Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsComptes rendus d'ouvrages2023Poutine, l’Ukraine et les statues...

2023

Poutine, l’Ukraine et les statues de Lénine

Compte rendu de l’ouvrage de Dominique Colas, Poutine, l’Ukraine et les statues de Lénine
Christophe Gauchon
Référence(s) :

Dominique Colas, 2023, Poutine, l’Ukraine et les statues de Lénine, Paris, Les Presses de Science Po, 171 p.

Texte intégral

1Le néologisme d’origine ukrainienne Leninopad (Ленінопад), maître mot de cette étude, désigne la démolition des statues de Lénine. Dès lors, il décrit un important processus de transformation de l’espace public et de la sémiosphère dans l’espace post-soviétique.

2Dominique Colas estime en effet qu’au moins 10 000 statues de Lénine avaient été érigées dans l’ensemble de l’ex-Union soviétique, dans une stratégie assumée de saturation monumentale de l’espace. Depuis 1991, mais surtout depuis la révolution de l’Euromaïdan en décembre 2013 (date à laquelle le néologisme est apparu), cette statuaire héritée a connu bien des vicissitudes, et D. Colas distingue deux groupes de pays en fonction de leurs attitudes face aux statues de Lénine.

3D’un côté, l’Ukraine, précédée sur cette voie par les Pays baltes, est allée vers une éradication progressive des statues de Lénine et des autres dirigeants soviétiques. À elle seule, la ville de Kiev comptait 38 statues de Lénine au début des années 2000. Les lois de dé-communisation adoptées en 2015 ont généralisé le Leninopad, de telle sorte qu’il semble qu’il n’y ait plus une seule statue de Lénine en Ukraine. Dans certains cas, les piédestaux ont été conservés et « transformés en autels de la patrie » la substitution s’opérant in situ. En Moldavie, il ne resterait qu’une seule statue de Lénine, à Chisinau.

4D’un autre côté, la Russie, le Bélarus, mais aussi la Transnistrie, ont conservé la grande majorité de leurs statues de Lénine qui continuent à trôner sur les grand-places des villes, même si certaines ont disparu dans les années qui ont suivi 1991, comme celle de la gare de Moscou à Saint-Pétersbourg. Certaines statues qui avaient été déboulonnées dans le sud et l’est de l’Ukraine, ont été réinstallées après l’invasion russe, comme à Henitchesk ou à Melitopol en août 2022.

5L’ouvrage de Dominique Colas analyse ces choix statuaires à l’aune de l’actuel conflit en Ukraine. Or, les choix mémoriaux faits par la Russie apparaissent en contradiction complète avec le discours à portée historiographique tenu à plusieurs reprises par Vladimir Poutine : en substance, selon ce discours, c’est Lénine qui aurait forgé de toutes pièces l’idée même de la nation ukrainienne, et donc, la possibilité d’une Ukraine indépendante. Cette thèse, si elle était avérée, aurait dû logiquement entraîner une Leninopad à fronts renversés… Les politiques monumentales révèlent ainsi les contradictions de certains discours.

6Du côté ukrainien, la destruction des statues s’est accompagnée d’une profonde mutation toponymique dont Andreï Kourkov s’est fait l’écho dans son dernier roman paru en France en 2022, « Les abeilles grises » : une trentaine de villes (dont la ville d’Oulianovka), des centaines de villages et des milliers de rues ont ainsi abandonné leur nom russe ou soviétique pour un nom attaché à l’histoire ou à la culture ukrainienne.

7Ces changements dans le paysage mémoriel ukrainien ne vont d’ailleurs pas sans ambiguïté : D. Colas évacue en 5 lignes (p. 106) le cas des statues érigées en l’honneur de Stepan Bandera que les sources françaises qualifient habituellement de « personnage controversé » (voir par exemple Le Monde diplomatique de décembre 2016) pour son alliance avec l’occupant nazi (fût-elle interrompue par une longue captivité dans les camps allemands) et pour son rôle dans les massacres commis entre 1941 et 1944 contre les Juifs et les Polonais. Or D. Colas signale que pas moins de 40 monuments à Bandera (statues, bustes, stèles) sont apparus, surtout depuis 2007, dans l’espace public ukrainien, principalement dans les régions occidentales de Lviv et d’Ivano-Frankivsk, là où les premières statues de Lénine avaient été déboulonnées dès 1991.

8Dans le même temps où Vladimir Poutine maintient en Russie les statues de Lénine, il les intègre dans un nouveau paysage mémoriel inclusif où l’artisan de la révolution d’Octobre côtoie les personnages de l’histoire impériale que les communistes avaient éradiqués de l’espace public. Poutine a ainsi inauguré depuis 2014 des statues d’Alexandre Ier, d’Alexandre III, d’Ivan le Terrible, du grand-duc Serge ou d’Alexandre Nevski. Ces statues ont rejoint celles de Pierre le Grand qui avaient été érigées dès les années 1990. Ce syncrétisme monumental alimente un discours officiel de réconciliation entre les héritages orthodoxes et communistes au service du nationalisme russe. Dès lors, en-dehors de toute affiliation idéologique, conserver les statues de Lénine en Transnistrie ou au Bélarus, envoie un signal d’allégeance à la Russie ; les détruire, comme en Ukraine ou en Moldavie, résonne comme une affirmation d’émancipation.

9De ces deux trajectoires mémorielles divergentes émerge une figure de conciliation possible, celle de Vladimir Ier le Grand, ou saint Vladimir (958-1015), honoré tant en Ukraine (statue inaugurée à Marioupol en 2014 en lieu et place d’une statue de Lénine) qu’en Russie (statue inaugurée à Moscou en 2016… à 300 mètres du mausolée de Lénine). Ainsi, au-delà d’une lecture symbolique qui serait réductrice, Dominique Colas montre que le décodage de ces paysages mémoriels, tels qu’ils se donnent à voir dans l’espace public, fournit de précieuses indications sur les lignes de force géopolitiques qui travaillent l’espace post-soviétique aujourd’hui en guerre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Gauchon, « Poutine, l’Ukraine et les statues de Lénine »L’Espace Politique [En ligne], Comptes rendus d'ouvrages, mis en ligne le 28 avril 2023, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/10795 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.10795

Haut de page

Auteur

Christophe Gauchon

Professeur
Université Savoie Mont Blanc
christophe.gauchon@univ-smb.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search