Navigation – Plan du site

AccueilNuméros46Après le Sommet de la Valette (20...Les stratégies de gestion des fro...

Après le Sommet de la Valette (2015), quelles pratiques et politiques migratoires en Afrique ?

Les stratégies de gestion des frontières du Niger à l’ère de l’externalisation des politiques migratoires de l’UE : vers des frontières itinérantes ?

Niger’s Border Management Strategies in the Age of EU’s Migration Policies Externalization: towards Itinerant borders?
Rhoumour Ahmet Tchilouta

Résumés

Cet article analyse les pratiques de gestion de frontières du Niger au lendemain du Sommet Euro-africain de La Valette de 2015. L’externalisation des frontières européennes dans la bande saharo-sahélienne n’est pas un simple transfert de stratégies ou de technologies du Nord vers le Sud. Elle a engagé un processus de transformation en profondeur des frontières nigériennes, tant dans leurs formes que dans leurs fonctions. Pour étayer cet argument, l’article s’appuie sur une approche méthodologique triangulaire associant l’analyse de la documentation officielle, des observations directes et des entretiens semi-directifs auprès de différents acteurs. L’article met ainsi en exergue la mise en marche d’une frontiérisation inédite et multi-facette du territoire nigérien et soutient qu’elle est organisée selon cinq stratégies distinctes mais complémentaires pour déployer les pratiques frontalières partout dans le territoire. Ces stratégies consistent, 1/ au renforcement des fonctions traditionnelles de la frontière en tant que filtre et limites de l’État-nation, 2/ à l’étirement des pratiques frontalières à l’intérieur des terres à travers la multiplication des checkpoints de la police, 3/ à la création des dispositifs mobiles de contrôle des frontières ainsi que 4/ l’engagement des communautés frontalières dans la gestion des frontières ou encore, 5/ le recours aux dernières technologies en matière de système d’information sur la gestion des frontières. L’article introduit le concept de « frontières itinérantes » pour suggérer que les frontières nigériennes sont désormais envisagées et conçues comme un agrégat de dispositifs mobiles et flexibles capables de se déployer à différentes échelles, dans une dynamique de la ligne à la trace, pour contrôler des corps suspects en mouvement. L’article soutient qu’au Niger, ce ne sont pas les frontières qui structurent les mobilités, au contraire, ce sont les mobilités des  « uns » indésirables « ailleurs » qui les fabriquent.

Europe, Niger, migration, frontières, externalisation, frontiérisation, frontières itinérantes

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’année 2015 a constitué un tournant majeur dans les politiques de gestion des frontières et de contrôle des flux migratoires de l’Union européenne (UE) (KARAMANIDOU, KASPAREK, & HESS, 2020) ainsi que dans ses relations avec les pays africains, dont le Niger en premier lieu (BOYER, 2019). Alors que l’afflux de réfugiés aux frontières de l’Europe menaçait de disloquer le système Schengen (LAINE, 2017, p. 32), le seul consensus qui a paru possible aux dirigeants Européens, était d’externaliser les responsabilités en matière de contrôle des flux migratoires vers des pays situés au-delà des frontières de l’Union, comme le Niger. Longtemps resté à l’écart de l’agenda européen en matière de migration, il occupe une place centrale à partir de 2015, en raison de sa position jointive entre les deux rives du Sahara. Historiquement, le Niger se présente comme un pays d’émigration et de transit (BENSAAD, 2003), et depuis le début des années 2010, il est devenu un espace dans lequel se superposent différentes formes de mobilités. En effet, aux côtés des traditionnels mouvements saisonniers, en direction de l’Afrique de l’Ouest et du Nord, historiquement ancrés dans le capital de mobilité des Nigériens (MOUNKAILA, 2002; BOYER & MOUNKAILA, 2010) et des migrations de transit en direction de la Libye et de l’Algérie (BRACHET, 2007), se sont greffés des mouvements de refugiés fuyant les violences au Mali et au Nigéria notamment (AYOUBA TINNI, 2021) ainsi que des migrations de retour (MOUNKAILA, 2015; PUIG, 2019).

2Cette complexification du système migratoire nigérien intervient dans un contexte géopolitique sous-régionale marqué par la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, jusqu’alors « gardien » des côtes sud de l’Europe ainsi que par la fermeture de la route transitant par « le Mali vers la Libye et/ou le Maroc » en raison du conflit qui se déclenche en 2012 (BOYER & CHAPPART, 2018, p. 92). D’autre part, avec la surveillance accrue des routes côtières africaines (STREIFF-FENART & SEGATTI (eds), 2012), les routes via le Niger, avec la relative stabilité politico-sécuritaire qui les caractérisent, ont émergées comme quasiment la seule alternative pour les personnes fuyant les violences et les conflits chez elles ou rejoignant l’Algérie ou la Libye en quête de travail saisonnier (BREDELOUP & PLIEZ, 2005). Ainsi, à mesure que les routes sahariennes transsahariennes renouaient avec leur fonction séculaire de transit et d’échange (BENSAAD, 2003), elles s’inscrivaient dans les agendas européens en matière de migration. En effet, pour l’Europe, ces circulations transsahariennes constitueraient un premier pas vers la traversée méditerranéenne et le franchissement de ses frontières sud (BRACHET, 2010; 2012). Ainsi, après avoir « perdu son interlocuteur habituel, le président Kadhafi, elle se tourne vers le Sahel, en particulier vers le Niger, pour reprendre la main sur sa frontière sud » (BOYER & CHAPPART, 2018, p. 93). Le sommet de La Valette en novembre 2015 a été l’occasion de fournir un cadre politique et financier à ce processus d’externalisation (BOYER, 2019) qui se projette désormais sur toute la bande saharo-sahélienne, et en premier lieu au Niger ; avec en ligne de mire les routes transsahariennes, dont l’Europe souhaite renforcer la fonction de barrière en finançant les services rendus par le Niger.

  • 1 RFI, Invité Afrique « M. Issoufou: je veux m’attaquer à «la pauvreté qui chasse les Africains de le (...)

3Le plan d’action de La Valette adopté lors du sommet éponyme, consacre ainsi le Niger dans son nouveau rôle de gardien des frontières sud de l’Europe. À l’instar d’autres pays africains, il a ainsi obtenu de centaines de millions d’euros du Fond Fiduciaire d’Urgence de l’UE pour l’Afrique (FFUA), en contrepartie de ses efforts et de ceux de diverses institutions (onusiennes, agences de coopération, ONG internationales etc.) à endiguer les flux de migrants transitant via son territoire. Contrairement, à ce que déclarait Mahamadou Issoufou à l’époque Président du Niger, « il faut que nous, dirigeants, nous évitions de nous replier sur nos frontières, de nous replier sur nos patries »1, le sommet de La Valette a amorcé une frontiérisation inédite du territoire nigérien. La frontiérisation est entendue ici comme le processus par lequel se créent les frontières, c’est-à-dire, par lequel elles émergent, se multiplient, se transforment et se renforcent (WASTL-WALTER, 2012; WILSON & DONNAN, 2012). Une partie considérable des fonds issus du FFUA a été investi dans le durcissement des contrôles aux frontières avec la création de nouveaux instruments amorçant un processus inédit de frontiérisation du territoire nigérien initiée par une grande diversité d’acteurs internationaux qui semble aller à contre-courant des discours et des politiques portés par les autorités nigériennes dans le cadre de l’intégration africaine.

4Cet article envisage cette évolution par le biais d’une réflexion sur le concept de verticalité des frontières introduit dans le contexte nigérien par Florence Boyer (2019). Nous soutenons ainsi, qu’au regard des évolutions récentes du contexte nigérien, au lieu de se situer dans les limites géopolitiques, de rester dans des espaces tampons, les frontières nigériennes sont désormais envisagées et conçues comme un agrégat des dispositifs mobiles et flexibles qui se déploient à une « échelle itinérante » (COBARRUBIAS, 2020) dans le but de contrôler les migrants en tant que corps suspects en mouvement. Nous reprenons ici le terme de « migrant » pour désigner les personnes qui tentent de changer de pays de résidence. Ce terme couronné par la littérature sur les mobilités, tend à essentialiser cette condition migratoire ; par conséquent, il sera utilisé avec la distance critique nécessaire.

5Après une présentation du cadre analytique dans lequel s’inscrivent les réflexions et l’approche méthodologique déployée, cet article est divisé en deux parties. La première met en exergue le processus en cours de frontiérisation du territoire nigérien. Elle met en lumière cinq stratégies de déploiement de cette frontiérisation. La deuxième partie revient sur les implications d’un tel processus sur le système migratoire nigérien et propose notamment de prolonger les réflexions sur le modèle de contrôle des migrants basé sur la « verticalité des frontières » et analyse le changement d’échelle qui s’est opéré au Niger dans le déploiement des pratiques frontalières, passant d’une « perspective de la ligne à la trace » (GAGNOL, 2017) pour contrôler les populations migrantes. En outre, l’article soutient qu’in fine au Niger, ce ne sont pas les frontières qui structurent les mobilités, mais plutôt l’inverse : ce sont les mobilités des uns, indésirables « ailleurs », qui structurent les frontières.

Cadre analytique et approche méthodologique

Les frontières contemporaines du Niger sous le prisme des Critical Border Studies

6Le regain d’intérêt que connaissent les Border Studies s’accompagne d’intenses débats tant sur les modèles de frontières que sur les théories de frontières (BRUNET-JAILLY, 2005), dont celles des Critical Border Studies (PARKER & VAUFGAN-WILLIAMS, 2012). L’objectif ici, est de mobiliser ces approches pour analyser les transformations que connaissent depuis 2015 les frontières du Niger à l’aune de l’externalisation des politiques migratoires de l’UE dans la bande saharo-sahélienne.

7Les dynamiques de « déplacement » des frontières de l’Europe vers le Sahara observées depuis 2008 (BENSAAD, 2008; BRACHET, CHOPLIN, & PLIEZ, 2011), et qui se sont accélérées depuis 2015, s’inscrivent notablement dans les tendances décrites par la très dense littérature des études des frontières. Elles s’illustrent par des conceptualisations qui mettent en avant leur nature changeante et imprévisible et leur capacité à se déployer au-delà des limites des États-nations. Tantôt les frontières sont décrites comme changeant d’autorité (AMOORE, 2006), de territorialité (NOVAK, 2011), de spatialité (PAASI, 2009; JONES, 2010), tantôt comme mobiles et réticulaires (AMILHAT-SZARY & GIRAUT, 2015). Aussi, les frontières excluent (CUTTITA, 2018) autant qu’elles violentent (JONES, 2017). Ces débats interdisciplinaires sur le pouvoir politico-spatial et biopolitique de la frontière sont très éclairants pour comprendre les dynamiques qui sous-tendent les transformations actuelles des frontières du Niger, dans le sens où ils mettent l’accent sur le côté performatif des frontières contemporaines et leur capacité à se déployer « partout » (BALIBAR, 2002).

