Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionsAppels closGéographie et guerre. Au-delà du ...

Géographie et guerre. Au-delà du conflit en Ukraine, quels liens ? Quelles évolutions ?

Appel à contributions pour le numéro 47 de la revue L’Espace Politique

Date limite d'envoi des articles : le mercredi 1er février 2023 inclus

Numéro coordonné par :

- Philippe Boulanger (professeur, Sorbonne Université, philippe.boulanger@sorbonne-universite.fr),

- Stéphane Rosière (professeur, Université de Reims Champagne-Ardenne, stephanerosiere@orange.fr).

Introduction

Le déclenchement de l’« opération militaire spéciale » russe en Ukraine le 23 février 2022 a mis en évidence le retour de la guerre interétatique en Europe depuis 1945. En effet, la principale forme de conflit est demeurée pendant plus de trente ans le conflit à l’intérieur de l’État, à l’exception des guerres en Géorgie en 2008, au Haut-Karabakh en 2020 et dans la périphérie de l’Ukraine à partir de 2014. La réapparition de la guerre entre des États européens est un phénomène majeur qui invite à s’interroger sur ce qui est soit une inversion de tendance soit un épiphénomène.

La guerre actuelle en Ukraine, qui perdure et risque de s’éterniser, incite à s’interroger sur les liens existant entre la géographie, en tant que discipline académique, et la guerre. Ces relations sont au cœur de cet appel à articles qui a vocation à réunir des analyses sur les thèmes suivants : le retour de la guerre (1), soulignant la place de la guerre dans la géographie (2), le rôle de la géographie dans la guerre (3), le conflit ukrainien, ou tout autre conflit (4).

1. Le retour de la guerre ?

La fin du recours à la guerre a été l’un des paradigmes des relations internationales et des sciences humaines depuis la fin de la guerre froide. La guerre ne disparaissait peut-être pas en tant que telle, mais d’autres formes de conflits armés devenaient prépondérantes au point que les conflits majeurs (faisant plus de 1 000 morts par an) étaient prétendument frappés d’« obsolescence » (Mueller, 1989, 2009 ; Fortman et Gomand, 2004).

Le déclin apparent des guerres, comme l’ont souligné à partir des années 2000, les rapports de think tanks spécialisés (le Centre de sécurité humaine de Vancouver) était attesté pour les guerres interétatiques. Les États occidentaux notamment semblaient s’engager dans un processus de « hollandisation » (Mueller, 2009) — soit une imitation du modèle néerlandais en vertu duquel ce pays s’est concentré sur son développement économique dès le XVIIe siècle. Dans ce contexte, « les puissances commerciales ont remplacé les puissances militaires » (Fortman et Gomand, 2004). Pourtant, comme le rappelait de manière avisée John Mearsheimer dès 1990, la menace de la guerre n’était pas définitivement écartée, d’une part perduraient nombre de conflits « oubliés », notamment en Afrique ; d’autre part, « il n’est besoin que d’un pays pour décider que la guerre est à nouveau une entreprise viable » (Mearsheimer, 1990, p.41). La Russie a été ce pays en 2022, mais les États-Unis lors de l’invasion de l’Irak en 2003 ont aussi franchi le Rubicon… faisant de la guerre une option dans les Relations internationales.

L’hypothèse d’un « retour de la guerre » (Heisbourg, 2021) considérée comme presque farfelue au début du XXIe siècle est désormais clairement posée (Allison, 2019 ; Gomart, 2019). Au-delà de la guerre en Ukraine, les conflits se multiplient (dans le sillage de certaines révolutions, dont le printemps arabe de 2011). Selon François Heisbourg, ces conflits pourraient être les préludes d’une future Troisième Guerre mondiale comme le fut la guerre d’Espagne (1936-1939) qui annonça la Seconde Guerre mondiale : « La guerre d’Espagne n’a pas causé la guerre mondiale qui s’en est suivie, mais elle l’a préfigurée idéologiquement et militairement. Ce conflit montrait que les digues morales, politiques et stratégiques à un conflit général en Europe pouvaient être balayées » (Heibsourg, 2021, p. 12).

