Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Vallée d'AosteEnquête sur la « boîte à histoire...

Vallée d'Aoste

Enquête sur la « boîte à histoires » en VdA

Ilaria Baron
p. 27-38

Résumés

Largement répandue sur tout le territoire de la Vallée d’Aoste, la boîte à histoires est l’un des supports employés pour introduire des activités d’éveil aux langues et aux cultures à l’école maternelle. L’article présente les résultats d’une enquête portant sur son utilisation dans les classes de cette région et analyse son origine, les modalités de sa diffusion, les retombées et les facteurs qui peuvent faciliter ou empêcher sa diffusion à ce niveau scolaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Par « compétence plurilingue et pluriculturelle », le Cadre européen commun de référence pour les langues désigne « la compétence à communiquer langagièrement et à interagir culturellement d’un acteur social qui possède, à des degrés divers, la maîtrise de plusieurs langues et l’expérience de plusieurs cultures, tout en étant à même de gérer l’ensemble de ce capital langagier et culturel. On considérera qu’il n’y a pas là superposition ou juxtaposition de compétences distinctes, mais bien existence d’une compétence complexe, voire composite, dans laquelle l’acteur peut puiser » (Conseil de l’Europe 2001 : 129). Bien au-delà, par rapport à l’approche bilingue, l’approche plurilingue met l’accent sur le fait que, au fur et à mesure que l’expérience langagière d’un individu dans son contexte culturel s’étend de la langue familiale ou du groupe social à celle(s) d’autres groupes, il ne classe pas ces langues et ces cultures dans des compartiments séparés, mais construit plutôt une compétence communicative intégrée, à laquelle contribuent toute connaissance et toute expérience des langues, et dans laquelle les langues sont en corrélation et interagissent.

2À l’intérieur du cadre théorique des approches plurielles pour l’enseignement des langues et des cultures, la boîte à histoires représente un instrument très efficace pour favoriser l’ouverture à la diversité linguistique et culturelle, la mise en œuvre de l’éveil aux langues à l’école, et peut aussi représenter la clé pour impliquer les familles dans l’approche de la lecture et de la littérature pour l’enfance et dans la participation aux activités qui se déroulent à l’école.

3Selon la fondatrice et directrice de l’association DULALA, Anna Stevanato-Le Marchand, la boîte à histoires (dorénavant la Boîte) est un outil didactique favorisant les approches plurielles de l’enseignement des langues et des cultures et notamment de l’éveil aux langues. Créée par une artiste italienne, Fiorenza Mariotti, la Boîte a été expérimentée dans plusieurs crèches en Italie avant d’être reprise par DULALA, qui l’a transformée en support clé de ses ateliers pour le développement du langage et l’a utilisée également à l’école de l’enfance, afin de permettre une expérience linguistique plurilingue dès le plus jeune âge.

4Elsa Bezault et Gwenn Guyader (Bezault & Guyader 2015 : 2) décrivent très bien l’outil :

Grande boîte très soignée qui contient des objets symboliques qui constituent les étapes et les personnages clés d’un conte. Les enfants écoutent la voix du conteur qui, tout en racontant l’histoire, puise dans la boîte les objets les uns après les autres pour les placer sur une petite scène. À certains moments, la narration peut s’interrompre, afin de proposer aux enfants d’interagir avec les objets (de les toucher, sentir, goûter…). Les objets de la boîte à histoires sont réalisés avec soin, à partir de matériaux naturels (laine, bois, tissu par exemple), agréables au toucher. La narration s’ouvre et se ferme avec le tintement d’une clochette qui contribue à construire un univers magique et à capter l’attention des petits spectateurs. À la fin, le conteur dit au revoir à tous les éléments du conte avant de les replacer dans la boîte en invitant les enfants à saluer de même tous les objets.