8Les débats posés sur la condition changeante des frontières, reposent donc sur une réflexion ouverte sur la nature même de la frontière qui s’applique à notre cas d’étude. Les théoriciens des études des frontières comme Rumford (2014) et Newman (2006) insistent sur l’expérience différentielle du franchissement de la frontière, sa capacité à traverser la société et les paradoxes qui découlent de son processus de fermeture/ouverture (Bordering/Debordering). Les analyses de Rumford (2008), montrent, qu’en plus de se réinventer et de s’adapter sans cesse, le maintien ou l’effacement des frontières ne sont plus des prérogatives exclusives des acteurs traditionnels de la frontière : les États. Dans un système globalisé de gestion des flux, ces derniers ne sont plus les seuls maîtres à bord et, dans certains cas, ils perdraient même la maîtrise des modalités de gestion et de contrôle de leurs frontières. Les États doivent désormais cohabiter et entrer en compétition avec de nouveaux acteurs. Ces derniers participent à l’émergence de nouvelles formes d’autorités de la frontière, qui se juxtaposent et parfois même se substituent à celles des États (CUTTITA, 2007). Ces dynamiques s’observent aujourd’hui avec acuité dans le cas des frontières du Niger, celui-ci se retrouve dépossédé des modalités de contrôle de son territoire du fait de l’intervention d’acteurs internationaux ayant participé à « son inscription dans des cadres et des normes construites à l’échelle globale » (BOYER, 2019, pp. 174-175).

9Plus encore, les nombreux concepts développés par le sous-champ naissant des Critical Border Studies tels que « contrôle à distance » (ZOLBERG, 2003), « rééchelonnement du contrôle » (SAMERS, 2004), ou de « police à distance » (BIGO & GUILD, 2005), interpellent quant à leur pertinence dans la compréhension des évolutions récentes des frontières du Niger. En effet, ces dernières se caractérisent par la remise en cause de l’acception traditionnelle de la frontière se situant aux limites de l’État-nation. Les Critical Border Studies mettent aussi en avant une conceptualisation qui met en évidence leur extra-territorialité (AMILHAT-SZARY, 2020), leur multiplication et leur étirement au-delà des limites traditionnelles des État-nations (CASAS-CORTES, COBARRUBIAS, & PICKLES, 2016). Ces débats interdisciplinaires permettent de mieux saisir les dynamiques qui animent les débats sur les frontières des État saharo-sahéliens à l’aune de l’externalisation des politiques migratoires européennes. Si les approches divergent, deux constats font l’unanimité. Les frontières africaines sont multiformes et hybrides, issues d’une histoire longue et complexe (LEFEBVRE, 2015; ASSOUGA, 2020; GAGNOL, 2022). Le regain d’intérêt des pays africains quant à la question des frontières est fortement motivé par des préoccupations et des fonds européens dont l’objectif est de contenir le soi-disant « afflux » des migrants africains (ADAM, TRAUNER, JEGEN, & ROOS, 2020; FROWD, 2021). Par ailleurs, ces dynamiques s’inscrivent dans un cadre plus large d’internationalisation de la gestion des migrations (GEIGER & PÉCOUD (eds), 2010) et de généralisation de la contention des flux de personnes (DUVELL, 2005). Malgré la richesse de leur champ lexical, les Critical border Studies restent peu mobilisées dans l’étude des frontières africaines, et nigériennes notamment. Néanmoins, ces dernières années, dans le sillage de l’externalisation des politiques migratoires, un regain d’intérêt s’observe.

10La prolifération des pratiques brouillant les lignes de partage entre le maintien de l’ordre, la sécurité aux frontières et le développement sont les évolutions les mieux mises en évidence par les récentes recherches sur les frontières saharo-sahéliennes (FROWD, 2018; 2021; BOYER, 2019). Dans ses analyses, Frowd (2018) envisage les évolutions récentes des frontières ouest-africaines dans une optique socio-constructiviste mettant en exergue la frontière comme un espace mondialisé, où acteurs locaux et internationaux se réunissent autour des inquiétudes communes comme la migration irrégulière, la sécurité aux frontières, le renforcement des postes frontières ou encore la mise en place des dispositifs biométriques pour identifier et surveiller des personnes de plus en plus mobiles. En introduisant le concept de borderwork creep (que l’on peut traduire en français par frontiérisation rampante ou prolifération des pratiques frontalières), Frowd (2021), soutient que les pratiques de gestion de frontières, fortement motivées par les angoisses européennes et les fonds européens, s’étendent désormais à de nouvelles zones géographiques et politiques. Sans rejeter que l’externalisation des politiques migratoires européennes comme un facteur de cette frontiérisation rampante, l’auteur soutient qu’elle se situe « aux côtés d’autres dynamiques endogènes et de pratiques de sécurité et de gouvernance préexistantes dans les États du Sahel » (FROWD, 2021, p. 1347).

11Pour Boyer et al. (2018; 2019), au contraire, le surgissement de la question migratoire dans le sillage du sommet de La Valette, a mis en marche un processus de « refrontiérisation » du territoire nigérien. Dans cet article, au regard de l’historiographie des frontières du Niger, on parlera de « frontiérisation » plutôt que de « refrontiérisation ». En effet, pour des frontières dont le passage n’a jamais été strictement contrôlé, il est difficile de parler de refrontiérisation. Par ailleurs, il n’en demeure pas moins que les dynamiques politiques récentes imposent un quadrillage inédit du territoire nigérien par une diversité d’acteurs internationaux (notamment européens) comme le souligne F. Boyer (2019). L’externalisation des frontières européennes au Niger se caractérise par la transformation de son territoire en un vaste espace de contention où les logiques managériales de gestion des frontières l’emportent sur les logiques humanitaires (BOYER, 2019). Plus largement, F. Boyer soutient que cette logique managériale a introduit dans le contexte migratoire nigérien le concept de « frontière verticale », qui renvoie à la prolifération des points de contrôle « tout au long des routes et des nœuds de circulation, et à une situation migration associant émigration, immigration et transit » (BOYER, 2019, p. 176). L’application de ce concept dans l’analyse du contexte migratoire nigérien sera questionnée au regard de ses récentes évolutions et à la lumière des apports des Critical Border Studies, à travers notamment le concept de « l’échelle itinérante » proposée par Cobarrubias (2020). Ce dernier suggère de repenser les dynamiques qui sous-tendent l’externalisation des frontières européennes en Afrique à travers le concept d’échelle itinérante. En effet, l’articulation de la diversité d’acteurs impliqués dans la gestion des frontières suppose un « degré de coordination, d’ajustement des géographies légales et juridictionnelles, et l’établissement de certains concepts et cartographies » (2020, p. 9) qui bousculent l’ordre spatial dans lequel elles sont produites et reproduites. Il propose ainsi de travailler « le concept d’échelle en tant que niveau spatial d’analyse et d’action, non pas tant dans une affirmation rigide d’une nouvelle échelle » (p. 9), mais plutôt parce que penser l’externalisation des frontières et la gestion des routes migratoires à travers l’échelle permet de souligner les processus opérationnels par lesquels ces géographies frontalières distinctes s’établissent et se redéployent.

12A la lumière de cette contribution qui puise dans la riche littérature des Critical Border Studies, et des récentes évolutions du contexte migratoire nigérien, cet article propose de prolonger les réflexions sur le concept de frontière verticale. L’externalisation a engendré une multiplication des échelles d’intervention dans la lutte contre les migrations irrégulières passant du global au régional > national > local > corps à « itinérant » (COBARRUBIAS, 2020). Les pratiques de la frontière sont en mouvement et devraient être analysées comme des assemblages mobiles (AMILHAT-SZARY & GIRAUT, 2015). Mises en perspective avec les évolutions récentes observées dans le contexte nigérien, ces réflexions permettent d’apporter un nouveau regard sur les frontières au Niger, en suggérant la possibilité de les envisager comme itinérantes. En créant des dispositifs diversifiés de contrôle capables de se déployer partout où de nouveaux itinéraires migratoires émergent, les frontières du Niger se sont épaissies et s’étirent désormais à l’intérieur du territoire révélant ainsi une vision élargie du territoire frontalier (FROWD, 2021), où c’est le territoire national lui-même qui fait désormais frontière. Cet article tentera d’analyser ici les formes géographiques possibles de leur déploiement en mobilisant des techniques d’enquêtes plurielles relevant du pragmatisme méthodologique (FRIEDRICHS & KRATOCHWIL, 2009).

Des techniques d’enquêtes plurielles pour enquêter sur la frontiérisation du Niger

13L’article s’appuie sur un travail de terrain conduit au Niger, principalement à Agadez et Niamey et dans une moindre mesure à Zinder. Il a consisté en des allers-retours entre les terrains enquêtés entre août 2020 et janvier 2021, au cours desquels des entretiens ont été conduits auprès d’un large spectre d’acteurs régionaux (Agadez), nationaux (Niamey) et internationaux (Niamey et Agadez). Il s’agit essentiellement d’acteurs impliqués dans la mise en œuvre des projets financés par le FFUA, comme les collectivités territoriales, les organismes centraux et déconcentrés de l’État, la société civile, les ONG internationales et les agences de coopération bilatérales et multilatérales. Au total 93 entretiens semi-structurés (formels et informels) ont été conduits. Les personnes interviewées comprennent des agents de force de défense et de sécurité, des responsables politiques et fonctionnaires de l’administration nigérienne et des institutions internationales présentes au Niger. L’article s’appuie également sur les observations directes de l’auteur, notamment des pratiques policières vis-à-vis des non-Nigériens (africains) usagers des compagnies de transport sur les principaux axes reliant Niamey à Agadez via Tahoua et via Zinder. Des observations similaires ont également été conduites au niveau de certains postes de contrôle de la police nationale aux entrées et sorties de la ville d’Agadez. En outre, ces observations ont servi à lister les points de contrôle de la police nationale entre Niamey et Agadez, via Tahoua et Zinder, afin d’évaluer l’intensité et la récurrence des contrôles qui y sont réalisés. Ces observations ont été effectuées dans les deux sens du trajet pour rendre compte de la différence entre les contrôles à l’aller (vers Agadez) et au retour (vers Niamey).

14En plus des entretiens et des observations, cet article s’appuie sur une analyse discursive de la documentation produite par les acteurs, notamment les fiches de programme, les termes de référence (TDR), les rapports de suivi et évaluations des projets financés par les principaux instruments de la politique extérieure de l’UE (FFUA et l’Instrument contribuant à la Stabilité et à la Paix-IcSP). Enfin, les enquêtes de terrain ont permis la réalisation d’une cartographie des postes de contrôle frontaliers qui constitue un outil inédit d’analyse. Il s’est agi ici de collecter l’ensemble des postes de contrôle frontaliers (PPF) que compte le territoire nigérien et de déterminer s’ils ont été construits ou rénovés et par qui. Ce décompte s’est déroulé en mobilisant diverses sources impliquées dans le renforcement des dispositifs frontaliers mais il n’a pas été possible d’identifier et de cartographier la totalité des PPF. En effet, une telle cartographie n’existait pas au moment de l’enquête, y compris à la Direction de la surveillance du territoire (DST). Notre enquête a identifié une trentaine de PPF construits ou rénovés depuis 2013. Plus généralement, cette triangulation des méthodes de collecte de données a permis de mettre en évidence, d’une part, une prolifération des dispositifs de contrôle frontaliers, et, d’autre part, la complexification des rapports entre les frontières et le territoire (AGNEW, 2017). Les frontières ne correspondent plus à des lignes et des points « territorialement identifiables » (PARKER & VAUGHAN-WILLIAMS, 2009, p. 583). Elles se forment et évoluent à mesure que les flux évoluent (AMILHAT-SZARY & GIRAUT, 2015). Au Niger, elles se déploient selon cinq stratégies pour assurer un maillage de plus en plus fin du territoire national.

