Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45Position de ThèseLe rapport à la langue de jeunes ...

Position de Thèse

Le rapport à la langue de jeunes « issus de l’immigration » : de l’identité à l’origine

Thèse soutenue en février 2018, sous la direction de Marie-Claude CASPER dans le cadre de l’EA 3071 Subjectivité, Lien social et Modernité (SuLiSoM) de la Faculté de psychologie de l’Université de Strasbourg
Sihem Boudjedir Bahri
p. 97_101

Résumés

Questa tesi tratta dell’incontro del soggetto con le lingue e particolarmente in un contesto socio-culturale segnato da una pluralità culturale e linguistica. Essa esplora il rapporto del soggetto nei confronti della/e lingua/e e più precisamente si interessa agli effetti della frequentazione delle lingue sulla costruzione identitaria. Essa tenta di mettere in luce quello che la lingua, il fatto di appropriarsene, di condividerla, di trasmetterla, mette in moto sul piano psichico e si estende sulle sue funzioni come eredità familiare arricchita sul piano culturale. Partendo dal legame stretto fra psiche e cultura e basandosi principalmente sulle proposte teoriche della psicanalisi, la presente ricerca affronta l’argomento nella sua singolarità secondo un metodo d’analisi clinica di interviste di ricerca. L’analisi delle interviste mostra che nella parola dei soggetti incontrati il rapporto con la lingua opera una legittimazione sociale e familiare. La lingua del paese da cui provengono i genitori appare come ‘lingua d’origine’ avente una funzione di ‘affiliazione’, permette di creare e quindi mantenere il legame con un’origine familiare. Tessendo i legami di filiazione in un movimento che incessantemente li ricrea, il rapporto con la ‘lingua d’origine’ si inscrive nella stirpe, affida un posto nell’ordine delle genealogie e permette un’apertura verso possibili altre filiazioni. Il rapporto con la lingua sorge così come una funzione che costituisce un aspetto ‘familiare’ in termini di continuità e fonda un’origine esterna al soggetto, ma centrale nella sua costruzione identitaria e nel sentimento d’appartenenza.

Haut de page

Texte intégral

1Partant du lien étroit entre psychisme et culture, cette thèse rejoint les recherches entreprises sur l’immigration dans divers domaines (sociologie, anthropologie, psychologie…) et tout particulièrement sur les « enfants de migrants », souvent situés dans un ‘‘entre-deux’’ (Dahoun 1997) d’univers culturels, dont l’un est rencontré en France à travers les institutions et l’autre vécu et véhiculé au sein de la famille.

2Avec l’importance des phénomènes migratoires en France au cours de la dernière décennie, nous sommes en effet témoins d’un contexte social marqué par une diversité culturelle et linguistique. La migration est un long processus fait de ruptures, de renoncements, d’abandons, de constructions, reconstitutions, de nouveaux attachements, etc. Elle est aussi une réalité, comme une scène sur laquelle se joue une expression psychique singulière qu’il s’agit d’étudier de manière approfondie. Sur cette scène et dans ce contexte migratoire, nous en faisons l’hypothèse générale, la langue est centrale et suscite une réflexion sur son usage, son appropriation, son partage, ses fonctions, sa transmission comme un héritage familial redoublé au niveau culturel.

3Système de communication entre les individus, la langue est un moyen d’existence de l’homme, son mode d’être. Quand elle est commune, elle constitue une marque d’appartenance à une famille, un groupe social ou encore à une culture donnée. À ce propos, J-P. Bauer (1983) souligne qu’elle est «commune puisqu’elle souligne l’appartenance étroite à une famille, à un groupe, une communauté». La langue représente elle-même un trait culturel, au sens de R. Linton (1968), permettant d’interpréter, de façonner une pensée, un regard sur le monde.

4Sur le versant d’une mise en contact, le sujet s’en sert à des fins individuelles et intersubjectives. Dans ce sens, la parole est à penser comme l’expression du lien à l’autre. Elle permet de s’ouvrir à l’autre, à soi, à l’autre en soi et au monde. Sur un autre plan, elle occupe parfois pour la personne une place centrale dans sa problématique psychique.

5La thèse apporte un éclairage sur la dimension psychique du lien à la(aux) langue(s) et se centre principalement sur la façon dont une personne issue d’une immigration du Maghreb et vivant en France, se met singulièrement en contact avec la (les) langue(s) du pays de ses parents ainsi que les effets de cette mise en lien sur son façonnage identitaire.

6Dans la complexité d’une connaissance à construire sur l’identité et l’expérience culturelle, l’identité est abordée sous l’angle du rapport aux langues et de la transmission familiale. Plus précisément encore, il s’agit de saisir comment le sujet intègre la pluralité culturelle et linguistique à un niveau identitaire. Cette thématique se situe ainsi à l’articulation de ce qui se transmet de la culture d’origine des parents et de ce qu’il advient de celle-ci dans les interactions avec la société d’accueil.

7Située à l’interface entre le singulier et le social, l’identité est le fruit d’un travail de construction/co-construction. Dès les premiers stades du développement psychique, l’identité se construit à partir d’une série d’identifications, dont les figures parentales sont cruciales. Elle se construit dans la rencontre avec le ‘différent’ et le ‘semblable’ et se renouvelle à chaque rencontre entre soi et l’autre. Elle fonctionne comme un miroir entre l’individu et ses semblables marquant à la fois sa similitude et sa différence. Elle est fondamentalement liée à l’autre dans le sens où elle tient profondément de son regard, son jugement, etc. et à l’environnement, les modèles culturels, sociaux, auxquels l’individu s’affilie.