L’idée dominante dans les années 1990 était que la guerre interétatique appartenait au passé. La guerre ne se manifestait plus que sous la forme de conflits dits « périphériques » (comprendre loin de l’Occident), considérés à tort ou à raison comme marginaux. Dans les années 1990, les guerres étaient surtout « civiles » (Flint, 2005). L’expression de « conflit asymétrique » a été le label de la plupart des conflits du début du XXIe siècle (Baud, 2003). La « guerre par procuration » (proxi war) a été une autre forme de la conflictualité mise en exergue (Mumford, 2013). Dans ces guerres, les belligérants utilisent des tiers acteurs (groupes armés ou sociétés militaires privées) pour s’affronter sur le terrain. La notion de « guerre par procuration » a été développée durant la guerre froide (Bar-Simon-Tov, 1984). En effet, à cette période : « (…) L'engagement dans une guerre par procuration était un moyen pratique pour les superpuissances d'exercer leur influence et de tenter de maximiser leurs intérêts dans le tiers-monde, tout en réduisant simultanément le risque d'escalade du conflit » (Mumford, 2013). Ce label est resté en usage depuis les années 1990 et a été utilisé pour désigner de nombreux conflits et guerres civiles (en Irak et en Syrie notamment, mais aussi en Ukraine en 2014 où, officiellement au moins, la Russie n’est pas intervenue).

Loin des guerres asymétriques ou par procuration, avec la guerre en Ukraine en 2022, l’affrontement direct et ouvert entre puissances fait son retour. Aujourd’hui, « la guerre entre grandes puissances ou puissances régionales est redevenue possible à côté de la conflictualité dite « asymétrique » de la seconde moitié du XXe siècle » (Heisbourg, 2021, p.13). Cette situation est-elle inéluctable ou la guerre en Ukraine n’est-elle qu’une exception qui confirmerait la règle ?

La guerre contemporaine serait une « guerre hybride », selon l’expression aujourd’hui en vogue. Selon cette interprétation de la guerre aussi appelée « doctrine Guerassimov » (Galeotti, 2014 ; Dreyfus, 2020), — qui n’est pas sans évoquer la notion de « guerre totale » développée durant l’entre-deux-guerres (Ludendorff, 1937) —, des moyens non militaires peuvent se révéler plus efficaces que le recours à la force et servir les objectifs stratégiques (Guerassimov, 2013). Dans cette nouvelle forme de guerre totale, les moyens militaires sont accompagnés et renforcés notamment par des actions systématiques sur les réseaux sociaux (inondés d’accusations mensongères et de fake-news). Ces actions non militaires participent de la guerre et visent à discréditer le camp adverse comme en témoignent, entre autres, la légende de l’Ukraine nazie et les attaques contre la France au Sahel au printemps 2022. La guerre « hybride » est-elle une nouveauté ? Désinformation et fausses nouvelles ne sont-elles pas des tactiques anciennes ? Les réseaux sociaux forment en tout cas un nouveau champ d’affrontement dans lequel des armées de trolls s’affrontent dans le cyberespace.

Ce retour de la guerre, qu’elle soit classique ou hybride, dans les espaces physiques ou immatériels comme le cyberespace, suscite de nombreuses questions. Est-ce aussi le retour de l’État (rôle souligné lors de la pandémie de la Covid-19), le retour des frontières (internationales, mais aussi internes ou locales avec les confinements) prenant à contrepied l’idée répandue de « retrait de l’État » soulignée depuis la fin de la guerre froide ? Le rôle, périphérique en Ukraine, des sociétés militaires privées est un des éléments de l’effacement de la frontière entre le niveau étatique et le niveau non étatique.

2. La place de la guerre dans la géographie

Les liens existants entre la guerre et la géographie, notamment la place de la guerre dans la géographie, sont complexes et ambigus. Même si Friedrich Ratzel avait sous-titré Géographie des États, du commerce et de la guerre sa Géographie politique (Ratzel, 1897), la discipline s’est longtemps détournée des préoccupations militaires et stratégiques. Durant l’entre-deux-guerres, malgré l’intérêt de géographes comme Albert Demangeon, Jacques Ancel ou Isaiah Bowman, la géographie (dominée en France par la figure de De Martonne) tourne le dos au politique en général et à la guerre en particulier.