De la ligne à l’itinérance : les cinq stratégies de frontiérisation du territoire nigérien

  • 2 République du Niger (2019), Politique Nationale des Frontières 2019-2035 : https://view.officeapps. (...)
  • 3 République du Niger (2020), Politique Nationale de la Migration (2020-2035) avec son Plan d’action (...)

15Depuis 2013, le Niger, avec le soutien de ses partenaires européens notamment, est engagé dans une profonde reconfiguration de ses dispositifs de contrôle aux frontières. Des Programme Police Africaine, Programme Frontières de l’Union Africaine (PFUA) mis en œuvre par la coopération allemande (GIZ) aux Compagnies Mobiles de Contrôle aux frontières (CMCF) de EUCAP Sahel Niger et le programme Gestion des frontières de l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), pour ne citer que ceux-là, les programmes entrant dans le cadre de la lutte contre les migrations clandestines et la gestion des frontières envisagent les frontières nigériennes comme des dispositifs mobiles et flexibles capables de se déployer partout dans le territoire. Nous proposons d’analyser le développement de ces dispositifs en cinq stratégies d’action, distinctes mais complémentaires, développées et mises en œuvre par une cohorte d’acteurs nationaux et internationaux. Si le développement et la mise en œuvre de ces stratégies se fait selon des temporalités différentes et n’impliquent pas forcement une synergie entre les acteurs, elles répondent chacune à des besoins de surveillance et de contrôle spécifique qui permettent d’assurer un maillage très fin du territoire national. En outre, ces actions s’inscrivent dans des cadres transversaux proposés par la Politique Nationale des Frontières 2019-2035 (PNF)2 adoptée en octobre 2019 dans le cadre du programme PFUA de la GIZ et la Politique Nationale de la Migration 2020-2035 (PNM) avec son plan d’actions quinquennal3, adoptée en septembre 2020 avec le soutien technique et financier de la GIZ à travers le projet « Appui-Conseil en Matière de Politique Migratoire »(APM). Ces document de stratégies nationales, premiers du genre au Niger, capitalisent sur l’expérience des acteurs nationaux pour les adouber d’une compétence « gestion des frontières », mettant ainsi en exergue la mise en œuvre d’une géographie des frontières et de l’exercice du pouvoir qui brouille les échelles clairement délimitées (ALLEN, 2004), pour assurer in fine un maillage dense du territoire nigérien.

L’affirmation physique de la frontière par la multiplication des postes frontaliers

  • 4 Il faut noter qu’une majorité de ces postes, quand ils existent réellement sont mal équipés voire c (...)
  • 5 Ce programme est une déclinaison du programme police africaine lancée par le gouvernement allemand (...)

16Amorcé au lendemain de l’émergence du Niger comme un acteur clé dans l’agenda migratoire de l’UE, le processus de frontiérisation du territoire nigérien se matérialise notamment par le renforcement des capacités de la DST, l’équivalent nigérien de la Police aux Frontières. Peu connue des Nigériens dans son rôle de garde-frontières, elle occupe une place centrale dans les dispositifs européens de gestion des frontières qui se mettent en place ces dernières années aux confins de la bande saharo-sahélienne. Depuis 2013, la DST est devenue l’une des institutions nigériennes les plus visibles et les plus actives. Au regard de l’étendue des zones frontalières du Niger, 5 690 kilomètres de ligne frontalière (MINISTERE DE L'INTERIEUR, 2018) qui ne sont surveillées que par quelques 23 postes frontaliers4 (OIM, 2018), l’État a renforcé sa présence dans ses confins. C’est ainsi, qu’un large programme de modernisation, de réhabilitation ou de construction de postes frontières a débuté en 2013, avec le programme « Renforcement des capacités de la police nationale du Niger »5 (RECAP) mis en œuvre par la GIZ et financé par le ministère fédéral allemand des Affaires étrangères. Trois domaines clés étaient au centre de ce programme : la construction des PPF, la mise à disposition des outils nécessaires à la collecte et à l’analyse des données récoltées lors des contrôles frontaliers et le renforcement des capacités des agents de la police dans ces missions inédites. À travers ce programme, ce sont 13 postes de police frontaliers qui ont été construits le long de la frontière entre le Niger et le Nigeria dont 9 avec un cofinancement de l’UE.

17Le modèle de poste-frontière imaginé par la GIZ dans le cadre du programme RECAP a ensuite été repris par l’OIM dans le cadre du Plan de développement 2016-2021 de la police nationale du Niger. Financé notamment par le Japon, l’Italie, la Grande-Bretagne et l’UE, il consiste en la création et en la rénovation des PPF en vue du déploiement et de l’extension du système d’information et d’analyse des flux migratoires (MIDAS) sur 32 PPF stratégiques le long des frontières sud et nord du pays. Au total, ce sont 12 PPF qui ont été construits ou rénovés par l’OIM dont 3 ont été financés par le Japon, 4 par l’Italie, 4 par la Grande-Bretagne et 1 par l’UE. Pour mener à bien cette vaste entreprise, la DST a aussi été dotée d’un nouveau siège construit par l’OIM sur financement des Etats-Unis dans le cadre du programme « Haské DST » (qui signifie en haoussa, lumière sur la DST). Le nouveau siège a été équipé de technologies de pointe pour les services de passeport et de visa et d’une salle dédiée à la formation en matière de système d’information sur la gestion des frontières (BMIS : Border Management Information System), notamment le Personal Identification Secure Comparison and Evaluation System (PISCES) et le système MIDAS.

18Dans le cadre du programme « Appui à la Justice, la Sécurité et la Gestion des frontières » (AJUSEN), financé par le FFUA et mis en œuvre par l’Agence française de développement (AFD) et CIVIPOL, 8 autres postes frontaliers ont été construits ou rénovés dont deux le long de la frontière libyenne6. En plus de la construction des PPF, CIVIPOL a mis en service, en collaboration avec EUCAP Sahel Niger, 8 postes de commandement régionaux mixtes (Garde Nationale, Gendarmerie, Police, Douane) dans les 8 régions du Niger avec comme objectif, une meilleure coordination des forces de défense et de sécurité (FDS) et un meilleur maillage du territoire. Les moyens de communication entre les PPF et les postes de commandement ont été renforcé de même que les moyens de contrôle et d’enregistrement des flux de personnes et des biens, à l’entrée, à l’intérieur et à la sortie du pays.

  • 7 Quatre (4) des PPF construits par la GIZ, ont été rénovés ou reconstruits par l’OIM en vue de les a (...)
  • 8 Entretien, responsable de la Police nationale, Janvier 2021.
  • 9 Entretien, haut responsable de la commission nationale des frontières, Décembre 2020.

19La carte 1 présente l’ensemble des dispositifs de contrôle aux frontières dont s’est doté le Niger. Depuis 2013, ce sont 31 PPF7 qui ont été construits ou rénovés par la GIZ (13), l’OIM (12) et CIVIPOL (10). L’objectif étant de construire 15 postes supplémentaires dans les années à venir (RAINERI, 2021, p. 12), les frontières nigériennes devraient être équipées d’une quarantaine de PPF pour mieux surveiller les flux de personnes (migrants notamment) sur son territoire. Par exemple, au premier trimestre 2017, prés de 8000 migrants se sont vu refuser l’accès au sol nigérien, soit un taux de refus de 20 pour 1000 personnes par rapport aux 366 000 entrées enregistrées à la même période8. A titre de comparaison ces « taux de refus dans l’UE sont souvent 20 fois moins élevés » (FRONTEX, 2017, p. 34). En parallèle à cette frénésie de production de PPF, le Niger est aussi engagé dans un vaste chantier de réaffirmation de ses limites géopolitiques avec notamment l’accélération du processus de délimitation et de bornage de ses lignes frontalières. Ce processus, financé par la GIZ dans le cadre du PFUA, répond à un double impératif de prévention structurelle des conflits et d’accélération de l’intégration africaine9. Ainsi, sur les 5 690 km de lignes frontalières nigériennes, 50,37 % soit 2 866,32 km ont été délimitées et abornées, 35,19 % (2 002,68 km) sont délimitées, mais non abornées et 14,43% (821 km) restent à délimiter et à aborner (MINISTERE DE L'INTERIEUR, 2018).

Les migrants qui réussissent à tromper la vigilance des gardes-frontieres en les contournant et ceux qui négocient leur entrée dans le pays moyennant bakchich, seront rattrapés à l’un de nombreux poste de contrôle installés à l’intérieur du pays, le long des routes menant vers le nord du pays.

Carte 1 : Déploiement du processus de frontiérisation du territoire nigérien au lendemain du sommet de La Valette

Carte 1 : Déploiement du processus de frontiérisation du territoire nigérien au lendemain du sommet de La Valette

Multiplication de postes de contrôle : étirement des pratiques frontaliéres à l’intérieur du territoire

  • 10 Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), Protocole sur la libre circulatio (...)
  • 11 Décision 2/5/90 portant institution d’une carte de résident des états membres de la CEDEAO.
  • 12 Décision A/DEC.1/5/2000 portant institution du passeport des états membres de la CEDEAO
  • 13 Quarante sixième (46ème ) session ordinaire de la conférence des Chefs d'Etat et de Gouvernement de (...)
  • 14 Décision 2/7/85 portant institution du carnet de voyage des états membres de la CEDEAO.

20Le Niger, aux côtés de 14 États ouest-africains, est membre de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) dont il est signataire du traité sur la libre circulation des personnes, le droit de résidence et d’établissement des citoyens de cette communauté10. Ce traite stipule que « tout citoyen de la Communauté, désirant entrer sur le territoire de l’un quelconque des États membres » y est autorisé,« par un point d’entrée officiel, sans avoir à présenter de visa », s’il possède « un document de voyage et des certificats internationaux de vaccination en cours de validité ». Ces dispositions, destinées à favoriser la libre circulation des personnes, se sont matérialisées par l’instauration d’une carte de résident (1990)11, d’un passeport unique (2000)12 et d’une carte d’identité biométrique (2014)13 qui devrait, à terme, remplacer le carnet de voyage (1985)14. Ces dispositions n’ont jamais été appliquées, mais cela n’a jamais empêché aux gens de circuler librement dans la région jusqu’à récemment (ARHIN-SAM, BISONG, JEGEN, MOUNKAILA, & ZANKER, 2022).

21Au Niger, l’adoption en 2015 de la loi N° 2015-36 relative au trafic illicite de migrants, a rendu l’accès du territoire nigérien difficile aux Subsahariens (fussent-ils citoyens de la CEDEAO), qui souhaitent y transiter en direction de l’Algérie ou de la Libye, ou même y accéder et y circuler. En effet, l’adoption de cette loi a impulsé une stratégie consacrant l’étirement des contrôles aux frontières à l’intérieur du pays sur les routes, villes et villages en multipliant les points de contrôle de la police nationale. D’amont en aval, du sud vers le nord du pays, des points de contrôle de la police prolifèrent pour contrôler les Subsahariens se rendant au nord du pays (cf. carte 1 et 2). Ces contrôles s’intensifient au fur et à mesure que l’on se rapproche des villes du nord comme Tahoua et Agadez. En octobre 2020 par exemple, lors d’un travail d’observation des pratiques policières vis-à-vis des populations migrantes sur les axes Agadez-Niamey via Tahoua et via Zinder, le bus d’une compagnie privée de transport reliant Agadez à Niamey via Tahoua n’a été contrôlé qu’à la sortie de la ville d’Agadez, à l’entrée de la ville d’Abalak et à l’entrée de Niamey. Or, le même bus pris dans le sens inverse (Niamey-Agadez via Tahoua), en novembre 2020, a été contrôlé systématiquement au moins 6 fois pour vérifier les identités des passagers : à la sortie de Niamey, Konni, Tahoua, Abalak, Amataltal et Agadez.