5Dans le contexte valdôtain, l’introduction des approches plurielles des langues et des cultures remonte à 2009, grâce à un projet européen (Des contes dans nos langues, Jullian 2013) qui, à travers les « sacs d’histoires » (Vernetto 2017), a promu la prise en compte des langues régionales et a favorisé l’implication des familles dans l’apprentissage de la lecture (Jullian & Vernetto 2016, Vernetto 2017). L’utilisation des contes en plusieurs langues, à l’aide d’outils tels que les kamishibaïs et les boîtes à histoires (Vernetto 2016), ainsi qu’un programme de formation spécifique sur les approches plurielles, ont permis de généraliser l’ouverture aux langues dans toutes les écoles de la région et son intégration dans les programmes officiels.

6Tous ces outils (sacs d’histoires, kamishibaïs et boîtes à histoires) reposent sur les mêmes principes : la narration d’un conte de manière ludique qui implique davantage les élèves, la présence de plusieurs langues qui favorise des activités d’éveil aux langues, et la participation des familles à des activités de classe, ainsi que leur contribution dans la traduction des contes ou des mots clés de l’histoire.

7J’ai pour cette raison décidé d’enquêter sur la formation mise en œuvre autour de la Boîte, impliquée dans l’éveil aux langues, et sur les opinions des enseignants valdôtains, à travers deux séries d’interviews. La première a concerné Anna Stevanato-Le Marchand, l’autre des enseignants de l’école de l’enfance ayant déjà utilisé la Boîte, qui s’est largement répandue dans les écoles de l’enfance, ainsi que dans les services à la petite enfance de la région et qui a rapidement intégré les cours de formation sur les approches plurielles et le plurilinguisme.

8Grâce à des questionnaires guide, Anna Stevanato a réagi par téléphone, et les enseignants ont été interviewés en présence, à l’intérieur de leurs écoles.

9Ensuite, j’ai cherché à comprendre la diffusion de la Boîte et le type d’utilisation qui en est fait à travers une enquête auprès des enseignants, en prenant en considération non seulement la dimension de la mise en œuvre de l’instrument didactique, mais aussi les représentations et les sentiments liés à cet outil.

10La recherche était adressée à tous les enseignants de l’école de l’enfance qui travaillaient en Vallée d’Aoste pendant l’année scolaire 2018-2019. À l’intérieur du territoire valdôtain il y a 90 écoles de l’enfance, pour enfants de 3 à 5 ans, regroupées dans 18 institutions scolaires, plus 8 écoles enfantines agréées. Les enseignants de l’école de l’enfance sont au nombre de 359.

11Le questionnaire a été distribué à tous les enseignants de toutes les institutions, tandis que les interviews avec les utilisateurs de la Boîte ont été effectuées au sein des 7 institutions scolaires suivantes : Émile Lexert, San Francesco, San Giuseppe, J.-B. Cerlogne, Walser e Mont Rose B, Saint Roch, Évançon 2.

12Le questionnaire a été renseigné entre le 5 et le 21 décembre 2018 ; dans cette période de temps j’ai recueilli 48 réponses (13,3 % des enseignants concernés), qui constituent l’échantillon pour l’analyse des résultats.

La formation

13Les deux interviews préliminaires avaient pour but de définir premièrement l’outil pédagogique, la formation effectuée, comment il a été conçu, dans quel contexte, avec quels objectifs, puis de vérifier comment il a été transposé à l’intérieur des programmes des enseignements, afin de comprendre quel type d’utilisation en est fait dans le contexte valdôtain, et de comparer le modèle français, que Madame Anna Stevanato nous a décrit, aux applications mises en œuvre en Vallée d’Aoste.

