Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45Le handicap : spatialités et terr...Disability studies et géographie ...

Le handicap : spatialités et territorialités d’un phénomène socio-culturel

Disability studies et géographie du handicap : oppositions, rapprochements et enjeux épistémologiques croisés

Disability studies and geography of disability : oppositions, rapprochements and intersecting epistemological issues
Meddy Escuriet

Résumés

Instituées dans les pays anglo-saxons et scandinaves comme un champ de recherche pluridisciplinaire et militant sur le handicap, l’apport des disability studies a peu touché la France. Interrogeant à partir du handicap, les caractéristiques des sociétés et des cultures, les préoccupations de ce champ de recherche sont utiles à la géographie car elles permettent de mener des réflexions sur les barrières spatiales ou sur la diversité des façons de percevoir ou de se représenter l’espace. Rédigé à partir d’un important travail de recherche bibliographique, cet article, présentant de nombreux travaux souvent méconnus en France, vise à mettre en lien les disability studies et la géographie afin d’identifier avec précision les points communs théoriques qui les relient. S’articulant autour de la dualité matérialisme, idéalisme, leur histoire épistémologique respective comporte plusieurs zones d’ancrage offrant la possibilité d’alimenter des réflexions engagées, militantes et critiques sur la place réservée au handicap dans la société et la culture, mais également dans l’espace.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Dans l’objectif d’améliorer la clarté de mon propos, j’ai, tout au long de l’article, fait le choix (...)

1L’expression disability studies est difficilement transposable en français (Albrecht et al., 2001). Elle renvoie au contexte bien particulier de développement d’un champ de recherche spécifique sur le handicap émergeant dans un premier temps dans les pays scandinaves, en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Établies en lien étroit avec la mobilisation de mouvements sociaux, qui se structurent dans une optique critique et politique (Simonsen, 2005 ; Winance et Ravaud, 2010), les disability studies militent en faveur des droits des personnes ayant des déficiences1. En liant recherche scientifique et revendications politiques, elles ont progressivement acquis un statut de courant académique autonome à l'instar de ce qui s'est fait dans le domaine des women studies ou des ethnic studies (Albrecht et al., 2001). Dès leur origine, elles se caractérisent par un fort degré de pluridisciplinarité résidant dans le fait que le handicap est par essence un phénomène global s’intégrant dans les interstices des différentes disciplines des sciences humaines et sociales. Dans les pays dans lesquels les disability studies ont vu le jour, l’histoire des recherches géographiques, militantes et scientifiques sur le handicap a suivi deux logiques d’évolutions parallèles. D’une part, les préoccupations des géographes se sont progressivement modifiées au gré des mutations paradig­matiques propres à la discipline, d’autre part, elles ont subi les influences des divers courants des disability studies. Entre évolutions de la géographie et progression des théorisations internes à ce champ de recherche, cet article a pour vocation d’analyser les enjeux et les productions scientifiques issus de cette double appartenance disciplinaire.

2Pour cerner de quelle façon les géographes se sont saisis des apports croisés liés aux évolutions théoriques en géographie et internes aux disablity studies, il est nécessaire de comprendre les différentes tendances épistémologiques qui structurent ce champ de recherche. Pourtant, en consultant uniquement des références francophones sur le sujet (Ravaud, 1999 ; Albrecht et al., 2001 ; De Riedmatten et al., 2003 ; Barral, 2004 ; Fougeyrollas, 2007 ; Borioli, 2010, Kerbourc’h, 2017 ; Baudot, 2022), le lecteur est rapidement confronté à un blocage important. En effet, la littérature qui retrace ou évoque en français la genèse des disability studies décompose bien souvent les tendances de recherches sous la forme d’une typologie binaire, regroupant deux modèles principaux du handicap : le modèle individuel et le modèle social. Alors que le modèle individuel rassemble les positions contre lesquelles les disability studies se sont fermement opposées, le modèle social est souvent annoncé comme étant l’unique bloc théorique représentant les perspectives militantes des recherches. En réalité, derrière l’expression modèle social, utilisée par les francophones, se cache des sous-modèles qui se caractérisent par leur ancrage dans une épistémologie matérialiste ou idéaliste. En s’imbriquant plus ou moins fortement dans les différents courants géographiques, ces conceptualisations du handicap ont permis l’émergence de travaux se focalisant sur la dimension spatiale des limites sociales et/ou culturelles qui contraignent les personnes avec des déficiences.

3Produit du constat d’un manque d’informations dans la littérature francophone sur la diversité des disability studies et a fortiori sur les liens existants avec la géographie, l’objectif de cet article est de mettre en parallèle la manière dont ce champ de recherche a considéré le handicap avec plusieurs des influences qui ont nourri la géographie depuis la seconde moitié du XXème siècle. En plus de saisir les principales évolutions épistémologiques des disability studies, cette réflexion offre la possibilité de présenter les préoccupations contemporaines des géographes contestant la vision uniquement médicale et individuelle du handicap.

4Dans un premier temps, nous nous intéresserons aux différences existant entre le modèle individuel et le modèle social du handicap. Bien plus complexe qu’il en a l’air, le modèle social se subdivise en plusieurs courants épistémologiques qui se distinguent par différents degrés d’intégration dans le matérialisme ou l’idéalisme. Les théorisations matérialistes et marxistes des disability studies seront abordées dans un second temps. Considérant que le handicap désigne l’oppression sociale qui s’applique sur les personnes ayant une déficience, elles ont été mobilisées par des géographes radicaux s’intéressant aux structures socio-spatiales génératrices d’exclusion sociale. Dans un troisième temps, nous nous focaliserons sur les perspectives de recherche des diability studies pour lesquelles l’explication de l’origine du handicap est davantage liée à des éléments idéels et culturels qu’à des facteurs matériels et sociaux. Ayant notamment bénéficié de l’influence du postmodernisme, elles regroupent des recherches qui accordent une grande importance à la subjectivité individuelle et au vécu des personnes. Plusieurs travaux de géographie culturelle, humaniste et postmoderne, analysant le handicap en s’intéressant aux émotions et aux affects, peuvent se rattacher à cette position d’étude. À travers l’exemple des disability studies critiques et des théories crip qui appréhendent le handicap comme un phénomène socio-culturel, nous aborderons, pour terminer, le fait que les disability studies et les études du handicap en géographie parviennent à réunir matérialisme et idéalisme, géographie radicale et géographie culturelle, humaniste et postmoderne.

Modèle individuel et modèle social du handicap : une opposition incomplète

5Pour la chercheuse canadienne Rioux (1997), il existe deux perceptions du handicap radicalement opposées : une perception du handicap comme pathologie individuelle contre laquelle se sont érigées les disability studies et une comme pathologie sociale. Leur opposition réside dans la localisation de l’origine du handicap ; dans le premier cas, il est inhérent à l’individu, dans le second, il est lié aux structures sociales et aux contextes culturels. Ces deux visions opposées reflètent deux conceptions du handicap en tant qu’objet de recherche, deux modèles radicalement différents. Dans le cadre du modèle individuel, les facteurs à l’origine du handicap sont à rechercher à l’échelle de l’individu et prennent la forme d’éléments biologiques ou fonctionnels. Au contraire, dans le modèle social, les éléments à l’origine du handicap ne résident pas au niveau de l’individu mais dans une réalité socio-culturelle qui oppresse, stigmatise et marginalise les personnes différentes. Alors que les premiers travaux en géographie du handicap se plaçaient dans une conception médicale et individuelle, l’émergence des disability studies a offert la possibilité à des scientifiques militants d’élaborer différentes formes de réflexions sur la multiplicité des enjeux socio-spatiaux soulevés par le handicap.

Écologie des déficiences et handicap comme catégorie statistique : les premiers travaux en géographie du handicap

6Centrés autour des manques et des déficits, les premiers travaux géographiques sur le handicap, réalisés à la fin des années 1970, s’inscrivaient dans la continuité de la géographie médicale et s’articulaient sur le modèle individuel du handicap. Basée sur un déterminisme biologique, génétique et fonctionnel, cette façon de concevoir le phénomène expliquait l’expérience sociale négative vécue par les individus uniquement par leurs attributs personnels (Ravaud, 1999). Quel que soit le contexte social, culturel et spatial dans lequel évoluait la personne, le handicap, découlait automatiquement d’une déficience (Filiatrault, 2016). En mettant en lien handicap et espace, l’objectif de certains géographes de l’époque était d’établir une écologie des déficiences, comme ce fut le cas pour Mayer (1981) et Foster (1988) qui ont tous deux cherché à développer une écologie spatiale de la sclérose en plaques en cartographiant les taux de prévalence de cette maladie. Pour d’autres (Nicholson, 1991 ; Moore, 1992 ; Hugg, 1979 ; Chatterjee, 1995 ; Davey et Giles, 1979), le handicap était perçu seulement comme une catégorie statistique dont il était utile d’étudier la distribution en se basant sur les principes de la nouvelle géographie positiviste qui avait vu le jour au milieu du XXe siècle. Dans une perspective un peu différente, les travaux en géographie de Golledge (1993) et Golledge et Timmermans (1990) renvoyaient également à cette perception individuelle et médicale du handicap qu’ils considéraient comme étant automatiquement créée par la faiblesse physiologique. En s’intéressant aux capacités spatiales des personnes vivant avec une déficience, dans le but de les comprendre, ils tentaient alors de mesurer leurs incapacités cognitives en analysant les contraintes induites et les déformations qu’elles produisaient sur les espaces individuels.

7Si les premiers géographes envisageaient le handicap d’un point de vue médical, l’émergence des disability studies a permis une lecture plus critique des processus sociaux et culturels contribuant à l’exclusion et à la stigmatisation des personnes avec des déficiences. Présentée dans la littérature francophone sous l’appellation modèle social du handicap, cette perspective de recherche a généré des travaux très différents d’un point de vue épistémologique.

Dépasser le modèle social pour comprendre la richesse des disability studies : l’importance des oppositions épistémologiques

8Issues de contestations des conditions de vie dans les institutions, les disability studies se sont développées à partir des années 1960 dans les pays scandinaves. Émergeant dans les années 1970 en Grande-Bretagne en se basant sur des mouvements sociaux, elles se consolident dès les années 1980 aux États-Unis à partir d’une logique de mobilisation plus ancienne, liée au mouvement pour les droits civiques. Insistant sur l’attention portée au « paradigme social/politique/culturel » plutôt qu’au triptyque « prévention/traitement/remède » (Linton, 1998 in Albrecht et al., 2001, p. 58-59), les disability studies, quelle que soit la région du monde dans laquelle elles se sont développées, ont plusieurs points communs. En considérant que les différents facteurs à l’origine du handicap ne résident pas au niveau de l’individu mais sont présents dans la réalité socio-culturelle qui oppresse, stigmatise, marginalise, elles s’opposent fermement à une vision médicale, curative, réadaptative et réductrice du handicap.

  • 2 The social model was subsequently developed along the analytical lines of Marxist sociology.” (Gru (...)