  • 15 Entretien, responsable de la police à Agadez, novembre, 2020
  • 16 Entretien, chef de service à la Direction Surveillance du territoire, Janvier 2021.
  • 17 Entretien, chef d’escale d’une compagnie privée de transport, Agadez, septembre, 2020
  • 18 Entretien, responsable de la police à Agadez, novembre, 2020
  • 19 Entretien, responsable groupe de presse à Agadez, septembre, 2020

22Sur certains points de contrôle, une liste des personnes étrangères est établie et communiquée à la DST15. Il arrive aussi que les migrants qui sont interceptés à ces postes de contrôle soient mis à la disposition de la direction de police la plus proche qui se charge de leur reconduite à la frontière. Comme le rappelle Ayouba Tinni (2021), cette mise à disposition « des migrants par la police obéit à un modus vivandus non écrit avec les compagnies de transport. Ainsi, la compagnie ayant transporté les migrants jusqu’au poste de police frontalier est tenue d’utiliser le même billet pour une mise à disposition à la police » (AYOUBA TINNI, 2021, p. 102). Il est à noter ici que le refoulé paie sa propre reconduite aux frontières. En 2017 par exemple, la police a procédé à un peu plus de 170016 reconduites aux frontières des personnes qui sont entrées de « manière frauduleuse » sur le territoire nigérien et qui ont été interceptées le long des routes et gares et ne disposant pas de documents valides de voyage ou dont le passeport n’a pas été visé par un poste de contrôle frontalier. Les pratiques frontalières se déploient ainsi à l’intérieur du territoire, le long des routes (cf. photo 1). Certaines compagnies de transport reliant Agadez auraient même mis en place, un temps, des « bus spéciaux pour étrangers » pour répondre aux injonctions de contrôle de la police et au mécontentement de leur clientèle nationale excédée par la multiplication des temps d’arrêt17. Avant 2014 par exemple, les contrôles étaient moins drastiques et très aléatoires, hormis à la sortie et à l’entrée de la ville d’Agadez et de Niamey. Selon un responsable de la police à Agadez, l’intensification et la multiplication des contrôles se justifie par la volonté des autorités d’éviter « à tout prix qu’on retrouve de nouveaux cadavres de migrants dans le désert » et « pour éviter que l’insécurité ne déborde dans une région pour le moment épargnée »18. Pour ce responsable d’un groupe de presse local au contraire, la multiplication des points de contrôle revient en fin de compte à « continuer [leur] route vers l’Algérie ou la Libye », pays de destination, et non pas seulement l’Europe19. La ville d’Agadez est l’exemple qui illustre le mieux cet étirement des pratiques frontalières vers l’intérieur des terres.

Photo 1 : Bus reliant Niamey à Agadez, contrôlé dans un point de contrôle de la police à la sortie d’Abalak

Photo 1 : Bus reliant Niamey à Agadez, contrôlé dans un point de contrôle de la police à la sortie d’Abalak

Source : AHMET TCHILOUTA Rhoumour, terrain, Octobre 2020.

23La carte ci-dessous (carte 2), montre l’évolution des checkpoints dans la ville d’Agadez et ses environs depuis 2015. Le nombre de postes de police y a été multiplié par deux depuis 2014, passant de 4 en 2014 à 9 en 2020, auxquels s’ajoutent des postes de contrôle temporaires et aléatoires installés dans certains points stratégiques d’Agadez et des villages aux alentours. La ville est ainsi devenue une véritable impasse pour les migrants. Arrivés à Agadez, ils sont traqués et débusqués par l’armée de mobilisateurs communautaires (MobComs) de l’OIM, qui sensibilisent « les migrants sur les risques de la migration irrégulière et ses alternatives et sur le mandat de l’OIM » et les aides que l’OIM propose20. En plus d’impliquer les communautés locales dans la lutte contre les migrations, ces MobComs visent aussi à inciter les migrants à intégrer les centres de transit de l’OIM où ils bénéficieront de l’aide au retour volontaire et à la réintégration (AVRR). Financé par le FFUA, l’AVRR a été lancé en 2017 dans le cadre de « l’Initiative UE-OIM »21 dans 13 pays, dont le Niger. Il fournit, « un soutien administratif, logistique et financier, y compris une aide à la réintégration aux migrants qui ne peuvent pas rester dans le pays d’accueil/ de transit et qui décident de retourner dans leur pays d’origine » (OIM, 2021, p. 3). Ainsi, depuis 2015, ce sont 63 610 migrants qui ont bénéficié d’une AVRR à partir du Niger pour rentrer chez eux. Depuis 2018, le Niger est le pays qui totalise le plus grand nombre d’opérations AVRR au monde, dépassant l’Allemagne (OIM, 2022, p. 2).

  • 22 Entretien, chef de service à la Direction Surveillance du territoire, Janvier 2021.

24Au Niger, la gestion des frontières n’est pas que l’apanage de la police ou des gardes-frontières, « c’est aussi une affaire de tous, [chacun] doit apporter sa pierre à l’édifice »22 pour combler le vide laissé par l’absence de l’État dans les zones frontalières. C’est dans cette perspective que les autorités nigériennes et leurs partenaires impliquent les communautés dans la gestion des frontières.

Carte 2 : Evolution des points de contrôle de la police entre 2014 et 2020 autour de la ville d’Agadez

Carte 2 : Evolution des points de contrôle de la police entre 2014 et 2020 autour de la ville d’Agadez

Des citoyens vigilants à la frontière : la gestion communautaire des frontières

25Au Niger, les zones frontalières se sont épaissies pour s’étendre à de zones géographiques et politiques inédites (FROWD, 2021) : « sous couvert d’une gestion humanitaire des frontières », on assiste à l’émergence d’une « gestion communautaire des frontières » (BOYER & CHAPPART, 2018, p. 98). Initiée par des agences onusiennes comme l’OIM et le HCR, cette approche consiste à envisager l’établissement et le contrôle des frontières comme une prérogative relevant non pas seulement de la seule responsabilité de l’État, mais aussi de celle du citoyen (RUMFORD, 2008). Ces organismes participent ainsi à la construction d’une figure de « citoyen-défectif » constamment à l’affût de comportements suspects à la frontière (VAUGHAN-WILLIAMS, 2008). Des sujets à surveiller et à sécuriser, les communautés transfrontalières, sont transformées en informateurs au service des FDS, les exposant ainsi aux représailles des groupes terroristes et aux réseaux de trafiquants de migrants.

  • 23 OIM, Immigration et gestion des frontières, Engagement des communautés transfrontalières https://ro (...)
  • 24 Entretien, responsable Conseil régional d’Agadez, Octobre, 2020.

26En effet, considérant qu’elles sont les seules à même de contrôler les zones reculées où la présence de l’État est faible, ces organismes participent à la mise en place de comités et points focaux le long des frontières, dans une perspective de création de passerelles de communication entre les gardes-frontières et les communautés transfrontalières. Selon Raineri (2021, p. 1482), le HCR a « encouragé la création de 240 points focaux, sélectionnés parmi les communautés vivants le long des frontières entre le Niger, le Mali et le Burkina Faso ». Quant à l’OIM, elle forme et met en place des comités de prévention frontaliers, qu’elle équipe de dispositifs de communication (recharge solaire, téléphone, numéros verts) afin de prévenir les FDS de tout mouvement suspect. Ce sont ainsi 412 comités qui ont été mis en place dans toutes les régions (MINISTERE DE L'INTERIEUR, 2022, p. 26). L’objectif visé est d’associer ces populations à la gestion de leur sécurité, en signalant « aux autorités toute situation à risque sécuritaire, sanitaire et humanitaire »23. Ces comités de prévention sont aussi chargés de dénoncer aux FDS les incursions des migrants à la frontière. D’ailleurs, la mise en place et l’opérationnalisation de ce type de comité est l’un des objectifs de la PNM. Son plan d’action prévoit, aux niveaux régional et communal, de mettre en place quelques 40 comités de vieille et d’information ainsi que d’opérationnaliser 15 308 comités villageois d’information et de renforcer les capacités de 274 comités de veille (MINISTERE DE L'INTERIEUR, 2020, pp. 72, 73). Ces mêmes objectifs sont repris par le plan d’action de la Stratégie nationale de sécurité de proximité 2022-2026 (SNSP), une déclinaison de la Stratégie nationale de sécurité intérieure (SNSI). Les populations locales sont donc appelées à jouer un rôle central dans la transmission des informations aux FDS malgré parfois l’hostilité des élus locaux à l’égard de ces comités qui mettraient en danger les personnes. Selon un élu du Conseil régional d’Agadez, l’OIM a même fait l’objet d’un « recadrage » par le Conseil régional d’Agadez, l’obligeant à récupérer une partie des téléphones distribués. Les responsables locaux estimant « que les gens qui font dans le trafic des migrants [n’étant] pas souvent de cœur, ils peuvent [s’en] prendre physiquement à ces pauvres personnes, sans sécurité »24.

  • 25 OIM, Les mobilisateurs communautaires apportent l’espoir dans la lutte contre le coronavirus au Nig (...)

27En outre, l’OIM peut aussi compter sur ses MobComs qu’elle recrute parmi les populations locales et les populations migrantes (ayant décidé de s’installer au pays) en raison de leurs connaissances fondées sur leurs expériences migratoires, à l’image des « travailleurs pairs »25. Leur travail consiste, en se fondant sur leurs expériences, à sensibiliser les migrants sur les conditions et les risques encourus en cas de traversée illégale des frontières nord du pays afin de les en dissuader. Depuis 2018, l’OIM compte plus de 50 MobComs qui distribuent leur carte de visite (cf. photo 2) aux migrants à Niamey, Tahoua, Agadez et dans les villes frontalières d’Arlit, Assamaka et de Dirkou afin de les inciter à intégrer les centres de transit de l’OIM où ils pourront bénéficier d’une AVRR pour rentrer dans leurs pays d’origine.

Photo 2 : Carte de visite distribuée par les MobCom de l’OIM aux migrants et à la population

Photo 2 : Carte de visite distribuée par les MobCom de l’OIM aux migrants et à la population

Source : AHMET TCHILOUTA Rhoumour, terrain, septembre 2020.

De la frontière aux itinéraires : création de dispositifs mobiles de contrôle aux frontières

  • 26 EU Emergency Trust Fund For Africa (2016), Fiche d’action, GAR-SI SAHEL (Groupes d’Action Rapide – (...)