Selon l’Association DULALA

14Comme Anna Stevanato nous l’explique au cours de l’interview, l’association DULALA tourne autour de trois pôles : le premier s’occupe de la production du matériel didactique (boîte à histoires, kamishibaï, album de jeunesse, jeux plurilingues) en s’appuyant sur la recherche pédagogique et en particulier sur les travaux de Michel Candelier, Jean-François De Pietro et Françoise Armand ; le deuxième pôle concerne l’organisation des ateliers dans les centres de loisirs et dans les écoles, où on teste le matériel construit ; une fois que ce matériel a été validé, l’association le diffuse à travers le troisième pôle, celui de la formation, en présence (en Île de France et dans d’autres régions de France où à l’étranger), ou à distance (sur internet). D’après Anna Stevanato :

La formation se fait à partir de l’outil pédagogique pour essayer de convaincre et de rendre attrayant tout ce matériel aux enseignants, qui en France se disent : ‘moi je connais une seule langue, le français, l’éveil aux langues n’est pas dans les programmes et donc je ne le fais pas’. On s’est rendu compte très rapidement que si on voulait diffuser les principes de l’éveil aux langues au plus grand nombre, il fallait le traduire en outil pédagogique.

15Selon Anna Stevanato, l’objectif principal de l’école enfantine est donc de travailler sur la littératie orale, pour rentrer dans la dimension écrite à travers des contes oraux. De plus, si on se pose comme objectif celui de l’accueil des langues et des cultures dans la classe, la Boîte donne l’occasion aux parents et aux professionnels de l’école de raconter une histoire dans la langue de leur choix en stimulant à la fois la réception auditive, la compréhension de l’histoire ainsi que tous les aspects sensoriels.

Selon les enseignants

16Tous les utilisateurs de cet outil que j’ai interviewés ont suivi des cours de formation professionnelle organisés par la surintendance des écoles de la Vallée d’Aoste.

17Tous ont affirmé que la formation, spécialement celle administrée par la surintendance, était bien organisée, motivante, gratifiante, et leur a donné le temps de construire leur propre Boîte, ainsi que beaucoup de matériel didactique à utiliser directement dans la classe. Certains enseignants ont utilisé la Boîte construite pendant les journées de formation avec leurs élèves ; selon un enseignant : « Les journées de formation ont été présentées à un moment où le français à l’intérieur des écoles battait de l’aile. Cela a représenté un stimulus pour les enseignants qui n’avaient plus suivi de cours » (i corsi sono stati presentati in un momento in cui il francese nelle scuole era un po’ assopito. C’è stato uno stimolo per delle insegnanti che non avevano più seguito corsi). La formation leur a donné l’occasion de se confronter aux collègues, tout en gardant une approche pratique et expérimentale.

18À propos de la journée de formation professionnelle organisée par l’Université de la Vallée d’Aoste en collaboration avec l’association DULALA, au cours de laquelle on a présenté la Boîte aux participants en suivant les mêmes techniques utilisées avec les enfants à l’école, un interviewé a dit : « Quand la formatrice nous a raconté une histoire en russe comme si nous étions des enfants auxquels présenter une langue qu’ils ne connaissent pas, je me suis aperçue de la difficulté que les enfants rencontrent quand nous les enseignants prenons certaines choses pour acquises. On s’aperçoit aussi de l’effort que les enfants doivent faire pour comprendre quand l’enseignant parle en français ou en anglais. Ils ont l’esprit ouvert et une manière de penser différente par rapport à la nôtre, mais c’est quand même vraiment difficile ». (Quando la formatrice ci ha raccontato una storia in russo come se noi fossimo i bambini ai quali presentare una lingua che non conoscono mi sono resa conto della difficoltà che fanno i nostri bambini quando noi diamo per scontate delle cose. Ti rendi conto dello sforzo che devono fare per capire quando noi parliamo in francese o in inglese. Hanno una mente molto più aperta e diversa dalla nostra, ma è qualcosa di veramente difficile).

Diffusion et utilisation de la Boîte

19Le questionnaire que j’ai administré aux enseignants de l’école de l’enfance avait pour but de mettre en relation différents éléments : la composition des classes (lieu où se trouve l’école, nombre d’enfants et langues présentes) ; la connaissance des langues et de l’instrument de la part des enseignants ; la présence de l’outil dans les écoles et la fréquence d’utilisation ; le type d’histoire utilisée et l’intervention des parents et, enfin, les raisons pour lesquelles utiliser ou ne pas utiliser la Boîte et les perceptions liées à l’instrument.