Il faut attendre les années 1970 pour que les liens entre géographie et guerre, minorés ou occultés soient (re)mis en évidence. Au début de l’année 1976, sortait le premier numéro de la revue Hérodote dont la couverture représentait un bombardier américain B 52 stylisé au-dessus d’un paysage rural lardé d’impacts de bombes. Cette image forte évoquait explicitement les bombardements américains sur le delta du fleuve Rouge que le géographe Yves Lacoste analysait (Lacoste, 1976a ; Bowd, 2022). Yves Lacoste enfonçait le clou avec la sortie de La géographie ça sert, d’abord, à faire la guerre (Lacoste, 1976b) dont les premières pages soulignent une nouvelle fois l’intensité des relations entre guerre et géographie.

Malgré ces coups d’éclat dont l’impact médiatique a été inhabituel pour des publications de géographes, les recherches contemporaines ont été poursuivi de manière ponctuelle (entre autres : Flint, 2007 ; Boulanger, 2020 et 2022 ; Cattaruzza, 2014). Mais quelle est la place de la guerre dans la géographie contemporaine ? C’est l’une des questions centrales posée dans ce numéro pour susciter le débat.

Deux visions contradictoires peuvent être mis en exergue : marginalité des liens entre guerre et géographie ou, au contraire, étroitesse des liens. Dans la première option, on doit souligner comment une partie des géographes a considéré la guerre comme un phénomène hors de leur champ d’étude. Cette position était bien évidemment renforcée par le recul souligné plus haut des guerres interétatiques. Ainsi, la notion de guerre était présentée dans Les mots de la géographie, le dictionnaire dirigé par Roger Brunet publié en 1991, mais de façon rapide. La notice « guerre » faisait 14 lignes. A titre de comparaison, la suivante, « gueux », comptait 9 lignes ce qui atteste la marginalité de cet objet de recherche, même si cet ouvrage intégrait une définition plus longue du mot guérilla (30 lignes). Dans leur Dictionnaire de la géographie et des sciences sociales, Jacques Lévy et Michel Lussault consacrent à la guerre un volume nettement supérieur (presque 4 pages), mais la guerre y est présentée comme intrinsèquement liée à la géopolitique qui est définie de manière restrictive comme l’étude de la guerre entre les États : « On peut appeler logique géopolitique l’ensemble des processus qui ont l’existence et l’intégrité territoriale des États pour enjeu » (Durand et alii, 1992, p.19).

Autre facteur éloignant la guerre de la géographie, les géographes se sont longtemps positionnés comme des analystes des temps longs qui ne devaient pas s’attacher aux épiphénomènes, violents ou non. Ils devaient analyser les paysages, les milieux, les sociétés avec un recul arasant les crises et les pics de tension. Ce positionnement distancié expliquait lui aussi le faible intérêt de la discipline pour la guerre qui, de manière générale, ne la concernerait pas et serait plutôt l’objet d’étude de la géopolitique. Ce passage d’une discipline à l’autre avec l’émergence de la guerre pose la délicate question du seuil à partir duquel un conflit ne serait plus un objet géographique et deviendrait un objet géopolitique (cette dernière étant réduite à une analyse de la conflictualité interétatique). Mais où placer ce seuil alors que, par exemple, les sociétés militaires privées agissent en lieu et place des États et que la frontière séparant les domaines civils et militaires tend à s’estomper. Est-il vraiment possible de faire la distinction entre des conflits non-étatiques et des conflits étatiques ? Les trolls ne sont-ils, par exemple, que des acteurs agissant sous couvert d’opinion publique en faveur des États ? Enfin, où s’arrêtent et commencent l’État et la guerre ? Des réflexions sur seront bienvenues. Les révolutions (peu étudiées, elles aussi, par les géographes, voir cependant Rosière, 2011) peuvent se transformer en guerre, comme en Ukraine en 2014. Ces soubresauts politiques sont-ils des objets d’étude de la géographie ?

3. L’apport de la géographie dans les opérations militaires

La géographie sert donc à faire la guerre, au sens militaire et classique du terme. Mais de quelle façon cette discipline est-elle utilisée par les militaires ?