28Dans le sillage du FFUA, le Niger et ses partenaires ont opéré un changement d’approche radical comme cela a pu être observer aux îles Canaries (VIVES, 2017). Les contrôles se sont déplacés de la frontière aux espaces traversés par les migrants, à travers la création de nouveaux instruments de contrôle aux frontières ou en capitalisant sur l’expérience de certaines FDS déjà existantes comme la gendarmerie ou la Garde Nationale (GNN). Une large majorité des fonds du FFUA a été consacrée à la création de nouveaux dispositifs de contrôle aux frontières et de surveillance du territoire capables de se déployer sur toute l’étendue du territoire national. Sur les 244 millions d’euros investis au Niger au 31 décembre 2020 via le FFUA, 106 millions ont été dévolus à la création ou au renforcement des capacités des FDS pour une meilleure gestion des frontières. À cela s’ajoutent les fonds investis dans la création des GAR-SI Sahel (Groupes d’Action Rapides – Surveillance et Intervention au Sahel), un programme à vocation régionale (G5 Sahel) doté d’une enveloppe de plus de 74 millions d’euros26.

  • 27 Entretien, responsable de la police à Agadez, novembre, 2020.
  • 28 La construction de la CMCF de Maradi, première du genre au Niger, a été financé par les Etats-Unis

29La stratégie de ces acteurs a été de doter chaque corps de FDS d’un outil lui conférant une compétence en matière de gestion des frontières ou de surveillance du territoire. La DST, composante de la police nationale, s’est vue doter d’Équipes Conjointes d’Investigations (ECI), rassemblant des policiers espagnols, français et nigériens dans les régions d’Agadez, Niamey, Zinder et Tahoua. Ces ECI, mises en œuvre par la Fundación Internacional y para Iberoamérica de Administración y Políticas Públicas (FIIAPP), visent à lutter contre « les migrations irrégulières et la traite des personnes ». Néanmoins, leurs missions s’étendent à « la collecte et de l’analyse des données des flux terrestres et aériens de personnes à la sortie et à l’entrée de la ville d’Agadez, mais aussi aux entrées et aux sorties aux postes frontaliers»27. La police a aussi été dotée des Compagnies Mobiles de Contrôle aux Frontières (CMCF), dont les objectifs sont clairement définis comme la gestion et la sécurisation des frontières. Elles sont mises en œuvre par EUCAP Sahel, la coopération policière de l’UE et l’OIM. Aujourd’hui, trois CMCF sont opérationnelles au Niger à Maradi28, à Konni (Tahoua) et Téra (Tillabery). La distribution géographique est tout sauf anodine puisque ces villes frontalières se situent aux principaux points d’entrée des Nigérians et des Burkinabés. À termes, l’objectif est d’en construire d’autres dans les régions de Diffa et Zinder. Il n’est pas prévu d’en construire dans la région Agadez, l’objectif étant d’empêcher aux migrants d’accéder au territoire. Faut-il noter aussi qu’Agadez est assez bien fournie en matière de dispositifs de contrôle aux frontières, avec notamment les ECI ou le prototype de poste-frontière mobile déployé à Arlit, point de transit des migrants se dirigeant vers la frontière algérienne.

30En outre, pour assurer un meilleur maillage du territoire, le Niger et ses partenaires s’appuient aussi sur d’autres acteurs comme la gendarmerie et la GNN en capitalisant notamment sur leur expérience de police et de surveillance des zones rurales et reculées du pays. Elles ont ainsi vu leur mandat s’étendre à la lutte contre la migration irrégulière avec la dotation, pour la gendarmerie nationale, d’unités GAR-SI Sahel, un programme sous-régional impliquant les pays du G5 Sahel et mis en œuvre par la FIIAPP. Il consiste à doter les gendarmeries du G5 Sahel d’un instrument de coordination dans la lutte contre les migrations irrégulières et la traite de personnes, mais aussi de renforcer leurs capacités opérationnelles pour un contrôle effectif du territoire. Ainsi, les champs d’action de ces unités GARSI se croisent avec ceux des autres instruments crées pour la Police nationale (CMCF, ECI) et la GNN. Cette dernière a été aussi dotée d’un escadron polyvalent (EP-GNN), dont la mise en œuvre est assurée par l’ONG suisse COGINTA sur financement du FFUA. La création de cet escadron, tout en s’inscrivant dans une logique d’utilisation de fonds migratoires dans la lutte contre le terrorisme, voit le mandat de la GNN s’élargir à la lutte contre le trafic des personnes dans les zones reculées du pays. L’EP-GNN s’appuiera aussi sur le « savoir-faire » d’EUCAP Sahel en la matière et servira de relais entre la GNN et les autres acteurs notamment les CMCF, GAR-SI Sahel.

En outre, pour « boucler la boucle » et être dans l’air du temps de la « police par la machine » (LIBERTY, 2020), le Niger s’est engagé aussi dans la biométrisation de ses frontières en recourant aux dernières avancées technologiques en matière des BMIS. Ce processus a été initié avec la précieuse aide européenne (technique et financière) sous l’égide des structures comme Frontex et l’OIM notamment.

Du Sable aux données, et vice-versa, biométrisation des frontières nigériennes

  • 29 ICMPD, FMM West Africa ((Support to Free Movement of Persons and Migration in West Africa) : https: (...)

31Par-delà les dispositifs physiques de contrôle frontaliers qui prolifèrent, les migrants doivent aussi faire face à l’extension de la biométrie comme nouvelle frontière. Sous l’influence d’organismes comme l’OIM, la biométrie est progressivement mise au service de la traque des migrants. L’externalisation des politiques migratoires de l’UE au Niger ne consiste pas simplement à demander au Niger de stopper les flux migratoires traversant son territoire, elles prévoient aussi le partage de données sur les personnes qui y transitent et l’identification des pays vers lesquels ils peuvent être renvoyées (ZANDONINI, 2019). Cette stratégie s’appuie entre autres, sur les données biométriques collectées à travers une panoplie de bases de données construites par des acteurs comme l’OIM avec le système MIDAS, dont seront équipés une trentaine de PPF nigériens, qui enregistrent les empreintes digitales et les images faciales des voyageurs. Ces données sont ensuite centralisées dans une base de données hébergée par la DST et qui est interconnectée avec d’autres bases de données comme celle du système PISCES installé à l’aéroport de Niamey. Ce faisant, une plate-forme des données a été créé par la cellule d’analyse du Risque (Risk Analysis Cell : RAC) lancée en 2018 par Frontex, et la Plate-forme des statistiques migratoires de la DST pour croiser les tendances migratoires avec les tendances en matière de la criminalité transfrontalière. A cela s’ajoutent, le programme West Africa Police Information System (WAPIS), une immense base de données criminelles couvrant 16 pays ouest-africains, porté par INTERPOL et financée par le FFUA et le programme Free Movement of Persons and Migration in West Africa (FMM West Africa). FMM West Africa est co-financé par l’UE et la CEDEAO et mis en œuvre par le consortium OIM, International Centre for Migration Policy development (CMPD) et l’Organisation mondiale du travail (OIT). La gestion des données, des frontières, les migrations de travail et la lutte contre la traite des personnes sont les principaux domaines couverts par ce programme29.

32Les activités de Frontex en Afrique de l’Ouest et au Niger en particulier recoupent toutes ces initiatives de biométrisation de données (ZANDONINI, 2019). Le nouveau règlement30 adopté en avril 2019 par le Parlement européen permet à Frontex de soutenir d’une part, « les activités des États membres en matière de protection des frontières, de retour et de coopération avec les pays tiers » (CONSEIL EUROPEEN, 2019). D’autre part, « le partage des données à l’intérieur et à l’extérieur de l’UE, impliquant les institutions, agences et autorités répressives de l’UE » (GKLIATI, 2019). Frontex déploie au Niger depuis 2017 un Agent de liaison Frontex (FLO) dont l’objectif est de favoriser une coopération et un dialogue permanents avec les autorités nigériennes. À cela s’ajoute la mise en place de la RAC au sein des locaux de la DST avec le soutien technique et financier de Frontex. Elle est gérée par un personnel nigérien formé par Frontex pour collecter et analyser les données sur les flux irréguliers transfrontaliers. Les informations et les analyses de cette cellule sont ensuite partagées avec Frontex. Par ailleurs, le conseil d’administration de Frontex a décidé le 16 juin 2021 d’autoriser son directeur exécutif à négocier des accords de travail avec certains pays tiers dont le Niger31 et un mémorandum d’entente a été signé, en juillet 2022, entre Frontex, EUCAP Sahel et le gouvernement nigérien dont l’objectif est, entre autre, de « promouvoir les normes de gestion intégrée des frontières»32.

33Une analyse des rapports d’Africa-Frontex Intelligence Community (AFIC), permet de se rendre compte qu’en plus du recours aux technologies des traces numériques des personnes, des technologies de recherche des traces dans le sable sont aussi déployées dans la gestion des frontières du Niger. Le rapport AFIC de 2016 révèle que Frontex utilise les images satellitaires pour détecter de nouvelles routes migratoires (FRONTEX, 2016). Avec la criminalisation du transport des migrants dans le cadre de la loi 2015-36, les routes migratoires se sont déplacées et Frontex a recours à la télédétection pour analyser comment elles s’adaptent et se déplacent (Cf. photo 3). Notons que cette méthode comporte de nombreuses limites. En effet, rien ne permet d’étayer que ces traces ont un quelconque lien avec le transport des migrants ou la contrebande. Depuis 2014, a lieu une importante ruée vers l’or dans le septentrion nigérien qui mobilise un important nombre des véhicules dans le transport des marchandises diverses (AFANE & GAGNOL, 2020; GAGNOL, AHMET TCHILOUTA, & AFANE, 2022). Frontex utilise également d’autres outils technologiques pour analyser les évolutions du contexte migratoire nigérien comme le Geospatial Human Imagery Verification Effort (GeoHIVE)33, un outil qui permet de géolocaliser des objets en recourant à l’intelligence collective. Une campagne GeoHIVE, mobilisant prés de 260 participants a ainsi été lancée en 2016 par Frontex à Agadez, permettant ainsi de géolocaliser prés 14 000 voitures (FRONTEX, 2016). L’objectif de cette opération était d’analyser l’activité des voitures et les activités de trafic de migrants à Agadez (cf. photo 4).

Photo 3 : Des images satellites montrent des pistes déviant de la route principale à l’approche de Madama, un poste militaire situé à la frontière nord-est du Niger avec la Libye.

Photo 3 : Des images satellites montrent des pistes déviant de la route principale à l’approche de Madama, un poste militaire situé à la frontière nord-est du Niger avec la Libye.

Source : capture d’écran du Africa-Frontex Intelligence Community Joint Report, 2016, pp. 12

Photo 4 : Capture d’écran montrant la présence de voitures à Agadez : comparaison par carte thermique entre le 1er trimestre 2014 et le 1er trimestre 2016.

Photo 4 : Capture d’écran montrant la présence de voitures à Agadez : comparaison par carte thermique entre le 1er trimestre 2014 et le 1er trimestre 2016.

Source: Africa-Frontex Intelligence Community Joint Report, 2016, pp. 13

34Les stratégies de frontiérisation présentées ci-dessus, décrivent la transformation complexe des frontières nigériennes tant dans leurs formes que dans leurs fonctions. Elles correspondent à ce que Saskia Sassen décrit comme la « désagrégation réelle et heuristique » des frontières (SASSEN, 2007, p. 214). Les frontières du Niger, sont finement pensées et ajustées « pour gérer, calibrer et gouverner » les mouvements des migrants (MEZZADRA & NEILSON, 2013, p. 3) qu’il est possible de décrire comme itinérantes.