9L’ensemble des positions défendues par les disability studies sont, dans la littérature francophone, souvent regroupées sous l’expression modèle social du handicap, présenté comme étant l’exact opposé du modèle individuel. Si l’opposition dichotomique (modèle individuel/modèle social) est simple à comprendre, elle occulte cependant des réalités scientifiques qui ont et qui préoccupent toujours les chercheurs. Permettant de s’extraire de cette binarité relayée dans la littérature francophone, certains théoriciens des disability studies ont élaboré de riches typologies des travaux de recherches menés. Ainsi, alors que Goodley (2011) propose quatre modèles du handicap (le handicap comme politique minoritaire, le handicap comme barrière sociale, le handicap comme construction culturelle ou encore le modèle relationnel nordique du handicap), pour Hall (2016), il en existerait six (moral, caritatif, médical, social, minoritaire et culturel). Les typologies de Grue (2011), et dans une moindre mesure celle de Shakespeare (1996) mettent, quant à elles, en lumière des modèles qui peuvent être directement reliés à leur aire géographique d’émergence. Aux États-Unis, les différentes formes d’activisme et de lobbying ont contribué au développement d’un modèle des minorités culturelles et à la perception des personnes handicapées en tant que groupe minoritaire (Grue, 2011). Pour Shakespeare (1996) et Grue (2011), les contestations britanniques ont été à l’origine de la genèse d’un modèle davantage axé sur l’oppression des personnes ayant des déficiences en développant des réflexions se structurant selon « selon les lignes analytiques marxistes » (Grue, 2011, p. 538)2. Par opposition aux États-Unis, la composition de la société britannique, fortement ouvrière, berceau de la révolution industrielle, permet d’éclairer le fait qu’un modèle social spécifique ait été développé en Grande-Bretagne se tournant vers une explication du handicap issue du matérialisme historique. Les disability studies scandinaves ont, elles, pris un tournant différent. En considérant que le handicap s'explique comme l'écart entre les capacités individuelles et les possibilités offertes par la société et ses institutions (Grue, 2011), les recherches finlandaises (Hästbacka et Nygård, 2013 ; Lempinen, 2017), norvégiennes (Kristiansen et al, 2008 ; Tøssebro, 2002, 2004 ; Brekke et al., 2020), suédoises ( Gustavsson, 2004 ; Värja et al., 2017 ), danoises (Shamshiri-Petersen et Krogh, 2020) ou islandaises (Bjarnason, 2002, 2004, 2008 ; Björnsdóttir, 2009 ; Traustadóttir, 1991, 1995, 1999, 2004, 2006 ; Hardonk et Halldórsdóttir, 2021) s’intéressent aux politiques publiques ou aux démarches d’évaluation des services médico-sociaux.

10Permettant de bien saisir la connotation épistémologique de chaque position d’étude, la typologie de Priestley (1998) est particulièrement bien adaptée à une analyse des courants théoriques des disability studies. Pour ce dernier, il existe deux grandes tendances qui s’opposent en raison de leur intégration dans une épistémologie matérialiste ou idéaliste. Alors que les typologies francophones donnent à voir deux modèles opposés (modèle individuel, modèle social), les théorisations britanniques sur le handicap ont donné naissance pour Priestley (1998) à un courant de recherche matérialiste, voire marxiste, se penchant sur les structures sociales génératrices d’oppression. S’opposant à ce modèle, une seconde perspective, plus récente, a débouché sur des travaux plus idéalistes et postmodernes mettant notamment l’accent sur les expériences vécues. Entrant en interaction et se confondant avec les principales logiques de pensée de la géographie radicale, culturelle, humaniste et postmoderne, ces deux tendances de recherche ont alimenté la géographie du handicap. Entre étude des structures socio-spatiales génératrices d’oppression, parfois analysées sous le prisme du marxisme, réflexions postmodernes sur les liens entre espace, culture et affects, elles ont permis l’émergence de travaux issus d’un véritablement croisement entre disability studies et géographie du handicap.

Identification des structures socio-spatiales oppressives : liens entre modèle social britannique et géographie radicale

11Le modèle social britannique a vu le jour sous l’impulsion d’Hunt et Finkelsein qui créent en 1972, l’Union of Physically Impaired Against Segregation (UPIAS). Dans son manifeste fondateur de 1974, révisé en 1976 (UPIAS, 1976 ; Oliver, 1996 ; Winance et Ravaud, 2010), l’UPIAS définit le handicap en se concentrant sur les barrières sociales qui contraignent les personnes ayant des déficiences (Stiker, 2013). En séparant la déficience (médicale) du handicap (oppression et exclusion sociale construites sur la base de la déficience), l’organisation défend l’idée que le handicap est entièrement créé par la société qui empêche la pleine participation des personnes. La racine des problèmes traversés par les individus, ne serait alors pas à chercher dans leurs dysfonctionnements corporels, mais plutôt dans l’existence d’une société oppressive et discriminatoire (Söder, 2009). Cette conception du handicap comme étant un phénomène complètement créé par la société a été à l’origine de nombreux travaux matérialistes et marxistes dès les années 1970. Faisant écho à la géographie radicale qui se développe au même moment, le modèle social britannique, utilisé par les géographes, a permis différentes théorisations sur les logiques d’exclusion socio-spatiale des personnes ayant des déficiences (Philo, 1989, 1995 ; Laws, 1994 ; Sibley, 1995 ; Gleeson, 1996, 1998 ; Park et Radford, 1997 ; Parr, 1997 ; Butler et Bowlby, 1997 ; Imrie, 1996, 2004, 2006 ; Kitchin, 2000 ; Imrie et Hall, 2001) avant d’être progressivement mis de côté au profit d’explications du handicap moins matérialistes et plus idéalistes.

Le handicap, une forme d’oppression et d’exclusion sociale : conceptualisations et théorisations britanniques

  • 3 – “The social model can thus be said to have a double purpose : to produce a scientifically valid s (...)
  • 4 Pour ceux qui s’inscrivent dans le modèle social britannique et qui séparent la déficience du handi (...)

12Dans leurs travaux, les auteurs qui se réclament du modèle social britannique (Finkelstein, 1975, 1980 ; Oliver, 1990 ; Barnes, 1991 ; Abberley, 1997, Thomas, 1999, 2007) et qui séparent la déficience du handicap, défendent que ce dernier est une véritable forme d'oppression sociale. Dans la continuité des travaux de l’UPIAS, cette approche doit beaucoup à Oliver (1990). Ayant lui-même une déficience motrice, il a articulé ses réflexions scientifiques autour de deux problèmes principaux que sa condition de sociologue lui avait permis d’identifier : l’absence du handicap dans les travaux de sociologie et l’existence d’obstacles qui ne lui permettaient pas une pleine participation sociale. Considérant que le handicap a été façonné en tant que catégorie sociale par des processus historiques et notamment le capitalisme, il a mis en place une théorie matérialiste et marxiste. Son objectif était alors de « produire une explication sociologique scientifiquement valable de la situation et des expériences des personnes handicapées afin de les guider dans leurs actions en vue d'un changement politique »3 (Söder, 2009, p. 69). Pour désigner le type de domination sociale particulière qui s’exerce sur les individus4, Oliver (1990) emprunte notamment le concept d’hégémonie au marxiste italien Gramsci (1971).

13S’imbriquant dans les théorisations de la géographie radicale, le modèle social britannique a permis le développement fécond d’études géographiques. Portant sur le lien entre structures sociales et production de l’espace, elles insistent sur les mécanismes excluants et oppressifs qui s’exercent sur les personnes ayant des déficiences et se matérialisent dans l’espace.

Matérialisme, marxisme et exclusion socio-spatiale : croisements entre modèle social britannique et géographie radicale

  • 5 These landscapes, for authors such as Sibley (1995) and Laws (1994), were characterised by geograp (...)
  • 6 The focus on the geographies of exclusion has influenced subsequent research, including work on th (...)

14Les théorisations radicales, matérialistes et marxistes qui animent les disability studies britanniques à partir des années 1970 peuvent directement être mises en relation avec le développement d’une géographie radicale qui se constitue dès la fin des années 1960. Fondée sur des « arguments anarchistes et marxistes non orthodoxes, la géographie radicale dénonce le ghetto dans lequel la nouvelle géographie s’est enfermée par l’hermétisme de son vocabulaire, l’abus de méthodes mathématiques perçues comme une fin et non comme un moyen. Elle estime que la manipulation des outils statistiques n’a été qu’un alibi pour éviter de se poser les questions fondamentales » (Sanguin, 1981, p. 561). Que ce soit en s’intéressant au mouvement des droits civiques afro-américains ou aux injustices urbaines dans une perspective marxiste, Bunge (1971) et Harvey (1973) dénoncent les inégalités générées par le système économique libéral et capitaliste tout en cherchant à développer « une géographie engagée du côté des minorités et des exclus, qui puisse donc être au service de dominés et non des dominants » (Guinard, 2019, p. 31). Entre le modèle social britannique et la géographie radicale, de nombreux travaux ont analysé, dès la fin des années 1980, l’influence négative qu’exercent les structures socio-spatiales sur les personnes ayant une déficience. Dans le champ de la santé mentale, en adoptant parfois une approche sociohistorique (Philo, 1989, 1995), Park et Radford (1997) et Parr (1997) utilisent la philosophie de Lefebvre comme grille de lecture pour comprendre les logiques de production d’espaces du pouvoir. C’est également le cas pour Laws (1994) et Sibley (1995) qui, en brossant les contours d’une géographie de l’exclusion, identifient des schémas oppressifs dans la production de l’espace. Ces derniers constatent que « des pratiques institu­tionnellement injustes et socialement oppressives, par l'action d'acteurs et d'agents, s'entremêlent dans la production de lieux marqués par l'exclusion de groupes sociaux particuliers, tels que les personnes handicapées » (Imrie et Edwards, 2007, p. 626)5. Dans le même temps, d’autres travaux de géographes s’intéressent à l’accessibilité des environnements architecturaux (Butler et Bowlby, 1997 ; Gleeson, 1998 ; Imrie, 1996, 2004, 2006 ; Kitchin, 2000 ; Imrie et Hall, 2001). Plus que de simplement étudier les barrières spatiales comme des facteurs expliquant le handicap, ils insistent sur « les processus sociaux, institutionnels et politiques qui produisent des espaces handicapants » (Imrie et Edwards, 2007, p. 626) 6.

  • 7 Amongst other things, materialism requires the recognition that all social relations are products (...)
  • 8 Far from being a natural human experience, disability is what may become of impairment as each soc (...)

15Du fait de leur positionnement fortement matérialiste, les travaux de Gleeson ressortent davantage. Dans un article de 1996 où il critique l’approche médicale de Golledge (1993), mentionnée plus haut, il en profite pour détailler sa théorie matérialiste du lien entre espace et handicap en s’appuyant notamment sur l’approche historico-matérialiste d’Harvey (1990). Gleeson (1996, p. 390) débute son exposé théorique en expliquant que le matérialisme reconnaît « que toutes les relations sociales sont le produit des pratiques que les êtres humains mettent en œuvre pour satisfaire leurs besoins fondamentaux en matière de nourriture, de logement, de liens affectifs, de mouvement et autres »7. Les pratiques sociales de chaque communauté résultent, pour Gleeson, de la transformation des matériaux de base (matériaux de première nature) qui correspondent aux éléments physiques issues des sociétés précédentes mais également aux caractéristiques biologiques des individus, en matériaux de seconde nature. Contrairement à Golledge (1993) qui considérait que le handicap était produit par une caractéristique biologique, pour Gleeson (1996) la déficience est de l’ordre des matériaux de première nature tandis que le handicap résulte, d’un processus négatif de transformation d’un élément de la première nature en un élément de la seconde. Il indique donc que le handicap n’est pas un phénomène naturel mais bel et bien le produit de la production de la société ; pour lui : « il n'y a pas de correspondance nécessaire entre déficience et handicap. Il n'y a que des correspondances historiques et géographiques qui sont obtenues lorsque certaines sociétés, au cours de leur production et de leur reproduction, transforment de manière oppressive la première nature de la déficience en handicap » (Gleeson, 1996, p. 391)8. La relation entre déficience et handicap étant pour Gleeson temporelle et spatiale, la géographie se doit de mettre en exergue les espaces issus de la dialectique socio-spatiale du capitalisme qui a dévalué les capacités des personnes ayant une déficience.

