Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47-48Géographie et guerre. Au-delà du ...La réappropriation de l’espace ur...

Géographie et guerre. Au-delà du conflit en Ukraine, quels liens ? Quelles évolutions ?

La réappropriation de l’espace urbain par les armées occidentales

Quelles nouvelles conceptions et quels modes d’action depuis les années 1990 ?
The reappropriation of urban space by Western armies. What new concepts and approaches have emerged since the 1990s?
Philippe Boulanger

Résumés

La ville exerce un rôle central aujourd’hui dans les grandes dynamiques géostratégiques à l’échelle mondiale. Depuis 2007, plus d’un habitant sur deux est citadin et le taux d’urbains atteindrait 54 % de la population mondiale en 2021. Les projections démographiques indiquent des taux encore élevés pour ce siècle, soit 60 à 70 % de citadins pour 2050. Pour le militaire, la maîtrise du terrain urbain se révèle donc nécessaire sinon fondamentale pour intervenir dans les prochaines opérations de gestion de crise (Afrique, Moyen-Orient, Asie essentiellement) dont le nombre continue d’augmenter depuis la fin de la Guerre froide. Il est reconnu dans toutes les doctrines occidentales comme incontournable et redoutable, demandant une préparation et des mécanismes d’engagement spécifiques par rapport aux zones rurales. L’espace urbain est, somme toute, le terrain de la guerre asymétrique, des stratégies hybrides au profit du défenseur, du contournement de la puissance technologique par des capacités plus rudimentaires. Toutefois, la guerre d’Ukraine depuis 2022 vient nous rappeler que la guerre conventionnelle entre deux États reste envisageable sur le continent européen. L’espace urbain y apparaît également comme central et décisif dans les opérations militaires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir en particulier le blog « géographie de la ville en guerre » de Bénédicte Tratjnek qui s’est in (...)

1Tous les espaces sont considérés comme sensibles pour les militaires en opérations. Certains d’entre eux posent toutefois plus de difficultés comme les milieux montagnard, tropical humide ou désertique. Le milieu urbain fait également partie de ces environnements spécifiques qui demandent une adaptation permanente à l’instabilité sécuritaire, la prise en compte d’une imbrication de caractéristiques physiques et humaines. Les doctrines et les théories militaires liées de son exploitation se sont développées particulièrement depuis les années 2000. L’urbanisation croissante dans certains États, l’augmentation de la population urbaine (plus de 50 % de la population mondiale depuis 2007), la multiplication des opérations extérieures en milieu urbain, comme à Kaboul en Afghanistan ou à Mitrovisca au Kosovo en 20011, conduisent à repenser la géographie militaire urbaine dans un cadre de guerre asymétrique. Longtemps évité, le terrain urbain pour le militaire est devenu incontournable à partir des années 2000. Il devient un enjeu de souveraineté territoriale et un sujet de culture militaire qui ne considère pas traditionnellement la ville comme un théâtre d’opérations. Les fondements les plus anciens de l’art de la guerre doivent être repensés dans cet environnement de guerre asymétrique, puis conventionnelle dans la crise ukrainienne depuis février 2022. Comment les armées nationales occidentales se réapproprient-elles l’espace urbain depuis la fin de la Guerre froide ? Trois aspects sont abordés : un espace longtemps incertain dans la pensée militaire occidentale, un espace difficile à maîtriser, les nouveaux défis dans la ville du XXIe siècle.

Un espace longtemps incertain dans la pensée militaire occidentale

Un espace urbain à éviter

  • 2 Dufour J.-L., 2002, La guerre, la ville et le soldat, Paris, Odile Jacob.
  • 3 King A., 2021, Urban Warfare in the Twenty-First Century, Polity Press.

2L’espace urbain a longtemps été considéré comme un espace à éviter pour le stratège depuis l’Antiquité. Sun Tsé, dans L’art de la guerre au VIe siècle avant J.C, le soulignait déjà en mentionnant que « l’attaque d’une ville doit, autant faire se peut, être évitée ». Ce principe est repris par nombre de stratèges ou de stratégistes pendant les siècles suivant tant la manœuvre dans l’espace urbain se révèle périlleuse. La ville est reconnue comme un espace inadapté à un affrontement entre armées contrairement à la bataille qui est le fait d’armée de campagne. Les résultats ne sont pas garantis et la prise d’une ville n’a rien de glorieux pour le chef militaire, voire apparaît immorale puisque les valeurs guerrières s’appuient surtout sur le combat décisif en plaine et dans les milieux dégagés. Les formes de la guerre en ville sont également diverses et supposent des armées entraînées et aguerries. Comme le souligne Jean-Louis Dufour (2002), au moins quatre formes se distinguent dans l’histoire militaire : la guerre pour la ville (le siège), la guerre à la ville (l’assaut), la guerre contre la ville (le bombardement), la guerre dans la ville (la guerre civile)2. Pour Anthony King, les différentes formes de guerre pour la conquête de cet espace restent exceptionnelles durant les guerres mondiales du XXe siècle. Elles concernent, par exemple pour la Seconde Guerre mondiale, Anvers, Leningrad, Moscou, Stalingrad, Manille, Varsovie ou Berlin. En fait, les fronts étaient tellement étendus et la masse des armées si importante que les villes étaient englobées dans les manœuvres générales sans être des objectifs géographiques uniques. La guerre urbaine était ainsi subordonnée aux batailles générales sur de vastes espaces3.

3L’espace urbain est considéré comme un terrain dangereux de longue date, ce qui explique que les doctrines occidentales, constituant le socle culturel du métier militaire, ne s’intéressent à la manière de combattre en ville que depuis quelques décennies. Aux XIXe et au XXe siècles, par exemple, la doctrine de l’armée française n’y accorde qu’un intérêt très limité comme en témoigne le règlement d’infanterie du ministère de la Guerre de 1904 qui ne mentionne pas les « localités » (zone urbaine). Les divers types d’urbanisme dans les pays occidentaux invitent aussi à la prudence et à retenir un ensemble de contraintes matérielles et de risques majeurs pour une armée en effectif insuffisant (le rapport de forces de 10 contre 1 est la norme habituellement citée pour la prise d’une ville). Leurs éléments fondamentaux reposent, tout d’abord, sur le plan (tracé des voies, places, espaces non occupés), la juxtaposition de plans (radioconcentrique de l’époque médiévale, damier au XIXe siècle, etc.) selon la situation (convergence, centralité, axes), le site (la topographie) et les politiques de développement dans le temps. Ils renvoient aussi à la complémentarité centre-périphérie en Europe. Le centre forme le noyau originel, historique et fonctionnel, où convergent les axes de communication, avec des zonages résidentiels ou fonctionnels (service tertiaire). La périphérie est formée d’auréoles urbaines caractérisant les étapes de la croissance urbaine, marquée par son hétérogénéité (bâtiments anciens ou modernes), une densité de population moins élevée vers l’extrémité des périphéries, des zones pavillonnaires ou de bâtiments collectifs, des axes de communication large, des zones industrielles actives ou en friches.

4Les types d’urbanisme, comme le montre le document 1, renvoient à différents modèles qui obligent à envisager des modalités de manœuvre différentes selon les cas : concentrique, radial, radioconcentrique, en damier, polynucléaire. Le tacticien comme le stratège évitent traditionnellement de s’engager dans un espace urbain dont le plan n’est pas connu et cartographié. Une évolution majeure s’opère cependant à partir de la Guerre froide en raison de la croissance de la population urbaine en Europe et de sa prise en compte dans le maintien de l’ordre ainsi que dans la guerre conventionnelle et nucléaire. Certaines expériences de guerre urbaine sont aussi prises en considération (la bataille de Stalingrad en 1942-1943, la bataille d’Alger en 1957) mais elles demeurent des phénomènes exceptionnels.

Document 1 : Les principaux modèles théoriques de la ville occidentale

Document 1 : Les principaux modèles théoriques de la ville occidentale

Source : Boulanger Ph., 2006, Géographie militaire, Ellipses

  • 4 La définition de la ville selon le nombre d’habitants varie selon les États et selon les interpréta (...)
  • 5 Department of the Navy, Marines Corps, 1978, 1998, 2018, 2021, Military Operations on Urbanized Ter (...)

5À partir du milieu des années 1970, l’espace urbain commence à être envisagé de manière plus précise. En France, le document doctrinal Combat dans les localités et les zones urbaines, publié en 1975 (renouvelé en 1985 et 2005), insiste sur ce « terrain particulier » qui est une contrainte majeure. La Notice sur le combat des unités d’infanterie dans les localités (1975) reconnaît que « les villes ne sauraient être évitées par les combattants dans le conflit futur, du moins sur le théâtre d’opérations d’Europe occidentale ». La conception de la stratégie militaire et de la tactique commence ainsi à distinguer des éléments clefs, ne serait-ce pour dresser une hiérarchie et une typologie des espaces urbains. Trois types sont mis en évidence : les hameaux, les villages et les bourgs, les agglomérations de moyenne importance de 10 000 à 20 000 habitants, les villes et les zones urbaines de plus de 20 000 habitants. Cette distinction pose d’ailleurs la question de la définition de la ville dans la pensée doctrinale qui retient des critères similaires à ceux des institutions civiles. La ville est un rassemblement d’hommes et d’habitations à partir d’un seuil quantitatif (2 000 habitants en France, 400 habitants au Danemark, etc.)4. Dans les autres armées, de semblables évolutions doctrinales apparaissent avec des particularités liées à l’engagement des forces nationales. L’armée britannique est ainsi conduite à penser l’espace urbain dans les opérations de contre-insurrection en Irlande du Nord dès le début des années 1970. L’armée américaine, en particulier le Corps des Marines, participe aussi à réformer leur doctrine en la matière. Le premier document Military Operations on Urbanized Terrain (MOUT) est publié en 1978 et renouvelé régulièrement5. La pensée militaire occidentale commence à réfléchir à la manière de mener les opérations dans cet espace à partir de cette période. Elle ne cesse ensuite de s’adapter aux nouvelles évolutions soit technologiques, soit humaines.