De la frontière verticale aux frontières itinérantes ?

35La manière dont sont envisagées les pratiques de contrôle frontaliers au Niger a conduit à une profonde mutation du territoire nigérien, amorçant une frontiérisation inédite. Cette logique de frontiérisation liant une gestion managériale des frontières à une multiplication des points de contrôle le long des routes, villes et villages, du sud vers le nord du pays, a poussé Florence Boyer (2019) à mobiliser l’idée de la frontière verticale. Ce concept a été à l’origine proposé pour rendre compte de l’agencement des dispositifs de contrôle de migrants dans le contexte Centre-américain. Il se caractérise par la position géographique des points de contrôle situés principalement dans les villes reliées aux principales voies de transport et aux points d’entrée stratégiques du Sud et du centre du pays, dans les villes du nord et les points de passage vers les États-Unis (CASILLAS, 2008). Dans le cas du Niger, nos analyses montrent que, considérer les pratiques actuelles de contrôle de migrants comme fonctionnant sur un modèle de frontière verticale, induit deux conséquences. La première revient à considérer les frontières actuelles du Niger comme fonctionnant selon un ordre spatial fixe ou un bornage territorial particulier ; la seconde, à sous-estimer leur capacité à se déplacer dans l’exercice de leurs fonctions là où émergent de nouvelles « traces » ou routes migratoires.

36Si les données mobilisées dans cet article permettent de soutenir l’introduction d’un tel modèle de contrôle au Niger, avec la multiplication des points de contrôle de la police du sud vers le nord du pays, les évolutions récentes des pratiques de contrôle de migrants, qui se caractérisent par leur élasticité et leur tendance à se déployer le long des itinéraires, nous pousse à utiliser le concept de « frontière itinérante » plutôt que de « frontière verticale » (BOYER, 2019) ou « mobile » (AMILHAT-SZARY, 2015). L’adjectif « itinérant » permet en effet de mieux rendre compte de la manière dont sont mises en œuvre les pratiques de contrôle au Niger dans le sens où il désigne quelque chose en rapport à la route et « qui se déplace dans l’exercice de ses fonctions » (REY, 2016, pp. 1186-1187). L’analyse des évolutions récentes montre qu’au Niger, ce n’est pas tant l’ordre spatial et le bornage territorial qui comptent qu’identifier, suivre et surveiller les individus dans leur mouvement (GAGNOL, 2017). Ce qui suggère que, ce qui était décrit jusqu’à récemment comme un modèle verticale (BOYER, 2019), est devenu plus mobile, se déplaçant là où émergent de nouveaux itinéraires migratoires même si la réactivité des FDS reste encore toute relative en raison de la nature des espaces traversés par les migrants.

37Le concept de frontière itinérante permet donc de mieux illustrer la manière dont les différents dispositifs de contrôle réagissent et interagissent avec les turbulences des mobilités (CASAS-CORTES, COBARRUBIAS, & PICKLES, 2015) et de mieux témoigner du basculement de la frontière fixe vers une frontière multiple (ANDERSON, KLATT, & SANDBERG , 2012) et en mouvement (KONRAD, 2015). Les évolutions récentes observées au Niger dans le déploiement des dispositifs de contrôle suivant l’évolution des routes et des nœuds migratoires suggèrent en effet, que si ce n’est pas la frontière qui se déplace, ce sont ses pratiques et ses fonctions de contrôle. Deux exemples récents illustrent cette itinérance des dispositifs frontaliers : le recours par Frontex à la surveillance de traces des voitures dans le sable pour analyser l’évolution des routes migratoires et la redirection et concentration des efforts des autorités nigériennes et leurs partenaires vers la région de Tahoua. Depuis l’adoption de la loi 2015-36, les voies de migration au Niger ont considérablement évoluées. Des routes alternatives sont apparues en réponse à la multiplication des patrouilles pour faire respecter ladite loi (OIM, 2020) notamment à Tahoua et ses villages satellites (FRONTEX, 2017) « qui ont émergé comme les principaux points de départ des migrants se rendant en Algérie » (MICALLEF, HERBERT, HORSLEY, BISH, FEREDAY, & TINTI, 2021, p. 74). La redirection des dispositifs de contrôle vers cette région comme la CMCF à Konni, l’unité GAR-SI Sahel et l’ECI (cf. carte 1), démontrent que les pratiques de contrôle, de filtrage, de tri à la frontière, sont déployées de plus en plus en amont de la frontière. Finalement, au Niger, notre hypothèse de départ selon laquelle ce ne sont pas les frontières qui structurent les mobilités, mais plutôt les mobilités qui structurent les frontières, semble validée par notre enquête. Il devient alors possible de parler de « frontière itinérante » dans le sens où s’y croisent des processus d’élargissement, de flexibilisation et de réactivation des dispositifs frontaliers au gré des mouvements migratoires. La frontière devient alors le lieu du contrôle de ces « corps en mouvement » (MBEMBE, 2020), les migrants étant réduits à des corps auxquels toute subjectivité et autonomie est déniée.

38L’externalisation des frontières européennes, dans le sillage du sommet de La Valette, en plus donc d’amorcer une frontiérisation inédite du territoire nigérien, impose une restructuration des responsabilités en matière de contrôle des migrants et transforme radicalement la signification et les pratiques de la frontière, en redéfinissant les échelles de son déploiement. Ces évolutions renvoient à un déploiement « multi-scalaires » et « multi-dimensionnelles » des frontières. (RAEYMAEKERS, 2014). Les frontières nigériennes peuvent ainsi se déterritorialiser pour se reterritorialiser en un autre lieu partout et simultanément comme cela a pu être démontrer par de nombreuses recherches (CASAS-CORTES, COBARRUBIAS, & PICKLES, 2011; 2016; 2015; COBARRUBIAS, 2020). Pour ces auteurs, l’externalisation des politiques migratoires de l’UE en Afrique du Nord et de l’Ouest, a entrainé une évolution des territorialités et des juridictions des frontières dans la mesure où les routes migratoires sont désormais considérées comme une échelle d’action où sont mobilisés simultanément et sur plusieurs sites les gardes-frontières et les pratiques frontalières. La conception des routes migratoires comme une échelle d’action a ainsi entraîné le déplacement des pratiques frontalières, de la frontière vers les routes migratoires, permettant ainsi à Cobarrubias (2020) de soutenir l’introduction d’une « échelle itinérante » dans le déploiement des dispositifs de contrôle aux frontières. Comme on a pu l’observer avec la réorientation des efforts du Niger et ses partenaires sur la région de Tahoua, l’objectif aujourd’hui est moins « d’identifier et de démarquer, de créer un intérieur et un extérieur, et ainsi de contrôler et d’administrer le contenu par le contenant spatial et sa limite, que de gérer et surveiller le contenu dans son mouvement » (GAGNOL, 2017, p. 14).

39Plus largement, le recours à ces nouveaux assemblages mouvants, délocalisés et multi-situés, joue un rôle essentiel dans la prolifération et le changement de fonctions de la frontière au-delà des lignes de démarcation géopolitique (MEZZADRA & NEILSON, 2013). Dans cette perspective, les travaux de Novak (2011) sur la territorialité flexible des frontières et Mezzadra & Neilson (2013) sur la prolifération et hétérogénéisation des frontières sont particulièrement éclairants pour comprendre les évolutions analysées au Niger. En s’appuyant sur l’idée de la multiplicité des échelles, Novak (2011) examine la production d’un territoire inscrit dans l’Etat en tant que moule de l’action sociale, résultat de forces et d’acteurs multiples opérant à ou à travers différentes échelles. En conséquences, l’État-territoire devient instable dans la mesure où il est influencé en même temps qu’il influence et façonne. Cette perspective est très éclairante quant à la manière dont les dispositifs de contrôle aux frontières développés au Niger, peuvent se dérober ici pour se redéployer là-bas (AMILHAT-SZARY, 2020), pour s’adapter aux itinéraires changeants des migrants, aux espaces qu’ils pratiquent et aux tactiques qu’ils développent et déploient et vice-versa.

Conclusion

40Cet article a développé deux arguments. L’externalisation des frontières européennes au Niger n’est pas qu’un simple transfert de stratégies ou de technologies du Nord vers le Sud (ADAM, TRAUNER, JEGEN, & ROOS, 2020; FROWD, 2021). Néanmoins, à travers ses fonds et ses normes ainsi que ses agents, elle a engagé un processus inédit de transformation en profondeur des frontières nigériennes, tant dans leurs formes que dans leurs fonctions. L’article met en exergue la mise en marche au Niger d’une frontiérisation inédite et multi-facettes déployée selon cinq stratégies pour étendre les pratiques de contrôles frontaliers partout sur son territoire, par l’entremise d’une diversité d’acteurs internationaux notamment européens. Ces stratégies vont de la multiplication des postes de contrôle aux frontières et des points de contrôle le long des routes, villes et villages, à la création de nouveaux dispositifs mobiles de contrôle capables de se déployer partout sur le territoire, en passant par le déploiement des dispositifs technologiques et biométriques de gestion des frontières. L’implication des citoyens comme des gardes-frontières fait aussi partie intégrante de cette stratégie d’action. Par ailleurs, nos analyses montrent aussi que la mise en œuvre de ces stratégies de contrôle a créé de nouveaux espaces géographiques et politiques de la gestion des frontières (FROWD, 2021), regroupant une diversité d’acteurs et des pratiques, dont les domaines d’actions s’entrecroisent et débordent dans une relative synergie.

41Cet article s’est employé également à analyser la manière dont les dispositifs de contrôle aux frontières sont envisagés, conçus et déployés. De moins en moins envisagées comme des limites de démarcation géopolitique, les frontières nigériennes sont pensées comme des dispositifs qui doivent s’adapter à l’évolution constante des routes changeantes des migrants. Pour mieux saisir ces évolutions dans les pratiques de contrôle aux frontières, l’article a introduit le concept de frontières itinérantes. Désormais, grâce à un mélange d’infrastructures fixes et mobiles de contrôle et de surveillance, elles peuvent se déployer relativement partout où des nouvelles routes migratoires sont découvertes. Mobiles, elles sont aussi itinérantes dans le sens où elles ne visent pas simplement à affirmer physiquement les limites de souveraineté. Le travail de Frontex (cf. photo 3) illustre bien cette nouvelle approche des dispositifs qui font frontière. Les empreintes et les traces laissées par les voitures sur le sable sont ainsi utilisées pour surveiller l’évolution des routes migratoires malgré les limites d’une telle approche dans le contexte saharien. Afin d’identifier, de rechercher et de surveiller par les traces (GAGNOL, 2013), le déploiement des dispositifs de contrôle est ainsi adapté pour coïncider et suivre les traces de ceux qui sont supposés transporter les migrants.

Haut de page

Bibliographie

ADAM, I., TRAUNER, F., JEGEN, L., & ROOS, C. (2020). West African interests in (EU) migration policy. Balancing domestic priorities with external incentives. Journal of Ethnic and Migration Studies 46 (15), pp. 3101-3118.