16Même si cette lecture matérialiste du handicap a acquis au fil du temps et de l’évolution des disability studies un statut presque iconique (Thomas, 2004), les critiques du modèle social britannique ont été nombreuses. Elles prennent principalement forme autour du fait qu’il semble exagéré de résumer le handicap à un phénomène cent pour cent social. On reproche par exemple à ses théoriciens de séparer les concepts de handicap et de déficience, pour se baser seulement sur les aspects sociaux liés à l’oppression. Pour ceux opposés au modèle social britannique comme Bury (1991, 2010) et Williams (2000), ou Shakespeare et Watson (2001), nier toute relation de cause à effet entre déficience et handicap revient à n’accorder aucune importance au corps et à la dimension incarnée et vécue, au détriment des facteurs sociaux sur-représentés. En parallèle du déclin du modèle social britannique, la géographie radicale anglo-saxonne, mais également française, a progressivement vue chuter le nombre de travaux ouvertement matérialistes. Si l’orientation marxiste était importante dans les écrits des années 1970, l’analyse des acteurs, de leurs intentionnalités et de leurs compétences stratégiques a progressivement remplacé celle des classes sociales pour donner lieu à une approche plus individualisée du social (Racine, 2013). En opposition au matérialisme et au marxisme du modèle social britannique, nous verrons ci-dessous que plusieurs chercheurs proposent à partir des années 1990 une lecture plus individuelle, idéelle et culturelle du handicap. Permettant de se décentrer de l’analyse des structures sociales pour interroger les normes et la subjectivité, ces travaux ont notamment bénéficié des apports du postmodernisme qui a également exercé une influence forte en géographie.

Approches culturelles et perspectives postmodernes : une hybridation entre les disability studies et la géographie culturelle, humaniste et postmoderne

17Les travaux des disability studies, qui s’opposent au modèle social britannique et se placent dans une épistémologie idéaliste, sont issus d’une deuxième génération de modélisateurs sociaux. Ces derniers ont théorisé le handicap postérieurement aux travaux du modèle social britannique, surtout à partir des années 1990 (Gustavsson, 2004). Cette perspective de recherche, hétéroclite, regroupe des travaux qui ont pour point commun d’accorder plus d’importance aux facteurs environnementaux, culturels et idéels que sociaux et économiques. Alors qu’ils s’intéressent dans un premier temps à la façon dont les cultures, les normes, les représentations et les valeurs définissent le handicap et la normalité (Bhaskar et Danermark, 2006), ils se positionnent par la suite dans le tournant postmoderne. Remettant en question le modèle social britannique, ainsi que la distinction binaire entre déficience et handicap, ils interrogent le rôle du langage dans la construction du handicap et s’intéressent aux expériences vécues.

La différence vectrice de stigmatisation ou créatrice d’identité ? L’importance du rôle de la culture

18Pour Gardou (2010), il est compliqué de saisir les liens entre handicap et culture sans comprendre que notre ordre social est en premier lieu mental. Il résulte de notre besoin de conformité, de notre désir d’un ordre souverain. Pour lui, nous, en tant qu’individus vivant dans une société dotée d’une culture, éprouvons le besoin de ramener la diversité « à une unité réductrice et à nous accrocher à des normes établies » (Gardou, 2010, p. 18). Dans la confrontation à l’altérité, si on perçoit l’autre comme différent, c’est qu’on le juge par rapport à une norme. Il y a des personnes différentes dans toutes les sociétés humaines et c’est la culture qui permet de donner sens à cette différence en définissant les attitudes et pratiques à adopter envers ces personnes ainsi que leur place dans la société (Piérart, 2013). Ces processus culturels de construction de normes excluantes pour les personnes ayant des déficiences ont été à la base de différents travaux (Roth, 1983 ; Scheer et Groce, 1988 ; Groce, 1985 ; Nicolaisen, 1995 ; Talle, 1995) s’inscrivant dans cette lecture plus idéelle et culturelle du handicap. Ces derniers soulignent le fait que les sociétés et les cultures, si elles peuvent être plus ou moins intégratives, peuvent également se livrer à un « ethnocentrisme de la normalité » (Bui-Xuân et al., 2004, p. 2). Comme l’écrivait Levy-Strauss dans Race et Histoire (1987, p. 18), faire preuve d’ethnocentrisme consiste à « répudier purement et simplement les formes culturelles, morales, religieuses, sociales, esthétiques qui sont les plus éloignées de celles auxquelles nous nous identifions ». Se focalisant davantage sur les multiples façons de percevoir le handicap en fonction des cultures, certains (Aall-Jillek, 1965 ; Hanks et Hanks, 1980) insistent sur la relativité culturelle de la norme ou tentent, à partir de diverses sources, de comprendre les représentations sociales de la déficience et les métaphores culturelles qui servent à la désigner (Phillips, 1990 ; Zola, 1986 ; Thurer, 1980 ; Woodill et al., 1992 ; Byrd, 1990 ; Ville et Ravaud, 1994).

  • 9 Defining disability as culture transcends internal determinants of disability, subsumes social and (...)

19Si la culture peut être un obstacle, les phénomènes de confrontation avec la culture dominante peuvent être également générateurs d’identité pour les personnes ayant des déficiences (Bui-Xuân et al., 2004). Ainsi, des travaux, qui s’inscrivent dans ce que Stiker (2013) nomme la théorie culturaliste, ont quant à eux étudié la culture handicapée, en se penchant sur « les personnes handicapées qui se constituent en groupes culturels avec leurs traits singuliers, à partir de conditions de vie, d’une histoire, etc. » (Stiker, 2013, p. 267). Pour French, Gilson et Depoy (2000) : « Définir le handicap comme une culture transcende les déterminants internes du handicap, englobe les aspects sociaux et politiques et crée un discours culturel qui caractérise le collectif des personnes handicapées. La vision culturelle du handicap suggère que tous les individus qui se définissent comme handicapés appartiennent à un groupe unique qui partage des expériences, des règles tacites, un langage et un discours. Dans cette optique, la notion de handicap est une notion d'appartenance à un groupe et de distinction par rapport aux autres groupes qui ne partagent pas l'identité du handicap (Mackelspang et Salsgiver, 1999) » (French Gilson et Depoy, 2000, p. 209 in Gustavsson, 2004, p. 61-62)9. Unies autour d’un langage commun, l’exemple des personnes sourdes est celui qui illustre le mieux l’intérêt de ce type de travaux. Lane (1990) a effectivement montré que la langue des signes, participe à leur unification en tant que groupe culturel à part entière et même comme un groupe minoritaire évoluant dans un contexte culturel dominant, celui des personnes entendantes (Stiker, 2013).

  • 10 Il est important de noter à ce stade, que tous les auteurs cités ne se revendiquent pas forcément d (...)
  • 11 Certaines approches postmodernes se positionnent dans un relativisme ontologique. En philosophie, l (...)

20Tout en admettant que la culture et les normes peuvent créer de la différence ou au contraire de la proximité, à partir de la fin des années 1990, plusieurs travaux sont au cœur d’un véritable tournant postmoderne dans les disability studies10. Se positionnant également dans une épistémologie idéaliste et pouvant relever d’un relativisme ontologique plus ou moins prononcé11, les postmodernes se placent dans une perspective plus militante que les orientations épistémologiques idéelles précédentes. Tout en défendant l’idée qu’il est nécessaire de mener des recherches sur le vécu et la subjectivité des individus, ils s’intéressent aux formes d’oppression non pas produites par les structures sociales et le système économique (modèle social britannique), mais davantage par les pratiques linguistiques qui créent des ordres sociaux influençant les conditions de vie des personnes handicapées (Gustavsson, 2004).

Le handicap : la quintessence du concept postmoderne

  • 1

21Le modernisme, issu de la philosophie des Lumières et bâti en articulation avec le projet capitaliste aurait été, pour les postmodernes, complice de la création d’inégalités sociales et de systèmes de privilèges et de pouvoir. Face au contexte international contemporain façonné par la mondialisation ou encore l’émergence des nouvelles technologies de la communication, les grandes théories explicatives et les grands récits (Lyotard, 1979 ; Keucheyan, 2010) ne sont, pour eux, plus suffisants pour expliquer le fonctionnement des sociétés. En réaction à ce manque, les philosophies postmodernes, qui émergent dans les disability studies à partir de la fin des années 1990, proposent un ensemble d’approches qui ont en commun de refuser les explications perçues comme simplistes et appréhendent le monde social comme un enchevêtrement de phénomènes complexes incertains et instables12.

  • 13 For us, disability is the quintessential post-modern concept, because it is so complex, so variabl (...)

22Tous deux construits autour de la binarité (vrai, faux ; normal, anormal) ou de la survalorisation de la théorie, le modèle individuel du handicap et le modèle social britannique relèvent, pour les penseurs postmodernes des disability studies, complètement de la pensée moderne. Contestant l’absence de la prise en considération de l’expérience vécue (Corker et Shakespeare, 2002), ces derniers affirment que le handicap, en tant qu’objet de recherche, représente la quintessence du concept postmoderne. Se plaçant à l'intersection de la biologie et de la société, il « ne peut être réduit à une identité singulière : c'est une multiplicité, une pluralité » (Shakespeare et Watson, 2001, p. 19)13. Critiquant la distinction binaire entre déficience et handicap du modèle social britannique, les postmodernes souhaitent donc replacer le corps au cœur de l’analyse en se focalisant également sur l’expérience vécue et les émotions. Tout en déplorant que les déficiences physiques aient été sur-représentées dans le modèle social, ils militent également pour donner plus de place aux déficiences intellectuelles, à l’autisme ou encore aux troubles de l’apprentissage (Filliatrault, 2016).

  • 14 One of the basic theoretical assumptions is that language practices not merely reflect but also ar (...)
  • 15 “McRuer (2002) observes that disabled people are caught up in an ‘epidemic of signification’ where (...)

23Si les grandes théories ne sont plus adaptées pour identifier les formes d’oppression sociale, de nombreux auteurs (Corker, 1998 ; Ohna, 2001 ; Siebers, 2006 ; Winance, 2007 ; Harwood et Humphrey, 2008 ; Tremain, 2000, 2001, 2002, 2005a, 2005b, 2006a, 2006b) articulent leurs travaux en se basant sur l’analyse des discours et du langage. Pour cela, ils partent de l’hypothèse suivante : « les pratiques linguistiques ne sont pas seulement le reflet des ordres sociaux, mais sont des ordres sociaux, et influencent donc fortement les conditions de vie des personnes handicapées (Gustavsson, 2004, p. 60)14. Se positionnant dans la lignée du linguistic turn dans les sciences sociales, ils soutiennent que le langage permet aux différents groupes de la société de construire des ordres sociaux et, en cherchant à donner la parole aux personnes avec des déficiences, poursuivent l’objectif de rééquilibrer le rapport de domination entre valides et invalides (Gustavsson, 2004). Comme l’indique McRuer (2002), les personnes handicapées sont prises dans une « épidémie de la signification » car elles sont nommées et décrites avec des termes participant à créer un véritable schéma producteur de handicap15. En effet, tandis que les « voyants » ne sont pas nommés alors qu’ils sont partout, les « aveugles » sont quant à eux pointés, définis et inscrits (Michalko, 2002).

  • 16 Guinard (2019) identifie deux types de géographies culturelles, la géographie « de la culture » et (...)

24En plus de se déployer dans le champ des disability studies, ces perspectives de recherches idéelles, culturelles et postmodernes ont impacté la géographie. Le handicap, analysé en se penchant sur la subjectivité de ceux qui le vivent, a été au cœur de travaux de « géographie culturelle du fait culturel » ou de « géographie par la culture »16 (Guinard, 2019). Ces développements puisent dans la double influence du postmodernisme sur la géographie et les disability studies pour parvenir à déployer des expérimentations accordant une importance forte aux sentiments et aux émotions éprouvées par les personnes qui font l’expérience du handicap dans l’espace.

Disability studies et géographie culturelle, humaniste et postmoderne : des travaux se focalisant sur la dimension spatiale des normes culturelles et des émotions

25À l’instar de la géographie radicale, une géographie culturelle et humaniste se développe aux États-Unis à la fin des années 1960, en réaction à l’omniprésence dans les recherches du néopositivisme et de l’analyse spatiale (Racine et Bryant, 2013). Comme l’indique Sanguin (1981, p. 561) : « bien que ne logeant pas à l’enseigne de l’idéologie politique comme la géographie radicale, la géographie humaniste […] représente la seconde réponse au défi de la dictature intellectuelle de l’approche quantitativiste en géographie ». Souhaitant prendre en considération l’analyse de l’humain et plus particulièrement de l’individu dans ses dimensions autres que seulement économiques, elle se concentre sur le monde perçu, vécu, représenté et interprété ainsi que sur la dimension immatérielle et subjective de la culture (Guinard, 2019). Insistant sur l’expérience géographique et la vie de l’esprit, la géographie culturelle et humaniste doit beaucoup aux travaux de Buttimer (1976, 1979, 1980) ou de Tuan (1971, 1975, 1977) et en France à l’utilisation de la phénoménologie existentialiste notamment par Dardel (1952).

