Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsComptes rendus d'ouvrages2023Sangliers, géographies d’un anima...

2023

Sangliers, géographies d’un animal politique

Compte rendu de l’ouvrage de Raphaël Mathevet et Roméo Bondon, Sangliers, géographies d’un animal politique
Christophe Gauchon
Référence(s) :

Raphaël Mathevet et Roméo Bondon, 2022, Sangliers, géographies d’un animal politique, Actes Sud, coll. « Mondes sauvages », 208 p.

Texte intégral

1Depuis sa création en 2017, la collection « Mondes sauvages » a publié plusieurs ouvrages qui participent aux débats sur l’écologie politique et dont certains présentent une dimension clairement géographique comme Ré-ensauvageons la France paru en 2018. Ce nouvel opus poursuit cette réflexion politique sur la nature avec, en vedette, la bête noire, le sanglier.

2S’inscrivant dans un courant illustré en histoire par Éric Baratay, les auteurs affichent leur projet de « participer à la constitution d’une géographie du point de vue animal », d’où l’alternance de petits textes insérés entre les chapitres et écrits au nom du sanglier… Autant de tentatives de parcourir la forêt le groin au sol et les soies agrippées aux buissons d’épineux, textes dont le statut dans l’écriture scientifique reste sans doute à affiner… Mais ce ne sont pas ces petits textes qui démontrent le mieux la dimension politique du sanglier.

3Dans un intervalle de temps assez ramassé, qui court des années 1970 à nos jours, le sanglier est passé par plusieurs statuts successifs : archétype de l’animal sauvage, puis objet de gestion cynégétique, réservoir pathogène et finalement « animal politique » au sens où « les sangliers sont concernés par les actions humaines autant qu’ils y prennent part », p. 157.

4Il était un temps, pas si lointain, il y a environ un demi-siècle, où le sanglier était un animal relativement rare. Depuis lors, ses effectifs n’ont cessé d’augmenter en France, comme en témoignent les chiffres de prélèvement : 35 000 sangliers abattus chaque année au début des années 1970, et 800 000 en 2020 ; les collisions avec les véhicules automobiles ont augmenté dans les mêmes proportions. Bien sûr, les pratiques d’élevage et d’agrainage ont largement concouru à cette prolifération, les chasseurs se chargeant à la fois de nourrir et de réguler, « fins contradictoires » s’il en est. Et c’est ainsi que le sanglier, objet d’une « appropriation cynégétique » (p. 70), est devenu un problème politique, au fur et à mesure que le monde de la chasse se révélait incapable d’enrayer cette dynamique à laquelle il avait participé. Bien sûr la France n’a pas le monopole de la question du sanglier, qui se pose à peu près dans les mêmes termes à Hong Kong, à Rome ou à Haïfa, avec une dimension urbaine de plus en plus marquée.

5On se demande toutefois pourquoi une question aussi importante que l’équarrissage, qui dans de nombreux départements contribue à constituer le sanglier en problème politique sans solution, n’est évoquée qu’au détour d’une phrase (p. 89) alors que le système cynégétique bute sur cette limite logistique… Dans la même phrase, « abattages massifs et fosses communes » sont jetés à la volée sans développement, malgré les fortes implications spatiales en termes de gestion…

6Mais le sanglier change encore de dimension dans les années 2010 quand sa « gestion » est rattrapée par les impératifs sanitaires dans un contexte de peste porcine progressant en Europe. Plusieurs États se barricadent littéralement, au premier rang desquels le Danemark qui élève en 2018 « un véritable mur sur près de 70 km, le long de la frontière avec l’Allemagne, afin d’éviter l’arrivée de l’épidémie [transmise] par des sangliers venant de l’est », p. 137. Puis, alors même que les humains se confinent en 2020-2021, une autre barrière de 300 km est élevée sur la frontière germano-polonaise, puis sur la frontière franco-belge dans un but explicite d’éradication du sanglier en tant que vecteur pathogène. Et c’est ainsi que le sanglier participe, dans son registre, à l’édification de murs aux frontières, murs largement comparables à ceux qui sont érigés contre les flux de migrants. Les auteurs montrent aussi comment les procédés télémétriques sont mobilisés pour surveiller les circulations des suidés. Les pages 160-164 ouvrent à cet égard des perspectives passionnantes sur la « zoopolitique globale ». Cette convergence entre contrôle des animaux et contrôle des humains migrants, y compris dans les discours, ne peut manquer d’interroger le géographe intéressé à l’évolution des frontières et de leurs fonctions, même si ces développements animaliers se déroulent à bas bruit et restent le plus souvent en-dehors des débats politiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Gauchon, « Sangliers, géographies d’un animal politique »L’Espace Politique [En ligne], Comptes rendus d'ouvrages, mis en ligne le 28 avril 2023, consulté le 22 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/10781 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.10781

Haut de page

Auteur

Christophe Gauchon

Professeur
Université Savoie Mont Blanc
christophe.gauchon@univ-smb.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search