Diffusion

20100 % des enseignants connaît la Boîte, presque tous (91,7 %) ont assisté à la présentation d’une Boîte et 76,6 % l’ont rencontrée pour la première fois pendant un cours de formation, 17 % dans l’école où ils travaillent ou grâce aux collègues et 4,3 % pendant un cours universitaire. De plus, 81,3 % de l’échantillon se montre intéressé d’approfondir la connaissance de l’outil, d’effectuer des cours de formation ou de recevoir plus de matériel.

21La Boîte est présente dans 95,8 % des écoles et seulement 8,3 % des interviewés affirment que les collègues ne l’utilisent pas.

Utilisation

22L’instrument didactique a déjà été utilisé par 93,8 % des répondants au questionnaire, mais son utilisation n’est régulière que dans 6,7 % des cas. En recherchant les facteurs qui peuvent influencer l’utilisation de la Boîte et la diffusion de l’outil sur le territoire valdôtain, j’ai pris en considération différents éléments que j’ai regroupés de la façon suivante : facteurs personnels (niveau d’études et âge des enseignants), facteurs du contexte (composition linguistique des sections et nombre d’élèves par section), facteurs linguistiques et culturels internes à l’école (dans quelle mesure les langues et les cultures présentes grâce aux enseignants sont exploitées à travers la Boîte), facteurs linguistiques et culturels externes à l’école (participation des parents ou d’un adulte dans la présentation de la Boîte et utilisation d’histoires appartenant à des cultures différentes pour la présenter).

Facteurs personnels

Enseignants

Rarement

Occasionnellement

Souvent

Régulièrement

20-35 ans

25 %

75 %

0 %

0 %

36-50 ans

5,5 %

50 %

38,8 %

5,5 %

51-70 ans

4,3 %

60,8 %

26 %

8,6 %

Tableau 1 - fréquence d’utilisation selon la tranche d’âge.

23Parmi les enseignants de 20 à 35 ans, personne n’utilise la Boîte souvent ou régulièrement, mais 75 % (3 sur 4) le fait occasionnellement, tandis que les enseignants entre 36 et 50 ans en font une utilisation fréquente (38,8 %) et occasionnelle (50 %) et les enseignants entre 51 et 70 ans l’utilisent souvent dans 26 % des cas et occasionnellement dans 60 % des cas.

24Ce qui émerge de cette analyse est que très peu d’enseignants utilisent la Boîte de façon systématique. La majorité, c’est à dire plus de la moitié de l’échantillon dans toutes les tranches d’âge, en fait une utilisation occasionnelle et les sujets qui utilisent majoritairement l’outil de façon systématique ont entre 51 et 70 ans.

25La Boîte est utilisée principalement de façon occasionnelle sur tout le territoire valdôtain et cette donnée ne change pas si on considère les différences d’utilisation selon la composition linguistique des sections et la zone où se trouve l’école (centre-ville, village de montagne, ...). Ce qui émerge, par contre, est que les sujets qui utilisent la Boîte le plus souvent travaillent dans des classes à fort effectif.

26Presque la moitié (48,8 %) de l’échantillon travaille dans une classe où des élèves non-italophones sont présents ; ce type de contexte est donc le plus commun, mais il y a quand même un grand nombre de sections où tous les enfants sont italophones (40 %) et très peu d’écoles avec un tiers ou plus de non-italophones (11,1 %). La plupart des enseignants qui font une utilisation fréquente ou systématique de la Boîte travaillent dans une section comportant quelques enfants non-italophones, alors que parmi ceux qui travaillent dans des sections avec un tiers ou plus d’élèves non-italophones personne ne l’utilise de façon systématique, mais plutôt occasionnelle (80 %) ; dans la même catégorie sont présents aussi ceux qui, comparés aux autres, l’utilisent le moins souvent (20 %). Il faut souligner aussi que même dans les écoles où il n’y a pas d’élèves non-italophones, la Boîte est largement utilisée. Seulement 5,5 % des répondants affirme l’utiliser rarement.