  • 6 Ministère des Armées, Emat, Direction technique des armes et de l’instruction, Notice provisoire su (...)
  • 7 Les textes spécialisés sont : Ministère de la Défense, Emat, Bureau emploi, Combat dans les localit (...)
  • 8 Ministère de la Défense, Emat, Dtai, Notice sur le combat des unités d’infanterie dans les localité (...)
  • 9 Cdes, Objectif doctrine, L’engagement des forces terrestres en zone urbaine, n° 29, 2002, 64 p. Y s (...)
  • 10 Cahier de la recherche doctrinale, Géographie et combat urbain, Centre d’emploi des forces, 2005, 1 (...)
  • 11 Centre de doctrine d’emploi des forces, Division emploi-organisation, Manuel d’emploi des forces te (...)
  • 12 Op. cit.

Les doctrines occidentales sur le combat urbain comme objet de recherche
L’un des terrains qui occupe une importance croissante dans la doctrine porte sur l’espace urbain. Jusqu’aux années 1970, la pensée militaire reste relativement limitée. En France, comme dans d’autres États occidentaux (Etats-Unis, Europe de l’Ouest notamment), les documents doctrinaux sont allusifs sur ce sujet jusqu’aux années 1970. En France, le Règlement sur les manœuvres d’infanterie de 1904 n’y attache aucune considération, l’Instruction sur l’action offensive des grandes unités dans la bataille de 1918 non plus. La pensée doctrinale dans l’Entre-deux-guerres la considère comme un terrain particulier sans y accorder également de développement spécifique. La ville est en fait un terrain à éviter. Toutes les conditions défavorables à l’offensive comme à la défensive sont réunies. Le Règlement de l’infanterie de 1937 souligne les inconvénients posés par l’accumulation des ruines, à la suite des bombardements, le type de combat (par maison, par rue), l’immobilisation des forces pour attaquer ou composer des réduits aux lisières.
La ville doit être évitée et la composition des armées n’est pas établie par tradition pour des terrains aussi complexes. Au mieux, si une ville doit être attaquée, la seule stratégie consiste à la déborder et à l’encercler en limitant au mieux les offensives de force. Tout au long du XXe siècle, cette pensée géographique sur le terrain urbain est permanente. La Notice provisoire sur l’emploi des groupements et des sous-groupements motorisés de 1965 ne s’en éloigne encore guère6. Si la ville apporte la maîtrise du réseau de communications, elle reste encore un « terrain particulier », véritable obstacle à la guerre rapide et mobile. La pensée doctrinale commence toutefois à y attacher une importance nouvelle en nuançant l’objet urbain. « Les localités jouent un rôle différent selon leur étendue, la nature de leur environnement, et leur échelle par rapport à la zone d’action du groupement ». Désormais, la tactique doit s’adapter, dans la théorie, à la diversité de trois situations urbaines distinctes : les hameaux, les villages et les bourgs ; les agglomérations de moyenne importance ; les villes et zones urbaines. À chaque type correspondent des tactiques différenciées. Mais la pensée dominante consiste à l’éviter avant tout et à ne s’y engager que pour répondre à des objectifs stratégiques nécessaires.
À partir des années 1970, En France comme auprès de ses alliés, la pensée doctrinale change. Les réflexions d’ordre tactique et opératique tendent à s’étoffer tandis que les premiers textes sur le combat dans les localités sont publiés7. Parallèlement à la parution du premier Livre Blanc en France en 1972, les théoriciens de la doctrine envisagent désormais le terrain urbain comme un champ de bataille inévitable compte tenu non seulement de la croissance urbaine en Europe Occidentale mais aussi des armements devenus plus destructeurs comme l’arme nucléaire tactique. La Notice sur le combat des unités d’infanterie dans les localités commence ainsi : « Les localités ont joué de tout temps un rôle important au cours des conflits. Elles constituent, par leur situation géographique, leur rôle industriel, commercial ou administratif des objectifs à conquérir ou à défendre. Elles ne sauraient du reste être évitées par les combattants dans un conflit futur, du moins sur le théâtre d’opération d’Europe Occidentale »8. Ce sont les mutations socio-culturelles de l’Europe Occidentale qui imposent ce changement doctrinal. On considère déjà que la France comptera, en 2000, 70 millions d’habitants dont 60 % dans les villes, ce qui semble conduire à préparer l’armée de terre à savoir intervenir sur ce terrain comme les armées françaises l’ont appris en rase campagne au XIXe siècle. Le combat se terminera nécessairement à pied. L’infanterie doit y jouer, au milieu de la population civile et des ruines, un rôle de premier plan.
Toutefois, malgré la publication de textes doctrinaux plus détaillés dans les années 1970, l’évolution des sociétés urbaines produit des mutations plus rapidement que prévues. La doctrine française en saisit toutes les dimensions seulement à partir de la fin du XXe siècle. En témoigne la multitude d’articles sur ce sujet dans les organes de communication du Centre de doctrine et d’enseignement supérieur militaire, dans Objectif doctrine à partir de 1999, puis Doctrine à partir de 2003. En 2002, un numéro spécial d’Objectif doctrine est ainsi consacré à l’engagement des forces terrestres en zone urbanisée9. À partir des expériences passées, non sans recourir à l’histoire militaire, de nouvelles questions concrètes se posent, utilisant l’approche géographique dans une démarche pragmatique. La structure de la ville, l’espace de manœuvre, l’engagement tridimensionnel, la population dans le cadre humanitaire, la conception de l’adversaire sont autant de questions revisitées. La parution d’un dossier d’analyse dans Cahiers de la recherche doctrinale, collectif (civil et militaire) et appuyé sur des cas récents (Sarajevo par exemple), intitulé Géographie et combat urbain en 2005, montre l’importance que revêt désormais l’objet ville dans la pensée militaire mais aussi la nouvelle place de la géographie avec toutes ses composantes physiques et humaines10. Le terrain urbain est ainsi décliné dans tous les numéros, ou presque, d’Objectif doctrine, puis Doctrine, en fonction de thématiques abordées (renseignement, génie, blindés, etc.). De fait, succédant aux précédents textes doctrinaux, la parution du Manuel d’emploi des forces terrestres en zone urbaine, en 2005, a été un événement doctrinal, figurant parmi les avancées doctrinales les plus significatives de la pensée militaire française par rapport aux mutations du monde contemporain et à celles du monde militaire dans les années 200011. L’armée de terre ne doit plus éviter la ville. Elle doit considérer son engagement sur ce terrain comme inévitable.
L’évolution de la pensée doctrinale dans d’autres pays témoigne aussi de l’intérêt croissant pour le milieu urbain, notamment russes et américaines où des applications concrètes ont été rapidement adoptées. Dans ces deux pays, les textes doctrinaux sont profondément réformés selon l’expérience tchétchène pour les Russes, panaméenne et irakienne pour les Américains sans oublier de s’inspirer de l’expérience israélienne. Aux Etats-Unis, le document Military Operations on Urbanized Terrain (MOUT) marque une nouvelle évolution de la pensée militaire12. Mis à jour en 1998 et en 2021, ce document de l’US Navy-Marines Corps est un véritable manuel de compréhension de l’environnement urbain. À partir d’exemples historiques et issus des dernières expériences, il expose tous les composants essentiels pour les militaires. Il est accompagné du Joint Urban Operations (document interarmées Terre/Marine), à partir de 2009, et du Combined arms operations in urban terrain (FM 3-06.11) à partir de 2003. Ils sont suivis d’autres documents plus précis comme le document consacré aux opérations souterraines de l’armée de terre publié en 2019. Ces textes doctrinaux sont d’autant plus importants qu’ils inspirent la pensée militaire des alliés des Etats-Unis (Royaume Uni, Allemagne, Australie, etc.) ainsi que la doctrine de l’Alliance atlantique et celle de ses membres (Pologne, États Baltes, etc.). Plus que pour tout autre espace géographique, la pensée militaire n’a autant apporté de considérations nouvelles depuis le début du XXe siècle.

De nouvelles réflexions sur l’appropriation militaire de la zone urbaine à partir des années 2000

  • 13 Chamaud F. et Santoni P., 2016, L’ultime champ de bataille, combattre et vaincre en ville, Editions (...)
  • 14 Roch Legault, 2000, « Le champ de bataille urbain et l’armée : doctrine et changements », Revue mil (...)

6La période post-Guerre froide constitue une nouvelle étape dans la manière de penser l’espace urbain à des fins opérationnelles. Les situations d’engagement dans des zones de guerre civile se sont multipliées dans les années 1990. Alors que les opérations étaient surtout envisagées dans une guerre conventionnelle d’envergure sur le continent européen, les armées occidentales sont conduites à contrôler le milieu urbain devenu zone refuge de milices et de populations civiles. La nature de la guerre change pour devenir asymétrique. Selon Anthony King, l’un des facteurs qui expliquent cette évolution est liée au poids démographique des espaces urbains. Ceux-ci concentrent une population plus dense qui est source de complexité sociale et de tensions, de dilution de l’insurgé dans un espace plus étendu qu’aux décennies précédentes. Les guerres deviennent plus urbaines car la nature du terrain est source de perturbation pour une armée bien organisée. Si cette observation est déjà valable avant la fin de la guerre froide, elle apparaît plus clairement dans toutes les situations de guerre interne depuis. Durant la bataille d’Alger en 1957, les opérations militaires de l’armée française se concentrent dans la casbah qui comprend 70 000 habitants (pour une ville de 900 000 habitants). Dans les guerres urbaines menées par les armées américaine et britannique en Irak et en Syrie, entre 2003 et 2019, les zones de combat comprennent plusieurs centaines de milliers d’habitants : autour de 300 000 habitants à Falloudja en 2004, 1,3 million à Bassorah en 2006-2007, autour de 700 000 habitants à Homs en 2010. Le milieu urbain devient dès lors un nouvel enjeu d’appropriation territoriale où se concentrent des manœuvres de nature diverse et de manière simultanée13. L’opération menée par l’armée américaine à Mogadiscio, en octobre 1993, pour la capture du général Aïdid, ne dure que 48 heures provoquant la mort de 18 soldats. Cette opération marque un tournant dans la prise en compte du nécessaire apprentissage du sens du terrain urbain pour les militaires américains. Les opérations ultérieures se font aussi plus nombreuses sur ce terrain contraignant. Roch Legault, dans « Le champ de bataille urbain et l’armée : doctrine et changements » (2000), relève que « les combats dans les zones urbaines sont aujourd’hui très fréquents ; des 250 dernières missions du corps des Marines, 237 auraient comporté des opérations en milieu urbain »14.