26En se basant sur l’analyse des discours, des images et des œuvres artistiques, certains géographes mobilisent le handicap pour proposer une « géographie culturelle du fait culturel » (Guinard, 2019). Siebers (2003) a par exemple examiné de quelle manière la reproduction culturelle dans les expositions d'art et la conception des bâtiments réprime le handicap dans les représentations esthétiques. Afin de mettre en lumière un éventail de normes culturelles oppressant les personnes handicapées, d’autres travaux, relevant davantage de la « géographie par la culture », ont insisté sur les représentations culturelles et architecturales. Hasting et Thomas (2006) ont ainsi remarqué que les plans de construction du parlement gallois, inauguré en 2006, s’articulent autour de représentations esthétiques contribuant à l’exclusion des corps affaiblis (Imrie et Edward, 2007). Driedger, Crooks et Bennett (2004), se sont quant à eux intéressés aux obstacles culturels (stigmatisations, préjugés) que peuvent rencontrer des femmes en fauteuil roulant dans leur quête de citoyenneté.

  • 17 Permettant de faire le lien entre perception, pratiques et représentations, les émotions se situent (...)

27Dans le sillage du développement d’un emotional turn dans le monde anglo-saxon (Guinard, 2019), d’autres types de recherche idéalistes et postmodernes déploient une approche culturelle (de « géographie par la culture ») pour accorder une place essentielle aux émotions. Pour Guinard (2019), qui souligne l’importance dans le cadre de cette approche de l’ouvrage de Davidson, Bondi et Smith (2005) Emotional geography, les émotions et les sentiments sont étudiés par les géographes, car ils expriment l’attachement des individus aux lieux et agissent comme des éléments générateurs et déclencheurs de comportements et de pratiques spatiales. En s’intéressant aux émotions des personnes ayant des problèmes de santé mentale dans les territoires ruraux des Highlands écossais, Parr, Philo et Burns (2005) ont identifié plusieurs mécanismes conduisant à la répression des émotions négatives et à l’exclusion des personnes qui les éprouvent. En s’appuyant sur des données de discours récoltées (approche représentationnelle)17 ils sont parvenus à montrer que certains espaces peuvent être des « terrains émotionnels » façonnés par les valeurs culturelles qui conduisent à réprimer les manifestations émotionnelles perturbatrices. En mettant en évidence des types de stratégies d’évitement, Hawkesworth (2002) a quant à elle travaillé sur l’anxiété spatiale que peuvent ressentir des adolescents ayant de l’acné. Via une approche représentationnelle (basée sur une analyse des récits), elle est parvenue à démontrer qu’ils déploient, dans l’espace public, en plus de différentes stratégies de dissimulation de leur problème de peau, de véritables stratégies d’évitement spatial.

28Dans la continuité du tournant postmoderne, qui insiste sur la nécessité de tenir compte des émotions des personnes qui vivent le handicap, des chercheurs vont même encore plus loin et interrogent leur propre subjectivité. En proposant une réflexion personnelle et autobiographique des expériences de soin de son propre fils touché par le syndrome de Down, Morrison (2021) intègre ses affects comme un élément central de la réflexion géographique. Dans son analyse, elle met en évidence le fait que, pour elle, l’accompagnement de son fils peut se résumer à une traversée de différents espaces paradoxaux, incarnés et émotionnels qui se composent et s’articulent autour de phases d’ordre et de désordre, de fierté et de honte, d’inclusion et d’exclusion.

29Si les deux courants épistémologiques des disability studies (matérialisme et idéalisme) ont contribué à la structuration théorique de ce champ de recherche, de nouvelles positions se développent pour faire face aux différentes formes d’essentialisme proposées par les modèles d’explication du handicap existants. En réaction au modèle individuel qui considère que le handicap est uniquement médical, le fait d’affirmer que c’est un phénomène totalement social et structurel (modèle social britannique) ou au contraire complètement culturel et discursif (approches idéalistes et postmodernes) peut effectivement sembler caricatural. Pour éviter ce type de raccourcis, des chercheurs contemporains, travaillant dans le champ des disability sudies et même en géographie, tentent de développer des réflexions permettant d’inscrire leurs travaux dans une nuance épistémologique plus forte. Navigant entre matérialisme et idéalisme, ils s’affranchissent des cloisonnements théoriques pour proposer une approche plus critique et réflexive des disability studies.

Disability studies critiques et théories crip : conjuguer matérialisme et idéalisme, géographie radicale et géographie culturelle, humaniste et postmoderne

  • 18 The word ‘critical’ denotes a qualitative shift in studies of disability from the established to t (...)

30Adoptant une posture s’inscrivant dans la nuance et la sophistication des explications, les disability studies critiques se développent à partir des années 2000. En utilisant le qualificatif « critique » pour désigner leurs approches impulsant un changement qualitatif dans les études du handicap, ses théoriciens souhaitent amorcer un passage « de l’établi vers le nouveau ; de l’orthodoxe à l’évolution ; du spécifique à l’expansif » (Goodley et al., 2019, p. 976)18. S’apparentant à un courant réflexif, les disability studies critiques se positionnent entre matérialisme et idéalisme en interrogeant notamment les contextes de production occidentalo-centrés des modèles traditionnels du handicap. En s’inspirant des réflexions féministes et queer, les théories crip proposent quant à elles des grilles de lectures du handicap, subjectives et à la fois socio-politiques. Dans le contexte du développement de ces conceptualisations hybrides du handicap, transcendant les divergences épistémologiques, les géographes ont proposé plusieurs travaux faisant le lien entre approches radicales et culturelles.

La nuance et le décloisonnement pour s’extraire de l’opposition matérialisme/ idéalisme

31Les disability studies critiques ainsi que ceux qui y contribuent (Jayasooria et Ooi, 1994 ; Whyte et Ingstad, 1995 ; Groce, 2000 ; Komardjaja, 2001 ; Shildrick, 2004, 2007, 2012 ; Ghai, 2006 ; Miles, 2007 ; Meekosha et Shuttleworth, 2009 ; Meekosha, 2011 ; Grech, 2011 ; Vehmas et Watson, 2014 ; Goodley, 2012, 2014, 2016 ; Munsaka et Charnley, 2013 ; Wan Arnidawati, 2013 ; Goodley et al., 2014 ; Mallett et Runswick-Cole, 2014 ; Liasidou, 2014 ; Vanderkinderen et al., 2014 ; Grech, 2015a, 2015b ; Moeller, 2015 ; Fox et Alldred, 2015 ; Slater, 2015 ; Feely, 2016 ; Grech et Soldatic, 2016 ; Flynn, 2017 ; Soldatic et Johnson 2017; Peers, 2017 ; Rice et al., 2017 ; Slater et al., 2017 ; Liddiard, 2018 ; Chataika, 2018) ont pour objectif de combiner les avantages des anciennes théories (la capacité à contester l’oppression matérielle) tout en se préoccupant de l’incarnation du corps et de la dimension vécue et éprouvée du handicap. Articulant matérialisme et idéalisme, les disability studies critiques n’hésitent pas à avoir recours aux méthodologies postmodernes pour mener des réflexions sur les logiques d’organisation et de production sociale. Certains comme Feely (2016), Flynn (2017), Fox et Alldred (2015) insistent sur la subjectivité et le vécu en plaçant toujours le modèle social britannique au centre des analyses.

32Au-delà de ces approches prônant le décloisonnement épistémologique, la contestation des logiques de production des modèles traditionnels du handicap ainsi que la mise en valeur de travaux réalisés par des scientifiques ne provenant pas des pays occidentaux, sont des sujets particulièrement importants pour les disability studies critiques. Bell, (2006) et Miles et al. (2017) soulignent par exemple qu’en proposant les premières théories, les Britanniques, ont imposé au reste du monde des choix littéraires et conceptuels inventés en Grande-Bretagne (Goodley et al., 2019). Relayés dans la revue Disability Studies and the Global South, un ensemble de contributions d’auteurs des espaces extérieurs au Nord et aux sociétés occidentales forment ce que Goodley, Lawthom, Liddiard et Runswick Cole (2019) nomment les Global South Disability Studies (Jayasooria et Ooi, 1994 ; Whyte et Ingstad, 1995 ; Miles, 2007 ; Groce, 2000 ; Komardjaja, 2001 ; Ghai, 2006 ; Meekosha, 2011 ; Grech, 2011 ; Munsaka et Charnley 2013 ; Wan Arnidawati, 2013 ; Grech, 2015a, 2015b ; Grech et Soldatic, 2016 ; Soldatic et Johnson 2017 ; Chataika, 2018).

33Utilisant les outils féministes ainsi que les clés de lecture des théories queer auxquels ils ont recours pour proposer des réflexions sur l’expérience et la place du handicap dans la société et la culture, le renouveau critique des disability studies peut également être mis en lien avec le développement des théories crip (McRuer, 2006 ; Wendell, 1996 ; Crow, 1996 ; Nicki, 2001 ; Mollow, 2006 ; Siebers, 2008 ; Price, 2015 ; Baril, 2015 ; Kafer, 2013 ; Davidson, 2016 ; Baril, 2015, 2017a, 2017b, 2018 ; Clare, 2017 ; Puiseux, 2018 ; Blanchard, 2020a, 2020b).

34« Le terme « crip » provient de l’adjectif anglais « crippled » et du nom « cripple » qui réfèrent à une personne dont la mobilité est réduite et sont utilisés comme termes dérogatoires pour désigner toute personne handicapée. Le terme « crip » a fait l’objet d’un détournement comparable à celui du terme « queer », qui a été resignifié positivement… Tout comme les théories/études queers se distinguent des théories/études gaies et lesbiennes par leur forte teneur anti-normative et anti-assimilationniste et sont perçues comme la faction transgressive et subversive des théories/ études sur la diversité sexuelle, les théories/études crip se distinguent de façon similaire des théories/études sur le handicap… Autrement dit, les théories crip sont aux théories sur le handicap ce que les théories queers sont aux théories gaies et lesbiennes. » (Baril, 2017b, p. 6-7).

  • 19 Baril (2018) parle de « modèle sociosubjectif du handicap »
  • 20 Parfois utilisé comme synonyme de validisme

35Fondées par McRuer (2006) et introduites dans la sphère francophone par Baril (2015, 2017a, 2017b, 2018) puis par Puiseux (2018) mais également par Blanchard (2020a, 2020b), les théories crip s’attachent à mener une réflexion sur les liens entre le handicap et les processus de définition de l’identité, le rapport à la norme, ou encore le désir et à la sexualité en utilisant les apports des études queer (Puiseux, 2018). L’idée principale des théories crip est de proposer un autre modèle du handicap19 qui vise à reconnaître sa complexité en tenant pleinement compte de la « dimension subjective /personnelle et sociale/politique de cette réalité » (Baril, 2018, p. 197). Le concept de capacitisme20, défini par Baril (2013, p. 403) comme faisant référence au « système d’oppression et aux discriminations faites sur la base des capacités humaines, psychologiques, intellectuelles ou physiques » est au centre de cette approche. À partir de ces nouveaux cadres conceptuels, la crip theory permet de mener une réflexion, liant dans une même dynamique capacitisme et expériences subjectives de personnes ayant certaines caractéristiques physiques, mentales et émotives (Crow, 1996 ; Kafer, 2013 ; Mollow, 2006 ; Nicki, 2001 ; Price, 2015 : Siebers, 2008).

36S’inscrivant ou non explicitement dans le champ des disability studies critiques ou des théories crip, les géographes ont également conduit des recherches se positionnant entre matérialisme et idéalisme. En se focalisant sur l’importance du corps et du vécu, leurs travaux permettent aussi bien de comprendre les processus sociaux que culturels qui produisent le handicap et influencent les rapports à l’espace individuels. Valorisant les expériences subjectives sans négliger le poids des structures sociales génératrices d’oppression, ils font le lien entre géographie radicale et géographie culturelle, humaniste et postmoderne.

