, favorisant ainsi le passage à la troisième langue enseignée et utilisée dans l’enseignement des matières dans le système scolaire valdôtain.

Les Sacs d’histoires : le contenu

19Chaque Sac d’histoires se construit autour d’un conte et contient à son intérieur : des albums en version bilingue ou un album et ses versions en différentes langues ; un CD avec l’enregistrement audio de l’histoire dans toutes les langues concernées : ; un jeu simple, en lien avec l’histoire et que l’enfant utilise en famille ; un accessoire, un objet-surprise, permettant à l’élève de créer un lien affectif avec l’histoire et de la “vivre” : ; une fiche glossaire format A4 avec les mots-clés de l’histoire à traduire dans la langue de la famille : ; une lettre adressée aux parents et une liste du matériel pour qu’ils s’assurent que tout est remis dans le sac quand celui-ci revient à l’école.

20Les différents supports visent des activités différentes à l’école comme en famille :

  • l’album sert pour raconter l’histoire, de manière classique, dans les langues de l’école et la/les langue(s) familiale(s) ;le support audio favorise la découverte de sonorités différentes ;

  • le jeu constitue un moment ludique de réutilisation du lexique de l’album ;

  • l’objet-surprise, souvent des peluches, des marottes ou des marionnettes, permet à l’enfant de jouer l’histoire ;

  • la fiche glossaire est le trait d’union concret entre la famille et l’école et, par la découverte de mots-clés en plusieurs langues, donne lieu à des activités de comparaison en classe ;

Les Sacs d’histoires : un voyage au fil des semaines

21Les étapes principales de la mise en place du dispositif Sacs d’histoires sont : l’implication préalable des parents, la présentation du Sac et du conte à la classe, la tournée du Sac, les activités didactiques au retour en classe et l’événement final.

22L’information des parents est capitale pour la bonne réussite du projet et le contact personnel serait souhaitable. Dans les Sacs distribués en Vallée d’Aoste, les enseignants trouvent un modèle de lettre en italien et en français adressée aux parents. Il vaudrait mieux, cependant, organiser une réunion d’information préalable au sujet du projet pour présenter le dispositif, l’organisation de la tournée du Sac et le rôle de la famille ; la réunion peut être l’occasion pour parler de l’importance du plurilinguisme et de la transmission des langues familiales. Éventuellement, les enseignants peuvent proposer la lecture de l’album et présenter le contenu de l’outil.

23La découverte de l’album en classe est un autre point crucial du dispositif. Les stratégies sont multiples et peuvent varier en fonction de l’âge et du degré de familiarité des enfants avec l’outil. La première fois que les élèves utilisent le Sac d’histoires il faudra accorder plus de temps à sa présentation et à son fonctionnement. La dimension affective de sa découverte est importante et il serait opportun d’aménager des effets surprises : un personnage médiateur a envoyé le Sac ; les enfants le découvrent en arrivant en classe ; l’enseignant entre en classe avec cet objet mystérieux et invite les enfants à en explorer le contenu, à l’exception de l’objet-surprise qui aura été retiré. Certains enseignants ont fait le choix de tout montrer aux enfants, même la surprise, quand il s’agit de marottes qui servent pour raconter l’histoire, et ils ont préparé une nouvelle petite surprise que les enfants découvrent à la maison et qu’ils peuvent garder.

24La présentation du conte peut varier aussi selon le contexte d’exploitation :

    • 3 Série de planches en papier qui racontent une histoire, chaque planche représentant un épisode du r (...)

    les supports : utiliser l’album pour raconter l’histoire, montrer les images au TNI/TBI, transformer les images en planches de kamishibaï3, utiliser la version sonore ou la version vidéo ;

  • la langue de présentation de l’album : en général, les enseignants présentent tout d’abord la version en français, mais rien n’empêche de partir d’une autre langue plus proche des enfants comme l’italien dans le cas de classes composées d’un nombre important d’élèves allophones, ou d’une langue présente dans la classe (francoprovençal, arabe, espagnol, …) ;

  • l’enchaînement des langues : là aussi, différentes pratiques cohabitent en fonction des objectifs de l’équipe d’enseignants : ; certains préfèrent utiliser uniquement la version française et laisser les enfants découvrir les autres langues à la maison, quitte à reprendre, pendant la tournée des Sacs, l’histoire dans d’autres versions linguistiques ; d’autres présentent l’histoire dès le départ en plusieurs langues, par exemple le français, l’italien et le francoprovençal4 ;

  • les lecteurs : la lecture ou la narration de l’histoire peut se faire à une ou à plusieurs voix et peut représenter l’occasion pour inviter en classe des locuteurs natifs : d’autres enseignants, du personnel scolaire, des parents, des frères ou des sœurs, des grands-parents, des stagiaires, des élèves plus âgés.