  • 15 Ministère de la Défense, Manuel d’emploi des forces en zone urbaine, TTA 980, 2005, 66 p.

7Le milieu urbain dans les années 2000 fait l’objet de nouvelles considérations doctrinales. Il entre dans la culture militaire occidentale véritablement à cette période. Cette évolution est liée directement à l’augmentation des villes et à l’urbanisation, ce qui a un impact sur la pensée militaire et les doctrines. Le combat en zone bâtie est toujours assimilé à un combat incertain pouvant être rapidement hors de contrôle, d’où une aversion encore prégnante pour les opérations en milieu urbain à cette époque. Malgré tout, le caractère inévitable de la manœuvre stratégique, opérative et tactique en ville est reconnue dans toutes les doctrines, y compris dans la version 2001 du Corps des Marines, qui annonce la fin de l’évitement jusqu’alors pratiqué. Avant l’entrée en guerre de la coalition internationale en Irak à la fin février 2003, les troupes américaines ont ainsi multiplié les entraînements dans des zones urbaines reconstituées, sur le modèle des villes irakiennes, aux Etats-Unis. En France, la doctrine réhabilite également le milieu urbain en 2005 comme un espace de conflictualité et d’opérations inévitable15. Il faut se préparer explique-t-elle alors que les études prospectives annoncent un monde urbain en croissance continue au XXIe siècle. Le nombre de villes de plus d’un million d’habitants augmente et suscite en conséquence, un intérêt croissant. Il est estimé à 83 villes en 1957, 548 en 2018 tandis que les prévisions des Nations Unies annoncent 706 villes en 2030.

8Les principes d’engagement en théâtre urbain des armées nationales, restitués dans les corpus doctrinaux, révèlent une complexité croissante difficile à gérer. Ils reposent sur une dimension interarmées et interarmes où la combinaison des spécialités militaires (génie, infanterie, appui aérien, etc.) devient nécessaire, demande une parfaite coordination et une certaine flexibilité. Ils renvoient aussi à la notion américaine des « opérations de guerre dans trois quartiers » où une armée doit mener simultanément une manœuvre coercitive, le contrôle de forces et de protection de la population, l’assistance et la protection des populations et l’interdiction de zone. Ainsi, parallèlement au contrôle de zone face à un adversaire, les unités doivent protéger des populations civiles menacées et participer à la stabilisation. Parallèlement, la présence des populations civiles en milieu urbain, rarement évacuées de la zone d’instabilité, peut engendrer une dégradation de certaines capacités des systèmes d’armes et des règles d’engagement devenues plus contraignantes. Ensuite, ces principes révèlent l’importance de la connaissance géographique du terrain, qui peut être lacunaire ou insuffisante dans la planification opérationnelle. La modélisation du milieu urbain, permettant de comprendre les formes d’urbanisme et les structures autour des réseaux de communication, se révèle être indispensable pour la préparation des manœuvres. Les informations numériques géoréférencées, les données topographiques et cartographiques, éventuellement en trois dimensions, demandent à être relevées en amont, collectées et traitées pour la durée de l’intervention. Elles exigent aussi d’être mises à jour quant aux informations de géographie humaine créant une complexité supplémentaire. Ces différents éléments généraux participent à repenser l’espace urbain dans la préparation, la conduite et l’exploitation des opérations à partir des années 2000. Ils sont d’autant plus importants que le monde des villes s’étend à l’échelle mondiale.

Un monde des villes incontournable

9Au cours des années 2000, toutes les études sur la population mondiale précisent le processus d’urbanisation continu. En 2007, les Nations Unies révèlent que 50 % de la population mondiale est devenue urbaine (54 % aujourd’hui). Les régions les plus urbanisées au monde sont alors l’Amérique du Nord où 82 % de la population vit dans les zones urbaines, l’Amérique latine et les Caraïbes (80 %) et l’Europe (73 %). En Afrique et en Asie, la majorité de la population vit encore dans des zones rurales alors que l’urbanisation connaît une croissance forte au début du XXIe siècle. Entre 2015 et 2020, l’évolution du taux d’urbanisation (en points de pourcentage) comprend les plus fortes hausses (3 % à 6 %) dans la majorité des pays du continent africain. Les études prospectives pour les pays en développement soulignent alors des risques pour la stabilité des sociétés : extension urbaine mal contrôlée, transition urbaine accélérée, environnement sécuritaire dégradé et tensions communautaires croissantes, notamment en Afrique. Dans ce contexte d’urbanisation anarchique, liée à l’afflux de ruraux fuyant les zones d’insécurité ou de crises alimentaires, l’absence de contrôle de la croissance urbaine et de développement économique (agricole, industriel), la croissance des activités informelles et du chômage, les contrastes urbains (maisons traditionnelles et grands immeubles dans le centre-ville, villas cossues et habitats précaires en périphérie), les oppositions sociales (immeubles modernes, bidonvilles) caractérisent les grandes difficultés de la vie urbaine.

Document 2 : Taux d’urbanisation de 2015 à 2020

Document 2 : Taux d’urbanisation de 2015 à 2020

Source : histographie.net, 2022

10Le développement de l’urbanisation à l’échelle mondiale devient un enjeu de souveraineté territoriale pour les armées nationales. Le contexte est au développement des opérations de maintien de la paix dans le cadre d’interventions multilatérales au sein des Nations Unies, de l’Alliance atlantique et de l’Union européenne. En 2010, par exemple, l’Union européenne engageait 13 opérations dans le cadre de la Politique de sécurité et de défense commune, essentiellement en Afrique (Eusec et Eupol en République démocratique du Congo par exemple), dans les Balkans (Althéa en Bosnie-Herzégovine) et en Asie Occidentale (Eupol Afghanistan). Au début des années 2010, une soixante d’opérations de paix sont conduites chaque année par différentes organisations internationales, les Nations Unies ou de coalitions ad hoc. Toutes présentent la spécificité d’intervenir en milieu urbain. La maîtrise du milieu pose alors la question du contrôle territorial dans un environnement instable, marqué par des paysages urbains contrastés (document 3), un urbanisme désordonné et inégalitaire, une urbanisation galopante et massive, des villes hypertrophiées, une gestion sécuritaire difficile. Par exemple, dans la guerre civile en Libye depuis 2011, les opérations militaires entre les parties prenantes se concentrent surtout dans les villes côtières au bord de la mer Méditerranée. Les opérations engagées présentent donc un risque d’échec liée à une mauvaise connaissance du milieu et à l’absence de cartographie, des tensions communautaires croissantes, une gouvernance urbaine défaillante.

Document 3 : Organisation spatiale théorique de la ville des pays en développement

Document 3 : Organisation spatiale théorique de la ville des pays en développement

Source : Boulanger Ph., 2006, Géographie militaire, Ellipses

11La nécessité de maîtriser l’espace urbain dans ces opérations conduit ainsi à accorder une attention renouvelée à tous les niveaux. Ce ne sont pas tant les formes urbaines en Europe qui apparaissent prépondérantes mais le renouvellement des modalités d’intervention dans des pays à la stabilité fragile et dans un espace urbain contraignant. Dans ces contextes où le groupe non étatique tend à prendre le pouvoir et à occuper le terrain, le milieu urbain est un atout pour créer un pouvoir égalisateur face à des armées étrangères bien équipées. La manœuvre occidentale, longtemps symétrique pendant la Guerre froide, doit alors s’adapter.

La redécouverte d’un espace de guerre asymétrique depuis les années 2000

L’adaptation à un milieu cloisonné

  • 16 Entre autres références sur ce sujet, consulter Daphné Richmond Barak, Underground Warfare, Oxford (...)
  • 17 Department of the Army, 2019, Subterranean Operations, ATP 3-21.51.
  • 18 L’opération est considérée comme la première avec l’unique objectif de détruire les souterrains. Co (...)