8La nécessité de penser le lien entre psychisme et culture a mis au cœur de la démarche de recherche la singularité et l’idée d’une universalité de l’inconscient dans une étude et une écoute du sujet qui ne le sépare pas de son univers culturel. Comprendre le sujet pris dans sa culture, c’est le considérer comme un être psychique où la culture peut être envisagée comme une inscription dans son psychisme.

9En croisant des questions concernant le choix linguistique, le sens que prend la(es) langue(s) pour chacun des sujets ou celle de la transmission de la langue des parents, nous nous sommes approchée des mouvements psychiques qui s’y sont logés, des mouvements imprégnés de l’histoire de chacun, de leur propre rapport à (aux) culture(s) mais aussi plus fondamentalement à leurs parents. Et cette imprégnation gagne leur construction identitaire. Ainsi pour chacun d’entre eux se crée un espace qui lui est propre, reprenant, créant à nouveau à partir d’éléments puisés dans la culture des parents et dans celle du pays d’accueil.

Terrain, méthode et analyse du matériel

10L’enquête et l’exploration de terrain ont été menées auprès de jeunes issus de l’immigration maghrébine. Le choix a en effet privilégié une période marquée par les remaniements psychiques et identitaires de l’adolescence. Ces jeunes ont été rencontrés dans un centre socio-culturel strasbourgeois sur une période de douze mois à la faveur d’une activité qui leur était proposée. Elle a été l’occasion d’observations directes de l’univers dans lequel ils évoluent et tel qu’il se vit dans ce lieu où se sont déroulés certains des entretiens réalisés. Un total de six entretiens de recherche constitue le corpus final.

11Le recueil de données s’inscrit dans une démarche qualitative permettant d’être au plus proche du sujet et de sa parole. Cette démarche s’est présentée comme une nécessité pour mieux entendre, en racontant sa propre histoire, le sujet se signifier dans un contact avec une histoire familiale et un trajet d’exil.

12La singularité du sujet a été appréhendée selon une méthode d’analyse clinique, fruit d’une élaboration par M. L. Pradelles-Monod (1999), permettant la mise en évidence de la dimension psychiquerepérable dans le texte transcrit d’une parole énoncée, constituée dans le cadre d’entretiens de recherche. Une parole qui inclut la pensée de celui qui parle et, ainsi, permet de mettre en évidence une dimension psychique.

Résultats

  • 1 Ce constat rejoint les travaux entrepris sur le bilinguisme par A. Tabouret-Keller, M.-C. Casper, J (...)

13Concernant certains aspects conceptuels, nous retiendrons l’apport de ce travail sur la notion de bilinguisme dans le contexte précis de la migration. En effet, cette notion lorsqu’elle rencontre ce qui fait sa réalité pour les jeunes rencontrés, n’est pas seulement définissable sous l’angle cognitif. Elle ne se réduit pas non plus au domaine de la communication et de la compétence linguistique. L’analyse des entretiens montre que dans le lien à la langue opère de façon importante un ancrage social et familial1.

14Prise dans l’enchevêtrement complexe des relations avec l’entourage (famille, amis, communauté, etc.), la langue du pays d’où viennent les parents apparaît comme ‘langue d’origine’. Elle a donc une fonction d’‘affiliation’, permettant de créer et donc de maintenir le lien à une origine familiale. En tissant les liens filiatifs dans un mouvement qui les recrée sans cesse, le rapport à la ‘langue d’origine’ inscrit dans la lignée, donne une place dans l’ordre des générations et permet une ouverture vers d’autres affiliations possibles.

15En d’autres termes, le lien à la langue se manifeste dans cette étude comme le représentant d’une origine, un indicateur d’appartenance, un opérateur d’ancrage culturel, un liant ou un médium, un vecteur familial. En somme un ensemble qui finalement constitue l’assise des identifications et de la filiation.

16Le rapport à la langue surgit ainsi comme une fonction qui constitue du ‘familial’ en termes de continuité et fonde une origine extérieure au sujet, origine centrale dans sa construction psychique et identitaire et son sentiment d’appartenance.

Haut de page

Bibliographie

BAUER J.-P. 1983. Problèmes psychologiques du bilinguisme en Alsace, Langue et pouvoir, Strasbourg, BF Éditions.

DAHOUN Z. K. S. 1997. Les couleurs du silence: le mutisme des enfants de migrants, Paris, Calmann-Lévy.

LINTON R. 1968/1936. De l’homme, Paris: Les Editions de minuit.

PRADELLES-MONOD M.-L. 1999. Repères pour une analyse clinique d’entretiens de recherche. La construction du lien de filiation entre trois générations de femmes. Thèse de Doctorat d’Etat. Université Louis Pasteur, Strasbourg 1.

Haut de page

Notes

1 Ce constat rejoint les travaux entrepris sur le bilinguisme par A. Tabouret-Keller, M.-C. Casper, J.-P. Bauer, G. Varro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sihem Boudjedir Bahri, « Le rapport à la langue de jeunes « issus de l’immigration » : de l’identité à l’origine »Éducation et sociétés plurilingues, 45 | 2018, 97_101.

Référence électronique

Sihem Boudjedir Bahri, « Le rapport à la langue de jeunes « issus de l’immigration » : de l’identité à l’origine »Éducation et sociétés plurilingues [En ligne], 45 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 28 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/esp/3326 ; DOI : https://doi.org/10.4000/esp.3326

Haut de page

Auteur

Sihem Boudjedir Bahri

Université de Strasbourg (France)

Haut de page

Droits d’auteur

© CIEBP

Haut de page
  • Logo CIEBP (Centre d'Information sur l'Education Bilingue et Plurilingue)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search