25La présentation de l’album peut se faire dans le cadre d’un atelier lecture, moment intime et ludique de découverte de l’histoire qui laisse à une étape ultérieure sa didactisation. Au cours d’une séance de formation, une enseignante d’école de l’enfance a partagé une anecdote qui mérite une réflexion. Elle avait proposé à ses élèves la narration d’un conte et les enfants lui ont immédiatement rétorqué : « mais après, faut-il faire un dessin ? ». Si on intègre toute activité de lecture dans des parcours didactiques bien ficelés, ne court-on pas le risque d’enlever aux élèves le plaisir de lire et de transformer cet acte en pratique scolaire et rien de plus ? Cette réflexion s’avère particulièrement appropriée dans le cas des Sacs d’histoires qui attachent une attention particulière à la dimension affective et émotionnelle de la lecture.

26Les activités de compréhension et d’appropriation de l’histoire sont diverses et variées. Du point de vue des compétences littéraires, les enseignants peuvent :

  • demander aux enfants de parler de l’histoire et de leurs passages préférés ;

  • leur poser des questions sur les personnages, les lieux et l’intrigue ;

  • leur faire dessiner un personnage ou en faire un modèle au cours d’un atelier bricolage ;

  • leur demander d’utiliser les images pour raconter l’histoire ;

  • les pousser à répéter l’histoire en utilisant des marionnettes, des marottes, des peluches.

27Sous l’angle des compétences générales, selon une approche interculturelle et interdisciplinaire, il est possible d’exploiter les notes culturelles et de proposer aux élèves de faire des recherches, à l’aide de livres documentaires ou de vidéos, autour des :

  • personnages, par exemple le Drac dans l’histoire de La cornemuse languedocienne ; la Roumèque dans La toupie égarée ; la Géant dans Morena ;

  • lieux de l’histoire, le Canal du Midi et la Cité de Carcassonne dans l’album La péniche qui veut des couleurs : ; le pic du Canigó dans La souris qui cherchait un mari ;

  • aspects culturels, les landzette et les traditions du carnaval dans le conte de Cornetta ; les Walser dans Gune et Le dragon de Loo ; la musique et les instruments de musique traditionnels dans La cornemuse languedocienne et La souris qui cherchait un mari ; la fabrication artisanale des couleurs dans La péniche qui veut des couleurs ; les compétitions avec des animaux comme la course camarguaise et la bataille des vaches dans Monella ;

  • connaissances scientifiques, Le conte de l’edelweiss raconte la légende de l’origine de cette fleur, mais les élèves peuvent en découvrir les caractéristiques scientifiques ; Pourquoi les grenouilles ont une longue langue ? se prête à un approfondissement sur ces amphibiens, leur habitat et leur protection ; Le glacier du Ruitor présente l’origine mythique de ce glacier et les enfants pourraient chercher sa véritable origine ainsi que les problématiques liées à la fonte des glaces à l’ère du réchauffement climatique.

28À tour de rôle, les enfants emportent le sac d’histoires à la maison. Ils peuvent le garder pendant trois jours / une semaine, en fonction du nombre d’élèves dans la classe et des Sacs que les enseignants souhaitent exploiter au cours de l’année scolaire. Le livre a déjà été présenté en classe, les enfants connaissent, donc, l’histoire et ils sont en mesure de la raconter aux parents avant de découvrir le livre dans d’autres langues. À la maison, la famille devrait prendre du plaisir autour du livre et des activités et découvrir l’objet-surprise. Il est important de préciser aux familles qu’il ne s’agit pas d’un travail scolaire, ni d’un devoir à la maison, mais d’un moment ludique de partage, de découverte, de communication et de jeu avec l’enfant. C’est d’ailleurs ce qui ressort des commentaires des parents, recueillis au cours de la phase d’expérimentation, ou des remarques faites aux enseignants ayant utilisé ce support : le plaisir de faire des activités en famille. Rares sont ceux qui l’ont considéré comme une besogne. La seule contrainte est celle de remplir le glossaire dans une langue de la famille ou étrangère.