12Le milieu urbain est assimilé à un espace contraignant par son cloisonnement. Comme le soulignent les textes doctrinaux des armées occidentales, il se décompose en trois couches horizontales. La première couche est la dimension souterraine caractérisée, lorsqu’elle existe, par ses réseaux d’égouts, de parking, de couloirs de métro et de tunnels16. Plus précisément, la doctrine militaire américaine distingue trois catégories d’espaces dans la guerre souterraine (dite aussi guerre des tunnels). La première catégorie concerne les tunnels, les caves et les cavités souterraines. La deuxième est relative aux infrastructures souterraines comme les parkings, les sous-sols et les souterrains tandis que la troisième renvoie aux aménagements militaires comme les silos, les bases et les bunkers17. Leur cartographie est souvent confidentielle ou inexistante. Toute opération demande une préparation de renseignement et des études approfondies (y compris géologiques). En décembre 2018, l’opération israélienne Northon Shield contre le Hezbollah, au Sud Liban, est précédée d’une localisation des réseaux de tunnels, permettant ensuite la destruction de 6 d’entre eux pendant 5 semaines18. Le contrôle des réseaux est aussi complexe en raison des risques divers, notamment du potentiel emploi d’armes chimiques, de gaz lacrymogène, etc. Des tactiques spécifiques sont également élaborées en fonction des zones d’opérations et de la croissance des combats en milieu urbain depuis les années 1990. Le combat dans les espaces souterrains est significatif de la forme de guerre asymétrique, de l’exploitation d’un type de milieu par des insurgés pour contourner la puissance militaire conventionnelle adverse. Il est assimilé à un haut risque d’incertitude compte tenu de l’absence d’informations sur les points d’entrées des galeries pour un adversaire. En outre, les opérations ne permettent pas la neutralisation de la globalité d’un réseau souterrain, le plus souvent inconnu, tandis que seuls celle des segments de souterrains est envisagée. Cet espace d’incertitude exploité par les insurgés dans les guerres asymétriques (Mossoul en Irak, Alep en Syrie, Gaza par exemple) suscite un intérêt croissant des armées occidentales. Dans l’US Army, par exemple, sont publiés successivement Subterranean Warfare Handbook (2013), Subterranean Operation Quick Reference Card (2018), Subterranean Operations (2019) qui s’ajoutent aux documents doctrinaux sur les opérations en milieu urbain. Les procédés tactiques et opératiques doivent s’adapter au contexte de la guerre asymétrique à partir des nouvelles technologiques d’informations numériques (nouveaux senseurs comme les robots, cartographie numérique en trois dimensions). La place occupée ainsi par cet espace apparaît plus importante que par le passé en raison de l’essor des combats en ville. Il en résulte de nouvelles considérations et de nouveaux travaux de recherche par les armées, y compris par la DARPA aux Etats-Unis depuis 2018, afin de maîtriser les techniques de contrôle des souterrains par de nouvelles technologies. Leur maîtrise est effectivement complexe. Il est souvent établi des analogies avec les opérations dans l’environnement numérique ou sur mers par l’invisibilité de la manœuvre adverse (l’attaque sous-marine), la surprise de l’infiltration, la distance de parcours. Le lien entre guerre souterraine et guerre urbaine en surface est d’ailleurs étroit, y compris en matière de droit humanitaire (ancien droit de la guerre) qui protège les civils qui se réfugient dans les souterrains et qui interdit de détruire des installations (eau, électricité). De même, des opérations visant des cibles souterraines militaires peuvent avoir des impacts à la surface en atteignant des civils. Tel fut le cas en mai 2021 lorsque l’armée israélienne riposte à des tirs du Hamas contre Jérusalem en s’attaquant aux tunnels censés abrités des dépôts de munitions à Gaza. Onze missiles guidés atteignent leur cible, notamment le tunnel sous la rue Al Wahda. Les immeubles en surface ont cependant été ébranlés provoquant la mort de vingt-deux civils.

13La deuxième couche se situe au niveau de la surface du sol définie par le cloisonnement des espaces, une visibilité limitée par les constructions, la diversité des zonages urbains, les distances difficiles à évaluer. La troisième couche concerne la verticalité des bâtiments urbains. Celle-ci est inégale selon les pays selon l’indice dit de verticalité (attribution d’un nombre de points proportionnel au nombre d’étages de chaque immeuble). Elle apparaît surtout élevée en Asie orientale (Singapour, Hong Kong, Shangaï, etc.), aux Etats-Unis (New York, Chicago, etc.), dans certains pays du Golfe comme aux Émirats arabes unis (Dubaï), au Brésil (Rio de Janeiro), en Russie (Moscou) et quelques pays européens (Berlin). Cette troisième couche pose toute une série de difficultés liées à la maîtrise des étages et des toits (pour les posers éventuels d’hélicoptères par exemple). Le Manuel d’emploi de la section appui de l’armée de Terre, en 1999, souligne quantité de situations contraignantes pour le sniper comme une position de tir préférable dans les étages intermédiaires (et non sur le toit), le champ de profondeur limité à une centaine de mètres, etc.

Document 4 : La représentation des trois surfaces en milieu urbain dans la doctrine du Corps des Marines

Document 4 : La représentation des trois surfaces en milieu urbain dans la doctrine du Corps des Marines

Source : US Marines Corps, 2018, Military Operations on Urbanized Terrain, 371 p.

14Cet espace tridimensionnel, de superposition de différentes surfaces, présente de multiples contraintes. Trois apparaissent cependant majeures. La première est relative à la mobilité contrainte par les débris, les ruines, les composants de la contre-mobilité (comme les mines). Ces éléments limitent le déploiement de certains systèmes d’armes comme les chars dans les centres villes anciens aux rues étroites. Ils demandent l’organisation de petites unités interarmes mobiles et décentralisées à travers des réseaux de circulation imposés par les dispositifs adverses. À Jenine en avril 2002, l’armée israélienne emploie des scies circulaires pour traverser les maisons en créant des brèches dans les murs afin d’éviter les axes urbains exposés aux tirs adverses. À Marioupol, entre le 24 février et le 21 mai 2022, les combats entre les armées russe et ukrainienne conduisent à la destruction de 90 % de l’espace urbain. La ville est ainsi devenue un vaste champ de ruines. La deuxième contrainte est relative aux modes d’appropriation territoriale qui sont souvent différenciés selon les types de mission à accomplir. Le zonage traditionnel consiste à distinguer les zones selon les actions de combat, les actions de maîtrise de la violence et celle de la reconstruction au profit des populations civiles. D’autres zonages sont fixés selon les capacités militaires comme celle distinguant la zone des approches (les axes autoroutiers circulaires ou radiaux), la zone des périphéries (quartiers résidentiels, industriels) et la zone du centre historique à la mobilité réduite. Une autre distingue plutôt les zones sanctuaires (ambassades, hôpitaux), les zones dangereuses (carrefour, ponts), les zones sensibles (aéroport, zones industrielles, parcs). La troisième contrainte est celle de l’appréciation des risques technologiques (pollution chimique par exemple), sanitaires (eau polluée, déchets), naturels (virus). L’un des risques envisagés dans les guerres asymétriques par les armées nationales est le terrorisme urbain provoquant l’explosion des usines industrielles, la diffusion de germes dans les canalisations ou la destruction d’une centrale nucléaire.

Document 5 : Indice de verticalité des villes en 2013

Document 5 : Indice de verticalité des villes en 2013
  • 19 Chamaud F. et Santoni P., 2016, L’ultime champ de bataille, combattre et vaincre en ville, Editions (...)

15La complexité physique de l’espace urbain conduit les armées nationales à s’adapter en permanence, notamment en matière d’analyse géographique et de production cartographique. Dans le cadre de programmes multinationaux de production cartographique à l’échelle mondiale, les efforts sont portés sur la cartographie des villes suscitant un intérêt militaire, comme des capitales de pays en développement en Afrique ou au Moyen-Orient. D’autres efforts sont portés en matière de conduite de la manœuvre interarmes et décentralisée. La tactique traditionnelle en milieu urbain consiste à procéder à l’encerclement, au bouclage et au ratissage. Les batailles de Falloudja en avril et en novembre 2004, entre l’armée américaine et les insurgés irakiens, sont considérées comme un modèle en la matière19. La manœuvre est menée en râteau en formant un triangle dont la pointe est en avant, sur un espace réduit de 10 km2 environ et mobilisant près de 12 000 hommes (45 000 hommes pour la seconde bataille) pour écraser l’insurrection (5 000 à 10 000 hommes) à partir du couple char (le char lourd M1A Abrams utilisé pour sa puissance de feu)-infanterie (employée pour sécuriser les bâtiments et les axes). Sur le plan tactique, les différentes expériences depuis les années 1990 conduisent à privilégier des manœuvres décentralisées, des microtactiques, des technologies adaptées (comme le drone), la résilience dans la durée, l’organisation des détachements interarmes (infanterie, blindés, génie, artillerie, transmission) au niveau section ou peloton.

La connaissance et la maîtrise de l’environnement humain

16La connaissance et la maîtrise de l’environnement humain sont des éléments essentiels et anciens dans la guerre asymétrique. Les doctrines de contre-insurrection ainsi que les stratégies nationales de sécurité, qui se sont adaptées au nouveau contexte géostratégique depuis les années 2000, le mentionnent comme un axe fondamental de l’organisation des armées. Or la place de la ville dans le processus insurrectionnel s’est renforcée pour devenir une zone sanctuarisée privilégiée. Cadre d’une violence multiforme, elle est le lieu des actions de guérilla, de terrorisme, de trafics illicites et de lutte armée locale. Face à cette tendance, les ripostes occidentales ont consisté à mener des stratégies directes et indirectes en milieu urbain en distinguant deux acteurs essentiels : la population civile et l’adversaire.

17La grande majorité des opérations (de coercition comme de stabilisation) menées par les États occidentaux se déroule en présence des populations civiles. Celles-ci ont rarement été évacuées ou ont quitté de leur plein gré leur quartier. À Falloudja, à l’été 2004, la population est estimée à 280 000 habitants alors que l’armée américaine les incite à quitter la ville avant l’offensive de l’automne (230 000 habitants environ quittent la ville, 50 000 habitants demeurent sur place). En juin 2016, dans les combats qui opposent l’État islamique à l’armée nationale libyenne, la population civile est restée dans la ville de Syrte. À Marioupol, dans l’Est de l’Ukraine, la ville compte 400 000 habitants au moment des premiers combats en février et mars 2022. Pour les insurgés, la présence de civils sert à établir un équilibre partiel pour fournir du renseignement, alerter les combattants, limiter les règles d’engagement de l’armée nationale adverse. Au cours de la bataille urbaine de Grozny, qui oppose les soldats russes aux insurgés tchéchènes, en 1994-1995, les snipers tchéchènes se fondent dans la foule. Les civils sont toujours considérés comme une gêne majeure pour une armée nationale qui doit se réapproprier l’espace urbain. La présence de médias, qui diffusent des images à l’attention des opinions publiques métropolitaines et internationales, accentue encore la difficulté de l’action militaire. Enfin, les civils sont aussi au cœur des stratégies de conquêtes des deux parties opposées. Du point de vue des armées occidentales, le déploiement de doctrines et d’unités spécialisées en matière d’influence militaire est devenu une dynamique forte pour contrer la propagande et la désinformation adverses, faire adhérer à ses propres valeurs les indécis au sein de l’opinion locale, conforter la position de ceux qui sont acquis à la présence de contingents étrangers. La connaissance de ces populations se révèlent, dans ce cas, décisive. Elle se situe au centre des programmes d’analyse terrain (Human Terrain), menés par des unités dédiées à l’environnement humain, au sein de l’Alliance Atlantique en Afghanistan (2001-2014) ou de l’armée américaine en Irak (2003-2011).