AFANE, A., & GAGNOL, L. (2020). Une ruée vers l’or contemporaine au Sahara: l’extractivisme aurifère informel au nord du Niger. VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], 20(3), pp. DOI : 10.4000/vertigo.29044 ; SSN : 1492-8442.

AGNEW, J. (2017). Globalization & Sovereignty. Beyond the Territorial Trap. Second Edition. Lanham: Rowman & Littlefied.

ALLEN, J. (2004). The whereabouts of power: politics, government and space. Geografiska Annaler: Series B, Human Geography 86 (1), pp. 19-32.

AMILHAT-SZARY, A.-L. (2015). Qu’est-ce qu’une frontière aujourd’hui ? Paris: Presses Universitaires de France.

AMILHAT-SZARY, A.-L. (2020). Géopolitique des frontiéres. Découper la terre, imposer une vision du monde. Paris: Le Cavalieu Bleu.

AMILHAT-SZARY, A.-L., & GIRAUT, F. (2015). Borderities: the politics of contemporary mobile borders. Palgrave Macmillan.

AMOORE, L. (2006). Biometric borders: Governing mobilities in the war on terror. Political Geography 25 (3), pp. 336-351.

ANDERSON, D., KLATT, M., & SANDBERG , M. (2012). The Border Multiple: The Practicing of Borders between Public Policy and Everyday Life in a Re-scaling Europe (1st ed.). Farnham: Ashgate Publishing Limited.

ARHIN-SAM, K., BISONG, A., JEGEN, L., MOUNKAILA, H., & ZANKER, F. (2022). The (in)formality of mobility in the ECOWAS region: The paradoxes of free movement. South African Journal of International Affairs 29(2), pp. 187-205.

ASSOUGA, M. (2020). Espaces transfrontaliers, territorialités et conflictualités en Afrique centrale : cas des bassins frontaliers Est et Sud du Cameroun. Grenoble: Thèse de doctorat en Géographie, Grenoble, Université Grenoble Alpes.

AYOUBA TINNI, B. (2021). Externalisation des politiques migratoires européennes au Niger : reconfigurations des lieux et des trajectoires des migrants. Niamey: Université Abdou Moumouni, These de doctorat de Géographie.

BALIBAR, E. (2002). Politics and the Other Scene (Translated by Jones C.; Swenson J. and Turner C. London: Verso.

BENSAAD, A. (2003). Agadez, carrefour migratoire sahélo-maghrébin. Revue Européenne des Migrations Internationales, 19(1), pp. 7-28.

BENSAAD, A. (2008). Le déplacement des frontières vers le sud. Revue Projet, 302(1), pp. 50-55.

BIGO, D., & GUILD, E. (2005). Controlling Frontiers : Free movement into and within Europe. Farnham: Ashgate.

BOYER, F. (2019). Sécurité, développement, protection. Le triptyque de l’externalisation des politiques migratoires au Niger. Hérodote, 172(1), pp. 171-191.

BOYER, F., & CHAPPART, P. (2018). Les frontières européennes au Niger. Vacarme, 83(2), pp. 92-98.

BOYER, F., & MOUNKAILA, H. (2010). Partir pour aider ceux qui restent ou la dépendance face aux migrations : le sort des paysans sahéliens est-il lié à leur mobilité spatiale ? Hommes et Migrations, 1286-1287, pp. 212-220.

BRACHET, J. (2007). Un désert cosmopolite : migrations de transit dans la région d’Agadez (Sahara nigérien). Paris: Université Panthéon-Sorbonne - Paris.

BRACHET, J. (2010). Le jeu des frontières sahariennes. Plein Droit, 87(4), pp. 20-23.

BRACHET, J. (2012). Stuck in the desert : hampered mobility among transit migrants in northern Niger. Dans J. STREIFF-FENART, & A. SEGATTI (eds), The challenge of the treshold : border closures and migration movements in Africa (pp. 91-113). Lanham: Lexington Books.

BRACHET, J., CHOPLIN, A., & PLIEZ, O. (2011). Le Sahara entre espace de circulation et frontière migratoire de l’Europe. Hérodote, 142(3), pp. 163-182.

BREDELOUP, S., & PLIEZ, O. (2005). Migrations entre les deux rives du Sahara. Autrepart, 36(4), pp. 3-20.

BRUNET-JAILLY, E. (2005). Theorizing Borders: An Interdisciplinary Perspective. Geopolitics, 10(4), 633-649.

CASAS-CORTES, M., COBARRUBIAS, S., & PICKLES, J. (2011). Stretching borders beyond sovereign territories? Mapping EU and Spain’s border externalization policies. Geopolítica(s). Revista de estudios sobre espacio y poder, 2(1), pp. 71-90.

CASAS-CORTES, M., COBARRUBIAS, S., & PICKLES, J. (2015). Riding Routes and Itinerant Borders : Autonomy of Migration and Border Externalisation. Antipole, 47(4), pp. 894-914.

CASAS-CORTES, M., COBARRUBIAS, S., & PICKLES, J. (2016). « Good neighbours make good fences »: Seahorse operations, border externalization and extra-territoriality. European Urban and Regional Studies, 23(3), pp. 231-251.

CASILLAS, R. (2008). Las rutas de los centroamericanos por México, Un ejercicio de caracterización, actores principales y complejidades. Migración y Desarrollo, pp. 157-174.

COBARRUBIAS, S. (2020). Scale in motion? Rethinking scalar production and border externalization. Political Geography, 80, p. 102184.

CONSEIL EUROPEEN. (2019, Avril 1). Conseil européen. Récupéré sur Conseil européen: https://www.consilium.europa.eu/fr/press/press-releases/2019/04/01/european-border-and-coast-guard-council-confirms-agreement-on-stronger-mandate/

CUTTITA, P. (2007). Borderline-World: Immigration Control in a Globalized Space. Cultures & Conflits, 68(4), pp. 61-84.

CUTTITA, P. (2018). Delocalization, humanitarianism, and human rights: The Mediterranean border between exclusion and inclusion. Antipode, 50(3), pp. 783-803.

DUVELL, F. (2005). Globalization of Migration Control. A Tug-of-War between Restrictionists and Human Agency? Dans H. Henke (Ed.), Crossing over : comparing recent migration in the United States and Europe. Lanham: Rowman & Littlefield Publishers.

FRIEDRICHS, J., & KRATOCHWIL, F. (2009). On Acting and Knowing: How Pragmatism Can Advance International Relations Research and Methodology. International organization, 63(4), pp. 701-731.

FRONTEX. (2016). Africa-Frontex Intelligence Community Joint Report 2016. Warsaw: Frontex.

FRONTEX. (2017). Africa-Frontex Intelligence Community Joint Report 2017. Warsaw: Frontex.

FROWD, P. (2018). Security at the borders. Transnational practices and technologies in West Africa. Cambridge: Cambridge University Press.

FROWD, P. (2021). Borderwork Creep in West Africa’s Sahel. Geopolitics, 27(5), pp. 131-1351.

GAGNOL, L. (2013). Identifier, rechercher et surveiller par les traces. Techniques & Culture, 61(2), pp. 166-187.

GAGNOL, L. (2017). Les frontiéres nomades : de la ligne à la trace. Dans F. Moullé (dir.), Frontieres (pp. 183-205). Bordeaux: Presses universitaires de Bordeaux.

GAGNOL, L. (2022). Géohistoire des frontières sahariennes. L’héritage nomade enseveli sous les murs de sable. Bulletin de l’association de géographes français, 99(1), pp. 53-75.

GAGNOL, L., AHMET TCHILOUTA, R., & AFANE, A. (2022). Enjeux territoriaux et éthiques de la régulation de la ruée vers l’or au nord du Niger. Revue internationale des études du développement, 249, pp. 173-196.

GEIGER, M., & PÉCOUD (eds), A. (2010). The Politics of International Migration Management. Basingstoke: Palgrave Macmillan.

GKLIATI, M. (2019, Avril 17). The new European Border and Coast Guard: Do increased powers come with enhanced accountability? Récupéré sur EU Law Analysis: https://eulawanalysis.blogspot.com/

JONES, R. (2010). The spatialy of boundaries. Progress in Human Geography, pp. 263-267.

JONES, R. (2017). Violent Borders - Refugees and the Right to Move. London: Verso.

KARAMANIDOU, L., KASPAREK, B., & HESS, S. (2020). Border Management and Migration Control. https://researchonline.gcu.ac.uk/ws/files/41192969/Karamanidou_L._et_al_2020_Border_Management_and_Migration_Control_Comparative_Report.pdf: RESPOND, Working Papers, Gobal Migration : Consequences and Responses.

KONRAD, V. (2015). Toward a Theory of Borders in Motion. Journal of Borderlands Studies, 30(1), pp. 1–17.

LAINE, J. P. (2017). The Ethics of Bordering: A Critical Reading of the Refugee ‘Crisis’. Dans J. SCOTT (ed.), Cross-Border Review, Yearbook 2017 (pp. 31-50). Budapest: European Institute of Cross-Border Studies - Central European Service for Cross-border Initiatives (CESCI).

LEFEBVRE, C. (2015). Frontières de sable, frontières de papier. Histoire de territoires et de frontières, du jihad de Sokoto à la colonisation française du Niger (xixe-xxe siècles. Paris: Publications de la Sorbonne.

LIBERTY. (2020). Policing by Machine. London : https://www.libertyhumanrights.org.uk/wp-content/uploads/2020/02/LIB-11-Predictive-Policing-Report-WEB.pdf: Liberty.

MBEMBE, A. (2020). Brutalisme. Paris: La Découverte.

MEZZADRA, S., & NEILSON, B. (2013). Border as Method, or, the Multiplication of Labor. Durham: Duke University Press.

MICALLEF, M., HERBERT, M., HORSLEY, R., BISH, A., FEREDAY, A., & TINTI, P. (2021). Conflit, Coping and Covid. Changing human smuggling and trafficking dynamics in North Africa and the Sahel in 2019 and 2020. Geneva: Global Initiative Against Transnational Organized Crime.

MINISTERE DE L’INTERIEUR. (2018). Politique nationale des frontiéres 2019-2035. Niamey.

MINISTERE DE L’INTERIEUR. (2020). Politique nationale de la migration (2020-2035). Niamey.

MINISTERE DE L’INTERIEUR. (2022). Stratégie Nationale de Sécurité de Proximité (SNSP 2022-2026). Niamey, Niger: Gouvernement du Niger.

MOUNKAILA, H. (2002). De la migration circulaire à l’abandon du territoire local dans le Zarmaganda (Niger). Revue européenne des migrations internationales, 18(2), pp. 161-187.

MOUNKAILA, H. (2015). La Gestion Des Rapatriés de Libye Dans La Commune de Tchintabaraden (Niger) : Les Défis de l’urgence et Du Durable. Africa Development / Afrique et Développement, 40(1), pp. 99-117.

NEWMAN, D. (2006). Borders and Bordering Towards an Interdisciplinary Dialogue. European Journal of Social Theory, 9(2), pp. 171-186.

NOVAK, P. (2011). The Flexible Territoriality of Borders. Geopolitics, 16(4), pp. 741-767.

OIM. (2018). Gestion Intégrée des Frontières au Niger: Entre Intégration Régionale et Surveillance Sahélo-Saharienne. Geneve: OIM.