Facteurs de contexte

.

Fréquence d’utilisation selon la composition linguistique de la section

Sections dans lesquelles les enseignants déclarent travailler (en %)

.

Rarement

Occasionnellement

Souvent

Systématiquement

Tous les élèves sont italophones

5,5 %

61,1 %

27,7 %

5,5 %

40 %

Quelques élèves non italophones

9 %

45,4 %

36,3 %

9 %

48,8 %

Un tiers ou plus d’élèves non italophones

0 %

80 %

20 %

0 %

11,1 %

Tableau 2 - Utilisation de la boîte à histoires par rapport au nombre d’élèves non-italophones

Facteurs linguistiques et culturels internes à l’école

Langues

N° d’enseignants parlant la langue

Enseignants utilisant la langue pour raconter la boîte à histoires

Italien

48

34

Français

48

47

Francoprovençal

28

13

Anglais

25

9

Espagnol

2

1

Allemand

2

0

Arabe, Berbère

1

1

Titsch

1

0

Tableau 3 - Langues connues par les enseignants et langues utilisées avec la boîte à histoires.

27Presque tous les enseignants qui connaissent le français l’utilisent pour présenter la Boîte, ils utilisent beaucoup moins l’italien. Le fait de ne pas utiliser l’italien met en évidence comment dans ce contexte bilingue on utilise déjà le français comme langue-pont pour introduire les élèves au plurilinguisme.

28On peut regretter la faible utilisation du francoprovençal et de l’anglais, que la moitié de l’échantillon déclare connaître, mais qui ne sont utilisés pour présenter la Boîte que par 46,4 % (francoprovençal) et 36 % (anglais) de l’échantillon. On observe également que l’italien, le français et le francoprovençal, en tant que langues faisant partie du contexte culturel et linguistique des écoles valdôtaines, ainsi que l’anglais, langue enseignée, sont largement utilisées à l’école. Il n’y a que six répondants qui en connaissent d’autres (espagnol, allemand, arabe, berbère et titsch) et parmi eux, seulement deux les utilisent avec les élèves.

Facteurs linguistiques et culturels externes à l’école

29Les résultats montrent aussi qu’il y a une corrélation entre l’utilisation de la Boîte et l’implication des parents dans sa présentation : même s’il n’y a personne qui invite les parents systématiquement, les seuls sujets qui déclarent les inviter « souvent » sont ceux qui utilisent le plus souvent la Boîte. En même temps, les cas dans lesquels les parents sont les moins impliqués sont ceux où les enseignants utilisent l’outil le moins.

30À partir de ces résultats, on peut relever une autre donnée intéressante. Quand on demande aux enseignants les raisons pour lesquelles ils utilisent la Boîte, ils répondent qu’ils poursuivent des objectifs tels que « introduire les élèves à la pluralité des langues et des cultures » (39,6 %), « augmenter la connaissance spécifique d’une ou plusieurs langues » (18,8 %) et « introduire à l’école les langues et les cultures de tous les élèves » (14,6 %). Lorsque l’on analyse les résultats du questionnaire et que l’on les compare avec ce que les enseignants nous ont dit au cours des interviews, on s’aperçoit qu’il y a des incongruités.

31L’élément qui met ce problème en évidence est l’implication des parents dans les activités liées à la Boîte : seulement 31,3 % de l’échantillon invite les parents et cette pratique n’est en aucun cas systématique. Il y a donc de la part des enseignants la conscience de l’importance de travailler des aspects multiculturels et non pas seulement linguistiques, mais dans la pratique, très peu d’entre eux utilisent des histoires qui appartiennent à la tradition des pays étrangers ou des langues différentes.