18Dans la guerre asymétrique, l’adversaire fait le choix de la ville pour réduire les avantages technologiques des armées nationales et se fondre parmi les civils. Il exploite le climat d’insécurité accentué par la présence des médias (qui répercutent tout incident), est équipé d’armes légères et efficaces (missiles anti-chars RPG 7, Kalachnikov, gilets explosifs, drones civils, engins explosifs improvisés, etc.). Ses actions contribuent à affaiblir des armées nationales bien organisées et à réviser leur mode opératoire. Parallèlement, cet adversaire est à la fois fugace, renseigné et protéiforme (enfants, femmes, personnes âgées). Enfin, il est ingénieux, organisé en réseaux, contournant la supériorité technologique par des moyens rudimentaires à l’image de l’emploi de drones grand public, par l’Etat islamique, munis de grenades dans la bataille de Mossoul en 2017.

19L’environnement humain dans l’espace urbain se révèle donc fondamental et une contrainte majeure dans la guerre asymétrique depuis les années 1990. Seule la guerre en Ukraine vient créer une rupture dans ce schéma d’analyse. Parallèlement, une autre dimension urbaine commence à être prise en compte avec l’essor des technologies et des ressources numériques.

L’environnement technologique et numérique : nouvel enjeu militaire

20Depuis les années 2000, la conception de la ville évolue avec les technologies numériques. Celles-ci participent à créer un nouvel environnement fondé sur une meilleure gouvernance urbaine (développement durable, gestion sécuritaire, etc.), la géolocalisation et le géoréférencement des informations, la maîtrise des flux de toute sorte et des données (big data), la mise en réseau des objets connectés. Quatre niveaux sont généralement considérés par les experts en la matière : les systèmes physiques (les senseurs divers, les réseaux), les systèmes de communication (antennes wifi, réseaux cellulaires, bluetooh, récepteurs d’information), les Data Analytics (systèmes de collecte et de d’exploitation de l’information), les services au profit de la gouvernance de l’espace urbain et de la population. De nouveaux quartiers urbains ou de nouvelles villes sont ainsi développés selon ces nouvelles possibilités technologiques : Masdar à Abu Dhabi, Porto Digital à Recife, Konza City au Kenya, Hong Kong, Shanghai puis les villes chinoises, Mumbai, etc. La logique de la Smart City fondée sur une gestion globale des informations, des flux et des activités tend à se diffuser sur tous les continents à partir des années 2010. En 2013, selon le Journal of Urban Technologies, au moins 143 Smart Cities sont recensée dans le monde. En 2023, leur nombre ne peut être que plus important.

  • 20 Department of Army, 2017, Urban Operations, ATP 3-06.

21Ce nouvel environnement numérique crée aussi de nouvelles conditions d’emploi pour le militaire. La doctrine militaire américaine en 2017 le mentionne, par exemple, à travers la notion de « la triade urbaine » comprenant la population, les espaces physiques et les infrastructures liées à la connectivité (internet, satellites de communication, smartphone, télévision)20. Les premières réflexions pour le milieu urbain apparaissent dans les années 2010 mais les premiers programmes militaires sont plus anciens. La Defense Advanced Research Projets Agency adopte le premier programme de Smart Dust en 1997 dont l’objet est de rechercher des solutions pour l’exploitation de l’information sur le champ de bataille. Les réflexions qui se développent dans les années 2010 soulignent la complexité des problématiques pour le militaire qui se retrouvent aussi dans la gestion globale de l’espace urbain pour les sociétés : le big Data, l’Intelligence artificielle, les senseurs automatisés, les objets connectés comme les véhicules et les drones. Elles mettent en évidence l’imbrication des milieux et des flux dans un environnement considéré comme incertain. En France, la Revue Stratégique (2017, 2021, 2022) et la Vision stratégique du Chef d’Etat-major des armées (octobre 2021) le mentionnent clairement : les stratégies nationales de puissance

  • 21 Ministère des Armées, 2021, Vision stratégique du CEMA.

se déploient dans un périmètre toujours plus large, au fur et à mesure que les activités humaines s’étendent à de nouveaux domaines, multipliant ainsi les espaces de confrontation. Longtemps centrée sur les milieux terrestre, maritime puis aérien, la conflictualité s’est étendue aux milieux exo-atmosphérique et cyber, aux grands fonds marins ainsi qu’aux champs électromagnétique et informationnel (…). Ces stratégies combinent des modes d’action militaires et non militaires, directs et indirects, réguliers ou irréguliers, souvent difficiles à attribuer, mais toujours conçus pour rester sous le seuil estimé de riposte ou de conflit ouvert. (…) Ces évolutions ont deux conséquences majeures. La première est l’obligation de renforcer notre capacité d’appréciation de situation (…) La seconde est l’élargissement du spectre de nos besoins capacitaires21.

22De fait, l’espace urbain se situe à la convergence de l’emploi des nouvelles capacités technologiques et de nouvelles menaces (terrorisme, insurrection). Pour les armées occidentales, la crainte des ruptures technologiques sont susceptibles de créer de nouvelles incertitudes et déséquilibres de rapports de force en lien avec la prise en compte d’un ensemble d’espaces qui ne sont plus seulement physiques. L’imbrication des uns aux autres conduit à repenser la manœuvre en milieu urbain dans tous les champs physiques et immatériels. Ce qui apparaît nouveau n’est pas tant leur distinction mais la nécessité de les intégrer simultanément. Il en résulte l’essor de nouvelles doctrines occidentales dites multi-milieux/multi-domaines. Entre autres, les progrès technologiques diminuent l’effet de distance et de rythme, améliorent l’instantanéité et l’ubiquité. Le champ de bataille urbain fait apparaître des échelles géographiques imbriquées pour créer un volume environnemental à la fois physique et immatériel. Aux Etats-Unis, en 2014, le secrétaire à la Défense Hagel prépare la voie vers le « Multi-Domain/Multi-milieux » en portant les efforts vers les progrès technologiques, la maîtrise de tous les milieux à la fois (robotique, systèmes autonomes, miniaturisation, big data). La National Security Strategy (2017) et la National Defence Strategy (2018) prévoient la supériorité dans tous les champs et les milieux par des manœuvres synchronisées, des approches intégrées et interarmées, des effets simultanés à une vitesse accélérée. La dimension concrète de cette dernière évolution doctrinale, technique et opérationnelle se rencontre dans la conception de tous les nouveaux systèmes d’armes, l’exploitation des nouvelles technologies comme l’Intelligence artificielle embarquée dans les systèmes (satellites, chars, avions, etc.) comme dans la manière d’utiliser la donnée géolocalisée. En particulier, la modernisation du Geoint (Geospatial Intelligence, définie par la fusion de données géolocalisées multicapteurs) depuis la fin des années 2010 permet d’accentuer les capacités d’exploitation des champs de connaissances à des fins d’aide à la décision et de soutien aux unités.

  • 22 Collins L. et Spencer J., 2022, Understanding Urban Warfare, Howgate Publishing Limited.

23La ville en guerre à l’horizon 2030 pose la question de l’emploi de ces nouvelles capacités technologiques au profit de la connaissance (le renseignement), la manœuvre face à un adversaire fugace, la stabilisation pour créer les conditions favorables à la reconstruction. L’exploitation de la numérisation de l’espace urbain pendant une guerre conduit donc à s’interroger à différents niveaux dont toutes les approches ne sont pas forcément connues mais seulement envisagées. Somme toute, ces Smart Cities sont de conception récente et ont été créées potentiellement sans planification liée à la défense. Les opérations militaires sont alors imaginées dans un schéma classique de la manœuvre auquel est ajoutée la prise en compte des infrastructures liées à la donnée numérique. Elles visent généralement à prendre le contrôle des systèmes d’infrastructures et des réseaux. Dans la planification, il est ainsi envisagé leur cartographie en trois dimensions (les trois niveaux physiques de la ville) en privilégiant une représentation à la fois des réseaux physiques et des communautés humaines. Cette connaissance cartographique s’appuie sur les éléments les plus importants pour le militaire car toute infrastructure ne suppose pas forcément d’être relevée. Ensuite, est prise en compte l’exploitation de la donnée géolocalisée/géoréférencée dans la manœuvre22. Si les ressources d’énergies sont toujours en fonctionnement (réseaux électriques notamment), la place de la donnée géolocalisée occuperait une place centrale pour améliorer le ciblage, le déploiement des unités comme l’emploi de tous les systèmes d’armes ainsi que le traitement de l’infosphère (désinformation, manipulation, déception notamment), la gestion des catastrophes naturelles dans la reconstruction (inondation, sécheresse, etc.). Il n’en demeurerait pas moins que le contrôle de l’espace urbain serait à penser toujours en termes d’espaces physiques (et non l’inverse) pour le militaire. La guerre en Ukraine en 2022 atteste que la guerre urbaine se produit d’abord dans les espaces physiques alors que l’exploitation de l’environnement numérique vient en appui de la manœuvre classique. L’exploitation de ces capacités technologiques dans un conflit conventionnel se révèle essentielle mais pose aussi la question de leur fonctionnement dans un environnement dégradé.

Le défi de la souveraineté pour les armées nationales

La croissance urbaine en 2030-2050 : un autre enjeu plus global pour le militaire

24Depuis le milieu des années 2010, les rapports publiés par des instances internationales ou des thinks tanks présentent la même tendance. La croissance urbaine est un phénomène inéluctable. Le rapport « d’ici 2030 » du département des affaires économiques et sociales (ONU, 2013) prévoient que deux habitants sur trois en 2050 seront citadins (66 %). D’autres rapports issus de thinks tanks (Business Insider, Global Cities Institut, etc.), à la même période, annoncent des prévisions plus élevées (75 % de la population mondiale).

  • 23 Didier S., 2022, « L’Afrique urbaine en chantier », Questions internationales, n° 115.

25La croissance urbaine se rencontre surtout en Asie et en Afrique. En Afrique, la population urbaine devrait doubler entre 2010 et 2050. Entre 2010 et 2022, il est déjà recensé 21 millions de nouveaux urbains chaque année23. En Inde, où la population est majoritairement rurale en 2020, le nombre de citadins devrait atteindre 37 % de la population totale en 2050. Ce sont surtout les villes moyennes (moins d’un million d’habitants) qui devraient profiter d’une telle croissance urbaine et concentrer près de 40 % de la population mondiale. Les grandes villes devraient aussi voir leur population augmenter. En 2010, le continent africain compte trois mégalopoles de plus de 5 millions d’habitants (le Caire, Kinshasa, Lagos). Il devrait en compter près d’une trentaine de plus de 10 millions d’habitants en 2100 (Nairobi, Abidjan, etc.). Les deux tiers de la croissance démographique de l’Afrique seront alors absorbés par les villes.