29Au retour des Sacs, de nombreuses exploitations pédagogiques peuvent être menées en classe et un travail important devrait être conduit autour des glossaires multilingues. La restitution du Sac peut faire l’objet d’un temps de parole au cours duquel l’enfant raconte son activité à la maison. Certains enseignants ont ajouté au Sac un petit cahier, le Livre d’Or, où les parents peuvent noter leurs réactions et les enfants dessiner ce qu’ils ont fait : c’est un excellent support pour pousser les élèves à s’exprimer et pour avoir un retour sur l’avis des parents.

30Le travail autour des glossaires dépend de l’âge des élèves, des langues en jeu et des objectifs de l’équipe d’enseignants. Il peut porter sur :

  • le multilinguisme dans l’environnement de l’enfant : langues de l’école, de la famille, de la ville ou du village : ; les registres et les variétés de langues ;

  • le multilinguisme dans le monde : diffusion dans le monde, statut des langues dans les différents pays ;

  • la découverte des différentes langues : les langues qui se ressemblent, qui ont beaucoup d’amis, et les langues solitaires. Avec des élèves plus âgés, il est possible de travailler la notion de famille de langues et d’en construire l’arbre généalogique ;

  • les systèmes d’écriture : faire découvrir la diversité des écritures alphabétiques et non alphabétiques, le sens de l’écriture ;

  • la structure des langues au niveau lexical et morphologique : les synonymes, les emprunts, les signes diacritiques, les déterminants, le genre des noms, le pluriel...

31Pour entretenir et développer les objectifs de l’opération, d’autres activités peuvent être prévues pendant la tournée des Sacs :

  • des séances de lecture avec des parents, des grands-parents ou des amis de la famille qui racontent l’histoire dans leur langue et qui parlent de leur pays / de leur culture ;

  • l’arbre à histoires où sont affichées les photocopies ou les photos des couvertures de tous les livres en différentes langues que les parents ont lus aux enfants ;

  • l’installation d’un coin de lecture et d’écoute dans la classe où les élèves ont la possibilité de découvrir des albums plurilingues accessibles en libre-service ;

32et pour la clôture du projet :

  • des spectacles mettant en scène l’histoire du Sac en français et dans d’autres langues ;

  • un événement festif au sein de l’école : des ateliers de lecture où des parents racontent ou lisent des albums en différentes langues : des ateliers “cuisine du monde” pour découvrir les langues à travers le patrimoine gastronomique : ; une exposition de photos des différentes phases du projet ; une chorale mixte dans laquelle enfants et familles chantent les comptines et les chants appris au cours du projet ; des ateliers de graphisme et d’écriture du monde ; une exposition des affiches autour des glossaires multilingues.

Les Sacs d’histoires : un système d’accompagnement

33Les Sacs d’histoires réalisés en Vallée d’Aoste peuvent être réservés et empruntés grâce à un système de prêt en ligne, disponible à l’adresse suivante : http://www.crdl.scuole.vda.it/​libri/​login.php, et bénéficient d’un dispositif de rotation et de vérification du matériel. Les albums, les sacs et les objets qui les composent s’abîment facilement à cause du va-et-vient entre l’école et la maison et doivent être remplacés régulièrement.

34Une partie du site des écoles valdôtaines, Webécole, recueille, en outre, toutes les informations nécessaires pour la mise en place d’un projet Sacs d’histoires : la version PDF de tous les albums en version bilingue, les traductions dans d’autres langues, les enregistrements sonores, les modèles des jeux, les glossaires, un kit pour les enseignants. Un canal YouTube présente la version sonore de ces contes dans les différentes langues et une émission de TV5 Monde Destination francophonie consacrée à la Vallée d’Aoste permet de mieux comprendre le fonctionnement du dispositif.

Les Sacs d’histoires : la fabrication

35Au-delà des supports qu’il est possible d’emprunter en Vallée d’Aoste, tout enseignant peut faire le choix de créer lui-même des Sacs d’histoires adaptés à sa classe.