Points forts

32Chaque entretien s’est ouvert et terminé avec des questions qui demandaient aux interviewés qui utilisent la Boîte leur opinion, afin de mieux comprendre quels sont les éléments de l’instrument les plus intéressants selon eux. En répondant à cette question, les enseignants ont souligné que l’élément le plus captivant de la Boîte pour les enfants est le mystère et le suspense qu’elle crée dans la classe, sa dimension de surprise stimule beaucoup la curiosité et l’attention des élèves.

33De plus, selon eux, la dimension interactive de l’utilisation de l’outil, qui invite les enfants à sentir, goûter, toucher les éléments de l’histoire, et le fait que la Boîte est construite avec des matériaux de récupération présents dans l’école, facilitent grandement l’implication des enfants dans l’activité et simplifient la construction narrative. L’autre caractéristique en faveur de son utilisation selon les interviewés est le langage, qui est indirect, l’absence de structures syntaxiques compliquées et en même temps la présence d’un vocabulaire que les enfants peuvent s’approprier facilement. Ils nous disent : « Les enfants répondent très bien, ils acceptent sans problèmes l’usage d’autres langues et ils aiment beaucoup cette activité » (i bambini rispondono benissimo, accettano senza problemi l’uso di altre lingue e piace molto anche a loro).

34De toute façon, les résultats du questionnaire et des interviews des enseignants mettent en évidence que tous, même ceux qui n’utilisent pas forcément la Boîte au quotidien, seraient intéressés à participer à des cours de formation et à recevoir plus de matériel concernant l’outil. En particulier, les trois sujets qui ont affirmé ne jamais avoir utilisé la Boîte avec leurs élèves ont répondu positivement à la question : « Seriez-vous intéressé à en savoir plus par rapport à l’outil didactique (à travers des cours de formation spécifiques ou la diffusion de nouveaux matériaux et informations ? » (Sarebbe interessato/a ad approfondire la conoscenza dello strumento didattico (tramite corsi di formazione specifici o diffusione di nuovo materiale e informazioni?)

Points à critiquer

35Repérés au cours des entretiens et à partir des données du questionnaire, il s’agit principalement de trois aspects : les caractéristiques particulières de l’outil et le temps que sa construction requiert, les langues avec lesquelles il est présenté aux enfants et l’implication des parents, donc l’introduction des cultures des familles dans la classe.

36En effet, sur 12 interviewés, 3 affirment avoir rencontré de la résistance de la part des collègues par rapport à l’utilisation de ce nouvel instrument, principalement due à l’insécurité liée au fait de ne pas savoir utiliser la Boîte, la quantité de temps que sa construction prend et le fait de ne pas se sentir à l’aise avec ce type particulier d’instrument. Dans certains cas ces problèmes ont été résolus grâce à la collaboration entre enseignants : ceux qui ont effectué la formation ont présenté la Boîte aux collègues, en leur expliquant ce qu’ils avaient appris pendant les cours et ont partagé avec eux les matériels et les connaissances qu’ils avaient acquis.

37Au contraire, d’autres interviewés ont expliqué que les collègues n’ont pas voulu utiliser l’instrument, un enseignant en particulier nous raconte : « De la part de mes collègues j’ai remarqué un peu de peur de ne pas savoir l’utiliser, parce qu’elles n’avaient pas été formées. Elles ont préparé tout le matériel de la Boîte, mais elles ne l’ont jamais utilisée » (Da parte delle mie colleghe ho visto un pò di paura di non saperlo fare, perché non erano state formate. Hanno preparato tutto il materiale della boîte à histoires, ma poi non lo hanno utilizzato).

38Une autre critique concerne la faible utilisation des langues faisant partie du patrimoine culturel des enseignants. Si on considère l’italien, le français, le francoprovençal et l’anglais comme langues faisant partie du contexte culturel et linguistique des écoles valdôtaines, il n’y a que six sujets qui en connaissent d’autres et parmi eux seulement deux les utilisent avec les élèves.