26En somme, l’environnement urbain devrait occuper une place encore plus importante sur les plans militaire, politique, sécuritaire et humanitaire. Comme le souligne Jean Wilmoth (responsable de la division de la population aux Nations Unies), en 2014, « la gestion des zones urbaines est devenue l’un des défis de développement les plus importants du XXIe siècle ».

La gestion des zones urbaines en opérations

27Au début des années 2020, après trente ans d’opérations extérieures, les doctrines comme les réflexions plus globales de la pensée stratégique sur la gestion de la zone urbaine (intervention, stabilisation, normalisation) insistent sur la croissance durable des menaces asymétriques en Afrique, Moyen-Orient et Asie. Les procédures comme les règles sont fixées selon les modes d’action de milices locales (les mouvances islamistes et sécessionnistes au Sahel par exemple) et d’organisations internationales terroristes (Al Qaeda, Etat islamique). Les analyses prospectives ainsi que des études académiques envisagent la zone urbaine comme l’un des espaces majeurs d’instabilité dans les décennies suivantes.

  • 24 Norton R., 2003, « Feral Cities », Naval War College Review, 56/4 ; 2010, « Feral Cities: problems (...)

28Ces considérations ont conduit certains experts militaires américains à développer le concept de « villes sauvages » (Feral Cities), du terme anglais Feral (synonyme de Wild) lié à la zoologie (le retour à l’état sauvage des animaux domestiqués) et à la botanie (les plantes échappées des cultures). Ce concept est apparu dans les travaux de réflexion de Richard Norton, professeur au Naval War College, en 2003, avant d’être repris par d’autres spécialistes américains24. Il traduit le passage de l’idée d’État failli (ou de zone grise) à la situation urbaine de non souveraineté étatique. Selon l’auteur, les villes sauvages sont l’une des principales menaces pour le militaire en opération. Elle renvoie à cinq variables où l’État perd le contrôle que sont la gouvernance, l’économie, les services, la sécurité, la société civile. La situation la plus critique réunit ainsi les paramètres suivants : activités économiques reposant sur les trafics illicites, absence et affaiblissement de la gouvernance étatique, services et sécurité assurés par des acteurs privés, société fragmentée dont le mode de fonctionnement repose sur l’ethnie, la tribu ou le clan. Dans les années 1990, Mogadiscio en Somalie et Port-Royal en Haïti sont deux villes significatives, toutes deux ouvertes à la mondialisation des échanges par leur port. Les favelas (bidonvilles) de Rio de Janeiro depuis les années 2000, le Nord de Mexico dans les années 2010, Bagdad depuis le début des années 2020 sont aussi considérées comme des villes sur le point de devenir « férales » en raison de l’absence de l’État dans la gouvernance territoriale, l’importance des gangs, la prolifération des trafics illicites comme ceux de la drogue. Des villes en guerre (2e bataille de Falloudja en 2004) ou en crise (l’effet de Katrina à la Nouvelle-Orléans et l’action des gangs pendant cinq jours en 2005) peuvent aussi sombrer dans ce type de situation chaotique pour l’État national.

  • 25 Selon ONU Habitat 2014, 60 % de la population africaine vit dans les bidonvilles.
  • 26 Cité par John Spencer, Op. cit.

29La gestion des crises urbaines dans les pays en développement notamment est considérée comme un élément central dans les pensées militaires au même titre que les cyberattaques ou les enjeux du réchauffement climatique. Elle devient un défi majeur pour les armées car les études prévoient une aggravation des facteurs d’instabilité urbaine : accentuation de la pauvreté25, manque ou absence de planification des infrastructures, besoins sanitaires croissants (eau potable, réseaux de tout à l’égouts, traitement des déchets solides), instabilité sécuritaire (tensions liées à l’entassement urbain, antagonismes entre groupes ethniques pour le contrôle territorial, réseaux criminels, risque de radicalisation), mobilité mal contrôlée et étalement urbain le long des axes de transport. L’espace urbain est potentiellement le lieu de toutes les crises du XXIe dans les pays en développement comme dans les pays développés à travers les violences urbaines, l’urbanisation anarchique, l’accroissement des inégalités, la fragmentation territoriale et le délitement de la cohésion sociale. Le commandement de l’armée américaine en comprend toutes les dimensions depuis les années 2000. En Irak, le Général David Petreaus, à la tête de la 101e Airbone, demande la réalisation d’études sur la population et les activités économiques de Mossoul afin de préparer l’organisation d’élections démocratiques prévues pour le 5 mai 2003. En 2019, par exemple, le Général John Allen fait comprendre que l’analyse des systèmes urbains (population, gouvernance, économie, services de base, etc.) doit être une priorité pour l’armée américaine26. La tendance n’est alors plus de considérer la ville en termes de contrôle territoriale, de protection et d’influence. Elle s’oriente désormais vers la notion de contrôler les réseaux de villes dans un espace national ou une vaste région, supposant ainsi de disposer d’un renseignement permanent et d’études produites par des spécialistes régionaux.

30Les opérations militaires sont alors envisagées en fonction de ces données qui devraient s’accentuer dans les prochaines décennies tout en considérant que la doctrine aborde peu ces questions de gestion d’une « ville faillie ». De manière générale dans les doctrines occidentales, elles sont conçues pour le contrôle et la surveillance (maintien de l’ordre), la sécurisation de zone, la coercition pour la prise de points clefs (un carrefour, un aéroport, une place centrale, etc.). Des solutions tactiques sont également élaborées pour renforcer l’efficacité des unités dans un environnement dégradé et anxiogène : systèmes de capteurs multicouches (drones, robots, satellites, etc.), systèmes d’information et de communication orientés vers le partage commun des données, renseignement (électro-magnétique, humain, etc.), armes non létales (lacrymogènes, etc.), protection diverses (bouclier, etc.). Sans être exhaustif tant ces sujets sont traités par ailleurs, les nouvelles capacités qui se modernisent en permanence tendent à donner une vision d’ensemble du théâtre urbain et à décloisonner les milieux selon la logique multimilieux/multidomaine. Les récentes évolutions des dernières années révèlent les efforts en matière d’anticipation et de prédiction. Des technologies employant l’Intelligence artificielle et l’imagerie spatiale, la fusion de données géolocalisées multi-capteurs (Geoint), la visualisation et la cartographie numérique, entre autres éléments, montrent un changement des compétences métiers dans le champ de la connaissance du milieu urbain. D’autres évolutions révèlent les progrès en matière d’équipements comme les systèmes de combat du fantassin (multi-capteurs), les senseurs (quadrillage de l’espace), les drones (surveillance et frappe), etc. Ces nouvelles capacités sont élaborées dans un cadre devenu plus interarmes, flexible et modulaire à l’instar des groupements tactiques interarmes.

Les évolutions doctrinales et capacitaires pour 2050 sont ainsi déjà engagées depuis le début du siècle avec l’objectif de répondre aux risques de déstabilisation et à la nécessité d’engagement dans une zone urbaine face à un adversaire asymétrique. Le déclenchement de la guerre d’Ukraine en 2022 vient cependant ajouter une autre complexité.

Le retour des combats urbains dans la guerre symétrique de haute intensité

31À l’entrée en guerre de la Russie en territoire ukrainien, le 24 février 2022, la notion d’espace urbain redevient centrale. Les anciens procédés stratégiques, opératiques et tactiques des guerres passées apparaissent de nouveau d’actualité tandis que les villes sont des zones pivots essentielles dans la guerre dite de haute intensité entre des forces nationales.

Le territoire ukrainien (603 000 km2) comprend un réseau urbain hiérarchisé et centralisé totalisant 460 villes et 885 communes urbaine au début des années 2010. Vingt villes comptent avant-guerre plus de 300 000 habitants, cinq villes de plus d’un million d’habitants. Une seule ville, la capitale Kiev, comprend plus de deux millions d’habitants. Les villes ukrainiennes se caractérisent pour certaines par un urbanisme historique, parfois reconstruit à l’identique après les destructions de la Seconde Guerre mondiale comme Kharkiv au Nord (1,5 millions d’habitants), soit de type de soviétique comme la ville industrielle de Kherson (230 000 km2 au bord du Dniepr). La période soviétique jusqu’en 1991 fut soit celle de l’étalement urbain pour les villes historiques par la construction de grands ensembles collectifs (comme à Odessa), soit celle de la création de villes nouvelles répondant à un objectif industriel (Donestk dans le Donbass). Dans ces deux cas, l’espace urbain est uniformisé par le ministère du plan (la durée d’un plan est de 20 à 30 ans), avec des monuments à la gloire du communisme, des banlieues étendues, des équipements de base (écoles, bibliothèques, musées, hôpitaux, etc.), un patrimoine réhabilité, des espaces verts nombreux, des réseaux de transport en commun importants, des infrastructures industrielles.

32Le plan d’invasion de l’armée russe révèle, à la fin février 2022, l’importance stratégique de la prise des villes. Celles-ci sont toutes des objectifs géographiques à occuper à la suite d’une offensive rapide bénéficiant de l’effet de surprise. Jusqu’en mai 2022, la stratégie russe concentre les efforts sur la prise des centres urbains en raison de leur fonction économique (industriel, agriculture, nœuds de communication), politique (capitales régionales), stratégique (ponts de franchissement, sites militaires), symbolique (Donbass notamment). La bataille de Kiev, dès le 24 février, est menée par cinq des neufs armées russes déployées en arc de cercle du Nord-Ouest vers le Sud-Est, puis le Sud-Ouest en suivant le bassin du Dniepr. En riposte, l’armée ukrainienne refuse les grands combats en milieu dégagé et s’appuie sur tous les espaces contraignants pour retenir les forces russes. Il en est ainsi des zones urbaines qui doivent les user dans la durée en mobilisant tous les moyens possibles, y compris les civils qui se réfugient dans les zones souterraines (quand elles n’ont pas été évacuées). Il en est ainsi des tactiques de harcèlement sur les convois russes à la périphérie des villes. À partir de mai 2022, l’offensive russe est à l’arrêt et se heurte aux forces ukrainiennes sur un front de 900 km. Seules trois grandes villes ont été prises : Melitopol (depuis le 25 février), Marioupol détruite par l’artillerie après une guerre de siège (17 mai), Kherson (du 2 mars au 10 novembre).