Approche culturelle de phénomènes socioculturels : quand le handicap rapproche la géographie radicale et la géographie culturelle, humaniste et postmoderne

37Tout comme les disability studies critiques, les géographes ont mené des travaux sur le handicap en s’affranchissant des cloisonnements matérialisme /idéalisme, société/culture. Sans mettre le curseur sur la prédominance des facteurs socio-économiques ou au contraire culturels, les recherches s’articulent autour d’approches de « géographie par la culture » permettant d’analyser des histoires de vies ou des émotions. A travers ces récits subjectifs, le but de ces géographes socio-culturels est de comprendre dans quelle mesure les structures sociales (éléments matériels) ainsi que la culture dominante (éléments idéels) influencent les processus de construction du handicap et les enjeux spatiaux qu’ils soulèvent.

38En mobilisant ce type d’approche axée sur le vécu et la subjectivité individuelle, Edwards et Maxwell (2021) s’intéressent à la peur et à l’hostilité que peuvent ressentir des personnes ayant des déficiences dans l’espace public irlandais. Alors qu’elles auraient pu se focaliser uniquement, à la manière d’Hawksworth (2002), sur les stratégies d’évitement spatial, elles ne se sont pas contentées de proposer une analyse seulement idéelle des facteurs influençant les rapports spatiaux des personnes. En interrogeant également le rôle des contextes socio-politiques locaux et nationaux dans la production d’espaces insécurisants, leur démarche fait véritablement le lien entre matérialisme et idéalisme, géographie radicale et géographie culturelle, humaniste et postmoderne. Cette prise en considération assumée des éléments socio-culturels qui façonnent les expériences vécues du handicap est aussi particulièrement marquée dans le travail de Komardjaja (2001) qui, s’articulant autour de la critique de la construction occidentalo-centrée des modèles du handicap, relève également des Global South Disability Studies (Goodley et al., 2019). En partant de l’individu, son objectif est de montrer, par l’intermédiaire d’un exemple indonésien, qu’il existe une multiplicité d’expériences vécues du handicap, inégalement réparties dans l’espace. À travers ce prisme elle met en évidence le fait que cette diversité est produite par la classe sociale, la caste ou encore le statut socio-économique et professionnel de la famille. Si ce type d’analyse relève d’une géographie radicale insistant sur l’individu comme atome du social, Komardjaja (2001) ne s’arrête pas là et identifie des éléments normatifs culturels et idéels qui, s’additionnant à ces structures sociales, accentuent la diversité des expériences et des espaces vécus produits. Elle indique, par exemple, qu’en Indonésie, les personnes ayant une déficience motrice sont particulièrement stigmatisées du fait de leur impossibilité à participer à certaines traditions corporelles habituelles car elles ne peuvent pas se mettre dans certaines positions qu’impliquent les cérémonies traditionnelles (s'accroupir, s'agenouiller et s'asseoir) (Komardjaja, 2001). D’un point de vue méthodologique son positionnement est hybride. En conjuguant analyse de discours et observation, représentations et éléments relevant du non-verbal, il se rapproche des approches « plus que représentationnelles » décrites par Lorimer (2005, p. 83). Le travail de Worth (2013), en ce qui le concerne, fait aussi le lien entre matérialisme et idéalisme. Dans le champ de la scolarisation des jeunes déficients visuels, elle examine différentes formes d'inclusion et d'exclusion vécues par les élèves dans les espaces éducatifs ordinaires. En envisageant l’école comme un espace social à part entière, elle fait le constat que les jeunes déficients visuels luttent davantage au quotidien contre les barrières culturelles liées aux discriminations et aux stigmatisations que contre les barrières sociales.

39Même s’ils se focalisent essentiellement sur les facteurs idéels qui façonnent les rapports à l’espace des personnes avec des déficiences, les travaux de Davidson et Henderson (2010) sont également à mentionner car ils s’inspirent des études Queer et s’intègrent dans les théories Crip. Sur la base d’une analyse d’éléments autobiographiques et de récits personnels, les deux chercheuses ont investigué les liens existants entre identité socio-culturelle et espace. En faisant le parallèle avec la communauté LGBTQ+ et les processus de coming out, elles sont parvenues à identifier les stratégies que les personnes autistes déploient dans l’espace pour dissimuler leurs troubles. Elles ont ainsi montré que les normes produites par l’environnement empêchent leur expression identitaire.

Conclusion

40Si les disability studies se sont consolidées à partir des années 1970 en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis et dans les pays scandinaves, leurs apports ont peu touché la France. Différents facteurs peuvent permettre de l’expliquer. En évoquant le paradoxe existant entre la faiblesse du mouvement social français des personnes handicapées et l’importance des associations dans le pays, Albrecht, Ravaud et Stiker (2001) pointent, premièrement, le fait que la sectorisation de ces dernières en fonction du type et de l’origine de la déficience aurait rendu difficile l’émergence d’une prise de conscience collective.

41La spécificité culturelle française, qui s’exprime notamment à travers l’idéal de l’égalitarisme républicain et de l’universalisme, guidé par le principe d’égalité en droit de tous les citoyens n’aurait, deuxièmement, pour Ville et Ravaud (2007), pas facilité la mise en place de ce type de courants de recherche axé sur les différences et l’identité. Enfin pour Stiker (2017), la dépendance des universités françaises à l’égard des disciplines tradition­nelles serait également une raison permettant d’éclairer l’absence d’un courant spécifique. L’ensemble de ces éléments ainsi que la relative méconnaissance des disability studies en France peuvent justifier l’existence de la typologie binaire (modèle individuel/modèle social) présente dans la littérature francophone. Quand on s’intéresse en profondeur à la diversité des théorisations du handicap on constate que les disability studies ne peuvent être résumées à une simple critique de la perception individuelle et médicale du handicap. Entre matérialistes, idéalistes, marxistes, théoriciens postmodernes ou des disability studies critiques et crip, les oppositions sont fortes et se concentrent autour de la nature des éléments qui créent le handicap et produisent des situations d’oppression, de marginalisation ou encore d’exclusion pour les personnes avec des déficiences. Contraints par les oppositions internes propres à leur discipline, les travaux des géographes peuvent parfois être rattachés à une des ramifications du champ épistémologique complexe des disability studies. Alors que le modèle social britannique et la géographie radicale disposent de points communs théoriques forts, l’approche idéelle et postmoderne du handicap partage avec la géographie culturelle, humaniste et postmoderne une même volonté de se préoccuper de la subjectivité individuelle. En s’intéressant au handicap sous le prisme du vécu et en interrogeant aussi bien les éléments matériels qu’idéels façonnant leur rapport à la société et à l’espace, les disability studies critiques et les géographes socio-culturels contemporains parviennent à créer des consensus et à s’affranchir des clivages épistémologiques.

Haut de page

Bibliographie

AALL-JILEK, L., 1965, « Epilepsy in the Wapogoro Tribe in Tanganyika », Acta psychiatrica scandinavica, 41, p. 57-86.

ABBERLEY, P., 1997, « The Limits of Classical Social Theory in the Analysis and Transformation of Disablement - can this be the end ; to be stuck inside of Mobile with the Memphis blues again ? », in Barton, L., et Oliver, M., Disability studies : past, present and future, Leeds, Disability Press, p. 25-44.

ALBRECHT, G., J-F., RAVAUD, et H-J., STIKER., 2001, « L’émergence des disability studies : état des lieux et perspectives », Sciences Sociales et Santé,19, n° 4, p. 43‑73.

BARIL, A., 2015, « Transness as debility : Rethinking intersections between trans and disabled embodiments », Feminist Review, 111(1), p. 59-74.

BARIL, A., 2017a, « The somatechnologies of Canada’s medical assistance in dying law : LGBTQ discourses on suicide and the injunction to live », Somatechnics, 7(2), p. 201-217.

BARIL, A., 2017b, « Temporalité trans : identité de genre, temps transitoire et éthique médiatique », Enfances, Familles, Générations, 27.

BARIL, A., 2018, « Les personnes suicidaires peuvent-elles parler ? Théoriser l’oppression suicidiste à partir d’un modèle sociosubjectif du handicap », Criminologie, 51(2), p.189–212.

BARNES, C., 1991, Disabled People in Britain and Discrimination: A Case for Anti-Discrimination Legislation London, Hurst and Co in association with the British Council of Organisations of Disabled People.

BARRAL, C., 2004, « Qu’est-ce que le handicap ? », ADSP, n°49, décembre 2004, p. 16-19.

BAUDOT, P., 2022, « Les politiques du handicap » in Giraud, O., Politiques sociales : l'état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 97-114.

BELL, C. 2006, « Introducing White Disability Studies : A Modest Proposal », in Davis, L-J., The Disability Studies Reader, 2nd ed. New York, NY, Routledge

BHASKAR, R., et B., DANERMARK, 2006, « Metatheory, Interdisciplinarity and Disability Research : A Critical Realist Perspective », Scandinavian Journal of Disability Research, 8, n° 4, p. 278‑97.

BJARNASON, D.S., 2002, « New voices in Iceland : parents and adult children – juggling supports and choices in time and space », Disability & Society, 17 (3), p. 307–326.

BJARNASON, D.S., 2004, New Voices from Iceland : Disability and Young Adulthood, New York, Nova Science.

BJARNASON, D.S., 2008, « Private troubles or public issues ? The social construction of the disabled baby in the context of social policy and social and technological changes », in Gabel, S., et Danforth, S., Disability and the International Politics of Education, New York : Peter Lang, p. 251–274.

BJÖRNSDÓTTIR, K., 2009, Resisting the reflection: social participation of young adults with intellectual disabilities, Unpublished PhD thesis, University of Iceland, Reykjavik.

BLANCHARD, E., 2020a, « Spatialités et temporalités du handicap I : des corps discrets dans un monde discret », EspacesTemps.net [En ligne], Laboratoire, 2020 | Mis en ligne le 27 mars 2020, consulté le 27.03.2020.

BLANCHARD, E., 2020b, « Spatialités et temporalités du handicap II : une typologie systématique des taxes temporelles », EspacesTemps.net [En ligne], Laboratoire, 2020 | Mis en ligne le 17 juin 2020, consulté le 17.06.2020.

BORIOLI, J., 2010, « Les études du handicap en géographie. Fondements, état des lieux et ouvertures : Situations de handicap, fragilités sociales et rapport au territoire urbain », Geographica Helvetica, n°4, p. 241-248.

BREKKE, I., EVENSEN, M., et HART, R.K., 2020, « Uptake of Attendance Benefit for Children with a Disability in Norway : Impact of Socioeconomic Status and Immigrant Background », Scandinavian Journal of Disability Research, 22(1), p. 127–136.

BUI-XUAN, G., COMPTE, R., et MIKULOVIC, J., 2004, « La culture du handicap peut-elle être une culture du métissage ? », Corps et culture, Numéro 6/7.

BUNGE, W., 1971, Fitzgerald : Geography of a Revolution, Cambridge, Schenkman Publishing Co.

BURY, M., 1991, « The sociology of chronic illness : A review of research and prospects ». Sociology of Health and Illness, 13 (4), p. 167–182.

BURY, M., 2010, « Chronic illness, self-management and the rhetoric of empowerment », in Scambler, G., et Scambler, S., New Directions in the Sociology of Chronic and Disabling Conditions : Assaults on the Lifeworld, Basingstoke, UK, Palgrave Macmillan, p. 161–179.

BUTLER, R.E., et BOWLBY, S., 1997, «Bodies and spaces : an exploration of disabled peoples experiences of public space», Environment and Planning D Society and Space, n°15, p. 411-433.

BUTTIMER, A., 1976, « Grasping the dynamism of lifeworld », Annals of the Association of American Geographers, n° 2, vol. 66, p. 277-292.

BUTTIMER, A., 1979, « Le temps, l’espace et le monde vécu », L’Espace Géographique, n° 4, Tome VIII, p. 243-254.