39J’ai aussi retenu l’intéressant témoignage d’un enseignant qui nous dit : « Il est difficile d’impliquer les parents parce que la technique n’est pas facile à gérer pour eux (même avec le soutien de l’enseignant) ; c’est plus simple de les inviter pour lire des livres en différentes langues » (È difficile coinvolgere i genitori perché la tecnica non è di facile gestione per loro (anche con il supporto della maestra, ovviamente) ; è più semplice invitarli a leggere libri in lingue diverse).

40De plus, parmi les raisons pour lesquelles il ne faudrait pas utiliser la Boîte, la plupart des participants au questionnaire a signalé qu’il faut y dédier trop de temps (43,8 %), qu’elle est trop compliquée à construire (20,8 %), qu’ils ne se sentent pas à l’aise avec des langues qu’ils ne connaissent pas (12,5 %) et que les parents ne sont pas disposés d’y participer (18,8 %).

41Au cours des interviews, j’ai aussi trouvé important de demander aux enseignants d’exprimer leur propre opinion par rapport à un aspect critique de l’instrument souligné par Anna Stevanato : le fait que pour raconter des histoires avec cet outil il faut avoir une « âme de conteur » et donc qu’il faut savoir interpréter l’histoire et la représenter de façon captivante. En effet, beaucoup d’entre eux m’ont dit avoir choisi un instrument en accord avec leurs intérêts : « J’aime bien le côté ludique et théâtral de mon métier. J’aime bien le théâtre, j’aime bien les langues, donc j’ai choisi un outil qui me plait » (Mi piace la parte più ludica e teatrale del mio mestiere. A me piace il teatro, piacciono le lingue, quindi mi sono scelta uno strumento che mi piace). Certains soulignent le fait que leur métier a beaucoup à faire avec la narration ; donc l’instrument s’insère à l’intérieur des compétences déjà possédées par un-e enseignant-e de l’école enfantine.

Conclusion

42À travers cette recherche, j’ai recueilli beaucoup d’information concernant un domaine et un outil didactique qui, dans le contexte valdôtain, n’étaient pas encore explorés. Ce qui émerge, est que les enseignants font une utilisation correcte de la Boîte, et cohérente avec les objectifs de l’apprentissage plurilingue et pluriculturel décrits dans le CARAP (Conseil de l’Europe 2012), mais qu’en réalité, ils travaillent principalement l’apprentissage des langues déjà présentes à l’école, surtout le français.

43Il en ressort également que la Boîte s’intègre dans des démarches didactiques d’ouverture à la diversité linguistique et culturelle déjà largement répandue. Elle constitue donc un outil supplémentaire, où l’implication des familles des élèves représente un facteur essentiel.

44Tous les interviewés expriment des opinions très positives par rapport à la Boîte, ils la décrivent comme un outil amusant, qui stimule la fantaisie et la capacité d’attention. Les résultats sur la diffusion dans le contexte valdôtain de la Boîte révèlent que l’outil est connu par la quasi-totalité de l’échantillon, mais qu’il est utilisé plutôt occasionnellement (très peu d’enseignants en font une utilisation régulière).

45Les facteurs de contexte, tels que la taille de la section, le lieu où se trouve l’école et la présence d’élèves non-italophones, n’influencent pas particulièrement la diffusion de la Boîte. Cependant, les éléments qui peuvent en limiter l’utilisation dérivent des facteurs linguistiques et culturels internes et externes à l’école. Pour présenter la Boîte les enseignants ont recours aux langues déjà enseignées à l’école et très peu d’entre eux connaît et utilise une autre langue ou utilise des histoires provenant d’autres cultures en travaillant des objectifs multiculturels plutôt que linguistiques.

46De plus, les parents, qui représentent l’élément-clé pour l’introduction d’autres langues et cultures à l’école, ne se sentiraient pas à l’aise avec l’outil ou ne sont pas vraiment disponibles pour participer à ce genre d’activité : ce problème s’avère important pour un bon pourcentage de l’échantillon et il nous a été signalé aussi par les enseignants.