  • 27 Raids, 2003, « Les batailles de Grosny », Le combat urbain, n° 11, 82 p., p. 50-63.
  • 28 Dufour J.-L., 2002, La guerre, la ville et le soldat, Paris, Odile Jacob.

33La guerre urbaine en Ukraine traduit bien les principes militaires de l’armée russe formée à l’ère soviétique. Les mêmes conditions d’engagement que pendant la guerre de Tchétchénie (1994-1995/1999-2001) semblent avoir été appliquées. La première guerre, qui avait été un échec humiliant pour les Russes, avait montré le caractère brutal des attaques, l’impréparation des conscrits russes à des tactiques décentralisées et propres à cette ville de conception soviétique27. La seconde guerre avait révélé, au contraire, l’ingéniosité opératique et tactique des Russes, puisant leur organisation dans les modes d’action des guerres antérieures (notamment les batailles de Stalingrad et de Léningrad)28. Le général russe Tourpol Ali-Kaimov, conseiller du président Douadev de 1991 à 1996, avait élaboré sept principes fondamentaux pour prendre une ville en les adaptant à la doctrine russe conduisant à la prise de Grozny, en grande partie ravagée : la manipulation de l’information, l’aménagement des points clefs, l’utilisation de la population pour la protection et la déception, l’exploitation des trois dimensions, l’usage des armes légères et de petit calibre pour des unités autonomes, la conception d’une manœuvre d’encerclement, l’attaque des soldats adverses en soutien (ravitaillement notamment). Ce sont apparemment les mêmes principes que les armées russes mettent en œuvre en Ukraine, à la différence que l’armée ukrainienne les maîtrise tout autant et sait les contrer. La bataille de Kiev engagée fin février par cinq armées russes consiste en une manœuvre d’encerclement par le Nord qui a échoué finalement. Les causes en sont multiples et renvoient aux tactiques de harcèlement de leurs adversaires (drones, missiles, roquettes, artillerie), aux déficiences de leur entraînement et de leur logistique, à l’usage privilégié du char qui n’a pas été exploité avec les meilleurs rendements. D’autres leçons peuvent aussi être tirées des combats urbains en 2022.

  • 29 Toutes les villes de l’ère soviétique de plus d’un million d’habitants disposent de lignes de métro (...)

34Les autres leçons de la guerre urbaine en Ukraine en 2022, à partir des éléments d’informations accessibles, portent sur trois aspects. Ceux-ci attestent aussi de la continuité entre les opérations asymétriques en milieu urbain, parfois de haute intensité comme le montrent les deux batailles de Falloudja en 2004, et le retour d’un conflit interétatique (dissymétrique) sur le continent européen. Le premier aspect concerne la résilience de la société ukrainienne en milieu urbain. Le siège des villes par l’armée russe a conforté la capacité de résistance et d’endurance dans la durée de toute une nation réunie dans sa défense et dans son armée. Cette dimension de la résilience se retranscrit dans la guerre informationnelle. Les médias ukrainiens ou occidentaux ont montré cette force commune, y compris dans la vie quotidienne, au-delà des combats, et dans la vie souterraine. Comme durant la Seconde Guerre mondiale, la population civile se réfugie dans tous les sites souterrains, notamment dans les couloirs du métro à Kiev29. La protection contre les tirs d’artillerie, les missiles et les attaques aériennes est recherchée. Les conditions de vie et de combat y sont particulièrement difficiles : piégeages des égouts, obscurité et froid, stress permanent lié aux échos d’artillerie en surface, promiscuité, etc. La deuxième leçon porte sur la dimension nucléaire. Le risque de prolifération de la radioactivité de la centrale de Zaporijjia (au Nord de Kherson), en cas de fuite des réacteurs ou de destruction volontaire par l’armée russe, la menace d’emploi de l’arme nucléaire tactique constituent des situations considérées comme probables alors qu’elles avaient été marginalisées depuis la fin de la Guerre froide (au profit de la menace terroriste). Cette dimension concrète de la guerre donne une importance essentielle au renseignement et à la dissuasion en cas d’emploi. Enfin, la situation militaire confirme l’importance accordée depuis plusieurs années dans les doctrines de stratégie nationale sur l’imbrication des milieux et des espaces dans la conception de la guerre urbaine. Aux trois dimensions physiques s’ajoutent les espaces immatériels de manière simultanée par la diversité des systèmes d’armes engagés et des capteurs. La connaissance du terrain par les drones, le brouillage des ondes électro-magnétiques, la mise en œuvre de systèmes d’information et de communication connectés aux satellites de la constellation Starlink (internet) de mars à octobre 2022 en sont quelques aspects parmi bien d’autres.

35La ville exerce un rôle central aujourd’hui dans les grandes dynamiques géostratégiques à l’échelle mondiale. Depuis 2007, plus d’un habitant sur deux est citadin et le taux d’urbains atteindrait 54 % de la population mondiale en 2021. Les projections donnent les taux de 60 à 70 % pour 2050. La ville et sa population sont ainsi des éléments essentiels pour le militaire qui a pris conscience que la guerre est et sera plus encore urbaine. La maîtrise de ce terrain se révèle donc nécessaire sinon crucial pour intervenir dans les prochaines opérations de gestion de crise (Afrique, Moyen-Orient, Asie essentiellement) dont le nombre continue d’augmenter depuis la fin de la Guerre froide. Elle est reconnue dans les doctrines comme incontournable et redoutable, demandant une préparation et des mécanismes d’engagement spécifiques par rapport aux zones rurales, des connaissances géographiques précises dans toutes les phases d’action. L’espace urbain est somme toute le terrain de la guerre asymétrique, des stratégies hybrides au profit du défenseur, du contournement de la puissance technologique par des capacités plus rudimentaires. Les moyens de renseignement se sont diversifiés et adaptés à des conditions d’engagement complexes pour répondre au mieux aux missions de gestion de crise. Toutefois, la guerre d’Ukraine depuis 2022 constitue un nouveau tournant dans la conception de la guerre et de la ville dans les opérations. Des principes d’engagement anciens sont repris par les deux parties en guerre tandis que sa fonction de contrainte face à l’offensive russe exerce un rôle essentiel à l’échelle du territoire ukrainien.

Haut de page

Bibliographie

BEZACIER, G., 2003, « Le génie et le combat en zone urbaine », Revue de défense nationale.

BLACK, J., 2022, The geographies of war, Pen and Sword military.

BOULANGER, Ph., 2023, Introduction à la géostratégie, La découverte.

BOULANGER, Ph. (dir.), 2023, La géographie militaire, un savoir stratégique pour les armées françaises depuis le XIXe siècle, Société de géographie.

BOULANGER, Ph., 2020, La géographie, reine des batailles, Perrin.

BOULANGER, Ph., 2016, Géographie et guerre, Société de géographie.

BOULANGER, Ph., 2015, Géographie militaire et géostratégie, Crises et enjeux du monde contemporain, A. Colin, coll. U.

BOULANGER, Ph. (dir.), « Géographie militaire », Stratégique, no81-2001, n° 82-83-2002, n°119-2018.

BUGAUD, Ml, 1997 (rééd.), La guerre des rues et des maisons, Jean-Paul Rocher éditeur, 155 p.

CHAMAUD, F. et SANTONI P., 2016, L’ultime champ de bataille, combattre et vaincre en ville, Editions pierre de Taillac.

CENTRE D’ETUDES D’HISTOIRE DE LA DEFENSE, La guerre et la ville à travers les âges, 1999, 238 p.

CHALIAND, G., 1986, « La ville, la guerre, stratégies d’aujourd’hui », Villes en guerre (sous la dir. Eric Sarner), Autrement.

COLLINS, L. et SPENCER J., 2022, Understanding Urban Warfare, Howgate Publishing Limited.

COLLINS, J., 1998, Military geography for professionals and the public, Washington, Brassey’s édition.

DEPARTMENT OF US ARMY, 2019, Subterranean Operations, ATP 3-21.51.

DEPARTMENT OF THE NAVY, Marines Corps, 1978, 1998, 2018, 2021, Military Operations on Urbanized Terrain (MOUT), 368 p.

DEPARTMENT OF THE NAVY, Marines Corps/Department of US Army, 2009, 2013, Joint Urban Operations, Joint Publication 3-06.

DEPARTMENT OF US ARMY, 2003, Combined arms operations in urban terrain, FM 3-06.11 (FM 90-10-1).

DEVAUX, Gal, « Réflexions sur la cité et la présence militaire », Le militaire au cœur de la cité, Armée de terre, 92 p., p. 7-9.

DIDIER, S., 2022, « L’Afrique urbaine en chantier », Questions internationales, n° 115.

DIDIER, S., 2022, « L’Afrique urbaine en chantier », Questions internationales, n° 115.

DOISE, J., 1999, Du combat antique au combat moderne, les réalités du terrain, Addim.

DOYLE, P. et BENNETT, M., 2003, Fields of Battle, terrain in military history, Boston-London, Kluwer Academic publishers.

DUFFOUR, J.-L., 2002, La guerre, la ville et le soldat, Paris, Odile Jacob.

DUFOUR, J.-L., 2002, « Villes et combats urbains au XXe siècle », Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 206.

GRUMBERG, P., 2003, « La ville, éternelle hantise des militaires », Science et vie, n° 1028.

GOYA, M., 2022, « Guerre en Ukraine : Schumpeter au pays des Soviets », Politique étrangère, n° 2.

HENROTIN, J., 2019, « Évolution du concept de guerre hybride », Stratégique, n° 120.