36Le point de départ est le choix de l’album jeunesse en raison de son thème, mais également de son aspect ludique, permettant une expérience de la langue et des images comme sources de plaisir. Il faudra également tenir compte des capacités linguistiques des élèves et privilégier, surtout avec les petits, des textes à structures récurrentes, caractérisés par la répétition d’expressions qui facilitent la compréhension, la mémorisation, la reformulation comme, par exemple, les contes de randonnée. Le livre doit se prêter, enfin, à la mise en place d’activités corporelles, langagières, narratives, expressives et émotionnelles.

37L’étape suivante est le choix des langues et différentes options se présentent :

  • choisir des albums dans le commerce qui apparaissent déjà en version bilingue, comme par exemple Je suis petite, moi ? de Nadja Wichmann, Philip Winterberg et Lena Hesse, publié chez CreateSpace Independent Publishing Platform ;

  • utiliser des albums qui sont édités dans différents pays et, donc, en plusieurs langues.

38Pour des raisons de respect du droit d’auteur, il n’est pas possible de traduire des albums qui existent dans le commerce pour en faire des versions bilingues, c’est la raison pour laquelle, d’ailleurs, la Vallée d’Aoste a fait le choix de réaliser et de publier ses propres albums. Il est, donc, possible de suivre la même démarche et de construire avec les élèves des livres plurilingues.

39Une fois décidé l’album à exploiter et trouvées les versions en plusieurs langues, il faut procéder à la fabrication des éléments qui entrent dans la composition du Sac : le jeu, l’objet-surprise, le glossaire.

40Il est possible d’impliquer les parents dans la réalisation des Sacs d’histoires, à partir de la confection du sac, du matériel et des activités qui composeront le sac. Dans ce cas, les parents pourront traduire et enregistrer l’histoire dans leur langue. Des élèves plus grands peuvent également devenir des acteurs du projet, en réalisant un Sac pour les petits et en participant dans les classes à des activités en rapport avec celui-ci.

Les Sacs d’histoires : le bilan du projet

  • 5 Le Portfolio européen des langues - modèle n. 65/2004 validé par le Conseil de l’Europe - peut être (...)

41Un bilan à la fin du projet serait souhaitable, surtout pour en évaluer l’impact sur les deux acteurs principaux : les parents et les élèves. Si, pour les parents, il est possible de faire recours à des enquêtes de satisfaction ou de leur demander de faire part de leurs commentaires au moyen d’un Livre d’Or ou de messages qui accompagnent le retour du sac, pour les élèves, les enseignants utilisent une activité du Portfolio européen des langues pour l’école primaire5. Il s’agit de la silhouette d’un enfant que les élèves doivent colorier en attribuant à chaque langue qu’ils connaissent une couleur différente. Elle doit être proposée avant le début du projet et à la fin pour permettre de vérifier l’évolution de la perception des élèves vis-à-vis de leur rapport au plurilinguisme. En général, au début du projet, les élèves pensent être en contact avec deux ou trois langues : ; à la fin toutes les silhouettes sont multicolores et le nombre des langues augmente considérablement.

Conclusion

42Le bilan de l’utilisation des Sacs d’histoires est largement positif (Jullian et Vernetto 2015 ; Vernetto 2017) et d’autres supports sont utilisés (Vernetto 2016) et en phase de réalisation. En perspective, il est prévu d’exploiter d’autres potentialités de l’outil en élargissant la dimension plurilingue par la prise en compte des langues classiques, et notamment du latin en considération de la présence importante de langues romanes, de la langue des signes, du système d’écriture braille.

43Il est envisagé d’ouvrir également à d’autres moyens d’expression et de communication, comme la musique et les arts plastiques, et à d’autres supports numériques. Un nouveau projet, Conter en plusieurs langues, autour de la sensibilisation à la diversité sonore et qui prévoit en plus l’utilisation d’une application plurilingue pour tablettes et smartphones, démarrera à la rentrée 2017 en Vallée d’Aoste, mais là … c’est une autre histoire qui mérite d’être racontée.

44Notes

Haut de page

Bibliographie

Candelier M. 2008. Approches plurielles, didactiques du plurilinguisme : le même et l’autre. Les Cahiers de l’Acedle, volume 5, numéro 1.

Conseil de l’Europe. 2007. De la diversité linguistique à l’éducation plurilingue : Guide pour l’élaboration des politiques linguistiques éducatives en Europe. Disponible sur : http://www.coe.int/t/dg4/linguistic/Guide_niveau3_FR.asp.