BUTTIMER, A., 1980, « Home, Reach, and the Sense of Place », in Buttimer, A., et Seamon, D., The Human Experience of Space an Place, London, Croom Helm, p. 166-187.

BUTTIMER, A., 1976, « Grasping the dynamism of lifeworld », Annals of the Association of American Geographers, n° 2, vol. 66, p. 277-292.

BYRD, E, 1990, « A comparison of characters in feature films who are disabled and able bodied », International journal of rehabilitation research, 13, p. 262-264

CHATAIKA, T., 2018, The Routledge Handbook of Disability in Southern Africa, London, Routledge.

CHATTERJEE, L., 1995, « Spatial distribution of the working age disabled in the US », 1988, Paper presented to the annual meeting of the Association of American Geographers, Chicago.

CLARE, E., 2017, Brilliant imperfection: Grappling with cure, Durham, Duke University Press

CORKER, M., et S. FRENCH, 1999, Disability Discourse, Buckingham, Open University Press

CORKER, M., 1998, Deaf and Disabled, Or Deafness Disabled ? Towards a Human Rights Perspective, Open University Press.

CORKER, M., 1999, « Differences, Conflations and Foundations : The limits to accurate theoritical representation of disabled people's experience ? », Disability & Society, 14(5), p. 627-642.

CORKER, M., et T., SHAKESPEARE, 2002, Disability/postmodernity : embodying disability theory, London, New York, Continuum.

CROW, L., 1996, « Including all of our lives : Renewing the social model of disability », in Barnes, C., et Mercer, G., Exploring the divide, Leeds, Royaume-Uni, The Disability Press, p. 55-72.

DANERMARK, B., 2002, « Interdisciplinary research and critical realism : The example of disability research », Journal of Critical Realism, 5, p. 56‑64.

DARDEL É, 1952, L’Homme et la Terre, nature de la réalité géographique, Paris, PUF.

DAVEY, S., et GILES, G., 1979, « Spatial factors in mental health care in Tasmania », Social Science and Medicine, 13, p. 87-94.

DAVIDSON, J., BONDI, L., et SMITH M., 2005, Emotional Geographies, Ashgate, Aldershot, 258 p.

DAVIDSON, J., et V., HENDERSON., 2010, « Coming out on the Spectrum: Autism, Identity and Disclosure », Social & Cultural Geography, 11, n° 2, p. 155‑70.

DAVIDSON, M., 2016, « Cripping Consensus : Disability Studies at the Intersection ». American Literary History, 28, p. 433–453.

DE RIEDMATTEN, R., P., CHERVIN, et J-F., RAVAUD., 2003, « Comprendre le handicap : du regard à l’action ». Hommes et Terres du Nord, n° 1, p. 39‑52.

DESBONS, D., 2013, « Relativisme », in Lévy, J., Lussault, M., Dictionnaire de la géographie et l’espace des sociétés, Nouvelle édition revue et Augmentée, Paris, Belin, p. 837-838.

DRIEDGER, S., CROOKS, V., et BENNETT, D., 2004, « Engaging in the disablement process over space and time : narratives of persons with multiple sclerosis in Ottawa », Canada, Canadian Geographer, 48 (2), p.119–136.

EDWARDS, C., et MAXWELL, N., 2021, « Disability, hostility and daily geographies of un/safety », Social & Cultural Geography.

FEELY, M., 2016, « Disability studies after the ontological turn: a return to the material world and material bodies without a return to essentialism », Disability & Society, 31, n° 7, p. 863‑883.

FILIATRAULT, J-F., 2016, « Théories sociologiques du handicap : débats et renouvellement », Mémoire présenté pour la maîtrise en sociologie, Université du Québec à Montréal.

FINKELSTEIN, V., 1975, To Deny or Not to Deny Disability, Independent Living Institute.

FINKELSTEIN, V., 1980, Attitudes and Disabled People : Issues for Discussion , Washington, Word Rehabilitation Fund, International Exchange of Information in Rehabilitation.

FLYNN, S. 2017, « Engaging with Materialism and Material Reality : Critical Disability Studies and Economic Recession », Disability & Society, 32 (2), p. 143–159.

FOSTER, H., 1988, « Reducing the incidence of multiple sclerosis », Environments, 19, p. 14-34.

FOUGEYROLLAS., P., 2007, « Modèles individuel, social et systémique du handicap : Une dynamique de changement social », Développement humain, handicap et changement social, (16) 2, p. 7-21.

FOX, N., et P. ALLDRED, 2015, « New Materialist Social Inquiry : designs, methods and the Research-Assemblage », International Journal of Social Research Methodology, 18 (4), p. 399–414.

FRENCH GILSON, S., et DEPOY, E., 2000, « Multiculturalism and Disability : a critical perspective », Disability & Society, Vol. 15, n°2, p. 207-218.

GARDOU C., 2010, Le handicap au risque des cultures. Variations anthropologiques. Toulouse, Érès, « Connaissances de la diversité », 440 p.

GAUDET, S., et D., ROBERT, 2018, L’aventure de la recherche qualitative. Du questionnement à la rédaction scientifique, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, coll. « Praxis », 270 p.

GHAI, A., 2006, (Dis)embodied Form: Issues of Disabled Women, Delhi, Shakti Books.

GLEESON, B., 1996, A geography for disabled people ?, Transactions of the Institute of British Geographers, 21, p. 387–396.

GOLLEDGE, R. G., et H. TIMMERMANS, 1990, « Applications of behavioural research on spatial problems », I : Cognition, Progress in Human Geography, 14, p. 57-99.

GOLLEDGE, R., 1993, « Geography and the disabled : a survey with special reference to vision impaired and blind populations », Transactions, Institute of British Geographers, n°18, p. 63-85.

GOODLEY, D., 2012, « Dis/entangling Critical Disability Studies. », Disability & Society, 27 (6), p. 631–44.

GOODLEY, D. 2014, Dis/ability Studies : Theorising Disablism and Ableism, London, Routledge

GOODLEY, D. 2016, Disability Studies : An Interdisciplinary Introduction, 2nd ed. London, Sage.

GOODLEY, D., 2011, Disability studies : an interdiciplinary introduction, First ed, London, SAGE publications LTD, 218 p.

GOODLEY, D., LAWTHOM, R., LIDDIARD, K., RUNSWICK COLE, K., 2014, « Posthuman disability studies », Subjectivity, 7 : 4, p. 342-361.

GOODLEY, D., LAWTHOM, R., LIDDIARD, K., RUNSWICK COLE, K., 2019, « Provocations for Critical Disability Studies », Disability & Society, 34 : 6, p. 972-997

GRAMSCI, A., 1971, Lettres de prison, Gallimard, collection Témoins NRF.

GRECH, S., 2011, « Recolonising Debates or Perpetuated Coloniality ? Decentring the Spaces of Disability, development and Community in the Global South », International Journal of Inclusive Education, 15 (1), p. 87–100.

GRECH, S., 2015a, Disability and Poverty in the Global South : Renegotiating Development in Guatemala, London, Palgrave.

GRECH, S., 2015b, « De-colonising Eurocentric Disability Studies : Why Colonialism Matters in the Disability and Global South Debate », Journal for Study of Race, Nation and Culture, 21, p. 6–21.

GRECH, S., et K. SOLDATIC, 2016, Disability in the Global South : The Critical Handbook. New York, Springer.

GROCE, N., 1985, Everyone here spoke sign language : Hereditary deafness on Martha's Vineyard. Cambridge, Harvard University Press.

GROCE, N., 2000, « Guest editorial : Framing disability issues in local concepts and beliefs », Asia Pacific Disability Rehabilitation Journal, 10(1), p. 1–2.

GRUE, J., 2011, « Discourse analysis and disability : Some topics and issues ». Discourse & Society 22, n° 5, p. 532‑46.

GUBA, E., et Y. LINCOLN, 1998, Competing paradigms in qualitative research, in Denzin, N., et Lincoln, Y., The landscape of qualitative research. London, Sage, p. 195-220.

GUINARD, P., 2019, Géographies culturelles : concepts, objets, méthodes, Armand Colin.

GUSTAVSSON, A., 2004, « The Role of Theory in Disability Research ‐ springboard or Strait‐jacket ? », Scandinavian Journal of Disability Research, 6, n° 1, p. 55‑70.

HALL, E., et WILTON, R., 2016, Towards a relational geography of disability, Progress in Human Geography.

HALL, M, 2016, The bioethics of enhancement, Lanham, Lexington Books.

HANKS, J et L., HANKS, 1980, « The Physically Handicapped in Certain Non-Occidental Societies », in Philips, W., et Rosenberg, J., Social Scientists and the Physically Handicapped. London : Arno Press.

HARDONK, S., et HALLDÓRSDÓTTIR, S., 2021, « Work Inclusion through Supported Employment ? Perspectives of Job Counsellors in Iceland », Scandinavian Journal of Disability Research, 23(1), p. 39-49.

HARVEY, D., 1973, Social Justice and the City, London, Edward Arnold.

HARVEY, D., 1990, « Between Space and Time : Reflections on the Geographical Imagination », Annals of the Association of American Geographers 80, n° 3, p. 418‑434.

HARWOOD, V., et HUMPHREY, N., 2008, « Taking exception: discourses of exceptionality and the invocation of the ideal », in Gabel, S., et Danforth, S., Disability and the International Politics of Education, New York, Peter Lang, p. 371–384.

HÄSTBACKA, E., et NYGÅRD, M., 2013, « Disability and citizenship. Politicians views on disabled persons citizenship in Finland », Scandinavian Journal of Disability Research, 15(2), p. 125-142.

HASTINGS, J., et THOMAS, H., 2006, « Accessing the nation: disability, political inclusion and built form », Urban Studies, 42 (3), p. 527-544.

HAWKESWORTH, M., 2002, « The spatialities of facial disfigurement : the case of acne », Unpublished PhD thesis, Department of Sociology, University of East Anglia, Norwich, UK.

HUGG, L., 1979, « A map comparison of work disability and poverty status in the United States », Social Science and Medicine, 13, p. 237-240.

IMRIE, R., et HALL, P., 2001, Inclusive design, London, Spon Press

IMRIE, R., 1996, Disability and the city, London, Paul Chapman Publishing.

IMRIE, R., 2004, « Disability, embodiment, and the meaning of the home », Housing Studies 19 (5), p. 745–763.

IMRIE, R., 2006, Accessible housing : quality, disability, and design, London : Routledge.

IMRIE, R., et C., EDWARDS, 2007, « The Geographies of Disability : Reflections on the Development of a Sub-Discipline », Geography Compass 1, n° 3, p. 623‑640.

JAYASOORIA, D et G. OOI, 1994, « Disabled People Movement in Malaysia », Disability and Society, 9 (1), p. 97–100.

KAFER, A., 2013, Feminist, queer, crip, Bloomington, Indiana University Press.

KERBOURC’H, S. 2017, « Chapitre 6. Le sujet est-il soluble dans le handicap ? Mobilisations et participation sociale en faveur d’un modèle social du handicap » in Boucher, M., Pleyers, G., et Rebughini, P., Subjectivation et désubjectivation : Penser le sujet dans la globalisation, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

KEUCHEYAN, R, 2010, Hémisphère gauche. Une cartographie des nouvelles pensées critiques, Zones.

KITCHIN, R, 2000, « The researched opinions on research : disabled people and disability research ». Disability and Society, 15 (1), p. 25–48.

KRISTIANSEN, K., et TRAUSTADOTTIR, R., 2004, Gender and Disability Research in the Nordic Countries, Lund, Studentlitterature.

KRISTIANSEN, K., VEHMAS, S., et SHAKESPEARE, T., 2008, Arguing about Disability : Philosophical Perspectives, London and New York : Routledge.

LAWS, G., 1994, « Oppression, knowledge and the built environment », Political Geography 13, p. 7–32.

LEMPINEN, S., 2017, « Towards inclusive schooling policies in Finland : a multiple-case study from policy to practice », Scandinavian Journal of Disability Research, 19(3), p. 194–205.

LÉVI-STRAUSS, C., 1987, Race et histoire, Paris Gallimard.