HENROTIN, J., 2022, « Enjeux doctrinaux de la concrétisation du multidomaine, les évolutions au sein de l’US Army et des Marines », Défense et sécurité internationale, n° 160, p. 50-54.

HUET, B., 1995, « Leçons d’histoire, valeur symbolique de l’architecture », Le militaire au cœur de la cité, ministère de la défense, Armée de terre, 92 p., p. 14-18.

JOXE, A., 1996, « Villes et dissuasion nucléaire », Ville et guerre (sous la dir. Antoine Picon), Les éditions de l’imprimeur, p. 206-219.

KING, A., 2021, Urban Warfare in the Twenty-First Century, Polity Press.

MALIS, Ch., 2014, Guerre et stratégie au XXIe siècle, Paris, Fayard.

MINISTERE DES ARMEES, 2017, 2021, Revue stratégique de défense et de sécurité nationale.

MINISTERE DES ARMEES, 2021, Vision stratégique du Chef d’Etat-major des armées.

MINISTERE DES ARMEES, 2021, Concept d’emploi des forces terrestres 2020-2035, RFT.

MINISTERE DES ARMEES, 2022, Revue nationale stratégique, 60 p.

MINISTERE DE LA DEFENSE, 2008, 2013, Défense et sécurité nationale, Le Livre blanc, Paris, Odile Jacob.

MINISTRY OF DEFENSE, Development, Concept and Doctrine Centre, 2013, Culture and Human Terrain, Joint Doctrine Note 4/13.

NATO, 2018, Capstone Concept: Joint Military Operations in a Urban Environment.

NORTON, R., 2003, « Feral Cities », Naval War College Review, 56/4

PALKA, E. et GALGANO, F., 2005, Military geography from Peace to War, Primis custom publishing.

HAICAULT, R., « Grosny : leçons d’un échec », 2004, Doctrine, n° 3.

PICON, A. (sous la dir.), La ville et la guerre, Editions de l’imprimeur, 1996, 237 p.

RAIDS, 2003, « Les batailles de Grosny », Le combat urbain, n° 11, 82 p., p. 50-63.

RAUFER, X., « Bien au-delà des violences urbaines : Gaza, Bagdad, mégalopoles et “guerres des bidonvilles” », Cahiers de Mars, n° 181, 2004, pp. 44-48.

REVUE HISTORIQUE DE LA DEFENSE, 2018, « Géographie militaire », n° 290.

REVUE DE GEOGRAPHIE HISTORIQUE (en ligne), Géographie historique et questions militaires, n° 8, mai 2016 ; Géographie historique et guerre, n° 10-11, nov. 2017, Impacts environnementaux et approches spatiales, n° 14-15, mai-nov. 2019.

RIBERE, F., 2000, « Nouvelle doctrine de contrôle des zones urbanisées », Revue de défense nationale, p. 124-133.

RICHMOND BARAK, D., 2018, Underground Warfare, Oxford University press.

RICHOUFFTZ, E., 2002, « La zone urbaine : nouveau théâtre d’opération ? », Guerre mondiales et conflits contemporains, n° 206.

RICHOUFFTZ, E., 1992, Encore une guerre de retard ?, Paris, Albin Michel, 279 p.

ROBERTSON, W. et YATES, L., Block by Block: The Challenges of Urban Operations, Military Bookshop.

TENNEBUM, E., 2016, « Guerre hybride : concept stratégique ou confusion sémantique ? », Revue défense nationale, n° 788.

TISSERON, A., 2004, « Le combat urbain au XXIe siècle », Revue de défense nationale.

WOODWARD, R., 2005, Military Geographies, Blackwell Publishing.

Haut de page

Notes

1 Voir en particulier le blog « géographie de la ville en guerre » de Bénédicte Tratjnek qui s’est intéressée à l’espace urbain comme un milieu d’opérations militaires à la fin des années 2000.

2 Dufour J.-L., 2002, La guerre, la ville et le soldat, Paris, Odile Jacob.

3 King A., 2021, Urban Warfare in the Twenty-First Century, Polity Press.

4 La définition de la ville selon le nombre d’habitants varie selon les États et selon les interprétations données par les experts. Selon la taille de la population, une ville comprend au moins 20 000 habitants aux Pays-Bas et au Nigéria, 30 000 habitants au Mali, 40 000 habitants au Japon. Dans la doctrine de l’US Army, une ville comprend au moins 50 000 habitants. Pour Anthony King, dans Urban Warfare in the 21th, elle comprend au moins 100 000 habitants.

5 Department of the Navy, Marines Corps, 1978, 1998, 2018, 2021, Military Operations on Urbanized Terrain (MOUT), 368 p.; Department of the Navy, Marines Corps/Department of US Army, 2009, 2013, Joint Urban Operations, Joint Publication 3-06; Department of US Army, 2003, Combined arms operations in urban terrain, FM 3-06.11 (FM 90-10-1).

6 Ministère des Armées, Emat, Direction technique des armes et de l’instruction, Notice provisoire sur l’emploi des groupements et sous-groupements motorisés, 1965, 148 p., TTA 905.

7 Les textes spécialisés sont : Ministère de la Défense, Emat, Bureau emploi, Combat dans les localités et les zones urbaines, 1975 et 1985, 91 p., TTA 940-INF 213/1 ; Ministère de la Défense, Emat, Bureau emploi, Combat dans les localités et les zones urbaines, régiment-compagnie-section, 1975 et 1985, 141 p., INF 213/2 ; Ministère de la Défense, Emat, Bureau emploi, Combat dans les localités et les zones urbaines, 1975 et 1985, 110 p., INF 213/3 ; Ministère de la Défense, Dtai, Notice sur le combat des unités d’infanterie dans les localités, 1975, 80 p., INF 208 ; Commandement de la doctrine et de l’enseignement militaire supérieur de l’armée de terre, Manuel d’emploi des forces terrestres en zone urbaine, 1999, 147 p. ; Centre de doctrine d’emploi des forces, Division emploi-organisation, Manuel d’emploi des forces terrestres en zone urbaine, juillet 2005, 64 p., TTA 980.

8 Ministère de la Défense, Emat, Dtai, Notice sur le combat des unités d’infanterie dans les localités, 1975, 80 p., INF 208.

9 Cdes, Objectif doctrine, L’engagement des forces terrestres en zone urbaine, n° 29, 2002, 64 p. Y sont ainsi abordés, par une série d’articles rédigés par des chefs de corps spécialisés dans des domaines différents, les nouvelles problématiques, les nouvelles formes d’actions, les nouvelles unités comme le groupement tactique interarmes, l’action des blindés, les missions du génie, la défense NBC.

10 Cahier de la recherche doctrinale, Géographie et combat urbain, Centre d’emploi des forces, 2005, 125 p.

11 Centre de doctrine d’emploi des forces, Division emploi-organisation, Manuel d’emploi des forces terrestres en zone urbaine, juillet 2005, 64 p., TTA 980. Celui-ci remplace la version de 1999.

12 Op. cit.

13 Chamaud F. et Santoni P., 2016, L’ultime champ de bataille, combattre et vaincre en ville, Editions pierre de Taillac.

14 Roch Legault, 2000, « Le champ de bataille urbain et l’armée : doctrine et changements », Revue militaire canadienne.

15 Ministère de la Défense, Manuel d’emploi des forces en zone urbaine, TTA 980, 2005, 66 p.

16 Entre autres références sur ce sujet, consulter Daphné Richmond Barak, Underground Warfare, Oxford University press, 2018.

17 Department of the Army, 2019, Subterranean Operations, ATP 3-21.51.

18 L’opération est considérée comme la première avec l’unique objectif de détruire les souterrains. Collins L., Op. cit.

19 Chamaud F. et Santoni P., 2016, L’ultime champ de bataille, combattre et vaincre en ville, Editions Pierre de Taillac.

20 Department of Army, 2017, Urban Operations, ATP 3-06.

21 Ministère des Armées, 2021, Vision stratégique du CEMA.

22 Collins L. et Spencer J., 2022, Understanding Urban Warfare, Howgate Publishing Limited.

23 Didier S., 2022, « L’Afrique urbaine en chantier », Questions internationales, n° 115.

24 Norton R., 2003, « Feral Cities », Naval War College Review, 56/4 ; 2010, « Feral Cities: problems Today, Battlefiels tomorrow », Marines Corps University.

25 Selon ONU Habitat 2014, 60 % de la population africaine vit dans les bidonvilles.

26 Cité par John Spencer, Op. cit.

27 Raids, 2003, « Les batailles de Grosny », Le combat urbain, n° 11, 82 p., p. 50-63.

28 Dufour J.-L., 2002, La guerre, la ville et le soldat, Paris, Odile Jacob.

29 Toutes les villes de l’ère soviétique de plus d’un million d’habitants disposent de lignes de métro.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1 : Les principaux modèles théoriques de la ville occidentale
Crédits Source : Boulanger Ph., 2006, Géographie militaire, Ellipses
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/11486/img-1.png
Fichier image/png, 28k
Titre Document 2 : Taux d’urbanisation de 2015 à 2020
Crédits Source : histographie.net, 2022
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/11486/img-2.png
Fichier image/png, 251k
Titre Document 3 : Organisation spatiale théorique de la ville des pays en développement
Crédits Source : Boulanger Ph., 2006, Géographie militaire, Ellipses
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/11486/img-3.png
Fichier image/png, 22k
Titre Document 4 : La représentation des trois surfaces en milieu urbain dans la doctrine du Corps des Marines
Crédits Source : US Marines Corps, 2018, Military Operations on Urbanized Terrain, 371 p.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/11486/img-4.png
Fichier image/png, 216k
Titre Document 5 : Indice de verticalité des villes en 2013
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/11486/img-5.png
Fichier image/png, 217k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Boulanger, « La réappropriation de l’espace urbain par les armées occidentales »L’Espace Politique [En ligne], 47-48 | 2022-2/3, mis en ligne le 21 décembre 2023, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/11486 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.11486

Haut de page

Auteur

Philippe Boulanger

Professeur des universités, UFR de géographie, Sorbonne Université, laboratoire Médiations, science des lieux (Sorbonne Université)
pboulanger1@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search