Grosso E.M. 2017. Per una scuola che guarda all’Europa e al plurilinguismo. Education et sociétés plurilingues, numéro 42 : 19-26.

Jullian M.-A. 2013. Un projet pour l’éducation plurilingue et interculturelle. Education et sociétés plurilingues, numéro 35 : 3-13.

Jullian M.-A. et Vernetto G. 2016. Des contes dans nos langues : approches plurielles et valorisation des langues de l’environnement de l’enfant in Blanchet P. & Kervran M. (Dir.) Langues minoritaires locales et éducation à la diversité - Des dispositifs didactiques à l’épreuve, L’Harmattan.

Lévesque, M. 2009. Le sac d’histoires. Québec français, numéro 153 : 75-78. Disponible sur : http://id.erudit.org/iderudit/44262ac.

Meirieu P. 2002. L’école et les parents. La grande explication. Paris. Plon.

Ministero dell’Istruzione, dell’Università e della Ricerca (MIUR). 2012. Indicazioni nazionali per il curricolo della scuola dell’infanzia e del primo ciclo d’istruzione. http://www.indicazioninazionali.it/wp-content/uploads/2018/08/Indicazioni_Annali_Definitivo.pdf

Perregaux C. 2006. Les Sacs d’histoires ou comment développer des pratiques littéraciques bilingues entre l’école et la famille. « Interdialogos », numéro 1 : 27-30.

Perregaux C. 2009. Le Sac d’histoires, un projet qui a plus d’un tour et plus d’une langue dans son sac. « Babylonia », numéro 4 :73-75.

Perregaux C. 2010. Zoom plurilingue. « Ecole Valdôtaine », numéro 91 : 54-55.

Vernetto G. 2016. Il racconto: strumento di valorizzazione del plurilinguismo. «Bambini», numéro 4 : 29-34.

Vernetto G. 2017. Des parents conteurs ou comment faire entrer les langues familiales à l’école - sous presse.

Les Sacs d’histoires : http://www.crdl.scuole.vda.it/index.php/risorse-on-line/eveil-aux-langues/sac-d-histoire

Les versions vidéo en plusieurs langues : canal YouTube - https://www.youtube.com/channel/UCASvFFsAQBVDG5PvVr8UhnQ

TV5 Monde - Emission Destination francophonie : le Val d’Aoste : http://www.tv5monde.com/cms/chaine-francophone/Revoir-nos-emissions/Destination-Francophonie/Episodes/p-31317-lg0-Destination-Val-d-Aoste.htm

Haut de page

Notes

1 Pour voir des exemples de Storysacks : http://www.literacytrust.org.uk/resources/practical_resources_info/1751_story_sack_guide

2 Pour plus d’informations : http://www.crdl.scuole.vda.it/index.php/coop-internazionale/comenius

3 Série de planches en papier qui racontent une histoire, chaque planche représentant un épisode du récit. Au recto, une illustration, visible du public ; au verso, un texte et la reproduction en miniature de l'image vue par le public. Le narrateur fait défiler les planches d'illustrations au fur et à mesure de la lecture de l'histoire dans un castelet en bois, appelé « butaï ».

4 Voir à ce propos la vidéo d’une enseignante de l’école de l’enfance de Morgex : http://www.tv5monde.com/cms/chaine-francophone/Revoir-nos-emissions/Destination-Francophonie/Episodes/p-31317-lg0-Destination-Val-d-Aoste.htm

5 Le Portfolio européen des langues - modèle n. 65/2004 validé par le Conseil de l’Europe - peut être téléchargé librement à l’adresse suivante : www.scuole.vda.it/images/adattamenti/primaria.zip

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabriella Vernetto, « Les Sacs d’histoires : mode d’emploi », Éducation et sociétés plurilingues, 43 | 2017, 19-31.

Référence électronique

Gabriella Vernetto, « Les Sacs d’histoires : mode d’emploi », Éducation et sociétés plurilingues [En ligne], 43 | 2017, mis en ligne le 01 février 2019, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/esp/1429 ; DOI : 10.4000/esp.1429

Haut de page

Auteur

Gabriella Vernetto

Région autonome de la Vallée d’Aoste (Italie)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIEBP

Haut de page
  • Logo CIEBP (Centre d'Information sur l'Education Bilingue et Plurilingue)
  • OpenEdition Journals