LIASIDOU, A, 2014, « Critical Disability Studies and Socially Just Change in Higher Education », British Journal of Special Education, 41 (2), p. 120–35.

LIDDIARD, K. 2018, The Intimate Lives of Disabled People, London, Routledge

LINTON, S., 1998, « Disability Studies/Not Disability Studies », Disability & Society, 13, n° 4 (1er septembre 1998), p. 525‑539.

LORIMER, H., 2005, « Cultural Geography : The Busyness of Being more-than-Representational ». Progress in Human Geography, 29, n° 1, p. 83‑94.

LYOTARD, J.-F., 1979, La condition postmoderne : rapport sur le savoir, Collection Critique. Paris : Éditions de Minuit.

MACKELSPRANG R., et SALSGIVER, R., 1999, Disability : a diversity model approach in human service practice, Pacific Grow, Books Cole.

MALLETT, R., et K. RUNSWICK-COLE. 2014, « Approaching Disability », Critical Issues and Perspectives, Abingdon, Routledge.

MAYER, D., 1981, « Geographical clues about multiple sclerosis », Annals of the American Association of Geographers, 71, p. 28-39.

MCRUER, R., 2002, « Critical investments : AIDS, Christopher Reeve, and queer/disability studies », Journal of Medical Humanities, 23 (3/4), p. 221–237.

MEEKOSHA, H., 2011, « Decolonising Disability : Thinking and Acting Globally », Disability & Society, 26 (6), p. 667–82.

MEEKOSHA, H et R. SHUTTLEWORTH, 2009, « What’s so ‘critical’ about Critical Disability Studies ? », Australian Journal of Human Rights, 15 (1), p. 47–75.

MICHALKO, R., 2002, The Difference that Disability Makes, Philadelphia, Temple University Press.

MILES, A., A. NISHIDA et ANJALI FORBER-PRATT, 2017, « An Open Letter to White Disability Studies and Ableist Institutions of Higher Education », DSQ, 37 (3).

MILES, M., 2007, « International Strategies for Disability-Related Work in Developing Countries, Historical, Modern and Critical Reflections », http://www.independentliving. org/docs7/miles200701.html accessed 1st January 2018

MOELLER, M., 2015, « Pushing Boundaries of Normalcy : Employing Critical disability Studies in Analysing Medical Advocacy Websites. », Communication Design Quarterly Review, 2 (4), p. 52–80

MOLLOW, A., 2006, « When black women start going on Prozac…”: The politics of race, gender, and emotional distress in Meri Nana-Ama Danquah’s Willow weep for me », MELUS, 31(3), p. 67-99.

MOORE, E., 1992, « A geographic perspective on the demography of disability », Paper presented to the annual meeting of the Association of American Geographers, San Diego.

MORRISON C-A, 2021, « A personal geography of care and disability », Social & Cultural Geography.

MUNSAKA, E., et H. CHARNLEY, 2013, « We Do Not Have Chiefs Who Are Disabled : Disability, Development and Culture in a Continuing Complex Emergency », Disability and Society, 28 (6), p.756–69.

NICHOLSON, D., 1991, « Coping in the future », Geographical Magazine, 63, p. 36-39.

NICKI, A., 2001, « The abused mind : Feminist theory, psychiatric disability, and trauma » Hypatia, 16(4), p. 80-104.

NICOLAISEN, I., 1995, « Persons and non persons : Disability and person-hood among the Punan Bah of Central Borneo », in Ingstad, B., et Whyte S-R., Disability and culture, Berkeley : University of California Press.

OHNA, S., 2001, « Å skape et selv. Døves fortellinger om interaksjoner med hørende » [Creating a self. Deaf : Deaf persons’ narratives concerning interactions with others] Doctoral dissertation, Departement of Special Needs Education, University of Olso.

OLIVER, M., 1990, The politics of disablement, London, The Macmillan Press

OLIVER, M., 1996, Understanding disability :  From theory to practice, Understanding disability :  From theory to practice. New York, St Martin’s Press.

PARK, D., et RADFORD, J., 1997, « Space, place, and the asylum : an introduction », Health and Place, 3, p.71–72.

PARR, H., 1997, « Mental health, public space, and the city : questions of individual and collective access », Environment and Planning D : Society and Space, 15, p. 435–454.

PARR, H., PHILO, C., et BURNS, N., 2005, « Not a display of emotions : emotional geographies of the Scottish Highlands », in Davidson, J., Bondi, L., et Smith, M., Emotional geographies, London : Ashgate, p. 87-102.

PEERS, D. 2017, « Cramping Our Style : Critical Disability Studies as Axiological Affinities » Disability Studies Quarterly, 37 (3)

PHILLIPS, M. J., 1990, « Damaged goods : Oral narratives of the experience of disability in American culture », Social Science & Medicine, 30(8), p. 849-857.

PHILO, C., 1989, « Enough to drive one mad : the organisation of space in 19th century lunatic asylums » in Wolch, J., et Dear, M., The power of geography : how territory shapes social life. Boston, Unwin Hyman, p. 258–290.

PHILO, C., 1995, « Journey to asylum: a medical-geographical idea in historical context ». Journal of Historical Geography, 21, p. 148–168.

PIÉRART, G., 2013, Familles, handicap et migration. Enjeux et intervention interculturelle, Genève, Éditions IES

PRICE, M., 2015, « The bodymind problem and the possibilities of pain », Hypatia, 30(1), p. 268-284.

PRIESTLEY, M., 1998, « Constructions and Creations : Idealism, materialism and disability theory », Disability & Society 13, n° 1, p. 75‑94.

PUISEUX C., 2018, Queerisation des handicaps : le militantisme crip en questions, thèse de doctorat en sciences politiques/Philosophie politique, Université Paris Diderot

RACINE, J-B., et BRYANT, H., 2013, « humanistic geography », in Lévy, J., Lussault, M., Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Nouvelle édition revue et augmentée. Paris : Belin, p. 515-516.

RACINE, J-B., 2013, « Radical geography », in Lévy, J., et Lussault, M., Dictionnaire de la géographie et l’espace des sociétés, Nouvelle édition revue et Augmentée, Paris : Belin, p. 837-838.

RAVAUD, J-F., 1999, « Modèle individuel, modèle médical, modèle social : la question du sujet ». Handicap - Revue de sciences humaines et sociales, n° 81, p. 64‑75.

RICE, C., E. CHANDLER, E. HARRISON, K. LIDDIARD et J. RINALDI. 2017, « Pedagogical Possibilities for Unruly Bodies », Gender and Education.

RIOUX, M. H., 1997, « Disability : The Place of Judgement in a World of Fact », Journal of Intellectual Disability Research, 41, n° 2, p.102‑111.

ROTH, W., 1983, « Handicap as a social construct », Society, 20(3), p. 56-61

SANGUIN, A-L, 1981, « La géographie humaniste ou l’approche phénoménologique des lieux, des paysages et des espaces », Annales de géographie, 90, n° 501, p. 560‑87.

SCHEER, J., et N., GROCE, 1988, « Impairment as a Human Constant : Cross‐Cultural and Historical Perspectives on Variation », Journal of Social Issues, 44, p. 23‑37.

SHAKESPEARE, T., et N., WATSON, 2001, « The Social Model of Disability : An Outdated Ideology ? », Research in Social Science and Disability, 2, p. 9‑28.

SHAKESPEARE, T., 1996, « Disability, identity and difference », in Barnes, C., et Mercer, G., Exploring the Divide : Illness and Disability, Leeds, The disability press, p. 94-113.

SHAMSHIRI-PETERSEN, D., et KROGH, C., 2020, « Disability Disqualifies : A Vignette Experiment on Danish Employers Intentions to Hire Applicants with Physical Disabilities », Scandinavian Journal of Disability Research, 22(1), p. 198–209.

SHILDRICK, M. 2007, « Dangerous Discourse. Anxiety, desire and Disability », Studies in Gender & Sexuality, 8 (3), p. 221–44.

SHILDRICK, M. 2012, « Critical Disability Studies : Rethinking the Conventions for the Age of Postmodernity », in Watson, N., Roulstone, A., et Thomas, C., Routledge Handbook of Disability Studies, London, Routledge, p. 30-41.

SHILDRICK, M., 2004, « Queering Performativity : Disability after Deleuze », SCAN : Journal of Media Arts Culture, 1 (3), p.1–6.

SIBLEY, D., 1995, Geographies of exclusion, London, Routledge.

SIEBERS, T., 2003, « What can disability studies learn from the culture wars ? », Cultural Critique, 55, p. 183–216.

SIEBERS, T., 2006, « Disability in theory : from social constructionism to the new realism of the body », in Davis, K., The Disability Studies Reader, New York, Routledge, 2nd edition, p. 173–184.

SIEBERS, T., 2008, Disability theory, Ann Arbor, University of Michigan Press

SIMONSEN, E., 2005, « Disability History in Scandinavia : Part of an International Research Field », Scandinavian Journal of Disability Research, 7, n° 3‑4, p. 137‑54.

SLATER, J., 2015, Youth and Disability : A Challenge to Mr Reasonable, Burlington, Ashgate.

SLATER, J., C. JONES et L. PROCTER, 2017, « Troubling School Toilets : Resisting Discourses of development through a Critical Disability Studies and Critical Psychology Lens Discourse », Studies in the Cultural Politics of Education.

SÖDER, M., 2009, « Tensions, perspectives and themes in disability studies », Scandinavian Journal of Disability Research, 11, n° 2, p. 67‑81.

SOLDATIC, K., K. JOHNSON. 2017, Disability and Rurality : Identity, Gender and Belonging, London, Routledge.

STIKER, H-J., 2013, Corps infirmes et Société, Paris, Aubier, Réédition Dunod.

STIKER, H-J., 2017, « Chapitre 4. Regard philosophique entre universalisme et différentialisme », in Stiker, H-J., La condition handicapée, Presses universitaires de Grenoble, « Handicap, vieillissement, société », p. 55-66.

TALLE, A., 1995, « A Child is a Child : Disability and Equality among the Kenya Masai », in Ingstad, B., et Whyte, S-R., Disability and Culture, Berkeley, University of California Press.

THOMAS, C., 1999, Female Forms : experiencing and understanding disability, Buckingham, Open University Press.

THOMAS, C., 2004, « Rescuing a Social Relational Understanding of Disability ». Scandinavian Journal of Disability Research 6, n°1, p. 22-36.

THOMAS, C., 2007, Sociologies of Disability and Illness : Contested Ideas in Disability Studies and Medical Sociology, Macmillan Education UK.

THURER, S., 1980, « Disability and Monstrosity : A Look at Literary Distortions of Handicapping Conditions », Rehabilitation Literature, 41, p. 12‑15.

TØSSEBRO, J., 2002, « Leaving the individual out : practical and logical problems », Paper presented at a Plenary Symposium Understanding Disability : The UK Social Model and the Nordic Relational Approach at the 6th NNDR Conference, Disability Research, Theory and Practice, Reykjavík, Iceland, 22–24 August.

TØSSEBRO, J., 2004, « Understanding disability : introduction to the special issues of SJDR ». Scandinavian Journal of Disability Research, Special Issue of Understanding Disability, 6 (1), p. 3–7.

TRAUSTADÓTTIR, R., 1991, « Mothers who care : gender, disability and family life ». Journal of Family Issues, 12 (2), p. 221–228.

TRAUSTADÓTTIR, R., 1995, « A mother’s work is never done : constructing a ‘normal’ family life », in Taylor, S-J., Bogdan, R., et Lutfiyya, Z-M., The Variety of Community Experience : Qualitative Studies of Family and Community Life, Baltimore, Brookes Publishing.

TRAUSTADÓTTIR, R., 1999, « Gender, disability and community life : toward a feminist analysis », Bersani, H., Responding to the Challenge : Current Trends and International Issues in Developmental Disabilities, Cambridge, Brookline Books

TRAUSTADÓTTIR, R., 2004, « A new way of thinking : exploring the intersection of disability and gender », in Kristjaensen, K., et Traustadóttir, R., Gender and Disability Research in the Nordic Countries, Lund, Studentlitterature, p. 49-71.