Le développement de la géographie militaire est l’une des formes de l’interaction entre acteurs guerre et géographie : « L’art de la guerre (…) prend toujours en compte les facteurs géographiques qu’ils soient physiques ou humains. » (Boulanger, 2020, p.14). La géographie militaire « renvoie (…) à l’étude du milieu ou d’un espace à des fins stratégiques et tactiques » (Boulanger, 2020, p.39).

La différence entre géographie universitaire et militaire relève largement de la finalité de la réflexion plus que des connaissances mises en œuvre. La cartographie est une dimension importante de cette branche de la géographie. De manière intéressante, chez les Anglo-Saxons, qui donnent le « la » de la discipline, la carte est considérée comme un outil militaire et pas scientifique. L’absence ou la rareté des cartes caractérise les démarches anglo-saxonnes (mais pas françaises) et souligne un écart entre les préoccupations des géographes et celles des militaires.

L’acquisition des données environnementales est décisive pour toute opération. De manière étonnante la guerre en Ukraine montre un certain déni de ces données avec une attaque lancée peu de temps avant la raspoutitsa — le dégel des sols au printemps -, qui a contribué aux échecs initiaux des Russes. Photographie aérienne et images satellites, intelligence artificielle et analyse spatiale sont des éléments centraux dans la connaissance des théâtres d’opérations. En France, le groupe géographique de l’armée de terre, basé à Haguenau, symbolise le lien entre l’étude du milieu, la cartographie et l’armée : « Les méthodes d’analyse employées [par les militaires] varient selon les institutions (…) mais toutes se rejoignent pour connaître l’impact du milieu sur la décision tactique (…) » (Boulanger, 2020, p. 59) ; « La prise en compte de l’information géographique constitue un élément essentiel de la victoire [théorisée] sous le nom de “doctrine d’emploi du terrain” » (Boulanger, 2020, p. 61). A l’inverse, la sous-estimation du facteur géographique est une cause de défaite et les besoins en information géographique restent considérables, intégrant aussi les données liées à l’environnement humain dont l’importance va croissant dans les opérations extérieures de maintien de la paix et de gestion de crise. Parallèlement à la nécessité de disposer de connaissances géographiques au profit des unités et des états-majors sur les théâtres, le besoin en renseignement militaire s’est développé de manière continue depuis le début des années 2010 et fait un usage croissant des nouvelles technologies numériques et à une nouvelle culture géographique des militaires. Aussi, d’autres espaces sont pris en compte par les militaires dans les doctrines actuelles (tout en tenant compte des espaces physiques plus anciens) : le cyberespace (Cattaruzza, 2019, pp.115-126), l’espace extra-atmosphérique (Peter, 2006) ou l’infosphère (Boulanger, 2014, 2021 ; Nocetti, 2015 ; Marangé, 2017, etc.).

Si les compétences des géographes semblent correspondre aux besoins des militaires, l’évolution de la géographie contemporaine, qui s’éloigne des terrains pour être pensée comme science sociale, semble fragiliser ce lien. Quels sont les apports de la recherche contemporaine en géographie à l’étude de la guerre ? Comment les militaires ont-ils pu tirer profit des évolutions de la géographie ?

4. Guerre en Ukraine et au-delà, analyses de cas.

Les coordinateurs de ce numéro spécial s’intéressent aussi aux études de cas. La guerre en Ukraine est une source majeure d’enseignements. Elle montre à la fois l’importance du terrain, la révolution des technologies de l’information et des communications (cyber-opérations) et la percée d’armes (relativement) nouvelles comme les drones. La guerre du Haut-Karabakh à l’automne 2020 et la guerre asymétrique au Sahel depuis 2013 avaient d’ailleurs souligné l’importance de ces systèmes d’armes.

4.1. Le terrain reste une donnée incontournable.

Les fleuves et les villes sont des obstacles pour les armées mécanisées. En Ukraine, ils jouent rôle important (la ville gène l’utilisation des chars, elle est propice à la guérilla).