OIM. (2020). Tendances migratoires en provenance, à destination et à l’intérieur du Niger, 2016-2019. Niamey, Niger.

OIM. (2021). Assistance au retour volontaire et humanitaire 2017-Juin 2021: Profils de migrants assistés à rentrer dans leur pays d’origine Afrique occidentale et centrale. https://rodakar.iom.int/sites/g/files/tmzbdl696/files/documents/assistance-to-voluntary-and-humanitarian-return_2017-mid-2021_iom-french_0.pdf: IOM Regional Office for West and Central Africa.

OIM. (2022). Return and reintegration key highlights 2021. Geneva : https://publications.iom.int/books/return-and-reintegration-key-highlights-2021: International Organization for Migration.

PAASI, A. (2009). Bounded spaces in a ‘borderless world’: border studies, power and the anatomy of territory. Journal of Power, 2(2), pp. 213-234.

PARKER, N., & VAUFGAN-WILLIAMS, N. (2012). Critical Border Studies: Broadening and Deepening the ‘Lines in the Sand’ Agenda. Geopolitics, 17(4), pp. 727-733.

PARKER, N., & VAUGHAN-WILLIAMS, N. (2009). Lines in the Sand? Towards an Agenda for Critical Border Studies. Geopolitics, 14(3), pp. 582-587.

PUIG, O. (2019). Les migrants nigériens de retour de Libye. Ethnographie entre instabilité, précarité et honnêteté. e-Migrinter, 18, [En ligne], pp. https://doi.org/10.4000/e-migrinter.1721.

RAEYMAEKERS, T. (2014). Introduction Europe’s Bleeding Border and the Mediterranean as Relational Space. ACME: An International Journal for Critical Geographies, 13(2), pp. 163-172.

RAINERI, L. (2021). The Bioeconomy of Sahel Borders: Informal Practices of Revenue and Data Extraction. Geopolitics, 27(5), pp. 1470-1491.

REY, A. (2016). Dictionnaire Historique de la langue française - Nouvelle édition augmentée par Alain Rey. Paris: Le Robert.

RUMFORD, C. (2008). Introduction : Citizens and Borderwork in Europe. Space and Polity, 12(1), pp. 1-12.

RUMFORD, C. (2014). Cosmopolitan Borders. Basingstoke: Palgrave Pivot.

SAMERS, M. (2004). An emerging geopolitics of “illegal” immigration in the European union. Journal of Migration and Law, 6(1), pp. 27-45.

SASSEN, S. (2007). A Sociology of Globalization. New York: W.W. Norton.

STREIFF-FENART, J., & SEGATTI (eds), A. (2012). The Challenge of the Treshold: Border Closures and Migration Movements in Africa. Lanham: Lexington Books.

VAUGHAN-WILLIAMS, N. (2008). Borderwork beyond inside/outside? Frontex, the citizen-detective and the war on terror. Space and Polity, 12(1), pp. 63-79.

VIVES, L. (2017). Unwanted sea migrants across the EU border: The Canary Islands. Political Geography, 61, pp. 181-192.

WASTL-WALTER, D. (2012). Companion to Border Studies. Farnham: Ashgate.

WILSON, T., & DONNAN, H. (2012). A Companion to Border Studies. New York: Wiley-Blackwell.

ZANDONINI, G. (2019, June 6). Biometrics: The new frontier of EU migration policy in Niger. The New Humanitarian, https://www.thenewhumanitarian.org/news-feature/2019/06/06/biometrics-new-frontier-eu-migration-policy-niger.

ZOLBERG, A. (2003). The archeology of remote control. Dans A. Fahrmeir, & O. Faron (Eds.) , Migration control in the North atlantic Word : the evolution of state pratices in Europe and the United States (pp. 195-223). New York: Bergahn.

Haut de page

Notes

1 RFI, Invité Afrique « M. Issoufou: je veux m’attaquer à «la pauvreté qui chasse les Africains de leur pays », https://www.rfi.fr/fr/emission/20151112-issoufou-veux-attaquer-pauvrete-chasse-africains-pays-niger-sommet-malte-migration, 12/11/2015

2 République du Niger (2019), Politique Nationale des Frontières 2019-2035 : https://view.officeapps.live.com/op/view.aspx?src=https%3A%2F%2Fmigration-spccm.ne%2Fsites%2Fdefault%2Ffiles%2F2021-07%2FPNF.docx&wdOrigin=BROWSELINK

3 République du Niger (2020), Politique Nationale de la Migration (2020-2035) avec son Plan d’action quinquennal : https://www.giz.de/de/downloads/politique-nationale-de-la-migration.pdf

4 Il faut noter qu’une majorité de ces postes, quand ils existent réellement sont mal équipés voire complètement abandonnés, en particulier dans certaines régions théâtre des conflits comme Diffa ou Tillabery.

5 Ce programme est une déclinaison du programme police africaine lancée par le gouvernement allemand dans d’autres pays africains comme le Bénin, Cameroun, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Kenya, Mauritanie, Nigeria, Sénégal, ainsi que l’Union africaine (UA) et le G5 Sahel en 2009.

6 Alliance Sahel, Appui à la Justice, la Sécurité et la Gestion des Frontières : https://www.alliance-sahel.org/projets/appui-a-la-justice-la-securite-et-la-gestion-des-frontieres-ajusen/

7 Quatre (4) des PPF construits par la GIZ, ont été rénovés ou reconstruits par l’OIM en vue de les adapter au déploiement du système MIDAS.

8 Entretien, responsable de la Police nationale, Janvier 2021.

9 Entretien, haut responsable de la commission nationale des frontières, Décembre 2020.

10 Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), Protocole sur la libre circulation des personnes, le droit de résidence et d'établissement, 29 May 1979, A/P 1/5/79 : https://www.refworld.org/docid/4921889d2.html

11 Décision 2/5/90 portant institution d’une carte de résident des états membres de la CEDEAO.

12 Décision A/DEC.1/5/2000 portant institution du passeport des états membres de la CEDEAO

13 Quarante sixième (46ème ) session ordinaire de la conférence des Chefs d'Etat et de Gouvernement de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) tenue à Abuja le 15 décembre 2014.

14 Décision 2/7/85 portant institution du carnet de voyage des états membres de la CEDEAO.

15 Entretien, responsable de la police à Agadez, novembre, 2020

16 Entretien, chef de service à la Direction Surveillance du territoire, Janvier 2021.

17 Entretien, chef d’escale d’une compagnie privée de transport, Agadez, septembre, 2020

18 Entretien, responsable de la police à Agadez, novembre, 2020

19 Entretien, responsable groupe de presse à Agadez, septembre, 2020

20 OIM (2018), Communiqué Global, Un atelier destiné aux mobilisateurs communautaires renforce les activités de sensibilisation de l’OIM auprès des migrants au Niger : https://www.iom.int/fr/news/un-atelier-destine-aux-mobilisateurs-communautaires-renforce-les-activites-de-sensibilisation-de-loim-aupres-des-migrants-au-niger

21 OIM, A propos de l'Initiative Conjointe UE-OIM : https://www.migrationjointinitiative.org/fr/propos-de-linitiative-conjointe-ue-oim

22 Entretien, chef de service à la Direction Surveillance du territoire, Janvier 2021.

23 OIM, Immigration et gestion des frontières, Engagement des communautés transfrontalières https://rodakar.iom.int/fr/immigration-et-gestion-des-fronti%C3%A8res

24 Entretien, responsable Conseil régional d’Agadez, Octobre, 2020.

25 OIM, Les mobilisateurs communautaires apportent l’espoir dans la lutte contre le coronavirus au Niger : https://onumigration-38700.medium.com/covid-19-frontliners-ea97b9374ba8

26 EU Emergency Trust Fund For Africa (2016), Fiche d’action, GAR-SI SAHEL (Groupes d’Action Rapide – Surveillance et Intervention au Sahel) : https://ec.europa.eu/trustfundforafrica/region/sahel-lake-chad/regional/gar-si-sahel-groupes-daction-rapide-surveillance-et-intervention_en

27 Entretien, responsable de la police à Agadez, novembre, 2020.

28 La construction de la CMCF de Maradi, première du genre au Niger, a été financé par les Etats-Unis

29 ICMPD, FMM West Africa ((Support to Free Movement of Persons and Migration in West Africa) : https://www.icmpd.org/our-work/projects/fmm-west-africa-support-to-free-movement-of-persons-and-migration-in-west-africa#:~:text=FMM%20West%20Africa%20is%20co,ECOWAS%20Member%20States%20and%20Mauritania

30 Conseil européen, Communiqué de presse (01/04/2019), Corps européen de garde-frontières et de garde-côtes: le Conseil confirme l'accord sur un mandat renforcé : https://www.consilium.europa.eu/en/press/press-releases/2019/04/01/european-border-and-coast-guard-council-confirms-agreement-on-stronger-mandate/

31 https://frontex.europa.eu/assets/Key_Documents/MB_Decision/2021/MB_Decision_36_2021_authorising_the_ED_to_negotiate_working_arrangements_with_selected_third_countries.pdf

32 Frontex (2022), News Release, Frontex signs Working Arrangement with EUCAP Sahel Niger : https://frontex.europa.eu/media-centre/news/news-release/frontex-signs-working-arrangement-with-eucap-sahel-niger-R8bj2Z

33 https://resources.maxar.com/geohive/geohive-data-sheet

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Déploiement du processus de frontiérisation du territoire nigérien au lendemain du sommet de La Valette
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/10840/img-1.png
Fichier image/png, 2,1M
Titre Photo 1 : Bus reliant Niamey à Agadez, contrôlé dans un point de contrôle de la police à la sortie d’Abalak
Crédits Source : AHMET TCHILOUTA Rhoumour, terrain, Octobre 2020.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/10840/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Carte 2 : Evolution des points de contrôle de la police entre 2014 et 2020 autour de la ville d’Agadez
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/10840/img-3.png
Fichier image/png, 2,1M
Titre Photo 2 : Carte de visite distribuée par les MobCom de l’OIM aux migrants et à la population
Crédits Source : AHMET TCHILOUTA Rhoumour, terrain, septembre 2020.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/10840/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 980k
Titre Photo 3 : Des images satellites montrent des pistes déviant de la route principale à l’approche de Madama, un poste militaire situé à la frontière nord-est du Niger avec la Libye.
Crédits Source : capture d’écran du Africa-Frontex Intelligence Community Joint Report, 2016, pp. 12
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/10840/img-5.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Photo 4 : Capture d’écran montrant la présence de voitures à Agadez : comparaison par carte thermique entre le 1er trimestre 2014 et le 1er trimestre 2016.
Crédits Source: Africa-Frontex Intelligence Community Joint Report, 2016, pp. 13
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/10840/img-6.png
Fichier image/png, 754k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rhoumour Ahmet Tchilouta, « Les stratégies de gestion des frontières du Niger à l’ère de l’externalisation des politiques migratoires de l’UE : vers des frontières itinérantes ? »L’Espace Politique [En ligne], 46 | 2022-1, mis en ligne le 12 juin 2023, consulté le 27 septembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/10840 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.10840

Haut de page

Auteur

Rhoumour Ahmet Tchilouta

Doctorant en Géographie politique
Laboratoire PACTE/ Université Grenoble Alpes (UGA) ; GERMES /Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM)
rhoumour.tchilouta@umrpacte.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search