47Le français fait déjà partie du patrimoine linguistique valdôtain et il est présent à l’intérieur de l’école. Il faudrait donc l’utiliser majoritairement comme langue-pont pour accéder à d’autres contenus éducatifs plutôt que d’en faire uniquement un objet d’apprentissage. Avec la Boîte on pourrait, en langue française, travailler sur des objectifs concernant les traditions et les coutumes africaines, avec l’anglais la culture anglo-saxonne ou américaine, et ainsi de suite.

48Il serait enfin intéressant de conduire une enquête parmi les familles à propos de la Boîte, afin de trouver des stratégies pour augmenter leur participation. Cet instrument est en effet fondé sur l’introduction à l’école des langues et cultures faisant partie du contexte de vie des élèves mais, si ce potentiel plurilingue et pluriculturel n’est pas exploité, la Boîte risque de se transformer simplement en un outil comme un autre pour l’apprentissage de la seule langue française en Vallée d’Aoste.

Haut de page

Bibliographie

Baron I. 2019. La boîte à histoires : de la conception de l’outil à son exploitation dans le contexte valdôtain. Mémoire de master, Université de la Vallée d’Aoste, Faculté de sciences de la formation (dir. Gabriella Vernetto).

Bezault E., Guyader G. 2015. La boîte à histoires pour le développement de la littératie et l’éveil aux langues. Disponible en ligne https://www.dulala.fr/wp-content/uploads/2017/03/2015_3_Bezault_Guyader.pdf.

Conseil de l’Europe. 2001. Cadre européen commun de référence pour les langues. Apprendre, enseigner, évaluer. Paris : Didier. Disponible en ligne https://www.coe.int/lang/fr.

Conseil de l’Europe. 2012. Centre Européen pour les langues vivantes. CARAP - Un cadre de référence pour les approches plurielles. Disponible en ligne https://carap.ecml.at/Documents/tabid/2668/language/fr-FR/Default.aspx

Jullian M.-A. 2013. Un projet pour l’éducation plurilingue et interculturelle, Éducation et sociétés plurilingues n° 35 : 3-13.

Jullian M.-A. & Vernetto G. 2016. Des contes dans nos langues : approches plurielles et valorisation des langues de l’environnement de l’enfant, pp. 51-68 in Blanchet P. & Kervran M. (dirs.), Langues minoritaires locales et éducation à la diversité. Des dispositifs didactiques à l’épreuve, Paris : L’Harmattan.

Région Autonome Vallée d’Aoste, Assessorat de l’éducation et de la culture, Rapporto sulla sperimentazione degli Adattamenti settembre 2016-gennaio 2018. Disponible en ligne http://www.scuole.vda.it/images/adattamenti/rapportocomtec18.pdf

Vernetto G. 2016. Il racconto : strumento di valorizzazione del plurilinguismo, Bambini, n° 32/4 : 29-34.

Vernetto G. 2017. Des parents conteurs ou comment faire entrer les langues familiales à l’école, pp. 114-128 in Revelli L., Tabouret-Keller A. & Varro G. (dirs.), Langues faibles/Lingue deboli, Torino/Paris : L’Harmattan Italia.

Association DULALA (D’une Langue à l’Autre) https://www.dulala.fr/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ilaria Baron, « Enquête sur la « boîte à histoires » en VdA »Éducation et sociétés plurilingues, 48 | 2020, 27-38.

Référence électronique

Ilaria Baron, « Enquête sur la « boîte à histoires » en VdA »Éducation et sociétés plurilingues [En ligne], 48 | 2020, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 03 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/esp/5091 ; DOI : https://doi.org/10.4000/esp.5091

Haut de page

Auteur

Ilaria Baron

Enseignante d’école élémentaire en Vallée d’Aoste (Italie)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search