TRAUSTADÓTTIR, R, 2006, « Families of disabled children : an international perspective », Keynote address, Enabling Practices of Care and Support for Parents with Babies with Disabilities, End of Award Conference, University of Newcastle, Newcastle, June.

TREMAIN, S., 2000, « Queering disability studies », Sexuality and Disability, 18 (4), p. 291–299.

TREMAIN, S., 2001, « On the government of disability », Social Theory and Practice, 27 (4), p. 617–636.

TREMAIN, S., 2002, « On the subject of impairment », in Corker, M., et Shakespeare, T., Disability/ Postmodernity : Embodying Disability Theory, London, Continuum, p. 32–47.

TREMAIN, S., 2005a, Foucault and the Government of Disability, Ann Arbor, University of Michigan Press.

TREMAIN, S., 2005b, « Foucault, governmentality and critical disability theory », in Tremain, S., Foucault and the Government of Disability, Ann Arbor, University of Michigan Press, p. 1–25.

TREMAIN, S., 2006a, « On the government of disability : Foucault, power and the subject of impairment », in Davis, K., The Disability Studies Reader (2nd edition), New York, Routledge, p. 185–196.

TREMAIN, S., 2006b, « Reproductive freedom, self-regulation, and the government of impairment in Utero », Hypatia, 21 (1), p. 35–53.

TUAN Y.-F., 1975, « Place : An experiential perspective », Geographical Review, n° 2, vol. LXV, p. 151-165.

TUAN, Y.-F., 1971, « Geography, phenomenology, and the study of human nature », The Canadian Geographer, n° 3, vol. XV, p.181-192.

TUAN, Y-F., 1977, Space and Place, The Perspective of Experience, Londres, Arnold.

UPIAS, 1976, Fundamental principles of disability, London, Union of the Physically Impaired Against Segregation.

VANDERKINDEREN, C., G. ROETS, and G. VAN HOVE, 2014, « The Researcher and the Beast : Uncovering Processes of Othering and Becoming Animal in Research Ventures in the Field of Critical Disability Studies », Qualitative Inquiry, 20 (3), p. 296–316.

VÄRJA, E., THOLÉN, S.L., et HULTKRANTZ, L., 2017, « Analysis of cost and quality indicators of day activity service programmes in Sweden », Scandinavian Journal of Disability Research, 19(4), p. 347–361.

VEHMAS, S., and N. WATSON, 2014, « Moral Wrongs, Disadvantages, and Disability : A Critique of Critical Disability Studies », Disability & Society, 29 (4), p. 638–650.

VILLE, I., et J-F, RAVAUD, 1994, « Représentations de soi et traitement social du handicap, L’intérêt d’une approche socio-constructiviste », Sciences Sociales et Santé, 12, n° 1, p. 7‑30.

VILLE, I., et J-F, RAVAUD, 2007, « French Disability Studies : Differences and Similarities » Scandinavian Journal of Disability Research, 9, n° 3‑4 (3 novembre 2007), p. 138‑45.

WAN ARNIDAWATI, W. A., 2013, Supported employment : Persons with learning disabilities in Malaysia, (PhD Thesis), University of Warwick, UK.

WENDELL, S., 1996, The rejected body : Feminist philosophical reflections on disability, New York, Routledge.

WHYTE, S. R., et B. INGSTAD, 1995, Disability and Culture, Berkeley, CA, University of California.

WILLIAMS, S.J., 2000, « Chronic illness as biographical disruption or biographical disruption as chronic illness ? Reflections on a core concept », Sociology of Health and Illness, 22 (1), p. 40–67.

WINANCE, M., 2007, « Comment parler façonne la personne et le monde : analyse de la performativité du discours dans le domaine du handicap », Théorie sociale et santé, 5(3), p. 228-244.

WINANCE, M., et J-F, RAVAUD, 2010, « Le handicap, positionnement politique et identité subjective », Les Cahiers du Centre Georges Canguilhem, n° 4, p. 69‑86.

WOODILL G., I., VILLE, J-F, RAVAUD, E., BERDBERG, 1992, « Le corps invalide comme texte : une lecture des handicaps comme métaphores culturelles », Colloque international langage et pratiques d’interventions sociales, Mont-Saint-Aignan, 9 avril 1992, Cahiers de pratiques sociales, Paris, L’Harmattan.

WORTH, N., 2008, « The Significance of the Personal within Disability Geography », Area, 40, n° 3, p. 306‑314.

WORTH, N., 2013, « Making Friends and Fitting in : A Social-Relational Understanding of Disability at School », Social & Cultural Geography, 14, n° 1, p. 103‑123.

ZOLA, I., 1986, « Depictions of Disability : Metaphor, Message, and Medium in the Media », Social Science Journal, vol. 22, n°4, p. 5-17.

Haut de page

Notes

1 Dans l’objectif d’améliorer la clarté de mon propos, j’ai, tout au long de l’article, fait le choix de distinguer la déficience (élément médical) du handicap (réaction socio-culturelle désavantageuse et négative pour la personne).

2 The social model was subsequently developed along the analytical lines of Marxist sociology.” (Grue, 2011, p. 538).

3 – “The social model can thus be said to have a double purpose : to produce a scientifically valid sociological explanation of the situation and experiences of disabled people and to guide them in their actions for political change.(Söder, 2009, p. 69).

4 Pour ceux qui s’inscrivent dans le modèle social britannique et qui séparent la déficience du handicap, la domination sociale s’appliquant sur la personne ayant une déficience créée le handicap

5 These landscapes, for authors such as Sibley (1995) and Laws (1994), were characterised by geographies of exclusion, in which institutionally unjust and socially oppressive practices, through the actions of actors and agents, were intertwined in the production of places marked by the exclusions of particular social groups, such as disabled people (also, see Young 1990).” (Imrie et Edwards, 2007, p. 626).

6 The focus on the geographies of exclusion has influenced subsequent research, including work on the development and design professions and their role in the production of disabling built environments (Butler and Bowlby 1997; Gleeson 1998; Imrie 1996, 2003, 2006; Kitchin 2000). Here, rather than view physical barriers as determinate and explanatory variables, research has explored the social, institutional and political processes that produce disabling spaces (Gleeson 1998; Imrie and Hall 2001).” (Imrie et Edwards, 2007, p. 626).

7 Amongst other things, materialism requires the recognition that all social relations are products of the practices which humans pursue in meeting their basic needs for food, shelter, affective ties, movement and the like.” (Gleeson, 1996, p. 390).

8 Far from being a natural human experience, disability is what may become of impairment as each society produces itself socio-spatially : there is no necessary correspondence between impairment and disability. There are only historical geographical correspondences which obtain when some societies, in the course of producing and reproducing themselves, oppressively transform impaired first nature as disablement” (Gleesson, 1996, p. 391).

9 Defining disability as culture transcends internal determinants of disability, subsumes social and political definitions, and creates a cultural discourse that characterizes the collective of disabled people. Cultural views of disability suggest that all individuals who define themselves as disabled belong to a unique group which shares experiences, tacit rules, language and discourse. in this view, the notion of disability is one of group belongingness and distinction from other groups who do not share the disability identity [Mackelspang & Salsgiver 1999].” (French Gilson et Depoy, 2000, p. 209 in Gustavsson, 2004, p. 61-62).

10 Il est important de noter à ce stade, que tous les auteurs cités ne se revendiquent pas forcément du postmodernisme dans leurs écrits et ceux malgré les points communs évidents que leurs approches entretiennent avec ce courant théorique. En m’appuyant sur l’ouvrage de Corker et Shakespeare (2002) : Disability/postmodernity : embodying disability theory, j’ai fait le choix de rassembler sous la bannière du postmodernisme les travaux sur le handicap d’épistémologie idéaliste, qui, tout en prenant leurs distances le modèle social britannique, redonnent au corps une place prépondérante dans les analyses, s’intéressent au langage comme élément permettant de construire des ordres sociaux et tiennent compte des expériences vécues et des émotions.

11 Certaines approches postmodernes se positionnent dans un relativisme ontologique. En philosophie, le relativisme désigne « une conception de la variabilité sans fin des choses, soumises seulement aux règles de la subjectivité » (Desbons, 2013, p. 858). Pour les relativistes il existerait de multiples réalités socialement construites, qui ne sont pas gouvernées par des lois naturelles, causales ou d’autre sorte (Guba et Lincoln, 1998). S’extrayant de la dichotomie sujet-objet, les relativistes considèrent que tout est socialement créé et qu’il n’existe pas de réalité en dehors de nos perceptions, pas d’objectivité en soi, que de la subjectivité. De plus, ils remettent en question « une perspective essentialiste de la réalité, en défendant l’idée que la réalité est surtout créée par les discours. Pour eux, la langue est performative et produit les catégories sociales » (Gaudet et Robert, 2018, p. 16). Contrairement aux matérialistes qui peuvent considérer, par exemple, que la dyslexie est un phénomène déterminé notamment par une organisation sociale, accordant beaucoup d’importance à la lecture et à l’écriture, Danermark (2002) souligne que certaines positions relativistes extrêmes vont même jusqu’à affirmer que la dyslexie est un phénomène qui est entièrement une construction sociale. Comme on ne peut pas parler de dyslexie dans une société ou l'art de la lecture et de l'écriture n'est pas développé, ces positions affirment que Gutenberg aurait "inventé" la dyslexie.

12

13 For us, disability is the quintessential post-modern concept, because it is so complex, so variable, so contingent, so situated. It sits at the intersection of biology and society and of agency and structure. Disability cannot be reduced to a singular identity : it is a multiplicity, a plurality.” (Shakespeare et Watson, 2001, p. 19).

14 One of the basic theoretical assumptions is that language practices not merely reflect but also are social orders, and thus strongly influence living conditions of people with disabilities.” (Gustavsson, 2004, p. 60).

15 “McRuer (2002) observes that disabled people are caught up in an ‘epidemic of signification’ where their bodies and minds are inscribed with a thousand words that threaten to leave them with deeply disablist ‘epidermal schema” (Goodley, 2011, p.103).

16 Guinard (2019) identifie deux types de géographies culturelles, la géographie « de la culture » et « par la culture ». Si la géographie « de la culture » renvoie à une « géographie du fait culturel » qui étudie le caractère spatial d’objets culturels (lieux sacrés, musées etc.), la géographie « par la culture » fait référence à une approche culturelle des faits géographiques. Cette dernière, ambitionne de « comprendre des objets géographiques, y compris ceux qui ne sont pas culturels, selon une approche qui serait culturelle en ce sens qu’elle prendrait en compte la manière dont ces objets sont perçus, représentés, imaginés » (Guinard, 2019, p. 44). 

17 Permettant de faire le lien entre perception, pratiques et représentations, les émotions se situent au carrefour entre plusieurs approches méthodologiques. Pouvant être captées en analysant les discours, les récits, les représentations (approches représen­tationnelles) le développement de l’étude des émotions en géographie repose sur l’émergence « de méthodologies alternatives qui se veulent moins verbales et plus sensibles, de façon à intégrer le caractère multi-sensoriel des émotions » (Guinard, 2019, p. 190) (approches non-représentationnelles). L’étude des émotions peut également faire l’objet de méthodologies hybrides articulant perception et représentations (approches plus que représentationnelles) (Lorimer, 2005).

18 The word ‘critical’ denotes a qualitative shift in studies of disability from the established to the new ; from the orthodox to the evolving ; from the specific to the expansive” (Goodley, 2019, p. 976).

19 Baril (2018) parle de « modèle sociosubjectif du handicap »

20 Parfois utilisé comme synonyme de validisme

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Meddy Escuriet, « Disability studies et géographie du handicap : oppositions, rapprochements et enjeux épistémologiques croisés »L’Espace Politique [En ligne], 45 | 2021-03, mis en ligne le 23 novembre 2022, consulté le 30 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/10403 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.10403

Haut de page

Auteur

Meddy Escuriet

Docteur en géographie
UMR Territoires (Université-Clermont-Auvergne)
mescuriet@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search