Dans ce milieu relativement plat, les composants du terrain constituent des lignes frontières et des obstacles majeurs sur un théâtre d’opérations. Au printemps 2022, les combats sur le pont à l’estuaire du Dnipro, près de Kherson, puis au pont d’Irpin dans la banlieue de Kiev, puis les tentatives de franchissement du Donetsk du Nord par les forces russes l’attestent. Comme le souligne le thème du franchissement des cours d’eau, la tactique reste donc tributaire d’une bonne connaissance du milieu et d’une capacité à utiliser au mieux la topographie comme la végétation. Ces réflexions renvoient à des données très classiques de la géographie académique. Peut-on parler d’une réhabilitation du terrain pour les géographes qui, de plus en plus, se scindent entre physiciens et humanistes ? Penser la guerre ne souligne-t-il pas les dangers de ce positionnement ? La guerre réunifie-t-elle la géographie ?

4.2. Les nouvelles formes de la guerre

La guerre en Ukraine, comme celle de 2020 entre Arméniens et Azerbaïdjanais, met en évidence l’opposition entre sunset et sunrise systems (Heisbourg, p.108), soit les systèmes anciens et les nouveaux systèmes de l’âge numérique. Les longues colonnes de chars russes attaquées par des drones armés des unités très mobiles des Ukrainiens comme Aerorozvidka ont été un exemple frappant. Les Russes disposent d’armes de nouvelles générations comme les missiles hypersoniques, même si leur utilisation ponctuelle n’a semble-t-il pas apporté de gains tactiques majeurs à l’armée russe. Comment la technologie est-elle en train de transformer la guerre ?

La course aux nouvelles technologies est symbolisée par le drone, arme dont l’efficacité est soulignée par le conflit en Ukraine, en Libye, en Azerbaïdjan et au Moyen-Orient. Cette course demande des moyens, mais les drones sont bien moins coûteux que les armes qu’ils peuvent détruire (chars). Cependant, « plus que les contraintes financières ou les barrières technologiques, c’est l’aptitude mentale et organisationnelle [qui est] cruciale » (Heisbourg, p.109). La technologie n’est pas la panacée alors que la volonté s’impose comme un facteur déterminant.

4.3. La guerre de l’information.

Mises en exergue par les notions de guerre « totale » ou de guerre « hybride », l’information et l’influence sur les réseaux sociaux sont des paramètres décisifs de toute guerre contemporaine. On a pu désigner l’information comme un autre front et les trolls ou les internautes d’une façon générale comme des soldats. La guerre sur les réseaux intéresse aussi les coordinateurs de ce numéro qui, par ailleurs, sont intéressés par toute analyse d’un conflit autre que l’Ukraine (notamment au Sahel où, on l’oublie trop souvent, la France et l’Union européenne font aussi face à la Russie).

Calendrier

- Date limite d’envoi des articles : le mercredi 1er février 2023 (inclus)

- Mise en ligne du numéro : courant 2023

Recommandations, procédure de dépôt et contacts

Les articles ne doivent pas dépasser 60 000 signes (espaces non compris) et respecter les normes de publication de L’Espace Politique [En ligne http://espacepolitique.revues.org/1302].

Les propositions d’articles sont à envoyer conjointement à Philippe Boulanger et Stéphane Rosière (philippe.boulanger@sorbonne-universite.fr,stephanerosiere@orange.fr).

Bibliographie

ALLISON, G., 2019, Vers la guerre. L’Amérique et la Chine dans le piège de Thucydide ?, Paris, Odile Jacob.

BAR-SIMAN-TOV, Y., 1984, “The Strategy of War by Proxy”, Cooperation and Conflict, vol.19, n°4, p. 263-273.

BAUD, J., 2003, La guerre asymétrique, ou la défaite du vainqueur, Monaco, éditions du Rocher, 212 p.

BOULANGER, P., 2006, Géographie militaire, Paris, Ellipses, coll. « Carrefours. Les dossiers ».

BOULANGER, P., 2015, Géographie militaire et géostratégie, Paris, Armand Colin, coll. « U Géographie » [Première édition 2011].

BOULANGER, P., 2016, Géographie et guerre, De la géographie militaire au Geospatial Intelligence en France (XVIIIe-XXIe s.), Société de géographie de Paris.

BOULANGER, P., 2020, La géographie, reine des batailles, Paris, Perrin/ministère des armées.

BOULANGER, P., 2021, Planète médias, géopolitique des réseaux et de l’influence, Armand Colin, collection Objectif Monde, (1e edition en 2014).

BOULANGER, P., 2022, Géographie, Geoint et opérations, actes du colloque en partenariat avec l’IHEDN, la Société de géographie de Paris et le Centre d’Intelligence artificielle (18-19 juin 2021), Sorbonne Université, Société de géographie.

BOWD, G.P. ; CLAYTON, D.W., 2022, « La guerre géographique sous les tropiques : Yves Lacoste et la guerre du Vietnam », L’Espace Politique [En ligne], n°43 (2021-01), mis en ligne le 01 mars 2022. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/9491 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.9491.

CATTARUZZA, A., 2014, Atlas des guerres et des conflits. Un tour du monde géopolitique, Paris, Autrement, coll. « Atlas/monde ».

CATTARUZZA, A., 2019, Géopolitique des données numériques. Pouvoir et conflits à l’heure du Big Data, Paris, Le Cavalier Bleu.

DAVID, C.-P. ; SCHMITT, O., 2020, La guerre et la paix. Approches et enjeux de la sécurité et de la stratégie, Paris, Les manuels de Science-Po, 600 p.

DREYFUS, E., 2020, Mythes et réalités de la « doctrine Guerassimov » et de la guerre hybride russe, mis en ligne le 11 décembre , IRSEM, Têtes chercheuses, n°7, [En ligne] https://www.irsem.fr/le-collimateur/tetes-chercheuses-7-mythes-et-realites-de-la-doctrine-guerassimov-et-de-la-guerre-hybride-russe.html

DURAND M.-F. ; LÉVY, J. ; RETAILLÉ, D., (1992), Le Monde espace et systèmes, Paris, Presses de la FNSP / Dalloz, 565 p.

FLINT, C., (Ed.), 2005, Geography of War and Peace. From death Camps to diplomats, Oxford, New York, Oxford University Press, 462 p.

FORTMANN, M. ; GOMAND, J., 2004, « L’obsolescence des guerres interétatiques ? Une relecture de John Mueller », Raisons politiques, n°13, pp. 79-96.

GALEOTTI, M., 2014, « La “doctrine Gerasimov” et la guerre non linéaire russe », Le Saker francophone, [En ligne] https://lesakerfrancophone.fr/la-doctrine-de-valery-gerasimov#fnref-106716-20

GUERASSIMOV, V., 2013, « La valeur de la science dans la prédiction », Voenno-promyshlennyi kur’er (Le courrier militaro-industriel), 27 février 2013.

GOMART, T., 2019, L’affolement du monde. 10 enjeux géopolitiques, Paris, Tallandier.

HEISBOURG, F., 2021, Le retour de la guerre, Paris, Odile Jacob.

LACOSTE, Y., 1976a, « Enquête sur les bombardements des digues du fleuve rouge. Méthode d’analyse et réflexion d’ensemble », Hérodote, n°1, pp.86-117.

LACOSTE, Y., 1976b, La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre, Paris, éditions François Maspero, « Petite collection Maspero ».

LUDENDORFF, E., 1937, La guerre totale, Paris, Flammarion.

MARANGE, C., 2017, « Les stratégies et les pratiques d’influence de la Russie », Études, n°49, IRSEM.

MEARSHEIMER, John, 1990, « Back to the Future: Instability in Europe after the Cold War », International Security, vol. 15, n°1, pp. 5-56

MUELLER, John, 1989, Retreat from Doomsday. The obsolescence of major war, New York, Basic Books,

MUELLER, J., 2009, « War has almost ceased to exist: an Assessment », Political Science Quarterly, vol.124, n°2, pp.297-321.

MUMFORD, A., 2013, Proxy warfare, Cambridge, Polity Press, 180 p.

NOCETTI, J., 2015, « Guerre de l’information : le web russe dans le conflit en Ukraine », IFRI, Focus Stratégique n°62.

PETER, N., 2006, « The changing geopolitics of space activities », Space Policy, Vol.22, n°2, p. 100-109.

RATZEL, F., 1897, Politische Geographie. Geographie der Staaten, des Verkehrs und des Krieges, Munich/Leipzig, R. Oldenbourg.

ROSIÈRE, S., 2011, Géographie des conflits armés et des violences politiques, Paris, Ellipses [Avec la collaboration de Yann Richard, auteur du chapitre 6].

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search